Archives par mot-clé : Plutarque

Ariel Chopard a lu pour vous Pascal Quignard : « Sur l’image qui manque à nos jours. »

➤ Lu pour vous ( λύχνος n° 138, juillet 2014, article neuf)

Lecture estivale

par Ariel Chopard

Pascal Guignard

Sur l’image qui manque à nos jours

Arléa, Paris 2014, 8 euros

Couverture P. Quignard Sur l'image qui manque à nos jours
Couverture P. Quignard Sur l’image qui manque à nos jours

 

Les résultats des examens sont tombés, les statisticiens font leur œuvre et les media se cherchent d’autres marronniers. Revenons cependant sur certaines épreuves : l’Histoire des Arts ( ou HdA dans le jargon scolaire) au DNB ou l’épreuve d’Arts Plastiques au bac.

Si ces épreuves encouragent ou témoignent d’un goût pour l’art, elles occultent souvent la peinture antique, qui se voit distanciée par l’architecture ou la sculpture. Ou alors par la peinture à partir de thèmes antiques. Mais cela pourrait changer grâce à un ouvrage passionnant.

Pascal Quignard a accepté que certaines de ses conférences ou discussions soient mises par écrit et cela donne un merveilleux petit ouvrage publié chez Arléa : Sur l’image qui manque à nos jours, (63 pages).

 

Médée médite de tuer ses enfants qui jouent aux astragales, Musée archéologique de Naples, Wikicommons
Médée médite de tuer ses enfants qui jouent aux osselets, Musée archéologique de Naples, Wikicommons

« Les peintres montrent les actions comme sur le point de devenir »

Ainsi, il nous apprend l’art de lire une fresque, nous expliquant à l’aide d’exemples, que « la peinture ancienne est un reste de guet ». Il ajoute que « Pour comprendre une fresque antique [ …] il faut non seulement connaître le récit qu’elle condense mais parler la langue qui le rapporte. » Et, partant de cette idée, l’auteur nous offre une éblouissante étude de la fresque d’Achille et de Trôilos de la tombe des Taureaux à Tarquinia.

La notion de guet se double de celle de pré-méditation, ce qui lui permet de passer  à la Médée méditante de la Maison des Dioscures de Pompéi. Il en profite pour nous rappeler que la racine « Med » a donné médecine et méditer. Et à nouveau Quignard nous livre une analyse dont la finesse n’a d’égal que son apparente simplicité. Il nous décrypte la notion d’ἐντελέχεια (entéléchie), d’ « accomplissement », en passant par la valeur du gérondif latin, qui est « exactement le temps de la peinture romaine ».

Quignard appuie ses considérations sur un texte de Plutarque, Gloire des Athéniens, V, 1. Il nous le cite : « Les peintres montrent les actions comme sur le point de devenir, les récits les narrent comme étant devenues. ». Il commente lui-même ainsi : « D’une part la germination de l’épiphanie, d’autre part l’évocation de la vie achevée de ceux qui sont morts. »

On parle souvent de « lectures de plage » en laissant sous-entendre que l’été est le moment idéal pour des lectures légères. Au contraire, c’est justement une période où l’on peut savourer de délicieux ouvrages, « méditer » sur ce qu’ils nous apportent et pourquoi pas, aller à la rencontre de ces fresques et les lire avec un œil neuf et aiguisé. 

A propos des osselets

Quignard, dans l’ouvrage cité supra, s’attarde sur les osselets avec lesquels jouent les enfants de Médée, Merméros et Phérès, sur la fameuse fresque de la Casa Dei Dioscuri. Il nous rappelle que ces astragaloi avaient le rôle de symbola. Cela m’a fait souvenir d’une anecdote que m’avait racontée ma mère. Enfant, en Algérie dans le début des années 40, comme tous les enfants, elle jouait aux osselets. Il fallait alors acheter les pieds de mouton chez le boucher et les mères et grand-mères les faisaient bouillir encore et encore pour sortir les astragaloi qu’il fallait poncer sur les pierres. Et ils étaient remis à bouillir une dernière fois avec du safran, du bleu de méthylène, du jus de betteraves pour leur donner de belles couleurs. Je me suis alors demandé si la guerre d’Algérie n’était pas l’écho de cette fresque, de cette rupture entre Jason et Médée, et ces osselets les symbola jamais réunis. Cela m’a alors amenée à « méditer » sur une très récente lecture : Meursault contre-enquête de Kamel Daoud (Actes Sud). C’est L’Etranger vu du côté algérien. Je l’ai lu, tout de suite après le livre de Quignard. Et j’ai pensé que chaque lecture pré-médite celle qui suit.

Bonne lecture et bon voyage ✶

Ariel Chopard

Plutarque en Version Originale (avec corrigé).

DE LA GYNÉCOCRATIE, OU COMMENT DRESSER SON MARI ? (Λύχνος n° 133, article sept)

La traduction du passage a été ajoutée le 10 mars 2013

 Christian Boudignon

Maître de conférences de grec à l’Université d’Aix-Marseille.

 

Europe et le Taureau

 

 

 

Introduction  :  la Vie d’Antoine de Plutarque 

 

ON PARLE BEAUCOUP en ce moment du pouvoir des femmes en politique. Il a suffi que la compagne de l’actuel président de la République française envoie un commentaire sur le choix d’un candidat au Parlement pour qu’une tempête soit déclenchée dans le bénitier des commentateurs politiques. Notre président serait un homme sans autorité, soumis aux caprices d’une femme…

Evidemment, ce genre de campagne de dénigrement n’a rien de nouveau. Déjà dans l’Antiquité, on a reproché à Marc Antoine de n’être que le jouet de Cléopâtre ; on est même aller jusqu’à écrire de fausses lettres érotiques que Marc Antoine aurait adressées à Cléopâtre. Toute cette campagne fut évidemment orchestrée par le sinistre Auguste.

Plutarque de Chéronée (vers 45-125 après J.C.), dans la Vie d’Antoine, 10, dresse un portrait un peu plus fin de notre grand général et de sa vie amoureuse. Il montre que Cléopâtre n’était que l’élève de Fulvie, une femme de l’aristocratie romaine qui se contrefichait de la conduite de la maison ou encore la filature de la laine. Bref, les femmes de la haute société déjà se libéraient des tâches où l’on voulait les confiner… Bien plus elles aspiraient à exercer le pouvoir sur les hommes qui exerçaient le pouvoir…

Tout le problème de la libération des femmes et de la soumission des hommes qui en découle parfois est posé avec beaucoup de légerété par Plutarque. Il nous montre le grand général romain certes bien dressé par sa femme (dont il n’était pas le premier homme puisqu’elle avait déjà connu le révolutionnaire Clodius), mais en plus heureux et amoureux ! Il nous invente des jeux amoureux comme cette petite histoire de lettre apportée par Antoine déguisé en facteur.

Plutarque sait à la fois rire des prétentions de certaines femmes à régenter leur monde et de cet aréopage de mâles offusqués de la gynécocratie (cette rage de “pouvoir des femmes”), à qui il offre une petite leçon de tendresse.

 

Texte et notes

 

1. Ἀπαλλαγεὶς γὰρ ἐκείνου τοῦ βίου γάμῳ

προσέσχε, Φουλβίαν ἀγαγόμενος τὴν Κλωδίῳ τῷ δημ-

αγωγῷ συνοικήσασαν, οὐ ταλασίαν οὐδ’ οἰκουρίαν φρονοῦν

γύναιον οὐδ’ ἀνδρὸς ἰδιώτου κρατεῖν ἀξιοῦν, ἀλλ’ ἄρχον-

τος ἄρχειν καὶ στρατηγοῦντος στρατηγεῖν βουλόμενον,

ὥστε Κλεοπάτραν διδασκάλια Φουλβίᾳ τῆς Ἀντωνίου

γυναικοκρατίας ὀφείλειν, πάνυ χειροήθη καὶ πεπαιδαγω-

γημένον ἀπ’ ἀρχῆς ἀκροᾶσθαι γυναικῶν παραλαβοῦσαν

αὐτόν.

 

Ἀπαλλαγεὶς : Passif participe aoriste de ἀπαλλάττω : je me débarasse de + Génitif.

ἐκείνου τοῦ βίου : il s’agit de la vie de débauche qu’il menait précédemment.

γάμῳ προσέσχε : comprendre γάμῳ προσέσχε τὸν νοῦν.

Φουλβίαν : Fulvia ou Fulvie, dont Cicéron nous dit dans les Philippiques qu’elle “n’était pas seulement une épouse très avide d’argent mais encore très cruelle”. Noter que le v devant un i de Fulvia est noté par un bêta (prononcé v ?). Antoine aurait épousé Fulvia en secondes noces entre 47 et 45 avant J.C.

ἀγαγόμενος : Moyen participe aoriste de ἄγω au sens de mener en justes noces.

ταλασίαν : l’activité de filer de la laine est le stéréotype de la femme vertueuse.

γύναιον : le mot au neutre désigne une “bonne femme” ou même une ”méchante femme”.

διδασκάλια : il s’agit des “frais de scolarité” que Cléopâtre doit (ὀφείλειν) à Fulvie.

ἀκροᾶσθαι : “écouter” ou “obéir”+ Génitif, l’infinitif dépend de πεπαιδαγω-

γημένον.

παραλαβοῦσαν : “héritant”, le participe aoriste à l’accusatif se rapporte à Cléopâtre, sujet à l’accusatif de l’infinitif ὀφείλειν.

 

2. Οὐ μὴν ἀλλὰ κἀκείνην ἐπειρᾶτο προσπαίζων καὶ

μειρακιευόμενος ἱλαρωτέραν ποιεῖν ὁ Ἀντώνιος· οἷον

ὅτε, Καίσαρι πολλῶν ἀπαντώντων μετὰ τὴν ἐν Ἰβηρίᾳ

νίκην, καὶ αὐτὸς ἐξῆλθεν· εἶτ’ ἄφνω φήμης εἰς τὴν

Ἰταλίαν ἐμπεσούσης, ὡς ἐπίασιν οἱ πολέμιοι Καίσαρος

τεθνηκότος, ἀνέστρεψεν εἰς Ῥώμην. Λαβὼν δὲ θερά-

ποντος ἐσθῆτα, νύκτωρ ἐπὶ τὴν οἰκίαν ἦλθε, καὶ φήσας

ἐπιστολὴν Φουλβίᾳ παρ’ Ἀντωνίου κομίζειν, εἰσήχθη

πρὸς αὐτὴν ἐγκεκαλυμμένος. Εἶθ’ ἡ μὲν ἐκπαθὴς οὖσα,

πρὶν ἢ τὰ γράμματα λαβεῖν ἠρώτησεν εἰ ζῇ Ἀντώνιος·

ὁ δὲ τὴν ἐπιστολὴν σιωπῇ προτείνας, ἀρξαμένην λύειν

καὶ ἀναγινώσκειν περιβαλὼν κατεφίλησε.

 

Οὐ μὴν ἀλλὰ : “néanmoins”…

πολλῶν ἀπαντώντων : génitif absolu.

μετὰ τὴν ἐν Ἰβηρίᾳ νίκην : La victoire de Jules César sur les Pompéiens à Munda en Espagne date de 45 avant J.C.

ὡς ἐπίασιν οἱ πολέμιοι :  Plutarque donne le contenu de la rumeur (φήμης) ; en fait Antoine serait rentré à Rome parce que ses biens risquaient d’être vendus.

Καίσαρος τεθνηκότος : Génitif absolu, qui exprime la raison de l’attaque des ennemis.

πρὶν ἢ : est l’équivalent de πρὶν  (+ Infinitif)

 

En attendant la traduction littérale et la traduction littéraire qui seront données dans le prochain numéro, à vous de jouer… (28 novembre 2012)

 

Voici, à la date du 10 mars 2013,  la traduction littérale et la traduction littéraire pour les textes proposés

(solution de l’énigme) 

 

 

Traduction littérale :

 

1. Ἀπαλλαγεὶς γὰρ ἐκείνου τοῦ βίου γάμῳ προσέσχε,

Car débarrassé de ce genre de vie, il s’intéressa au mariage,

Φουλβίαν ἀγαγόμενος τὴν Κλωδίῳ τῷ δημαγωγῷ συνοικήσασαν,

et conduisant à l’autel Fulvia qui avait été la compagne de Clodius le démagogue,

 οὐ ταλασίαν οὐδ’ οἰκουρίαν φρονοῦν γύναιον

méchante femme qui ne pensait ni à la laine à filer ni à mener une maison,

οὐδ’ ἀνδρὸς ἰδιώτου κρατεῖν ἀξιοῦν,

et qui ne demandait pas non plus à avoir pouvoir sur un simple citoyen, 

ἀλλ’ ἄρχοντος ἄρχειν καὶ στρατηγοῦντος στρατηγεῖν βουλόμενον,

 mais qui voulait être le chef d’un chef et le général d’un général,

ὥστε Κλεοπάτραν διδασκάλια Φουλβίᾳ τῆς Ἀντωνίου γυναικοκρατίας ὀφείλειν,

de sorte que Cléopâtre devrait payer des droits de scolarité à Fulvia (pour avoir appris d’elle) la gynécocratie sur Antoine,

πάνυ χειροήθη καὶ πεπαιδαγωγημένον ἀπ’ ἀρχῆς ἀκροᾶσθαι γυναικῶν παραλαβοῦσαν αὐτόν.

Cléopâtre qui hérita de lui tout malléable et bien dressé depuis le début à obéir aux femmes.

 

2. Οὐ μὴν ἀλλὰ κἀκείνην ἐπειρᾶτο προσπαίζων καὶ μειρακιευόμενος ἱλαρωτέραν ποιεῖν ὁ Ἀντώνιος·

Néanmoins, elle aussi (Fulvie), Antoine tentait en jouant et en faisant le jeune homme de l’amadouer,

 οἷον ὅτε, Καίσαρι πολλῶν ἀπαντώντων μετὰ τὴν ἐν Ἰβηρίᾳ νίκην, καὶ αὐτὸς ἐξῆλθεν·

comme lorsque, alors que beaucoup venaient à la rencontre de César après sa victoire en Espagne, lui aussi sortit à sa rencontre,

 εἶτ’ ἄφνω φήμης εἰς τὴν Ἰταλίαν ἐμπεσούσης,

mais ensuite comme une rumeur se diffusa soudain en Italie,

 ὡς ἐπίασιν οἱ πολέμιοι Καίσαρος τεθνηκότος,

que César mort, les ennemis attaquaient,

 ἀνέστρεψεν εἰς Ῥώμην.

il tourna bride vers Rome. 

 Λαβὼν δὲ θεράποντος ἐσθῆτα, νύκτωρ ἐπὶ τὴν οἰκίαν ἦλθε,

Prenant un vêtement de serviteur, de nuit, il vint à la maison

 καὶ φήσας ἐπιστολὴν Φουλβίᾳ παρ’ Ἀντωνίου κομίζειν, εἰσήχθη πρὸς αὐτὴν ἐγκεκαλυμμένος.

et disant qu’il portait une lettre à Fulvie de la part d’Antoine, il fut introduit en sa présence, alors qu’il avait un capuchon (sur la tête).

Εἶθ’ ἡ μὲν ἐκπαθὴς οὖσα, πρὶν ἢ τὰ γράμματα λαβεῖν ἠρώτησεν εἰ ζῇ Ἀντώνιος·

Ensuite, elle qui était hors d’elle, avant que d’ouvrir la lettre, lui demanda si Antoine était vivant,

 ὁ δὲ τὴν ἐπιστολὴν σιωπῇ προτείνας, ἀρξαμένην λύειν καὶ ἀναγινώσκειν περιβαλὼν κατεφίλησε.

et lui, tendant en silence la lettre, alors qu’elle commençait à la décacheter et à la lire, la prenant dans ses bras, il l’embrassa.

Traduction littéraire

Antoine abandonna donc ce genre de vie et décida de se marier. Il épousa Fulvia, qui avait été l’épouse du démagogue Clodius. Cette créature ne pensait guère à filer la laine ou à veiller sur la maison ; ce qui l’intéressait, ce n’était pas de gouverner un simple particulier mais d’exercer sa puissance sur un homme puissant et de commander à un commandant d’armée. Cléopâtre devait profiter par la suite des leçons de soumission aux femmes que Fulvia donna à Antoine : quand elle le rencontra, il était d’une docilité absolue, ayant été dressé à l’origine à obéir aux femmes.

Antoine essayait pourtant de rendre Fulvia plus souriante, et se livrait à toutes sortes de plaisanteries et de gamineries. Ainsi, après la victoire de César en Espagne, beaucoup de gens se portèrent à sa rencontre et Antoine quitta Rome lui aussi ; mais, le bruit s’étant répandu soudain en Italie, que les ennemis envahissaient le pays et que César était mort, il regagna la Ville. Là, se déguisant en esclave, il se rendit de nuit dans sa maison, déclarant qu’il apportait à Fulvia une lettre de la part d’Antoine. Il fut introduit devant elle, la tête voilée. Fulvia, bouleversée, demanda, avant de prendre la missive, si Antoine était vivant. Il lui tendit la lettre sans dire un mot. Comme elle commençait à la décacheter et à la lire, Antoine prit Fulvia dans ses bras et la couvrit de baisers.

A.M. Ozanam (trad.), Plutarque, Vies parallèles, Paris, 2001, p. 1677-1678.