Archives par mot-clé : Sfar

Laurent Force a lu pour vous « Socrate, le demi-chien »

► ὁ λύχνος n° 151, novembre 2018, article huit.

Couverture de Socrate le demi-chien, Œdipe à Corinthe (2009) (copyright Dargaud)

Lu pour vous : Joann Sfar et Christophe Blain, Socrate le demi-chien, Dargaud (collection Poisson Pilote), Paris, tome 1, Héraklès(2002), tome 2, Ulysse (2004) &tome 3, Œdipe à Corinthe (2009).

Mon cher Christian[1],

Tout comme moi, tu dois sans doute t’interroger sur ce que deviennent les élèves et sur ce que font vraiment de leurs cours de grec ancien ceux qui ne deviennent pas professeur comme toi. Je viens justement d’avoir des nouvelles du jeune Joan S***, celui qui parlait tout le temps de son grand-père rabbin et qui passait son temps à dessiner en classe comme dans les publicités pour Guy Degrenne[2].

Tout d’abord les bonnes nouvelles : tout comme dans la publicité, c’est aujourd’hui le premier. Il fait des bandes dessinées et vend bien plus d’albums que tu ne vends de livres. Et il parle de Grecs et de mythologie. En revanche, tu auras peut-être un peu de mal à reconnaître le récit d’origine, si tant est qu’il en ait jamais existé une version de référence. C’est un peu le principe de la littérature que de réécrire sans cesse le mythe.

Voici donc Socrate, philosophe cynique. L’affirmation est à prendre au pied de la lettre : Socrate est un chien, ou plus exactement Socrate est un demi-chien. Socrate est le chien d’Héraclès. Héraclès est le fils de Zeus, qui est un dieu. Héraclès est donc un demi-dieu. Socrate est le fils du chien de Zeus, il est donc un demi-chien. Logique. Socrate est doué de parole, et, tout comme le chat du rabbin[3]  (héros éponyme d’un autre album), en fait un mauvais usage : il philosophe, ce qui a le don d’exaspérer Héraclès.

Héraclès est un héros. Il sauve les jeunes filles des monstres, accomplit des exploits, change le cours de l’histoire. Il est surtout une brute épaisse, qui tient davantage du Conan de l’Américain Robert E. Howard que du demi-dieu. Tout comme Conan, il a besoin de se civiliser, ou, plus exactement, de s’humaniser. C’est finalement le but caché de ses aventures et l’on verra que Socrate aurait pu s’appelerMentor.

S’ensuivent trois albums délirants, moderne Satyricon,où mythologie grecque, Bible, références modernes s’entremêlent en une sorte de pâtée pour chien (philosophe) ou pour chat (du rabbin) et où Héraclès cherche à comprendre l’amour conjugal, puis l’amour paternel. Comme ni le mélange de genres, ni l’anachronisme et encore moins l’immoralité d’une époque pré-chrétienne ne te font peur, tu riras beaucoup.

Le dessin est l’affaire de Christophe Blain, qui a notamment illustré l’excellente BD Quai d’Orsay[4]et rendu inoubliable Dominique de Villepin sous les traits du Minotaure. Même s’il n’est pas aussi percutant, le dessin des trois albums reste efficace et même sensuel par moments.

Finalement,même si les aventures de Socrate le demi-chien ne sont pas le meilleur album de ces deux auteurs, j’ai passé un agréable moment à les lire. Je ne tenterai pas de les lire à mes enfants et je me contenterai du Feuilleton d’Hermès[5],dont je te conseille la lecture si tu ne le connais pas.

Laurent Force


[1]Christian Boudignon, rédacteur de la revue Connaissance hellénique.

[2] https://www.youtube.com/watch?v=ni8wu6ZqsQY

[3] Joann Sfar et Christophe Blain, Le Chat du Rabbin, tome 1 : La Bar-Mitsva, Dargaud, collection Poisson Pilote EAN 9782205052077

[4] Christophe Blain et Abel Lanzac, Quai d’Orsay : Chroniques diplomatiques, Dargaud.

T1 : EAN 9782205061321

T2 : EAN 9782205066791

[5] Murielle Szac et Jean-Manuel Duvivier, Le feuilleton d’Hermès, Bayard Jeunesse, EAN 9782747019262