Archives par mot-clé : trobador

Christian Boudignon, « Troubadour, un mot d’origine grecque ou un mot d’origine arabe ? »

►  Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°38) CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE (ὁ λύχνος n° 148, novembre 2017, quarantième année, article premier)

Troubadour : un mot d’origine grecque ou un mot d’origine arabe ?

 

Trobadours. Enluminure allemande anonyme du XIVe siècle, Archiv für Kunst und Geschichte. Berlin (wikicommons)

 

Les troubadours n’en finissent pas de nous faire rêver, surtout le premier, Guillaume IX d’Aquitaine, comte de Poitiers, un sacré bonhomme qui “vient juste de trouver” son poème “en dormant sur un cheval” (Qu’enans fo trobatz en durmen
 / Sus un chivau). Drôle de façon de trouver, me direz-vous !

  1. L’hypothèse arabe

D’ailleurs sur les troubadours, on nous fait des contes à dormir debout. Le mot a-t-il une origine arabe — cela fait rêver — comme le suggèreraient et les thèmes de l’amour et la structure strophique imitant le genre poétique arabo-espagnol du zadjal ? Le mot vient-il plutôt de la tradition poétique latine tardive — cela fait moins rêver, mais c’est peut-être plus simple et vrai ? Les rêveries étymologiques de R. Lemay[1] lui font tirer le mot troubadour du verbe arabe Daraba (avec d emphatique) pour “jouer (d’un instrument)” et du substantif correspondant Darb (ou dialectalement Drab) “jeu (d’un instrument)”, comme un magicien fait sortir un lapin de son chapeau ! J. Ribera[2] s’appuyait autrefois sur la racine Taraba (avec t emphatique) qui signifie “s’extasier” notamment devant la musique et son substantif correspondant Tarab (ou dialectalement Trab ?) “émotion, joie” musicale. Et récemment ces hypothèses ont été remises à l’honneur, sans guère de nouveauté, par M.-R. Menocal[3]. Mais si l’une de ces deux hypothèses était vraie, on devrait alors avoir des drabadors ou des tarabadors avec un a et non des troubadours avec le son o/ou ! En réponse, Lemay (p. 1004) prétend avec Ribera que « la prononciation [de la variante dialectale Trab ? ou de Drab ?] dut tendre à Trob ». On aimerait une attestation. Pour ce qui est de Darb, Lemay ne s’explique pas comment on passe du D au t. Il donne un document mozarabe (p. 1003) où l’on note bien darb ou drab mais nullement trob. Ce n’est d’ailleurs pas le a qui passe à o /ou mais plutôt l’inverse puisque dans cette liste, le mot arabe tounboûr devient dialectalement tabor : le o/ ou est devenu a ! De plus, aucune attestation de ces mots n’est donnée en espagnol. Tout cela n’est pas très sérieux.

2. Les tropes musicales.

Il faut donc, c’est une évidence, suivre une autre piste. Le mot provençal de trobador tout comme son équivalent français trouvère aurait une racine gréco-latine. Le français troubadour est la transcription du provençal trobador qui lui-même viendrait de τρόπος [trópos]. Ce mot grec signifie, selon l’excellent dictionnaire grec-italien de Franco Montanari[4]: 1. direction, 2. manière, 3. nature, caractère 4. mode, style. C’est le quatrième sens qui est à l’origine du mot troubadour. Le très réactionnaire Platon s’insurge dans la République (424c) par la bouche de Socrate contre ceux qui aiment la nouveauté musicale. Qu’on fasse de “nouvelles chansons”, des ᾄσματα νέα, soit ! Mais il faut surtout éviter qu’on approuve un τρόπον ᾡδῆς νέον, « une nouvelle façon de chanter », « un nouveau mode de chanson ». L’idée de Platon est que si l’on change les “modes musicaux”, les μουσικῆς τρόποι, alors on changera aussi les lois politiques et la cité idéale sera renversée. Ces modes ne sont pas nos modes à nous, mais se rapprochent plutôt de ce que la musique arabe appelle maqam.

Quittons l’Athènes du quatrième siècle avant J.-C. pour Poitiers au sixième siècle après J.-C. où le poète Venance Fortunat (Chants X, 12, 1-4) atteste au début de son poème, pour la première fois en latin dans ce sens, le trópos grec :

« Bien que je voie le bois parleur de la cithare chanter,

la lyre faire par ses cordes ses modulations,

Doux chant auxquels les cuivres semblent répondre,

et que la flûte charme les oreilles avec les caresses de ses tropes,

quoique l’on me tienne ici, tout ébaubi que je sois, pour un invité d’honneur,

muette, ma flûte veut, elle aussi, parler. »

Cum uideam citharae cantare loquacia ligna

Dulcibus et chordis admodulare lyram

(Quo placido cantu resonare uidentur et aera)

Mulceat atque aures fistula blanda tropis:

Quamuis hic stupidus habear conuiua receptus,

Et mea uult aliquid fistula muta loqui.

Il est clair qu’aux modulations (admodulare) de la lyre répondent les variations (tropis) de la flûte de Pan. En plus d’un millénaire, on est passé des modes musicaux de Platon à l’usage de ces modes, et plus particulièrement aux variations qu’ils permettent. Car c’est de ce même sens de variation que vient le mot grec τροπάριον [tropárion] qui apparaît en Grèce un siècle avant Venance Fortunat. Le tropaire est en fait à l’origine un refrain, c’est-à-dire une petite variation poétique et musicale à partir d’un verset de la Bible ou de Grégoire de Nazianze. Le mot tropárion est un diminutif en –árion de trópos. On supposera donc que le mot grec trópos signifiait déjà au Ve siècle ap. J.-C. des “variations poétiques et musicales”, dans un contexte chrétien.

Cela est confirmé par un autre passage des Chants X, 10, 60 de Venance Fortunat : l’heureux homme en croisière sur la Moselle est charmé par la musique jouée sur son navire et l’écho qu’en donnent les rives :

“Tantôt avec un frémissement tremblant, tantôt avec un chant sans accompagnement,

la musique sort des côteaux exactement comme elle surgissait des cuivres.

Les chants relient par leur douceur les rives séparées,

et dans leurs tropes, le fleuve et les collines n’avaient qu’une seule voix.”

Nunc tremulo fremitu, modo plano musica cantu

Talis rupe sonat qualis ab aere meat.

Carmina diuisas iungunt dulcedine ripas,

Collibus et fluuiis uox erat una tropis.

On s’accordera à dire que l’écho est en retard par rapport à la musique produite sur le bateau, et que c’est justement ce retard qui fait la variation, les tropes, comme des répons produits par l’écho au chant premier.

3. De tropes à troubadour.

Et c’est ce sens de tropus qui s’est conservé en latin médiéval, comme l’atteste la première session concile de Limoges quelques années avant 1031 : Inter laudes autem, quæ τρόποι Græco nomine dicuntur, a conversione vulgaris modulationis, dum versus sanctæ Trinitatis a cantoribus exclamaretur [5]… « Parmi les louanges que l’on appelle du nom grec de trópoi, [mot tiré] de variation sur une modulation d’origine vulgaire, quand le verset de la sainte Trinité est chanté par les chanteurs… ». Les participants du concile ont donc à la fois la perception que le mot trópos est grec, qu’il s’agit d’un verset chanté, et qu’il est fait musicalement d’une sorte de ritournelle sur une mélodie populaire ou, comme nous l’avons traduit, d’une variation sur un arrangement d’origine vulgaire.

A partir de là, il est facile de comprendre comment on est passé de tropus à trobador. Prenons la vie du premier troubadour, Guillaume IX d’Aquitaine, comte de Poitiers (1071-1127) :

“Le comte de Poitiers était un des hommes les plus courtois du monde et l’un des plus grands trompeurs de dames ; aux armes, bon chevalier ; peu avare des ses manœuvres de séduction ; et il savait bien trobar et chanter (e saup ben trobar e cantar).

Nous empruntons cette citation à l’excellent livre de notre ancien professeur Michel Zink[6], mais nous refusons la traduction qu’il propose de trobar : “et il savait bien composer des poèmes et les chanter”. Car R. Lemay, dont nous contestions l’étymologie, faisait pourtant une fine remarque dans son article (p. 994) : “employés en relation avec le nouvel art, les termes de trobar et de trobador ne désignent pas l’invention, la découverte, mais bien l’art de chanter et d’accompagner sa voix.” Il faut donc traduire la dernière phrase : “et il savait bien faire des accompagnements musicaux et chanter”.

On a là le sens technique du verbe trobar : “faire des accompagnements musicaux” qui vient tout naturellement (avec sonorisation du p)de tropus au sens de “variation musicale”. Pourquoi aller chercher à Séville, Fès ou Alger ce que l’on trouve à Limoges et à Poitiers ? On ne diminuera pas le prestige de la culture arabe de l’époque en lui ôtant les troubadours et en les rendant à la tradition latine, ou plutôt gréco-latine.

4. Défense de l’étymologie de Gaston Paris

Cette étymologie qui fait dériver trobador de tropus a été proposée depuis longtemps par Gaston Paris[7] et elle est généralement admise. Pourtant, on y met des réserves, comme le fait Michel Zink (p. 308-309) après d’autres. Premier argument : le verbe tropare n’est pas attesté en latin. Cet argument ne vaut rien. Les lecteurs assidus de cette chronique étymologique savent bien que tous les éléments d’une histoire étymologique ne sont pas toujours attestés. Faut-il rappeler aux braves étymologistes ce que disait Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale (éd. Tullio de Mauro, Paris, 2000) p. 46: “la langue a une tradition orale indépendante de l’écriture, et bien autrement fixe ; mais le prestige de la forme écrite nous empêche de la voir” ? Second argument : on dériverait un sens commun, celui du verbe trouver, d’un sens technique “composer une chanson”. Car, oui, nous soutenons que de ce sens de “faire un arrangement musical” vient le verbe trouver qui a remplacé le mot latin invenire dans le sens de “trouver” en provençal (trobar), français (trouver) et italien (trovare). En espagnol, il est remarquable de noter que le verbe trovar a gardé le sens premier d’ “imiter un arrangement métrique” ou de “composer des vers” même s’il peut être employé en synonyme de fallar “trouver”. Est-il étonnant qu’un sens technique ait servi de matrice à un sens commun ? Est-il surprenant que l’image du musicien qui invente un arrangement musical ait servi de modèle sémantique à toute invention ? On dit bien “faire ses gammes” pour “s’entraîner”. Dans un autre domaine, on est bien parti de l’image d’un “récipient en argile cuite” ou testa pour désigner la tête et mettre kapout le vieux mot latin de caput. Prenons encore l’exemple du synonyme de trouver, à savoir “découvrir” qui signifie à l’origine “mettre à découvert” : ne sommes-nous pas tellement habitués à ce mot que nous ne sentons plus ici l’image du linge que l’on enlève, nous permettant de voir la chose qu’il cachait ? Christophe Colomb, dit-on, a découvert l’Amérique… Quel était ce linge fantastique dont il a ôté le continent ? Aucun, c’est une image. Pareillement, à partir de l’image de l’improvisation musicale, on en est venu à désigner toute invention, toute découverte…

Qu’on soit passé du p de tropus au b de trobar ou au v de trouver n’est pas inattendu. Il en va de même pour le p d’episcopus qui devient b avec obispo en espagnol, abesque en gascon et v avec évêque en français. On retrouve le même phénomène de sonorisation pour le suffixe d’agent bien connu en –ator (qu’on songe à Terminator) devenu en provençal –ador, avec un d au lieu du t.

Nous présentons donc toutes nos sincères condoléances aux tenants de l’hypothèse sarrasine : non, les troubadours ont plutôt “une gueule de métèques, de juifs errants, de pâtre grec” pour reprendre Georges Moustaki, surtout de “pâtre grec”, voire même de “pasteur grec”ou de “pope grec” !

Christian Boudignon,

Maître de conférences de langue et littérature grecque

Aix-Marseille Université

[1] “A propos des origines arabes de l’art des troubadours”, Annales 21/5 (1966), p. 990-1011.

[2] Disertaciones y opúsculos II, Madrid, 1928, p. 140-143.

[3] « The Etymology of Old-Provençal trobar, trobador : A Return to the ‘Third Solution’ », Romance Philology 36 (1982-1983), p. 137

[4] Vocabolario della lingua greca, Turin, 2013.

[5] Cité par Du Cange, Glossarium mediae et infimae latinatis, Niort, 1883-1887, au mot « tropus ».

[6] Les troubadours, une hisstoire poétique, Paris 2013, p. 33.

[7] Gaston Paris, « Trouver », Romania 7, 1878, p. 418-419.