Archives par mot-clé : Phronimè

C. DOBIAS, Figures féminines en Libye antique : les reines.

▶ FIGURES FEMININES DE LA CYRÉNAÏQUE ANTIQUE – PREMIÈRE PARTIE (Λύχνος n° 133, article six)

DESTINS DE REINES EN CYRÉNAÏQUE : DE PHRONIMÈ À BÉRÉNICE II.

Bérénice II /wikipédia

LA LIBYE, que l’actualité vient de remettre au premier plan, fut, entre le VIIe siècle av. J.-C. et le VIIe siècle apr. J.-C., dominée par la civilisation gréco-romaine. La galerie de portraits féminins proposée ici permettra de poser quelques jalons dans ce millénaire et demi de l’histoire de la Méditerranée orientale[1]. La Cyrénaïque est la partie orientale de la Libye actuelle. Séparée, à l’Ouest, de la Tripolitaine par la Grande Syrte et ses espaces quasi-désertiques, à l’Est, de l’Égypte par une côte tout aussi désolée, bornée au Sud par le désert et au Nord par la mer, cette région se présente plutôt comme une île située au Sud-Ouest de la Crète. Des colons grecs de Thèra (Santorin), à l’étroit dans une île frappée par la sécheresse, sont venus s’y installer dans la seconde moitié du VIIe siècle av. J.-C. (631 selon la date convenue). Sur cette installation coloniale, nous sommes mieux renseignés que sur toutes les autres fondations que les Grecs ont créées avant l’expédition d’Alexandre.

 

Phronimè sauvée d’une condamnation à la noyade

À vrai dire, l’expédition initiale est exclusivement une affaire d’hommes. Les femmes de la première génération auraient été, d’après la tradition, des Libyennes, appartenant aux peuples nomades qui vivaient dans la région. Mais avant cela, il est question chez Hérodote de la mère du fondateur, du moins dans la version cyrénéenne qu’en rapporte l’historien, qui diffère quelque peu de celle qu’il a recueillie chez les Théréens, où la mère de Battos n’est pas mentionnée. Selon la tradition cyrénéenne donc, Battos était le fils d’un notable théréen, Polymnestos, et d’une Crétoise d’Oaxos, dont il avait fait sa concubine à la suite d’aventures romanesques : cette jeune fille, Phronimè (« La Sage »), avait été chassée par son père sur les accusations mensongères de sa marâtre. Condamnée à être noyée, elle fut sauvée par le marchand théréen Thémisôn, celui-là même qui avait mission de la jeter par-dessus bord, mais que son bon cœur empêcha d’exécuter les ordres (Hérodote, Histoire, IV, 154). Les historiens modernes, à l’aide d’autres indices, comprennent que des Crétois ont joué un rôle, au moins comme guides, dans l’expédition fondatrice de Battos. À ce héros-fondateur succédèrent des rois, dits Battiades, nommés alternativement Arcésilas et Battos. Cette monarchie dura deux siècles et fut illustrée par quelques reines qui ont plus de consistance historique que la fabuleuse Phronimè.

 

Le guet-apens d’Eryxô, l’épouse d’Arcésilas II

La première est Eryxô, l’épouse d’Arcésilas II, dit le Dur, qui accéda au trône dans les années 560. Selon Hérodote, ce roi s’était brouillé avec ses frères, qui partirent fonder Barca, plus à l’Ouest, à l’emplacement de l’actuelle El Merj, en entraînant dans leur parti des Libyens. Le roi s’attaqua à ceux-ci et fut battu militairement par les Libyens, puis assassiné par un des ses frères :

Μετὰ δὲ τὸ τρῶμα τοῦτο ᾿Αρκεσίλεων μὲν κάμνοντά τε καὶ φάρμακον πεπωκότα ὁ ἀδελφεὸς Λέαρχος ἀποπνίγει, Λέαρχον δὲ ἡ γυνὴ ἡ ᾿Αρκεσίλεω δόλῳ κτείνει, τῇ οὔνομα ἦν ᾿Ερυξώ.

Après ce coup dur, Arcésilas, qui, souffrant, était sous l’empire d’une drogue, fut étouffé par son frère Léarchos ; mais la femme d’Arcésilas, qui s’appelait Eryxô, fit périr Léarchos par la ruse (Hérodote, Histoire, IV, 160).

Eryxô, qu’Hérodote mentionne donc tout à fait en passant, est connue par d’autres sources. Des versions plus développées de ses aventures ont dû circuler, si bien que Plutarque (vers 45-125 après J.-C.), dans le traité Sur les vertus des femmes, a retenu son histoire comme exemplaire, avec toutefois quelques variantes : ainsi, il n’est question dans cette version ni de Barca, ni de Libyens, mais d’Égyptiens. Retenons ce qu’il nous dit de la conduite de la reine, une fois que Laarchos a empoisonné Arcésilas et s’est proclamé régent pour l’héritier Battos :

Ὁ μὲν οὖν παῖς καὶ διὰ τὴν χωλότητα καὶ διὰ τὴν ἡλικίαν κατεφρονεῖτο, τῇ δὲ μητρὶ πολλοὶ προσεῖχον αὐτοῦ · σώφρων τε γὰρ ἦν καὶ φιλάνθρωπος οἰκείους τε πολλοὺς καὶ δυνατοὺς εἶχε. Διὸ καὶ θεραπεύων αὐτὴν ὁ Λάαρχος[2] ἐμνηστεύετο καὶ τὸν Βάττον ἠξίου παῖδα θέσθαι γήμας ἐκείνην καὶ κοινωνὸν ἀποδεῖξαι τῆς ἀρχῆς· ἡ δ’ Ἐρυξὼ (τοῦτο γὰρ ἦν ὄνομα τῇ γυναικὶ) βουλευσαμένη μετὰ τῶν ἀδελφῶν ἐκέλευε τὸν Λάαρχον ἐντυγχάνειν ἐκείνοις, ὡς αὐτῆς προσιεμένης τὸν γάμον. ᾿Επεὶ δ’ ὁ Λάαρχος ἐνετύγχανε τοῖς ἀδελφοῖς, ἐκεῖνοι δ’ ἐπίτηδες παρῆγον καὶ ἀνεβάλλοντο, πέμπει πρὸς αὐτὸν ἡ Ἐρυξὼ θεραπαινίδα παρ’ αὑτῆς παραγγέλλουσαν, ὅτι νῦν μὲν ἀντιλέγουσιν οἱ ἀδελφοί, γενομένης δὲ τῆς συνόδου παύσονται διαφερόμενοι καὶ συγχωρήσουσι· δεῖν οὖν αὐτόν, εἰ βούλεται, νύκτωρ ἀφικέσθαι πρὸς αὐτήν· καλῶς γὰρ ἕξειν καὶ τὰ λοιπὰ τῆς ἀρχῆς γενομένης.

De l’enfant, on faisait peu de cas à cause de sa boiterie et de sa jeunesse, mais sa mère avait beaucoup de partisans, car elle était sage, généreuse et alliée à beaucoup de gens puissants. Aussi Laarchos la ménageait et la courtisait, en prétendant, après l’avoir épousée, adopter Battos et l’associer au pouvoir. Mais Eryxô (tel était son nom) consulta ses frères et conseilla à Laarchos de les rencontrer, en laissant entendre qu’elle-même adhérait à ce projet de mariage. Quand Laarchos eut rencontré les frères, tandis que ceux-ci à dessein remettaient l’affaire et la faisaient traîner, Eryxô lui envoie une petite servante, qui lui indiqua de sa part que ses frères certes s’opposaient à son projet, mais que si leur union était consommée ils cesseraient d’y être hostiles et y consentiraient ; il devait donc, s’il le voulait, se rendre nuitamment chez elle ; tout se terminerait bien, une fois l’affaire entamée (Plutarque, Sur les vertus des femmes, 260e – 261a).

En fait, c’était un guet-apens organisé avec Polyarchos, le frère aîné d’Eryxô. Laarchos est tué et le jeune Battos (ὁ χωλός, Battos III le « Boiteux ») est proclamé roi. Mais des mercenaires égyptiens fidèles à Laarchos dénoncent au pharaon Amasis la conduite d’Eryxô et Polyarchos.

῎Εδοξεν οὖν τῷ Πολυάρχῳ βαδίζειν ἀπολογησομένῳ· τῆς δ’ Ἐρυξοῦς μὴ ἀπολειπομένης, ἀλλ’ ἕπεσθαι καὶ συγκινδυνεύειν βουλομένης οὐδ’ ἡ μήτηρ Κριτολᾶ, καίπερ οὖσα πρεσβῦτις, ἀπελείπετο. Μέγιστον δ’ αὐτῆς ἦν ἀξίωμα, Βάττου γεγενημένης ἀδελφῆς τοῦ Εὐδαίμονος. ῾Ως οὖν ἦλθον εἰς Αἴγυπτον, οἵ τ’ἄλλοι θαυμαστῶς ἀπεδέξαντο τὴν πρᾶξιν αὐτῶν, καὶ ὁ Ἄμασις οὐ μετρίως ἀπεδέξατο τήν τε σωφροσύνην καὶ τὴν ἀνδρείαν τῆς Ἐρυξοῦς·δώροις δὲ τιμήσας καὶ θεραπείᾳ βασιλικῇ τόν τε Πολύαρχον καὶ τὰς γυναῖκας εἰς Κυρήνην ἀπέστειλεν.

Polyarchos décida alors d’aller plaider sa défense. Comme Eryxô n’était pas disposée à rester en arrière, mais décidée à l’accompagner pour partager le danger, leur mère Kritola, malgré son grand âge, ne fut pas non plus en reste. Elle jouissait de la plus grande considération, étant la sœur de Battos l’Heureux. Quand donc ils arrivèrent en Égypte, tout le monde salua avec admiration leur conduite, et Amasis en particulier manifesta la plus grande considération pour la sagesse et le courage de cette femme. Il honora Polyarchos et les deux femmes par des présents, les traita comme des personnes royales puis les renvoya à Cyrène (Plutarque, Sur les vertus des femmes, 261 c-d).

Ce long récit met l’accent sur les qualités d’Eryxô, qui sont progressivement dévoilées. S’il y a bien guet-apens, le terme de « ruse » (δόλος) n’apparaît jamais ; la cause d’Eryxô semble juste, puisqu’elle doit se défendre contre les prétentions de Laarchos à l’épouser. D’un point de vue procédurier, elle se montre habile en associant à la démarche ses représentants légaux, ses propres frères[3]. D’un point de vue moral, Plutarque insiste sur ses qualités : elle est σώφρων “aux pensées saines”, c’est-à-dire “décente, mesurée, sage” ; φιλάνθρωπος, qui à l’époque de Plutarque signifie “généreuse, clémente” ; enfin son ἀνδρεία, “courage” qualité masculine par définition, est un héritage de sa mère, autre belle figure féminine.

 

Phérétimè, reine cruelle

La reine suivante est Phérétimè, épouse de Battos III le Boiteux, mère d’Arcésilas III, incarnation de la reine-mère énergique, voire cruelle. Son époux, qui accéda au trône au milieu du VIe siècle, avait dû accepter quelques réformes, donnant plus de pouvoirs au peuple, conformément au plan proposé, selon l’usage, par un réformateur étranger, en l’occurrence l’Arcadien Démonax. Nous suivons à nouveau le récit d’Hérodote :

᾿Αρκεσίλεως γὰρ ὁ Βάττου τε τοῦ Χωλοῦ καὶ Φερετίμης οὐκ ἔφη ἀνέξεσθαι κατὰ τὰ ὁ Μαντινεὺς Δημῶναξ ἔταξε, ἀλλὰ ἀπαίτεε τὰ τῶν προγόνων γέρεα. ᾿Εντεῦθεν στασιάζων ἐσσώθη καὶ ἔφυγε ἐς Σάμον, ἡ δὲ μήτηρ οἱ ἐς Σαλαμῖνα τῆς Κύπρου ἔφυγε. Τῆς δὲ Σαλαμῖνος τοῦτον τὸν χρόνον ἐπεκράτεε Εὐέλθων (…). ᾿Απικομένη δὲ παρὰ τοῦτον ἡ Φερετίμη ἐδέετο στρατιῆς ἣ κατάξει σφέας ἐς τὴν Κυρήνην· ὁ δὲ Εὐέλθων πᾶν μᾶλλον ἢ στρατιήν οἱ ἐδίδου.῾Η δὲ λαμβάνουσα τὸ διδόμενον καλὸν μὲν ἔφη καὶ τοῦτο εἶναι, κάλλιον δὲ ἐκεῖνο, τὸ δοῦναι οἱ δεομένῃ στρατιήν. Τοῦτο ἐπὶ παντὶ γὰρ τῷ διδομένῳ ἔλεγε, τελευταῖόν οἱ ἐξέπεμψε δῶρον ὁ Εὐέλθων ἄτρακτον χρύσεον καὶ ἠλακάτην, προσῆν δέ οἱ καὶ εἴριον· ἐπειπάσης δὲ αὖτις τῆς Φερετίμης τὠυτὸ ἔπος ὁ Εὐέλθων ἔφη τοιούτοισι γυναῖκας δωρέεσθαι ἀλλ᾿ οὐ στρατιῇ.

῾Ο δὲ ᾿Αρκεσίλεως τοῦτον τὸν χρόνον ἐὼν ἐν Σάμῳ συνήγειρε πάντα ἄνδρα ἐπὶ γῆς ἀναδασμῷ· συλλεγομένου δὲ στρατοῦ πολλοῦ ἐστάλη ἐς Δελφοὺς ὁ ᾿Αρκεσίλεως χρησόμενος τῷ χρηστηρίῳ περὶ κατόδου.

Arcésilas, le fils de Battos le Boiteux et de Phérétimè, déclara qu’il n’accepterait pas les conditions fixées par Démonax de Mantinée et exigea les prérogatives de ses ancêtres. Entrant sur ce point en sédition, il ne réussit pas à l’emporter et s’exila à Samos, tandis que sa mère se réfugiait à Salamine de Chypre. Le roi de Salamine était en ce temps-là Evelthôn (…). Arrivée chez lui, Phérétimè lui demanda une armée pour les rétablir à Cyrène ; mais Evelthôn était prêt à tout lui donner, sauf une armée. Elle recevait tout ce qu’il lui offrait et déclarait que c’était bien beau, mais que ce serait encore mieux de lui donner l’armée qu’elle lui demandait. Elle faisait cette remarque à chaque présent remis, si bien que pour finir Evelthôn lui envoya un fuseau d’or et une quenouille, qui était même garnie de laine ; comme elle répétait encore la même remarque, Evelthôn lui dit qu’aux femmes on offrait ce genre de choses, mais pas une armée.

Arcésilas pendant ce temps, à Samos, enrôlait à qui mieux mieux, en promettant une distribution de terres ; en même temps que se rassemblait une armée nombreuse, il partit en mission à Delphes pour consulter l’oracle au sujet de son retour (Hérodote, Histoire, IV, 162-163).

La réponse de la Pythie fut, comme toujours, énigmatique. Arcésilas rentra à Cyrène et se vengea en faisant périr un grand nombre de notables. Puis, se souvenant de l’oracle et se rendant compte qu’il ne s’y était pas conformé, il décida de se réfugier pour quelque temps à Barca chez son beau-père, qu’il entraîna de ce fait dans la mort.

Ἡ δὲ μήτηρ Φερετίμη, ἕως μὲν ὁ ᾿Αρκεσίλεως ἐν τῇ Βάρκῃ διαιτᾶτο ἐξεργασμένος ἑωυτῷ κακόν, ἡ δὲ εἶχε αὐτὴ τοῦ παιδὸς τὰ γέρεα ἐν Κυρήνῃ καὶ τἆλλα νεμομένη καὶ ἐν βουλῇ παρίζουσα· ἐπείτε δὲ ἔμαθε ἐν τῇ Βάρκῃ ἀποθανόντα οἱ τὸν παῖδα, φεύγουσα οἰχώκεε ἐς Αἴγυπτον.

Quant à Phérétimè, pendant le séjour à Barcè d’Arcésilas, l’auteur de ses propres malheurs, elle exerçait elle-même les prérogatives de son fils à Cyrène, en accomplissant tous les actes de gouvernement, y compris la participation au conseil. Quand elle apprit la mort de son fils à Barcè, elle partit se réfugier en Égypte (Hérodote, Histoire, IV, 165).

On voit Phérétimè se conduire en reine et femme de tête. L’Égypte étant alors passée sous le pouvoir du grand roi des Perses Cambyse, elle va se placer sous la protection du gouverneur, Aryandès, et lui demande du secours au nom de services rendus précédemment à Cambyse. Aryandès mène son enquête et les Barcéens reconnaissent collectivement leur responsabilité dans la mort d’Arcésilas. Aryandès fournit alors à Phérétimè une armée importante. La ville de Barca est assiégée et prise, la répression est implacable.

Τοὺς μὲν αἰτιωτάτους τῶν Βαρκαίων ἡ Φερετίμη, ἐπείτε οἱ ἐκ τῶν Περσέων παρεδόθησαν, ἀνεσκολόπισε κύκλῳ τοῦ τείχεος, τῶν δὲ σφι γυναικῶν τοὺς μαζοὺς ἀποταμοῦσα περιέστιξε καὶ τούτοισι τὸ τεῖχος. Τοὺς δὲ λοιποὺς τῶν Βαρκαίων ληίην ἐκέλευσε θέσθαι τοὺς Πέρσας, πλὴν ὅσοι αὐτῶν ἦσαν Βαττιάδαι τε καὶ τοῦ φόνου οὐ μεταίτιοι· τούτοισι δὲ τὴν πόλιν ἐπέτρεψε ἡ Φερετίμη.

Quand les plus coupables des Barcéens lui eurent été livrés par les Perses, Phérétimè les fit empaler sur tout le pourtour des murailles, qu’elle fit garnir aussi des seins coupés de leurs femmes. Elle invita les Perses à faire leur butin du reste des Barcéens, à l’exception de ceux qui étaient des Battiades[4] et n’étaient pour rien dans l’assassinat : à eux justement, elle confia la cité (Hérodote, Histoire, IV, 202).

Incarnant la vengeance implacable, Phérétimè illustre aussi le principe moral du μηδὲν ἄγαν « rien de trop ». Sa démesure déclenche le châtiment divin et son nom, au prix d’un jeu de mots fréquent qui rapproche τίσις « châtiment » et τιμή « valeur, prix, honneur », devient symboliquement prémonitoire : cherchant à recouvrer l’honneur (φέρειν τιμὴν) dont son fils a été privé, elle se procure à elle-même le châtiment (φέρειν τίσιν).

Οὐ μὲν οὐδὲ ἡ Φερετίμη εὖ τὴν ζόην κατέπλεξε. ῾Ως γὰρ δὴ τάχιστα ἐκ τῆς Λιβύης τεισαμένη τοὺς Βαρκαίους ἀπενόστησε ἐς τὴν Αἴγυπτον, ἀπέθανε κακῶς· ζώουσα γὰρ εὐλέων ἐξέζεσε, ὡς ἄρα ἀνθρώποισι αἱ λίην ἰσχυραὶ τιμωρίαι πρὸς θεῶν ἐπίφθονοι γίνονται. ῾Η μὲν δὴ Φερετίμης τῆς Βάττου τοιαύτη τε καὶ τοσαύτη τιμωρίη ἐγένετο ἐς Βαρκαίους.

Quant à Phérétimè, elle ne boucla pas heureusement sa vie. Car, dès son retour de Libye en Égypte après la punition des Barcéens, elle eut une mort lamentable : encore vivante, elle fourmilla de vers, tant il est vrai que les vengeances trop cruelles des hommes leur attirent la haine des dieux. Voilà quelle fut la nature et l’ampleur de la vengeance de Phérétimè contre les Barcéens (Hérodote, Histoire, IV, 205).

Quant à Hérodote, sa longue digression libyenne (Λιβυκὸς λόγος) prend fin avec cet épisode, qui en était la cause : il voulait expliquer comment l’armée perse vers 515 était intervenue contre les Grecs de Libye.

 

Bérénice II, fille de Magas, gouverneur de Cyrène et rivale de sa mère Apamè.

À la période hellénistique, la Cyrénaïque va se retrouver dans un lien plus ou moins étroit de dépendance avec l’Égypte, qui n’est plus alors un relais du pouvoir perse, mais le siège d’une monarchie grecque, celle des Lagides, descendants du lieutenant d’Alexandre Ptolémée fils de Lagos. De façon éphémère, Cyrène a connu à cette époque un statut de royaume à part entière avec le roi Magas, puis sa fille la reine Bérénice, elle aussi au centre d’un nouveau drame d’alcôve.

Un rappel s’impose. Au printemps 331, à Paraitonion (Marsa Matrouh), les Cyrénéens avaient fait allégeance à Alexandre qui se dirigeait vers l’oasis d’Ammon (Siouah) ; après le partage de son empire, Cyrène relève des Ptolémées d’Égypte. En 300, Ptolémée Ier a dû envoyer Magas, son beau-fils, à Cyrène avec le titre de gouverneur, pour y réduire des turbulences. Par la suite, Magas s’est proclamé roi, très probablement à l’avènement de son demi-frère Ptolémée II en 283. Après quelques affrontements les relations entre les deux souverains se sont suffisamment apaisées pour qu’ils fiancent leurs deux enfants. C’est ainsi que l’union de la reine de Cyrène et du roi d’Égypte devait faire rentrer la Cyrénaïque dans le giron de l’Égypte.

Survint alors un nouveau drame domestique. La femme de Magas, Apamè, était la fille d’Antiochos Ier, de la dynastie séleucide, grande rivale de la dynastie lagide. Quand Magas meurt en 250, Apamè rompt les fiançailles de sa fille Bérénice II et la promet à Dèmètrios, frère du roi de Macédoine Antigone. Mais celui-ci, sur le point d’être roi de Cyrène ou peut-être déjà intronisé, fut assassiné par Bérénice II, qui l’avait trouvé dans le lit de sa propre mère. Bérénice II finit donc par devenir l’épouse de Ptolémée III.

Reine de Cyrène et reine d’Égypte à partir de 246, elle est à plusieurs reprises chantée par le poète Callimaque, un Cyrénéen de naissance qui accomplit l’essentiel de sa carrière à Alexandrie. Dans l’épigramme 51, qui célèbre une Bérénice saluée comme la quatrième Charite (à Rome, on dirait Grâce), il pourrait bien s’agir d’elle :

Τέσσαρες αἱ Χάριτες, ποτὶ γὰρ μία ταῖς τρισὶ κείναις

ἄρτι ποτεπλάσθη κἤτι μύροισι νοτεῖ,

εὐαίων ἐν πᾶσιν ἀρίζηλος Βερενίκα,

ἇς ἄτερ οὐδ᾿ αὐταὶ ταὶ Χάριτες Χάριτες.

Aujourd’hui, les Grâces sont au nombre de quatre : aux trois d’autrefois s’en est ajoutée une quatrième, récemment façonnée et encore humide de parfums, la bienheureuse et rayonnante aux yeux de tous, Bérénice, sans laquelle les Grâces ne sont pas les Grâces.

Un autre poème fort long, dans lequel Callimaque célébrait la transformation en constellation d’une boucle de cheveux consacrée par la reine pour le succès militaire de son époux, ne nous est parvenu en grec que sous forme de fragments, mais nous diposons heureusement d’une traduction du poète latin Catulle :

                                                At te ego certe

    cognoram a parua uirgine magnanimam.

Anne bonum oblita es facinus, cum regium adepta es

    coniugium, quod non fortior ausit alis ?

Moi, à vrai dire, j’avais appris à connaître ta grandeur d’âme depuis ta jeunesse virginale. As-tu oublié le beau geste qui t’a permis d’accéder à ta royale union et que personne de plus brave n’eût osé ? (Catulle, 66, v. 25-28)

Bérénice II semble avoir joui d’une grande popularité. Les monnaies nous livrent son profil. Un beau buste de femme retrouvé à Cyrène a été considéré par certains comme son portrait, mais la chose est loin d’être assurée (voir figure en tête d’article). Désormais, les reines de Cyrène se confondent avec les reines d’Egypte. Elles reçoivent un culte aux côtés de leurs royaux époux et des cités refondées ou nouvellement fondées prennent leurs noms : l’ancienne Euhespérides est déplacée de quelques kilomètres et devient Bérénikè (l’actuelle Benghasi) ; Arsinoè est le nouveau nom de l’ancienne Taucheira (redevenue Tokra aujourd’hui)[6]. Les anecdotes de la petite histoire ne se raréfient pas, loin de là, mais elles n’appartiennent plus en propre à mon sujet ✸

Catherine DOBIAS LALOU

Professeur émérite à l’Université de Bourgogne

Membre de la mission archéologique française en Libye


[1]  Ce texte constitue la première partie de la version développée d’une conférence prononcée le 18 mars 2008 à Nancy devant les membres de l’Association régionale des Professeurs de langues anciennes (ALPLA-CNARELA). Un résumé en a été en son temps publié sur le site internet de l’association, que je remercie de son hospitalité. C’est avec plaisir que j’offre ce texte aux lecteurs du Λύχνος, répondant à l’invitation de Jean-Victor Vernhes, qui jadis encouragea aimablement mes débuts à l’Université d’Aix-en-Provence.

[2]  Il s’agit de la forme dorienne du nom qu’Hérodote cite sous la forme ionienne Λέαρχος. De même, les rois cyrénéens Arcésilas (᾿Αρκεσίλας) sont nommés à l’ionienne ᾿Αρκεσίλεως par Hérodote.

[3]  Et aussi en laissant le meurtre à la main des fils de victimes de Laarchos, d’après le passage que je n’ai pas repris ici.

[4]  Ce nom, qui désigne les “descendants de Battos”, donc la famille royale de Cyrène, inclut probablement ici des partisans des Battiades.

 

[6]  Tout comme Ptolémaïs évince complètement la cité de Barca, dont elle n’était auparavant que le port.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts