Archives par mot-clé : Romanet

L’hellénisme en France : Orphée en Béotie ?

Mosaïque de Vienne (Musée de Saint-Romain-en-Gal)

 

►L’HELLÉNISME EN FRANCE (Λύχνος n° 133, article quatre)

ORPHÉE EN BÉOTIE ?

Les rapports de Jean Racine avec Montdidier et le plateau picard

            

[Racine est sans doute le plus grand helléniste poète de la langue française. Il lisait et annotait Euripide en grec. Notre Orphée français cependant avait des fermes à Mondidier, en Picardie, dont les habitants lui semblent de vrais béotiens… A moins que ce ne soit une lecture superficielle de ses lettres et qu’il n’y faille voir une passion secrète pour Montdidier ?]

                           Orphée jouant de la lyre.                                   Mosaïque de Saint-Romain en Gall

 

 

Le mariage n’est pas un cloaque sans fond : Racine et son épouse

‒  JE NE DOUTE POINT, Madame Racine, que votre époux n’obtienne un beau succès avec Esther.

‒ Vous cherchez en vain à m’inquiéter. Jean est incapable de me tromper, je le connais bien[1].

Près du chœur de l’église Saint-Étienne-du-Mont, sur l’antique Montagne Sainte-Geneviève, dans ce quartier de Paris devenu latin après avoir été romain, repose sous la dalle de marbre le plus inégal et le plus uni des couples. Jean et Catherine, la lumière et l’ombre, le poète solaire et l’obscure ménagère : en un mot, Racine et son épouse, née Mademoiselle de Romanet. Deux cœurs et un seul esprit, celui de Jean, pourraient ironiser les mauvaises langues. Un seul cœur pour deux, faut-il répondre, et non celui de l’un ou de l’autre, mais un mélange intime qui n’a pas attendu l’œuvre de confusion de la mort pour offrir l’image d’un mariage heureux. S’il fut de raison, qu’importe ? La vie sentimentale du Racine de la maturité semble démentir la thèse essentielle de son théâtre : la raison peut parfois être ce qui règle l’amour. Merci donc, Montdidier, d’avoir, grâce à l’une de tes filles, ramené l’auteur d’Andromaque de l’enfer des passions à la terre de la tendre estime, et de lui avoir fait faire la nique à Monsieur Pascal en prouvant que le mariage n’était pas un cloaque sans fond !

 

Les noces de Racine et de Mademoiselle de Romanet

L’an de grâce 1677 représenta un tournant dans la carrière et dans la vie affective de Racine. La tempête soulevée par Phèdre avait décidé son auteur à renoncer au théâtre. S’étant publiquement réconcilié avec Port-Royal, le poète n’aspirait plus dès lors qu’à une existence rangée. Las des amours tumultueuses il éprouvait le besoin pressant d’un tranquille bonheur domestique. L’ami dévoué des bons et des mauvais moments, Nicolas Vitart, cousin de son père et intendant du duc de Luynes, lui trouva sans tarder l’épouse qu’il lui fallait.

Catherine de Romanet, orpheline âgée de vingt-cinq ans, était issue d’une famille languedocienne établie depuis plus d’un siècle dans la cité picarde de  Montdidier (aujourd’hui sous-préfecture du département de la Somme). Son père avait été maire de la ville avant d’acquérir, en 1658, l’office de trésorier général de France à Amiens. Par trois fois, en 1647, 1649 et 1657, on avait jugé ce bon bourgeois digne d’offrir l’hospitalité au jeune Louis XIV et à la reine régente. La demoiselle vivait à Paris, chez son tuteur Louis Le Mazier, greffier en chef des requêtes de l’Hôtel du Roi [2].

Le contrat de mariage, signé le 30 mai 1677 par le grand Condé et son fils, sept membres de la famille Colbert, le duc de Luynes, le duc de Chevreuse et plusieurs Lamoignon, montre les puissants soutiens dont jouissait le poète [3] . Les noces furent célébrées le 1er juin 1677 en l’église Saint-Séverin, paroisse de Mlle de Romanet. Parmi les témoins du marié figurait son vieil ami et compagnon de plaisir, Boileau. Le témoignage de ce complice des frasques raciniennes fut probablement assez sélectif  [4]. La publication de l’événement échut au Mercure galant de Donneau de Visé, lequel se montra, à cette occasion, plus soucieux de justifier le titre de sa gazette que de prouver son objectivité. Son portrait de l’épousée est en effet des plus avantageux : (Mlle de Romanet) a du bien, de l’esprit et de la fortune, et M. Racine méritait bien de trouver tous ces avantages dans une aimable personne [5]. A l’érudit qui explore les archives de la famille Racine, le bien de la jeune fille se révèle relativement modeste : une ferme à Variville, d’autres terres près de Montdidier et 3500 livres de rente sur la gabelle : au total, 5000 livres de revenu [6]. De l’esprit, nous reparlerons tantôt. Quant à l’aspect aimable de la personne, il est difficile d’en juger, faute du moindre portrait ou même d’une quelconque description physique émanant d’un contemporain.

Le couple s’établit à Paris, changeant fréquemment de domicile : rue des Ursins, île Saint-Louis, rue du Cimetière, rue des Maçons, enfin un hôtel particulier sis dans la rue des Marais [7]. Mais n’allons pas y voir un signe d’instabilité. Le ménage fut apparemment des plus heureux. Il ne nous reste presque rien de sa correspondance intime : les deux lettres conservées de Racine à son épouse [8] ne traitent que de questions matérielles et quotidiennes, mais l’attention de l’écrivain pour ses enfants et son affectueuse estime pour sa compagne y apparaissent clairement. Catherine ne déçut pas les espérances de son mari et se montra féconde : sept enfants se succédèrent entre 1678 et 1692. Tous furent élevés avec grand soin et reçurent une éducation religieuse des plus scrupuleuses : sur les cinq jeunes filles (Marie-Catherine, Anne, Élisabeth, Jeanne et Madeleine), trois devaient plus tard prendre le voile, et le dernier-né, Louis, s’affirma comme l’un des principaux apologistes laïcs de la religion au XVIIIe siècle.

Catherine survécut à son illustre mari, mort d’une tumeur au foie en 1699. Aussi exemplaire dans le veuvage qu’elle l’avait été dans le mariage, elle se consacra à l’établissement de ses enfants et s’éteignit paisiblement le 11 novembre 1732 [9].

 

Elle ignora toute sa vie ce que c’est qu’un vers

Madame Racine n’était pas une intellectuelle. Ayant reçu l’éducation pratique d’une jeune fille de la bourgeoisie provinciale, elle resta toute sa vie étrangère au monde poétique où évoluait son époux. Les Mémoires sur la vie de Jean Racine rédigés par son fils Louis ne font pas mystère de ce contraste : L’un n’avait jamais eu de passion plus vive, y lit-on, que celle de la poésie ; l’autre porta l’indifférence pour la poésie jusqu’à ignorer toute sa vie ce que c’est qu’un vers ; et m’ayant entendu parler, il y a quelques années, de rimes masculines et féminines, elle m’en demanda la différence : à quoi je répondis qu’elle avait vécu avec un meilleur maître que moi. Elle ne connut ni par la représentation, ni par la lecture, les tragédies auxquelles elle devait s’intéresser ; elle en apprit seulement les titres par la conversation [10]. Catherine compensait sans doute sa simplicité par le soin qu’elle avait de son ménage et de son époux, ou, pour parler comme Molière, par son aptitude à distinguer un pourpoint d’un haut-de-chausse. N’était-ce pas l’essentiel ? Racine ne devait point désapprouver les propos tenus par Chrysale dans Les femmes savantes (acte II, scène VII) :

Il n’est pas bien honnête, et pour beaucoup de causes,

Qu’une femme étudie et sache tant de choses.

Former aux bonnes mœurs l’esprit de ses enfants,

Faire aller son ménage, avoir l’œil sur ses gens,

Et régler la dépense avec économie,

Doit être son étude et sa philosophie.

Il est sûr, en tout cas, qu’il s’abstint de faire connaître à Catherine les charmes dangereux de l’art dramatique, et cela, probablement, pour des raisons morales et personnelles : effaçant auprès de cette vertueuse ignorante les traces suspectes de son passé, il n’eût point accepté qu’elle franchit le seuil d’un théâtre, ce lieu de perdition où lui-même avait régné comme Sardanapale au milieu de ses fastueuses débauches.

Après son mariage, le poète n’écrivit plus, d’ailleurs, que deux tragédies (Esther et Athalie), pièces à sujet religieux que lui avait commandées la dévote Madame de Maintenon et qu’il fit jouer par les pieuses Dames de Saint-Cyr. Devenu historiographe du Roi en 1678 et gentilhomme ordinaire de sa chambre en 1690, le bohême turbulent, peut-être émule de la Voisin ‒ si l’on en croit les déclarations de celle-ci, confirmées sous la question, dans une « Affaire des Poisons » qu’étouffa Louis XIV, horrifié par les ramifications du scandale [11] ‒, s’était mué en respectable écrivain de cour, gloire officielle donnant l’exemple de la parfaite alliance du  talent littéraire, de la piété et de la probité de mœurs mise au service de la monarchie. Ce n’est sans doute pas au panégyriste du Roi-Soleil, mais au jeune poète agité des années 1660 que pensait Diderot lorsqu’il brossa dans son Neveu de Rameau, par l’entremise du « héros », un portrait peu flatteur du Racine quotidien [12]. Ou bien disposait-il de quelque document non hagiographique sur la maturité de l’écrivain ?

 

« Des gens qui débitent les plus sottes choses du monde »

Jean Racine se rendait régulièrement à Montdidier, où il logeait, comme il est naturel, dans la demeure familiale des Romanet. En plus de ses fermages, touchait-il là le fond de l’ennui ? C’est possible, mais permettez-moi, chers lecteurs, de chausser à présent, et jusqu’au dernier mot de ce billet, les lunettes de l’universitaire « sociologiquement correct », c’est-à-dire de faire passer les vessies pour des lanternes. Les lignes qui suivent, dois-je préciser, n’ont aucunement pour cible les Montdidériens, les Picards, les provinciaux ou tous les non-parisiens ou non-versaillais de l’époque : elles se bornent à parodier la langue de bois d’une certaine coterie académique, voire médiatique, toujours prompte à désamorcer, au moyen d’un décryptage symbolique relevant moins de la science que de la sophistique et de la mauvaise foi, une réalité qui déplaît ou, pour parler comme Télérama, qui « dérange ».

On risque fort de se méprendre sur les sentiments que l’auteur de Britannicus nourrissait envers la future patrie d’Antoine-Augustin Parmentier. En effet, certains passages de la correspondance racinienne faisant mention du pays de son épouse, pourraient donner à croire que l’auteur de Bajazet s’y ennuyait et ne trouvait pas de charme à la compagnie de ses habitants. Ce serait pourtant faire erreur et demeurer à la surface d’un phénomène bien plus complexe qu’il n’y paraît. Profondément inhibé depuis qu’il s’est racheté une conduite, c’est à l’abri de formules extérieurement neutres ou sous le masque élégant de l’antiphrase que Racine cache son amour pour le plateau picard. Comme Phèdre n’ose nommer Hippolyte, pour qui elle brûle de la plus coupable flamme, le poète ne désigne Montdidier et ses environs que par la subtile périphrase « ce pays-ci », où le vague de l’expression à la fois dissimule et suggère la violence de sa passion. La seule lettre envoyée de cette ville, dans la correspondance de Racine, nous donne, sous la forme de la litote tant aimée du grand siècle, une idée de l’état d’âme montdidérien du dramaturge [13]. Vous ne rencontrez (ici) que des gens qui débitent gravement et affirmativement les plus sottes choses du monde, confie-t-il à son fils le 9 juin 1695. Un peu plus loin, il s’excuse de ne point écrire, de sa retraite santerroise, à une dame de sa connaissance : Et d’ailleurs, que pourrais-je mander de ce pays-ci, à quoi elle pût prendre intérêt ? Ne pouvant taire tout à fait sa félicité, le poète évoque furtivement, sur un ton de feinte indifférence, les moments d’ivresse qu’il passe dans cette campagne généreuse : Nous allons cette après-dînée à Griviller. J’ai fait tous mes comptes avec mon fermier, et j’ai renouvelé bail avec lui. Voilà des nouvelles telles que l’on peut vous en mander de ce pays-ci. J’espère que je recevrai encore une lettre de vous avant que de partir ; car si nous partons demain, ce ne sera que l’après-dînée. On fait pourtant tout ce que l’on peut pour nous retenir ici. Et le prince des tragiques d’achever sa lettre par une admirable esquisse de « paysage sentimental », vibrante d’émotion contenue, où le plus ardent enthousiasme se voile sous la mention apparemment innocente du temps maussade et l’allusion antiphrastique à l’ennui : Il pleut ici et fait assez froid. Je prendrai patience, pourvu que les chemins ne soient pas gâtés

On ne sait s’ils l’étaient alors plus ou moins que les habitants, et peu nous chaut, à la vérité. Au-delà de l’anecdote, en effet, l’épître montdidérienne de Racine prend place dans l’histoire de la littérature, sur le thème éternel de l’attachement au sol [14], comme un saisissant témoignage de la « négation affirmative » chère aux théoriciens de l’esthétique classique. Injustement ignoré par la critique jusqu’à ce jour, ce très dramatique échantillon du procédé racinien de la dissimulation révélatrice renferme en outre – et c’est là ce qui touchera au cœur le lecteur picard d’aujourd’hui ‒, la plus sincère et peut-être la plus émouvante déclaration d’amour qu’un poète ait faite au berceau de la pomme de terre ✶

Pascal BOULHOL

  

Indications bibliographiques 

Seuls sont mentionnés les ouvrages accordant quelque place à Catherine de Romanet.

I. Les Mémoires de Louis Racine.

 La principale source d’informations sur la vie privée de Racine reste les Mémoires sur la vie de Jean Racine écrits par Louis Racine, son fils (1692-1763), et publiés en 1747 à Lausanne et Genève ; édition par Luc Estang dans Racine. Œuvres complètes. Paris, Éditions du Seuil, collection L’intégrale, 1962, p. 17-66. Ce panégyrique filial, document de seconde main fondé sur les témoignages de Boileau, Brossette, Valincourt, d’Olivet (Louis n’avait que sept ans quand son père mourut), est évidemment sujet à caution.

II. Autres ouvrages.

Arnaud Chaffanjon, Jean Racine et sa descendance. Chauny, Imprimerie A. Baticle, 1964.

Pierre de Lacretelle, La vie privée de Racine. Paris, Hachette, 1949 (réédition 1970).

Raymond Picard, Corpus Racinianum. Recueil-inventaire des textes et documents du XVIIe siècle concernant Jean Racine. Vol. 1. Paris, Les Belles Lettres, 1956. 

 Id., Nouveau Corpus Racinianum. Recueil-inventaire des textes et documents du XVIIe siècle concernant Jean Racine. Paris, Éditions du CNRS, 1976.

 


[1]  Dialogue imaginaire, mais non dénué de vraisemblance, comme on verra plus loin.

[2]  Voir Lacretelle, p. 174.

 [3]  Texte du contrat dans Picard, Corpus (1956), p. 88.

 [4]  Sur l’amitié de Racine et Boileau, voir, entre autres, Jean Demeure, Racine et son ennemi Boileau, Mercure de France, 1er juillet 1928, p. 34-61 ; René Bray, Boileau, l’homme et l’œuvre. Paris, Boivin, 1942, p. 40-43 ; et surtout Pierre-Eugène Leroy (éd.), Lettres d’une amitié : correspondance, 1687-1698 / Nicolas Boileau, Jean Racine. Paris, Bartillat, 2001.

 [5]  Texte dans Picard, Nouveau Corpus (1976), p. 109.  S’il est vrai que ce mariage permit à Racine de doubler ses revenus, les conjoints étaient donc égaux, au moins quant aux ressources.

[6]  Lacretelle, p. 174. 

[7]  Id., p. 181.

[8]  Texte dans éd. Estang, p. 545-546. On peut y ajouter deux lettres de 1698 écrites conjointe-ment par Racine et son épouse : ibid., p. 575-576.

[9]  Chaffanjon, p. 26.

[10]  Éd. Estang, p. 38.

[11]  Sur le témoignage de la Voisin contre Racine dans l’Affaire des Poisons, voir Lacretelle, p. 175-178.

[12]  Diderot, Le Neveu de Rameau, éd. J. et A.-M. Chouillet, Livre de Poche, p. 22-23.

[13]  Éd. Estang, p. 552-553.

[14]  Du Prométhée enchaîné d’Eschyle à l’Atala de Chateaubriand (où Chactas, prisonnier des Muscogulges, est lié à la terre par des cordes), en passant par Swift (avec Gulliver ficelé sur une plage par les Lilliputiens), ce motif héroïque a été abondamment illustré.


Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts