Archives par mot-clé : utopie

Jean-Victor Vernhes, « Une étymologie pour τόπος (topos) »

► ὁ λύχνος n° 156, juillet 2020, article treize.

Note sur l’origine du mot τόπος (topos)

Ou : une jolie trouvaille étymologique

 

Portrait de Thomas More par Hans Holbein le Jeune, collection Frick (New-York), Wikicommons

 

Il s’agit ici d’éclairer l’origine du mot usuel et bien connu ὁ τόπος ‘le lieu’, qu’on retrouve dans topographie (description d’un lieu géographique), dans le terme de mathématique topologie (connaissez-vous le ruban de Möbius ?), dans topique (en pharmacie, un médicament topique agit à l’endroit où on l’a appliqué), dans… utopie. Ce mot vient du nom d’Utopia, qui dans un ouvrage paru en 1516 de l’écrivain anglais Thomas More, désigne une île imaginaire, organisée en république idéale. Ce nom est formé sur la négation οὐ et sur τόπος : c’est l’île qui n’a pas de lieu, qui n’existe nulle part. Et chacun sait le sens général qu’on a donné à ce terme d’utopie. Les élèves adorent qu’on leur fasse découvrir de telles choses.

Mais d’ou vient donc ce τόπος ? Chantraine, passant sous silence tout ce qui fut échafaudé sur la question, dit simplement, dans son dictionnaire étymologique du grec, que l’étymologie de ce mot est inconnue. Il ne se rencontre pas dans les plus anciens textes, et n’est attesté que depuis Eschyle. On peut soupçonner qu’il n’appartient pas à l’héritage indo-européen, et qu’il a été créé par le grec. Mais comment ?

En lisant un article d’Éric Dieu (Université Toulouse II Jean Jaurès), j’ai rencontré une hypothèse fort séduisante, proposée dans un article de John Chadwick (Lexicographica Graeca. Contributions to the lexicography of Ancient Greek, 
Oxford, Clarendon Press, 1996, p. 280–286). Le mot proviendrait de tournures d’une parfaite grécité du type περὶ τὸ ποῦ ἀπορῶ « je ne sais pas où (j’ai laissé mes lunettes, j’ai posé mon portable, etc. » : cette phrase s’analyse littéralement en « je suis dans l’embarras au sujet du ‘où ?’ ». Le τὸ ποῦ aurait été réinterprété comme génitif d’un mot de type λόγος, et en aurait pris l’accentuation.

Le John Chadwick en question est le savant qui assura en collaboration avec Michael Ventris le déchiffrement du mycénien, annoncé en 1953 dans un célèbre article commun du Journal of Hellenic Studies.

Un argument complémentaire en faveur de cette étymologie, précise Éric Dieu, a été apporté par Charles de Lamberterie dans la Chronique d’étymologie grecque 7 (Revue de philologie 77/1, 2002), p. 137 : chez Eschyle, c’est-à-dire dans les emplois les plus anciens de τόπος, ce nom se construit avec le génitif dans plus de la moitié de ses occurrences, alors qu’un peu plus tard, dès Sophocle et Euripide, il se rencontre le plus souvent sans complément.

Cette hypothèse n’est pas indiquée dans l’Etymological Dictionary of Greek de Robert Beekes (2010). Il m’a semblé intéressant de la faire connaître aussi largement que possible. Cela aussi fait partie des choses que les jeunes élèves, ainsi que tout un public, adorent découvrir.

Quant à l’article d’Éric Dieu, (Compte rendu de : Andreas Opfermann. Univerbierung. Der passive Wortbildungsmechanismus), où l’on trouve un survol des diverses hypothèses étymologiques sur τόπος, vous pouvez l’atteindre par le lien suivant :

https://www.academia.edu/43142767/Compte_rendu_de_Andreas_Opfermann._Univerbierung._Der_passive_Wortbildungsmechanismus._Brême_Baar_Verlag_Studien_zur_historisch-vergleichenden_Sprachwissenschaft_8_SHVS_8_2016_362_p?auto=download&email_work_card=download-paper

Jean-Victor Vernhes

Maître de Conférences honoraire

Université d’Aix-Marseille

 

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts