Archives par mot-clé : pronunciation of ancient Greek

Jean-Victor Vernhes rétablit la vérité sur les diphtongues « EI » et « OU » du grec ancien.

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article six.

[Voici la version remaniée d’un article paru dans les numéros papier 101 (octobre 2004) et 102 (janvier 2005) de Connaissance hellénique, lequel approfondissait déjà la théorie présentée dans le numéro papier 7 (avril 1981) où Jean-Victor Vernhes démontre, preuves à l’appui, qu’en attique classique, on prononçait ει et ου  de façon diphtonguée.] 

La prononciation des groupes EI et OY en attique

 

Abeille butinant (cliché Oleg Bor, wikicommons)

 

Lors de nos débuts en grec ancien, il nous a été enseigné que le groupe ει se prononce un peu comme dans abeille, et que le groupe ου est une voyelle longue prononcée [ū] : même timbre que le ou français.

Mais si nous étudions dans de savants ouvrages la phonétique historique du grec, il nous est dit qu’en attique classique ει vaut [ẹ̄] (é long fermé, le point sous la voyelle signifiant son caractère fermé), et que ου vaut [ọ̄] (o long fermé). Nous trouvons cela dans le beau livre d’Hubert Pernot, D’Homère à nos jours, histoire, écriture, prononciation du grec (Paris, 1921), dans Michel Lejeune, Phonétique historique du mycénien et du grec ancien (Paris, 1972)[1], dans W. Sidney Allen, Vox Græca, The pronunciation of classical Greek, 3e édition, (Cambridge, 1987), dans Leslie Threatte, The grammar of Attic inscriptions, I, Phonology[2] (Berlin, New York, 1980)[3] ainsi que dans tous les ouvrages faisant autorité.

Mais cette unanimité est illusoire, et ne représente pas une convergence d’études approfondies de ce point particulier : la doctrine (on pourrait dire la δόξα) s’est transmise depuis des décennies comme un acquis définitif qu’il n’y a pas lieu de réexaminer à la base. Or nous allons, procédant à ce réexamen, prendre le contre-pied de cette δόξα et tenter de montrer qu’en attique classique :

1) ει notait la diphtongue [ei] (comme a dans l’anglais take), laquelle passa ultérieurement à [ī].

2) ου notait la diphtongue [ou] (un peu comme o dans l’anglais go), laquelle passa ultérieurement à [ū] (= ou français).

Dans ces notations [ei] et [ou], i et u représentent de très brefs éléments vocaliques ayant respectivement le timbre [i] et le timbre [u] (= ou français) : on parle alors de i diphtongal et de u diphtongal[4].

Voyons d’abord les faits matériels concernant EI et OY dans les inscriptions (et dans la céramique). L’orthographe du grec classique (à part les esprits, les accents et la ponctuation) s’est fixée à la fin du Ve s. av. J.-C.

Dans les inscriptions attiques archaïques, les groupes EI et OY apparaissent dans des conditions où il y avait vraiment à noter E + I et O + Y : donc d’incontestables diphtongues. En particulier lorsque l’alternance vocalique (cf. notre Initiation au grec ancien, p. 157) oppose d’une part ει à οι et d’autre part ευ à ου. Les groupes ει, οι, ευ, ου en question subsisteront dans l’orthographe classique. Exemples :

Tableau I

 

“racine”

 

 

degré e

 

 

degré o

 

 

degré zéro

 

σπευδ

se hâter

 

σπεύδω

Je m’empresse

 

σπουδή

le zèle, la hâte

 

 

non attesté

 

φευγ

fuir

 

 

φεύγω

je fuis

(présent)

 

 

 

φυγον

je fuis

(aoriste)

 

 

λειπ

laisser

 

λείπω

je laisse

 

λέλοιπα

j’ai laissé

(= je suis quelqu’un qui a laissé)

(parfait)

 

λιπον

je laissai

(à un certain moment)

(aoriste)

 

 

 

Examinez les mots cités dans ce tableau. Vous remarquez que le jeu des trois degrés vocaliques (e, o, zéro) est tout à fait parallèle à l’opposition γεν/γον/γν (cf. ἕρμαιον, p. 157). Si on ôte le ε ou le o aux formes de degré e ou de degré o, il reste un υ ou un ι. Les groupes ει, οι, ευ, ου du type illustré par ce tableau étaient anciennement des diphtongues, s’analysant en une voyelle ε ou ο suivie de ι ou de υ très brefs ; on les représente phonétiquement par [ei], [oi], [eu], [ou]

À propos de la lettre Y

Il faut bien noter que dans les diphtongues terminées par un υ (αυ, ευ, ου), ce υ représentait un très bref son [u] (comme le ou français), et non un très bref son [ü] (ayant le timbre du u français ou du ü allemand). Des indices le prouvent. Dans des inscriptions attiques on rencontre parfois ΕΟ pour EY ou EY pour EO (Threatte p. 414-415) : ΘΕΥΔΩΡΟΣ pour Θεόδωρος, ΑΝΕΟ pour ἄνευ… Cela ne s’expliquerait pas si le υ des diphtongues ευ était une voyelle d’avant, avec timbre [ü] (voir ci-dessous le trapèze des voyelles). Dans des documents musicaux, on trouve pour ευ et αυ les graphies εου et αου lorsque ces diphtongues étaient chantées sur deux notes différentes[5] (ainsi ταούρων pour ταύρων, de ὁ ταῦρος, le taureau).

Le lecteur est en droit de s’étonner : le υ ne se prononce-t-il pas [ü] ? Sachez qu’anciennement la lettre Y, dans tous les dialectes, notait le son [u] (= ou français). À l’époque classique, elle garde cette prononciation dans la plupart des parlers grecs. Mais il a été démontré qu’en ionien-attique, dès l’époque des plus anciennes inscriptions, ce son était passé à [ü] (= u français), tout en continuant à être noté par la lettre Y (cf. Lejeune, § 252, p. 237).

Cette évolution n’a pas concerné les υ seconds éléments de diphtongue. Cela s’explique par le fait que d’une part les diphtongues à second élément υ (αυ, ευ, ου), et d’autre part la voyelle υ telle qu’elle existe hors de ces diphtongues, sont des unités phonologiques distinctes et indépendantes. L’évolution qui a atteint l’ancien [u] du grec (noté Y), c’est-à-dire son passage au timbre [ü], n’a pas à se répercuter sur les [u] diphtongaux des diphtongues en question (lesquels toutefois restent notés par Y!).

Le trapèze des voyelles

Il faut avoir à l’esprit le ‘trapèze des voyelles’, qui représente, pour l’ensemble des voyelles, le point maximum du soulèvement de la langue dans la cavité buccale. La partie gauche se situe vers l’avant (vers les dents), la partie droite vers l’arrière (vers la luette). Cela complète celui de la p. 10 de notre Initiation au grec ancien, qui représente seulement les voyelles susceptibles d’entrer en jeu dans les contractions.  

trapèze des voyelles

Notez la place du phonème [ü] : il est voisin de [i] ; il s’en distingue surtout par sa prononciation avec arrondissement des lèvres.

 

Champs de dispersion et marges de sécurité.

 

Le vivant n’est pas réglé comme une mécanique. Lorsque nous prononçons un [a], un [i] ou n’importe quel autre phonème, les organes vocaux ne se disposent pas, d’une fois à l’autre, dans la même position au millimètre près. « Il est bien évident que la prononciation par un sujet donné d’un phonème donné, dans le même mot, varie d’une émission à l’autre… En tout cas, nous devons tenir compte de la possibilité d’un champ de dispersion, même dans le parler d’une seule personne et à plus forte raison sans doute si nous considérons tous les membres d’une communauté. » (André Martinet, Économie des changements phonétiques, Berne, 1955, p. 47). Nos zones en pointillés autour des voyelles représentent ces « champs de dispersion ».

« L’étendue des champs de dispersion est limitée par les nécessités de la communication. Pour qu’on puisse se comprendre, il faut que chaque phonème garde sa physionomie propre et ne vienne pas se confondre avec l’un des phonèmes voisins. La distinction doit être maintenue entre bas et beau, entre baie et bille, etc… Les champs de dispersion doivent donc être séparés par des marges de sécurité. » (o.c., p. 47). Nous aurons à faire usage de ces notions dans la suite de notre exposé.

Pour la prononciation de la diphtongue ει, dont la transcription phonétique est [ei], le sommet de la langue est d’abord dans la position [], mais sur la fin il passe brièvement à la position [i]. Pour la prononciation de la diphtongue ου, dont la transcription phonétique est [ou], le sommet de la langue est d’abord dans la position [], mais sur la fin il passe brièvement à la position [u].

Supposons, nous dit André Martinet, qu’un phonème modifie son articulation et émigre vers une autre zone des organes vocaux. Le phonème le plus voisin va avoir tendance à se déplacer vers la place laissée vacante. Un exemple frappant : dans le dialecte portugais de São Miguel, aux Açores, l’ancienne voyelle [u] (= ou français) est passée à [ü] (= u français), laissant vacante la place qu’elle avait vers l’arrière du palais. Le phonème le plus voisin, le [o], a alors pris cette place en devenant [u], puis se sont produites des réactions en chaîne… (p. 49-52). Nous en reparlerons.

 

Changements vers la fin du Ve siècle av. J.-C.

Nous avons vu plus haut ce que représentent les groupes EI et OY dans les inscriptions attiques les plus anciennes, au Ve s. av. J.-C.

Après cette date, on observe d’autres groupes EI et OY. Ces derniers proviennent de longues formées à partir de brèves ε (é bref fermé) et ο (o bref fermé). Elles sont, naturellement, du moins à l’origine, des longues fermées : [ẹ̄] (é long fermé) et [ọ̄] (o long fermé). On les trouve dans des contractions, et dans des « allongements compensatoires » consécutifs à l’effacement de certains phonèmes (par exemple de ν devant ς final). Exemples :

Contractions :                          * ποιέ-ετε > ποιεῖτε, vous faites                                                           * ἐκακό-ετο > ἐκακοῦτο, il était maltraité

Allongements compensatoires :   * τιθένς > τιθείς, plaçant

                                                   * διδόνς > διδούς, donnant

Nous avons indiqué les formes résultantes telles que vous les trouvez en grec classique, dont l’orthographe s’est fixée à la fin du Ve s. Qu’avait-on dans les inscriptions, avant cette époque, pour noter ces longues résultant de contractions ou d’allongements compensatoires ? On avait E pour ει et O pour ου.

Le tableau suivant montre l’évolution.

Tableau II

 

forme originelle

 

graphie ancienne

(avant fin Ve s.)

 

graphie classique

(après fin Ve s.)

 

*ποιέ-ετε

vous faites

 

ΠΟΙΕΤΕ

 

ΠΟΙΕΙΤΕ

 

 

*ἐκακό-ετο

il était maltraité

 

ΕΚΑΚΟΤΟ

 

ΕΚΑΚΟΥΤΟ

 

 

*τιθένς

plaçant

 

ΤΙΘΕΣ

 

ΤΙΘΕΙΣ

 

 

*διδόνς

donnant

 

ΔΙΔΟΣ

 

ΔΙΔΟΥΣ

 

 

 

Observez dans ce tableau les formes de la colonne de droite. Elles sont bien connues de quiconque a fait un peu de grec, et représentent l’orthographe classique, l’orthographe définitive du grec ancien.

Comparez ces formes à celles de la colonne du milieu, où figurent les graphies archaïques. Vous remarquez que E et O y servent à noter :

1) d’une part [ẹ] (e bref fermé) et [ọ] (o bref fermé) : c’est l’emploi de ε et de ο dont nous avons l’habitude depuis nos premiers pas en grec.

2) d’autre part les longues ‘secondaires’ : celles qui résultent des contractions et des allongements de ε (e bref fermé) et ο (o bref fermé), c’est-à-dire [ẹ̄] (é long fermé) et [ọ̄] (o long fermé).

Dans ce système archaïque, l’alphabet n’indique donc pas la quantité, brève ou longue, de ces voyelles : E note le é fermé, bref ou long, et O note le ο fermé, bref ou long, tout comme A, I, Y notent indifféremment des brèves ou des longues.

À l’époque archaïque la lettre E vaut aussi pour ce qui en classique sera noté par H (êta, notant é long ouvert : [ę̄]), et la lettre O vaut aussi pour ce qui en classique sera noté par Ω (oméga, notant o long ouvert : [ǭ]). Ainsi on trouve ΜEΔΕΝ pour μηδέν et ΑΠΟΛΛΟΝ pour Ἀπόλλων.

Le passage de l’orthographe archaïque à l’orthographe classique, vers la fin du Ve siècle avant notre ère, fut marqué par une date importante : en –403, sous l’archontat d’Euclide[6], fut adoptée sur proposition de l’orateur Archinos une loi de réforme orthographique officialisant l’alphabet ionien, qui comportait H et Ω.

Ce passage ne s’est pas effectué de façon abrupte. Dans les inscriptions des décennies précédant cette réforme se manifestait déjà une certaine tendance, gagnant progressivement du terrain, à noter par EI, au lieu de E, et par OY au lieu de O les longues provenant de contractions ou d’allongements compensatoires. On y trouve aussi déjà, par influence de l’alphabet ionien, des exemples de H pour noter [ę̄] et de Ω pour noter [ǭ]. Par la suite, à l’époque où règne l’orthographe classique, on trouve encore des exemples de graphie archaïque.

Le problème

Résumons ce qui se dégage de notre présentation historique de l’usage des groupes EI et OY dans les graphies archaïques et dans les graphies classiques.

Dans les graphies archaïques :

EI note la diphtongue [ei] et OY note la diphtongue [ou]

E et O notent respectivement des e fermés et des o fermés, tant brefs que longs.

Dans les graphies classiques :

EI est la notation commune de ce que sont devenus la diphtongue [ei] et le [ẹ̄] (e long fermé).

OY est la notation commune de ce que sont devenus la diphtongue [ou] et le [ọ̄] (o long fermé).

Ces notations communes nous indiquent que, du fait de l’évolution phonétique, [ei] et [ẹ̄] d’une part, [ou] et [ọ̄] d’autre part, se sont prononcés de la même façon.

Mais dans quel sens se sont faites ces confusions ? Les longues fermées se sont-elles diphtonguées : [ẹ̄] > [ei] et [ọ̄] > [ou] ? C’est ce que nous allons proposer ici. Ou bien est-ce que les diphtongues se sont monophtonguées : [ei] > [ẹ̄] et [ou] > [ọ̄] ? C’est l’hypothèse usuelle (la δόξα, qu’on présente comme une certitude).

Nous avons indiqué en première page l’aboutissement final en grec ancien de ces groupes ει et ου : ει a fini par se prononcer [ī] et ου a fini par se prononcer [ū][7]. Nous pouvons présenter comme ceci les deux hypothèses qui se présentent à nous :

Hypothèse usuelle :           [ei] > [ẹ̄] > [ī] et [oṷ] > [ọ̄] > [ū]     

Hypothèse ici proposée :   [ẹ̄] > [ei] > [ī] et [ọ̄] > [ou] > [ū]

Il s’agit de déterminer quel était le stade intermédiaire, qui correspond à la prononciation de l’époque classique. 

 

Cernons mieux l’hypothèse usuelle

Consultons, dans la Phonétique de Lejeune, les paragraphes 240 et 241, p. 229-230. Le § 240 traite du EI. Voici comment les choses se présentent, selon l’auteur, lorsque s’est imposée l’orthographe classique : « Dans l’écriture comme dans la prononciation, il n’y a plus de distinction entre l’ancienne diphtongue et ẹ̄ secondaire[8]… L’ancienne diphtongue ei se trouve réduite à une voyelle longue. » Le § 241 traite de façon symétrique ce qui concerne le OY en orthographe classique : « L’écriture comme la prononciation a, dès lors, cessé de distinguer entre ou ancienne diphtongue… et ọ̄ secondaire… L’ancienne diphtongue ou est réduite à une voyelle longue. »

Mais pourquoi y aurait-t-il eu transformation des diphtongues en voyelles longues fermées et non l’inverse ? Lejeune ne le dit pas explicitement. W. S. Allen, qui a sur la question la même position que celle de Lejeune, celle de la δόξα, est de son côté tout à fait explicite et pose clairement le problème. Voici comment il commente le fait que les [ei] et les [ẹ̄] d’une part, les [ou] et les [ọ̄] d’autre part, qui furent anciennement des paires de phonèmes bien distincts, se sont écrits et prononcés de la même façon à l’époque classique : « Theoretically this could mean either that the original monophthongs (simple vowels) had become diphthongs, or that the original diphthongs had become monophthongs. But since the tendency of Greek at all periods is to monophthongization rather than diphthongization, only the second supposition is realistic. » (Vox Graeca, p. 71).

Même position chez Edgar H. Sturtevant : « … since the constant tendency of the Greek language has been to change diphthongs into monophthongs, the diphthong [ei] must have become a closed e, i.e. [ẹ̄] » (The pronunciation of Greek and Latin, Philadelphia 1940, § 21, p. 33-34). En ce qui concerne le fait qu’au cours du Ve siècle, le groupe OY devient l’écriture usuelle de l’ancien [ọ̄], cet auteur en conclut qu’à cette époque « … both the original diphthong and lengthened o had the value of close ō, i.e. [ọ̄]. » (§ 40, p.  45). La raison pour laquelle la confusion se serait faite dans ce sens, et non dans le sens de [ou], est considérée sans doute comme déjà démontrée au § 21.

C’est ainsi qu’un peu partout se trouve expédiée en quelques lignes la question de savoir comment s’est faite la confluence entre [ei] et [ẹ̄], et entre [ou] et [ọ̄]. Or ces quelques lignes sont le seul fondement de la doctrine de la monophtongaison.

La même idée est présente chez Lejeune, sans être formulée explicitement. Elle est à lire entre les lignes, ou plutôt dans le titre du chapitre où se trouvent les deux paragraphes cités : Tendance à l’élimination des diphtongues (p. 225). Il est répondu tacitement à une question sous-entendue.

C’est ainsi qu’on en est venu à considérer les graphies EI et OY comme ne représentant plus les diphtongues [ei] et [ou], mais les voyelles longues fermées [ẹ̄] et [ọ̄]. Elles seraient des ‘fausses diphtongues’, car elles auraient seulement un aspect graphique de diphtongue. Pour les voyelles de timbre [ẹ] et [ọ] (e fermé et o fermé) l’orthographe classique distinguerait donc la longue et la brève, distinction qu’elle ne fait pas pour α, ι, υ. Cette doctrine des ‘fausses diphtongues’ s’est imposée au point que généralement elles ne sont plus considérées comme une interprétation des données, mais comme des données effectives.

Il est vrai que le grec, au cours de son histoire phonétique, a fait disparaître ses diphtongues. Mais s’agit-il seulement de celles qu’il a héritées de ses lointaines origines, comme celles que vous présente notre tableau I ? Non, car il en a créé de nouvelles (cf. Lejeune, § 237, p. 227-228), destinées à être traitées comme les anciennes : ainsi εὖ ‘bien’, prononcé [eu], était anciennement ἐΰ (en deux syllabes chez Homère). Il y a formation d’une diphtongue [ei] au datif singulier des neutres en -ος : *τείχεsι > τείχεϊ (trisyllabique, après chute du -s- intervocalique) > τείχει. Formation aussi d’une diphtongue [ei] au féminin des adjectifs en -ύς : ἡδεῖα < *swādewyă (anticipation du y). Il est plus difficile de trouver des exemples pour ου : on cite ἀπούρας ‘ayant dérobé’ < *ἀπο-Ϝρας, sur une racine signifiant ‘saisir’.

Il n’est donc pas inacceptable d’envisager des créations de diphtongues, destinées à être traitées ultérieurement comme les anciennes, dans le problème qui nous occupe : la confluence entre [ẹ̄] et [ei] a pu se faire par diphtongaison de [ẹ̄] en [eḭ], noté EI, et la confluence entre [ọ̄] et [ou] a pu se réaliser par diphtongaison de [ọ̄] en [oṷ], noté OY. L’aboutissement aux longues [ī] et [ū] a bien pu se faire après passage par la diphtongue.

Comment choisir entre diphtongaison et monophtongaison ?

 

Vers la solution

 

Qu’on me permette de faire ici un peu d’autobiographie. Lorsqu’à la fin des années soixante j’eus le bonheur d’être jeune assistant à la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence, chargé d’enseigner la linguistique grecque, les problèmes ici traités me laissaient perplexe. Les diphtongues [ei] et [ou] auraient, nous dit-on, disparu, en s’identifiant par monophtongaison avec les longues fermées [ẹ̄] et [ọ̄], ces voyelles longues étant notées dans l’écriture par EI et OY, à la façon des défuntes diphtongues. Le I et le Y se seraient effacés de la prononciation, mais se seraient généralisés dans l’orthographe. Écriture et prononciation auraient évolué en sens contraire. Étrange…

Pourquoi pas des diphtongaisons, me disais-je…

Alors un jour je décidai d’aller, pour recueillir des éclaircissements, au laboratoire de phonétique de la Faculté, dirigé alors par Georges Faure, qui était une référence en ce domaine. Je mis ce dernier au courant du problème : monophtongaison des diphtongues ou diphtongaison des longues fermées ? Je me souviens encore de son écoute attentive et de sa réponse  accompagnée d’un geste sec : « N’en doutez pas, il y a eu diphtongaison. Une longue de timbre e ou o nettement fermée se ferme davantage sur la fin. » Ainsi un [ẹ̄] bien fermé tend à dégager un [i] à la fin de sa tenue, et un [ọ̄] bien fermé tend à y dégager un [u].

Le professeur américain Stephen Daitz a réalisé plusieurs enregistrements de textes grecs classiques (Aristophane, Euripide, Platon…) en prononciation restituée. Se fiant à la doctrine usuelle en la matière, il s’applique à faire de ει et de ου des [ę̄] et des [ọ̄] bien fermés, en faisant de son mieux pour inhiber le mécanisme de la diphtongaison. Mais il y parvient mal. Il diphtongue ! Surtout le ει !

Si par plaisanterie vous vous amusez à dire : « Ah ! qu’il est bête ! » en prononçant longuement, au lieu du ê, un é bien fermé, vous sentirez poindre le [i] sur la fin. C’est presque une expérience de laboratoire !

La doctrine des ‘fausses diphtongues’ ne repose que sur la méconnaissance de cette donnée expérimentale de phonétique articulatoire.

Les longues fermées du grec ont sans doute tendance, au cours du Ve siècle, à accentuer leur fermeture. Un [ẹ̄] qui se diphtongue en [ei] est certainement plus fermé que celui qu’on trouve dans l’allemand das Meer ‘la mer’, de fermeture moyenne. Reportez-vous au trapèze des voyelles : le [ẹ̄] doit bien se distinguer de [ę̄], et le [ọ̄] de [ǭ]. Leurs champs de dispersion doivent être bien séparés par des marges de sécurité afin de réaliser par là une nette opposition ouverture/fermeture. Il en a résulté une tendance à les doter d’une nette fermeture, entraînant la diphtongaison.

Le sort ultérieur des diphtongues [ei] et [ou], devenant respectivement [ei] et [ū], est un phénomène d’assimilation régressive : le timbre vocalique de la fin s’est généralisé en s’étendant jusqu’au début.

Il y a eu ainsi continuité dans l’évolution qui progressivement va de [ẹ̄] et [ei] vers [ī], ainsi que de [ọ̄] et [ou] vers [ū]. Les longues [ẹ̄] et [ọ̄], se fermant bien, se diphtonguent, rejoignant les diphtongues anciennes. Puis toutes ces diphtongues subissent une assimilation régressive qui les mène au résultat final. À la fermeture en fin de tenue dans le processus de diphtongaison succède celle de l’assimilation régressive.

La théorie usuelle, la δόξα, introduit au contraire une curieuse discontinuité dans ce processus : selon elle, le [ei], dans sa marche vers [ī], n’y va pas en droite ligne, mais s’en écarte quelque temps, faisant un crochet par [ẹ̄] en ouvrant son [i], et de même le [ou], dans sa marche vers [ū], n’y va pas en droite ligne, mais s’en écarte quelque temps, faisant un crochet par [ọ̄] en ouvrant son [u]. Il nous est dit (voir dans Lejeune le dernier alinéa des paragraphes 240 et 241, pages 229-230) que ce [ẹ̄] et ce [ọ̄] étaient ‘très fermés’ et ont continué de se fermer jusqu’à aboutir à [ī] et [ū]. Mais les voyelles très fermées ainsi décrites sont justement celles qui se diphtonguent par fermeture en fin de tenue, selon ce qui me fut un jour enseigné par Georges Faure dans son laboratoire de phonétique…

 

Observations diverses

Dans la doctrine usuelle, on estime que les groupes EI et OY (dont le I et le Y auraient cessé de se prononcer) auraient été utilisés dans l’écriture pour les longues [ẹ̄] et [ọ̄], les distinguant ainsi des brèves correspondantes, notées E et O. Mais pour les autres voyelles (α, ι, υ) la non-distinction graphique entre ces brèves sans évolution du timbre au cours de la tenue et les longues correspondantes était maintenue. D’où un certain disparate dans le système.

Si au contraire on admet que, dans la graphie classique, EI et OY représentent la diphtongaison des longues fermées [ẹ̄] et [ọ̄] (et aussi, bien sûr, les diphtongues anciennes conservées), on voit apparaître un principe de cohérence dans le système orthographique du grec : les différences de quantité des voyelles ne sont notées que quand y a évolution du timbre au cours de la tenue.

En outre, si on admet la diphtongaison, il y a conformité entre l’écriture et la prononciation. Les réformes orthographiques[9] visent généralement à améliorer cette conformité. Le fait que, pour noter ce que sont devenues au cours du Ve siècle les longues fermées [ẹ̄] et [ọ̄], on a adopté la graphie des diphtongues devrait déjà faire soupçonner que ces longues se sont diphtonguées.

***

Les noms anciens des voyelles ont servi d’argument pour montrer que les groupes ει et ου notaient des [ẹ̄] et des [ọ̄]. Les voyelles E, O, Y se nommaient anciennement εἶ, οὖ, ὖ : elles étaient nommées par leur forme longue (voyez, dans notre Initiation au grec ancien, au bas de la p. 14, le fragment de Callias). On a cru y voir la preuve que ces formes longues avaient le même timbre que la brève tout au long de la tenue. Certes, ει et ου sont les longues de ε et de ο, mais il ne s’ensuit pas qu’elles en conservent le timbre de façon identique et constante. Comme nous l’avons vu (en ayant présent à l’esprit le trapèze des voyelles), elles ont à se différencier nettement des longues ouvertes η et ω, ce qui entraîne une fermeture entraînant la diphtongaison. Les voyelles ε et ο, n’ayant pas cette contrainte, doivent être de fermeture moyenne.

***

Dans un passage du Cratyle (402e), Platon explique le nom du dieu de la mer Ποσειδῶν par une de ces étymologies dont il a le secret. Il dériverait de ποσὶ δεσμός ‘entrave pour les pieds’, car la mer oppose une résistance à la marche de celui qui y est entré ! Un ε est inséré dans le datif ποσί (τὸ δὲ ε ἔγκειται ἴσως εὐπρεπείας ἕνεκα ‘le ε est peut-être là pour l’élégance’ !). Cela se comprend bien si Ποσειδῶν se prononçait poseidǭn, mais ne se comprend pas si on le prononçait posẹ̄dǭn[10]. Les dialogues de Platon se situent dans une ambiance d’oralité, et dans celui-ci on est en outre attentif aux valeurs phonétiques des γράμματα : il n’est pas plausible que cette εὐπρέπεια (nous parlerions aujourd’hui d’emphase) soit de nature purement graphique.

***

« À Corinthe, nous dit Lejeune (§ 240, p. 229), dès les preniers textes (VIIe-VIe s.), un même signe E (différent du signe employé pour ε, η) sert à noter à la fois l’ancienne diphtongue ei et l’ẹ̄ résultant de contractions ou d’allongements compen­satoires. À cette époque donc, en corinthien, *ei était déjà réduit à ẹ̄. » Il faut avoir dans l’esprit un certain à priori pour ne pas songer que l’évolution a pu se produire dans l’autre sens, par passage de [ẹ̄] à [ei]. Or regardons bien ce E corinthien (nous ne pouvons malheureusement pas le reproduire ici, mais voyez-le dans Lejeune) : sa hampe verticale dépasse les traits horizontaux. C’est comme la superposition d’un E et d’un I. Cela suggère qu’il y a du [i] là-dedans, qu’il y a… diphtongaison.

