Archives par mot-clé : vers homérique

Marc Hérouet : “Retour sur la musique du vers homérique”

► ὁ λύχνος n° 162, juillet 2022, article six.

[Connaissance Hellénique a le plaisir de publier un ajout par Marc Hérouet à son article sur la musique du vers d’Homère paru dans Connaissance Hellénique n°153, juillet 2019 https://ch.hypotheses.org/3191.]

CHANTER L’ILIADE AVEC OU SANS “SENSIBLE” ?

Buste d’Homère, copie d’un original du Ve siècle av. J.-C., Museum für Abgüsse Klassischer Bildwerke, Munich (wikicommons).

La « sensible »[1]

est dans notre musique la note d’une gamme située un demi-ton plus bas que la tonique et qui tend à se « résoudre » mélodiquement en cette dernière (ex: la sensible SI – septième degré de la gamme de DO majeur – qui passe à la tonique DO).

Les degrés que j’ai proposés…

au cours d’un travail précédent[2] sont au nombre de six correspondant aux possibilités de fréquences sonores et de la phonétique du texte poétique des hexamètres dactyliques anciens :

L’accent circonflexe est considéré comme un accent aigu suivi d’un accent grave et se traduit par une descente d’une tierce (LA-FA thétique ou SOL-MI athétique).

L’intervalle de quinte…

mentionné par Denys d’Halicarnasse[3] restant le cadre du système, je devais trouver une note plus grave que la syllabe atone athétique (RÉ): j’ai choisi un DO# sur la syllabe atone barythétique. Puisque ce type de syllabe ne pouvait apparaître qu’au début d’un pied de l’hexamètre (sur l’ictus)[4], donc jamais en note finale, il m’avait semblé que ce rôle pouvait donc être tenu par une sensible (DO#); d’autant plus que, d’après mes constatations[5], dans les trois premiers chants de l’Iliade, la large majorité des fins de vers suivait la séquence: barythétique atone + athétique atone. Le résultat m’a semblé harmonieux et il s’ensuivait sous-entendue une cadence parfaite (V-I) dans la plupart des finales spondaïques,

sauf que…

la sensible n’existe pas en musique grecque antique, et qu’elle fait partie intégrante du besoin de finitude propre à notre âge classique…

En effet, cette notion est une des caractéristiques de la musique tonale. Celle-ci démarre à la Renaissance et comme je l’ai déjà mentionné, elle est liée aux marches de basse (cadences) sous la mélodie, ce qui permettra le développement de l’harmonie. Mais encore une fois, ceci est étranger à une musique monophonique antique.

L’anachronisme flagrant…

que j’ai commis, s’il ne peut être complètement banni[6], n’est pas difficile à corriger: je propose tout simplement de remplacer le DO# par un DO naturel. Cette note se trouvera donc un ton en dessous de ce qui fait office de tonique (RÉ)[7], donc comme un son rajouté au bas de la gamme – ce qui est pratiquement la définition du proslambanomenos.[8]

En conclusion,

la modification par rapport au projet initial n’est pas très grande mais le résultat me paraît sonner d’une façon plus authentique, plus modale à coup sûr; est-ce un hasard si cette nouvelle échelle correspond à notre gamme mineure antique avec l’intervalle d’un ton entre le septième et le huitième (premier) degré ? Enfin, pour relativiser, ajoutons tout de même que ces recherches concernent des poésies antérieures à l’établissement de la musique grecque antique proprement dite et la précision des intervalles n’intervenait probablement que peu dans une mélodie plus psalmodiée que réellement chantée…

Partition des premiers vers de l’Iliade

Marc Hérouet

musicologue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1] le terme arrive en français au milieu du 18è siècle, probablement de l’italien; leading-note en anglais, leitton en allemand, subsemitonium en latin.

[2] dans Connaissance Hellénique n°153, juillet 2019. https://ch.hypotheses.org/3191 On y trouvera une partition des sept premiers vers et à la fin un glossaire reprenant tous les termes musicaux.

[3] voir la note 12 de l’article précité.

[4] voir la note 29.

[5] voir la note 36.

[6] en effet, si l’on en croit les musicologues, notre gamme de DO existe dans l’antiquité de par le mode lydien mais sans que le SI fasse office de sensible.

[7] elle peut être nommée subtonique.

[8] pour ce son, voir J. CHAILLEY, La musique grecque antique, Les Belles Lettres, 1979. p.37-38, J.G. LANDELS, Music in ancient Greece & Rome, N-Y., 2000. p.89 and 97, ainsi que J.-B. GUILLLAUMIN, La musique grecque dans la latinité tardive, in Encyclopédire, CNRS, Collection d’études médiévales de Nice, Vol. 14, 2013, Brepols, p.305 et 316.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts