Archives par mot-clé : Phoenix.

Mayoro Dia et Bouré Diouf : “L’éducation d’Achille, modèle pour notre temps ?”

► ὁ λύχνος n° 162, juillet 2022, article premier.

Les enseignements de Phénix et du Centaure Chiron à leur élève Achille

 

Pélée (à gauche) confie son fils Achille (au centre) au centaure Chiron (à droite). Érétrie, par le Peintre d’Édimbourg, vers 500 avant J.-C.. Musée archéologique national, Athènes, n°550.

 

[Résumé : Phénix et le Centaure Chiron, qui étaient comptés parmi les plus grands sages et éducateurs de la Grèce antique, étaient choisis par Pélée pour donner des enseignements à son fils et héros Achille. Ils lui ont donné des leçons contenant des savoirs théoriques et des expériences pratiques sur le terrain. Pour cette raison, il faut recourir à ces deux éducateurs pour montrer les contenus et les méthodes de leurs enseignements qui sont toujours des modèles d’enseignements.]

Introduction

Dans un contexte où l’on constate parfois un abandon progressif des Lettres classiques, notamment du grec dans l’enseignement, et où l’on cherche à trouver des solutions à cette désaffection, nous proposons de traiter des enseignements de Phénix et du Centaure Chiron qui étaient les deux mentors d’Achille. En effet, la société grecque ancienne était bien structurée. Le roi était entouré d’une aristocratie de guerriers et d’éminents précepteurs qui formaient les jeunes nobles à la technique, au maniement des armes, à la chasse, au tir à l’arc, à la course à pied, à l’art oratoire, aux valeurs éthiques. Achille avait, en ce sens, deux précepteurs expérimentés, Phénix et le Centaure Chiron. Ces derniers étaient réputés pour les leçons théoriques et pratiques qu’ils ont su donner à grand nombre de dieux et de héros dont les noms résonnent encore aujourd’hui par leurs actes soit sur les champs de bataille, soit dans les assemblées, soit dans leurs métiers. C’était le cas du dieu de la médecine Asclépios, de Jason, notamment d’Achille dont l’éducation constitue la trame de notre travail.

Certes, la question relative aux enseignements des deux éducateurs d’Achille a fait l’objet de beaucoup d’études, mais celle relative à leurs enseignements théoriques et surtout pratiques sur le terrain avec le recours aux observations et aux manipulations a fait l’objet de très peu de publications, en particulier dans ce contexte de désintéressement et d’abandon des études des Lettres classiques. Malgré le manque ou l’absence d’études, les sources disponibles nous permettent d’atteindre l’objectif de notre travail qui est d’étudier les contenus et les méthodes des enseignements ludiques et didactiques de ces éducateurs. Afin de bien mener notre étude, nous prenons les rapports entre les enseignements que Phénix et le Centaure Chiron ont délivrés à leurs élèves, et en particulier à Achille. Partant de cette connexité, nous mettrons en lumière les enseignements de Phénix et du Centaure Chiron. Comme nous le verrons, leurs enseignements ont des différences et des points communs. Mais ces deux éducateurs savaient comment encourager leur élève, lui donner des leçons réalistes et utiles dont il pouvait souvent se servir quand les occasions se présentaient. Pour bien cerner cette problématique, nous allons analyser ce sujet sous deux angles. Dans la première partie, il sera question d’étudier les méthodes et les contenus des enseignements de Phénix, instructeur d’Achille. Dans la deuxième partie, nous étudierons ceux du formateur d’Achille, le Centaure Chiron.

L’enseignant Phénix

Comme la source principale chez Homère (Iliade) est peu diserte sur le Centaure Chiron, tandis qu’elle met plus avant Phénix, nous avons décidé de commencer par étudier ce dernier sans jamais négliger les apports du premier à l’éducation d’Achille.

Toutefois, un point important est à retenir, lorsqu’Homère rapporte les paroles de Thétis disant « avoir élevé » (τραφέμεν)[1] et « nourri » (θρέψασα)[2] elle-même son fils (Iliade, XVIII, 56-59, 436-440). Dans ces vers, le verbe τρέφω a le sens d’« élever » ou de « nourrir » un enfant comme ce fut le cas de Thétis qui a élevé et nourri son enfant Achille, ainsi qu’elle le dit, et non pas d’« éduquer » son enfant, car la vraie éducation (ou formation, ou instruction) du futur héros Achille était assurée par ses deux éducateurs, Phénix et le Centaure Chiron. Pour étayer cette thèse, on peut recourir à Homère qui donne des arguments qui prouvent très clairement, dans les chants I et IX de l’Iliade, qu’Achille n’a jamais fréquenté l’assemblée qui donne gloire aux hommes ni le combat, deux épreuves très importantes pour un futur héros. Voici ce que le poète épique chante :

« Cependant montrait sa colère, assis près des vaisseaux rapides, le descendant de Zeus, le fils de Pélée, Achille aux pieds rapides; jamais il n’allait aux assemblées qui donnent la gloire, jamais au combat. Mais il languissait en son cœur de rester là, et regrettait le cri de guerre et le combat. » (Iliade, chant I, v. 488-492).

Phénix a donné à son élève Achille des leçons de diplomatie, d’éloquence et de gouvernement, mais aussi de maniement d’armes et de guerre. C’est ce qu’on peut lire, chez Homère, dans ce passage :

« […] ‘Que Phénix reste et couche avec nous, pour s’embarquer et me suivre dans ma patrie, demain ; s’il le veut : car je ne l’emmènerai pas de force.’ Il dit, et tous restèrent muets, en silence, frappés de son discours, car il avait refusé avec beaucoup de force. Enfin parla le vieil écuyer Phénix, et ses larmes affluèrent, car il avait les pires craintes pour les vaisseaux achéens : ‘Si tu t’es mis dans l’esprit de partir, illustre Achille, si tu refuses absolument d’écarter des vaisseaux fins le feu destructeur, parce que la bile est tombée dans ton cœur, comment loin de toi, cher enfant, resterais-je ici, seul ? A toi m’envoya le vieil écuyer Pélée, le jour où, vers Agamemnon, il t’envoyait de Phthie, encore enfant, sans expérience de la guerre égale pour tous, ni des assemblées où les hommes se font remarquer. Il m’envoya pour t’apprendre tout cela, te rendre apte à parler et capable d’agir. Aussi, loin de toi, cher enfant, je ne voudrais pas rester, même si un dieu en personne me promettait d’effacer ma vieillesse, de me rendre jeune et vigoureux, comme j’étais quand, pour la première fois, je quittai l’Hellade aux belles femmes, en fuyant la colère de mon père Amyntor, fils d’Orménos…’ » (Iliade, IX, 432-443)[3]

Dans ce texte, deux passages rendent bien compte des contenus et méthodes des enseignements de Phénix à Achille. D’abord, on voit que l’objectif du formateur était de combler le manque d’expérience dans deux domaines très importants et très précis pour assurer la formation d’un enfant, à savoir l’art de bien mener la guerre, l’art de se faire remarquer dans les assemblées par la prise de parole en public pour convaincre les gens, tout en sachant utiliser convenablement les arguments convaincants (οὔ πω εἰδόθ᾽ ὁμοιΐου πολέμοιο οὐδἀγορέωνἵνα τ᾽ ἄνδρες ἀριπρεπέες τελέθουσι, « sans expérience de la guerre égale pour tous, ni des assemblées où les hommes se font remarquer »). Ensuite, on comprend qu’en disant « Il m’envoya pour t’apprendre tout cela, te rendre apte à parler et capable d’agir » (τοὔνεκά με προέηκε διδασκέμεναι τάδε πάντα,μύθων τε ῥητῆρ᾽ ἔμεναι πρηκτῆρά τε ἔργων), Homère montre qu’Achille pourrait devenir excellent dans beaucoup de domaines après sa solide et parfaite formation auprès de Phénix : en paroles et en actions, à la guerre comme à la paix. Le pédagogue Phénix[4] s’était ainsi chargé de lui enseigner l’art de haranguer les foules par l’éloquence, l’art de la guerre et l’art de gouverner la cité.

C’est pourquoi il était considéré comme le prototype de l’éducateur[5] non seulement en théorie, mais aussi et surtout en pratique, car il n’hésitait pas à laisser son élève mettre en application ce qu’il lui avait appris. De tels savoirs étaient, pour Achille, comme un phare lui permettant de se guider dans la vie. Dans le second passage, « apte à parler » (μύθων τε ῥητῆρ᾽) est placé avant « capable d’agir » (πρηκτῆρά τε ἔργων). C’est pour montrer peut-être l’importance de la parole qui pouvait permettre à Achille de convaincre les gens à aller faire des guerres quand elles étaient nécessaires, soit de leur expliquer les exploits qu’il a faits pendant les guerres. En effet, le poids de la communication se voit ici : on peut, par exemple, remporter la guerre et perdre la bataille de la communication. C’est pourquoi Phénix a décidé de former rigoureusement son élève dans ces deux domaines pour le préparer à toute éventualité.

D’ailleurs, la connaissance de la stratégie, pour mener et gagner la guerre, et la maîtrise de la parole en public étaient deux qualités très importantes que Phénix a enseignées au héros homérique, Achille, qui était inexpérimenté en ces qualités. Dans les textes d’Homère, on voit très clairement cette opposition entre un éducateur très sage et expérimenté, et son élève dépourvu de toutes ces qualités que son enseignant devait lui transmettre en théorie et l’amener en mettre en application sur le terrain.

En effet, l’art de parler peut être au service de la politique, du commandement des troupes en guerre, du droit, des oraisons funèbres. On comprend l’importance et le poids de l’art de bien parler en public pour un homme politique, ou un leader d’opinions, ou un commandant, afin de plaire à la foule, de l’émouvoir et de la convaincre. Ces trois qualités se trouvent dans le discours de Phénix pour rassurer le jeune inexpérimenté Achille[6].

Phénix a suggéré qu’Achille a restructuré les informations reçues au regard de ses concepts et de ses actes. À cet âge, ce dernier était capable de distinguer l’utile de l’inutile, car son maître Phénix lui avait appris à combiner les idées, à raisonner par des hypothèses, par des déductions pour bien communiquer.

En outre, les enseignements de Phénix portaient sur l’accompagnement du héros, du disciple. Ainsi a-t-il précisé la portée de ses enseignements et a rappelé avec émotion quelques moments difficiles et quelques moments agréables pendant l’éducation d’Achille chez lui :

« Et je t’ai fait aussi grand que tu es, Achille semblable à un dieu, en t’aimant de cœur. Car tu ne voulais, avec un autre, ni aller à un banquet, ni manger dans le palais. Il me fallait t’asseoir sur mes genoux, te rassasier de mets que je coupais pour toi, et porter le vin à ta bouche. Souvent tu as mouillé ma tunique, sur ma poitrine, du vin que tu vomissais, au temps pénible de l’enfance. Ainsi j’ai, pour toi, beaucoup supporté, beaucoup peiné, dans la pensée que les dieux me refusaient un fils né de moi, mais que je faisais de toi mon enfant, Achille semblable à un Dieu, afin qu’un jour tu détournasses de moi les fléaux affreux qu’amène la vieillesse. ‘Eh bien, Achille, dompte ton âme superbe : tu ne dois pas avoir un cœur impitoyable.’ »  (Homère, Iliade, IX, 485-497).

Dans ce passage combien émouvant, Phénix a entouré Achille d’une grande affection et d’un amour profond et sincère (ἐκ θυμοῦ φιλέων, « en t’aimant de cœur »). Il lui a donné une éducation, depuis son tendre enfance (ἐν νηπιέῃ ἀλεγεινῇ, « au temps pénible de l’enfance »), qui était douce, utile, réaliste et pratique.

En plus, il convient de remarquer que, comme les dieux avaient privé Phénix d’enfant (τὰ φρονέων μοι οὔ τι θεοὶ γόνον ἐξετέλειον ἐξ ἐμεῦ, « dans la pensée que les dieux me refusaient un fils né de moi »), ce dernier a pris Achille comme le sien. On voit ici l’importance d’avoir un enfant comme une personne qui pourra s’occuper de ses parents biologiques ou adoptifs lorsque ces derniers deviendront vieux ou malades (ἵνα μοί ποτ

ἀεικέα λοιγὸν ἀμύνῃς, « afin qu’un jour tu détournasses de moi les fléaux affreux qu’amène la vieillesse »).  C’est pourquoi le formateur a conseillé à son élève d’avoir un grand cœur afin de pouvoir supporter, à son tour, les souffrances et peines  du vieux que Phénix deviendrait. Il a ainsi préparé son élève à pouvoir affronter facilement et  agréablement des choses difficiles et désagréables. Par exemple, dans les textes d’Homère, Phénix a souvent fait des remarques très pertinentes à son élève sur la colère et les dégâts qu’elle peut causer :

μήνιε, « montrait sa colère », Iliade, I, 488,

ἐπεὶ χόλος ἔμπεσε θυμῷ, « parce que la bile est tombée dans ton cœur », Iliade, IX, 436,

ἀλλ᾽ Ἀχιλεῦ δάμασον θυμὸν μέγαν· οὐδέ τί σε χρὴ / νηλεὲς ἦτορ ἔχειν « Eh bien, Achille, dompte ton âme superbe : tu ne dois pas avoir un cœur impitoyable », Iliade, IX, 496-497.

De telles remarques nous apprennent un grand défaut d’Achille, à savoir la colère, défaut difficile à corriger même s’il a reçu des leçons de Phénix et aussi du Centaure Chiron. D’ailleurs, le premier vers du chant I de l’Iliade commence par la colère funeste d’Achille qui a causé beaucoup de douleurs aux Achéens, précipité maintes âmes fortes de héros chez Hadès, et fait de leurs corps la proie de nombreux chiens et d’oiseaux. (Iliade, I, 1-5). Cette colère a inspiré un grand nombre d’écrivains et d’artistes.

Bref, les contenus des enseignements de Phénix à Achille étaient l’art oratoire et l’art de la guerre, car les qualités et les prouesses dans les assemblées et à la guerre lui seraient nécessaires pour non seulement s’imposer devant les autres, mais aussi et surtout expliquer les actes qu’il poserait. Il lui a aussi enseigné la discipline, l’affection et l’attention envers les personnes âgées pour faire face à la vieillesse de Phénix dans quelques années. Les contenus de ses enseignements et les méthodes – constituées de théories ou de savoirs donnés en paroles et de pratiques par des observations et des expériences sur le terrain – étaient donc une garantie de réussite pour Achille, surtout quand ces contenus et méthodes étaient combinés avec ceux du Centaure Chiron. En effet, ce dernier, comme nous le verrons dans la deuxième partie, a assuré lui aussi une bonne partie de l’éducation d’Achille, en lui enseignant, entre autres, l’art de la guerre avec le maniement des armes, le tir à l’arc, la chasse, la course à pied, la médecine, la musique, la morale pour se maîtriser soi-même et dominer ses passions[7].

L’enseignant  Chiron

Le Centaure Chiron était un enseignant qui maîtrisait beaucoup de domaines. Il a enseigné la théorie et la pratique de la médecine aux élèves héros, en particulier à Achille, à Jason et à Asclépios qui était le dieu de la médecine, dont il avait en charge l’éducation[8].

Chiron agissait auprès du jeune Achille pour lui enseigner, parexemple, comment soigner les blessures par l’usage de remèdes efficaces et apaisants, l’art de manier les armes de guerre et les qualités d’un honnête citoyen (Homère, Iliade, XI, 828-832 ; XIX, 387-391). L’exemple des enseignements pratiques de Chiron se voient ici, car Achille a su utiliser le savoir-faire en médecine de son maître pour soigner les blessures des guerriers par une plante miraculeuse appelée l’achillée.

Achille était si intelligent et si motivé  pour apprendre la médecine qu’il en a tiré des compétences médicales[9] qu’il a transmises à son cousin et ami Patrocle, qui les utilisa, par la suite, pour soigner Eurypyle blessé pendant la guerre. Ainsi Homère rapporte-t-il les mots suivants sur les compétences médicales d’Achille :

« ‘Pour moi, sauve-moi en me conduisant à mon vaisseau noir; de ma cuisse extrais, en la coupant, la flèche; lave le sang noir avec de l’eau tiède, et, sur la plaie, répands ces remèdes doux, salutaires, que tu as, dit-on, appris d’Achille, qui les apprit de Chiron, juste entre tous les Centaures. Car nos médecins, Podalyre et Machaon… je crois que l’un, dans sa baraque, blessé, ayant besoin lui-même d’un médecin irréprochable, est étendu; et l’autre, dans la plaine, résiste à l’Arès perçant des Troyens.’ Le vaillant fils de Ménoetios lui répondit : ‘Comment cela tournera-t-il? Que ferons-nous, héros Eurypyle? Je m’en vais répéter à l’ardent Achille le message dont m’a chargé Nestor de Gérénia, l’appui des Achéens. Malgré cela, pourtant, je ne t’abandonnerai pas ainsi épuisé.’ Il dit, et, le soulevant par la poitrine, porta le pasteur de troupes dans sa baraque. Un serviteur, qui les vit, étendit des peaux de boeuf. Patrocle y coucha Eurypyle. De sa cuisse, il enleva, en le coupant avec son coutelas, le trait aigu, acéré. Il lava le sang noir avec de l’eau tiède, et sur la plaie mit une racine amère, broyée de ses mains, calmant qui calma toutes les douleurs. » (Iliade, XI, 828-848).

On comprend, dans ce texte, le respect de la hiérarchie dans la transmission du savoir médical : de Chiron, en passant par Achille, jusqu’à Patrocle issu de Zeus. Homère montre la procédure à utiliser pour traiter une blessure par arme comme ce fut le cas d’une flèche qui a atteint et blessé Eurypyle. Il s’agissait, d’abord, d’extraire la flèche, en la coupant. Ensuite, il était question de laver le sang noir sorti de la plaie avec de l’eau tiède, avant d’y répandre des remèdes efficaces pour la cicatriser et la guérir. Patrocle a appris tout ce savoir médical d’Achille qui, à son tour, l’a appris du Centaure Chiron. On voit ici l’importance du savoir médical, surtout un savoir médical pratique,Ainsi, dès que le besoin s’en est fait sentir, Patrocle n’a pas hésité à y recourir pour soigner Eurypyle, ce qui montre que le maître a délivré des leçons utiles en médecine avec des expériences et des pratiques sur le terrain. C’est pourquoi Eurypyle a utilisé le verbe σώζειν (« sauver ») à la deuxième personne du singulier de l’impératif aoriste (ἐμὲ μὲν σὺ σάωσον, « sauve-moi »). Il s’agit ici, non pas d’un impératif présent exprimant un ordre général, mais d’un impératif exprimant un ordre précis applicable immédiatement, car la blessure était très grave et le besoin de soins était pressant. En outre, l’expression (ἀμύμονος ἰητῆρος, « un médecin irréprochable ») qu’ Eurypyle a employée montre que la blessure d’un des médecins était très grave et combien il comptait sur l’aide et les soins de Patrocle.

En plus, dans une autre version du mythe, on apprend qu’Achille a reçu, chez Chiron, une éducation physique et sportive, dont les résultats sont attestés par le chœur (Euripide, Iphigénie à Aulis, vv. 206-230). En effet, le chœur a vu avec admiration le héros Achille se livrer à la course et au maniement des armes.

En outre, Chiron a ajouté la solide éducation morale que souhaitait Pélée pour son fils à la pratique de la course et du maniement des armes. C’est pourquoi, toujours dans la même pièce, Clytemnestre s’est informée auprès d’Agamemnon en lui demandant le nom de la personne qui était chargée d’éduquer son futur gendre Achille (Iphigénie à Aulis, vv. 708-710). Il s’agissait du Centaure Chiron, dont Agamemnon expliqua le projet consistant à préserver le jeune Achille « afin qu’il n’apprenne pas les vices des méchantes gens » (ἵν´ ἤθη μὴ μάθοι κακῶν βροτῶν). La réponse d’Agamemnon montre ainsi que le père d’Achille, Pélée, et le Centaure Chiron étaient pleins d’une sagesse qu’admirait Clytemnestre. En effet, Pélée cherchait une bonne personne pour lui confier l’éducation de son fils Achille et a trouvé le Centaure Chiron qui se trouvait être non seulement sage, mais parmi les plus sages. Achille a appris la sagesse auprès de lui et a reconnu, d’ailleurs, les bienfaits qu’il a tirés en personne des leçons de sagesse apprises chez Chiron, quand il dit : « Pour moi, élevé sous les yeux de Chiron, le plus pieux des hommes, j’ai pris l’habitude de la franchise. » (Iphigénie à Aulis, vv. 926-927)

Ces aspects du rôle éducatif de Chiron se reflètent dans une autre version de Pindare qui montre Achille, tout jeune encore, faire voler son javelot comme le vent, combattre les lions et sangliers, et dépasser les cerfs à la course ( Les Néméennes, III, vv. 28-64). C’étaient de tels exploits, à savoir manier des armes, combattre et terrasser des animaux féroces comme des lions et des sangliers, chasser des cerfs et courir, qu’Achille a faits en bas âge en suivant les leçons de Chiron. C’était ainsi qu’il grandissait, sur le mont Pélion, chez le sage Chiron qui l’a formé physiquement et mentalement, en le laissant pratiquer différentes disciplines, en lui donnant des conseils et en le voyant aller et venir. Il était chargé d’élever cet enfant sublime et se plaisait à l’orner des plus brillantes qualités morales avant que ce dernier ne partît faire des exploits loin de chez lui en vainquant les guerriers de la Lycie, de la Phrygie et de la Dardanie, l’oncle d’Hélénus et le vaillant Memnon, en se battant contre les fougueux Éthiopiens. Chiron, qui a formé l’enfance de Jason et d’Esculape, « leur enseigna l’art d’appliquer d’une main légère des remèdes bienfaisants sur les plaies des mortels ». Ce passage montre les connaissances et la pratique médicales de Chiron qu’il a transmises à ses élèves.

En sus, dans la version de Pindare ( Les Pythiques, VI, vv. 21-27), on lit une maxime que Chiron inculquait à Achille pour accroitre sa piété envers les dieux de l’Olympe, surtout le redoutable maître du tonnerre le dieu Poséidon, et les parents. Ainsi aux leçons de sagesse s’ajoutaient celles portant sur la piété.

Enfin, dans la version rapportée par Pseudo-Apollodore d’Athènes (La Bibliothèque, livre III, chapitre 3, 13, 6), on comprend que, pour assurer la formation de son élève Achille, Chiron a imaginé un régime afin de le nourrir et de le rendre courageux. Ce régime était constitué « d’entrailles de lion et de sanglier, et de moelle d’ours ».

Bref, les contenus des enseignements du Centaure Chiron à Achille étaient l’art de la guerre par des exercices physiques sur le terrain pour supporter les dures épreuves et par des exercices mentaux pour maîtriser sa colère. Il a enseigné non seulement des savoirs théoriques à ses élèves, mais aussi et surtout la sagesse utilisée efficacement et certaines expériences de sa vie quotidienne. Après avoir suivi les différentes versions du mythe du Centaure Chiron, on comprend que ce dernier était un être immortel, doué d’une très grande intelligence et d’une très grande sagesse. Il était aussi affable, bienveillant et bien cultivé. Il a reçu une solide formation en médecine, en musique, en astrologie, en divination, en chasse, en tir à l’arc, en poésie auprès des dieux Apollon et Artémis, sur la grotte du mont Pélion en Thessalie. Il était l’enseignant et le guérisseur des héros. Il était réputé pour ses talents de guide, d’enseignant et de praticien en chirurgie. Parmi ses élèves,  il y avait, comme nous l’avons dit, Achille (le héros homérique de la Guerre de Troie), Jason, Pélée et le fils d’Apollon, Asclépios, qui est le dieu de la médecine. Il incarnait surtout les valeurs de bonté et de générosité, le sens de l’éthique et le respect de la parole donnée. Les méthodes qu’il utilisait reposaient surtout sur les théories et les pratiques sur le terrain.

Conclusion 

Force est de constater que les enseignements que Phénix et le Centaure Chiron ont donnés à Achille étaient des enseignements pratiques, utiles et réalistes. En effet, Achille a appris, par la théorie et par des manipulations et pratiques, la diplomatie, l’éloquence, l’art de gouverner, le maniement des armes, l’art de la guerre auprès de Phénix ; le maniement des armes, le tir à l’arc, la course à pied, la médecine, la musique, les vertus morales auprès du Centaure Chiron. Cette approche pourrait être considérée comme une approche constructiviste, voire une approche par les compétences. Les deux enseignants étaient pétris de valeurs et de vertus, notamment de sagesse, que doit avoir un excellent enseignant. Ils étaient attentionnés, motivés, polyvalents, tendres, chaleureux, aimables, accueillants, affectifs, aimables. Ils supportaient les souffrances que leur infligeaient leurs élèves, parmi lesquels le héros Achille. Ils savaient non seulement attirer et maintenir leur attention, mais aussi les intéresser aux discours qu’ils leur tenaient. Ils s’intéressaient à eux et leur accordaient une grande considération.

Toutefois, on peut constater, dans les textes cités, qu’ils donnaient à leurs élèves des enseignements plus pratiques que théoriques. En effet, ces derniers pouvaient utiliser leurs enseignements pour se guider dans la vie quotidienne surtout grâce à la sagesse, aux conseils, aux recommandations et aux interdictions des maîtres. En plus, dans les différentes versions du mythe, Phénix et Chiron n’avaient pas donné de leçons à leurs élèves en les contraignant, mais ils essayaient autant que possible de les leur donner par des jeux. La partie didactique et la partie ludique constituaient donc les bases de leurs enseignements, ce qui est une méthode idéale d’enseignement dont tout enseignant a besoin pour capter et conserver l’attention des apprenants, comme Platon semble parfaitement le comprendre plus tard[10].

Mayoro DIA

Maître de conférences titulaire à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, Sénégal, Faculté des Lettres et Sciences humaines (F.L.S.H.), Département de Langues et Civilisations anciennes

et Bouré DIOUF

Maître de conférences assimilé à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, Sénégal, Faculté des Sciences et Technologies de l’Éducation et de la Formation, Département de Lettres

 

Bibliographie

Auteurs et textes anciens

– Clément d’Alexandrie, Le divin Maître ou Le Pédagogue. Traduction française : M. de Genoude, Défense du Christianisme … Deuxième série. Les œuvres choisies de Saint Clément d’Alexandrie. Paris, de Perrodil, 1846. http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#plu [en ligne] consulté le 18 juin 2022.

– Euripide, Iphigénie à Aulis. Traduction française : G. Hinstin, Euripide. Théâtre et fragments. Tome second. Paris, Hachette, 1923. http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#plu [en ligne] consulté le 17 juin 2022.

– Homère, Iliade. Traduction française par Eugène Lasserre, Homère, Iliade. Paris, Classiques Garnier, 1955. http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#plu [en ligne] consulté le 15 juin 2020.

– Pindare, Les Néméennes. Traduction française : Ernest FALCONNET, Les petits poèmes grecs. Paris, Société du Panthéon littéraire, 1842.

http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#plu [en ligne] consulté le 17 juin 2022.

– Pindare, Les Pythiques. Traduction française : Ernest FALCONNET, Les petits poèmes grecs. Paris, Société du Panthéon littéraire, 1842. http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#plu [en ligne] consulté le 17 juin 2022.

– Pseudo-Apollodore, La Bibliothèque. Traduction française empruntée en partie à Clavier (1805), en partie à Ugo Bratelli (2001). http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#plu [en ligne] consulté le 17 juin 2022.

Auteurs et textes modernes

-Cécile Dubois, « Achille apprenant la lyre chez Chiron : tradition et transmission d’une scène d’éducation », Camenulae 20, mai 2018.

https://lettres.sorbonne-universite.fr/sites/default/files/media/2020-06/05cam20duboisba_t_0.pdf [en ligne] consulté le 24 janvier 2022.

-François Hartog, « Orateurs et historiens, Antiquité gréco-romaine ». In : Encyclopædia Universalis France, 2022.

https://www.universalis.fr/encyclopedie/orateurs-et-historiens-antiquite-greco-romaine/3-une-histoire-oratoire/, [en ligne] consulté le 31 janvier 2022.

-Monique Roussel, Biographie légendaire d’Achille, Amsterdam, 1991.

-Valérie Gitton-Ripoll, « Chiron, le cheval-médecin ou pourquoi Hippocrate s’appelle Hippocrate ». In: Le médecin initié par l’animal. Animaux et médecine dans l’Antiquité grecque et latine. Actes du colloque international tenu à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée-Jean Pouilloux, les 26 et 27 octobre 2006. Lyon : Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, 2008, pp. 211-234. (Collection de la Maison de l’Orient méditerranéen ancien. Série littéraire et philosophique, 39).

http://www.persee.fr/doc/mom_0151-7015_2008_act_39_1_1008 [en ligne] consulté le 05 février 2022.

Notes

[1] C’est un infinitif épique. Cf. Iliade, VII, 199 ; Odyssée, III, v. 28.

[2] C’est un participe aoriste actif employé à l’indicatif et au féminin.

[3] Homère, Iliade. Traduction française par Eugène Lasserre, Homère, Iliade. Paris, Classiques Garnier, 1955. http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#plu [en ligne] consulté le 15 juin 2020.

[4] Phénix, dit-on, s’est réfugié dans la cour de Pélée pour fuir la colère de son père Amyntor. Ce dernier l’a aveuglé après que sa concubine Phthia l’a accusé d’avoir tenté de la séduire. Pélée l’a amené voir le Centaure Chiron, qui lui a rendu la vue. Le vieil écuyer Phénix était un enseignant expérimenté dans beaucoup de domaines. C’est pourquoi il a été envoyé par le vieux Pélée né de Zeus pour enseigner au jeune Achille l’art de la guerre et l’art de bien parler en public, notamment dans les assemblées.

[5] Cf. Clément d’Alexandrie, Le Pédagogue (I, 7).

[6] François Hartog, « Orateurs et historiens, Antiquité gréco-romaine ». In : Encyclopædia Universalis France, 2022. https://www.universalis.fr/encyclopedie/orateurs-et-historiens-antiquite-greco-romaine/3-une-histoire-oratoire/, [en ligne] consulté le 31 janvier 2022, attire notre attention sur le fait que, chez Homère (contrairement à ce qui se passera plus tard dans la cité grecque),  la question des rapports entre « paroles » (λόγοι) et « actions » (ἔργα) ne s’est pas posée.

[7] Sur Achille élève de Phénix et du Centaure Chiron voir Pindare, Odes-Les Néméennes, III, 43-52 ; Pseudo-Apollodore, la Bibliothèque, livre III, chap.13, 6. Voir aussi  Pierre Mbid Hamoudi Diouf et Stéphane Faye, « L’éducation des enfants chez Homère et à Sparte » https://ch.hypotheses.org/tag/achille [en ligne] consulté le 24 janvier 2022 ; Cécile Dubois, « Achille apprenant la lyre chez Chiron : tradition et transmission d’une scène d’éducation », Camenulae 20, mai 2018 https://lettres.sorbonne-universite.fr/sites/default/files/media/2020-06/05cam20duboisba_t_0.pdf [en ligne] consulté le 24 janvier 2022.

[8] Valérie Gitton-Ripoll, « Chiron, le cheval-médecin ou pourquoi Hippocrate s’appelle Hippocrate ». In: Le médecin initié par l’animal. Animaux et médecine dans l’Antiquité grecque et latine. Actes du colloque international tenu à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée-Jean Pouilloux, les 26 et 27 octobre 2006. Lyon : Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, 2008, pp. 211-234. (Collection de la Maison de l’Orient méditerranéen ancien. Série littéraire et philosophique, 39). http://www.persee.fr/doc/mom_0151-7015_2008_act_39_1_1008 [en ligne] consulté le 05 février 2022.

[9] Sur les compétences médicales d’Achille, voir Monique Roussel, Biographie légendaire d’Achille, Amsterdam, 1991, pp. 112-113.

[10] . On peut lire les deux parties de tels enseignements chez Platon dans La République, VII, 537a.

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts