Archives par mot-clé : seringue

Jean-Victor Vernhes, « Une étymologie pour la syrinx ? »

► ὁ λύχνος n° 158, mars 2021, article dix.

Henry d’Arles, Pan et Syrinx ? Musée Longchamp, Marseille, (Wikicommons)

Une étymologie pour ἡ σῦριγξ, la syrinx ?

 

La syrinx ou flûte de Pan, chacun la connaît : le mot désigne un instrument rustique fait d’une série de tuyaux accolés et d’inégale longueur. Dans Daphnis et Chloé, l’écrivain grec Longus nous raconte comment le dieu Pan, après avoir poursuivi la nymphe Syrinx, créa cet instrument de musique et lui donna le nom de la nymphe. Vous avez ce texte dans mon Initiation au grec ancien, p. 131. Mais il y a bien des variantes dans les légendes de la Grèce.

Laurent Calvié, spécialiste des musicographes grecs, me précise qu’il convient également d’indiquer le poète latin Tibulle (II, 5), et que le lexicographe Pollux (IV, 69, p. 222 éd. Bethe) évoque aussi les flûtes de Pan à tuyaux inégaux (ὑπολήγοντες εἰς τὸν ἐλάχιστον ἀπὸ τοῦ μεγίστου ‘avec une décroissance du plus grand au plus petit’). Il me rappelle aussi le poème figuré (calligramme) de Théocrite intitulé Syrinx, qui se compose de vingt vers de longueur décroissante.

Mais, ajoute-t-il, dans les représentations figurées, ces syrinx à tuyaux inégaux sont plus rares que celles à tuyaux égaux. À l’intérieur des tuyaux de même longueur on coulait plus ou moins de cire, afin d’obtenir la hauteur de son souhaitée.

La flûte de Pan peut aussi être désignée par le mot πηκτίς, qui habituellement désigne une harpe et se rattache étymologiquement au verbe πήγνυμι ‘assembler, ajuster, construire’. Cela signifie simplement que l’objet est un montage, et n’indique rien de sa spécificité. Ce verbe peut s’employer par exemple à propos de navires ; ainsi en Iliade, II, 664, nous lisons αἶψα δὲ νῆας ἔπηξε ‘et vite il construisit des navires’. Le constructeur de navire est un ναυπηγός. Le mot πηκτίς a pu être transféré à la flûte de Pan, créée par une autre façon d’opérer un πηγνύναι, par un assemblage de tuyaux avec de la cire. Le fait que les tuyaux peuvent être égaux ou inégaux est sans incidence sur notre recherche d’une étymologie.

Laurent Calvié, que j’en remercie, m’a également communiqué au sujet de la syrinx d’autres précisions techniques, avec d’utiles références bibliographiques. En voici l’essentiel, auquel j’ai ajouté la traduction des citations grecques : « Sur la question qui vous intéresse, me dit-il, le locus classicus est un fragment d’un ouvrage anonyme intitulé Hagiopolitès dans le Parisinus graecus 360 et édité dans A.-J.-H. Vincent, Notice sur trois manuscrits grecs relatifs à la musique, Paris, Imprimerie royale, 1847, p. 262, que je reproduis tel quel : Σύριγγος εἴδη δύο· τὸ μὲν γάρ ἐστι μονοκάλαμον, τὸ δὲ πολυκάλαμον ‘Il y a deux espèces de syrinx, l’une a un seul tuyau, l’autre en a plusieurs’. Cette source tardive est confirmée par Athénée (Deipnosophistes, IV, 184a, p. 401, 12-16 éd. Kaibel), qui cite Euphorion (3e-2e s.) : Εὐφορίων δ᾽ ὁ ἐποποιὸς ἐν τῷ περὶ μελοποιῶν τὴν μὲν μονοκάλαμον σύρριγγα Ἑρμῆν εὑρεῖν, … τὴν δὲ πολυκάλαμον Σιληνόν, Μαρσύαν δὲ τὴν κηρόδητον ‘Le poète épique Euphorion dans son traité De la mélopée <dit> qu’Hermès inventa la syrinx à un seul tuyau, …., Silène celle à plusieurs tuyaux, et Marsyas le collage à la cire’[1]. »

 

Attachons-nous d’abord à ce qui fut notre point de départ, la syrinx polycalame, et nous nous occuperons ensuite de la monocalame.

On trouve en grec bien des mots en -ιγξ. « … aucune autre langue indo-européenne ne fournit de dérivés nominaux présentant cette structure. Les mots de ce groupe sont parfois obscurs, ils peuvent être suspects d’être des arrangements de mots empruntés. » (P. Chantraine, La formation des noms en grec ancien, p. 398). « L’hypothèse d’un emprunt méditerranéen ou oriental semble plausible », dit le même auteur dans son Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Et pour Beekes, on s’y attend, c’est du pré-grec assurément.

Le suffixe -ιγξ n’est donc pas indo-européen et il est certain qu’il y a eu emprunt. Mais une langue peut faire usage d’un suffixe emprunté. Nous nous livrons en français à bien des créations spontanées avec le suffixe -ing emprunté à l’anglais. Le grec a pu créer des mots en ajoutant le suffixe emprunté -ιγξ à des éléments lexicaux de son propre fonds. Explorons cette voie pour σῦριγξ.

Οn joue de cet instrument en le déplaçant sur les lèvres de façon à souffler successivement dans les tuyaux émettant la note voulue. Les gestes sont comme ceux d’un joueur d’harmonica. On tire, avec la main, sur les lèvres, l’instrument vers la droite, vers la gauche…

On songe alors au verbe σύρω ‘tirer’. Il y aurait eu adjonction du suffixe -ιγξ à σῡρ- qui est le thème de ce verbe à l’imperfectif et à l’aoriste. Ce suffixe se rencontre dans divers termes techniques et en particulier dans le nom de deux autres instruments de musique : ἡ σάλπιγξ, ‘la trompette’ et ἡ φόρμιγξ, ‘la lyre primitive’.

On aimerait trouver, pour étayer cette hypothèse, au moins un texte où le verbe σύρω décrirait ce geste de la main d’un joueur de flûte de Pan. Or ce texte, le voici. Dans une épigramme de l’Anthologie (IX, 586), le poète, Cométas l’Archiviste, conversant avec le dieu Pan, lui dit :

Πὰν φίλε, πηκτίδα μίμνε τεοῖς ἐπὶ χείλεσι σύρων

Mon cher Pan, continue à tirer ta flûte sur tes lèvres

Dans la traduction de la collection ‘Budé’, σύρω est traduit par « tirer des sons », alors que de toute évidence il s’agit d’une flûte de Pan que le dieu lui-même déplace sur ses lèvres en exerçant sur elle des tractions. Le complément d’objet de σύρων est πηκτίδα, accusatif de ἡ πηκτίς, terme dont nous avons parlé plus haut, qui ici désigne la syrinx, et ne saurait signifier ‘des sons’. En outre on ne trouve jamais, avec σύρω, un complément d’objet désignant un son.

La traduction anglaise de la collection Loeb est « Ply the pipe with thy lips », ce qui relève de la même incompréhension. Le verbe σύρω est escamoté, et il est témérairement donné à ἐπί + datif un sens instrumental.

 

L’étymologie ici proposée convient parfaitement à la σῦριγξ polycalame, à la flûte de Pan, faite d’un assemblage de plusieurs tuyaux. Mais le mot s’est appliqué aussi à la monocalame, au pipeau dont le tuyau unique était percé de trous latéraux qu’on bouchait ou débouchait avec les doigts, et qui ne se distinguait de la flûte (αὐλός) que par l’absence d’anche. Il ne saurait y avoir ici un déplacement de l’instrument sur les lèvres. Il n’y a pas ici de σύρειν. Le mot σῦριγξ s’est néanmoins, par généralisation, appliqué aussi à l’autre instrument rustique qu’était ce pipeau que nous venons de décrire, avec oubli de l’étymologie rattachant le mot à l’idée de tirer.

Mais selon quel processus s’est opérée cette généralisation ? Une première piste s’offre à nous, qu’on peut illustrer par l’exemple que voici. Une mise en quarantaine est à l’origine un confinement de quarante jours pour raisons sanitaires. Or on a récemment entendu parler de quarantaines de dix jours, etc. Et voilà le mot employé pour désigner l’essentiel : tout confinement pour raisons sanitaires, avec effacement de la notion de quarante jours, qui était l’origine étymologique du mot et faisait de celui-ci un signe motivé. De tels processus sont fréquents dans l’histoire des mots

Nous avons un processus de ce type pour σῦριγξ. L’étymologie de ce mot apparaît lorsqu’il désigne la flûte rustique dont nous avons parlé, faite d’un assemblage de plusieurs tuyaux, et maniée selon une certaine gestuelle donnant son nom à l’instrument. Mais ensuite, avec oubli de l’étymologie et effacement de la référence à ce geste, le mot a désigné globalement cet ensemble d’instruments rustiques à tuyaux dépourvus d’anche qu’étaient les pipeaux et les flûtes de Pan.

 

Cette généralisation se comprend bien dans une ambiance de rusticité. Cette rusticité de la σῦριγξ apparaît dès les plus anciens textes : en Iliade XVIII, 525-526, sont représentés sur le bouclier d’Achille δύω νομῆες τερπόμενοι σύριγξι, ‘deux bergers trouvant leur bonheur dans leurs syrinx’. Dans le Philoctète de Sophocle, vers 213-214, il est dit que la syrinx est un instrument de ποιμήν (de berger). Au livre III de la République de Platon, dans le passage où il y a bannissement des instruments de musique, nous lisons qu’après la grande élimination, « λύρα… καὶ κιθάρα λείπεται, κατὰ πόλιν χρήσιμα, καὶ αὖ κατ᾽ ἀγροὺς τοῖς νομεῦσι σῦριγξ ἄν τις εἴη » ‘il reste la lyre et la cithare, choses utiles dans la ville, tandis qu’aux champs pour les bergers il pourrait bien y avoir quelque syrinx’ (399d). L’expression par le potentiel (ἄν…εἴη) et l’indéfini τις font sentir qu’on entend rester dans le vague, et que le mot σῦριγξ ne renvoie pas à un objet bien défini. On sent un sourire condescendant dans ce τοῖς νομεῦσι σῦριγξ ἄν τις εἴη : on est ἀστεῖος (‘urbain, distingué’), on est bien loin de ce qui est ἀγροῖκος (‘rural, rustique, rustre’), et il serait inélégant d’avoir l’air de se trop bien connaître en instruments de musique agreste[2].Ainsi le vocabulaire grec ne s’est pas soucié de distinguer le pipeau de la flûte de Pan, et a fait usage globalement du terme de σῦριγξ, qui étymologiquement renvoie au plus typique, au plus emblématique de ces instruments du monde rural : la flûte de Pan.

Ce mot σῦριγξ, qui nous renvoie à des tuyaux de flûte, s’est étendu à divers champs sémantiques, en désignant des choses ayant quelque ressemblance avec un tuyau : trachée, bronche, galerie souterraine, couloir… Le latin médical en a tiré syringa ‘seringue’ ; pour ce dernier mot, on regardera dans ὁ λύχνος n° 149 (mars 2018) l’article de Christian Boudignon De la syrinx à la seringue : https://ch.hypotheses.org/2176

Cette évolution a un parallèle dans l’histoire de notre mot tuyau : il vient d’un terme francique[3] désignant la corne, le cor.

Jean-Victor VERNHES

Maître de conférences honoraire

Université d’Aix-Marseille

Centre Paul-Albert Février

 

[1] « Ces deux témoignages, écrit L. Calvié, sont mentionnés dans S. Michaelides, « Syrinx », The Music of Ancient Greece. An Encyclopedia, London, Faber & Faber, 1978, p. 314-315. Voir aussi Daniel Paquette, L’instrument de musique dans la céramique de la Grèce antique. Études d’Organologie, Paris, De Boccard, coll. « Université de Lyon II – Publications de la Bibliothèque Salomon Reinach » [4], 1984, p. 63 : « Le terme de syrinx s’applique à tout instrument insufflé directement sans le concours d’une anche. Deux modèles ont existé : la syrinx monocalame qui correspond au pipeau et la syrinx polycalame ou flûte de Pan ».

[2] Nous ne sommes pas encore à l’époque où la pastorale sera de mode (Théocrite, Longus…).

[3] Le francique est la langue des anciens Francs. Beaucoup de mots français en proviennent.

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Christian Boudignon : De la syrinx à la seringue.

►  Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°39) CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 149, mars 2018,  article sept)

« Tu crois qu’ils vont nous seringuer à vue ? »

Haut-relief du dieu Pan dit « satyre della Valle», époque hellénistique. Cliché Jastrow (wikicommons)

Quand j’étais petit, l’été à la campagne, un de nos jeux les plus réussis consistait à remplir d’eau de grosses seringues et à nous poursuivre dans les rues pentues du village de Salettes (Haute-Loire) pour nous arroser mutuellement. D’où venaient et à quoi servaient ces grosses seringues, à quels grabataires ou autres vieillards cacochymes, à moins que ce ne fût pour je ne sais quel cheval ou cochon, voilà des questions que je ne me souviens pas m’être posées.

« Celui qui ma syrinx avant-hier m’a volée »

Je ne me posais pas non plus d’ailleurs des questions d’étymologie. Pourtant, une fois n’est pas coutume, l’étymologie de seringue ne manque pas de poésie. Le mot est grec. Il vient de la σῦριγξ [syrinx], cette flûte de Pan par laquelle les bergers charmaient les bergères grecques. J’aime beaucoup la joute poétique que se livrent le chevrier Comatas et le berger Lacon, telle que nous l’invente Théocrite en dialecte dorien de Sicile (Idylles 5,5) :

Κομάτας : 
αἶγες ἐμαί, τῆνον τὸν ποιμένα τόνδε Σιβυρίταν

φεύγετε τὸν Λάκωνα: τό μευ νάκος ἐχθὲς ἔκλεψεν.

Λάκων : 
οὐκ ἀπὸ τᾶς κράνας; σίττ᾽ ἀμνίδες. οὐκ ἐσορῆτε

τόν μευ τὰν σύριγγα πρόαν κλέψαντα Κομάταν;

Κομάτας : τὰν ποίαν σύριγγα; τὺ γάρ ποκα δῶλε Σιβύρτα

ἐκτάσα σύριγγα; τί δ᾽ οὐκέτι σὺν Κορύδωνι

ἀρκεῖ τοι καλάμας αὐλὸν ποππύσδεν ἔχοντι;

« Comatas : Mes chèvres, cet homme, ce berger-là, le Sybarite,

fuyez-le, le Laconien : hier, il m’a volé ma peau de chèvre.

Lacon : Allons, loin de la fontaine ! Ici, agnelles ! Ne voyez-vous pas

celui qui ma syrinx avant-hier m’a volée, Comatas ?

Comatas : Quelle syrinx ? Toi, esclave de Sibyrtas,

tu as acheté un jour une syrinx ? Pourquoi ne te suffit-il plus avec Corydon

d’avoir un pipeau de paille pour souffler dedans ? »

On croirait entendre deux enfants dans une cour de récréation. Telle est la vie rêvée des bergers, paradis inventé par un Grec en exil en Egypte, loin des problèmes d’alors et des problèmes d’aujourd’hui de l’héritage de Johnny Hallyday, de la réforme du baccalauréat, des trafics de drogue ou du dernier assassinat à Marseille.

Le mot syrinx ne désigne pas seulement en grec la flûte de Pan, mais toute tubulure qui y ressemble. A la fin de l’Ajax (v. 1411-1413) de Sophocle, ce sont les veines du défunt qui crachent du sang noir… ἔτι γὰρ θερμαὶ σύριγγες ἄνω φυσῶσι μέλαν μένος « car les veines encore chaudes crachent leur force noire ». J’imagine très bien le cadrage d’un Quentin Tarantino sur le sang qui gicle du malheureux cadavre à même le sol. Qui croit encore qu’on ne montrait pas de sang sur scène dans l’Antiquité ?

« Saignées, potions, onguents, injections… »

En latin, le mot syrinx (accusatif syringa, génitif syringis) est emprunté au grec au sens de « flûte de Pan ». La première syllabe était prononcée par les gens cultivés : [su], mais par le peuple : [si]. Chose remarquable, on voit apparaître un doublet syringa au sens de « seringue » ou d’« injection, lavement, clystère » chez un écrivain latin de la fin du IVe siècle ap. J.-C., Végèce, dans un ouvrage vétérinaire sur le traitement des chevaux appelé Mulomedicina (1, 28, 7) où il est question des « saignées, potions, onguents, injections (siringae) et différentes espèces de médicaments ». Le sens d’« injections » ne se comprend que si l’on avait déjà inventé des « seringues » pour faire l’injection. On a de fait dans la liste de notre texte un emploi métonymique de seringa qui désigne par l’instrument l’action de l’instrument.

A partir de l’accusatif grec syringa, interprété sans doute comme syringa(m) où l’on n’aurait pas entendu le m final, a dû se créer de façon populaire le mot syringa (génitif syringae) prononcé en fait [sirínga] avec un i et un déplacement de l’accent sur la deuxième syllabe, selon la logique latine.

Ah, la poésie des armes !

Le mot avec son sens passe sans difficulté en français : on le trouve au XIIIe siècle sous la double forme siringe ou ceringue. On n’a pas de difficulté à expliquer la chute habituelle du a final transformé en e muet ni l’ouverture fréquente mais nullement obligatoire du i initial en e. Il suffit de donner l’exemple de primarius devenu en français premier. Peut-être le r a-t-il joué un rôle ouvrant ?

Plus amusante est l’évolution du sens puisque le mot désigne assez vite, en plus de son emploi médical, « un mousquet » au XVIIe siècle, un « fusil » au XIXe siècle, et au XXe siècle, dans l’argot, un « pistolet » ou une « mitraillette ». Ah, la poésie des armes ! Je ne résiste pas pour finir à vous livrer ce petit dialogue savoureux d’un roman policier de San Antonio des années 1960 (je laisse le lecteur en retrouver le titre) où le mot seringue a donné le verbe seringuer « tirer à la mitraillette » :

« Tu vois, soupire mon Courageux. Ça fait plusieurs jours que l’on est enfermé ici et j’ai pas seulement envoyé une carte postale à Berthe.

—En fait de carte, c’est un faire-part qu’elle recevra, prophétisé-je

—Ce qu’il y a de c… c’est que nos pétoires sont restées en bas. On n’aura pas même la satisfaction d’en démolir quelques-uns. Tu crois qu’ils vont nous seringuer à vue ?

—On peut s’y attendre.

—Mourir en chaussettes, c’est pas prestigieux, hein, mec ?

—Ça pourrait être pire.

—Par exemple ?

—Si tu clamçais en calcif. »

Mais, trêve de plaisanterie, j’arrête de vous seringuer avec mes histoires, vous avez sans doute mieux à faire…

Christian Boudignon

Maître de conférences des langue et littérature grecques

à l’Université d’Aix-Marseille.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts