Archives par mot-clé : philosophe

Jean-Victor Vernhes : Retour sur l’étymologie de σοφός [sophos]

 ETYMOLOGIE GRECQUE ( λύχνος n° 139, novembre 2014, article huit)✭✭✭

Retour sur σοφός

ou Le marteau et le sabot

 

 

Outils de sabotier (wikicommons)
Outils de sabotier (wikicommons)

 

À M. Rémy Viredaz

Dans notre numéro de mars 2014 nous avons tenté d’explorer une voie nouvelle pour l’étymologie du terme σοφός, qui est ordinairement considéré comme d’origine inconnue. En voici un résumé. Mais nous souhaitons bien entendu que le lecteur se reporte à cet article de mars (voir http://ch.hypotheses.org/834).

 

1 Résumé de l’article de mars 2014 : l’étymologie proposée de σοφός.

Notre point de départ a été, comme il convient, d’étudier les sens les plus anciens de σοφός, qui concernent une habileté technique. Le sens de sage est postérieur. Ainsi la σοφία opérative précéda la σοφία spéculative.

Nous référant à un article de B. Snell paru dans The Journal of Hellenic Studies, 1973, p. 172-184, intitulé Wie die Griechen lernten, was geistige Tätigkeit ist, et qui consacre deux pages à  σοφός, nous nous sommes intéressé à la parenté sémantique entre ce terme et le verbe τεύχειν, qui signifie fabriquer. On a considéré ce verbe (ce que je n’ai pas contesté) comme apparenté à τυγχάνειν, obtenir, atteindre un objectif et à ἡ τύχη, le hasard, la chance. Pour la sémantique, il y aurait des choses à dire, des choses à approfondir. J’en dirai un peu dans ce qui suit.

On rattache ces mots τεύχειν, τυγχάνειν, τύχη à une racine *dhewgh.

J’ai noté que, du point de vue phonétique, on peut tout aussi bien, tant pour les mots grecs de cette famille que pour ceux qu’on a repérés dans d’autres langues comme relevant de cette racine, poser pour celle-ci une racine indo-européenne *dhewgwh, avec une occlusive labiovélaire finale.

À partir de là j’ai voulu prolonger la parenté sémantique de τεύχειν  et de σοφός en m’efforçant d’établir une parenté morphologique, en rattachant ce dernier terme à la même racine. Pour cela j’ai posé *dhwogwh-ós. Nous avons là le vocalisme o et l’accentuation d’un nom d’agent.

Puis j’ai expliqué que, phonétiquement, *dhwogwh-ós > σοφός. En effet le *dh indo-européen donne th (θ) en grec. Ce θ va passer à τ en perdant son « aspiration »  en vertu de la loi de Grassmann, loi de dissimilation des « aspirées »  (peut-être avez-vous, jadis ou naguère, rencontré cette loi pour la première fois dans ἕρμαιον à la page 174). Quant à la labiovélaire *gwh, devant o elle donne φ.

Dans la terminologie d’Émile Benveniste, qui est commode, *dhewgwh est un « thème I » (voyelle e ou o en seconde position) et *dhwogwh un « thème II » (voyelle e ou o en troisième position).

Lorsqu’une racine indo-européenne présente à la fois un thème I et un thème II, on désigne ce phénomène par le terme gracieux de Schwebeablaut.

Mais il peut arriver qu’un thème II provienne de la modification d’un thème I. J’ai envisagé cette possibilité pour mon *dhwogwh-ós en imaginant que mon thème II *dhwogwh pourrait être une altération d’un thème I *dhowgwh, en vertu d’une certaine inimitié du grec pour des degrés o de forme ου.

D’où la séquence suivante :

*dhowgwh-ós  > *dhwogwh-ós > *thwogwh-ós > *twogwh-ós > σοφός

 

2 Les objections de M. Viredaz

Le 7 juin 2014, Monsieur Rémy Viredaz a déposé sur notre blog le commentaire suivant :

« Le point de départ est le bon (les sens anciens de σοφός) mais l’étymologie *dhwogwhos n’est pas possible, hélas. D’une part, l’alternance vocalique supposée n’est pas plausible. (L’aversion grecque pour l’alternance eu : ou n’est pas ancienne, cf. homérique εἰλήλουθα, et elle n’a pas d’effets plus spectaculaires que la simple généralisation de l’alternant ευ ou υ. On ne peut pas non plus invoquer le Schwebeablaut, cet élément défunt de la boîte à outils néogrammairienne.) D’autre part, le sens grec de τεύχειν n’appartient pas à la racine indo-européenne *dhewgh, mais à *tewk, c’est-à-dire doit résulter (d’après le Lexicon der Indogermanischen Verben (LIV), cf. déjà le dictionnaire de Bailly) d’une confusion entre la racine de τυγχάνω, ἔτυχον «rencontrer, atteindre, toucher le but» [allemand «treffen»], «obtenir (par chance)», etc. et celle de *τεύκω (>τεύχω) τέτυκον «façonner, fabriquer, construire». L’étymologie de σοφός reste donc un mystère.»

Suite à cet avis j’ai envoyé un courrier à son auteur, et il s’en est suivi pendant l’été (et pas seulement sur ce sujet) une correspondance cordiale et (du moins pour moi) instructive.

Son petit texte très dense incite à approfondir plusieurs points.

 

3 Faut-il se mettre martel en tête ?

Voyons d’abord le problème du rattachement de τεύχειν à la racine de τυγχάνειν (*dhewgh selon la théorie usuelle, *dhewgwh selon mon hypothèse, qui apporte une retouche à la consonne finale).

Il existe aussi une racine i.-e. *tewk signifiant frapper. Elle est attestée dans diverses langues. On en a trace en grec dans quelques mots comme ὁ τύκος, le marteau, le ciseau pour tailler la pierre. On entrevoit un défunt *τεύκειν signifiant donner des coups de ciseau ou de marteau. Défunt, mais qui a pu, lui et sa famille, être bien vivant.

Selon le LIV (Lexicon der Indogermanischen Verben), p. 149 et p.640, cette racine, signifiant stossen, schlagen, se trouverait mélangée (vermischt) avec celle de τυγχάνειν, lui empruntant son aspirée finale, aboutissant ainsi à τεύχειν.

On peut citer d’autres cas d’amalgames entre deux racines. Ainsi le nom grec du loup (ὁ λύκος) vient d’un amalgame entre deux racines indo-européennes désignant cet animal : cf. Lejeune, § 31, p. 43. Celui qui se serait produit entre *τεύκειν et τυγχάνειν est à examiner du point de vue  morphologique et du point de vue sémantique.

Du point de vue morphologique, cet amalgame entre les deux racines peut expliquer la sourde κ qu’on trouve dans quelques formes de τεύχειν : aoriste actif τετυκεῖν, aoriste moyen τετύκοντο, τετυκέσθαι. Mais une telle alternance κ/χ en fin de racine peut s’expliquer par une assimilation à un élément morphologique suivant. C’est ainsi que par exemple δέκομαι, je reçois (forme ancienne, gardée en ionien) est devenu δέχομαι en attique.

Du point de vue sémantique, on peut trouver un peu lâche, et même bien problématique le rapport entre l’idée d’obtenir quelque chose, d’atteindre un but (τυγχάνειν) et celle de fabriquer (τεύχειν). On peut alors juger bon de bien s’immerger dans le concret en ajoutant, grâce à *τεύκειν, quelques coups de marteau à la racine de τυγχάνειν, assurant ainsi l’exécution concrète des objets sortant des ateliers.

 

4 L’exemple du sabotier

Mais ce rapport entre l’idée d’obtenir quelque chose, d’atteindre un but et l’idée de fabriquer peut s’éclairer en restant dans le τυγχάνειν, sans faire appel à *teuk. Permettez-moi d’égayer l’austérité de ces propos en évoquant quelques souvenirs d’enfance.

Lorsque j’étais un gamin de 6-7 ans, je passais de longs moments, en compagnie souvent d’autres gamins du même âge, à regarder le sabotier du village exercer son métier. Par les beaux jours il s’installait devant sa maison pour travailler. Il fixait un bloc de bois. Il avait un marteau dans la main droite, un ciseau (il en avait de plusieurs sortes) dans la main gauche. Bientôt le sol se jonchait de copeaux de bois odorants, tandis qu’au fil d’une succession de gestes rapides et précis, on voyait peu à peu apparaître le sabot, pied droit ou pied gauche, de la pointure voulue, souvent d’une forme élégante et même orné de motifs sculptés. J’étais dans l’admiration devant la maîtrise du geste par laquelle cet artisan parvenait à faire naître du bois l’objet dont il avait le projet en tête. Il avait une visée (un σκοπός) dans l’esprit, et il l’atteignait (ἐτύγχανε τοῦ σκοποῦ, selon l’expression de Platon en Lois 717a). C’est ainsi qu’il fabriquait (ἔτευχε) les objets de son métier, métier quasi disparu qui relève de la τέχνη dans toute la plénitude sémantique du terme.

 

5 L’exemple du chantier naval

Plus tard, autour de mes dix ans, j’ai été un familier d’un  chantier de construction navale où des charpentiers de marine créaient des langoustiers et des thoniers. Une fois la quille posée sur le sol, je voyais se dresser une à une les membrures, comme des côtes sur une colonne vertébrale. Et le galbe de ces membrures, qui s’agrandissent de la poupe jusqu’au milieu, puis deviennent plus petites en continuant vers la proue, obéit à une subtile homothétie qui interfère de façon précise avec le modelé global du navire. Il faudrait sans doute des formules mathématiques de haut niveau pour en faire la description exacte. Or je voyais, médusé, les charpentiers de marine réaliser cela. Ils y parvenaient : ἐτύγχανον τοῦ σκοποῦ, eux aussi. Et ainsi ἔτευχον τὴν ναῦν. Dans les niveaux supérieurs de l’univers artisanal, fabriquer un objet, c’est réussir à le fabriquer.

Aujourd’hui je ne saurais dire avec certitude quelle maison était celle du sabotier, et le chantier de constructions navales a cédé la place à un parking. Mais je porte toujours en moi les évidences qu’ici je cherche à vous faire partager. Peut-être sont-elles plus accessibles à l’enfant qu’à l’adulte, surtout intellectuel. Je maintiens donc qu’il n’est pas indispensable pour expliquer le rapport entre τεύχειν et τυγχάνειν d’avoir recours à *τεύκειν.

Mais il est un vers d’Aristophane (Acharniens 190) qui m’est une madeleine de Proust.  Le passage présente des projets de trêves qui « sentent le goudron et les constructions navales » (ὄζουσι πίττης καὶ παρασκευῆς νεῶν). Cette  πίττα évoque en moi l’odeur du coaltar qu’on faisait chauffer sur le chantier pour le calfatage, Alors me revient toute l’ambiance de ce chantier, avec ses senteurs et ses sons, et je me remémore bien des choses.

Ainsi un jour…  Mais trêve de confidences autobiographiques. Je les écrirai ailleurs, à l’intention de mes biographes !

L’essentiel est ma remémoration de l’ambiance sonore. Les sons étaient surtout le bruit des marteaux (il y en avait beaucoup, avec des manches de diverses longueurs) que maniaient énergiquement les charpentiers. Il y avait aussi de cela chez le sabotier, quoique plus discrètement. Au niveau du vécu, comme on dit en jargon d’aujourd’hui, le τεύχειν-τυγχάνειν se combinait avec le *τεύκειν pour former une unité d’expérience. Je n’exclus donc pas absolument, nuançant ce que j’ai dit plus haut, que dans certains cas *τεύκειν ait pu influencer des formes du groupe τεύχειν-τυγχάνειν.

 

6 Un hymne à la joie. Et comment cette joie n’a pas demeuré.

Il s’agit ici de la question du Schwebeablaut (alternance apophonique). Suite à la publication par Émile Benveniste en 1936 de son Origines de la formation des noms en indo-européen, ouvrage qui a renouvelé les études de grammaire comparée, on a considéré l’opposition Thème I/Thème II comme essentielle. Des disciples y  ajoutèrent la notion de Thème III (double degré zéro). Cette terminologie est commode, elle a été largement employée dans des ouvrages de base, et j’estime qu’il est pratique de la conserver.

La communication de Jean Taillardat dans le recueil Émile Benveniste aujourd’hui, paru en 1984 (tome II, p. 186) est un véritable hymne à la joie, à la joie de manier le système Thème I/Thème II.

Aujourd’hui, à la suite de travaux ultérieurs, on estime que la plupart des racines ne présentent qu’une seule de ces deux formes. Il pourrait cependant y avoir quelques exceptions, des cas où on a à la fois Thème I et Thème II (donc Schwebeablaut)

M’autorisant de l’existence de telles exceptions, je me suis demandé si le *dhwogwh (Thème II avec degré o) que j’avais posé face à *dhewgwh pour expliquer σοφός ne pourrait pas être admis parmi ces exceptions. J’en ai parlé (électroniquement) à M. Rémy Viredaz, qui m’a répondu :

«  La question du Schwebeablaut est effectivement délicate et, je l’avoue, j’ai pris le risque de l’enterrer sans attendre le certificat de décès. La théorie classique du Schwebeablaut voulait qu’il soit parfaitement normal pour une racine de présenter les deux vocalismes TeRK et TReK (par exemple). Sous cette forme, elle est fausse: la plupart des racines ne présentent qu’une seule des deux formes. »
J’ai fait connaître aussi mon hypothèse sur σοφός à M. Éric Dieu, de l’Université de Toulouse, en ne lui cachant pas mes tourments apophoniques. Il m’a répondu:

«  Oui, effectivement, il y a la difficulté du Schwebeablaut, qui semble plus rare en grec que dans d’autres langues, … je pense par exemple à la racine *kweH- « gonfler » (celle de κυέω « être enceinte », κῦμα « vague [gonflée] »), qui, en grec, se présente sans doute aussi sous la forme *kewH- (degré o *kowH-) dans κοῖλος  « creux » (gonflement vu de l’intérieur); mais pour ce mot, c’est un Schwebeablaut qui se retrouve bien dans d’autres langues (par ex. dans latin cauus). » Personnellement j’apprécie ce qui est dit ici de la racine *kweH-. M. Viredaz est plus réservé. Question de feeling, comme on dit en jargon d’aujourd’hui…

Je vois que persister dans mon thème II, c’est m’engager dans un chemin qui s’il n’est pas celui de l’impossible, est celui de l’improbable, du pas normal (pour ne pas dire du paranormal), et c’est m’exposer à bien du scepticisme: « Mais pourquoi donc un Thème II ? »

 

Ce qui en revanche ne pose aucun problème, c’est l’existence, à côté de Thèmes I, de ce qu’on pourrait appeler des «  Thèmes II secondaires », c’est-à-dire des formes qui ont acquis une structure de Thème II par suite d’une transformation.   Ainsi dans -γνητός, second élément de κασίγνητος, frère ou sœur et adjectif verbal de la racine *genh1 nous avons un Thème II secondaire issu de *gnh1 (degré zéro de l’adjectif verbal en -τός, ici sous forme de Thème III, et dégagement d’un η par le h1 au contact de la sonante n), en face du thème I de γενέτωρ, géniteur (γενε < *genh1 : degré e attendu dans un nom d’agent en -τωρ). On a aussi, m’a indiqué M. Viredaz, «  les cas de Schwebeablaut secondaire du type *CerC > *CreC <qui> sont des métathèses dues à des causes phonétiques ou analogiques, mais une telle métathèse n’est possible que pour *r et peut-être *l. »

 

7 Le mycénien (ou même le prémycénien) tel qu’on le causait

La voie rationnelle qui me reste ouverte est de ne pas poser ainsi, au débotté, un *dhwogwh-ós, mais de partir d’une forme à Thème I *dhowgwh-ós, et de découvrir quels facteurs altérants ont pu la transformer en une forme à Thème II secondaire *dhwogwh-ós. Alors plus de Schwebeablaut et tout va bien, du moins pour l’alternance. Les facteurs signalés dans le paragraphe précédent pour le passage de I à II ne font pas l’affaire. Cherchons donc autre chose.

N’oublions pas que σοφός est un terme qui relève, à l’origine, des milieux populaires et artisanaux. Il nous est donc permis de songer aux caractéristiques universelles des niveaux populaires ou familiers du langage.

Une de ces caractéristiques est une certaine instabilité du signifiant. Qui n’a entendu dire obnibuler pour obnubiler ? Ce genre de métathèse relève de cette labilité et n’a rien à voir avec aucune  des lois phonétiques de la langue : nous sommes en marge de celles-ci. On pourrait multiplier les exemples.

En grec, pour le nom du sillon, nous avons une série de formes apparentées entre elles :  αὔλαξ (acc. ὦλκα, εὐλάκᾱ), ἄλοξ, ὦλαξ. Ces variantes, on ne les peut faire dériver d’un étymon bien établi : labilité du signifiant pour un objet de la catégorie la plus ordinaire.

Voici deux exemples empruntés à Lejeune (§ 54, p. 67) : Le nom du boulanger est ἀρτοκόπος, mais étymologiquement on devrait avoir *ἀρτοπόκος : la séquence τ-κ-π a été préférée à τ-π-κ. Le terme ὁ σκοπός, le veilleur ou la cible  se rattache à une racine *spek : la séquence σκ-π a été préférée à σπ-κ.

On ne parvient pas à établir de façon cohérente un étymon commun au grec γυμνός, au latin nudus, et aux termes apparentés des autres langues indo-européennes. On a expliqué cela par un « tabou linguistique »  ayant obligé à déformer de façons diverses ce terme qu’il ne sied pas de prononcer. Je me suis toujours esbaudi de cette explication, qui me paraît plutôt révéler la mentalité de style victorien (Aoh! shocking !) de ses tenants. M’est avis qu’il s’agit plutôt d’un certaine labilité du signifiant pour l’expression d’une notion familière.

On observe aussi, en étudiant les inscriptions, des phénomènes de labilité : ainsi κιθών pour χιτών, καλχός pour χαλκός, etc. Cf. Leslie Threatte, The Grammar of  Attic Inscriptions (I Phonology), 38.022, p. 464-465.

Encore de l’autobiographie.  Il est un motif celtique fréquent dans la joaillerie armoricaine : le triskel, représentant trois jambes (τρία σκέλη) disposées autour d’un axe et suggérant un mouvement de rotation dans le sens des aiguilles d’une montre. Or autour de moi j’ai souvent entendu dire triklès (forme qu’un bijoutier ou un marchand de brimborions ne mettrait pas dans sa vitrine ou dans son catalogue). C’est que kl a quelque chose de plus coulant que sk : la séquence k-l-s a été préférée à s-k-l. Ces préférences articulatoires jouent un rôle important dans la labilité du signifiant. Elles sont un facteur de mobilité dans l’ordre des phonèmes.

On pourrait faire tout un livre là-dessus. On pourrait collectionner les phénomènes de simplification, comme ἀμφορεύς pour ἀμφιφορεύς. Mais ce qui vient d’être dit suffit à notre propos. Ajoutons que cette relative instabilité, surtout populaire et familière, ouvre la voie à des contaminations de racines, comme celle dont nous avons parlé à propos de *dhewgwh et *tewk.

Ces phénomènes, je le redis, sont en marge des lois phonétiques et n’en ont pas la rigidité. Elles sont à situer dans ce que M. Viredaz, dans un de ses messages, a appelé les « zones grises » de la langue.

 

8 Préférences articulatoires

C’est en m’appuyant sur cette notion de préférences articulatoires que je vais expliquer le passage d’un *dhowgwh-ós à Thème I  à un *dhwogwh-ós à Thème II secondaire. Je vois ici le jeu de deux problèmes de cet ordre.

1- Dans notre *dhowgwh-ós il y a une diphtongue ow. Il y a d’abord la tendance du grec  (j’en ai parlé rapidement à la fin de mon premier article), à éliminer des alternances la diphtongue ου. Mais je ne me suis pas exprimé de façon assez précise, et M. Viredaz a eu bien raison de me remonter les bretelles en faisant remarquer, dans son texte rappelé au début de cet article, que l’aversion grecque pour un degré o de forme ου n’a pas l’air ancienne : cf. le parfait homérique εἰλήλουθα (voué à la disparition) de ἔρχομαι (en attique ἐλήλυθα). Ces formes de parfait sont apparentées à un thème *ελευθ qui a donné le futur ἐλεύσομαι. Pour bien m’expliquer, j’aurais dû faire apparaître la distinction, dans l’évolution de la langue, entre une loi et une tendance. Une loi comme la chute du σ intervocalique s’applique de façon universelle et contraignante, tandis qu’une tendance, comme par exemple la tendance à remplacer des formes athématiques par des formes thématiques, peut se développer progressivement durant des siècles de l’histoire de la langue et ne jamais arriver à terme : le grec n’a jamais éliminé totalement les athématiques. De même les ου des alternances ont dans le mot σπουδή, zèle, empressement (à côté de σπεύδω) résisté jusqu’au bout (jusqu’à ce que ου > [u:]), mais la tendance à les éliminer a pu être très précoce, surtout dans le langage familier et populaire, qui est toujours en avance dans les évolutions.

Pourquoi ce désamour du grec pour ces degré o de forme ow ? Dans un nom d’agent thématique fait sur degré o, comme ἡ τροφός, la nourrice, le vocalisme du radical apparaît de façon nette, car le o contraste parfaitement avec les phonèmes qui l’encadrent. Mais si on pose un *dhowgwh-ós, le o qui caractérise le radical contraste peu avec le w qui ferme la syllabe : il est articulatoirement et auditivement proche, et cela cadre mal avec la netteté articulatoire du grec.

2- Dans notre *dhowgwh-ós le groupe *wgwh met en contact deux phonèmes vélaires, le w fermant et la labiovélaire *kwh. Qu’il s’agisse de w ou de u (placés avant ou après l’occlusive labiovélaire), nous avons là des séquences que le grec n’a pas aimées. Avant même le mycénien la labiovélaire de tels groupes a, par différenciation, perdu son caractère labiovélaire. Ainsi le nom du loup *lukwos est devenu λύκος. Cf. Lejeune, § 30-31, p. 43.

Ainsi le *gwh n’aime pas avoir à son contact le w, et le o n’aime pas l’avoir à sa suite. La combinaison de ces deux facteurs a pu faire passer le w avant le o : alors le groupe *wgwh n’a pas subsisté, et la labiovélaire, préservée du contact avec w, a pu subsister jusqu’aux jours de son traitement labial qui allait en faire un φ. Nous pouvons donc estimer que la séquence *dhwogwh a été préférée à la séquence *dhowgwh.

 

9 De la dissimilation des aspirées

Suis-je au bout de mes peines ?

Hélas non ! Dans la séquence qui fait ci-dessus la dernière ligne du résumé de mon article de mars, il est supposé que la loi de Grassmann a agi précocement, antérieurement à l’époque où en grec un *tw initial passe à s. Je me suis basé sur cette appréciation de Lejeune : «  Il y a… des indices invitant à penser que la dissimilation des « aspirées » serait intervenue, au plus tôt, tout à la fin du IIe millénaire ; ce serait un phénomène « grec commun » récent. » (§ 45, p. 57). Nous sommes là à une époque où le ϝ est encore solide.

Mais de nouveaux travaux indiquent une date plus tardive pour cette loi.  «  La loi de Grassmann, me dit M. Viredaz, n’est pas ancienne en grec, puisqu’on trouve encore des graphies du type φαρθένος (pour παρθένος) dans les plus anciennes inscriptions alphabétiques. »   Leslie Threatte, o.c. p. 456,  relève, outre φαρθένος,  des formes comme hέχω (pour ἔχω), θροφός (pour τροφός), θίθημι (pour τίθημι), ἐθέθην (pour ἐτέθην), etc. Il estime qu’une forme comme hέχω peut s’expliquer par l’influence analogique du futur ἕξω, qui a gardé régulièrement l’aspiration initiale. D’accord. Pour les autres, il estime qu’il ne s’agit pas de la conservation des formes anciennes, mais plutôt d’un phénomène d’assimilation, l’aspirée communiquant ce caractère à la sourde (produite par la loi de Grassmann) qui précède (τίθημι > θίθημι). L’assimilation reconstituerait ainsi des formes antérieures au jeu de ladite loi. Ensuite les aspirées issues de cette assimilation seraient de nouveau dissimilées.

M. Viredaz est en désaccord avec ces explications : « Concernant la date de la dissimilation d’aspiration, il n’y a pas de preuves qu’elle soit antérieure à l’adoption de l’alphabet, et c’est donc une complication inutile d’admettre 1° une désaspiration préalphabétique, 2° une (ré)aspiration par assimilation, coïncidant justement avec le début de l’époque alphabétique, 3° une nouvelle dissimilation. » Cela incite à penser que dans ces formes d’inscriptions attiques à deux aspirées nous avons la conservation de formes anciennes.

Je suis bien d’accord en ce qui concerne le caractère peu convaincant de la série de phénomènes 1°-2°-3°. Mais je vois une explication qui concilierait les doubles aspirées que nous venons de voir avec une datation préalphabétique de la loi de Grassmann.

 

10 De la douceur en phonétique.

Lejeune, au § 42 de sa Phonétique, en se référant au Traité de Phonétique de Maurice Grammont (1933) expose une notion importante dans le domaine de la phonétique des occlusives. Elles ne se définissent pas seulement par les critères dont l’helléniste débutant trouve un exposé pédagogique dans ἕρμαιον au § 25, p.11. Elles se différencient aussi par leur force articulatoire, c’est-à-dire par la tension musculaire mise en jeu lors de leur prononciation.

«  Dans la plupart des langues, les occlusives « sourdes » sont des fortes, les occlusives sonores sont des douces… D’autre part, dans les occlusives sourdes aspirées, souvent l’occlusion n’est pas forte comme dans la sourde correspondante, mais douce, sous l’action de la spirante  avec laquelle elle est combinée. » Je supprimerais volontiers le souvent. 

On trouve souvent que les « aspirées » sont curieusement nommées, puisqu’en réalité on n’aspire rien du tout, car il s’agit d’occlusives où l’explosion est suivie de l’émission d’un bref souffle h. Leur dénomination nous vient, par l’intermédiaire des grammairiens latins, du latin aspirare, qui signifie souffler. L’ « aspiration » dont elles sont pourvues est en réalité un souffle.

Les caractères notant les « aspirées » (φ, θ, χ) notent non pas des sourdes douces avec « aspiration », mais de simples sourdes douces sans « aspiration » quand elles sont premier élément des groupes χθ et φθ, qui représentent [kth] et [pth] (avec un k et un p  représentant une sourde adoucie sous l’influence de l’«aspirée» qui suit , et avec un souffle unique à la fin du groupe), et non [khth] et [phth], qui exigeraient de l’acrobatie articulatoire : Lejeune, § 56, p. 69. Intéressant aussi est dans le même ouvrage le § 61, p. 72. Il y est question d’inscriptions archaïques en des dialectes dont l’alphabet ne comporte pas ψ et ξ. Il y est suppléé par φσ et χσ (plutôt que par πσ et κσ) : il n’y a aucun souffle dans ces groupes, le φ et le χ servant simplement à noter des occlusives sourdes adoucies par la sifflante qui suit.

À l’époque (mais laquelle?) où joue la loi de Grassmann, l’«aspirée»  qui se trouve par elle dépouillée de son «  aspiration »  ne va pas pour autant cesser incontinent d’être une sourde douce et se trouver dotée de force articulatoire. Ces « aspirées »  désaspirées vont donner des sourdes douces. On peut trouver un parallèle dans certains parlers germaniques où des sonores (donc des douces) ont perdu leur sonorité, devenant des sourdes. Cette perte ne les a pas munies de la force articulatoire qui caractérise les sourdes standard : elles sont devenues des sourdes douces (Grammont, opus citatum,  p. 51-52).

Je crois donc plausible d’interpréter dans φαρθένος, θίθημι, etc. la première « aspirée » comme la notation d’une sourde douce issue d’une désaspiration pouvant se situer dans un passé plus ou moins lointain.

Cet usage que je fais de l’usage que fait Lejeune de la notion de sourde douce n’a pas convaincu M. Viredaz. Je n’ai donc pas été convaincant.

Quoi qu’il en soit, l’important pour mon hypothèse n’est pas de démontrer que la loi de Grassmann  a une certaine ancienneté. Ce qu’il me faudrait, c’est pouvoir montrer qu’elle est antérieure au traitement de τϝ, que par elle on a eu θϝ > τϝ avant l’époque où *τϝ > σ. Et là, je sèche.

Trouverai-je une porte de sortie en m’intéressant au traitement du groupe θϝ ? Nous savons qu’à l’intérieur d’un mot le ϝ de ce groupe s’efface. Ainsi ὀρθός < *ϝορθϝός. Mais qu’en est-il à l’initiale ? Est-ce que par hasard il n’aurait pas eu la bonne idée de donner un σ ? Les très rares exemples, clairs ou douteux, qu’on puisse trouver sont réunis dans deux lignes de la Griechische Grammatik de Schwyzer (erste Lieferung, p. 301). Ils indiquent que là aussi il y a effacement du ϝ. C’est le cas par exemple pour le mot θολός, eau bourbeuse. Les termes germaniques qui s’y apparentent sémantiquement invitent à poser θϝολός (cf. Chantraine). Ma porte de sortie était illusoire.

Et maintenant, que vais-je faire ? Où courir ? Où ne pas courir ?

Mais… voici que j’entrevois une solution.

 

11 Je me mets martel en tête.

Nous n’avons pas exclu  (cf. supra) que dans certains cas *τεύκειν ait pu influencer des formes du groupe τεύχειν-τυγχάνειν, que la racine *tewk, celle des coups de marteau ou d’autres outils frappants ou taillants, ait pu se combiner avec *dhewgwh. Dans ce cas notre *dhowgwh-ós a pu recevoir un coup de marteau dans les ateliers et les chantiers du monde mycénien, c’est à dire subir l’influence de *tewk.

Par cette combinaison il a pu s’altérer en *towgwh-ós.

La séquence sera alors  *towgwh-ós > *twogwh-ós > σοφός.

Nous avons tiré parti, mais d’une autre manière, de l’idée découverte dans le LIV d’un amalgame possible de ces deux racines.

Qu’en pensez-vous ?

 

Jean-Victor Vernhes

Ancien maître de conférences de grec ancien à l’Université de Provence

 

PS : Je reçois un message de M. Viredaz me disant : André Sauge a proposé dans Syntaktika 47, 2014, une étymologie de sophos proche de la vôtre, qu’il ne connaissait pas. Voir au § 44, note 10 sur http://syntaktika.revues.org/203#ftn10.

 

Jean-Victor Vernhes propose une étymologie inattendue pour σοφός.

 ETYMOLOGIE GRECQUE ( λύχνος n° 137, mars 2014, article sept)

Une étymologie pour σοφός ?

par J.V. Vernhes

… le cordeau assure la droiture d’une quille de navire

aux mains d’un charpentier expert  

connaissant bien tout son art de par les principes d’Athéna.

Iliade, XV, 410-412

Épave de navire marchand grec antique retrouvé à Kyrenia (Chypre)
Épave de navire marchand grec antique retrouvé à Kyrenia (Chypre)

Dans plusieurs numéros du λύχνος (λύχνος papier ou λύχνος en ligne), il m’est arrivé de proposer une étymologie pour des mots grecs habituellement considérés comme étant d’étymologie inconnue. Et il est arrivé à telle ou telle de ces miennes propositions d’être accueillies avec faveur. Enhardi par cette gloire, j’ai annoncé à mes amis que j’allais m’attaquer à l’étymologie de σοφός, mot important puisqu’il qualifie tout ce qui est de l’ordre de la sagesse, notion qui est un des fils conducteurs de la pensée grecque.

 

Pas d’étymologie ?

« Pas d’étymologie », dit le dictionnaire de Chantraine, qui considère comme non satisfaisant le rapprochement qui a été fait avec σάφα, clairement ;  » unexplained « , dit celui de Beekes, qui ajoute, conformément à sa tendance, que cela pourrait avoir pour origine  » a substrate word « , un terme de substrat, c’est à dire appartenant à une langue parlée en Grèce avant les Grecs.

Mais n’ai-je pas été fanfaron en laissant espérer que j’allais faire mieux ? Et voici que le présent rédacteur de Connaissance hellénique, Christian Boudignon, qui a une épée, me la met dans les reins pour que j’apporte ma contribution sur ce sujet au λύχνος de mars 2014 ! Je ne sais quel lapin je vais pouvoir tirer de mon chapeau, mais je vais tout de même essayer de faire quelque chose.

L’édition 2009 du Chantraine donne en page 1353, dans les Chroniques d’étymologie grecque qui en constituent le supplément, une proposition de J. Puhvel. Ce savant réhabilite le rapprochement avec le grec σάφα et pose à l’origine une racine indo-européenne ayant donné le nom hittite de l’œil. La chaîne sémantique serait « œil ; clair ; avisé ». Le σοφός serait celui qui a la vision claire des choses. Métaphore usuelle : quand on dit « je vois », cela veut souvent dire « je comprends ».

L’arrière-plan sémantique de cette étymologie, axée sur la notion de vision, est la conception classique du σοφός : celui qui s’est élevé à la vision pénétrante des choses, et dont le regard sur le monde est d’une lucidité supérieure.

 

Les plus anciens emplois du mot

Mais l’investigation étymologique doit se baser sur la valeur des mots dans leurs plus anciens emplois.

L’attestation la plus ancienne de σοφός nous est donnée à travers son dérivé σοφία (ionien σοφίη) nous est donnée au chant XV de l’Iliade, vers 410-412 :

… στάθμη δόρυ νήϊον ἐξιθύνει

τέκτονος ἐν παλάμῃσι δαήμονος ὅς ῥά τε πάσης

εὖ εἰδῇ σοφίης ὑποθημοσύνῃσιν Ἀθήνης,

le cordeau assure la droiture d’une quille de navire / aux mains d’un charpentier expert  /connaissant bien tout son art de par les principes d’Athéna.

Voici un passage du Margitès, poème du VIIe siècle qu’on attribuait à Homère, et dont il nous reste quelques lambeaux :

τὸν δ’ οὔτ’ ἂρ σκαπτῆρα θεοὶ θέσαν οὔτ’ ἀροτῆρα

οὔτ’ ἄλλως τι σοφόν, πάσης δ’ ἁμάρτανε τέχνης.

Les dieux ne firent de lui ni un bêcheur ni un laboureur, ni un σοφός en quelque autre façon, et il échouait en tout métier.

Hésiode : Travaux, 649-650. Hésiode dit à Persès :

δείξω δή τοι μέτρα πολυφλοίσβοιο θαλάσσης,

οὔτε τι ναυτιλίης σεσοφισμένος οὔτε τι νηῶν.

Je te montrerai les mesures de la mer toute bouillonnante, moi qui n’ai nulle maîtrise de la navigation ni des navires

Mais σοφία/σοφίη ne tarda pas à concerner des domaines plus proches des activités de l’esprit :

« La fortune du mot croît avec les progrès de l’activité humaine s’exerçant à la fois sur la matière et dans le domaine de l’esprit. Se faisant l’écho d’une antique tradition religieuse, Pindare englobe, sous le nom de σοφίη, tous les arts dans lesquels Athéna a donné aux fils d’Hélios le privilège de l’emporter sur les hommes. C’est ainsi que le mot σοφίη recouvre tour à tour la poésie, la musique, la médecine. » Anne-Marie Malingrey, « Philosophia » (Paris 1961).

Dans tout cela, le savoir est un savoir faire, la maîtrise d’une activité, d’un processus, sans allusion à une quelconque vision.

 

Σοφός, un mot de l’artisanat…

Un article de B. Snell paru dans The Journal of Hellenic Studies, 1973, p. 172-184, intitulé Wie die Griechen lernten, was Geistige Tätigkeit ist consacre deux pages à σοφός (178-179).

L’auteur indique, outre les vers de l’Iliade et ceux du Margitès que nous avons cités plus haut, un passage de Pausanias (5, 25, 10) où nous est présentée une statue d’Idoménée, descendant de Minos. Sur le bouclier se trouve une inscription indiquant l’identité de l’artiste :

πολλὰ μὲν ἄλλα σοφοῦ ποιήματα καὶ τόδ’ Ὀνάτα

Entre bien d’autres créations, celle-ci est du σοφός Onatas.

On pourrait ici traduire σοφός par habile artiste.

Abordant l’onomastique, en laquelle bien souvent se révèlent les strates les plus anciennes de la langue, B. Snell attire notre attention sur le nom propre Χειρίσοφος, qui signifie littéralement « manuellement σοφός », et qui dans un autre passage de Pausanias, est le nom d’un artiste crétois (ce nom nous est surtout connu par l’Anabase de Xénophon,où il est celui d’un général). Une note de l’article nous renvoie à une étude de H. D. Zimmermann sur les noms de personnes parue en 1963 où il est montré que ceux qui comportent le radical de σοφός dans leur formation font partie d’un groupe de noms provenant en général du milieu des travailleurs manuels (« im allgemeinen aus handwerklichem Milieu stammen »). On peut penser à Σοφοκλῆς, Sophocle, me suggère un ami qui vient justement de passer par ici : Sophocle, dont le père fabriquait des armures.

Approfondissant ces idées, B. Snell fait un rapprochement entre la valeur primitive de σοφός qui a été ainsi dégagée et le verbe τεύχειν, fabriquer, confectionner (et plus généralement faire être : τεύχειν πόλεμον, susciter une guerre). Il s’agit bien entendu du champ sémantique, car du point de vue de la forme on ne voit vraiment pas quelle parenté on pourrait trouver entre ces deux mots. Non, vraiment pas. Poursuivons l’investigation des formes et des emplois sur la voie indiquée par cet auteur.

 

La famille des mots τεύχειν, τεῦχος, τύχη…

Par le processus du τεύχειν on aboutit à un τεῦχος, un objet fabriqué. L’adjectif verbal τυκτός (formé normalement sur le degré zéro de la racine) se rencontre avec le sens de bien fait, travaillé avec art, réussi dans Iliade 12, 105 et Odyssée IV, 627.

À la même racine se rattache τυγχάνειν, obtenir, atteindre, toucher le but. C’est le contraire de ἁμαρτάνειν, ne pas toucher le but, échouer. C’est aussi (je reprends l’excellente définition du dictionnaire de Magnien et Lacroix), « arriver à sa réalisation, se réaliser ». S’ajoute souvent l’idée d’un caractère fortuit, idée qui est souvent l’idée essentielle..

Proche de τυγχάνειν est ἡ τύχη, appartenant à un petit groupe de noms d’action, ou plutôt exprimant un processus ou ce en quoi il se concrétise. Ce sont des féminins de la première déclinaison à accent sur le radical ; ainsi ἡ μάχη, la bataille, ἡ νίκη, la victoire, ἡ βλάβη, le dommage, ἡ πάθη, l’épreuve, ἡ δύη, la souffrance, ἡ φρίκη, le frisson, ἡ λήθη, l’oubli. Chantraine se borne à noter que parmi les noms d’action féminins de la première déclinaison « quelques substantifs présentent une place aberrante du ton. » (La formation des noms en grec ancien, p. 22).

Le sens de τύχη est difficile à cerner en quelques mots. Il s’agit d’une réalisation qui se fait par l’action du destin. Ce peut être l’accomplissement d’une volonté divine : τύχῃ δαίμονος, de par la volonté agissante d’une divinité (Pindare, 8ème Olympique, vers 67); τύχῃ θεῶν, de par la volonté agissante des dieux (Pindare, Huitième Pythique, vers 53): c’est une divinité qui τεύχει, ce sont les dieux qui τεύχουσι l’événement dont il est question. Il peut y avoir action de forces impersonnelles : τέθνηκ’ Ὀρέστης ἐξ ἀναγκαίας τύχης, Oreste est mort par un acte du destin (Sophocle, Électre, 48).

 

Une chatte n’y retrouverait pas ses petits.

Les dictionnaires étymologiques donnent des correspondants en balto-slave, en sanscrit, en germanique, en celtique. Ainsi lituanien daûg, beaucoup, sanscrit dogdhi, tirer avantage, traire, anglais (désuet) doughty, valeureux, efficace, compétent, allemand tüchtig, qui a du talent, du savoir-faire et taugen, être apte à quelque chose, irlandais tocad, chance, breton tonkadur, fatalité (suffixe -adur d’abstrait, comme dans plijadur, plaisir).

Ces données permettent de poser une racine *dhewgh >*dheugh. On aura régulièrement, en conformité avec les principes de la morphologie et de la phonétique grecque, *dhewghô > τεύχω.

Mais pour la sémantique de cette racine, nos instruments de travail nous satisfont moins. Les dictionnaires étymologiques de Boisacq, Frisk, Chantraine posent cette racine *dheugh sans chercher à cerner sa signification. Celui de Hofmann propose taugen, que nous avons vu plus haut. Dans le merveilleux répertoire de Calvert Watkins (The american heritage dictionary of indo-european roots), c’est « to produce something of utility ». Dans le dictionnaire de Beekes, c’est « hit the mark, meet ». Dans le LIV (Lexicon der indogermanischen Verben), c’est « treffen », trouver… Une chatte n’y retrouverait pas ses petits.

Mais en réfléchissant sur les mots de diverses langues indo-européennes cités plus haut, nous y retrouvons tout de même cette idée, que nous avons dégagée pour le grec, d’un accomplissement, d’une plénitude, ou d’un processus allant vers un accomplissement. Ainsi être doughty, c’est être quelqu’un d’accompli et savoir accomplir des choses, etc. Quant à l’application de cette notion à un événement, ou à une destinée, nous la retrouvons en celtique. C’est donc probablement un élément très ancien. Mais nous n’allons pas développer ces vues de niveau indo-européen, l’essentiel étant ici ce que nous avons trouvé en grec.

 

Le nom d’agent de la racine *dhewgh/*dhewgw

Mais, me direz-vous, que devient σοφός dans toute cette histoire ? On verra bien…

Pour l’instant, puisque nous avons cette racine *dhewgh sous la main, nous pouvons peut-être essayer d’en tirer quelque chose.

On l’a reconstruite pourvue d’un gh. Mais que se passerait-il si au lieu d’un gh, on posait un gwh ? Si au lieu d’une racine *dhewgh on posait une racine *dhewgwh ? Un gwh est une occlusive « labiovélaire » (gw se prononce comme gu dans guano).

Il se passerait qu’on aboutirait en grec au même résultat. En effet, en phonétique grecque, au voisinage de w (qui se vocalise en υ), les occlusives labiovélaires perdent ce caractère labiovélaire (ainsi gwh > gh).

En somme, au lieu de poser  *dhewghô  >  τεύχω, on poserait :

*dhewgwhô  >  *dhewghô >  τεύχω

Mais est-ce que les mots apparentés dans les autres langues indo-européennes s’accommodent de cette hypothèse d’une racine avec labiovélaire ? Le tableau de la p. 110 de Robert S.P. Beekes Comparative Indo-European Linguistics nous permet de conclure qu’elle nous donne les mêmes résultats.

Et maintenant qu’allons-nous faire de cette racine *dhewgwh ? Nous pouvons par exemple bâtir sur elle un nom d’agent de la deuxième déclinaison du type τομός, qui coupe, τροφός, qui nourrit, etc. (vocalisme o de la racine et accent sur la finale).

Ce sera *dhowgwhós, et désignera ou qualifiera celui ou celle qui τεύχει, qui par sa maîtrise mène à un heureux aboutissement ce dont il a entrepris la réalisation.

Mais -ow- aboutirait à -ου-, et les mots grecs n’aiment pas avoir cette diphtongue dans leur radical. De ce point de vue, un mot comme ἡ σπουδή, l’empressement, le zèle est tout à fait exceptionnel. Un verbe comme φεύγειν, fuir fait au parfait πέφευγα, alors que dans le système alternant on attend ici un degré o (dit aussi degré fléchi).

Compte tenu de cette répugnance, nous poserons donc de préférence *dhwogwhós. Les aficionados de la théorie de la racine d’Émile Benveniste (j’avoue en faire plus ou moins partie) diront que c’est là un thème II (tandis que *dhewgwh ou *dhowgwh sont des thèmes I) : telle était la terminologie de ce savant. Et à quoi aboutira ce *dhwogwhós ?

Tout comme dans *dhewghô  >  τεύχω, le *dh initial va perdre sa sonorité et son aspiration, et aboutir à t.

*dhw va donc donner *tw. Or  le traitement de *tw à l’initiale devant voyelle aboutit à un σ, comme dans σέ (< *twe), accusatif de σύ : Lejeune, Phonétique, p. 110.

Quant à la finale *gwhós, nous y aurons le traitement labial d’une labiovélaire devant o : cela donnera la labiale aspirée φ, comme dans φόνος, le meurtre (<*gwhónos, sur une racine *gwhen, frapper) : Lejeune, Phonétique, p. 52-53.

Mais alors…

… comme on dit de nos jours, j’hallucine !

En vertu des éléments de phonétique historique du grec que nous venons de voir,  *dhwogwhós  >  σοφός  !!!

Aurais-je, par un heureux hasard (ἀγαθῇ τύχῃ) mis la main sur l’étymologie de σοφός ?

De plus savants que moi me le diront sans doute.

 

Jean-Victor Vernhes

Université d’Aix-Marseille