Le dialecte de Corinthe n’est pas de l’attique, c’est une forme de dorien. Mais des processus phonétiques comparables y sont à l’œuvre.

***

Une objection : on m’a malicieusement signalé un jour que dans une inscription postérieure à la confusion de [ẹ̄] et de [ei], on a relevé une forme ΤΕΧΙΣΜΟΣ (pour τειχισμός, ‘construction de rempart’). Nous avons ici une ancienne diphtongue [ei] (cf. l’alternance opposant τὸ τεῖχος, ‘le rempart’ et ὁ τοῖχος, le mur) ; sa notation par un seul caractère, le Ε, ne prouverait-elle pas une monophtongaison en [ẹ̄], noté à l’ancienne par E ? Mais lorsqu’est intervenue la diphtongaison de [ẹ̄] en [ei] on pouvait encore voir, dans de vieilles inscriptions, des E notant d’anciens [ẹ̄] diphtongués depuis en [ei], comme le premier E de ΠOIETE (voir tableau II). Les Athéniens qui, après le changement orthographique, avaient une telle forme sous les yeux la prononçaient ποιεῖτε de façon classique. Le E pouvait apparaître comme une manière possible de noter [ei].

On peut rapprocher cette objection de cette remarque de Threatte (o. c., p. 173) : « Tenacious retention of E for [ẹ̄] into the fourth century and occasional use of E for [ei] supports the view that the diphthong was monophthongized to [ẹ̄] rather than that the long vowel became a diphthong [ei] in Attic. » Nous préférons y voir l’influence des inscriptions anciennes, comportant des E passés à la prononciation [ei].

Cela fait penser à une particularité du latin tardif. Le [b] étant passé à [v] en certaines positions, les deux lettres ont pu dans certains textes servir de variantes graphiques pour noter l’un ou l’autre de ces deux phonèmes.

 

Lejeune, Grammont et Vendryes

 

On peut trouver paradoxal que la critique d’une doctrine professée par Lejeune s’appuie sur des notions de phonétique articulatoire. En effet une des grandes innovations du Traité de phonétique grecque de Michel Lejeune, paru en 1946, était justement d’accorder une large place aux phénomènes articulatoires, en se référant constamment au Traité de phonétique de Maurice Grammont, paru en 1933, largement fondé sur l’expérimentation en laboratoire. Il a contribué ainsi à intéresser à ces questions l’auteur des présentes lignes. Mais lorsqu’on a en mains l’ouvrage de Grammont, on n’y trouve pas ce que Georges Faure m’a appris sur la diphtongaison des longues fermées.

En 1972 paraît la Phonétique historique du mycénien et du grec ancien de Michel Lejeune. Elle apporte une seconde innovation qui est pour les hellénistes un beau cadeau : elle incorpore à la phonétique historique du grec ancien les données mycéniennes provenant du déchiffrement du linéaire B. Mais les éléments de phonétique articulatoire et les références à Grammont demeurent inchangés.

Voici en revanche comment, dans le Traité de Grammaire comparée des Langues classiques (latin et grec) d’Antoine Meillet et Joseph Vendryes (le célèbre Meillet-Vendryes[11], 3e éd., Paris 1960), est présenté l’alphabet qu’adoptèrent les Athéniens en – 403 : « L’alphabet ionien distingue ε et ο longs de ε et ο brefs en employant pour les premiers la graphie des diphtongues ει et ου. Cela suppose pour ε et ο longs une prononciation en quelque mesure diphtonguée, conforme à la tendance générale suivant laquelle les voyelles longues fermées sont plus fermées à la fin qu’au commencement » (§ 151, p. 101). Ces lignes n’ont, malheureusement, guère retenu l’attention.

Le problème de ου

Retournons encore au trapèze des voyelles. Vous savez que l’ancienne voyelle [u], notée Y, de l’ionien-attique est passée à l’avant, vers le [i], laissant un vide dans la zone où se trouve le champ de dispersion de [u]. Ce vide, sans entraîner toutes les conséquences que Martinet nous a décrites dans le parler de Sâo Miguel aux Açores, va tout de même créer une attraction, en direction de [u], du champ de dispersion où se trouvent [ọ](bref ou long) et la diphtongue [ou] : celle-ci, à la fin de sa tenue, atteint déjà la zone [u]. Cela ne peut déclencher un mouvement en sens inverse.

Or on nous dit que [ou] s’est monophtongué en [ọ̄]. Cela signifie que le [u] de [ou] se serait ouvert et aurait pris le timbre [ọ], c’est-à-dire qu’il se serait écarté de la zone où du vide crée comme une aspiration. Voilà une phonologie qui fonctionnerait à l’envers. Cela nous apporte encore une raison de rejeter ici la monophtongaison.

On nous dit aussi que les diphtongues ει et ου étaient peu stables, leurs deux éléments étant voisins l’un de l’autre (ainsi Lejeune, § 240 p. 229). Pourtant de telles diphtongues se maintiennent de façon stable dans bien des langues. En grec, on voit I pour EI dans les inscriptions dès le IVe siècle avant notre ère, mais c’est seulement à partir du Ier siècle avant notre ère que la chose devient fréquente, révélant une prononciation usuelle [i].

Il est plus difficile de cerner par les graphies ce qui concerne le OY. Il est cependant certain que le vide créé dans la zone [u] était de nature non seulement à favoriser la diphtongaison de [ọ̄] en [ou], mais, par une sorte d’aspiration, de faire passer à la prononciation [ū], qui était la prononciation usuelle à l’époque romaine.

Mais ces phénomènes ne sont pas réglés uniquement par le jeu des champs de dispersion. D’autres facteurs interviennent, en particulier l’intégration.

Laissant de côté la diphtongue marginale υι (comme dans ἡ μυῖα ‘la mouche’), observons le micro-système des diphtongues à premier élément bref :

ει [ei] αι [ai], οι [oi], et   ευ [eu], αυ [au], ου [ou]

Nous avons là un ensemble organisé de façon cohérente. Nous dirons que, phonologiquement, il est bien intégré[12]. Cela constitue un facteur de stabilité. Pour un certain temps… Nous pouvons penser que la prononciation [oṷ] et la pronon­ciation [ū] ont toutes deux existé, la seconde, phonétiquement plus évoluée, étant plus populaire ou plus familière.

Une approche fonctionnelle

Voyons dans quelles corrélations avec /ę̄/ et /ǭ/  entraient, à l’époque archaïque, les longues et diphtongues dont nous étudions le destin. On avait alors :

vers l’avant :  /ę̄/ ~ /ẹ̄/  et  /ę̄/ ~ /ei/    vers l’arrière :  /ǭ/ ~ /ọ̄/  et  /ǭ/ ~ /ou/

Lorsque se sont confondues les longues fermées et les diphtongues présentes dans ces corrélations :

  1. a) si la confusion s’est faite par substitution de la longue fermée à la diphtongue, il restait seulement : vers l’avant 1 /ę̄/ ~ /ẹ̄/  et vers l’arrière  2 /ǭ/ ~ /ọ̄/
  2. b) si la confusion s’est faite par substitution de la diphtongue à la longue fermée, il restait seulement :  vers l’avant  3 /ę̄/ ~ /ei/  et vers l’arrière  4 /ǭ/ ~ /ou/ 

On voit bien que dans les corrélations 3 et 4, celles qui comportent la diphtongue, la différenciation entre les deux termes est plus nette que dans les corrélations 1 et 2, où la différence n’est que d’aperture. Or de telles différenciations sont indispensables au fonctionnement du langage dans la communication, en opérant des distinctions claires entre les mots, entre l’indicatif ποιεῖτε et le subjonctif ποιῆτε, entre l’indicatif δηλοῦτε et le subjonctif δηλῶτε. La diphtongue, plus fonctionnelle que la longue fermée, devait l’emporter. Le langage, comme l’artisan, garde les outils qui fonctionnent le mieux.

Les textes qui suivent vont nous apporter un éclairage supplémentaire.

Témoignages des Anciens

Athénée, auteur des IIe-IIIe siècles après J.-C., dans son Banquet des sophistes (11, 30, 21) commente la forme du génitif de Διόνυσος ‘Dionysos’, inscrite sur une coupe, avec la graphie archaïque ΔΙΟΝΥΣΟ (au lieu de Διονύσου) :

Ἐν τούτοις λείπει τὸ ὖ στοιχεῖον, ἐπεὶ πάντες οἱ ἀρχαῖοι τῷ οὖ ἀπεχρῶντο οὐ μόνον ἐφ’ ἧς νῦν τάττεται δυνάμεως, ἀλλὰ καὶ ὅτε τὴν δίφθογγον ἔδει σημαίνειν διὰ τοῦ οὖ μόνου γράφουσι. ‘Il y manque la lettre upsilon, car tous les Anciens employaient l’omicron non seulement avec la valeur qui lui est attribuée actuellement, mais aussi lorsqu’il fallait noter la diphtongue, qu’ils notaient par omicron seul.’

Le O final de ΔΙΟΝΥΣΟ est donc, nous dit Athénée, une graphie archaïque de la δίφθογγος ΟΥ. Mais il nous faut savoir ce qu’il entend au juste par δίφθογγος,  car le mot a pu s’employer pour des groupes de deux lettres correspondant à un son unique. La suite du texte est explicite : …τοῦ “Διονύσου” τὴν τελευταίαν συλλαβὴν διὰ τοῦ οὖ μόνου ὡς βραχέος ἐγκεχαραγμένου… συνυπακούεσθαι δεῖ καὶ τὸ ὖ… ‘…bien qu’en sa dernière syllabe la forme Διονύσου soit inscrite au moyen du seul omicron, à la façon d’une brève, il faut que se fasse entendre aussi, à sa suite, l’upsilon…’

Ce même passage d’Athénée commente l’écriture et la prononciation de ει : Παραπλησίως δὲ καὶ τὸ εἶ (οἱ ἀρχαῖοι) γράφουσιν καὶ ὅταν καθ’ αὑτὸ μόνον ἐκφωνῶται καὶ ὅταν συζευγνυμένου τοῦ ἰῶτα. ‘De façon similaire (les Anciens) écrivent epsilon aussi bien quand il est prononcé seul que quand il l’est avec addition d’un iota.’

Il s’agit bien ici de phonétique. Nous avons là une description de ce qui se dit et s’entend lorsqu’est énoncé un ει ou un ου. Nous n’avons pas là une spéculation théorique pour reconstituer la façon dont ces groupes se prononçaient anciennement, mais un commentaire sur des graphies archaïques assorti d’un témoignage sur une prononciation qui pour l’auteur est restée actuelle.

Voyons maintenant l’enseignement d’Hérodien, grammairien de la seconde moitié du IIe siècle après J.-C., fils du célèbre Apollonius Dyscole, et héritier, au delà de lui, de toute la tradition grammaticale de la Grèce. Dans un passage du Περὶ ῥημάτων ‘Au sujet des verbes’ (3, 2, 788, 30 sq) il étudie le fonctionnement de l’augment dans les verbes commençant par une diphtongue.

Ἣ μὲν ει δίφθογγος, ἐπειδὴ ἔχει γνήσιον μέγεθος (τὸ γὰρ ε μεγεθυνόμενον διὰ τῆς προσθήκης τοῦ ι μεγεθύνεται οἷον τυφθέντος/τυφθεῖσα, δαρέντος/ δαρεῖσα, καὶ αὐτὸ δὲ τὸ ει τὸ ὄνομα τοῦ στοιχείου · διὰ τοῦ ε καὶ ι γράφεται καὶ ἐκφωνεῖται), τούτου χάριν ἄτρεπτός ἐστιν · εἰκάζω/εἴκαζον (καὶ ᾔκαζον παρὰ τοῖς Ἀθηναίοις). Ὁμοίως καὶ ἡ ου δίφθογγος οὐ τρέπεται ὡς ἔχουσα γνήσιον μέγεθος (τὸ γὰρ ο μεγεθυνόμενον διὰ τῆς προσθήκης τοῦ υ μεγεθύνεται οἷον τύπτοντος/τύπτουσα, λέγοντος/λέγουσα, καὶ αὐτὸ δὲ τὸ ου, τὸ ὄνομα τοῦ στοιχείου · διὰ τοῦ ο καὶ υ γράφεται καὶ ἐκφωνεῖται), καὶ διὰ τοῦτο καὶ αὐτὸ ἄτρεπτον μένει · οὐρῶ/οὔρουν.

‘La diphtongue ει, comportant une quantité longue authentique (car le ε, sous l’allongement, s’allonge par addition d’un ι : ainsi dans τυφθέντος/τυφθεῖσα, δαρέντος/δαρεῖσα, et dans le nom même de la lettre εἶ, on écrit et on prononce avec ε et avec ι) est invariable pour cette raison-là : εἰκάζω, j’imagine ; εἴκαζον, j’imaginais (ᾔκαζον à Athènes). De même la diphtongue ου, comportant une quantité longue spécifique (car le ο, sous l’allongement, s’allonge par addition d’un υ : ainsi dans τύπτοντος/τύπτουσα, λέγοντος/λέγουσα, et dans le nom même de la lettre οὖ, on écrit et prononce avec ο et avec υ) est invariable pour cette raison-là : οὐρῶ, j’urine ; οὔρουν, j’urinais.’

Il est à noter ici que les groupes ει et ου sont reconnus par Hérodien comme fonctionnant en tant que longues de ε et ο respectivement, mais ne leur étant pas tout à fait identiques dans leur substance phonique, car ce sont des diphtongues. Il est intéressant d’observer cette réflexion morphologique et phonologique sur le statut de ces longues. Il est intéressant surtout, pour la question qui nous occupe, de recueillir ici un enseignement explicite sur la prononciation de ει et de ου.

Les témoignages de ces deux auteurs ne nous indiquent-ils pas que dans la langue des gens cultivés les groupes ει et ου avaient, perpétuant ce que nous estimons être l’usage classique, conservé la prononciation diphtonguée ?

Mais très généralement on ne se préoccupe guère de ces témoignages anciens, et même on les récuse, on les évacue bien vite. Leurs auteurs, pense-t-on, vivaient trop longtemps après les siècles classiques ou immédiatement post-classiques pour savoir comment on prononçait les mots en ces temps-là. Abusés par les graphies en deux lettres de ει et ου, ils se seraient naïvement imaginé qu’il fallait, pour parler à l’ancienne, les dire avec deux sons vocaliques. Car ils n’étaient pas au courant du principe de l’élimination des diphtongues et de la monophtongaison, ne bénéficiant pas de nos manuels de phonétique historique du grec, qui savent régler la question en trois lignes !

Je réponds à cela en répétant ce que j’ai écrit dans mon article sur Les intonations du grec ancien paru dans le numéro 154 (novembre 2019) de ‘Connaissance hellénique’ :

« L’opinion des grammairiens doit-elle peser peu de chose ? Les Alexandrins qui, autour d’Aristophane de Byzance, dans le dernier quart du IIIe siècle av. J.-C., jetaient les bases de la science grammaticale des Grecs, pour sauvegarder dans toute sa beauté la langue classique, connaissaient bien celle-ci par leurs grands-parents, qui dans leur jeunesse furent contemporains de Ménandre. Ils étaient en outre héritiers de la tradition d’examen du langage dont nous avons l’écho chez Platon et Aristote, et qui était bien vivante dans la dramaturgie. Il serait téméraire de sous-estimer ce qu’ils ont légué, et de s’imaginer savoir mieux qu’eux comment se prononçait le grec. Des auteurs comme Hérodien furent les héritiers de toute cette tradition. »

Jusqu’à une époque fort tardive on a composé de la poésie grecque selon les règles de jadis, et la pratique littéraire des milieux cultivés était comme un conservatoire de la prononciation classique, avec une diction partiellement différente du parler quotidien[13]. C’était pour eux un patrimoine à léguer de génération en génération. Les grammairiens œuvraient dans ce sens.

 

 

Conclusion

Il est vrai que le grec a, dans son développement phonétique, perdu ses diphtongues, suite à divers remaniements qui se sont échelonnés sur des siècles : c’est seulement à l’époque byzantine que la réduction de la diphtongue οι est acquise (Lejeune, § 243, p. 231). Des processus divers sont venus à bout de la force de cohésion qui a pu stabiliser un temps le système bien intégré de diphtongues esquissé plus haut. Mais il n’y a pas lieu de voir dans tout cela la manifestation d’une ‘tendance à l’élimination des diphtongues’ agissant sur la langue comme une force par rapport à laquelle ces processus divers auraient eu le statut de causes secondes, force qu’on hypostasie plus ou moins, qui n’existait pas encore lorsqu’apparurent les diphtongues de type τείχει ou ἡδεῖα, mais qui, installée dans le grec de façon immanente depuis les VIIe-VIe siècles, aurait inhibé la contrainte articulatoire tendant à diphtonguer les e et les o longs fermés.

Lorsqu’on parle de cette ‘tendance à l’élimination des diphtongues’, entend-on cela simplement comme le bilan de ces ‘processus divers’, ou comme la définition d’une force agissante qui serait à l’origine de ces processus ? Il convient de bien discerner dans quel sens ont fonctionné les relations de cause à conséquence.

Une triple exhortation pour terminer. Pour étudier les questions de phonétique grecque dont nous venons de traiter, il est bon de prendre l’enseignement des grammairiens grecs antiques plus au sérieux qu’on ne le fait ordinairement. Il est recommandé de pratiquer les méthodes de la phonologie (au sens français de ce terme). Il est utile enfin de s’informer des résultats expérimentaux de la phonétique de laboratoire.

Jean-Victor Vernhes

        Maître de conférences honoraire

Université d’Aix-Marseille

 

 

[1] C’est à cet ouvrage que renvoient nos références à Lejeune.

[2] C’est-à-dire phonétique. Pour le sens en français du terme phonologie, voir notre article sur Les intonations du grec ancien paru dans le numéro 154 (novembre 2019) de Connaissance hellénique : https://ch.hypotheses.org/3623

[3] C’est à cet ouvrage que renvoient nos références à Threatte.

[4] L’usage moderne est de marquer ces i et ces u d’un signe souscrit semblable à la partie supérieure d’un o. Une difficulté technique nous a fait en rester à un usage plus ancien.

[5] Cf. Jacques Chailley, La musique grecque antique (Paris, Belles Lettres, 1979), ch. VIII.

[6] Cet Euclide n’est pas connu par ailleurs.

[7] En grec moderne ces voyelles sont brèves ou longues (longues sous l’accent).

[8] C’est-à-dire résultant de contractions ou d’allongements compensatoires.

[9] On peut considérer comme une seconde réforme orthographique la codification des esprits et des accents par les grammairiens alexandrins, destinée à noter de façon plus précise et à fixer la prononciation. La dernière réforme orthographique fut l’adoption par décret présidentiel en avril 1982 du système monotonique : suppression des esprits et des accents autres que l’aigu, lequel marque toute syllabe tonique. Donc suppression des signes qui ne correspondent plus à rien dans la prononciation actuelle. C’était un nouveau réglage de l’orthographe sur la prononciation.

[10] Cette observation est ancienne : on la trouve dans la thèse de Paul Baret (Essai historique sur la prononciation du grec, Paris 1878), page 40. On trouve dans ce livre une bibliographie de tous les ouvrages traitant de la prononciation du grec parus depuis le XVIe siècle.

[11] Vendryes fut le rédacteur de la première édition (1924), Meillet ayant préparé un plan détaillé. Il fut seul responsable de l’édition de 1948. Certaines pages représentent un état ancien de la science, ce qui n’est d’ailleurs pas sans intérêt. L’ouvrage, fort attachant, reste un classique.

[12] Pour la « tendance à l’intégration », cf. Martinet, o.c., p. 79.

[13] C’est comme de dire, par exemple, en prononciation de l’époque (avec les r roulés et les l mouillés, notés ill), L’invitation au voyage de Baudelaire : «  Les soleils mouillés/ De ces ciels brouillés/ Pour mon esprit ont les charmes/ Si mystérieux/ De tes traîtres yeux,/ Brillant à travers leurs larmes. » L’esthétique sonore du poème se trouve restaurée.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Jean-Victor VERNHES : qu’est-ce que l’ accent grec ancien ?

 ► ὁ λύχνος n° 154, novembre 2019, article onze.

[Connaissance Hellénique est heureuse de publier une synthèse tout à fait originale sur l’accentuation en grec ancien. On y apprend ce que devait être véritablement l’accent grec, avec une comparaison éclairante avec l’accent dans les partitions de la musique ancienne et en lithuanien]

Les accents du grec ancien étudiés en eux-mêmes et comparés à ceux du lituanien

 

Fanfare universitaire de Vilnius en 2009 (Wikicommons)

 

Il est usuel dans les langues que certaines syllabes soient mises en relief dans la prononciation. C’est le phénomène de l’accent. Cette mise en relief se fait de deux façons différentes : la syllabe accentuée peut être prononcée plus fort (c’est l’accent d’intensité, en anglais stress accent), ou plus en hauteur (c’est l’accent musical, le pitch accent ou musical accent) ; dans ce cas on parle de ton et d’intonation. Les deux ne sont pas incompatibles : l’effort pour prononcer une syllabe plus fortement la fait prononcer plus haut : lorsque dans une dispute on se met à parler fort, ne dit-on pas que le ton monte ? L’accent du grec ancien est un accent de hauteur, un accent musical. Mais en grec moderne « la syllabe accentuée est prononcée plus intensément, plus haut et plus longuement que les syllabes atones.[1] » C’est un accent d’intensité, de hauteur et de longueur.

Notre propos ici n’est pas de donner les règles d’accentuation du grec ancien. On en trouve l’essentiel dans les divers manuels de grec[2], et le Précis d’accentuation grecque de Michel Lejeune y pourvoit de façon détaillée, mais sans s’attarder sur les aspects phonétiques. Ce sont ces derniers que nous examinerons, en nous attachant aux lignes mélodiques.

Pour ce faire, nous étudierons d’abord ce qu’en ont dit les grammairiens de l’Antiquité grecque. Nous nous intéresserons aussi aux quelques monuments de la musique grecque qui nous restent de cette époque, en particulier aux hymnes delphiques à Apollon, car ils nous instruisent parfois sur des questions d’accen­tuation. Puis nous mettrons en parallèle les intonations du grec avec celles du lituanien, car ces deux langues indo-européennes présentent en ce domaine d’étonnantes et éclairantes similitudes.

 

Voyons les grammairiens grecs.

Sur ce sujet, nous avons puisé l’essentiel de notre documentation dans les quatre premiers chapitres du Traité d’accentuation grecque publié en 1904 par Joseph Vendryès (1875-1960). « Cet ouvrage, nous dit l’auteur, n’est que la rédaction, à peine modifiée, d’un cours professé pendant l’année scolaire 1902-1903 à la Faculté des Lettres de l’Université de Clermont-Ferrand. » Il demeure une référence importante pour l’étude de l’accentuation grecque. Nos citations de grammairiens grecs relatives à cette question lui sont empruntées, mais elles sont sur plusieurs points accompagnées d’autres explications. Nous sommes respon­sables aussi de leurs traductions, car Vendryès en a donné le seul texte grec.

Nos explications font usage, en particulier, de la distinction qu’expriment dans notre terminologie linguistique les termes phonétique et phonologie : nous allons les élucider à l’intention des novices. Voici d’abord une petite expérience de phonétique expérimentale qu’on peut réaliser en tout temps et en tout lieu, et qui s’apparente à celles qui sont proposées dans ἕρμαιον au § 25, p. 11. Après avoir revu ce paragraphe, prononcez, en touchant du bout des doigts votre pomme d’Adam, le mot rage : vous sentirez, en prononçant le r, les vibrations des cordes vocales. Ce r est une sonore. Faites la même expérience en prononçant le mot ours : vous ne sentirez pas ces vibrations en prononçant le r. Ce r est une sourde. Il y a aussi une autre manière de prononcer le : c’est le r roulé, comme en espagnol, en italien, en russe… Mais il n’est pas possible de trouver en français une paire minimale, c’est-à-dire deux mots de sens différent se distinguant seulement par l’emploi de telle ou telle variété de r. En phonétique, on crée des signes différents pour ces variétés de r. Mais en phonologie on ne connaît qu’un seul r, une seule unité distinctive pouvant avoir des variantes dans la substance phonique. Dans l’alphabet, il y a un seul R : la notation des diverses variantes phoniques par des signes différents serait inutile pour l’identification des mots. L’orthographe est ici phonologique : elle fait de la phonologie sans le savoir, tout comme monsieur Jourdain faisait de la prose.

Les esprits et les accents furent introduits dans l’écriture du grec par Aristophane[3] de Byzance (environ 262-185 av. J.-C.), qui fut directeur de la bibliothèque d’Alexandrie, et eut pour successeur à ce poste le célèbre Aristarque de Samothrace, qui s’occupa surtout d’établir d’une façon rigoureuse le texte des poèmes homériques.

Voyons donc ce que les grammairiens grecs ont dit des accents.

Le terme τόνος, par lequel ces grammairiens désignent l’accent, tout comme les verbes apparentés τείνειν, ἐπιτείνειν ‘tendre’, qu’ils emploient également à ce propos, évoque la tension d’une corde, qui rend le son plus ou moins aigu. Il peut aussi être le ton avec les deux sens techniques du mot (échelle mélodique et intervalle) qu’il a en musique.

Denys d’Halicarnasse (contemporain de l’empereur Auguste), dans La composition stylistique, 11, citée par Vendryès, § 22, p. 22-23, définit ainsi l’intervalle de l’accent musical du grec : Διαλέκτου μὲν οὖν μέλος ἑνὶ μετρεῖται διαστήματι τῷ λεγομένῳ διὰ πέντε ὡς ἔγγιστα· καὶ οὔτε ἐπιτείνεται πέρα τῶν τριῶν τόνων καὶ ἡμιτονίου ἐπὶ τὸ ὀξύ, οὔτε ἀνίεται τοῦ χωρίου τούτου πλεῖον ἐπὶ τὸ βαρύ. ‘La mélodie de la parole a pour délimitation, avec la plus grande approximation possible, un seul intervalle, celui qu’on nomme quinte : elle ne monte pas vers l’aigu au-delà de trois tons et un demi-ton, et ne descend pas davantage de cette zone vers le grave.’ Ce qui est bien précisé ici, c’est la hauteur maximale des montées accentuelles, qu’il s’agisse de l’aigu ou du circonflexe ; il n’est pas dit, contrairement à ce qu’on affirme souvent, que toute syllabe tonique montait à 3 tons et ½ au-dessus de l’atone. Le mot μετρεῖται ‘a pour mesure’ est à prendre en un sens comparable à celui qu’il a au sujet du géomètre, au sens étymologique du terme, c’est-à-dire du géomètre-expert d’aujourd’hui, qui détermine les limites d’un espace et les marque par des bornes. Pensons aussi à l’emploi de τὸ μέτρον ‘la mesure’ pour désigner celle qu’il ne faut pas dépasser. La quinte définit ici l’intervalle musical limitant, de bas en en haut et de haut en bas la mélodie du grec : l’intonation prosodique s’y déploie dans les limites de 3 tons et ½.

Une scolie[4] à la grammaire du IIème s. ap. J.-C. attribuée à Denys le Thrace (170-90 av. J.-C.)[5] nous parle aussi de ce déploiement : « τόνος ἐστὶν ἐπίτασις[6] ἢ ἄνεσις ἢ μεσότης συλλαβῶν εὐφωνίαν ἔχουσα. » ‘l’accent est soit une tension des syllabes, soit un relâchement, soit quelque chose d’intermédiaire, avec euphonie.’ (Vendryès, § 20, p. 20). Le texte de Denys d’Halicarnasse éclaire bien cette formule : la montée tonale a un maximum, ce qui veut dire qu’elle ne va pas forcément jusque-là, mais peut aussi être une montée moyenne.

Dans la Poétique d’Aristote (XX, 1456b), nous lisons que les sons indiqués par les lettres « διαφέρει … δασύτητι καὶ ψιλότητι καὶ μήκει καὶ βραχύτητι, ἔτι δὲ ὀξύτητι καὶ βαρύτητι καὶ τῷ μέσῳ » ‘diffèrent (entre autres caractéristiques) par le caractère rude ou doux (de l’esprit), par la longueur ou la brièveté, et aussi par l’intermédiaire. » On a souvent compris les trois derniers termes comme désignant les accents aigu, grave et circonflexe, ce dernier tenant de l’aigu et du grave[7]. Cela est même passé dans la lexicographie[8]. Mais c’est une erreur : μέσος ne signifie pas ‘qui tient des deux’, mais ‘qui est en position intermédiaire entre les deux’. Dans ce texte, comme dans les deux citations précédentes, il s’agit de l’échelle tonale de la voix grecque : grave (= atone), moyen, aigu.

Cela posé, voyons maintenant ce qui concerne précisément les accents aigu, grave et circonflexe.

Voici comment Denys le Thrace (Vendryès, § 20, p. 20) fait l’inventaire des τόνοι : « τόνος ἐστὶ φωνῆς ἀπήχησις ἐναρμονίου, ἢ κατὰ ἀνάτασιν ἐν τῇ ὀξείᾳ, ἢ κατὰ ὁμαλισμὸν ἐν τῇ βαρείᾳ, ἢ κατὰ περίκλασιν ἐν τῇ περισπωμένῃ » ‘l’accent est une résonance harmonieuse de la voix, en tension vers le haut pour l’aigu, en nivellement pour le grave, en inflexion pour le circonflexe.’ Il n’est pas question ici d’une hauteur moyenne, d’une μεσότης : un peu plus ou un peu moins de hauteur dans la prononciation d’un accent ne sert pas à distinguer des mots, ne crée pas des ‘paires minimales’, n’a pas de pertinence phonologique. Avec l’aide des grammairiens anciens, voyons plus en détail chacun de ces accents.

 

L’accent aigu.

Le terme ὀξύς ‘aigu’ pour désigner cet accent a été (Vendryès, § 34, p. 33) inventé par Aristophane de Byzance, lequel « τῶν τόνων τὴν μὲν ἄνω τείνουσαν καὶ εὐθεῖαν καὶ εἰς ὀξὺ ἀπολήγουσαν, ἐοικυῖαν τοῖς βέλεσι τοῖς ἐφιεμένοις ὀξεῖαν (ἐπωνόμασεν). » ‘nomma aigu celui des accents qui en ligne droite tend vers le haut, et s’achève dans l’aigu comme des traits qu’on lance’. Il y a une dynamique dans cette définition : l’aigu n’est pas une position, mais un mouvement.

Une scolie à Denys le Thrace (Vendryès, § 34, p. 34) nous le fait parfai­tement sentir : « Ἀνάτασις φωνῆς ὁ ὀξὺς τόνος ἐστίν, ὅθεν καὶ τὸ σημεῖον αὐτοῦ τὴν ἐπὶ τὸ ἄνω φορὰν ἔχει· καὶ γὰρ ἀποκάτω ἀρχόμενοι τὸ σχῆμα προφέρομεν τὴν χεῖρα ὀξυτέρως ἐπὶ τὰ ἄνω μέρη » ‘L’accent aigu étant une montée en tension de la voix, il y a dans le signe qui l’indique un mouvement vers le haut : nous en commençons le tracé à partir du bas, et déplaçons vivement la main vers le haut.’ Nous voilà informés du symbolisme graphique et gestuel de l’accent aigu.

Ces textes insistent plus sur le dessin de la ligne mélodique que sur la hauteur du son. Elle monte ‘en ligne droite’. Cette indication prend toute sa valeur dans son opposition à la ligne du circonflexe, qui est infléchie, comme nous le verrons plus loin. S’il n’oblique pas, c’est qu’il va en ligne droite jusqu’à la fin de la tenue vocalique.

 

L’accent grave

Dans les débuts de l’emploi des signes d’accentuation, on mettait le grave sur toutes les syllabes qui n’étaient marquées ni de l’aigu ni du circonflexe. Hérodien[9], grammairien du temps de Marc-Aurèle, donne comme exemple (en I, 10, 6) le mot Μὲνέλὰὸς ‘Ménélas’ (Vendryès, § 36, p. 36). La valeur de l’accent grave nous apparaît ici nettement : il indique la non-accentuation. C’est aussi ce qu’indique la formule, vue plus haut, κατὰ ὁμαλισμὸν ἐν τῇ βαρείᾳ ‘en nivellement pour le grave’. On trouve de telles accentuations dans les papyrus[10].

Puis l’usage s’établit de ne mettre l’accent grave que pour remplacer l’aigu sur la dernière syllabe d’un mot suivi immédiatement d’un mot non enclitique, car il est inutile ailleurs. Ainsi l’accent aigu de ἀγαθός se maintient si le mot est prononcé isolément ou suivi d’une pause, ainsi que s’il est suivi d’un enclitique : ἀγαθός τις. Mais l’aigu se change en grave si le mot est immédiatement suivi d’un mot non enclitique : ἀγαθὸς λόγος ‘une bonne parole’. Ici le mot oxyton ἀγαθός est devenu le baryton ἀγαθὸς.

Hérodien I, 10, 3 (Vendryès, § 38, p. 35) nous expose cela en ces termes : « πᾶσα ὀξεῖα ἐπὶ τέλους λέξεως οὖσα, εἰ μὴ ἐπιφέροιτο μετ᾽αὐτὴν στιγμή, πάντως ἐν τῇ συμφράσει κοιμίζεται εἰς βαρεῖαν » ‘tout accent aigu en fin de mot, si celui-ci n’est pas suivi d’une ponctuation[11], s’assoupit complètement en grave dans l’enchaînement de la phrase.’ Ce qui maintient l’aigu devant une ponctuation, c’est naturellement la pause dans la parole que cette ponctuation indique. Ce passage d’Hérodien vise le parler, ou la lecture à haute voix, au-delà de sa mise en écriture.

Il faut souligner que la syllabe marquée du grave en finale a des propriétés que n’ont pas les autres syllabes atones. L’emploi pour ce grave du mot κοιμίζεται ‘s’assoupit’ par Hérodien et par d’autres n’indique pas que l’aigu aurait disparu, mais seulement qu’il s’est endormi. Et il ne dort que d’un œil, car la moindre pause dans l’élocution le réveille[12].

En outre, dans les hymnes delphiques, et autres fragments de musique antique, dont nous reparlerons plus loin, une syllabe finale dont l’aigu s’est ‘assoupi’ en grave est traitée musicalement comme une syllabe marquée de l’aigu : aucune autre syllabe du même mot ne peut être accompagnée d’une note plus élevée. La syllabe atone marquée du grave est porteuse de l’énergie lovée d’un aigu en puissance, qui la rend agissante à la façon d’un aigu bien éveillé, comme si elle était à la fois aiguë et atone. Oserons-nous la comparer au chat de Schrödinger, à la fois mort et vivant, car en logique quantique est possible la superposition de deux états contraires ?

Dans un passage d’Apollonius Dyscole (Vendryès, § 39, p. 39) nous lisons une formule saisissante : « ὅ ‘τε’ σύνδεσμος, ἐγκλιτικὸς ὤν, τὴν πρὸ αὑτοῦ λέξιν ὀξύνει, ὅτε βαρεῖά ἐστιν ἡ ὀξεῖα » ‘la conjonction τε, étant enclitique, met l’aigu sur le mot précédent, lorsque l’aigu y est grave.’ Nous lisons bien ‘lorsque l’aigu y est grave’ : le grave est présenté ici comme un avatar de l’aigu, non comme un accent tout différent de celui-ci. Ce grave par barytonèse en finale nous apparaît alors comme bien différent de celui qui, dans les débuts de l’écriture accentuée, pouvait être mis sur toute syllabe ne portant ni l’aigu ni le circonflexe.

Charles Bally, dans son Manuel d’accentuation grecque (Berne, 1945)[13], au § 13-1, p. 15, tire argument des élisions du type δεινὰ ἄλγη ‘de terribles souffrances’ > δείν᾽ἄλγη pour affirmer que le grave se prononce, puisque l’accent supprimé (grave) se reporte sur la voyelle précédente. Mais la formule précitée est de l’ordre de la description grammaticale et peut donner lieu à des exercices d’accentuation. En est-il de même dans le processus qui est en jeu lorsqu’on énonce la phrase élidée ? Lorsqu’en parlant on élide ou abrège, lorsque par exemple on dit ‘mon p’tit bonhomme’, on ne s’est pas brièvement représenté l’expression ‘mon petit bonhomme’ dans son intégralité pour opérer sur elle la soustraction d’un e. Prononcer l’expression élidée, c’est ne pas aller jusqu’au bout de l’expression du signifiant, c’est rester en deçà de son expression complète. L’expression élidée se situe dans un en deçà, non dans un au-delà de l’expression complète, et elle n’en est pas une transformation. La première est plus précoce en temps opératif que la seconde.

De même dire δείν᾽ἄλγη c’est ne pas aller jusqu’au bout de l’énonciation δεινὰ ἄλγη. En d’autres termes δείν᾽ἄλγη, dans l’acte de parole, et non dans un exercice d’accentuation, est un en deçà de δεινὰ ἄλγη, et non une opération réalisée, par suppression de la voyelle finale et report de son accent, sur cette dernière formule.

À un certain niveau de structure profonde, le signifiant en gestation de ces expressions se compose ainsi :

1- le terme δεινα

2- son oxytonèse

2- le terme ἄλγη

Lorsque dans l’acte de parole on accole ces deux mots, on peut avoir :

SOIT, avec un débit appliqué, le terme δεινά intact, avec barytonèse. D’où δεινὰ ἄλγη. 

SOIT, avec un temps opératif rapide, la non-apparition du -ά final, avec conservation de l’oxytonèse du mot, ce qui donne δείν-, qui ne devient pas baryton, car on ne barytone pas après élision : πάντ᾽ἔχει pour πάντα ἔχει ‘il possède tout’. D’où δείν᾽ἄλγη.

Certains auteurs estiment que l’accent grave correspond à un accent aigu affaibli, d’une hauteur inférieure à celle de l’accent aigu, sans descendre toutefois jusqu’à celle d’une syllabe atone. C’est même actuellement la tendance la plus générale chez les grammairiens d’aujourd’hui, estimant cela vraisemblable. On a même considéré le grave comme une variante simplement graphique de l’aigu (Ch. Bally, Manuel, § 8, p. 14). Mais c’est là tenir pour nul et non avenu l’enseignement sur ce point des grammairiens grecs de l’antiquité, ce qui fait tout de même difficulté. Et nous avons vu plus haut que le signe du grave a été créé pour indiquer le caractère atone d’une syllabe. Nous approfondirons plus loin nos investigations sur ce point.

Le grave, le βαρὺς τόνος peut aussi être non pas une position basse du ton, mais un mouvement de descente tonale. Ainsi, dans une scolie à Denys le Thrace (Vendryès, § 35, p. 35) : « Ὁ βαρὺς τόνος τὴν ἐναντίαν φορὰν ἔχει τοῦ ὀξέως τόνου. Διὸ καὶ τὸ σημεῖον αὐτοῦ τὴν ἐπὶ τὸ κάτω φορὰν ἔχει. Καὶ ἡ φωνὴ δὲ τοῦ ἀνθρώπου, ἀπὸ ὀξείας κοιμιζομένη, τουτέστι καταφερομένη, εἰς βαρεῖαν καταντᾷ.» ‘L’accent grave a un mouvement opposé à celui de l’accent aigu. C’est pourquoi son signe a aussi son mouvement vers le bas. Et la voix humaine, s’y assoupissant, c’est-à-dire s’abaissant, à partir de l’aigu, finit en grave.’

 

L’accent circonflexe

Dans une scolie à Denys le Thrace (Vendryès, § 44, p. 42-43) nous en avons la description : « ἰστέον δὲ ὅτι ἁπλοῖ μὲν τόνοι εἰσὶ δύο, ἡ ὀξεῖα καὶ ἡ βαρεῖα, σύνθετος δὲ τόνος εἷς, ἡ περισπωμένη » ‘il faut savoir qu’il y a deux accents simples, l’aigu et de grave, et un seul accent composé : le circonflexe’.

Une autre scolie à Denys le Thrace (Vendryès, ibidem) précise cela : « ἡ περισπωμένη ἐστὶ ποιότης συλλαβῆς συνημμένον ἢ κεκλασμένον ἔχουσα φθόγγον· εἶπε δὲ συνημμένον τὸν μετέχοντα καὶ ὀξείας καὶ βαρείας, κεκλασμένον δὲ τὸν ἀπὸ τοῦ ὀξέος ἐπὶ τὸ βαρὺ ῥέποντα » ‘le circonflexe est un type de syllabe qui tient de l’aigu et du grave, et dont le son est soit lié, soit brisé. (Denys) disait que la variante liée comporte de l’aigu et du grave, et que la variante brisée bascule de l’aigu au grave.’ L’emploi du terme ῥέποντα est intéressant. Le verbe ῥέπειν, au sens concret, s’applique au mouvement vif d’un plateau de balance lors d’une pesée.

Cet accent était aussi qualifié de δίτονος ‘à deux tons’. Le basculement de l’aigu au grave dans le circonflexe était perçu comme l’émission de deux notes. On voit bien là la différence avec l’accent aigu, dont la montée comme nous l’avons vu plus haut, est en ligne droite, ligne qu’on ne peut illustrer par deux notes de musique bien distinctes à taper sur un piano ; mais on pourrait faire entendre cette ligne sur une corde de violon, en faisant glisser le doigt sur cette corde, pour obtenir sous le passage de l’archet un son montant progressivement du grave vers l’aigu.

Le terme περισπωμένη ‘périspomène’ employé pour cet accent vient du verbe περισπᾶν, qui selon Vendryès (§ 45, p. 44) « désigne l’action de modifier brusquement la tension d’une corde pour faire entendre deux sons de suite. » Désireux d’en savoir plus sur ce geste musical, j’ai consulté un spécialiste de musique grecque antique, Laurent Calvié, qui m’a répondu ceci : « Je crains fort que notre maître J. Vendryès, qui ici ne cite pas ses sources (rien dans Keil, t. IV, p. 531), n’ait inventé cette acception musicale de περισπάω, que ne connaissent ni Bailly, ni Liddell-Scott, ni les trois auteurs d’études sur le vocabulaire musical des Grecs : J. Chailley (1979), S. Michaelidès (1978) et E. Rocconi (2003). »

Revenons à notre περισπᾶν. Ce verbe signifie ‘faire obliquer, tirer dans un autre sens’: cela convient tout à fait à ce qu’est la περισπωμένη, dont la courbe mélodique dévie de sa montée vers le haut, en se tournant vers le bas.

Un passage du traité d’accentuation d’Arcadius, qui fut un successeur d’Hérodien, ajoute deux informations intéressantes (Vendryès, § 44, p. 43). La première concerne la prononciation du circonflexe : «… συνέβαινε ταῖς περισπωμέναις λέξεσιν εὐθὺς ἀρχομένην τὴν φωνὴν ὀξύ τι ὑπηχεῖν, κατατρέπειν δὲ ὡς εἰς τὸ βαρύ…» ‘ce qui est dit avec intonation circonflexe donne un son aigu dès le début de la prononciation, puis fait un virage pour descendre vers le grave.’ Ici le grave indique un mouvement de descente tonale, avec la valeur qui a été indiquée ci-dessus dans le dernier paragraphe de l’étude sur le grave.

La seconde information concerne le signe graphique du circonflexe, créé par Aristophane de Byzance : celui-ci en a fait l’union du signe / de l’aigu indiquant la montée et du signe \ du grave indiquant la descente, ce qui donnait le signe /\, qui fut la forme primitive du circonflexe. Puis sa forme s’arrondit : ῖ, ῆ, ᾶ … Enfin, vers le XIIIe siècle, on l’enjoliva en lui donnant la forme d’un tilde : ῖ, ῆ, ᾶ …

Dans ce passage d’Arcadius, le βαρὺς τόνος n’est pas tout à fait ce que nous avons vu plus haut : il n’est plus une position basse du ton, mais un mouvement de descente tonale. De même, dans une scolie à Denys le Thrace (Vendryès, § 35, p. 35) : « Ὁ βαρὺς τόνος τὴν ἐναντίαν φορὰν ἔχει τοῦ ὀξέως τόνου. Διὸ καὶ τὸ σημεῖον αὐτοῦ τὴν ἐπὶ τὸ κάτω φορὰν ἔχει. Καὶ ἡ φωνὴ δὲ τοῦ ἀνθρώπου, ἀπὸ ὀξείας κοιμιζομένη, τουτέστι καταφερομένη, εἰς βαρεῖαν καταντᾷ. » ‘L’accent grave a un mouvement opposé à celui de l’accent aigu. C’est pourquoi son signe a aussi son mouvement vers le bas. Et la voix humaine, s’y assoupissant, c’est-à-dire s’abaissant, à partir de l’aigu, finit en grave.’

Ces éléments nous font saisir la différence entre la longue circonflexe et la longue aiguë : elle tient uniquement à la place du sommet de hauteur. Dans la longue circonflexe, le sommet de l’élévation de la voix se situe dans la première moitié de la tenue de la voyelle. Dans la longue aiguë, où la montée est continue sans subir de déviation importante, elle va se situer vers la fin de la tenue. Cette répartition des tons[14] constitue ce qu’on appelle l’intonation

 

Quittons un peu les grammairiens

Ce que nous apprennent les grammairiens grecs sur les deux accentuations de la longue, nous pouvons le déduire de l’examen de l’accentuation des longues résultant de contractions (cf. ἕρμαιον, § 45, p. 33) :

Accent sur la seconde des voyelles de la contraction. Aigu sur la longue résultante (intonation montante) :

           ἐτιμαόμην   >     ἐτιμώμην     ‘j’étais honoré’

Accent sur la première des voyelles de la contraction. Circonflexe sur la longue résultante (intonation descendante) :

           τιμάετε         > τιμᾶτε      ‘vous honorez’  

Il faut savoir prendre quelque distance par rapport à certaines représentations trop schématiques. Dans la Phonétique historique du mycénien et du grec ancien de M. Lejeune, nous lisons que les deux intonations des longues sont marquées par le circonflexe ou par l’aigu  « selon que l’élévation de la voix se produit sur la première partie de la longue (circonflexe) ou sur la seconde (aigu). » Ce serait comme si la longue accentuée était divisée en deux moitiés juxtaposées, dont une seule serait marquée par la montée tonale, la première pour le circonflexe, la seconde pour l’aigu. Cela fait penser à deux notes de piano jouées succes­sivement. Mais la parole est différente de la musique, et la voix ne se prête pas à de telles coupures. Chacune de ces longues accentuées est porteuse, sur l’ensemble de sa tenue, d’une ligne mélodique avec culmination dans la première moitié pour le circonflexe (intonation descendante), dans la seconde pour l’aigu (intonation montante). Maurice Grammont, dans son Traité de phonétique (Paris, 1933), traite de cette différence entre parole et musique, que bientôt nous pourrons mieux comprendre.

Le caractère montant de l’aigu a longtemps été méconnu, et le reste encore parfois. On lit aussi, dans le Manuel d’accentuation grecque de Charles Bally : « L’aigu (´) consiste en une élévation uniforme de la voix répartie sur toute la durée de l’élément vocalique, que celui-ci soit une voyelle brève, une voyelle longue ou une diphtongue. » Il fallait signaler cette inexactitude, qu’on trouve dans divers ouvrages. La chose est d’ailleurs peu vraisemblable en phonétique expérimentale : « Dans la musique les notes sont tenues plus ou moins longtemps… Dans la parole on ne reste en général sur une certaine note qu’un temps très court. » (Grammont, ibid.).

Le jeu des intonations montante et descendante est intéressant à observer dans l’accentuation du nom de Zeus. La différence entre le nominatif Ζεύς et le vocatif Ζεῦ est parallèle à celle qui dans le nom du père oppose le nominatif ὁ πατήρ au vocatif πάτερ. Dans les deux cas, il y a le phénomène de recul d’accent qui caractérise de nombreux vocatifs. Dans le cas de Ζεῦ, ce recul s’opère par le passage à l’intonation descendante : dans ce vocatif, le sommet tonal n’est plus, comme dans le nominatif Ζεύς, sur la fin de la diphtongue ευ, mais il a reculé en se plaçant sur son début.

Les anciens Grecs étaient très sensibles à cette opposition des intonations. Cela peut s’illustrer agréablement par un célèbre lapsus commis par l’acteur Hégélochos en disant le vers 279 de l’Oreste d’Euripide, pièce représentée en 408 av. J.-C.

Il devait dire :

                        ἐκ κυμάτων γὰρ αὖθις αὖ γαλήν᾽ὁρῶ

                        ‘Je vois de nouveau le calme renaître des flots’

Ici γαλήν᾽est pour γαληνά, pluriel neutre de γαληνός ‘calme, serein’ ; pour l’élision et l’accentuation, même système que pour δείν᾽ἄλγη pour δεινὰ ἄλγη.

Mais il a dit :

                        ἐκ κυμάτων γὰρ αὖθις αὖ γαλῆν ὁρῶ

                        ‘Je vois encore une belette sortir des flots’

Nous avons ici l’accusatif singulier de ἡ γαλῆ ‘la belette’ ! Voilà ce que pouvait donner une inadvertance dans l’intonation. Aristophane, aux vers 301-304 de sa comédie Les Grenouilles, représentée trois ans plus tard, fait allusion à ce lapsus d’Hégélochos ; le public devait s’en souvenir !

Une scolie à ce passage d’Aristophane dit que l’acteur a commis ce lapsus προστάντος αὐτῷ τοῦ πνεύματος ‘son souffle s’étant anticipé’ ou ‘par anticipation du souffle’, ce qui est bien énigmatique ! On devine là un piètre scoliaste connaissant mal sa terminologie grammaticale de base : il parle d’esprit (πνεῦμα) au lieu d’accent (τόνος). C’est bien sûr le τόνος qui s’est anticipé, substituant par ce recul le circonflexe à l’aigu.

Le fait de voir une belette sur son chemin était un mauvais présage (cf. Aristophane, L’Assemblée des Femmes, vers 791-793). Dans Les Grenouilles, par une curieuse inversion, la belette est un présage favorable. Mais ceci est une autre histoire…

Nous avons maintenant à étudier ce que des documents musicaux peuvent nous apprendre sur l’accentuation.

 

Les monuments de la musique grecque antique

De cette musique il ne reste que peu de poèmes accompagnés d’une partition (on en sait lire les signes musicaux). Ces textes et ces partitions (transcrites en notations musicales actuelles) sont dans l’ouvrage de Jacques Chailley : La musique grecque antique (Paris, Les Belles Lettres, 1979)[15].

Nous avons examiné surtout trois textes gravés sur la pierre :

L’épitaphe d’un certain Seikilos, très bien conservée. On la date de la fin du Ier s. av. J.-C. Gravée avec sa notation musicale sur une colonne funéraire, elle a été découverte à Tralles (non loin de Magnésie, ville de Carie, dans le sud-ouest de l’actuelle Turquie). Elle se trouve au Musée de Copenhague.

Deux longs hymnes à Apollon. On date ces hymnes du IIe s. av. J.-C. Découverts en 1893 dans les ruines du Trésor des Athéniens à Delphes, on peut les voir dans le Musée de cette ville. La composition des deux hymnes est datée de -128 par Annie Bélis, dans Chanter les dieux[16], p. 100. Le nom de l’auteur du second hymne a subsisté sur la pierre : Λιμήνιος.

Théodore Reinach[17] a consacré un article à La musique du nouvel hymne de Delphes dans le Bulletin de correspondance hellénique. 18 (1894), p. 363-389. Il s’agit de celui qui est aujourd’hui pour nous le ‘second hymne’. Il y est aussi question du premier hymne.

De l’examen des partitions l’auteur dégage les principes suivants :

Le dessin mélodique de chaque mot respecte la place des accents naturels. En conséquence : 1° Une syllabe atone peut porter une note aussi aiguë que la syllabe tonique du même mot : elle ne peut en porter une qui soit plus aiguë. 2° Dans les mots à accent circonflexe dont la syllabe tonique se dédouble mélodiquement, la note aiguë tombe toujours sur la première partie de la syllabe. (p. 385).

On observe en outre qu’une syllabe dont l’aigu devient grave dans l’ortho­graphe est assimilée, dans la mise en musique, à une syllabe marquée de l’aigu, aucune autre syllabe ne pouvant être chantée sur une note plus élevée. On peut soupçonner qu’elle est chantée comme un aigu.

Sauf en ce qui concerne le circonflexe, nous avons déjà fait allusion à tout cela. En parcourant des yeux les textes et les partitions de musique grecque antique présentés dans les ouvrages que nous venons de citer, on constate avec quelle fréquence une syllabe à accent circonflexe est chantée sur deux notes dont la première est plus haute. Cela correspond au caractère bitonal (δίτονος) indiqué par les grammairiens grecs pour les intonations notées par ce type d’accent.

Quant aux longues marquées de l’accent aigu, on constate qu’elles sont en général chantées sur une seule note. Cela convient à ce que nous savons de cet accent par les grammairiens anciens : pas de bitonalité ici, pas de sensation de contraste entre le début de la courbe mélodique et la suite. On observe tout de même, sans que cela corresponde à une tendance marquée, des cas où une longue marquée de l’aigu (ou du grave) est accompagnée d’une musique ascendante : ᾠδὰν, forme dialectale de ᾠδήν, écrite ὠι-δα-ὰν (1er hymne, 2ème strophe).

La première syllabe du troisième mot (φαίνου) de l’épitaphe de Seikelos est chantée sur 3 notes montantes. Cela peut faire allusion à la ligne mélodique de l’aigu, qui monte droit.

Il peut aussi y avoir mouvement de descente : c’est le cas pour ταύρων écrit τα-ού-ρων (1er hymne, 2ème strophe), τάνδε, forme dialectale de τήνδε, écrite ταάν-[δε]ε (2ème hymne, 1ère strophe), αἰθὴρ, écrit αἰ-θη-ὴρ (2ème hymne, 2ème strophe). L’aigu, qui n’a pas la bitonalité marquée du circonflexe, laisse au compositeur plus de liberté.

Ce qui peut causer perplexité, c’est ce qui concerne le grave.

Théodore Reinach, dans son compte-rendu du Traité d’accentuation grecque de Vendryès paru dans la Revue des Études grecques de 1904, p. 484-485, critique cet ouvrage :

« Nous ne parvenons pas à comprendre comment l’auteur (p. 42) concilie sa théorie (qui est celle de Wackernagel) de la disparition complète de l’élévation finale dans les barytons avec les témoignages des hymnes delphiques où ces finales … sont traitées dans le mot-même comme les finales aiguës proprement dites … Dans tous ces cas la mélodie monte sur la finale, dans aucun cas elle ne descend. Dire que ‘par le fait même qu’elle était capable dans des conditions données de s’élever à la hauteur de l’aiguë (cette syllabe) avait en soi pour la conscience du sujet parlant une importance particulière’ c’est donner dans le mysticisme grammatical.  L’opinion des grammairiens pèse peu de chose auprès du témoignage des hymnes. »

Mais non, cher Théodore Reinach, ce n’est point du mysticisme grammatical, mais un sens profond de la langue[18]. Quant à l’opinion des grammairiens, pèse-t-elle vraiment peu de chose ? Les Alexandrins qui, autour d’Aristophane de Byzance, dans le dernier quart du IIIe siècle av. J.-C., jetaient les bases de la science grammaticale des Grecs, pour sauvegarder dans toute sa beauté la langue classique, en s’attachant en particulier à ses intonations, connaissaient bien celles-ci par leurs grands-parents, qui dans leur jeunesse furent contemporains de Ménandre. Ils étaient en outre héritiers de la tradition d’examen du langage dont nous avons l’écho chez Platon et Aristote, et qui était bien vivante dans la dramaturgie. Il serait téméraire de sous-estimer ce qu’ils ont légué, et de s’imaginer savoir mieux qu’eux comment se prononçait le grec.

Certes, il ne faut pas sous-estimer non plus l’importance, pour cette question, des partitions antiques qui nous restent. Chacune des deux sources nous éclaire pour ce qui est de son domaine. Les grammairiens nous enseignent comment on parlait le grec ; les partitions nous montrent comment on le chantait et le mettait en musique. Parler n’est pas chanter, sauf dans Les parapluies de Cherbourg. Dans le chant chaque mot était sans doute mis en valeur, prononcé dans toute sa plénitude, ce qui suppose après chacun ne fut-ce qu’une pause infinitésimale. Cela suffit pour qu’on ait l’aigu et non le grave. En outre, dans le chant comme dans l’accompagnement musical, chaque syllabe est chantée sur une ou plusieurs notes bien distinctes, et cette distinction entre les notes contribue à créer entre les mots cette minime pause.

Voilà pourquoi, dans les hymnes de Delphes et autres partitions musicales de l’Antiquité grecque, les syllabes finales marquées du grave dans nos transcriptions sont traitées exactement comme des aiguës. Il n’y a pas à en tirer de conclusion pour la langue parlée.

 

Parallèles lituaniens

Le sanscrit, les langues baltes, certaines langues slaves (serbo-croate, bulgare) ont, comme le grec, un accent de hauteur. Le parallèle est particulièrement frappant entre le grec et le lituanien, où le ton peut monter d’une quinte augmentée, et qui a les trois types accentuels du grec : intonation montante ou descendante sur longue, accent sur brève ; mais les signes qui les indiquent sont employés autrement (aigu pour l’intonation descendante, circonflexe pour l’intonation montante, grave pour les brèves). Cela nous renvoie à un accent de hauteur indo-européen, sans qu’on parvienne toutefois à le reconstruire de façon détaillée. Il ne s’ensuit pas que toute syllabe porteuse de telle ou telle intonation, en grec comme en lituanien, l’ait héritée de l’indo-européen. Il peut s’agir d’une innovation. Nous avons vu comment en grec les contractions créent des intonations montantes ou descendantes sur les longues résultantes. En lituanien, un groupe voyelle + sonante + laryngale donne à la syllabe qui en résulte une intonation descendante : *arh3-ti > árti ‘labourer’[19]. Quoi qu’il en soit, il est instructif de comparer ce que réalisent ces deux langues en matière d’intonation.

La Lietuvių kalbos gramatika, ‘Grammaire de la langue lituanienne’ publiée à Vilnius en 1965 par l’Institut de langue et littérature lituaniennes nous présente (tome I, pages 130-141) les intonations du lituanien, avec des graphiques réalisés en laboratoire de phonétique. Ils ont un avantage et un inconvénient. L’avantage est leur ancienneté : au cours des dernières décennies, les intonations du lituanien ont eu tendance à s’altérer. L’inconvénient est que l’appareillage de l’époque a transformé les courbes mélodiques en lignes brisées À vous de les restaurer en arrondissant les angles par l’imagination ou au crayon sur un tirage. Nous avons gardé la numérotation des schémas de ce livre.

Une échelle en hertz (hercai en lituanien : se prononce hertsaï) vous indique les hauteurs atteintes par la voyelle. Pour apprécier le parallélisme entre le grec et le lituanien, il faut pouvoir faire correspondre les hertz et les intervalles des musiciens. Marc Hérouet, m’a communiqué les indications suivantes :

« Pour monter une note d’une quinte, il faut multiplier sa fréquence par 3/2 ou prendre les 2/3 de la corde du monocorde, la progression des intervalles musicaux étant logarithmique et non arithmétique. Par exemple, un LA à 440 Hz a sa quinte supérieure MI à 660 Hz… du moins si l’on calcule comme Pythagore ; en effet, notre gamme courante occidentale est depuis le 18e s. construite selon le tempérament égal (basé sur la racine de 2). Elle donnerait pour l’exemple ci-dessus un MI à 659,26 Hz, donc une quinte légèrement plus basse. »

Intonation descendante (culmination initiale), notée par le circonflexe en grec, par l’aigu en lituanien :

Ces exemples 96 et 97 offrent un parallèle étonnant avec les deux variantes phonétiques du circonflexe grec, dont la ligne mélodique, comme nous l’avons vu, est soit liée, soit brisée (second paragraphe de notre étude sur le circonflexe). Le 96 correspond au circonflexe grec ‘brisé’ : la montée, qui sans doute s’est amorcée sur la syllabe précédente, connaît ici comme un pic à 205 Hz, puis bascule brusquement : c’est la retombée en cascade au niveau de 145 Hz. Les deux composantes, ascendante et descendante, contrastent nettement, d’où, à l’audition, la perception d’une dualité. Le 97 correspond au circonflexe ‘lié’ : au lieu d’un pic, on a un dôme (n’oubliez pas d’arrondir les angles !). La montée et la descente s’enchaînent sans contraster brusquement, ce qui doit donner un certain fondu dans la succession des deux mouvements.

Cela nous suggère une solution à une énigme accentuelle du grec, concernant le jeu des enclitiques : cf. ἕρμαιον, § 69 B et C, p. 60. Voici :

En B, les mots ἄνθρωπος et δοῦλοι reçoivent tous deux l’aigu sur la finale devant un enclitique (respectivement ἐστιν et τινες) ; c’est un accent d’enclise. C’est que δοῦλοι, avec la bitonalité de son οῦ, a le même schéma sur trois temps accentuels (/ \ \) que ἄνθρωπος. Cette identité de schéma accentuel entre ces deux mots donne à penser que le circonflexe du οῦ de δοῦλοι est un circonflexe ‘brisé’.

En C, vous voyez qu’après les mots νέος, λόγων, λόγοις les enclitiques de deux syllabes reçoivent un accent sur la seconde syllabe.

Mais si on dit συκαῖ τινες ‘certains figuiers’, il n’y a pas d’accent sur l’enclitique. Pourtant la finale -αῖ de συκαῖ semble avoir le même schéma accentuel (/ \) que νέος, etc. Vendryès consacre à ce problème toute une page bien dense (p. 83). Or on peut expliquer cela en admettant qu’en grec les circonflexes sur syllabe finale (les mots périspomènes) sont des circonflexes ‘liés’ : la montée et la descente ne con­trastent pas fortement, ce qui estompe le schéma / \ , le rendant non opérationnel en accentuation. Ce n’est bien sûr qu’une hypothèse.

Il y a en lituanien une catégorie particulière de diphtongues, les diphtongues mixtes. Elles sont constituées par l’une des voyelles brèves a, e, i, u, suivie de l’une des consonnes l, m, n, r, qui sont des sonantes, terme signifiant qu’elles peuvent manifester des propriétés vocaliques. Dans ces mixtes, l’une de ces sonantes fonctionne comme second élément de diphtongue. Ces diphtongues peuvent être à intonation descendante (culmination initiale) ou ascendante (culmination finale). Pour nos mises en parallèle avec le grec, les deux exemples ci-dessous suffiront, avec les diphtongues ìl et ùr (le signe de l’accent grave sur i et u dans de telles diphtongues indique une intonation descendante).

C’est une intonation de ce type qu’on a dans l’homérique φύλλά τε ‘et des feuilles’ (Iliade I, 237). Cette accentuation est celle qu’enseignaient les grammai­riens. Selon Hérodien, il faut accentuer ἔνθά ποτε ‘là où un jour’. Dans le manuscrit de Venise de l’Iliade, on a πύργός τε ‘et une tour’ au vers 462 du chant XXII. Au stade archaïque du grec qu’est la langue homérique, de tels groupes voyelle brève + sonante sont comme des diphtongues à intonation descendante, et s’ils sont la première syllabe d’un mot dissyllabique, on aura une accentuation du type δοῦλός τε ‘et l’esclave’. Mais cela ne correspondait plus à la prononciation classique. Aristarque, malgré d’autres érudits, se refusait à accentuer Ἄνδρά μοι au début du premier vers de l’Odyssée. D’où des différences entre les éditions. On pressent là une tradition d’élocution épique transmise par certains aèdes au fil des siècles, mais reconnue par une partie seulement des savants. Voir Chantraine, Grammaire homérique, tome I, § 79, p. 192 et Vendryès, § 50, p. 50 et § 92, p. 85.

Intonation montante (culmination finale), notée par l’aigu en grec, par le circonflexe en lituanien :

schéma

La figure 104 correspond à l’aigu tel que nous l’avons décrit en nous référant aux grammairiens grecs : il monte droit (κατ᾽εὐθεῖαν), avec ici de légères ondulations, vers la dernière partie de la tenue.

La figure 103 présente une montée différente, se faisant en deux poussées bien distinctes, donc en deux notes ascendantes. C’est donc une bitonalité, mais du grave à l’aigu, donc en sens inverse du circonflexe.

Cela contribue à éclairer sur un point une allusion de Vendryès (§ 51, p. 51) à un enseignement de Glaucus de Samos (début du IIIe s. av. J.-C., donc avant Aristophane de Byzance) sur lequel nous allons nous attarder ici quelque peu. Il « distinguait six accents ». Nous préférons dire six formes d’intonation : ἀνειμένη, μέση, ἐπιτεταμένη, κεκλασμένη, ἀντανακλαζομένη, νήτη ‘relâchée, moyenne, tendue (=aiguë), circonflexe, anticirconflexe, aiguë au maximum.’

Avec les quatre premières caractéristiques nous sommes en terrain connu. Le terme de ἀνειμένη ‘relâchée’ signifie l’absence de la tension qui fait monter le ton en hauteur : c’est le caractère atone d’une syllabe. Le terme de ἐπιτεταμένη ‘bien tendue’ indique la présence de cette tension. Les termes ἀνειμένη et ἐπιτεταμένη nous renvoient aux termes ἀνίεται et ἐπιτείνεται que nous avons vus dans le passage où Denys d’Halicarnasse traite de l’intervalle d’une quinte. Ce dernier auteur met ces verbes à l’imperfectif, évoquant un processus, tandis que Glaucus les met au parfait, constatant un état de choses. Entre les deux termes, il y a la μέση, la ‘moyenne’. Cela nous renvoie au passage de la Poétique d’Aristote (XX, 1456b) que nous avons cité et à la scolie qui précède cette citation. Nous avons vu aussi la κεκλασμένη, le circonflexe avec sa brisure. Mais avec les deux autres termes, nous voici dans du nouveau.

Le plus simple est le dernier. Le mot νήτη (ou νεάτη, sous-entendu χορδή ‘corde’) désigne la dernière corde de la lyre, celle qui donne le son le plus aigu.

Voici les indications données à ce sujet par Laurent Calvié : « Le terme νήτη (ou νεάτη) est attesté chez tous les musicographes grecs (Aristoxène, Aristide Quintilien, Ptolémée, Bacchios l’Ancien, Alypios, Cléonide, Porphyre, Gaudence, etc.) pour désigner la note la plus aiguë de l’heptacorde, de l’octacorde ou du « grand système parfait ». C’est peut-être Aristide Quintilien (I, 6, p. 11 Meibom = p. 8, 27-28 Winnington-Ingram) qui offre à son propos le témoignage susceptible de vous intéresser le plus : ἡ νήτη, τουτέστιν ἐσχάτη. νέατον γὰρ ἐκάλουν τὸ ἔσχατον οἱ παλαιοί. ‘la νήτη, c’est-à-dire l’extrême, car les anciens qualifiaient l’extrême de νέατος. »

La forme ἀντανακλαζομένη, avec double préverbation (ἀνα- et ἀντι-), que nous avons traduite ‘anticirconflexe’, n’est ici intelligible que si nous la ratta­chons non pas aux verbes κλάζω et ἀνακλάζω, signifiant ‘pousser des cris’, généralement inarticulés, mais à une variante κλάζω de κλάω ‘briser’. On a en effet des doublets en -άζω pour certains verbes en -άω : δαμάζω à côté de δαμάω ‘dompter’ et de son aoriste ἐδάμασα, πελάω à côté de πελάζω ‘approcher’ et de son aoriste ἐπέλασα. Une variante κλάζω n’aurait rien d’étonnant à côté de κλάω et de son aoriste ἔκλασα ; elle nous est attestée dans ὀκλάζω ‘plier’, à propos des genoux, d’un siège pliant… (le préfixe ὀ- exprime une idée de réunion).[20]

Nous pouvons donc estimer qu’ont dû exister des doublets en -άζω pour les verbes ἀνακλάω et ἀντανακλάω, dont nous allons examiner la signifi­cation. On peut employer ἀνακλάω à propos d’une balle qui rebondit (elle repart sur une trajectoire symétrique), ou de la lumière qui se réfléchit. Un ἀνακλώμενον μέτρον est une structure métrique organisée en symétrie : longue-brève/brève-longue. Le préverbe ἀντι- accentue cette notion de symétrie.

L’intonation descendante du circonflexe est perçue comme une succession de deux notes distinctes aigu/grave. Une succes­sion en grave-aigu de deux notes distinctes, celle qu’illustre la figure 103, en est le symétrique. Ce serait une simple variante phonétique de l’intonation montante.

Selon Glaucus, qui a voulu être complet, et nous avons voulu être complets avec lui, cette variante aurait donc existé en grec : elle serait marginale, car les autres grammairiens grecs parlent d’une montée continue, sans inflexion.

Intonation brève (notée par l’aigu en grec, par le grave en lituanien) :

Nous avons parlé de l’aigu grec sur longue, mais pas sur brève. Or voici maintenant (figures 110, 111, 112) des exemples d’into­nation lituanienne sur voyelle brève.

Nous constatons qu’il s’agit d’intonations montantes, comme en grec pour l’aigu sur longue, avec culmination sur la seconde moitié de la tenue. On peut penser qu’il en était de même en grec, et que les grammairiens créateurs des signes d’accen­tuation du grec en étaient conscients, eux qui ont marqué la brève accentuée du même signe, orienté vers le haut, que la longue à intonation montante.

On peut rapprocher cela de l’accompagnement musical de plusieurs voyelles brèves par deux notes de hauteur croissante, dans le premier hymne de Delphes. C’est le cas, dans les mots suivants, pour la voyelle soulignée :

1ère strophe πέτρας, écrit πετέρας (pour πεέτρας) chanté en         do/mi bémol

2ème strophe λωτός                                              ,,             si/do

3ème strophe μβροτ’, écrit α-ἄμ-[βροτ’ ][21]             ,,                fa/sol

4ème strophe γένναν, écrit γε-έν-ναν                          ,,              sol/la 

Dans les langues à accent musical le déploiement de l’intonation ne coïncide pas exactement dans sa durée avec la tenue de la voyelle ou de la diphtongue. La montée peut s’amorcer un peu avant le début de la tenue et la descente peut s’achever sur la syllabe suivante. Cela s’observe expérimentalement en laboratoire de phonétique, et les graphiques ci-dessus vous le montrent. Le niveau plancher (le niveau atone) du locuteur qui s’est prêté aux expériences se situe vers 130 Hz (figure 111). En regardant les autres figures, vous voyez que souvent la partie de la courbe mélodique accompagnant la tenue (partie que représentent les graphiques) commence et s’achève au-dessus de cette hauteur : cela nous indique que la montée s’est amorcée avant et s’est achevée après cette tenue.

Ce phénomène est en rapport avec les jonctions entre les mots, les enclitiques et l’accent grave.

Dans un groupe comme καιροί τινες ‘certaines circonstances’, l’enclitique forme avec le mot précédent un seul mot phonétique. L’intonation montante de la dernière syllabe du premier mot pourra achever sa descente sur une partie de la tenue de la voyelle de la syllabe suivante, renforçant l’unité des deux mots.

Dans un groupe comme καιροὶ πολλοί, nous avons deux mots juxtaposés, mais ne formant pas un seul mot phonétique. Le mot καιροί a sa descente bloquée par le mot suivant : il se désaccentue en devenant baryton. C’est seulement devant enclitique ou ponctuation qu’un oxyton n’a pas cette entrave dans son intonation. La barytonèse assure la délimitation du mot.

Cela est une innovation du grec. On ne signale rien de tel dans les autres langues indo-européennes ayant hérité d’un accent de hauteur.

Claude Lancelot[22], dans sa Nouvelle méthode pour apprendre facilement la langue grecque (Paris, 1655, plusieurs fois rééditée par la suite[23]) a eu une intuition pénétrante de ce processus[24] : « (on ne marque l’accent grave) que dans le discours [= dans l’enchaînement de la phrase], sur les mots aigus [= oxytons], comme Θεός, qui dans la suite [= au contact du mot suivant], changent leur aigu en grave, comme Θεὸς ἡμῶν, Deus noster, pour montrer qu’il ne faut pas relever la dernière, laquelle autrement porterait jusque sur le mot suivant, & ferait le même effet qu’aux Enclitiques, qui est de les unir au mot précédent. » (p. 22-23). Cet excellent helléniste a saisi le rapport entre la barytonèse et la préservation de la frontière du mot en finale.

Nous avons vu qu’il n’y a pas de barytonèse après élision (πάντ᾽ἔχει, δείν᾽ἄλγη). C’est peut-être parce que cette frontière en finale, effacée par l’élision, n’a plus à être défendue.

 

La parole et le chant : Aristoxène et Grammont

Les courbes des intonations lituaniennes (n’oubliez pas d’arrondir les angles !), qui nous apparaîtraient fort semblables à celles du grec ancien, si nous pouvions disposer de celles-ci, sont également pour nous l’occasion de bien comprendre la différence entre la parole et le chant ou la musique. Les courbes nous révèlent un continuum où la voix ne s’arrête guère sur une fréquence déterminée, tandis qu’une portée musicale nous montre une série de notes bien distinctes organisées selon un système d’intervalles précis, émises durant des durées précises. Nous sommes maintenant en mesure de bien comprendre ce que Maurice Grammont, auquel nous avons fait une rapide allusion, a enseigné sur cette différence : « En parlant… on peut faire varier la hauteur au cours d’un même phonème. La musique n’emploie que des notes séparées par des intervalles définis… Dans la musique les notes sont tenues plus ou moins longtemps et ont toujours une durée appréciable à l’oreille. Dans la parole… on ne passe d’une note à une autre… qu’en émettant toutes les notes intermédiaires. » (Traité de phonétique, p. 125 et suivantes).

Aristoxène de Tarente (360-300 av. J.-C.), dans un passage de ses Éléments harmoniques, qui sont le plus ancien traité de musique connu, nous apparaît comme un précurseur de Grammont dans son analyse de la différence entre la parole usuelle et le chant : « Tὴν μὲν οὖν συνεχῆ (κίνησιν) λογικὴν εἶναί φαμεν· διαλεγομένων γὰρ ἡμῶν οὕτως ἡ φωνὴ κινεῖται κατὰ τόπον ὥστε μηδαμοῦ δοκεῖν ἵστασθαι, κατὰ δὲ τὴν ἑτέραν, ἣν ὀνομάζομεν διαστηματικήν, ἐναντίως πέφυκε γίγνεσθαι. Ἀλλὰ γὰρ ἵστασθαί τε δοκεῖ καὶ πάντες τὸν τοῦτο φαινόμενον ποιεῖν οὐκέτι λέγειν φασίν, ἀλλ᾽ᾄδειν. » (L’édition la plus sérieuse d’Aristoxène est aujourd’hui Rosetta Da Rios, Aristoxeni Elementa harmonica, Romae, Typis pvblicae officinae polygraphicae, coll. « Scriptores graeci et latini consilio Academiae Lynceorvm editi », 1954. La référence de l’extrait donné ici est Aristoxeni Elementa harmonica A 9, 21-33, p. 14, 12-19 Da Rios.) Il est nécessaire de donner quelques éclaircissements avant d’en proposer une traduction.

« Aristoxène est un auteur difficile, qu’on n’a pas fini de ne pas comprendre, » me dit Laurent Calvié, qui en est spécialiste. Les lignes qui suivent vous transmettent les explications et les références qu’il a communiquées.

Dans la doctrine d’Aristoxène la voix (φωνή) se déplace dans un espace sonore (κατὰ τόπον : cette expression κατὰ τόπον, d’origine aristotélicienne, renvoie à la théorie aristoxénienne de l’espace sonore : voir à ce sujet la thèse d’Anne Bélis, Aristoxène de Tarente et Aristote, Paris, Klincksieck, 1986) et en un mouvement (κίνησις) qui peut être soit continu (συνεχής), soit organisé en intervalles (διαστηματική). Dans le premier cas on a un continuum qui est la κίνησις λογική (le mouvement du λόγος, de la parole). Dans le second cas la voix, telle qu’elle se manifeste dans le chant, procède par intervalles distincts (διαστήματα) qui peuvent être clairement distingués par l’oreille parce qu’ils sont délimités par des points fixes. Chaque point fixe constitue un arrêt (στάσις) ou une pause (μονή) sur une fréquence (au sens des physiciens) bien précise : ce sont les notes. Émettre une note, c’est faire un arrêt sur une certaine fréquence.

Notre citation provient des six longues pages où Aristoxène expose ce principe. En voici notre traduction. Les termes qu’elle emploie viennent d’être éclaircis : « Nous disons que (le mouvement de la voix) en continu est celui du parler : lorsque nous conversons, la voix évolue en son espace, sans jamais paraître se fixer. Et dans l’autre (type de mouvement), que nous qualifions d’organisé en intervalles, c’est tout le contraire : elle semble faire des sur place et, au dire de tous, celui qu’on entend faire cela ne parle plus, mais chante. »

C’est bien l’équivalent de ce que dit Grammont, de ce que nous ont montré les graphiques lituaniens (en arrondissant bien les angles !!!) : à aucune hauteur la courbe ne marque un arrêt (une στάσις) de la longueur de la plus brève des notes de musique, ne laisse un intervalle entre deux positions. Nous avons là un mouvement continu (συνεχής) fort différent de ce que représente une partition musicale. Lorsqu’on représente par des notes les intonations du grec, cela n’a qu’une valeur de première approche, et l’expression accent musical ne doit pas prêter à confusion.

Conclusion

Nous voici parvenus au terme de notre parcours. En nous documentant sur les grammairiens grecs, sur les trop rares monuments de la musique grecque antique, en comparant avec le lituanien, nous avons saisi le caractère montant de l’accent aigu, et la bitonalité du circonflexe avec ses possibles nuances, nous avons mieux compris certains phénomènes d’enclise, nous avons réfléchi au phénomène de la barytonèse. Nous aurons maintenant un autre regard sur une page de grec munie de tous ses accents !

Mais nous n’avons pas tout abordé de ce vaste domaine. Une étude exhaustive des accents du grec distinguerait de façon approfondie les données qui se rapportent à la hauteur et celles qui se rapportent à la ligne mélodique, et saurait faire aussi le départ entre ce qui a pertinence phonologique et ce qui est variante phonétique. Il serait souhaitable aussi d’intégrer cela dans un plus vaste panorama incluant le chant, la diction poétique et épique. Les musicologues antiques, Aristoxène en particulier, ont en ces domaines des choses à nous apprendre.

 

Jean-Victor VERNHES

Maître de Conférences honoraire

Université d’Aix-Marseille

P.S. Outre les personnes citées dans cet article, je remercie vivement Monique Cardell et Brigitte Franceschetti, qui m’ont aidé concrètement, ainsi que Paul Challobos et Christian Boudignon, qui se sont intéressés à l’élaboration de ce texte, et qui en le scrutant ont inspiré des améliorations.

[1] Henri Tonnet, Précis pratique de grammaire grecque moderne (Paris 2006), p. 39.

[2] Il suffit, pour lire cet article, d’avoir pris connaissance des généralités exposées dans la première étape de notre Initiation au grec ancien (ἕρμαιον) publié chez Ophrys (Paris).

[3] Dans les études traitant de ces questions on dit souvent Aristophane tout court.

[4] On appelle scolies les notes explicatives placées dans les marges des manuscrits.

[5] Dans la suite, selon l’usage, nous dirons simplement Denys le Thrace.

[6] ἡ ἐπί-τᾰ-σις ‘la tension’ : terme formé sur la même racine *ten- ‘tendre’ que τείνω, ici au degré zéro (τᾰ < *tn), normal dans le système alternant pour les mots de ce type en -σις.

[7] Ce qui sera précisé dans la suite de notre exposé.

[8] Voir l’article μέσος dans le Bailly ou le Liddell-Scott.

[9] Le père d’Hérodien, Apollonius Dyscole, était lui-même un important grammairien d’Alexandrie. « Le grand mérite d’Hérodien est d’avoir résumé et coordonné tout le travail de ses devanciers. » (Vendryès, p. 11).

[10] Au sujet de l’accentuation des papyrus, Alain Martin, professeur à l’Université libre de Bruxelles, m’indique deux contributions parues en Italie il y a environ trente ans :

– J. Moore-Blunt, « Problems of Accentuation in Greek Papyri« , in Quaderni Urbinati di Cultura Classica 29 (1978), p. 137-163.

– C.M. Mazzucchi, « Sul sistema di accentazione dei testi greci in età romana e bizantina« , in Aegyptus 59 (1979), p.145-167.

[11] Et sauf, bien sûr, ce qui est précisé en d’autres passages, lorsque le mot oxyton est suivi d’un enclitique (cf. ἕρμαιον, § 69, p.60) et dans le cas du τίς interrogatif.

[12] Ce phénomène d’unité accentuelle virtuelle, avec non-réalisation dans l’enchaînement de la phrase (qui existe en français, mais nous n’en sommes guère conscients !) a été brièvement étudié par Paul Garde dans L’accent (Paris, PUF, 1968), p. 93-96. Ce parallèle du grec avec le français est à préciser. Le phénomène est purement phonétique en français, tandis qu’en grec la présence ou l’absence de l’aigu en finale a une valeur phonologique : on a des paires minimales (c’est-à-dire que seul l’accent distingue ces mots), comme θερμός ‘chaud’ et ὁ θέρμος ‘le lupin’.

[13] Ouvrage que nous critiquons sur quelques points, mais qui est tout de même plein d’intérêt.

[14] Hérodien (I, 417, 6) appelle ἀριθμός cette structuration (Vendryès, p. 48). Pour ce sens de ἀριθμός, voir notre article dans le λύχνος de mars 2019 : https://ch.hypotheses.org/3150

[15] Laurent Calvié recommande plutôt : A. Bélis, Les Hymnes à Apollon, Paris, École Française d’Athènes, 1992, et E. Pöhlmann & M. L. West, Documents of Ancient Greek Music, Oxford, Clarendon Press, 2001.

[16] Publié en 2001 aux Presses universitaires de Rennes.

[17] Les horizons intellectuels de Théodore Reinach (1860-1928) furent variés (droit, mathématiques…), mais il s’est spécialisé surtout dans l’étude de la Grèce antique. Son livre La musique grecque (Payot, 1926) fut longtemps la référence en la matière. Il doit sa célébrité à la construction à Beaulieu-sur-mer, dans les Alpes-Maritimes, de la villa Kérylos, construite et meublée sur le modèle des villas de la Grèce antique des IIᵉ et Iᵉʳ siècles av. J.-C.

[18] En revanche Théodore Reinach souligne avec raison que l’interprétation de μέσος par circonflexe ‘fait violence à la langue’ ; on peut consulter ce compte-rendu sur :

https://www.persee.fr/doc/reg_0035-2039_1904_num_17_78_6269_t2_0484_0000_5

[19] C’est cette racine *arh3 (<*h2erh3) qui a donné en grec τὸ ἄροτρον ‘la charrue’ et ἀρόω ‘labourer’.

[20] Ce -κλάζω peut aussi dériver, avec suffixe *-yω, du thème κλαδ- que nous avons dans ὁ κλάδος, ‘branche cassée, rameau’ : cf. ἕρμαιον, p. 106, note 1.

[21] Vendryès commet une erreur (§ 50, p. 50) en comparant ce phénomène à celui des diphtongues homériques formées d’une voyelle brève et d’une sonante (m, n, l, r), comme dans ἔνθέν ποτε, ἄνδρά μοι… En effet nous voyons ici ce chant d’une brève sur deux notes se produire aussi sur une brève non suivie d’une sonante (πέτρας, λωτός). En outre, ces diphtongues de type homérique sont un archaïsme qui à l’époque des hymnes delphiques a disparu.

[22] Claude Lancelot (1615-1695), religieux janséniste, grammairien et pédagogue, fut une des plus illustres figures des Solitaires de Port Royal. Il est fait allusion à lui dans l’éditorial de notre numéro de juillet 2019 : https://ch.hypotheses.org/3309

[23] On a utilisé ici la réimpression de 1754.

[24] W. Sidney Allen, dans Vox Graeca, Third edition, Cambridge University Press, 1987, se réfère également (p. 127, note 33) à ce passage de Lancelot.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts