Archives par mot-clé : QUe veut dire le nom Nausicaa

J.-V. Vernhes retrouve l’étymologie de Nausicaa

► ETYMOLOGIE GRECQUE,   λύχνος n° 147, juillet 2017, quarantième année, article un

Prise d’écran de « Nausicaä de la vallée du vent », film d’animation d’Hayao Mayazaki (copyright Top Craft, Wikimedia)

 

Une étymologie pour Ναυσικάᾱ (ᾰᾱ) ?

ou quand les simples gens sont plus savants que les hellénistes ?

 

[Cet article est le remaniement d’une conférence faite à Marseille pour les 20 ans de l’association Nausicaa]

Si on regarde en grec les noms propres, certains ont un sens bien évident : dans Δημοσθένης, Démosthène, on voit apparaître ὁ δῆμος, ‘le peuple’ et τὸ σθένος, ‘la force’. Dans l’épopée homérique nous avons Νέστωρ, Nestor, c’est à dire ‘le sauveur’ (racine *nes-, ‘sauver’), Τηλέμαχος, Télémaque (τῆλε, ‘au loin’ et ἡ μάχη, ‘la bataille’). D’autres sont moins clairs, ou tout à fait obscurs.

Il arrive qu’un personnage porte un nom correspondant à son caractère. Ainsi dans le nom Θερσίτης, Thersite, personnage arrogant de l’Iliade (II, 212-277), nous avons le degré e de la racine θερσ- que nous retrouvons au degré zéro dans θρασύς, ‘impudent, insolent’.

Qu’en est-il de Ναυσικάᾱ ? Ce nom a-t-il une signification, et correspond-elle à son caractère ? Avec son -ᾱ long final, il relève de la composante éolienne de la langue épique (Chantraine, Grammaire homérique, T.I, p. 199), et on voit bien qu’il entre dans la série des termes formés sur le nom du navire, ναῦς. Mais, nous dit Chantraine dans son dictionnaire étymologique, « le second élément est obscur. »

Notons d’abord qu’un phonème a dû disparaître entre les deux voyelles finales. Mais faut-il poser *Ναυσικάsᾱ, *Ναυσικάyᾱ ou *Ναυσικάwᾱ ?

  1. Des hypothèses embrouillées

Consultons l’Etymologicum Magnum, dictionnaire byzantin qui donne des étymologies, souvent discutables, et des renseignements divers. Nausicaa y est définie ainsi : Kεκασμένη (ὅ ἐστι κεκοσμημένη) ταῖς ναυσί, ‘qui excelle, (c’est-à-dire qui est parée) par des navires’.

Qu’est-ce donc que cette forme κεκασμένη ? C’est le féminin du participe κεκασμένος, se rattachant au parfait isolé κέκασμαι, ‘exceller, briller, surpasser’.

Il s’agit d’une racine καδ- <*knd- qu’on a dans le nom de Κάδμος (le fondateur légendaire de Thèbes) et dans le parfait sanscrit śāśadúr, ‘ils brillent, ils excellent’. On a aussi l’attestation d’un participe κεκαδμένος. Le remplacement de δ par σ devant les finales de parfait  commençant par μ est usuel : οἶδα, ‘je sais’, ἴσμεν ‘nous savons’.

Mais le σ ainsi dégagé n’est pas de ceux qui s’effacent entre voyelles. Seul le σ primitif, hérité de l’indo-européen, connaît cet effacement.

On pourrait penser à une racine *kens- (qui a aussi une forme *kems), qui a donné le latin cēnseō, ‘estimer, donner du prix’ : c’est le sanscrit śasti. De Vaan , dans son Etymological Dictionary of Latin pose pour ce verbe cēnseō un étymon indo-européen *kns-eh1-/*kns-eie-. Le degré zéro de cette racine (*kns- ou *kms) donnerait en grec κα. On pourrait alors imaginer que Ναυσικάα représenterait, avec chute régulière d’un -s- intervocalique d’origine indo-européenne, un ancien *Ναυσικάσα, signifiant ‘qui est honorée par des navires, à qui il est fait hommage de navires’.

Mais la difficulté est que nous ne trouvons pas en grec d’attestation certaine pour cette racine. On a pensé en trouver trace dans le nom de Cassandre. Ce nom a des formes diverses, ce qui ne facilite pas la recherche étymologique. Dans les inscriptions attiques on rencontre Κατάνδρα, sans doute pour Καττάνδρα, à côté de l’usuel Κασσάνδρα. Il y a aussi une forme masculine Κασσανδρεύς[1]. Καττ- à côté de Κασσ- : cela fait penser au double traitement de *-τy- (qui donne -ττ- en attique, -σσ- ailleurs). On a donc posé, de façon aventureuse, un étymon *Καστyάνδρᾱ (dont la structure morphologique ne saute pas aux yeux)[2].

On rencontre aussi la forme Κεσάνδρα sur des vases de Corinthe et de Tarente. Son ancienneté est garantie par le mycénien ke-sa-da-ra. On est alors incité à voir là le degré plein de *kens-/*kns-[3] et nous avons là une nouvelle incitation à tenter d’expliquer toutes ces formes par cette racine.

Tout cela vous semble, n’est-ce pas, bien confus. Vous avez raison. Nous avons affaire à un embrouillamini onomastique qui peut être l’effet de maintes déformations, et où il est sans doute épineux de chercher des logiques étymologiques et phonétiques. Faute de points de repère solides, nous ne pousserons pas plus loin l’inventaire de ces recherches tendant à découvrir en grec des attestations de cette racine *kens-/*kns-, et nous aborderons la question autrement.

  1. Le premier élément : nausi-

Dans bien des mots dont le premier élément est ναυσί- on peut le sentir comme le datif pluriel de ναῦς. Un mot comme ναυσικλυτός ‘célèbre par ses vaisseaux’ (en Odyssée XV, 415, il s’agit des Phéniciens) s’interprète aisément de cette façon : on est glorieux (κλυτός) grâce à des navires (ναυσί).

Mais l’élément -σι- peut aussi servir de soudure entre les deux éléments d’un composés. Ainsi ἀερ-σί-ποδες, ‘qui lève les pieds, qui est rapide’ (racine *αερ-, ‘soulever’ et ὁ πούς, ποδός, ‘le pied) à propos de chevaux ; μνη-σί-κακος, ‘qui se souvient du mal, rancunier’ (racine μνη-, ‘se souvenir’ et κακός, ‘mauvais)  ; ἐγερ-σί-γελως, ‘qui éveille le rire’ (racine *εγερ-, ‘éveiller’ et ὁ γέλως, -ωτος, ‘le rire’). Même structure dans le nom propre Ἀρ-σί-νοος (Iliade, XI, 626) : c’est ‘celui qui élève (αἴρειν) l’esprit (ὁ νόος)’ ; forme féminine : Ἀρσινόη, Arsinoè.

Voici des mots en ναυ-σί- où ce premier élément ne peut être interprété comme un datif pluriel, et où le -σί- a cette fonction de liaison : ναυσίδρομος, ‘qui fait courir les navires’ (le second élément est formé sur la racine *drem-, ‘courir’, qui a donné aussi ὁ δρόμος, ‘la course’) ; ναυσίπομπος, ‘qui envoie des navires’ (cf. πέμπειν ‘envoyer’) ; ναυσίστονος, ‘qui pleure ses vaisseaux’ (στένειν, ‘pleurer’). Nous avons là des composés dont la syntaxe interne fait du premier élément (ναυσί-) le complément d’objet de l’idée verbale contenue dans le second élément. Ce sont des composés qui reculent l’accent et présentent le degré o du second élément. C’est par une structure de ce type que nous allons analyser Ναυσικάα.

  1. Le deuxième élément : -kaa

Mais il nous faut revenir sur un point envisagé au début de cette étude : un phonème a dû disparaître entre les deux voyelles finales. Mais faut-il poser *Ναυσικάsᾱ, *Ναυσικάyᾱ ou *Ναυσικάwᾱ ?

Première hypothèse (-*κάsᾱ) : nous l’avons envisagée en étudiant un possible rattachement à la racine *kens-/*kns-. Cela nous conduisait à une impasse.

Seconde hypothèse : -*κάyᾱ. Ici nous ne découvrons aucune racine à laquelle rattacher la forme.

Troisième hypothèse : -*κάwᾱ (autrement dit -κάF[4]). Ici nous reconnaissons bien une racine, celle de καίω, ‘brûler’ (<*καFyω, avec suffixe -*yω s’ajoutant à la racine *κᾰF-). Même racine dans τὸ καυτήριον, ‘le cautère’, instrument chirurgical qui sert à brûler, à cautériser. Au niveau indo-européen, on pose *keh2w-[5]. Notre *κᾰF- en est le degré zéro.

Ναυσικάα serait alors celle qui brûle les vaisseaux, ou ses vaisseaux. Est-ce plausible ? Voyons la morphologie et la sémantique, liée aux realia.

  1. La morphologie.

Comme dans le type ναυσίπομπος, etc., que nous venons de voir, nous avons dans Ναυσικάα ainsi analysé un composé dont la syntaxe interne fait du premier élément (ναυσί-) le complément d’objet de l’idée verbale contenue dans le second élément (idée de ‘brûler’). C’est aussi un composé qui recule l’accent. Mais il ne présente pas le degré o du second élément. C’est que la racine *καF- est dépourvue de degré o[6], et les choses se passent comme dans les noms propres Ναυσίμαχος et Ναυσιμάχη, signifiant littéralement ‘qui bataille sur mer’, qui sont formés sur la racine de ἡ μάχη, ‘la bataille’, racine dépourvue d’alternances. En outre, le nom de Ναυσικάα, créé dans l’épopée homérique, relève d’une époque de la langue où le système alternant n’était plus productif.

  1. La sémantique et les realia.

En quoi Nausicaa serait-elle une incendiaire de vaisseaux ?

Il convient ici de songer à l’expression « brûler ses vaisseaux », qui signifie prendre ses dispositions pour s’empêcher de revenir en arrière. C’est une technique de combat pour ôter aux troupes, après un débarquement, l’espoir d’un rembarquement qui les éloignerait des dangers, et pour les contraindre à aller de l’avant.

Remontons le cours de l’histoire.

Nous voici avec Cortés au Mexique, en 1519. Il souhaite conquérir des terres et affronter Moctezuma, mais s’il laisse les marins et les navires à Veracruz, il risque d’avoir des désertions vers Cuba. Il est décidé de détruire les navires. Il n’est pas certain qu’ils furent vraiment brûlés, mais c’est ce qui fut raconté par la suite, et cela souligne l’importance d’un tel scénario dans l’imaginaire. D’où l’expression « quemar las naves » (= « brûler les navires ») signifiant en espagnol qu’on s’est mis dans l’impossibilité de rebrousser chemin.

Le 18 octobre 1081, près de Dyrrachium, port principal de l’Illyrie, une bataille opposa l’armée byzantine sous la conduite de l’empereur Alexis Ier Comnène aux Normands d’Italie du Sud dirigés par Robert Guiscard. Guiscard disposa ses forces devant celles d’Alexis et fit brûler ses propres vaisseaux pour prévenir toute fuite de ses troupes. Une partie de l’armée de Guiscard, débandée, se réfugia sur la plage, s’y trouva dans l’impossibilité de rembarquer, et put être reprise en main. Puis ce fut la déroute des byzantins.

Le tyran de Syracuse Agathoclès, au IVe siècle av. J.-C., décida d’attaquer Carthage. Après son débarquement en Afrique, il fit brûler tous ses navires, pour que les troupes ne fussent pas tentées d’exiger un retour précoce. Les seules perspectives étaient pour lui la mort ou la victoire. Après celle-ci, il reconstruirait une flotte. La vue de cette flotte incendiée emplit de terreur les Carthaginois : ils perdaient tout espoir de voir les envahisseurs rembarquer[7].

Il nous faudrait des exemples d’incendies de vaisseaux empêchant un rem­bar­­quement qui remonteraient sinon aux temps homériques, du moins à ceux de la composition des poèmes homériques, au VIIIe siècle. Or ce siècle fut l’époque des débuts de la colonisation grecque en Méditerranée. Les membres de ces ἀποικίαι n’étaient sans doute pas tous enchantés de participer à l’opération, et les problèmes d’installation devaient être rudes : tout était à mettre en place, et les autochtones pouvaient ne pas être accueillants. D’où, à coup sûr, des révoltes et des revendications de rembarquement et de retour à la mère-patrie. Mais la mission sacrée du chef de l’expédition, l’οἰκιστής, était le voyage sans retour. Révoltes et revendications doivent être matées, ce qui pouvait s’effectuer dans le style d’Agathoclès, par la destruction des vaisseaux. La chose est  vraisemblable, mais le moins qu’on puisse en dire est que, pour ces âges obscurs, nous manquons de documents. Cependant les fouilles archéologiques révèlent plus d’une fois, lorsqu’on descend au-dessous du niveau grec, un niveau d’incendie indiquant que l’instal­lation de la colonie s’est faite dans la violence. On imagine ce qui s’est passé, selon le schéma que nous venons d’évoquer : le débarquement se heurte à une vive résistance, les nouveaux arrivants veulent rembarquer, l’οἰκιστής s’y oppose énergiquement et fait brûler les navires, une bataille s’engage contre les occupants du site, et leur défaite s’accompagne d’un incendie. Ce qui nous donne à penser qu’il en fut bien ainsi, c’est justement le nom de Nausicaa, la « brûleuse de vaisseaux ».

Nausicaa en effet, au chant VI de L’Odyssée, est celle qui ne recule pas, qui ne revient pas en arrière, contrairement à ses compagnes qui s’enfuient épou­vantées, à la vue d’Ulysse vêtu de branchages. En demeurant face à lui, elle s’interdit de faire volte-face, elle se met dans un point de non-retour. Elle est métapho­riquement « celle qui brûle ses vaisseaux ». Son nom illustre le caractère révélé par son comportement en cette circonstance. Mais cette métaphore n’aurait pu se créer si elle n’avait reflété des réalités historiques du temps où s’élaborait L’Odyssée.

Le rapprochement avec καίω, ‘brûler’ est déjà dans la Souda[8]: Ναυσικάα : ὄνομα κύριον. μέμνηται ῞Ομηρος Ναυσικάας Φαιακικῆς βασιλικῆς παιδὸς προσφυῶς τῇ χώρᾳ· ἐπεὶ ναυτικώτατοι ὄντες ἐπέκαιον ταῖς ναυσὶ πίσσαν πρὸς ἀσφάλειαν. Nausicaa : nom propre. Homère mentionne Nausicaa, princesse royale des Phéaciens, d’une façon adéquate à ce pays : car, fort experts en navigation, ils brûlaient de la poix contre les navires pour une parfaite sûreté.

Nous avons bien ici la mise en rapport du nom de Nausicaa avec le verbe καίω, mais la morphologie n’est pas élucidée, et l’explication par des opérations de calfatage est pour le moins peu convaincante.

  1. Rebondissement !

Jusqu’à cette étape de l’investigation, nous avions travaillé à l’ancienne, en compulsant les ouvrages de référence : dictionnaires étymologiques, etc. Et, Souda mise à part, nous pensions être, à propos de la question énoncée dans notre titre, un innovateur…

Mais voici que nous avons procédé à une relecture d’une première version du présent article en compagnie de Pascal Boulhol, président de ‘Connaissance hellénique’. Il a estimé qu’il convenait d’être plus moderne, et de faire des fouilles sur Internet. Et là, nous avons fait des découvertes.

Ainsi l’archéologue Charles Lenormant (1802-1859), dans son Élite des monuments céramographiques, volume I (Paris 1844), p. 246, nous dit que « le nom de Nausicaa [signifie] en grec celle qui brûle les vaisseaux (de ναῦς, vaisseau et καίω ou κάω, brûler). » Ce savant n’avait pas inclus le latin et le grec dans ses domaines de recherche, et n’étant pas gram­mairien, il n’a pas pris garde au fait que nous ne pouvons faire dériver de κάω la finale -κάα de Ναυσικάα, et qu’il faut partir de la forme *κᾰF[9]– de la racine. En effet l’avant-dernier α de Ναυσικάα est un ᾰ bref, tandis que κάω comporte un ᾱ long, et en outre est une forme attique (donc étrangère à la langue homérique) résultant du traitement d’anciens αι en hiatus ; avec la même apparition d’un ᾱ long, κλάω a tendu à se substituer à κλαίω ‘pleurer’, ἀεί à αἰεί, ‘toujours’, etc[10].

Naturellement, nous ne trouvons la source de cette étymologie chez aucun spécialiste de langue grecque. Elle a pu être créée dans l’enseignement du grec par des hellénistes inattentifs à la difficulté formelle que nous venons de signaler, puis avoir circulé, considérée comme une certitude…

Ainsi, dans la Gazette des beaux-arts de juillet 1923, page 115, sous la plume du musicologue René Brancour, nous lisons : « Nausicaa, fidèle à son étymologie, avait auparavant brûlé ses vaisseaux en laissant voir tout l’amour dont son cœur est rempli pour le fils de Laërte, lui offre, sans nulle rancune, des voiles tissés de ses mains pour qu’ils soient remis à Pénélope. » Il s’agit de la Chronique musicale rendant compte de « Nausicaa, opéra en deux actes, poème de M. René Fauchois, musique de M. Reynaldo Hahn. » Nous découvrons là une interpré­tation sémantique qui n’est pas sans affinité avec la nôtre !

On peut trouver une discussion de l’hypothèse Ναυσικάα/καίω sur un blog accessible par le lien que voici :

https://sententiaeantiquae.com/2015/07/30/was-nausikaa-a-ship-burner-speaking-names-and-etymology/

On y remarquera avec plaisir des références érudites (à la Souda, à l’Etymologicum Magnum…). Mais ce qui concerne la phonétique et la morpho­logie historique du grec y est critiquable. Dans ce qui précède nous avons donné à nos lecteurs des éléments pour faire cette critique.

Toujours en naviguant sur Internet en quête de Nausicaa, on découvre des livres et des sites parlant des prénoms et de leur origine. Nausicaa y est invariablement, et sans aucune référence à une source d’information, « celle qui brûle les vaiseaux » !!!

Voilà donc une étymologie assez largement répandue dans le public, et chez des hellénistes non grammairiens, mais que les chercheurs en linguistique grecque ignorent, soit par ignorance (ce fut notre cas), soit parce qu’on l’estime trop inconsistante pour mériter une réfutation ou même une mention. Le Dictionnaire complet d’Homère et des homérides de Theil et Hallez-d’Arros (Paris 1841), qui indique toujours les étymologies des noms propres, ne donne rien pour Nausicaa. Elle n’est signalée dans aucun de nos dictionnaires étymo­logiques du grec (Boisacq, Frisk, Chantraine…). Et Schwyzer, dans l’article indiqué dans notre note 2, n’en parle pas.

La présente étude la réhabilitera peut-être, en la faisant reposer sur des assises plus solides d’une façon qu’on jugera, nous l’espérons, intéressante.

 

Jean-Victor Vernhes

Maître de Conférences honoraire

hantant encore l’Université d’Aix-Marseille

[1] Cf. Leslie Threatte, The Grammar of Attic Inscriptions, I, Phonology, p. 540.

[2] C’est l’hypothèse de Schwyzer, Rheinische Museum, 72 (1917-1918), p. 430-432. Frisk et Chantraine la signalent.

[3] Cf. Françoise Bader, Alexandre et Cléopâtre (Revue de Philologie 1969, p. 23, note 46).

[4] Une remarque sur le traitement éolien de -F- (-w-) entre voyelles. Le passage à -υ- s’observe dans des mots comme αὔελλα, ‘tempête’ < *ἄFελyᾰ (ἄελλα chez Homère) : c’est le breton (et le gallois) avel. On observe sporadiquement ce phénomène dans la langue homérique (Chantraine, Grammaire homérique, T. I, p. 159). Il n’y a donc pas lieu de penser que notre finale -*κάwᾱ devrait régulièrement donner -*καῦα.

[5] Pour cette racine, on ne trouve de correspondants que dans les langues baltiques : donc aucun secours à chercher du côté du sanscrit ! Elle présente des problèmes d’alternance vocalique. Les éléments sur ces questions sont dans les dictionnaires étymologiques de Chantraine et de Beekes.

[6] Ce qui est généralement le cas pour les racines comportant *eh2.

[7] Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 20,7-9. Voltaire, à la fin de sa vie, écrivit pour le théâtre un Agathocle, mais la pièce n’eut que quatre représentations.

[8] Dictionnaire encyclopédique grec de la fin du Xe siècle.

[9] Ajoutons qu’au XIXe siècle on ne jouait pas du digamma (F qui note un son –w-) avec la même sûreté que de nos jours, et on hésitait à le restituer là même où la restitution nous paraît aujourd’hui bien établie. Ainsi Alexis Pierron, merveilleux éditeur d’Homère en ce XIXe siècle, a critiqué avec quelque mauvaise humeur les ‘digammistes’. Les digammistes : tonner contre (comme dirait Flaubert, dans son Dictionnaire des idées reçues). Prenons l’exemple du vers 133 du chant I de l’Odyssée. On y trouve le mot ἑκών, ‘volontairement’, mais certains manuscrits donnent ἐγών (variante de ἐγώ). C’est ἑκών qui est le plus satisfaisant pour le sens, mais si on pose Fεκών, le F semble fausser le vers en donnant une quantité longue à la syllabe précédente. D’où la préférence de certains éditeurs pour ἐγών : ainsi Hayman et Bekker, prédéces­seurs de Pierron. Voici comment ce dernier les critique, dans la note à ce vers de sa première édition de l’Odyssée (1875) : « Comme tous les lions Anglais, il [Hayman] est digam­miste, et il croit ferme­ment qu’Homère disait Fεκών. C’est aussi la croyance à Fεκών qui avait sans nul doute engagé Bekker à préférer ἐγών. » Dans la ‘deuxième édition revue et corrigée’ (1887-1888), on voit les progrès de la philologie. Nous y lisons en cette même note : « Il est indubitable que ἑκών avait primitivement le digamma. » Quant à la difficulté métrique : « On rencontre d’autres exemples où il est évident qu’on n’a pas tenu compte du digamma pour la quantité. » Et c’est la doctrine actuelle. La ‘croyance’ est devenue science : ἑκών est formé sur une racine *wek, attestée aussi en sanscrit et en hittite.

[10] Cf. M. Lejeune, Phonétique historique du mycénien et du grec ancien, § 265, p. 247.