Archives par mot-clé : Pénélope

Jean-Michel Ropars : A propos d’Ulysse (3)

► ὁ λύχνος n° 151, novembre 2018, article cinq

Ulysse joué par Bekim Femiu dans une série italienne en 1967 (Wikicommons)

[Dans les deux premières parties de l’article publié dans les numéros précédents (ὁ λύχνος n°149 et 150), Jean-Michel Ropars a présenté les arguments de son hypothèse qui rapproche Ulysse et Hermès, voire les identifie subtilement. Il termine ici son article en explorant les liens qu’on peut établir entre Hermès et Athéna et entre Hermès et Héphaïstos]

Hermès et Athéna

Inutile cependant de cacher les difficultés qu’au stade actuel notre hypothèse soulève ! Si, par exemple, le personnage d’Ulysse est bien une transposition d’Hermès dans l’épopée, comment expliquer alors la relation privilégiée qu’il y entretient avec Athéna, vu qu’à priori on ne connaît pas de liens particuliers entre Athéna et Hermès, aussi bien dans le culte que dans le mythe ?

Mais de quelle Athéna parle-t-on ? Il faut souligner que l’Athéna de l’Odyssée n’est en rien la déesse guerrière de l’Iliade (V, 428) à laquelle « ont été données les œuvres de guerre », celle qu’Hésiode décrit comme « éveilleuse terrible du tumulte de la bataille, infatigable meneuse d’armées, maîtresse qui se réjouit des cris, de la guerre et de la bataille » (Théogonie, 925-926). Dans l’Odyssée elle ne combat pas : par exemple dans le massacre final où, posée sous la forme d’une hirondelle sur les poutres du plafond (XXII, 239-240), elle se contente d’égarer les piques des prétendants (XXII, 256 et 275), ou de les effrayer de son égide meurtrière (XXII, 297-298). C’est même elle qui met un terme à la lutte du chant XXIV, et scelle la concorde retrouvée (531-532, 543, 546-547). Elle envoie un fantôme apaisant (IV, 796), verse les rêves (à Nausikaa aussi au chant VI, 20-23) et le doux sommeil qui met fin aux larmes de Pénélope (I, 363-364 ; XVI, 450-451 ; XVIII, 188 ; XIX, 603-604 ; XXI, 357-358).

Or justement, cette épouse d’Ulysse qui paraît dormir tout le temps possède beaucoup de points communs avec l’« apaisée » Athéna de l’Odyssée :

– le lit de Pénélope est installé sur la base d’un olivier, l’arbre sacré d’Athéna (XXIII, 153-230).[1] Un tel lit sur un tel arbre, c’est totalement invraisemblable sauf nécessité religieuse (comme en Crète où, selon certaines versions, Zeus s’était uni à Europe sur[2] un arbre, et où un Hermès κεδρίτης, représenté agrippant l’arbre toujours vert – cèdre ou genévrier – comme l’olivier, cohabitait à Katô Symi avec une déesse, Aphrodite).

– à l’image d’Athéna[3] (voir sa rivalité avec Arachné), Pénélope est une tisserande (c’est le fameux épisode de la toile qu’elle réalise comme linceul pour Laërte[4]). On a pu dire en conséquence qu’elle a vécu à Ithaque, après le départ d’Ulysse, « volontairement immobilisée dans le statut ambigu de la jeune fille adonnée aux travaux d’Athéna », telle « un faux-semblant de vierge ».[5]

– comme Athéna, qui se vante de sa métis[6], Pénélope est une rusée « qui a dans l’esprit de tout autres projets » que ce qu’elle affirme, et sans cesse « médite autre chose » (Od., II, 92 ; XIII, 381 ; XVIII, 283), qui piège les prétendants avec la toile qu’elle prétend tisser, capable même de piéger Ulysse au chant XXIII (à propos de son si exceptionnel lit)… C’est Athéna dans l’Odyssée qui dupe Ulysse quand il revient à Ithaque, au début du chant XIII : « duel » Athéna/Ulysse qui anticipe le « duel » Pénélope/Ulysse du chant XXIII.

– La Pénélope de l’Odyssée (quand elle ne descend pas pour une « apparition ») semble cantonnée le plus souvent à l’« étage brillant » du palais (I, 328-331, etc.)…à l’image d’Athéna, qui règne en hauteur sur les acropoles : « il est vrai qu’en Grèce, Athéna est partout la déesse des hautes citadelles et de la cité, fait qui transparaît dans ses épithètes, Poliás, Polioūchos. Son temple est donc très souvent le temple central de la pólis, sur la colline fortifiée, à Athènes, mais aussi à Argos, Sparte, Gortyne, Lindos, Larissa de Thessalie et Ilion. »[7]

La femme d’Ulysse se rapproche donc du visage que prend Athéna dans l’Odyssée. Il faut d’ailleurs qu’Ulysse attende son retour à Ithaque pour retrouver à la fois Pénélope…et Athéna (au chant XIII, au moment où il remet le pied sur son île, Ulysse fait remarquer à sa déesse tutélaire qu’elle ne lui était plus apparue directement depuis longtemps).[8]

De subtiles parentés fonctionnelles unissent par Hermès et Athéna dans les poèmes homériques : on les voit ainsi agissant en parallèle, de manière complémentaire. Alors que dans l’Iliade (XXIV), la réconciliation finale est permise par Hermès (en guidant Priam vers Achille), dans l’Odyssée (XXIV) c’est Athéna, en mettant fin à la lutte entre Ulysse et les parents des prétendants, qui permet cette réconciliation finale. Tous deux agissent ainsi symétriquement à la fin des deux poèmes, comme dans un jeu de miroir. Mais ce partage des rôles se retrouve aussi à l’intérieur de l’Odyssée : deux assemblées des dieux, au chant I et au chant V, aboutissent, la première, au démarrage de l’action grâce à Athéna qui se rend auprès du fils, Télémaque ; la deuxième (et comme en écho) au retour du père grâce à Hermès qui se rend chez Calypso.[9]

Ce parallèle peut être mené jusque dans l’expression formulaire, comme l’a noté Pietro Citati[10] :

« Au moment où Athéna attache à ses pieds ses sandales d’or qui la portent « sur la mer et sur la terre infinie » (Od., I, 96-98), les vers de l’Odyssée sont les mêmes que ceux du dernier livre de l’Iliade (XXIV, 340-342), consacrés à Hermès qui descend de l’Olympe dans la plaine de Troie ; ces vers reviennent au livre V (Od., V, 44-46), quand de nouveau Hermès s’élance comme une mouette sur la mer, pour atteindre l’île de Calypso. »

En dehors des poèmes homériques, cette convergence Hermès/Athéna n’apparaît guère, notamment à Athènes. Hermès est cependant cité dans l’entourage direct d’Athéna à propos des trois Kékropides qui avaient reçu d’Athéna la charge d’élever l’enfant Erichthonios : Hermès passait pour avoir aimé passionnément Aglauros, Pandrosos et Hersè (surtout cette dernière).[11] A Athènes, cependant,  le véritable « compagnon » d’Athéna reste Héphaïstos.[12]

Hermès et Héphaïstos

Héphaïstos et non pas Hermès ? Et si l’un et l’autre pouvaient être apparentés ? Voici, pour conclure, un faisceau troublant d’indices rapprochant ces deux dieux (malgré tout ce qui peut aussi les séparer) :

– d’abord, en chacun des deux se manifestent les pouvoirs du feu. On connaît le Φλὸξ Ἡφαίστοιο (Il., XXIII, 33), son nom signifie même une fois le feu (Il., II, 426), et lorsque le Scamandre tente de noyer Achille, ce sont les flammes flamboyantes d’Héphaïstos qu’Héra appelle pour stopper le fleuve. Hermès, de son côté, est donné dans l’Hymne homérique comme l’inventeur de l’art du feu (108-114) et il porte en lui à travers sa main la vivacité du feu (357, διαπυρπαλάμησεν) ; le feu qui couve semble danser dans son regard (415, πῦρ ἀμαρύσσων) ; il est « emmailloté dans ses langes comme un charbon caché sous la cendre » (237).

– leur démarche, problématique, peut être comparée : Héphaïstos est un « Bancal » aux pieds recourbés ou tordus (κυλλοποδίων, Il., XVIII, 371 ; XXI, 331). Il est aussi ἀμφιγυήεις (Il., I, 607, etc.), terme que les Anciens traduisaient par « boiteux des deux pieds » (selon Hésychius ἀμφοτέρους τοὺς πόδας χωλοὺς ἔχων) mais qui pourrait aussi, selon Louis Deroy,[13] signifier « doué d’une direction double et divergente »[14] : sur des peintures de vases (par exemple le fameux vase François),  le dieu apparaît  effectivement avec les pieds tournés dans deux directions différentes ; à Lemnos, toujours d’après une glose du même Hésychius (s. v. Κάβειροι), on lui associait précisément les crabes (καρκίνοι), à la démarche torse, et doués de deux pinces opposées.[15] On voit en parallèle Hermès, dans l’Hymne homérique (210-211), marchant de tous côtés comme en zigzag (ἐπιστροφάδην δ´ἐβάδιζεν), poussant les bêtes volées à Apollon à reculons tout en tenant leurs têtes devant lui[16], et se livrant à d’étranges jongleries de part et d’autre de la route (226 ; 357) ; idem dans les Limiers de Sophocle (112-116) : « ce qui allait en avant va en arrière ; les contraires s’entrelacent les uns aux autres. » Hermès connaît lui aussi cette fameuse « direction double et divergente », ce qui n’entame en rien sa légendaire réputation de vélocité mais rappelle seulement sa capacité à joindre les opposés.

– des expressions formulaires apparentées (et qui ne s’applique qu’à eux deux[17]) désignent ce qu’on traduit par leurs « savants pensers » : « ἰδυίησι πραπίδεσσσι » pour Héphaïstos (Il., XVIII, 380, 482), « πραπίδεσσιν ἑῇσι » pour Hermès (HhH, 49). Il est intéressant de rappeler que, pour les Grecs, ces « savants pensers » étaient le produit, non de l’intellect tel que nous le concevons aujourd’hui (dans le cerveau), mais du système respiratoire : soit le diaphragme[18], soit, pour Richard Broxton Onians, les poumons[19]. Or, aussi bien pour cet Ulysse si proche d’Hermès et dont les poèmes homériques évoquent l’ample poitrine (Il. III, 192-198 et 204-224 ; Od. VIII, 134-136) que pour Héphaïstos (Il., XVIII, 368-373 ; 380-381 ; 410-417 ; 468-473), la focalisation sur le torse, surdimensionné, et le souffle, est exceptionnelle.[20]

On aurait tort, pour cette raison, de cantonner Héphaïstos, le forgeron, dans le domaine purement matériel de la production d’objets (dont certains sont totalement fantastiques[21]) : « le thorax d’Héphaïstos, suant et soufflant, est une vaste boîte à images, le siège de son inspiration créatrice, l’organe de ce qui sera, bien plus tard, l’imagination.[22] » Comme le rappelle Jean-Pierre Vernant, les mêmes termes (ἔιδωλον, εἰκών) s’appliquent aux images artificiellement fabriquées (comme celles que réalise Héphaïstos) et « aux figures que nous avons dans l’esprit, aux images que nous dirions aujourd’hui mentales[23]» (j’ai souligné à cet égard dans un autre travail[24] tout ce qui lie Héphaïstos à Hypnos, l’allégorie divinisée du sommeil et des songes). Or, c’est Hermès qui est l’« introducteur des songes » (HhH, 14, ἡγήτορ᾽ ὀνείρων), le « gardien du sommeil » (φύλακα τοῦ ὕπνου) qu’on prie comme « conducteur des songes » (ὀνειροπομπὸν, Apollodore d’Athènes, Schol. Od., XXIII, 198) comme le font les Phéaciens qui lui versent une libation avant de s’abandonner à Hypnos (Od., VII, 137-138).[25] 

– Hermès et Héphaïstos ont pour caractéristique d’être des dieux à peu près totalement pacifiques[26], tout en étant redoutables par leur capacité à lier (ou symétriquement à délier).[27]

– Autre point commun : Héphaïstos et Hermès, à un moment de leur existence, doivent séjourner longtemps à l’écart, dans un espace lointain, marginal, « élevés » seuls par leur(s) mère(s) « biologique » ou de substitution. Ainsi au chant XVIII de l’Iliade (394-405), Héphaïstos décrit sa vie de reclus, neuf ans durant, auprès de Thétis et d’Eurynomé, au fond d’une profonde grotte marine, après qu’Héra, sa mère, l’ait à la naissance jeté hors de l’Olympe : « Mais nul n’en savait rien, ni dieu ni mortel. Thétis et Eurynomé étaient seules à savoir, elles qui m’avaient conservé la vie » (404-405). Hermès, plus « terrien », subit, « enfant », la même solitude dans un antre obscur du mont Cyllène que la forêt recouvre (Hymne homérique à Hermès, 228), auprès de sa mère, Maia (167-172) : « Nous ne souffrirons pas de rester ici tous deux, seuls, parmi les Immortels, à ne recevoir ni offrandes ni prières, comme tu m’y engages. Il vaut mieux vivre tout le temps avec les Immortels, riche, opulent, prospère, que de croupir chez soi dans un antre obscur. » (Notons qu’Ulysse a vécu une expérience à peu près similaire, retenu des années seul avec Calypso sur une île lointaine).

C’est pourquoi Hermès tout autant qu’Héphaïstos doivent « retourner » sur l’Olympe, pour jouir des honneurs qui leur sont dus. Pour le premier, c’est tout l’enjeu qui s’offre à lui dans l’Hymne homérique (où il obtient d’être finalement introduit parmi les Olympiens). Pour le second, Héphaïstos, on sait comment, enivré par Dionysos, il aurait fait ce retour[28] : la scène a souvent été représentée sur les peintures de vases (dont le vase François)[29], ou dans le temple de Dionysos à Athènes (Paus., I, 20, 3). Mais l’histoire d’Ulysse dans l’Odyssée n’est-elle pas aussi celle d’un νóστος ?

– reflet de cette relative obscurité, ils semblent tous deux se plaire dans des occupations volontairement subalternes : dans l’Iliade (I, 584-600) Héphaïstos n’hésite pas à se substituer à Ganymède pour faire l’échanson et distribuer aux autres dieux le nectar ; alors qu’Hermès est souvent présenté dans la comédie comme le dieu des serviteurs ou des esclaves.[30] Et ils sont risibles, ou font rire ![31]

– pour ne pas allonger trop le catalogue, et vraiment conclure, ce fait insuffisamment mis en valeur : en Crète, Hermès κεδρίτης[32] est figuré assis dans un arbre. Or c’est sur le modèle du grand dieu crétois Fελχάνος, nom apparenté à celui de Volcanus, l’équivalent latin d’Héphaïstos…[33]

Hermès et Héphaïstos ne semblent donc pas des étrangers (malgré tout ce qui, évidemment, les différencie très réellement et qu’il n’est pas ici question d’occulter).

Comment expliquer ces similitudes, si ce n’est, peut-être, par un enracinement originel différent…entre un Hermès qui serait plus terrestre et dorien, et un Héphaïstos davantage maritime et/ou athénien voire « exotique ». En effet, si l’on regarde une carte de la diffusion du culte d’Héphaïstos,[34]on s’aperçoit qu’il est honoré surtout à Athènes, à Lemnos et dans les îles, en Asie mineure (Lycie), mais aussi dans l’occident hellénique, principalement en Sicile et dans les Lipari (il est donc très peu vénéré en Grèce propre, à l’exception notable d’Athènes). Alors que le culte d’Hermès semble concerner d’abord la Grèce continentale (« dorienne ») : Péloponnèse bien sûr dont l’Arcadie, Béotie (Tanagra), Thrace…mais aussi la Crète (sans oublier Athènes). On constate immédiatement que ces implantations ne se recouvrent pas, mais paraissent géographiquement complémentaires (sauf en Attique) : cela établirait la base sur laquelle les deux dieux pourraient être reliés. Ainsi serait explicable le lien privilégié qu’Ulysse entretient avec Athéna, alors que celle-ci (du moins dans l’Athènes classique) a d’abord pour partenaire Héphaïstos, et que lui-même serait la transposition épique d’Hermès. Cette plus grande proximité d’Hermès/Ulysse et d’Athéna dans l’Odyssée reflèterait donc – pour l’époque des débuts de l’élaboration de l’épopée –  un stade plus primitif de la religion grecque, avant l’ascension d’Athènes et du plus exotique Héphaïstos.[35]

Jean-Michel Ropars

Bibliographie

A. Éditions, traductions, commentaires :

1.1 Iliade :

MAZON Paul,  Iliade, (introduction, texte et traduction), 4 volumes, Paris, Les Belles Lettres (CUF), 1937-1938.

KIRK G.S., The Iliad. A Commentary, Cambridge, 1985-1993, 6 volumes: I & II (1-8) G.S. KIRK ; III (9-12) J.B. HAINSWORTH ; IV (13-16) R. JANKO; V (17-20) M.W. EDWARDS ; VI (22-24) N. RICHARDSON.

1.2 Odyssée :

BÉRARD Victor, L’Odyssée, “poésie homérique”, (introduction, texte et traduction), 3 volumes, Paris, Les Belles Lettres (CUF), 1924.

JACCOTTET Philippe, L’Odyssée (traduction), Paris, Club français du livre, 1955 ; rééd. Avec une postface de F. Hartog, Paris, Maspero, 1982.

HEUBECK Alfred  &  WEST Stephanie, HOEKSTRA Arie, HAINSWORTH J. B., RUSSO Joseph, FERNANDEZ-GALIANO Manuel, A Commentary on Homer’s Odyssey, Oxford, 1988-1991, 3 volumes (reprise des commentaires donnés dans G.A. PRIVITERA et alii, Omero Odissea, 6 volumes, édition, traduction italienne et commentaire, Fondazione Lorenzo Valla, 1981-1986).

1.3 Le reste du cycle troyen :

JOUAN François, Euripide et les légendes des Chants Cypriens, Des origines de la guerre de Troie à l’Iliade, Paris, Les Belles Lettres, 1966, 20092.

SEVERYNS Albert, Recherches sur la Chrestomathie de Proclos, IV, la Vita Homeri et les sommaires du cycle, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, fascicule CLXX, Paris, Les Belles Lettres, 1963.

2. Les Hymnes homériques :

HUMBERT Jean, Homère, Hymnes, Paris, Les Belles Lettres, 1936.

ALLEN Thomas W., HALLIDAY William R. & SIKES Edward E., The Homeric Hymns, Oxford, Oxford University Press, 1936.

CÀSSOLA Filippo, Inni omerici (1975), Milan, Fondazione Lorenzo Valla, Arnoldo Mondadori, 20109.

3. La Bibliothèque d’Apollodore :

CARRIERE Jean-Claude et MASSONIE Bertrand, La Bibliothèque d’Apollodore, Annales littéraires de l’Université de Besançon, Paris, Les Belles Lettres, 1991.

4. Éditions d’autres auteurs anciens :

DECLAVA CAIZZI Fernanda (éd.), Antisthénis Fragmenta, Milan, Istituto editoriale cisalpino, 1966.

DUMONT Jean-Paul, Les Présocratiques, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1988.

JOUAN François, Euripide, t. VIII, 2ème partie, Fragments, Paris, Les Belles Lettres, 2000.GIANNANTONE Gabriele (éd.), Socratis et Socraticorum Reliquae, 4 vol., Naples : Bibliopolis, 1990.

B. Dictionnaire :

CHANTRAINE Paul, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, nouvelle éd., 2009.

C. Études particulières :

BALLABRIGA Alain, Le Soleil et le Tartare, L’image mythique du monde en Grèce archaïque, éditions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 1986.

BOUVIER David, Le sceptre et la lyre. L’Iliade ou les héros de la mémoire, Grenoble, éd. Jérôme Millon, 2002.

BRANCACCI Aldo, Antisthène, le discours propre, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 2005.

BROMMER F., « Die Rückführung des Hephaistos », Jahrbuch des deutschen archäologischen Instituts, Berlin, 1937, 52, p. 198-219.

Hephaistos : Der Schmiedegott in der antiken Kunst, Mayence, 1978, p. 198-204.

BUFFIÈRE Félix, Les Mythes d’Homère et la pensée grecque, Paris, Les Belles Lettres, 1ère édition 1956, rééd. 1973.

BURKERT Walter, La religion grecque à l’époque archaïque et classique, Paris,Picard, 2011 (traduction française de l’ouvrage de 1977 par Pierre Bonnechere).

CAPDEVILLE Gérard, Volcanus, Recherches comparatistes sur les origines du culte de Vulcain, Rome, École française de Rome, Palais Farnèse, 1995.

– « L’épiphanie du dieu dans l’arbre et le culte de l’arbre sacré en Crète et à Chypre » dans Dieux, fêtes, sacré dans la Grèce et la Rome antique, édité par André Motte & Charles Marie Ternes, Homo religiosus, série II, 2, BREPOLS, 2003, p. 23-52.

CHRISTOPOULOS  Menelaos 2006, « Αὒλειος θύρα et cadre religieux : la rencontre du public et du privé », Kernos 19 : 302-312.

CITATI Pietro, La pensée chatoyante, Paris, Gallimard, 2004 (traduction de l’ouvrage de 2002, La mente colorata, Mondadori, par Brigitte Pérol).

CONZE Alexander, Hermes Propulaios, Berlin, 1904.

CURSARU Gabriela, Les sandales d’Hermès, II. Les Σάνδαλλα végétales et le voyage d’Hermès (HhHermès 79-139), Mouseion : Journal of the Classical Association of Canada, vol. 11, 2, 2011 – Series III, p. 153-189.

– « Les plantes, jalons du parcours catabasique d’Hermès dans l’Hymne homérique à Hermès », Prometheus, XL, 2014, p. 38-69.

DANEK Georg, Studien zur Dolonie, Vienne, 1988.

– « Odysseus and the Bow », in M. Païsi-Apostolopoulou (éd.), Homerica. Proceedings of the 8th International Symposium on the Odyssey (1-5 september 1996), Ithaca, 1998, p. 151-163.

D’ARCY WENTWORTH Thompson, A Glossary of Greek Birds (1895), Oxford, Clarendon Press, 1895, 1936.

DELCOURT Marie, Héphaistos ou la légende du magicien, 1957, Paris, rééd. Les Belles Lettres, 1982.

– Hermaphrodite, Mythes et rites de la bisexualité dans l’Antiquité classique, Paris, PUF, 1958 1ère édition, 2e édition revue 1992.

DERIVE Jean, L’épopée, unité et diversité d’un genre, sous la direction de Jean Derive, éd. Karthala, Paris, 2002. 

DEROY Louis, « A propos de l’épithète homérique d’Héphaïstos ἀμφιγυήεις », Revue de l’histoire des religions, 150 (2), 1956 p. 129-135.

DETIENNE Marcel, Les maîtres de vérité dans la Grèce archaïque, Paris, Maspero, 1967.

– « L’olivier : un mythe politico-religieux », Revue d’histoire des religions, 154, 1970, p. 5-23 (repris dans L’Écriture d’Orphée, Paris, 1989, p. 71-84).

– & VERNANT Jean-Pierre, Les ruses de l’intelligence, la mètis des Grecs, Paris, Flammarion, 1974 (rééd. Champs essais).

DINGREMONT François, « Du sol phéacien au lit nuptial. Un arbre enraciné dans l’Odyssée », Poétique, 4/2006 (no 148), p. 435-453.

ELIADE Mircea, Traité d’histoire des religions, Paris, Payot, 1970.

EITREM Samson, « Der homerische Hymnus an Hermes », Philologus, 1906, 65, p. 248-282.

ÉTIEMBLE René, Article « Épopée », Encyclopædia Universalis (dans ses deux premières éditions, 1974 et 1992), repris sous le titre « L’épopée de l’épopée » in Étiemble, Essais pour une littérature (vraiment) générale, Paris, Gallimard, 1974.

FARNELL Lewis Richard, The Cults of the Greek States I-V, Oxford, Clarendon Press, 1896-1909.  

FENIK Bernard, « Iliad X » and the « Rhesus » : the Myth, Bruxelles, Latomus LXXIII, 1964.

FEUILLEBOIS-PIERUNEK Ève, Épopées du monde, Pour un panorama (presque) général, études réunies par Ève Feuillebois-Pierunek, Paris, Classiques Garnier, 2011.

FOLEY John M. (dir.), A Companion to ancient Epic, Oxford, Blackwell, coll. « The Blackwell Companions to the Ancient World », 2005.

FRONTISI-DUCROUX Françoise, « Les limites de l’anthropomorphisme : Hermès et Dionysos », in Le temps de la réflexion, 1986 (VII), Corps des dieux, Paris, Gallimard, p. 193-211.

– « Avec son diaphragme visionnaire : Ἰδυίῃσι πραπίδεσσι », Iliade XVIII, 481. À propos du bouclier d’Achille, Revue des Études Grecques, tome 115, Juillet-décembre 2002. pp. 463-484.

GALLET DE SANTERRE Hubert, « Ulysse meurtrier de Dolon », Mélanges offerts à Octave et Melpo Merlier, I (Collection de l’Institut français d’Athènes, 92), 1956.

GANTZ Timothy, Mythes de la Grèce archaïque, traduction par Danièle Auger & Bernadette Leclercq-Neveu, Paris, Belin, 2004 (Johns Hopkins University Press, Baltimore, 1993).

GARTZIOU-TATTI Ariadni, 1994-1995, “Ἶρις καὶ Ἑρμῆς στὴν Ἰλιάδα. Ἀπὸ τὸν πόλεμο στὴν φιλότητα”, Mètis 9-10, 359-375.

GERMAIN Gabriel, Genèse de l’Odyssée, Paris, PUF, 1954.

GOURMELEN Laurent, Kékrops, le Roi-Serpent, Imaginaire athénien, représentations de l’humain et de l’animalité en Grèce ancienne, Paris, Les Belles Lettres, 2004.

GOYET Florence, Article « Épopée » Bibliothèque en Ligne de la SFLGC, Société française de Littérature Comparée, http://www.vox-poetica.com/sflgc/biblio/goyet.html.

HIGBIE C., Heroes’ Names, Homeric Identities, Albert Bates Lord Studies in Oral Tradition, vol. 10, New York 1995, pp. 14-15.

JAILLARD Dominique, Configurations d’Hermès, une « théogonie hermaïque », Kernos, Supplément 17, Centre International d’Etude de la Religion Grecque Antique, Liège, 2007.

KAHN Laurence, Hermès passe ou les ambiguïtés de la communication, François Maspero/Textes à l’appui, Paris, 1978.

– articles « Hermès » et « Ulysse », dans Yves Bonnefoy (éd.), Dictionnaire des mythologies et des religions des sociétés traditionnelles et du monde antique, Paris, Flammarion, 1981, vol. 1, p. 500-504 et vol. 2, p. 517-520.

KERÉNYI Charles, Hermes der Seelenführer, das Mythologen vom männlichen Lebensursprung, Zurich, 1944 (traduction de Murray Stein, 1976, Spring Publications, New York).

KITCHELL Jr Kenneth F., Animals in the Ancient World from A to Z, Routledge, London and New York, 2014.

KOHLER Denis, article « Ulysse », Dictionnaire des mythes littéraires, sous la direction de Pierre BRUNEL, éditions du Rocher, Jean-Paul Bertrand, 1988, p. 1349-1378.

LABARTHE Judith, L’épopée, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2006.

LARSON Jennifer, Ancient Greek Cults, A guide, Routledge, New York and London, 2007.

LEBESSI Angeliki, τὸ ἱερὸ τοῦ Ἑρμῆ καὶ τῆς Ἀφροδίτης στὴ Σύμη Βιάννου. I 1. Χάλκινα Κρητικὰ τορεύματα, Athènes, 1985 (βιβλιοθήκη τῆς ἐν ἈθήναιςἈρχαιολογικῆς Ἑταιρείας, 102).

– « Flagellation ou autoflagellation. Données iconographiques pour une tentative d’interprétation », Bulletin de correspondance hellénique, 1991, vol. 115 no 1, p. 99-123.

III, τα χάλκινα ανθρωπομορφά ειδώλια, Athènes, 2002 (βιβλιοθήκη τῆς ἐν Ἀθήναις Ἀρχαιολογικῆς Ἑταιρείας, 225).

– & MUHLY Polymnia, « A Sanctuary of Hermes and Aphrodite in Crete » Expedition, 18, 1976 (3), p. 1-13.

– “The Sanctuary of Hermes and Aphrodite at Syme”, Crete, National Geographic, Research 3, 1978, p. 102-113.

LEDUC Claudine, « Une théologie du signe en pays grec. L’hymne à Hermès (I) », Revue de l’histoire des religions, 212 (1), 1995, p. 5-49.

– « Le pseudo-sacrifice d’Hermès, Hymne homérique à Hermès I, vers 112-142 », Kernos, 18, 2005, p. 141-165.

LEVÊQUE Pierre & SÉCHAN Louis, Les grandes divinités de la Grèce, Paris, Armand Colin, 19902.

LÉVYSTONE David, « La figure d’Ulysse chez les Socratiques : Socrate polutropos », Phronesis, vol. 50, no 3 (2005), p. 181-214.

LISSARRAGUE François, « Iconographie de Dolon le loup », Revue Archéologique (1980), p. 3-30.

– article « Dolon le loup », in Dictionnaire des mythologies, sous la direction d’Yves Bonnefoy, Paris, Flammarion, 1981, p. 330-331.

MADELÉNAT Daniel, L’épopée, Paris, PUF, 1986.

MARONITIS Dimitri, « Mythos et Plokè à propos de l’« Irou Pygmè » (La mythologie et l’Odyssée, Hommage à Gabriel Germain, Actes du colloque international de Grenoble, 20-22 mai 1999, textes réunis par André Hurst et Françoise Létoublon, Librairie Droz S. A., Genève, 2002), p. 99-113.

MONBRUN Philippe, Apollon : « de l’arc à la lyre », dans Chanter les dieux, musique et religion dans l’Antiquité grecque et romaine, textes réunis par Pierre Brulé & C. Vendries, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001.

MORANTIN Patrick, « Le texte, du sens littéral à l’allégorie », dans Homère, Sur les traces d’Ulysse, sous la direction d’Olivier Estiez, Mathilde Jamain & Patrick Morantin, Bibliothèque Nationale de France, 2006.

MOREAU Alain, « Quand Apollon devint soleil », dans Les astres et les mythes, la description du ciel, Actes du colloque international de Montpellier, 23-25 mars 1995, textes réunis et édités par Béatrice Bakhouche, Alain Moreau & Jean-Claude Turpin, Université Paul Valéry, Montpellier, 1996, t. 1, p.11-35.

NAGY Gregory, Le meilleur des Achéens. La fabrique du héros dans la poésie grecque archaïque, traduction Jeannie Carlier & Nicole Loraux, Paris, Seuil, 1994 (The Best of the Achaeans, Concepts of the Hero in Archaic Greek Poetry, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1979).

– « Epic as Genre », dans Epic Traditions in the Contemporary World. The Poetics of Community, M. Beissinger, J. Tylus & S. Wofford (dir.), Berkeley, University of California Press, 1999, p. 21-32.

ONIANS Richard Broxton, « Les origines de la pensée européenne, sur le corps, l’esprit, l’âme, le monde, le temps et le destin », traduction Barbara Cassin, Armelle Debru et Michel Narcy, Paris, Le Seuil, « L’ordre philosophique », 1999 (Cambridge University Press, 1951).

OSTERWALD Karl Wilhelm, Homerische Forschungen. Th. 1: Hermes-Odyseus, Mythologische Erklärung des Odyseussage, Halle, 1853.

OTTO Walter Friedrich, Die Götter Griechenlands. Das Bild des Göttlichen im Spiegel des griechischen Geistes, Francfort, 1929 ; traduction française Claude-Nicolas Grimbert et Armel Morgant, Les Dieux de la Grèce, la figure du divin au miroir de l’esprit grec, Paris, Payot, 1984.

PAPADOPOULO-BELMEHDI Ioanna, Le chant de Pénélope. Poétique du tissage féminin dans l’Odyssée, Paris, Belin, 1994.

PÉPIN Jean, Mythe et allégorie : les origines grecques et les contestations judéo-chrétiennes, Paris, Aubier, 1958, Études augustiniennes 19762.

La Tradition de l’allégorie de Philon d’Alexandrie à Dante : études historiques, Études augustiniennes, 1987.

PIRENNE-DELFORGE Vinciane, L’Aphrodite grecque, Kernos, supplément 4, Athènes-Liège, 1994.

– « I. Papadopoulou-Belmehdi, Le chant de Pénélope. Poétique du tissage féminin dans l’Odyssée », Kernos, 8, 1995, p. 321-322.

POIVRE Amandine, Les comparaisons avec le lion dans l’Odyssée, Gaia : revue interdisciplinaire sur la Grèce Archaïque, no 10, 2006.

PUCCI Pietro, Ulysse Polutropos, Lectures intertextuelles de l’Iliade et de l’Odyssée, Cahiers de Philologie, Centre de Recherche Philologique de l’Université Charles de Gaulle, Lille III, vol. 15, Série Apparat critique, Presses Universitaires du Septentrion, 1995 (traduit de l’anglais par Jeannine Routier-Pucci).

– « Le ventre d’Ulysse », Poésie, 133, Belin, Paris, 2010, p. 117-138 (traduit de l’italien par Jeanine Routier-Pucci).

RADIN Paul, KERÉNYI Karl & JUNG Carl Gustav: Der göttliche Schelm. Ein indianischer Mythen-Zyklus. Schelmen-Zyklus übersetzt von Ilse Krämer. Mit Karl Kerényi u. C. G. Jung. Rhein-Verlag, Zürich 1954; traduction française d’Arthur Reiss, Georg éditeur, Genève, 19933.

RAINGEARD Pierre, Hermès psychagogue. Essai sur les origines du culte d’Hermès, Rennes, Oberthur, 1934.

ROPARS Jean-Michel, « Hypnos et Héphaïstos : le cerveau rêvant et le créateur », Bulletin de l’association Guillaume Budé, 2013 (2), p. 145-171.

– « Le dieu Hermès et l’union des contraires », Gaia, 2016, 19, p. 57-117.

– « L’Aurore et la Nuit, Nausikaa et Calypso : un exemple de transposition épique de la mythologie dans l’Odyssée », Bulletin de l’association Guillaume Budé, 2017 (1), p. 129-193.

SAÏD Suzanne, Homère et l’Odyssée, Belin, Paris, 1998.

SAUZEAU Pierre, « La géographie symbolique du voyage de Télémaque » et « La Télémachie et les réalités géographiques, cartes commentées », dans Télémaque et l’Odyssée, Actes de la Journée Homère de Montpellier, 1998, textes réunis par Pierre Sauzeau et revus par Jean-Claude Turpin, p. 77-114.

– « A propos de l’arc d’Ulysse : des steppes à Ithaque » dans La mythologie et l’Odyssée, Hommage à Gabriel Germain, Actes du colloque international de Grenoble, 20-22 mai 1999, textes réunis par André Hurst & Françoise Létoublon, Librairie Droz S. A., Genève, 2002), p. 287-304.

SCHÜRMANN Wolfgang, Das Heiligtum des Hermes und der Aphrodite in Syme Viannou 2: Die Tierstatuetten aus Metal, Athènes, Société archéologique d’Athènes, 1996.

SERGENT Bernard, « Pylos et les Enfers », Revue de l’histoire des religions (203), 1986, p. 5-39.

– « Arc », Métis, 1991 (6), p. 223-252.

SHELMERDINE S. C., « Odyssean Allusions in the Fourth Homeric Hymn », Transactions of the American Philological Association, 1986, 116, p. 49-63.

SIEBERT Gérard, article « Hermès », LIMC, 1990, V, 1, p. 285-387 (Lexicon iconographicum mythologiae classicae, 9 vol., Zurich-Munich-Düsseldorf, Artemis Verlag, 1981-1999).

– « Nommer Hermès dans la tragédie grecque », p. 263-269 ; in Nommer les Dieux, Théonymes, épithètes, épiclèses dans l’Antiquité, textes réunis et édités par Nicole Belayche, Pierre Brulé, Gérard Freyburger, Yves Lehmann, Laurent Pernot & Francis Prost, Presses universitaires de Rennes (Brepols), 2005, p. 263-269.

STANFORD William Bedell, The Ulysses Theme, Oxford, 1954.

TAILLARDAT Jean, Les images d’Aristophane, études de langue et de style, Paris, Les Belles Lettres, collection d’études anciennes, 19652.

VERNANT Jean-Pierre, « Hestia-Hermès ; sur l’expression religieuse de l’espace et du mouvement chez les Grecs », L’Homme, Revue française d’anthropologie, 1963, (3) p.12-50 ; repris dans Mythe et pensée chez les Grecs, Paris, François Maspero, 1965, 1971/Éditions La Découverte, 1996 ; et dans Œuvres, Paris, Le Seuil, 2007, t. I, p. 381-422.

Entre mythe et politique, Paris, Le Seuil, 1996 (« Figuration et image », repris dans Œuvres, Paris, Le Seuil, 2007, t. II, p. 2019-2031).

– & VIDAL-NAQUET Pierre, Mythe et tragédie en Grèce ancienne, Paris, François Maspero, 1972, t. I, p. 124 sq. ; repris dans Jean-Pierre Vernant, Œuvres, Paris, Le Seuil, 2007, t. I.

VIDAL-NAQUET Pierre, Le chasseur noir. Formes de pensée et formes de société dans le monde grec, Paris, Maspero, 1981 (rééd. La Découverte, 20053).

WATHELET Paul, Dictionnaire des Troyens de l’Iliade, Université de Liège, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres, Documenta et Instrumenta, 1988.

– « Rhésos ou la quête de l’immortalité », Kernos, 2, 1989, p. 213-231.

– « Le soleil et les héros solaires dans l’épopée homérique », in Les astres et les mythes, la description du ciel, Actes du colloque international de Montpellier, 23-25 mars 1995, textes réunis et édités par Béatrice Bakhouche, Alain Moreau & Jean-Claude Turpin, Université Paul Valéry, Montpellier, 1996, p.37-51.

WHITMAN Cedric Hubell, Homer and the Heroic Tradition, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1958.

ZOGRAFOU, Athanassia, Chemins d’Hécate ; Portes, routes, carrefours et autres figures de l’entre-deux, Kernos, Supplément 24, Centre International d’Etude de la Religion Grecque Antique, Liège, 2010.


[1] Bibliothèque d’Apollodore, III, 14, 1 ; voir Marcel Detienne 1970 et François Dingremont 2006.

[2] Théophraste, Recherches sur les plantes, I, 9, 5.

[3] L’Iliade (V, 734-735) mentionne une « robe souple et brodée » qu’elle s’est confectionnée de ses mains, et une autre qu’elle a ouvrée pour Héra (XIV, 178). C’est elle qui a donné aux filles de Pandaréos « l’art des magnifiques ouvrages » (Od., XX, 66). Dans Hésiode (Théogonie, 574-575), elle pare Pandore « d’une robe blanche, tandis que de son front ses mains faisaient tomber un voile aux mille broderies. » Selon la Bibliothèque d’Apollodore (III, 12, 3), le Palladion la représentait qui « tenait une lance brandie dans la main droite et, dans l’autre, une quenouille et un fuseau. ». C’est sous son inspiration que les jeunes Ergastines de l’Acropole assistaient les Arrhéphores dans l’exécution du fameux péplos qu’on lui remettait pour sa fête.

[4]Od., II, 93-110 ; XIX, 139-156 ; XXIV, 128-146.  Voir Ioanna Papadopoulo-Belmehdi, 1994.

[5] Vinciane Pirenne-Delforge, 1995, p. 321.

[6] Od., XIII, 299 ; Hésiode raconte comment Zeus engloutit dans ses entrailles la déesse Métis, au  moment où elle allait enfanter Athéna, Théogonie, 886-896.

[7] Walter Burkert, p. 198. Athéna assiste au massacre final des prétendants, juchée en hauteur, sous la forme d’une hirondelle, sur les poutres du plafond…

[8] Il s’en plaint à Athéna (XIII, 314-319) : « Ce que je sais, c’est qu’autrefois tu m’as été propice quand nous luttions sous Troie, nous autres Grecs. Quand nous eûmes pillé la citadelle de Priam, réembarqué, et qu’un dieu nous eut dispersés, je ne te revis plus, fille de Zeus, ni ne sentis ta présence à mon bord pour me défendre du malheur. »

[9] Suzanne Saïd (p. 89) a bien vu ce double démarrage patronné par Athéna et Hermès.

[10] Pietro Citati, p. 125.

[11] Voir Laurent Gourmelen, p. 156-157 (note 109 pour une bibliographie sur les Kékropides) et p. 163-166 pour les peintures de vases. L’histoire, dont la première mention écrite figure dans l’Ion d’Euripide (18-26, 208-274, 1427-1432) a été souvent racontée : par exemple dans la Bibliothèque d’Apollodore (III, 14, 6) ou par Ovide (Métamorphoses, II, 552-561 et 710-833).

[12] Od., VI, 232-235 sur la collaboration d’Athéna et Héphaïstos,  thème que l’on retrouve dans l’Hymne homérique à Héphaïstos, 1-3, ou  chez Platon : Protagoras, 321d, Critias 109 c-d ; ils étaient associés dans le mythe de la naissance d’Athéna et dans celui de la conception d’Erichthonios ; par la statuaire au temple d’Héphaïstos  près de l’agora selon Pausanias, I, 14, 6 ; et aux fêtes des Chalkeia : Souda, Etymologicum magnum, Hésychius, Harpocration s. v. Chalkeia ; Eustathe, ad Il., II, 552, p. 284 ; I. G. II2, 674, 16.

[13] Louis Deroy, p. 134. Voir Marie Delcourt, p. 110-136 (« Le magicien infirme », tout spécialement p. 111) ; Marcel Detienne et Jean-Pierre Vernant, 1974, « Les pieds d’Héphaïstos », p. 244-260.

[14] L’expression peut également désigner l’instrument courbe que tient le forgeron dans chaque main.

[15] « Cabires ; crabes ; ils sont grandement honorés à Lemnos en qualités de dieux et l’on dit qu’ils sont les fils d’Héphaistos. »

[16] HhH, 75-78 : « Il les poussait devant lui – piste illusoire ! – à travers les terrains sablonneux, en retournant leurs traces ; il n’oubliait pas ses talents de ruse quand il renversa les empreintes des sabots – les premiers en arrière, ceux de derrière en avant – tandis qu’il marchait lui-même en sens contraire. »

[17] Héphaïstos est πολύμητις (Il., XXI, 355), comme Hermès. 

[18] Françoise Frontisi-Ducroux, 2002, p. 479 : « Cet organe est en l’occurrence le système respiratoire, plus précisément sans doute la partie qui l’active et le régule, une zone qui chez le dieu est douée de la faculté de voir ce que les yeux ne voient pas, un diaphragme « clairvoyant » ou « visionnaire ». 

[19] Richard Broxton Onians, p. 39 et 41 : « L’homme est dit penser ses pensées et sentir ses émotions et ses impulsions dans son cœur (kēr ou kradiē), mais, plus fréquemment, dans les phrenes, parfois appelées prapides, et dans le thumos. Qu’est-ce donc ? (…) (Ces) organes (au pluriel) « noirâtres » qui contiennent quelque chose de vaporeux (thumos) pourraient bien n’être rien d’autre que les poumons qui contiennent le souffle. »

[20] Voir Françoise Frontisi-Ducroux, 2002, p. 474 sq.

[21] Il., XVIII, 369-420 : chaudrons sur roulettes qui se déplacent tout seuls, servantes en or mais qui ont l’aspect de vierges vivantes, soufflets-robots dont il dirige le travail…

[22] Françoise Frontis-Ducroux, 2002, p. 479.

[23] Jean-Pierre Vernant, 1996 (2002, p. 2022).

[24] Jean-Michel Ropars, 2013.

[25] Voir Dominique Jaillard, p. 208-212. Hermès est le meilleur herméneute des rêves (Athénée, 16c) ; c’est à Ulysse que revient d’interpréter le songe de Pénélope (Od., XIX, 536-599).

[26] Hermès ne se bat pratiquement jamais (lors de la grande querelle des dieux au chant XXI de l’Iliade, 498-501, il refuse d’affronter Létô, même s’il doit être accusé de lâcheté ; grâce au chant de la « lyre d’or » d’Hermès et Apollon (Pindare, Ière Pythique, 10-11), même le violent Arès oublie la guerre ; Aristophane, dans la pièce qui porte ce nom, en fait par conséquent un partisan déterminé de la Paix, Eiréné, et présidant aux efforts pour la dégager de la caverne où l’avait enfermée Polémos, la Guerre. Héphaïstos, quant à lui, ne réalise que des armes protectrices (Marie Delcourt, p. 51-52) ; son combat contre le Scamandre, au chant XXI de l’Iliade, est donc à cet égard tout à fait exceptionnel.

[27] Hermès est un dieu lieur, comme l’ont montré Marcel Detienne et Jean-Pierre Vernant (1974, p. 49-50, 270, 289-290) ou Laurence Kahn (1978, p. 100-107, 123-125). Hermès délivre Arès enchaîné (Il., V, 385-391) ; ligoté par Apollon, il démultiplie devant ce dernier les branches d’un gattilier qui, prenant racine, enserrent de liens puissants les vaches d’Apollon (HhH, 409-414) ; par la magie de son chant, il enchaîne symboliquement Apollon (HhH, 419-423) ; il est qualifié de κάτοχος ou κατούχιος, « celui qui retient solidement » (voir Athanassia Zografou, p. 201, note 258) ; il y a aussi ces nombreux filets de pêcheurs qu’on lui consacre (exemples dans l’Anthologie palatine VI, 5, 23, 28, 29, 296). Héphaïstos lui aussi est lieur : le fait avait retenu l’attention de Marie Delcourt (p. 15 ; le premier chapitre, p. 15-28, traite du « pouvoir des liens », le quatrième des « dieux enchaînés et libérés », p. 65-109). C’est en dieu des liens qu’Héphaïstos se manifeste dans le fameux chant de Démodocos (Od. VIII, 266-366), où l’on voit l’Artisan divin enchaîner Arès et Aphrodite. Héphaïstos enchaîne aussi Héra, sa mère, chez Hygin (Fab. 166) et dans une des Narrationes de Libanios (XXX), comme il enchaîne Prométhée dans le Prométhée enchaîné d’Eschyle.

[28] Alcée, frag. 349 ; Hygin, Fab. 166 ; Libanios, Narrationes, XXX. Voir Marie Delcourt, p. 78-79 ; 86-96.

[29] Voir Timothy Gantz, p. 140 ; F. Brommer, 1937 et 1978 (p. 198-204).

[30] Par exemple chez Aristophane : Paix, 180-202 ; Ploutos, 1168-1170.

[31] C’est Héphaïstos qui suscite les fameux éclats du « rire homérique » (Il., I, 599-600 ; Od., VIII, 326-327). Ce même « rire » traverse tout l’Hymne homérique à Hermès : Zeus rit (389) en voyant bébé Hermès « faire l’orateur », et prendre la parole le bras levé, en clignant de l’œil avec un lange sur le bras ; Apollon rit (281) en voyant son petit voleur « faire le clown. » 

[32] Sur son sanctuaire à Katô Symi (éparchie de Viannou, sur les pentes méridionales du Dikté) voir Angeliki Lebessi et Wolfgang Schürmann dans la bibliographie.

[33] Gérard Capdeville, 1995, p. 159-177, et 2003. Un lemme d’Hésychius (Γ, 315 Latte, où le digamma disparu a été remplacé à l’initiale par le Γ, graphiquement le plus proche), porte : Γελχάνος· ό Σεὺς παρὰ Κρησίν.

[34] Comme celle, très partielle, que propose Marie Delcourt, p.188.

[35] Avec Walter Burkert (p. 233), nombreux sont ceux qui ont pensé que, « de toute évidence, Héphaïstos n’est pas grec, ni lui ni son nom. »

Christian Boudignon, Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 36)

► CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE (ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article six)

Pénélope était-elle à la Chambre ou dans sa chambre ?

 

Pinturicchio, Le retour d’Ulysse,1509, Galerie nationale de Londres (Wikicommons)

 

Je ne sais résister aux sirènes de l’actualité, surtout quand un scandale me permet de chambrer un candidat à la présidence de notre république. L’homme est accusé d’avoir donné à sa femme quelque(s) emploi(s)  fictif(s). Je ne peux m’empêcher de relever le contraste entre la Pénélope d’Ulysse et la Pénélope du camarade Fillon. L’une en restant sagement à la maison à tisser et à détisser sa toile ne put empêcher la dilapidation du patrimoine de son mari ; l’autre en restant sagement à la maison à tisser de petits textes pour une revue ne manqua pas d’accroître le patrimoine de son mari. Et pourtant la première fit malgré la ruine de sa maison la gloire de son mari tandis que l’autre par la gloire de sa maison fit la ruine de son mari.

J’appellerai cela de la politique de chambre. Je veux bien sûr parler de la Chambre des députés où la seconde Pénélope était censément assistante parlementaire, mais aussi de la chambre des époux ou bien la chambre d’une petite musique de chambre, avec petits arrangements entre soi, sa dulcinée et ses petiots…

Comme la démocratie, chambre est d’ailleurs un mot grec : καμάρα [kamára]. Chantraine, dans son Dictionnaire étymologique de la langue grecque[1], parle d’ “un terme technique d’origine peu claire”. Est-il grec ou bien emprunté, on en débat… Le mot καμάρα [kamára] désigne une construction voûtée, qu’il s’agisse d’une chambre, d’un tombeau, d’un char ou d’un navire couvert. On ne peut à ce stade manquer de rapprocher le mot de notre alcôve, mot emprunté à l’arabe al-qubba “la coupole, le dôme, le dais…”.

Babylone, ses voitures couvertes, ses “prostituées”

La plus ancienne attestation du mot se trouve chez Hérodote, Histoire, livre 1, ch. 199, quand, au Ve siècle avant J.-C., il décrit, premier scoop de l’histoire du reportage, la prostitution sacrée à Babylone. “La plus honteuse des lois de Babylone est celle-ci : toutes les femmes du pays doivent s’installer une fois dans leur vie au temple d’Aphrodite pour s’y livrer à un étranger. Beaucoup d’entre elles s’indignent de se mêler aux autres femmes, parce qu’elles s’enorgueillissent de leurs richesses et vont au temple dans des voitures couvertes (en kamarêsi) et y restent entourée d’une foule de domestiques.”

Ὁ δὲ δὴ αἴσχιστος τῶν νόμων ἐστὶ τοῖσι Βαβυλωνίοισι ὅδε· δεῖ πᾶσαν γυναῖκα ἐπιχωρίην ἱζομένην ἐς ἱρὸν Ἀφροδίτης ἅπαξ ἐν τῇ ζόῃ μιχθῆναι ἀνδρὶ ξείνῳ. Πολλαὶ δὲ καὶ οὐκ ἀξιούμεναι ἀναμίσγεσθαι τῇσι ἄλλῃσι, οἷα πλούτῳ ὑπερφρονέουσαι, ἐπὶ ζευγέων ἐν καμάρῃσι ἐλάσασαι πρὸς τὸ ἱρὸν ἑστᾶσι, θεραπηίη δέ σφι ὄπισθε ἕπεται πολλή.

Nous laissons aux Assyriologues le soin de dégager la part de fantasme qu’il y a dans ce récit que rapporte Hérodote et nous laissons notre lecteur sur sa faim, lui qui se demande ce qu’il se passait dans la voiture… Nous n’y étions pas ! Mais il est bien question d’une voiture couverte, littéralement d’un élément voûté (ἐν καμάρῃσι) placé sur un chariot attelé (ἐπὶ ζευγέων). Le même Hérodote nous explique ailleurs (Histoire livre 4, ch. 69) que les Scythes avaient coutume de faire périr les faux devins en les ligotant à l’intérieur d’un “char à voûte” (ἅμαξαν καμάρης [hamaxan kamarês]) qu’on remplissait de fagots, qu’on attelait à des bœufs et auquel on mettait le feu.

Ces chariots à voûte, ces voitures de luxe de l’époque, sont peut-être des emprunts à une civilisation prestigieuse, en même temps que le mot qui les désignait… Ce terme viendrait-il du vieux perse (une langue indo-européenne, elle aussi) ? En grec, le mot n’est pas attesté ailleurs que chez Hérodote, avant le deuxième siècle après J.-C. Il passe en latin sous la forme camera avec la fermeture habituelle du –a- à l’intérieur du mot en –e- (c’est l’apophonie, excellent terme pour le scrabble). L’accent se déplace aussi sur le premier –a- : cámera. Il a alors le sens de “voûte, arche”, et notamment de “voûte en berceau”. Il ne prend apparemment le sens de “pièce, chambre” qu’avec Cassiodore au VIe siècle.

Chambrer ses camarades

Le mot évolue au Moyen-Âge alors dans deux sens : il y a la pièce publique, là où l’on rend la justice et qui deviendra plus tard la Chambre des députés. A cela s’oppose la pièce de vie, privée, qui deviendra notre chambre à coucher. Le mot a été marqué par la palatalisation du c- inital devenu quelque chose comme tch puis ch de chambre. Le e bref après l’accent sur la syllabe initiale est tombé et la rencontre entre m et r a fait apparaître une consonne de transition (ou épenthétique), le b : cámera > tchámre > chámbre.

De la vie en chambre vient, emprunté à l’espagnol, le camarade, qui n’est que le compagnon de chambrée et le verbe “chambrer” qui signifie à l’origine “loger dans une même chambre des camarades” puis aujourd’hui “faire ce qu’on fait entre camarades de chambre”, c’est-à-dire faire des blagues de potaches sur les camarades.

 Revenons au mot latin camera. Il est entré une nouvelle fois en français, sous sa forme savante, empruntée à l’expression latine camera obscura, “chambre noire”, utilisée pour désigner un instrument de vision employé par les peintres. Cette caméra se transformera plus tard en appareil photographique (en anglais et en français du Québec, par exemple), puis cinématographique (en français).

Espérons que la Pénélope qui déclarait le 15 novembre 2016 : “jusque-là depuis 35 ans, je suis bien restée dans l’ombre” ne souffrira pas trop de passer de l’obscurité de sa chambre à la lumière des caméras…

 

Christian Boudignon,

Maître de conférences en langue et littérature grecques à l’université d’Aix-Marseille

 

[1] DELG, Paris, 1999, p. 489.

Index de tous les articles parus dans “Connaissance hellénique” (version papier) depuis les origines, par Pénélope

➤ INDEX GENERAL ( λύχνος n° 137, mars 2014) 

le logo de Connaissance hellénique
le logo de Connaissance hellénique

INDEX DES NOMS D’AUTEURS

de Connaissance hellénique (version papier)

par Pénélope

Une autre Pénélope, mais qui n'est pas l'auteur de cet index.
Une autre Pénélope, mais qui n’est pas l’auteur de cet index.

 Voici la liste des auteurs classée par ordre alphabétique avec leur(s) article(s) paru(s) dans “Connaissance hellénique” Λύχνος depuis le fameux été de l’an de grâce 1976.

N.B. Les chiffres flanqués d’un (a) désignent les numéros de la première série.

L’index comprend les articles parus du n° 1a au n° 132 inclus (c’est-à-dire dans la version papier avant mise en ligne).

Un * précède dans l’index les n° épuisés.

Voici la liste des N° épuisés :   (ancienne série)       1a    2a      3a      4a    5a      6a      7a    9a  et (nouvelle série)  1   3      4      6      7        8        9     10      11      12      13    14      15      16    17      18      19  20      21      22     27

30      32     37      38   42      45      46    47      48      49    50      51      52    60      61      62     64      65      66    69  76    88  91   92

 

La vraie Pénélope
La vraie Pénélope

EN PREMIER FIGURE LE NUMERO DU LYCHNOS ET EN SECOND, LA PAGE.

Exemple :  ZOGRAFOU Marina, Brefs poèmes : Chanson ; Fils invisibles ; La ville ; Beauté de la nuit, 56 : 2 (signifie : Lychnos, n° 56, p. 2)

ACHARD Marine, Antigone d’Henry Bauchau : une réécriture romanesque, 106 : 42.

ALAUX Jean, Antigone et Niobé entre deux mondes, 71 : 45.

ALEXIOU Hellé, Les trois frères, 44 : 11.

ALLARD Maurice, L’hébreu, langue de culture, *2a : 21.

ALTANI, Poèmes, 63 : 2.

AMPHOUX Christian-B., L’évangile secret de Marc, 55 : 54.

ANAGNOSTOU Tassos, Poème, 39 : 10.

ANDRÉ L., Le silphium, 84 : 51.

ANGELIS Dimitri, Deux poèmes du recueil Eaux mythiques, 102 : 12.

Anonyme, Deux poèmes : Résistance ; Transparences, *61 : 15.

ANTROPIUS Claude, Un Grec, ça ne meurt jamais, *3 : 6.

—, Le vieux Pétros, *10 : 21.

—, Écoute, *18 : 5.

—, ““ (rectificatif), *19 : 66.

ARCY (d’) Nicole, Épaphos, ou l’effleuré du père, 24 : 6.

ARGOUD Gilbert, Les concours en Grèce, I, 116 : 5.

—, ”, II, 117 : 12.

ARISTOTE, Hymne à la vertu, 44 : 80.

ARNOULD Dominique, L’épisode des Lestrygons dans l’Odyssée (X, 80-124), 77 : 55.

—, Hérodote philologue : le mot juste, 87 : 68.

ARVANITIS Jean, Célébrations de Déméter. Les hymnes homériques et Callimaque. II. L’Hymne à Déméter de Callimaque (suite de l’article de R. Jacquin), 84 : 28.

ARVANITIS J.-M., Diachronie de Thucydide, 86 : 63.

ARVANITIS Ioannis, Le musée de l’Europe, 89 : 17.

ARVANITI-SOTIROPOULOU Maria, Éloge de la sagesse du non-savoir, 76 : 59.

—, À l’Albanais inconnu, 86 : 7.

—, Si tu as des enfants, profites-en ; si tu n’en as pas, réjouis-toi !, 96 : 2.

ARZANO Simone : voir GEORGELIN Yves.

ASSAËL Jacqueline, Plus forts que Moïra, 24 : 40.

—, La muse d’Euripide : définition d’une inspiration tragique, I, 82 : 68.

—, ”, II, 83 : 54.

—, À travers « le labyrinthe des eaux », la grécité de Gaston Baissette, 96 : 65.

—, Maurice Clavel réécrivant les Bacchantes d’Euripide, I, 98 : 15.

—, ”, II, 99 : 33.

AUDISO H., CR du mémoire Le De Bello Gallico traduit et annoté en grec, 107 : 78.

AURIOL Ingrid, Pour servir d’introduction au chant XXII de l’Iliade, 80 : 47.

AVRIL Yves, Péguy et l’enseignement du grec, 54 : 47.

AYMARD André et AUBOYER Jeannine, Les sophistes, *5a : 15.

 

 

BABATSIKOS Alexandre, Trois poèmes : À l’aveuglette ; Dans la plaine de Skala ; Public relation, 26 : 3.

BABRIOS, Deux fables, *64 : 4.

BAILLY Jean-Louis, Georges Colomb dit Christophoros, 117 : 66.

BAILLY Louise, Maria Néphéli et les présocratiques, *30 : 34.

—, Karyotakis et la symbolique, ou le farceur confondu, 69 : 58.

BAKOUNAKIS Nikos / JK, L’Institut français d’Athènes, 112 : 42.

BARBERIS Yannis, L’homme seul, poèmes (prés. et trad. J. Kaminski), 128 : 46.

BARGELLINI Piero, Le filet mythique, ou : du temple grec, 44 : 4.

BARRAU R., À propos de la Transfiguration, 72 : 61.

BASTAIRE Hélène, Portraits de chiens de la Grèce antique, *19 : 26.

BATFROI Séverin, Un passage d’Alchimie et Révélation chrétienne, *2a : 15.

BATTISTINI Yves, Théocrite, Idylle XIII : Hylas, 58 : 42.

BASLEZ Marie-Françoise, Le cosmopolitisme hellénistique, 121 : 46.

BELLON Michel, Quelques considérations sur l’évolution des occlusives du grec ancien, 2 : 16.

BENEDETTO Albertine, Pénélope songeait, 70 : 78.

BENEZECH Michel, Lettre ouverte d’un médecin légiste à l’auteur de l’Iliade, 80 : 41.

BERGSON Henri, Un texte inédit, 99 : 71.

BERNARD Roger, Qui est-ce ?, *32 : 55.

—, Clef et commentaires, 33 : 67.

BERNARDI Anne-Marie, CR de comm. “Le corps rêvé”, 118 : 69.

BÉTRY Vincent, Un érudit du siècle des Lumières : Villoison (1750-1805). I, 98 : 69.

—, ”, II, 99 : 64.

BIKOS Pierre, La faim des anges. Smaragdoula, 71 : 76.

—, Onze fenêtres (nouvelles). Les trains et moi. Seconde image : Nikitas, 74 : 64.

—, La chemise de l’Albanais, 75 : 59.

—, Les sacoches, récit, 85 : 55.

—, Avec les « marginaux », 89 : 72.

—, La danse devant Dieu. I, 91 : 72.

—, ”, II, 92 : 18.

—, Sonia, 96 : 54.

—, Le « père ». I, 98 : 75.

—, ”, II, 99 : 80.

—, Pour une partie de cartes au café (trad. J. Kaminski), 128 : 72.

BION de Borysthène, Chant funèbre en l’honneur d’Adonis (fragment), 82 : 6.

BIRAUD Michèle, Le mariage à Athènes à l’époque classique, *15 : 35.

—, Les romans grecs de l’Antiquité, I, 39 : 57.

—, ”, II, 40 : 42.

—, ”, III, 41 : 16.

—, Étude de la structure et du symbolisme du récit des épreuves de Psyché dans les Métamorphoses d’Apulée, *64 : 50.

—, Le mythe de Bellérophon, ou la double initiation du héros grec adolescent, *66 : 28.

BLÉTRY Sylvie, Les religions de Palmyre, 120 : 64.

BLIGNÉ Romain, La dépouille politisée d’Alexandre, 117 : 70.

BOIVINEAU Jacques, À quoi sert le grec ancien ?, *3 : 20.

BON Georges, Bibliographie pratique : l’amour en Grèce, *15 : 58.

—, Les monnaies grecques. Bibliographie pratique, *16 : 47.

—, La psychanalyse et la Grèce. Bibliographie pratique, *17 : 64.

—, L’alchimie. Ses origines grecques et arabes. L’œuvre de Marcellin Berthelot. Biblio­graphie pratique, *19 : 21.

BONET Valérie, La représentation de l’utérus dans les textes médicaux antiques, 124 : 42.

 

BONGARS Yves, La fondation hellénique, 39 : 45.

 

BONNET Flore : voir RICHELMY-BONNET Flore.

 

BONTEMPS Patrick, Le héros et le monstre, ou la représentation d’un meurtre sacré. Étude comparative de textes grecs et chinois. I, 53 : 57.

—, ”, II, 54 : 21.

BOQUERAT Pierre, Paris-Athènes en autocar, *16 : 52.

BORDES Jacqueline, Politeia, *14 : 45.

BOUCHARD Jacques, Andréas Embiricos, l’initiateur du surréalisme en Grèce, 94 : 66.

—, La traduction est création !, 96 : 49.

BOUDIGNON Christian, Vous parlez grec et vous ne le saviez pas ! 1. Paroles, paroles, 111 : 12.

—, VPG 2. Place aux bavards, 112 : 75.

—, VPG 3, Passe-moi le flous !, 113 : 63.

—, VPG 4, « Espèce de mangeur de beurre ! », 114 : 59.

—, VPG 5, Une boîte et du poison, 115 : 73.

—, VPG 6, Le galbe des jambes, 116 : 71.

—, VPG 7, La police est-elle bien policée ?, 117 : 24.

—, VPG 8, Bras de fer avec les forts-à-bras, 118 : 55.

—, VPG 9, Jackpot et jacqueries, 119 : 56.

—, VPG 10, Évêque est-il un nom populaire ?, 120 : 30.

—, VPG 11, Épaule, épée, spadassin et Cendrillon, 121 : 65.

—, VPG 12, Ségo-Sarko, 122 : 63.

—, VPG 13, Par les moustaches, 123 : 56.

—, VPG 14, Machin machine, 124 : 56.

—, VPG 15, Les fantômes existent-ils ?, 125 : 47.

—, VPG 16, Sommelier, sommier, bête de somme, 126 : 61.

—, VPG 17, Faire bonne chère en temps de crise, 127 : 61.

—, VPG 18, La dure vie des bâtons de chaise, 128 : 66.

—, VPG 19, Quel est l’if du château d’If ?, 129 : 67.

—, VPG 20, Taxi taxa, 130 : 63.

—, L’Iliade selon Brunet, compte-rendu de l’Iliade, trad. Philippe Brunet, 131 : 22.

—, VPG 21, Ô mon trésor !, 131 : 76.

—, VPG 22, La colère de Morbus, 132 : 29.

BOULHOL Pascal, CR d’Amalia Mégapanou, Prosopographie, 115 :4.

—, Idoles, démons, fictions : les dieux du paganisme dans les Acta martyrum (IIe-VIe siècles), 1, 118 : 8.

—, ”, 2, 119 : 16.

—, CR de Joëlle Bertrand, Vocabulaire grec. Du mot à la pensée, 120 : 61.

—, Le pacte avec le diable : un vieux thème religieux dans l’hagiographie protobyzan­tine (IVe-VΙΙe siècles), 122 : 34.

—, Georges le Grec, ou le fabuleux destin d’un prince byzantin exilé en France, 124 : 34.

—, Les début de l’impression grecque en France (de Louis XI à la création du Collège des lecteurs royaux, 1530), I, 125 : 19.

—, ”, II, 126 : 7.

—, La connaissance de la langue grecque chez les rois de France, 127 : 17.

—, Les premières hellénistes françaises (XVIe siècle), 131 : 62.

—, Légendes des saintes à la tour, 132 : 89.

BOULOUMIÉ Bernard, Saint-Blaise : comptoir étrusque et ville massaliote, *46 : 52.

BOYAVAL Bernard, Diodore de Sicile, I, 74 et Aristote, Hist. anim., VI, 2, *38 : 18.

—, Note sur une forme de génitif abrégé dans le grec d’Égypte, *38 : 72.

—, SBI, 4971 : une falsification probable, *38 : 73.

—, SBV, 8694, *38 : 75.

—, La douane de Schedia au sud d’Alexandrie (Strabon, XVIII, 800), 39 : 68.

—, Une restitution contestable (O. TAIT II, 1086), 40 : 60.

—, Sur les formulaires douaniers de l’Égypte gréco-romaine, 43 : 46.

—, Nephero-Nepheros, 44 : 47.

—, SBX, un faux hapax ?, *45 : 74.

—, Note d’onomastique sur une épitaphe grecque d’Akôris (Moyenne Égypte), *47 :50.

—, EPHTHON, *48 : 49.

—, Un cas probable d’hypercorrection, *50 : 32.

—, Note sur un ostracon mathématique grec d’Égypte, *51 : 74.

—, P. IFAO III, 18, 54 : 65.

—, Un datif possible, 56 : 75.

—, La réédition Bernand du tarif de Coptos, 57 : 73.

—, Où la grammaire éclaire peut-être un point de droit, 58 : 79.

—, « … il les mena au pinakion… », 59 : 69.

—, L’épitaphe juive de Théon, ou l’importance d’un aoriste, *60 : 79.

—, Sur la traduction d’un distique, *62 : 79.

—, Une ou deux défuntes ? Remarques sur une stèle d’Akôris, 63 : 65.

—, Les deux douanes gréco-romaines d’Alexandrie, *64 : 63.

—, Sur deux épitaphes funéraires grecques d’Égypte, *65 : 35.

—, Sur quelques rubriques du tarif de Coptos, 68 : 28.

—, Sur un soupçon centenaire, 70 : 61.

—, Sur un sens « égyptien » de γυμνός, 71 : 59.

—, Un souvenir épigraphique de Sophocle ?, 72 : 20.

—, Les prairies de l’au-delà sur deux épitaphes grecques d’Égypte, 73 : 40.

—, Sur quelques commentaires anciens et récents de l’épitaphe d’Eubios, 75 : 55.

—, CEML 125, probablement un faux, *76 : 43.

—, Sur l’épitaphe de Pappion, 77 : 37.

—, Sur une traduction de l’épitaphe grecque de Makaria, 78 : 36.

—, Sur deux distiques de l’épitaphe de Diazelmis, 79 : 48.

—, Un souvenir d’Hésiode ?, 81 : 36.

—, Sur l’épitaphe métrique d’Arsinoé, fille d’Alinè et de Théodosios, 82 : 44.

—, Un emploi funéraire de μικρός, 83 : 69.

—, Sur un hapax injustifié, αἱμογενής, 84 : 54.

—, La « route noire » de Stratonikè, 85 : 18.

—, Un souvenir probable d’Euripide, 86 : 12.

—, Sur un quatrain funéraire, 87 : 36.

—, Faute de langue ou effet de style ? L’épitaphe d’Apollonios fils de Ptolémaios, *88 : 79.

—, De nouveau Makaria, 89 : 70.

—, Ἄβημος, 90 : 56.

—, « Malheureuse Héroïs », 91 : 57.

—, Σπιλάδος μέλαθρον, 92 : 37.

—, De l’avantage de mourir jeune : deux épitaphes grecques d’Égypte, 93 : 28.

—, Menus amendements sur un menu fragment, 94 : 54.

—, Le mort avait-il cinq ou vingt-cinq ans ?, 95 : 18.

—, Erratum de 95, 99 : 23.

—, Aorosynè, 96 : 38.

—, « Que la terre te soit légère ! » Note sur une variante égyptienne, 97 : 24.

—, L’épitaphe double de Sérapous et Hiérax, 98 : 53.

—, Deux « étiquettes-stèles » d’Égypte sur bois, 99 : 19.

—, « À quoi bon peiner pour des enfants ? » La stèle de Lysandrè, 100 : 65.

—, La stèle d’Ammônia, 101 : 67.

—, Retour sur l’épitaphe de Pappion, 102 : 65.

—, L’épitaphe de Dôsas, 103 : 72.

—, Deux expressions épigraphiques de l’âge du décès, 104 : 65.

—, Un portrait de momie du Musée des Beaux-Arts de Dijon, 105 : 58.

—, Orthographe et métrique, 106 : 54.

—, Séquences métriques ou rencontres de mots ?, 107 : 67.

—, Sur l’octroi d’un tombeau, 108 : 66.

—, De nouveau l’épitaphe métrique d’Ammônia, 109 : 70.

—, La momie de Politikè, 110 : 38.

—, L’épitaphe d’Aphrodisia, 111 : 48.

—, La vaillance de Ptolémaios, 112 : 74.

—, L’épitaphe de Nikolaos, 113 : 61.

—, Sur un faux berlinois, 114 : 34.

—, L’épitaphe métrique de Sérapias, 115 : 65.

—, Une cicatrice sûrement localisée, 116 : 51.

—, La stèle de Samuel fils de Doras, 117 : 62.

—, Notes à propos de deux articles antérieurs, 118 : 44.

—, L’épitaphe alexandrine d’Agathokleia, 119 : 48.

—, ΤΥΜΒΟΣ ΩΔΕ ΚΑΤΕΧΕΙ ΚΑΛΟΝ ΔΕΜΑΣ, 120 : 59.

—, Une affaire de dette, 121 : 57.

—, Une épigramme funéraire de Chios, 122 : 49.

—, Note sur l’épitaphe de Krokodilos (Saqqarah), 123 : 39.

—, P.IFAO I, 15, 124 : 54.

—, Deux étiquettes de momies du Cabinet des Médailles, 125 : 38.

—, L’épitaphe métrique de Juliana, 126 : 59.

—, Notes sur quelques épigrammes funéraires, I-1 L’épitaphe d’Hédéia ; 2 Une épitaphe juive de Tell el-Yahoudijeh (delta du Nil) ; 3 L’épitaphe de Casios (Saqqarah) ; 4 L’épitaphe de Zènobios fils de Zénon ; 5 L’épitaphe de Dèmètria à Steiri ; 6 L’épigramme funéraire d’Agathokléia de Chios ; 7 L’épitaphe du Crétois Hiaron, 127 : 55.

—, ”, II- 8 Questions sur l’épitaphe de l’athlète Hermès ; 9 Un emploi de στυγνός ; 10 L’épitaphe égyptienne d’Arès ; 11 L’épitaphe d’Alexandros (Marcianopolis) 12 La colère de Menoitios ; 13 L’épitaphe d’Aïkhmon (Sébastopol), 128 : 59.

—, Senharyotis « la cadette », 129 : 66.

—, Notes sur quelques épigrammes funéraires, III-14 Trop de corrections peut nuire ; 15 L’épitaphe de Nilos fils de Pasion ; 16 Un formulaire chrétien ; 17 MIKKOΣ, 130 : 19.

—, ”, IV-18 Où la logique retrouve ses droits ; 19 Épitaphe de Marcella (delta du Nil) ; 20 ETH, ETΩN, L. ; 21 Les épigrammes de Maaga, 131 : 41.

—, ”, V-22 Sur un point de prosodie ; 23 De l’hexamètre au pentamètre : quelques effets de style ; 24 Une épitaphe de Ramat Gan (Israël) ; 25 L’épitaphe de Stlakkiè, 132 : 60.

BRÉCY Pierre, Platon, censeur d’art I, 93 : 68.

—, ”, II, 94 : 16.

—, ”, III, 95 : 74.

—, ”, IV, 96 : 13.

—, ”, V, 97 : 41.

BRÉMONT-FINOT Mireille (v. aussi MIRÈIO), Prométhée et les autres civilisateurs de la mythologie grecque I, *45 : 56.

—, ”, II, *50 : 15.

—, ”, III, *51 : 49.

—, ”, IV, *52 : 4.

—, Ulysse d’Homère, Ulysse de Giono, 67 : 32.

—, Les voyages d’Ulysse, 74 : 42.

—, Mais où sont passés les monstres ? Réflexions sur le Sphinx de J. Cocteau et le Minotaure de M. Yourcenar, 77 : 65.

—, Jean Anouilh et les dieux grecs, 85 : 59.

—, La Fontaine et la guerre de Troie, I, 104 : 50.

—, ”, II, 105 : 38.

—, Quatre successeurs de l’Odyssée : deux antiques (Argonautiques, Énéide), et deux modernes (Giono, Giraudoux), I,   110 : 8.

—, ”, II, 111 : 38.

—, Une mythologie de la parole (Cocteau, Giono, Giraudoux), 116 : 60.

—, Mythe, théâtre, temps, 1, 123 : 61.

—, ”, 2, 124 : 72.

—, Femmes mythiques et fantasmes masculins, 125 : 59.

BRENET Antoinette, Foyer et métropole de toute la Celtique (à propos d’un texte de Diodore de Sicile), *5a : 10.

—, Les Mandubiens de l’Auxois furent-ils les ancêtres des Poldèves ?, *3 : 8.

BRETON André (v. aussi CHELIDON Andréas), Le billet du correspondant, *20 : 57.

—, Le billet du correspondant, *22 : 15.

—, ”, 44 : 45.

—, ”, *48 : 52.

—, ”, *50 : 77.

—, ”, 53 : 6.

—, ”, 55 : 35.

—, ”, 56 : 51.

—, ”, 59 : 5.

—, Billet grec du correspondant national Andréas au pays des héros et des dieux, I , 70 : 57.

—, ”, II, 71 : 54.

—, ”, III, 72 : 80.

—, ”, IV, 73 : 64.

—, ”, V, 74 : 80.

—, ”, VI, *76 : 61.

—, Péan visionnaire, 91 : 7.

—, Jeux olympiques 2008, 116 : 80.

—, Voyage au pays des hellénistes (quelques anecdotes d’André Breton), 132 : 50.

BRIX Michel, La France romantique et le « modèle » grec, 56 : 35.

BROCHE Pierre de, De l’importance de la voirie dans le mythe d’Œdipe, selon Ernst Curtius, 28 : 39.

—, Le carrefour d’Œdipe et du gendarme Mégas, *45 : 36.

—, Jacques Polylas, I, *48 : 53.

—, ”, II, *49 : 7.

—, L’Athéna Parthénos de Phidias : une hypothèse de restitution, I, 56 : 13.

—, ”, II, 57 : 31.

—, ”, III, 58 : 20.

—, Les quatre colonnes ioniques fantômes de l’opisthodome du Parthénon, I          , *60 : 21.

—, ”, II, *61 : 17.

—, ”, III, *62 : 45.

—, ”, IV, 63 : 36.

—, ”, V, *64 : 37.

—, ”, VI et fin, *65 : 10.

—, Euripide, les triglyphes et les métopes, I, 69 : 31.

—, ”, II, 70 : 24.

—, ”, III, 71 : 15.

—, L’autel de Zeus à Olympie, d’après une réflexion de W.M. Leake, I, 77 : 6.

—, ”, II, 78 : 3.

BROSGOL Charline, Anna Kindynis, 8a : 15.

—, La Grèce à bâtons rompus, 5 : 23.

BRUNO Monique, L’accouchement dans la Grèce antique. Eileithyia. Une nouvelle lecture iconographique de la naissance d’Athéna, I, 41 : 36.

—, ”, II, *42 : 11.

BURRET Suzanne, La femme dans l’Iliade et l’Odyssée. I, L’Iliade, le monde de la guerre, la femme écrasée, 23 : 53.

—, II, L’Odyssée, temps de paix, la femme prédominante, 24 : 59.

—, III, suite, 25 : 19.

—, IV, L’Odyssée fut-elle un poème destiné aux femmes ?, 26 : 74.

—, V, Survivance dans l’Odyssée du monde égéen et sa religion dominée par la grande déesse-mère, *27 : 50.

 

CABOURET Bernadette, L’art de la correspondance au IVe siècle : les lettres du rhéteur Libanios d’Antioche, 125 : 71.

CAIRON Élodie, Eustathe et la Chimère (Iliade, XVI, 328-329), 111 : 44.

CAMARINAKIS Jean, Trois poèmes : Les loups ; Femme que j’ai aimée ; Jours et nuits d’été, *15 : 26.

—, Un homme, 24 : 21.

CANESSA André, Du bon usage des poètes dans les procès : autour de l’ambassade à Philippe, 75 : 23.

CARATZAS Hélène (v. aussi KARATZAS), Dame Chariclée et les chemises de Kema, *3a : 12.

CARCAVITSAS Andréas, Vision divine, 86 : 50.

CARDELL Robert H., L’Inde, la Grèce et les Barbares, 25 : 77.

— et Monique, Rôle de la langue française dans le parler américain de nos jours, 2 : 28.

CARDELL-BORG Monique (v. aussi suivant), Notion de pureté chez les peuples anciens, *6a : 9.

—, Parallèle entre la médecine ayurvédique et la médecine hippocratique, *7 : 18.

CARDELL Monique (v.  aussi précédent), Deux empereurs à l’affiche : Alexandre et Ashoka, 107 : 7.

—, Les édits de l’empereur Ashoka, 109 : 47.

—, Gandhara, Gandhara, I, 110 : 68.

—, II, 111 : 64.

—, CR Ranajit Pal, Indologie non-jonésienne et Alexandre, 112 : 67.

—, Taxila 1, 113 : 68.

—, Taxila 2, 114 : 76.

—, Taxila 3, 115 : 77.

—, Séleucos Nicator, I, Séleucos et Aama/Apamée, 116 : 73.

—, ”, II, Séleucos et les éléphants de guerre, 117 : 5.

—, ”, III, La rencontre d’un grand chef indien et d’un grand chef grec, 1, 118 : 72.

—, ”, III, 2, 119 : 72.

—, ”, Séleucos I Nicator, IV-1 (Séleucie), 120 : 72.

—, ”, ”, IV-2 (Bambycè, Antioche), 121 : 69.

CARRIVE Mathilde, Ars moriens ? La peinture murale romaine des iie et iiie siècles apr. J.-C. à la lumière des sources littéraires, 128 : 3.

CARTER (Karter) Georges, Sept poèmes, 94 : 38.

—, Trois poèmes (de l’Univers compact), 106 : 38.

—, Quatre poèmes (In modo di preghiera), trad. J. Kaminski, 109 : 22.

CASSANMAGNANO LONGA Cesare, L’égoïsme dans l’Éthique à Nicomaque d’Aristote : la solution d’une aporie, 39 : 79.

—, ” (rectificatif)        , 41 : 57.

CAVAFIS (= CAVAFY) Constantin, Ithaque (trad. Yourcenar et Dimaras), *6a : 1.

—, Poèmes sur l’empereur Julien : Julien et les gens d’Antioche ; Julien à Nicomédie…, *6 : 33.

—, La ville ; Fenêtres, *42 : 7.

—, Poème 101 ; J’ai apporté à la poésie, 53 : 6.

—, Poème inédit, *66 : 3.

—, Darius, 97 : 73.

CAVALIER Odile, Présence de la Grèce. À propos de la collection Sallier d’Aix-en-Provence, *46 : 18.

CAZELLES Nicolas, Le moment d’Alcibiade, pièce en un acte d’après Platon, I, 104 : 33.

—, ”, II, 105 : 46.

C.H., À propos de la situation linguistique en Grèce (documents), 2 : 19.

—, Architecture et sculptures du Parthénon, 26 : 36.

—, À l’Université de Saint-Étienne les 13-15.04.94, *60 : 16.

CHABOT Louis, Byzance semeuse, aussi, d’écritures, 31 : 59.

CHARIS Pierre (= Petros), Un désert devient une ville, *19 : 3.

—, Autour d’un rosier, 35 : 78.

CHARRIÈRE Jean-Louis, À Thasos, l’an dernier, *6a : 12.

—, Bizarre, vous avez dit bizarre, *46 : 6.

CHELIDON Andréas (v. aussi BRETON André), Les premières brindilles de Chelidon, *6a : 24.

—, Aventures d’un helléniste autodidacte (feuilleton), I, *7a : 11.

—, ”, II, 8a : 14.

—, ”, III, 8a : 22.

—, ”, IV, *9a : 24.

—, ”, V, *1 :12.

—, ”, VI, 2 : 25.

—, ”, VII, *3 2.

CHERQUI Guy, Pour un nouvel hellénisme : du grec… au grec !, *7a : 4.

 

CHIONIS Argyris, Le caméléon, L’Ombrivore, 114 : 2.

—, [Soirée poésie grecque], 120 : 2.

 

—, La voix du silence, 120 : 2.

—, Le jour où la chimère, 120 : 11.

—, La hauteur horizontale, 120 : 16.

—, Le bonsaï, 120 : 19.

—, La statue, 126 : 74.

—, La beauté qui naissait et mourait inaperçue et qui pourtant ne se découragea jamais, 131 : 78.

CHRISTODOULOU Dimitra, Faim, 5 poèmes, 126 : 66.

CHRISTIDIS Lénos, Poissons-taloches. Microbes, 90 : 77.

CHUVIN Pierre, Mythologie grecque et opéra baroque : autour de la Sémélé de Congrave , *62 : 56.

CILICK (ps. SANTAMARIA), Cécile.

—, Poèmes : Cheveux longs ; Athinas ; Si j’avais, *49 : 70.

—, Blancs-bleus ; C’est vrai, poème, 81 : 6.

COLLIN Bruno, Monnaie et symbolique dans le monde grec, 5 : 30.

COLLINA-GIRARD Jacques, Gibraltar et l’Atlantide : du témoignage géologique au vestige littéraire ?, 100 : 9.

—, L’“Atlantide” sous le regard d’un géologue ?, 122 : 16.

COLLOMBET Laurent, GENESTE Catherine, GENESTE François et PRESUMEY Pierre, À propos de l’Évangile de Jean, *51 : 24.

Colloque Aristophane, La langue. La scène. La cité (Toulouse, 17-19.03.1994), *60 : 7.

CONSTANTINIDIS Th., Les montagnes dans les tragédies d’Eschyle, I, *47 : 52.

—, ”, II, *48 : 70.

—, ”, III, *49 : 42.

—, ”, IV, *50 : 42.

—, ”, V, *51 : 8.

CONTOSSOPOULOS Nicolas G., L’influence du français sur le grec (en français), extraits, 91 : 8.

COOLS Geneviève, Diogène : sa vie et sa pensée, I, 5 : 3.

—, ”, II, *7 : 3.

COSMOPOULOS Dimitris : voir KOSMOPOULOS Dimitris.

COSTANTINI Michel, Du contre-sens en art byzantin et pour en finir avec lui, 40 : 64.

COULOMB Jean, Une erreur d’Arthur Evans à Knossos, 25 : 27.

COUSIN Catherine, Les colonnes de la demeure de Styx (Hésiode, Théogonie, 777-779), 75 : 51.

COUTSOUMARIS Bernadette, Notes prises lors de la conférence de Paul Demond sur Œdipe-Roi de Sophocle, *14 : 52.

—, Notes sur la conférence de Raymond Weil, « La notion de barbare dans la Grèce antique », *20 : 58.

CUSSET Christophe, Un épisode merveilleux de l’enfance d’Héraklès chez Théocrite, 72 : 10.

—, Y a-t-il un genre de l’idylle ?, *76 : 13.

—, Introduction à la poésie alexandrine, I, 80 : 60.

—, ”, II, 81 : 8.

—, ”, III, 82 : 13.

DALÈGRE Joëlle, Un sanctuaire des morts : le Nécromantéion de l’Achéron, en Épire, *5a : 3.

—, ” (réédition), *16 : 49.

—, Le Magne, *4 : 20.

DALKA Thymios, Hosios-Loukas et son monastère, I           , *76 : 62.

—, ”, II, 77 : 14.

DAMOULI Evangelia, Mes étés d’enfance à Gastouni, 89 : 57.

DANOU Eleftéria, Poèmes : Dans la vallée ; Nous ne sommes que des spectateurs ; Quête ; Marche forcée, *60 : 2.

DANQUIGNY Pierre-Marie, La ville d’Avignon à travers les textes grecs et latins, *37 : 21.

DARAKI Zéphi, Deux poèmes, 71 : 4.

—, Le corps sans passe-partout (trad. et prés. J. Kaminski), 108 : 10.

—,  Comme des mots (JK), 4 poèmes, 113 : 42.

—,  Comme des mots 2 (JK) 4 poèmes, 117 : 40.

DEBOUY Estelle, L’antiquité au cinéma à travers un exemple : Ulysse et les frères Coen, 132 : 66.

DE CUYPER Alain, Poème : Au magicien Orphée, 59 : 78.

DÉDÉ Vassili (Phate), Deux poèmes, 83 : 2.

—, Trois poèmes, *88 : 16.

—, L’éternel son de cloche de la vérité ; Socrate, 92 : 52.

DELAVAUD-ROUX Marie-Hélène, La Géranos en Grèce antique, 53 : 39.

—, La pyrrhique en Grèce antique, *32 : 5.

—, La gestuelle de l’absence dans la tragédie grecque : un exemple extrait d’Iphigénie à Aulis d’Euripide, 92 : 70.

—, L’énigme des danseurs barbus au parasol et les vases « des Lénéennes », I, 101 : 48.

—, ”, II, 102 : 48.

—, ”, III, 103 : 5.

DELIANNIS-ANASTASIADIS Georgia, Quatre poèmes (in Élégie), *12 : 28.

DELIANNIS-IMBERT A., Syriote et étrangère, *51 : 21.

DELILLE Sven, Périclès et les citoyens athéniens de 432 à 429 av. J.-C., *64 : 59.

DELPIERRE Guy, La conscience tragique : l’être et le conflit, *9 : 11.

DEMARET Jean, Platon et la révélation, *45 : 53.

—, Le bien privé de Poséidon dans l’Iliade et l’Odyssée, *50 : 78.

DEMONAX, Dialogue entre deux esprits, *1 : 30.

DEMONT Paul, Œdipe-Roi de Sophocle : notes de la conférence du 15.05.1982, *14 : 52.

—, À propos du Banquet de Platon au musée Guimet, 25 : 5.

—, À propos du serment d’Hippocrate, 25 : 16.

—, L’idéal de la tranquillité dans l’Athènes classique, *47 : 1.

—, La « peste d’Athènes », *50 : 60.

—, Les découvertes de la médecine grecque I, 120 : 50.

—, ”, II, 121 : 59.

DEROY Georges, Trad. d’extraits du journal de Georges Séféris, 119 : 49.

DEROY Louis, Le nom de l’Europe, son origine et son histoire, I, 89 : 10.

—, ”, II, 90 : 4.

DEVELOUX Janine, Le sac de Constantinople par les Croisés. Ses conséquences sur l’art et l’empire byzantins. La Crète devient colonie vénitienne, 74 : 53.

—, Le commerce des Grecs avec les Celtes dans l’est et le nord de la France. La princesse celte et sa collection de vases grecs, 81 : 47.

DEVELOUX M., Influence crétoise dans l’art contemporain français : « Le Minotaure », 43 : 5.

DIAMANTOPOULOS Alexis, Noble et maligne Eris dans les grands centres culturels de la Grèce. Révolution au théâtre de Dionysos, I, 78 : 40.

—, ”, II, 79 : 22.

—, ”, III, 80 : 29.

DIMOULA Kiki, Les souliers rouges, 105 : 10.

DIMOULIS Spergios, Poème : Cabane brûlée, *42 : 8.

DORIVAL Gilles, La Bible d’Alexandrie, 43 : 12.

—, Hellénisme et patristique grecque : continuité et discontinuité, I, 57 : 25.

—, ”, II, 58 : 10.

—, L’apologétique grecque des premiers siècles, *88 : 16.

—, Les chrétiens de l’Antiquité face à la culture classique et à l’hellénisme, I, 93 : 31.

—, ”, II, 94 : 5.

DOROS Anghélos, Deux poèmes, *61 : 6.

DROUGAS Antoine, De la patrie, deux poèmes, 74 : 2.

DUFOUR Madeleine, À Agrigente, sur les traces d’Empédocle, *10 : 3.

—, Orphée et l’orphisme, *11 : 36.

—, Pythagore de Samos, I, *14 : 41.

—, ”, II, *15 : 28.

—, Héraclite d’Éphèse, *19 : 36.

—, Constantin Cavafy, 23 : 19.

—, À propos des Oiseaux : Aristophane et nous, 29 : 30.

DUMOULIN Philippe, Encore à propos du Gorgias, *16 : 66.

—, L’œuvre de Mario Meunier, *38 : 3.

—, Hölderlin et la Grèce, I, *47 : 36.

—, ”, II, *48 : 36.

DURAND Danièle, Les formes ludiques de la philosophie grecque, *5a : 14.

DURAND Jannic, Byzance : continuité et rupture, I, 101 : 40.

—, ”, II, 102 : 31.

—, ”, III, 103 : 19.

DURAND Marc, Agon, 68 : 66.

—, La gymnastique dans les Lois de Platon : une éducation physique à visée résolument politique, 69 : 42.

—, Un sport méconnu de l’Antiquité grecque : la course de chars, 67 : 47.

DUTEL Jean-Robert, Olympie, berceau des Jeux Grecs, *52 : 50.

 

ELEFTHÉRIADIS T., Bureau d’état-civil, I, 91 : 50.

—, ”, II, 92 : 6.

 

ÉLYTIS Odysséas, Trois poèmes : Au petit vent du nord ; Marina ; L’avez-vous vu ? L’avez-vous su ?, *22 : 10.

—, Quelques poèmes : Le Monogramme ; Épigraphe, 28 : 14.

—, Le Monogramme IV et VII, 57 : 53.

—, L’été grec selon E. Tériade, 74 : 79.

—, Quatre poèmes, 93 : 46.

ESTORD Jean-Michel, Marcher pour le plaisir du dieu, *27 : 3.

—, Liakoura, hourrah !, 33 : 76.

—, Plus fort que le Sultan, 81 : 63.

—, Crêtes de Crète, 85 : 39.

EUZEN Marie-Geneviève, Une expérience d’enseignement du grec, *30 : 22.

EXARCHOU-GENSONNET Catherine, Maria-Esmé, *15 : 11.

 

FABRE Paul, Réflexions sur l’Odyssée : géographie et symbolisme. I, 58 : 57.

—, ”, II, 59 : 6.

—, ”, III, *60 : 32.

—, ”, IV, *61 : 36.

—, ”, V, *62 : 30.

—, Le sentiment religieux en Grèce, 73 : 53.

FAURE Paul, Le linéaire A aux origines de la langue grecque, 77 : 39.

—, Joseph le Tobiade, inspirateur de l’Ecclésiaste ? (Flavius Josèphe, Ant. Jud., XII, 160-224), 81 : 38.

—, Les hiéroglyphes crétois aux origines de la langue grecque, 92 : 24.

—, Écritures préhelléniques dans dix cavernes de Crète, 96 : 71.

—, Ils étaient aux parfums, 104 : 7.

—, Ὀδυσσεύς, l’équivalent crétois du Petit Poucet, 106 : 69.

—, Errata [corrections reportées], 107 : 17.

FEDERSPIEL Michel, Petite physiognomonie portative, 119 : 35.

FERMI Patrick, Un helléniste singulier : Georges Devereux, 107 : 72.

FERRIER-MAYEN Andrée, Les gorges de Samarie, 53 : 74.

—, Hector, 58 : 73.

—, Encore une Odyssée, I, *65 : 66.

—, ”, II et fin, *66 : 22.

FILIAS Dimitri, Les  Frères ennemis  et le Père Yannaros de Nikos Kazantzakis, *20 : 15.

—, Regard sur la littérature grecque de la période de la dictature (1967-1974) : le maître et le prêtre, *32 : 64.

—, Figures de prêtres dans la littérature néo-hellénique au tournant du siècle, *50 : 72.

FLOROS Paul, Clazomènes et les îles du golfe de Clazomènes, 5 : 15.

—, Deux poèmes : Nocturne ; Insoluble énigme, *7 : 14.

FORESTIN Ambroise, Euripide, Alceste, 280-325. Observations « musicales » en complément de l’étude effectuée par M.-J. Salé (n° 78, p. 74), 81 : 26.

—, Épisode des Lotophages et celui du Cyclope (Odyssée, IX) : étude musicale, 87 : 29.

—, L’outre d’Éole (Odyssée, X, 17-55) : commentaire musical, 95 : 37.

—, Théognis, Élégie 2 : L’Espérance, 106 : 57.

—, Le départ de Briséis (Iliade I, 345-363), 117 : 48.

—, Si j’avais à refaire le vers de l’Iliade…, 130 : 32.

FOSTIERIS Antonis, Amour ténébreux, Le diable a chanté juste, Mort à venir, La pensée appartient au deuil, 115 : 34.

—, Poésie, 1970-2005 (prés. & trad. J. Kaminski) , 127 : 24.

FRANCE Anatole, Excellence éducative des études latines, 97 : 13.

Françoise, Et si nous parlions un peu d’autre chose ? (ou : les communications du professeur Tournesol), *2a : 20.

—, ” (même titre), *3a : 24.

FRANKLOU-KOLITSIDA Vassiliki, Plongée, 57 : 42.

—, Leda col cigno, 57 : 43.

—, Poèmes, *61 : 8.

FRAZIER Françoise, La figure du poète, 95 : 48.

—, À propos de la sortie de l’Ajax de Sophocle dans la collection Classiques en poche, 107 :41.

FROIDEFOND Christian, Les études grecques et le nouvel humanisme, *1a : 17.

FROMENTIN Valérie, Les historiens grecs à Rome I , 120 : 33.

—, ” II , 121 : 26.

 

GALAZI Pisa, Arthur Rimbaud en l’île de Chypre. L’arrivée (fragments), 83 : 4.

GAMALOVA Natalia, Les antiquités grecques en Russie : quelques remarques , 127 : 66.

—, L’enseignement du grec ancien en Russie au xixe siècle , 129 : 53.

GARNIER Romain, Autour du nom d’Héraclès, 110 : 35.

—, Sur l’étymologie du grec φοιτάω, 129 : 50.

GARNIER Sébastien, La communauté grecque de Venise et le Concile de Trente , 131 : 52.

GASTERATOS Panayotis, Poèmes : L’agnelet ; Le grillon, 55 : 2.

GEFFRAY Catherine, Les mémoires du général Macriyannis, *38 : 63.

GENSANE Georges, De la Terre Mère au patriarcat triomphant, 77 : 26.

GEORGALLIDIS Andreas, Quelques poèmes du recueil Mers enfermées, 102 : 8.

GEORGELIN Paul, Contribution à l’étude du collectif : le nom collectif dans les langues chamito-sémitiques, *30 : 47.

—, Contribution à l’étude du collectif : le nom collectif dans les langues indo-européennes d’Europe, I, 54 : 70.

—, ”, II, 55 : 16.

GEORGELIN Yvon et ARZANO Simone, Pythéas le Massaliote, le plus ancien des doctes de tout l’Occident, 85 : 69.

GEORGIADIS Vasilis, Poème : Le retour d’Éole, 34 : 8.

GEORGIADIS-LAMPIRIS Héro, Les arbres à mastic (Chio), *4 : 13.

—, Nouvelle (in Hiver), *12 : 32.

—, Sur le Pélion, *20 : 7.

GEORGIN Charles, La légende d’Œdipe, *20 : 34.

GEORGOPOULOS-CARON Marika : voir Marika.

GEORGOUDIS Vangelis, Six poèmes : Cauchemar ; Le déserteur ; La beauté est Dieu ; Pro­messe ; Tristesse ; Rodin, *8 : 25.

GÉRONTAS Anghélos, Nuit en haillons. Le nain, 73 : 65.

—, Le rêve parisien d’Antoine le surréaliste, *76 : 31.

—, À la gare (cheval ?), du recueil Te souvient-il de Mimi-la-Rose ?, 95 : 63.

—, La neurologie en littérature. Un cas, une note, 97 : 75.

GHIRON-BISTAGNE Paulette, Pour un Centre du théâtre antique, *12 : 12.

—, Le Mont Athos, montagne sacrée, montagne prédestinée, *14 : 26.

—, Centre du théâtre antique, *14 : 13.

—, ” (même titre), *16 : 27.

—, La tragédie grecque, I, *21 : 21.

—, ”, II, *22 : 35.

—, repris in121 : 10.

—, Lysistrata d’après Aristophane, 25 : 8.

—, Phèdre ou l’amour interdit, à travers les œuvres antiques, notamment celles d’Arles et d’Avignon, 33 : 7.

—, Promenades en Épire, 39 : 3.

—, Initiation à l’épigraphie grecque, I, 38 : 77.

—, ”, II, 39      : 4.

—, ”, III, 40 : 52.

—, ”, IV, 41 : 48.

—, ”, IV (suite), *42 : 46.

—, ”, IV (suite), 43 : 59.

—, ”, V, 44 : 61.

—, ”, V (suite), *45 : 71.

—, ”, V (suite), *47 : 24.

—, ”, V (suite), *48 : 46.

—, ”, V (suite), *49 : 46.

—, ”, VI, *50 : 55.

—, Le culte de Zeus dans la Provence antique, *46 : 31.

GIBERT Henri, La vie privée d’un dieu : les amours d’Apollon, 57 : 64.

—, Asklépios, dieu guérisseur et sauveur, *65 : 23.

—, Les philosophes présocratiques, I, 70 : 73.

—, ”, II, 71 : 38.

—, ”, III, 72 : 34.

GIN Jean-François, Alexandre le Grand : une décision difficile, 109 : 36.

GINÉ Émile-Robert, Claude Ptolémée, arpenteur des étoiles, *48 : 51.

GIONO Jean, Naissance de l’Odyssée, *46 : 79.

GIORDANIS-LAMPIRIS Héro, Couleurs, *64 : 73.

GIRY Charlie, Le Minotaure (nouvelle), 97 : 10.

—, La couronne de Narcisse (nouvelle), 106 : 63.

—, Du Nord au Sud (nouvelle) , 127 : 48.

—, Le voyage interrompu (nouvelle), 132 : 82.

GODART Louis, Les écritures crétoises et le bassin méditerranéen, I, 90 : 41.

—, II,  91 : 41.

GODART Louis et TZÉDAKIS Yannis, Les royaumes mycéniens de Crète, 83 : 29.

GOETHE Johann-Wolfgang von, L’apprenti-sorcier, 53 : 54.

GOFFRE Annie, Hubert Pernot et la chanson populaire grecque. I, 98 : 44.

—, [Errata], 99 : 63.

—, ”, II, 99 : 58.

—, ”, III, 100 : 22.

GOLFIN Emmanuel, Divergences et convergences : la guerre de Troie vue par Hérodote et Thucydide, I, 84 : 56.

—, ”, II, 85 : 9.

—, ”, III, 86 : 14.

—, Visions de l’espace chez Sophocle, I, 98 : 5.

—, ”, II, 99 : 24.

—, ”, III, 100 : 53.

GOMBERT Noëlle, Mythologie lunaire, *60 : 17.

—, Les Grecs et l’Univers, ou l’aube de l’astronomie, 63 : 12.

—, Des dauphins et des hommes dans la Grèce antique, *66 : 39.

GOMBERT Régis, Archimède, cet inconnu, 70 : 39.

GONZALEZ-SERRANO Pilar, La tombe d’Orphée à Lesbos, 44 : 33.

GOSSET Hugues, Sappho (Psápfa) est un miracle de la foi, 55 : 3.

GOURMELEN Laurent, Voir le serpent dans l’Iliade, I, 107 : 24.

—, ”, II, 108 : 47.

—, ”, III, 109 : 13.

GOYENS-SLEZAKOWA Christine, Naissance et disparition d’îles dans la tragédie grecque, *27 : 24.

—, À propos de comètes et autres curiosités météorologiques : sur l’interprétation des vers 134 à 140 du VIe péan de Pindare, 33 : 44.

—, L’hymne à Délos et l’insularité, 43 : 63.

GRASSET Bernard, Deux poèmes, 63 : 11.

—, Deux poèmes, 70 : 11.

—, Poèmes, 77 : 19.

—, Poèmes, 82 : 3.

—, Trois poèmes, 84 : 14.

—, Poème dédié à van Gogh, 90 : 3.

—, Trois poèmes bilingues, 95 : 41.

—, Poèmes bilingues, 104 : 32.

—, Poèmes bilingues, 111 : 62.

—, Poèmes bilingues , 122 : 72.

GRATAS Marc, Poème, *22 : 14.

Grégoire (saint) le Thaumaturge, Quelques extraits des Homélies, 31 : 47.

GRIGORI Gérasime, Les godillots neufs, 39 : 74.

GRITSI-MILLIEX Tatiana, Le puits, *8 : 4.

—, Les clous, *11 : 18.

—, La mort en été, *18 : 14.

—, Faisons-nous l’échange ?, *22 : 53.

—, Pavillons en berne, *32 : 69.

—, Hélène-Perséphone (in Sur l’échelle du ciel), *47 : 65.

—, Messagers, *49 : 76.

GROSMARY Sterenn, Le grain de sel (à propos du disque de Phaïstos), *5a : 8.

GROSSEL Marie-Geneviève, Le voyage d’un dieu sur la terre. Remarques sur la Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate, I, *65 : 45.

—, ”, II, *66 : 5.

GUÉNON René, À propos des « mystères », *3a : 7.

—, … et la Grèce, *4 : 3.

GUILLAUMET Anne-Marie, La chanson populaire grecque, I, 25 : 62.

—, ”, II, 26 : 63.

—, ”, III, *27 : 37.

—, ”, complément, 28 : 61.

—, Biographie de Markos Vamvakaris, *27 : 48.

 

HALE William Gardner, « Lire le latin en appliquant la méthode de Hale », 114 : 68.

HATZIS Dimitris, Le baptême, 25 : 73.

—, Symboles effrités, 36 : 69.

—, Combattants sans défense (épisodes au cours de la guerre civile, 1947-49, en Grèce), I, 40 : 75.

—, ”, II, 41 : 77.

—, ”, III, *42 : 80.

—, Petit commentaire sur Iphigénie en Aulide, *64 : 17.

HERMARY Antoine, Marseille grecque, 87 : 46.

HERR François-Joseph, Les Juifs de Laconie. Notes de lecture et traductions autour d’un voyage dans le Magne, I, 75 : 4.

—, ”, II, *76 : 6.

—, ”, III, 77 : 20.

—, Antissa, 113 : 65.

HERRERO CAJAS Hector, Les peuples des steppes et la formation de l’art byzantin : de la yourte à l’église chrétienne, 80 : 53.

HIBON Roland, Pour une approche de J.M. Panayotopoulos, du poète surtout, *21 : 48.

—, ”, rectificatif, *22 : 34.

—, Le poète grec Costis Palamas et Leconte de Lisle, 29 : 7.

—, Prière de Bacchis à Dionysos, 29 : 12.

—, Léthé, poème, 44 : 39.

HOOS Muriel, La christianisation des campagnes d’Afrique romaine : une histoire impossible à écrire ? Le cas de l’église d’Henchir Deheb, 128 : 12.

HUMBERT L., Notice sur Aristote, 44 : 81.

HUVET René, Cacoyannis et ses Bacchantes, *2a : 8.

 

IAKOVIDI Lily, Six poèmes : Ainsi tout venait et repartait, 8a : 1.

—, (suite), Un enfant est né dans les ténèbres ; Forces indécises ; Combat ; Les responsabilités ; Extase, 8a : 12.

IATROMANOLAKIS Giorgis, Chronique de la Bêtise, 114 : 20.

IKONOMOU Christos, Pour les gens pauvres (trad. J. Kaminski) , 129 : 72.

ILIOPOULOS Armelle, La poule de Mycènes, 53 : 26.

—, Le journal de Pan, 59 : 40.

—, L’arc-en-ciel, 68 : 48.

—, Poème, 71 : 2.

—, Un rêve, 82 : 78.

—, À tous vents… ; Le jugement, 85 : 79.

ILIOPOULOS-ZAHAROPOULOS Hélène, Réciprocité du transport, deux poèmes, 85 : 28.

—, Sortie de la bonace. Trois poèmes, 93 : 42.

IMBERT Caroline : voir J.-V. VERNHES.

IOANNOU Jean, Le traité de Sèvres « mort-né » (10.08.1920) et le naufrage de la « Grande Idée » des Hellènes, 35 : 55.

—, Chronique de mon village natal à la fin du XIXe siècle. L’enfance de mon père, *45 : 76.

—, Devoir du souvenir (50 ans après la guerre d’Albanie), *50 : 50.

—, Géopolitique de la contrée macédonienne, 68 : 25.

— et IOANNOU Amélie, Dimitris Hatzis, écrivain contemporain, 25 : 72.

 

JACQUIN Renée, La musique grecque, *1a : 12.

—, Odysséas (Ulysse) Élytis, 2 : 4.

—, ”, rectificatif, *3 : 2.

—, Stratis Tsirkas, *3 : 7.

—, Marguerite Yourcenar, *3 : 31.

—, Andromaque, je pense à vous, *7 : 29.

—, Anghélos Sikélianos, *9 : 19.

—, Pandélis Prévélakis, *15 : 3.

—, Le héros de la Grécité : Digénis Akritas, *15 : 16.

—, Ménandre à Thasos, *15 : 21.

—, À propos d’une réédition de Constantin Karyotakis, *16 : 18.

—, Roger Milliex et la Grèce, *17 : 5.

—, Il y a 150 ans mourait à Paris Adamantios Coray, *17 : 7.

—, Nikos Kazantzakis, *18 : 3.

—, Pierre Charis, *19 : 3.

—, Euthyphron et la théâtralité de Platon, *21 : 30.

—, Constantin Cavafis, 23 : 8.

—, La Nékuïa au XXe siècle, *27 : 8.

—, Le théâtre d’Anghélos Sikélianos, *32 : 57.

—, L’exil, 34 : 27.

—, Théâtre antique à Delphes, 34 : 31.

—, L’humanisme, 40 : 62.

—, Notes sur le carnaval de Skyros, 41 : 14.

—, À propos d’une anthologie des poètes de Siphnos, *42 : 70.

—, ”, corrections, 43 : 9.

—, Marie (nouvelle), 56 : 21.

—, Hommage à Élytis, 68 : 8.

—, Célébration de Déméter : les Hymnes homériques et Callimaque, I (v. suite, II, sous Jean ARVANITIS), 83 : 71.

—, Olga Votsi et son recueil Le dernier ange, 85 : 49.

—, La veuve, 93 : 62.

—, Résumé d’un article d’Hélène Iliopoulos-Zaharopoulos sur Georges Carter, 94 : 46.

—, Le voyage à Corfou, 97 : 60.

—, Le roman hellénistique, I, 100 : 38.

—, ”, II, 101 : 20.

—, Ariadne à Naxos, 102 : 22.

—, Le bruit en soi, 104 : 45.

—, Cinq grands poètes du XXe siècle, 104 : 58.

—, Les « esprits », 110 : 63.

JOANNIDES Clitos, Poèmes, *62 : 4.

—, Deux poèmes, 71 : 70.

JOANNIDES Jean-Claude, Regards sur l’identité d’un peuple. Le mythe, identité culturelle. 1re partie : les difficultés de l’interprétation, 106 : 26.

—, 2e partie : Le corpus mythologique comme carte d’identité culturelle, 107 : 62.

JOUAN François, Héros comique, héros tragique, héros satyrique, 77 : 71.

—, Trois contre-héros chez Sophocle : Chrysothémis, Teucer, Créon, 82 : 56.

JOUANNO Corinne, L’Odyssée de Nikos Kazantzakis : un voyage sans retour ?, 122 : 74.

Journalistes grecs et la guerre en Irak (Les), 97 : 70.

JOURNÈS Hugues, Pythéas le Massaliote, I, 70 : 50.

—, ”, II, 71 : 26.

JOUSSOT Denise, Une autre approche des personnages féminins dans le théâtre d’Euripide, *37 : 37.

JUBELIN Amiral, Thémistocle, tacticien et stratège, *1 : 3.

JULIEN Philippe, Notes sur l’intrusion des nombres irrationnels dans la mathématique grecque, *47 : 58.

Julien l’empereur, dit l’Apostat, Lettre à l’archiâtre Zénon, 71 : 12.

 

KAFTANTZIS Giorgos, Poèmes : La gare de Hatzi-Beïlik ; Le visiteur ; Alceste et Admète, 44 : 22.

—, Récits d’une ville étrangère, *52 : 23.

KAKRIDIS Ioannis T., Gygès le Lydien, 82 : 46.

KALAMBOKIS Périclès, Poèmes, Allusion de la mer ; Exilé dans le silenceUn instant, 111 : 50.

Kalash (Les Amis des), La tribu des Kalash, 96 : 32.

KAMARINOS Georges, Le grec, langue fondatrice, 87 : 25.

KAMARIS Siphis, et TZIKAS Kostas, Pierre, poème, 85 : 32.

KAMINSKI Janine, Hydra, 72 : 76.

—, La Nékyia chez Séféris, 75 : 37.

—, Les épitaphes de l’Anthologie Palatine, 79 : 50.

—, Le Styx, 82 : 40.

—, Les cygnes chantent-ils ?, *88 : 77.

—, La Meurtrière d’Alexandre Papadiamantis, 103 : 54.

—, Vu pour vous, 300, 112 : 52.

—, Kazantzakis, Capitaine Michalis, 113 : 21.

—, La restauration du temple d’Athéna Niké sur l’Acropole, 115 : 27.

—, Le nouveau musée de l’Acropole, 122, 2.

—,  LPV, W. Dalrymple, Dans l’ombre de Byzance…, 131 : 33.

—,  LPV, Témoignages , 131 : 35.

—,  Grèce, le complexe du Parthénon, CR conférence de Takis Théodoropoulos , 132 : 64.

KANTAS Kostas, L’hellénisme après la mort d’Alexandre le Grand, 93 : 59.

KAPSOMENOS Eratosthénis, Mythes littéraires et modèles culturels, I, 57 : 46.

—, ”, II, À la recherche de la culture européenne perdue, 58 : 34.

KARA-AMARANTOU Elpida, Quatre poèmes : Hirondelles ; Phaéton ; Sans Ithaque ; Salon snob, *4 : 24.

—, Deux poèmes : Variante du second mythe ; Variante du troisième mythe, *11 : 30.

—, Deux poèmes : Pour monter ; Derrière la fenêtre, *12 : 26.

—, Son dernier poème, 25 : 81.

KARAGIORGA Olympia, Deux poèmes : Iphigénie, *7a : 1.

—, suite : Meltémi 72, *7a : 22.

—, Rectificatif, 8a : 3.

KARATZAS Hélène (v. aussi CARATZAS), Les chemises de Kemal, *3a : 12.

—, To zarzovatiko, *9a : 25.

—, Depuis quand j’aime la soupe, *10 : 17.

—, Ma tante Ismène, *16 : 11.

—, L’“hymen”, *19 : 8.

—, Une visite d’outre-tombe, 26 : 31.

—, Pour une assiette de nourriture, 34 : 46.

—, Le maître-berger, *37 : 56.

—, La Lysistrata de l’île, *45 : 10.

—, Eupraxie, *51 : 75.

KARAVELOS Nikos, Lieu d’origine, 4 poèmes, 112 : 20.

KARNESIS Panos, De Petites malhonnêtetés, « Jérémiade », 101 : 69.

—, Errata, 102 : 64.

KARTER Giorgos N. (voir aussi Carter) Contre tous les responsables, 121 : 34.

KARYOTAKIS Kostas (Constantin), Deux poèmes : Fête delphique ; Prévéza, *47 : 48.

 

—, ”, rectificatif, *48 : 45.

 

—, Trois grandes joies, 54 : 67.

 

—, Marche funèbre verticaleTréponème pâle, Spleen (Baudelaire), 126 : 40.

KATSAVOS Basile, La poésie de Cavafis et son opportunité dans l’enseignement, 25 : 11.

—, Le dit du figuier, 58 : 16.

KATSIANAKI Chrysanthe : voir TSIKRISTI-KATSIANAKI.

KAVVADIAS Nikos, Sept poèmes, 63 : 22.

KELERMENOS Nikos, Lettre à Julien l’archiâtre Zénon, poème, 71 : 13.

—,     Parole d’approche, trois poèmes, 75 : 74.

KISSEL Myriam, Sarpédon *50 : 23.

—, Les sophistes, 58 : 3.

—, Les sophistes, 68 : 74.

—, Un Byzantin oublié : Michael Psellos, 86 : 26.

—, Les sources gréco-latines du Cauchemar de W.H. Rosher, 92 : 54.

—, Les Purifications d’Empédocle, I, 112 : 10.

—,  Les Purifications d’Empédocle, II, 113 : 12.

—, Traduire, (ré)écrire : Les Anacréontiques d’A. Lacaussade , 120 : 40.

KNIGHT Roy Clement, L’enseignement du grec au xviie siècle, 124 : 60.

KNOCKER Pierre, Mais qui donc était Κτησίβιος ?, 94 : 56.

KOMIANOU-ALAMANOU  Hélène, Deux poèmes, 68 : 4.

KONSTANTINOU Kostis et OLINGUE Jean-Marie, Napoléon Lapathiotis, *38 : 45.

KOSMOPOULOS Dimitri, Latomies, cinq poèmes, 95 : 42.

—, Quelques poèmes de Latomies, 102 : 16.

KOSSAIFI Christine, Un temple aux vivants piliers. La nature dans les Idylles bucoliques de Théocrite, I, 103 : 61.

—, ”, II, 104 : 18.

—, ”, III, 105 : 60.

KOTSONIS Ileana C., Lettre inédite de Sophie Marbois, duchesse de Plaisance, 53 : 64.

KOUGEAS Vassilis, Sept poèmes, 79 : 65.

—, Quatre poèmes, 82 : 10.

—, Jadis habité, La nuit prend forme, 99 : 10.

KOURSI Maria, On croit que je suis absent, poèmes, 91 : 18.

KRUMBACHER Karl, Romanos le Mélode, *6 : 24.

KUBIAK Zygmund, La poésie grecque, 1re partie, 107 : 10.

—, ”, 2e partie, 108 : 24.

KYZOULIS Kostas, Le roi d’Ahata, 77 : 61.

 

LABRANDE Pauline, Clairvoyance et non-voyance dans le mythe d’Œdipe, 94 : 78.

—, Quelle chronologie dans la Grèce antique ?, 115 : 16.

—, Pythagore, Les Vers dorés, 116 : 22.

—, Les adieux d’Andromaque (Euripide, Troyennes, 740-760), 117 : 36.

—, Une figure emblématique de l’homosexualité féminine : Sapho, 118 : 33.

—, Le diseur de riens (Théophraste, Caractères, 3,2,2), 124 : 22.

LACARRIÈRE Jacques, Citation, *1a : 16.

LAFFORGUE Henri, Les oliviers d’Athéna (nouvelles), 44 : 48.

—, Le manuscrit retrouvé, *52 : 19.

—, Le serment d’Hippocrate, 88 : 60.

—, Autour d’un article (questions à G. Nicoletséa), 117 : 62.

LAMPSIDIS Giorgios, Le moment est-il venu de supprimer les accents et les esprits ?, *13 : 18.

LANCELOT Claude (1615-1695), Préface à la méthode de grec de Port-Royal, notes P. Boulhol, I, 126 : 21.

—, ”, II , 127 : 34.

LANGE Ersé, Prélude du temps, *9 : 28.

—, Prière, *10 : 15.

—, Le jardin d’Astaroth, *10 : 25.

—, La fille aux aiguilles, *21 : 63.

—, Mer, amère Mer, 32 : 77.

LANSON Gustave, Choix de lettres du XVIIIe siècle. Charles Collé (1709-1783), 83 : 78.

LAPATHIOTIS Napoléon, Poèmes : Je suis seul ; Nocturne ; De profundis ; Le garçon simple que j’aime, *38 : 46.

LASALLE Roger, « En finir avec le chef-d’œuvres » de la dramaturgie grecque ?, *5a : 16.

LE CHEVALLIER Jacques, Graphismes, 8a : 2.

LECOMTE Simone, Les trente derniers mois de la vie d’Alexandre le Grand, *42 : 49.

—, Aristote, les Barbares et le meurtre d’Alexandre, *45 : 67.

—, L’enfant royal, *47 : 75.

—, Alexandre, fils de Philippe. Regard posé sur une fresque antique, *52 : 35.

—, Alexandre et l’Iliade, 59 : 48.

—, Le philosophe et le Souverain (sur un texte de Plutarque intitulé « De Fortuna aut Virtute Alexandri »),  I, 63 : 59.

—, ”, II, *64 : 6.

—, ”, III,  *65 : 16.

—, ”, IV, *66 : 14.

—, La psychostasie chez deux philosophes grecs : Platon (Gorgias) et Plutarque (De Fortuna), 79 : 38.

LE GUENNEC Marie-Adeline, Un aubergiste italien au début de l’Empire ? L’inscription et la stèle d’Aesernia (CIL, IX, 2689), 128 : 22.

LEMAÎTRE Christiane, De la prétendue misogynie d’Euripide, 8 : 20.

LE NOAN Gilles, L’Ithaque de la brune ou du couchant, 41 : 70.

LEO Jean, Les fondements historiques de la guerre de Troie, 119 : 2.

LEONDARIS Byron, En terre saline, quatre poèmes, 112 : 44.

LEROUX Hélène & MOUCHOT Jean-Marie, La collection des Antiques du musée de Karlsruhe, *8 : 29.

—, La Grèce antique vue de Bâle, *12 : 35.

LEROY Patrice, Œdipe-Roi, *10 : 13.

—, Oracles et destin dans l’Œdipodie, *12 : 16.

—, La Sphinge et son énigme, *20 : 32.

LEVANTIS Georges, Hymnes byzantins de Noël, *6 : 3.

LEVANTIS Gisèle, Hymnes à la Nativité, *6 : 6.

—, Gâteaux de Noël, *6 : 10.

—, Calendes de Noël, *6 : 11.

LEVET Jean-Pierre, Le proto-nostratique. Hypothèses et perspectives, *76 : 53.

LIANTINIS Dimitris, Gemma. Ici Missolonghi !, 87 : 56.

LIAROU-ARGYRIOU Eva, Ombres et éclat, poème, *65 : 8.

—, Trois poèmes, 72 : 70.

—, Cinq poèmes, 78 : 58.

—, De L’intervalle des unions, deux poèmes, 85 : 38.

LIONEL Frédéric, Le miracle grec : une humaine aventure, *2a : 5.

—, Réflexions sur le combat de l’homme avec la bête, *2a : 16.

—, Vision pythagoricienne d’une civilisation fraternelle, *9a : 19.

LIVADITIS Tassos, Six textes : Un grand passé ; En mémoire ; Voyageurs ; Entretiens, recherches ; Bilan, *22 : 3.

—, Errances, poème, 84 : 5.

 

LIVRY Anatoli, La hache de Lycurgue chez Callimaque, 129 : 15.

LONNOY Marie-George, Les bienfaits de la folie, *27 : 33.

LORIOT E., Les cryptochrétiens, *7a : 13.

LOUKAS D., À Anghélos Sikélianos, *50 : 2.

LOUKATOS Démétrios, Fleurs et plantes dans les églises orthodoxes grecques, *51 : 62.

LOURENÇO Frederico, L’aède et le héros, 55 : 36.

—, La φιλία dans l’Alceste d’Euripide, 78 : 68.

LUST Colette, Hommage à l’écrivain Aris Alexandrou, *20 : 9.

LYGEROS Nik[os], Sur les connaissances scientifiques dans Erotocritos, *62 : 63.

—, Sur la présence du chiffre 4 dans l’Erotocritos, 67 : 29.

—, Le drapeau, poème, 70 : 13.

—, Serra, poème, 73 : 45.

—, Sur la symbolique des devises dans le tournoi de l’Erotocritos, I, 78 : 21.

—, ”, II, 79 : 13.

—, Le nœud du destin, poème, 82 : 4.

 

MACÉ Hubert, Les échanges culturels franco-helléniques (en feuilletant la presse grecque), *6a : 22.

—, À propos du disque de Phaïstos, I, *5a : 6.

—, ”, II, *9a : 14.

—, À propos du suicide. Notes sur la conférence de madame Jacqueline de Romilly sur le thème « Pour ou contre le suicide : scènes de la tragédie grecque », 2 : 23.

—, Introduction à la numismatique, I, *1 : 13.

—, ”, II, *8 : 6.

—, ”, III, *9 : 3.

—, ”, IV, *11 : 12.

—, ”, V, *13 : 32.

MACHIN Albert, Antigone et Électre, *12 : 3.

—, Le temps chez Marc-Aurèle, *30 : 10.

—, Les révélations d’Hyllos à Héraklès, I, 78 : 52.

—, ”, II, 79 : 4.

—, Deux héroïnes tragiques : Déjanire dans les Trachiniennes de Sophocle et la comtesse Livia dans le film Senso de Visconti, 90 : 59.

—, Temps et serments dans le théâtre de Sophocle, 107 : 36.

MALLAN Claude, De Parménide à Platon. L’ouverture de la voie. I : L’homme de lumière , 90 : 38.

—, ”, II : L’axe de lumière, 91 : 30.

—, ”, III : L’entrée dans le royaume, 92 : 10.

—, De Parménide à Platon : quelques remarques sur le sumbolon, 111 : 14.

MALOSSE Pierre-Louis, Héliodore a-t-il inventé le cinéma ?, 122 : 65.

—, Les Grecs ont-ils écrit des romans ? (Convergence de forme et littérature grecque – 2), 130 : 9.

MARANGOU Niki, Au Cap grec, 78 : 79.

MARAS Stathis, La personnalité de Nikos Kazantzakis d’après son œuvre poétique Tercets, 75 : 44.

MARCEAU Marc, Sur le tombeau de Philippe II de Macédoine, *2a : 19.

—, ”, *3a : 7.

Marika (= GEORGOPOULOS-CARON Marika), Fiches de cuisine : Halva de Rhinas (de Pâques), *7a : 16.

—, ”, Mousaka, 2 : 22.

—, ”, Sauce aux œufs et au citron, *10 : 28.

—, ”, Sauce au concombre, *10 : 28.

MARINAKI Hélène, Du sang maintenant, Ici dans le petit rien, poèmes, trad. JK, 130 : 24.

MARKOPOULOS Georges, L’attaquant masqué, trad. JK, 132 : 33.

MARONITIS Dimitris N., Sacrifice aux Muses (LPV JK), 108 : 5.

MAROUDIS Georges, Deux poèmes : L’étoile de l’amour ; Enfant de l’occupation, *10 : 8

MARTIN Michaël, Circé, la dernière métamorphose, 109 : 71.

MARTIN Paul, Loin du gland, loin du blé, ou : chat échaudé craint l’eau froide, *17 : 57.

—, La « pudeur » d’Ulysse et de quelques autres, *21 : 13.

—, Coup d’essai, coup de maître, *32 : 75.

—, De l’Eros de Diotime au génie de Rimbaud (fantaisie), *51 : 68.

—, L’ingénu chez les Grecs, I, *66 : 44.

—, ”, II, 67 : 5.

MARY G., La cave et la caverne, ou : Ritsos lu par Platon, I, *60 : 72.

—, ”, II, *61 : 10.

MASSON Jacqueline, Notes de lecture sur quelques poèmes d’Hélène Tagkalaki, 41 : 58.

—, Lecture d’un poème de Takis Sinopoulos, Jeanne, I, *48 : 17.

—, ”, II, *49 : 18.

—, Tragédie et roman dans une œuvre de Vénézis, 69 : 72.

—, Démétrios de Phalère, un homme qui vit avec son temps, 79 : 60.

—, Les métamorphoses d’Elpénor, 86 : 65

MASTROMARCO Giuseppe, Public et mémoire théâtrale dans l’Athènes d’Aristophane , *60 : 8.

MATHIEU Marie-Ange et GHIRON-BISTAGNE Paulette, Platon à la scène, *14 : 9.

—, Gorgias…, ce n’est pas fini, *19 : 24.

—, L’Apologie de Socrate à la scène, 34 : 33.

MAURY Françoise, Le retour à Ithaque, *7a : 8.

MEGAPANOU Amalia, Poèmes, 55 : 12.

—, La transparence de l’ampoule, *60 : 52.

—, Le larcin et l’amant, 68 : 45.

—, Le pain, *88 : 26.

—, La femme de Prague, nouvelle, 94 : 59.

—, … Prosopographia, CR Pascal Boulhol, 115 : 4.

“MEMOR”, anonyme, Mare nostrum et précisions, *4 : 29.

MERAKLIS Michel, Le langage du théâtre d’ombres, I, 67 : 59.

—, ”, II, 68 : 20.

MERKENIDOU Hélène, Les mignonnes, trad. J. Kaminski, 115 : 2.

MILLER Timothy S., Naissance de l’hôpital dans l’empire byzantin, I, 82 : 30.

—, ”, II, 83 : 12.

—, ”, III, 84 : 15.

MILLIEX Roger, De la découverte de l’espace grec à l’élaboration littéraire de la périégèse : le cas d’Edgar Quinet (1829-30), 44 : 16.

—, Autour de l’Inne gregau de Mistral, *48 : 74.

Mirèio (= BRÉMOND Mireille), Cléonai, *3 : 18.

—, Un univers nommé Chypre, *4 : 28.

—, Libres propos, *5 : 26.

—, Et si nous parlions un peu de l’Égypte ?, *14 : 22.

MISTRAL Frédéric, Inne gregau : hymne pour la Grèce, *46 : 65.

—, ”, addendum, *48 : 74.

MITZALIS Alexandre, Poèmes : Endymion ; La statue ; Exorcismes, *50 : 26.

—, Poèmes : Après J.-C. ; La fin de la route de Thomas Münzer ; Les nouveaux testaments ; Messe en sous-sol, 55 : 46.

—, Calendes sans frontières (poème), 59 : 72.

—, Poème, *64 : 49.

—, Solomos et Cavafis entre l’idée et la matière, *66 : 63.

—, Anthropomorphisme de la mort dans la civilisation occidentale, 67 : 53.

—, Andréas Embirikos, ou « Je est un autre », et Constantin Cavafis : Alexandrie, début XXe siècle, 85 : 26.

—, Deux poèmes, *88 : 56.

—, Kostis Palamas ; Alexandre Papadiamantis ; Andréas Calvos (trois poèmes), 93 : 36.

—, Trois poèmes, 96 : 20.

—, Poèmes : Tirésias ; Rigas ; Rítsos ; Fin d’Œdipe (trad. J. Kaminski), 104 : 10.

—, La francophonie en Grèce, 109 : 11.

—, Takis Papatzonis ou Le Message du Nord,  111 : 18.

—, Plaidoyer pour le retour des frises du Parthénon, 121 : 55.

MOLEV E.A. & NAUMOV A.V., L’archéologie hellénique à l’Université d’État de Nižnij Novgorod (trad. du russe A. Fraysse), 127 : 6.

MONTANA Jean-Marie, Les Muses et l’inspiration poétique, 34 : 12.

—, La lyre d’Achille et les pleurs d’Ulysse, *49 : 48.

MORANI Moreno, À propos de l’hellénisme, *37 : 71.

—, L’Antigone de Sophocle et ses lectures modernes, 56 : 52.

MOREAU Alain, Introduction à la mythologie, 1. Avant-Propos, *15 : 49.

—, 2. Le mythe et le conte, *16 : 28.

—, 3. Les mythes : nos sources, *17 : 44.

—, 4. Attitude des Grecs à l’égard des mythes. Première partie : la mythologie vivante , *18  : 48.

—, ”, erratum, *19 : 52.

—, 5. (suite), Connivences, *19 : 42.

—, 6. (suite), Ménélas le mou, *20 : 54.

—, 7. Deuxième partie : Platon contempteur des mythes, *21 : 5.

—, 8. Troisième partie : Platon créateur de mythes, *22 : 43.

—, 9. Quatrième partie : La place des mythes dans l’argumentation platonicienne, 23 : 36.

—, 10. Les 1001 facettes de Médée. Avant-propos et première partie : Textes, etc., 24 : 25.

—, ”, rectificatif, 25 : 61.

—, 11. Deuxième partie : théories solaires, psychologie, histoire : l’interprétation et ses pièges, 25 : 42.

—, 12. Troisième partie : À la recherche des origines ; recensement des épreuves initiatiques, 26 : 16.

—, 13. Quatrième partie : À la recherche des origines ; Jason et les épreuves initiatiques , *27 : 67.

—, 14. Cinquième partie : À la recherche des origines ; Médée la déesse, 28 : 65.

—, 15. Sixième partie : Étude diachronique : Jason, 29 : 44.

—, 16. Septième partie : Étude diachronique : Médée, d’Hésiode à Euripide, *30 : 69.

—, 17. Huitième partie : Étude diachronique : Médée, d’Apollonios de Rhodes à Dracontius, 31 : 71.

—, 18. Neuvième partie : Diodore le rationaliste, *32 : 30.

—, 19. Dixième partie : Jason, Médée et Vladimir Propp, 33 : 28.

—, 20. Athéna, Catilina, Judas, 36 : 8.

—, 21. Le labyrinthe et la grue, *37 : 7.

—, 22. Suite, *38 : 24.

—, 23. Lupus duplex. Première partie : l’énigme de Lycomède, 41 : 26.

—, 24. Deuxième partie : Les hommes-loups de la mythologie grecque, *42 : 32.

—, 25. Troisième partie : Du mythe au conte, 43 : 49.

—, 26. La Clytemnestre d’Eschyle, 44 : 65.

—, ”, errata, *46 : 50.

—, La mythologie à l’université, 20 : 51.

—, Eschyle : l’épopée dans la tragédie, 35 : 5.

—, À qui se fier ? (sur le mot « syncrétisme », etc.), 36 : 19.

—, Paroles à double sens, paroles magiques en Grèce antique, I, *47 : 15.

—, ”, II, *48 : 6.

—, Du monde antique au XVIIe s. : Méduse et l’œil maléfique. Le mythe détourné, I, *50 : 6.

—, ”, II, *51 : 42.

—, ”, III, *52 : 10.

—, Une réponse à l’article de madame Marie-Hélène Delavaud-Roux, 54 : 3.

—, L’Orestie d’Eschyle : un justicier ou un initié ? I, 56 : 43.

—, ”, II, 57 : 6.

—, Le loup-garou. I. Les origines ; les rituels, 73 : 69.

—, II. Croyances, théories, contes, 74 : 6.

—, Variations sur le mythe de Jason et Médée, 96 : 44.

—, Naissance de Clytemnestre, 97 : 14.

—, Les femmes viriles dans la mythologie grecque : un fantasme du mâle athénien. I, 98 : 35.

—, ”, II, 99 : 50.

—, Arrière-plan mythique et création personnelle dans l’Hippolyte Porte-Couronne d’Euripide, I, 101 : 11.

—, ”, II, 102 : 38.

—, CR de L. Gourmelen, Kékrops, le Roi-Serpent, 104 : 5.

—, Démesure et barbarie des chefs argiens dans les Sept contre Thèbes, 112 : 54.

—, Sanglantes Érynies (Eschyle, Euménides, 255-275), 114 : 24.

MOREU Carlos :  voir LEO Jean.

MORIN Denis, Psychanalyse et culture hellénique, *19 : 19.

—, Signes de langage et évolution des marquages, 23 : 48.

Moschos, Épitaphe de Bion (fragment), 82 : 6.

MOUTSOPOULOS Evanghelos A., Le droit de cité de la culture grecque dans l’univers culturel européen : pérennité ou survie ?, *52 : 27.

 

NATSOULIS Takis, La mère dans la chanson populaire, 39 : 26.

NAUDY M., Retour à Toulouse de Jean-Pierre Vernant, *19 : 16.

NAZLOGLOU Catherine, La dormition de la Vierge dans la peinture byzantine, *6 : 35.

NEUMANN Christian, Le Christus patiens de saint Grégoire de Nazianze à la lumière des Bacchantes d’Euripide, 31 : 63.

—, ”, rectificatif, *32 : 82.

NICOLETSEA Georgia, L’inversion des rôles chez Hérodote : l’exemple d’Artémise, 105 : 22.

—, Les variations sémantiques du terme barbare chez les Grecs, 112 : 64.

—, Le paradoxe du chapitre 38 de l’Epitaphios : la religion au service du « divertissement » des citoyens, 115 : 67.

—, Réponse à M. Henri Lafforgue, 118 : 46.

NICOLETSEA Martha, Clytemnestre : la femme dans toute sa « mauvaise gloire ». Le thème de l’anti-modèle féminin, 106 : 6.

—, Électre d’Euripide : la digne fille de Clytemnestre, 109 : 63.

—, Le pouvoir féminin dans l’Assemblée des femmes d’Aristophane, 115 : 29.

NIKAKIS Georges, Deux poèmes : Antipathie ; À la mémoire de Jutta morte, *22 : 8.

—, Recherche (poème), 23 : 62.

NOURRY Jean Dr, La Pierre et le Roc, 31 : 13.

—, Saints guérisseurs dans l’ancien monde byzantin. Hellénisme et médecine, 31 : 22.

—, Quelle prononciation pour le grec ancien ?, 36 : 21.

—, L’origine et la langue  des Anciens Macédoniens, 91 : 59.

—, La résurrection de la fille de Jaïre : réveil ou résurrection ?, 103 : 44.

NOVAIS FARIA Maria do Céu, La cécité humaine : voir/ne pas voir, *42 : 29.

 

OMATOS Olga, Constantin Paléologue, *38 : 51.

ORY Thérèse, L’organisation de l’espace dans un épisode de Daphnis et Chloé de Longus , *18 : 17.

OURANIS Costas, Le Gréco, dieu de Tolède, *64 : 77.

 

PAISSE Jean-Marie, À propos de Tirésias le devin aveugle, 106 : 40.

PAIZANIS Claude, Extrait de La Patrie perdue, *65 : 40.

PAÏZANIS Vassilis, Bateaux pourris, poème, 85 : 33.

PANAGOPOULOS Andreas, L’expédition de Sicile dans l’histoire et dans la poésie, 98 : 62.

PANAGOULOPOULOS Georges, Poèmes : Frappant aux portes disparues ; Les dames du vent ; Encore un petit peu, 35 : 72.

PANAYOTOPOULOS Ioannis M., L’adorateur d’images, *66 : 58.

PAPACHRISTIS-PANOS Evangelia, Cinq poèmes, 89 : 28.

PAPADAKOS Vassilios, Thèses médicales sur la maladie et la santé chez les hippocratiques : conception ancienne et actualité contemporaine, 68 : 57.

PAPADIAMANTIS Alexandre, L’église du Christ au Kastro, *6 : 21.

—, L’amour dans la neige, 34 : 3.

PAPALEONARDOU Maria, Six poèmes : La ville étrangère ; Le cheval blanc ; Les vaincus ; Je ne voudrais pas ; À quoi bon ; Le miroir, 40 : 26.

PAPAMANOLI-GUEST Anna, Le Sphinx, 57 : 62.

—, Sentiers rouges. Le loup et la Française, 83 : 64.

—, Deux chansons populaires et un fragment de Souffrances d’amour, la tragédie crétoise de Georges Chertatzis, 95 : 59.

—, Poésie populaire grecque, 100 : 30.

—, Le volcan de Théra et les échos de l’Atlantide, 108 : 31.

—, Grèce antique, Grèce actuelle : quel chemin ?, 110 : 41.

—, Grèce antique, Grèce moderne : chemins de pérennité Daphné : les lauriers de la lumière naissante, 111 : 6.

—, GA, GM, Klidonas : les voix célestes du solstice d’été, 112 : 5.

—, ”, Cavernes et grottes, archives d’identité, 113 : 34.

—, ”, L’Hiver sous l’aile de Dionysos, 114 : 5.

—, ”, Le Printemps au parfum d’Artémis, 115 : 6.

—, ”, Saint Élie : le prophète des sommets, 116 : 13.

—, ”, Grottes, lieux de guérison, 117 : 20.

—, ”, Notre mère la Terre, 118 :3.

—, ”, Le carnaval marin de Skyros, 122 : 4.

—, ”, Des Néréides aux… Néraïdes, 124 : 9.

—, ”, Gorgone immortelle. Du monstre à la protectrice, 125 : 15.

—, ”, De Gorgone à Skylla… entre terre et mer, 126 : 2.

—, ”, La Gorgone entre Sirènes, Skylla et Néréides, 127 : 3.

—, ”, La Gorgone et Alexandre le Grand, 128 : 10.

—, ”, Les « Pagana », esprits païens, 130 : 3.

—, ”, Gorgone le monstre et… Vierge la Gorgone, 131 : 3.

PAPANDONIOU Zacharias, La femme de Malis, 86 : 60.

PAPANGELOU Roy, Poèmes (in Lanières) : Miracle ; Élégie ; Fontaine, 49 : 66.

—, Clepsydre, cinq poèmes, 90 : 70.

—, Transparences, 107 : 18.

—, De la terre, 108 : 16.

—, Atlantide, 114 : 72.

—, Mai amoureux (3 poèmes), 123 : 20.

PAPASTRATOU Danaé, Diogène, une physionomie étonnante, *3 : 29.

—, Céphalonie, enchantement de la mer Ionienne, *4 : 7.

—, ”, précisions, 5 : 32.

—, Le Pélion ; Volos, 5 : 19.

—, Samos, l’île verdoyante de Pythagore, *18 : 6.

—, Le dilemme d’une mère à Chypre, *21 : 59.

—, L’hellénisme, un message pour l’homme, 34 : 79.

—, Samothrace. Au sanctuaire des Grands Dieux, *37 : 65.

—, Le nuage, *65 : 41.

—, Deux poèmes, 89 : 8.

PAPAYANNI-LAMBROS Alexandra, L’archipel grec dans la littérature, 71 : 61.

PAPPA Léna, Deux poèmes : Adolescence ; Progrès, 26 : 6.

PAPPAS Théodoros, Contribution à une étude anthropologique de la Comédie grecque : structure des exodoi dans les comédies d’Aristophane, 34 : 36.

—, Rite agraire et comédie ancienne. Approche anthropologique, I, 40 : 8.

—, ”, II, 41 : 7.

PARROD Jacques, Genèse de l’atome de Démocrite, *2a : 11.

PASCALIN Pèire, “Réjouis-toi !” de Luc à … Parménide, 125 : 45.

PASCHOS Pandélis V., Orthodoxie byzantine et littérature, 31 : 3.

PENNAOD Goulven, Grec et celtique, *9a : 10.

PERENDITIS Stavros, Une traduction latente de l’Hymne de la Liberté de Dionysios Solomos (1897), 35 : 67.

PERNÉE Lucien, La concordance des temps existe-t-elle en grec ancien ?, 1, 119 : 22.

—, … ”, 2, 120 : 20.

—, … Ἄν et le participe, 129 : 40.

PERODASKALIS Dimitris, En noir et blanc, poèmes, 125 : 32.

PERRET P., La soif de connaître, 43 : 3.

PETIT André-Paul, frère A.P., Les épithètes morales de Virgile à l’égard d’Ulixes et d’Aeneas, *7a : 17.

—, Homère et le monde moderne, I, *17 : 38.

—, ”, II, *18 : 41.

—, Le Christ, hébreu… ou grec… ou hellénisé ?, 29 : 13.

—, Thucydide et la guerre, 39 : 23.

PETSALIS DIOMIDIS Thanasis, Les Mavrolyki (appréciation et traduction d’un passage), 55 : 43.

PETROPOULOS Georges, Trois chansons critiques du Pont, 86 : 55.

—, Les mimes en vers iambiques d’Hérondas, 95 : 69.

PETRUCCI Anne, Un autre regard sur la guerre de Troie : « Dictys le Crétois », 123 : 41.

—, Une vision originale de l’expédition des Argonautes : le récit de l’Eclogè historiôn, 128 : 33.

—, Achille et Ulysse dans les chroniques byzantines : comment rater sa mort, 132 : 19.

PEYROUS René, Où se trouvent les Lotophages d’Ulysse ?, 132 : 5.

PEYSSARD-MILLIEX Louis, Xénophon, l’homme privé, le grand propriétaire, *7 : 24.

PHAKLARIS Panayiotis B., Le cothurne, le vent et l’Euripe dans la politique, 103 : 3.

PILLARD-CATSIDONIS Christiane, Nikos Kavvadias, *17 : 9.

PINON Jacques, Vagabondages grecs. Folégandros, 81 : 59.

PINON Jean, Loutro, 75 : 63.

PITYKAKIS Manolis, Article « diktamos » dans son dictionnaire de la langue crétoise orientale, 96 : 53.

PLATANOS Vassilis, Concerto pour une oliveraie, poème (fragments), 88 : 34.

—, Concerto pour une oliveraie, I, 111 : 78.

—, ’’, 2, 112 : 77.

PLATIS Eleuthérios N., La poésie des Sonnets et d’Aphrodite céleste de Sikélianos, 26 : 45.

—, Une cause de tragique dans les Trachiniennes et le Philoctète de Sophocle : l’hubris de l’intellect, 34 : 20.

—, La transsubstantiation de l’histoire dans la poésie grecque antique et dans la poésie néo-hellénique traditionnelle, *49 : 34.

—, Examen d’esthétique générale des longs poèmes de Ritsos, 57 : 16.

—, La poésie populaire grecque moderne, 59 : 26.

—, La personnalité de Socrate, 75 : 78.

PLORITIS Marios, Les Cléons et leur engeance, 71 : 8.

—, Obscurité et clarté, 82 : 8.

—, Politique, théâtre et mass media, 86 : 9.

—, Les reliques des dépouilles, 96 : 46.

POLÉNAKIS Léandre, Huit poèmes, 73 : 22.

—, C’est arrivé à Godvana. Intermezzo pour Hélène, *76 : 41.

POLI Jean-Dominique, Présence d’Héraclite dans l’œuvre de René Char, 75 : 67.

—, D’un principe esthétique qui sous-tend la création de l’Aeria de Strabon à l’Aerea de René Char, 86 : 22.

POUDERON Bernard, Judas réhabilité ? (à propos de l’Évangile de Judas), 117 : 55.

POURKIER Max, col., Sur une formule mathématique de Héron d’Alexandrie, *10 : 12.

—, Trébizonde, dernier empire grec d’Asie, 24 : 48.

—, La protection des empereurs byzantins, du IVe au VIIe siècle. I et II, 35 : 22.

—, ”, III, 36 : 48.

—, ”, IV, *37 : 17.

—, La protection des empereurs byzantins du VIIe siècle à la réforme de Constantin V au milieu du VIIIe siècle, *45 : 18.

—, La protection des empereurs, de Constantin V à Alexis Ier, I, *52 : 42.

—, ”, II, 53 : 7.

—, ”, III, 54 : 29.

—, ”, IV, 55 : 23.

—, La protection des empereurs byzantins d’Alexis Ier (1081) à la chute de l’Empire (1453), 67 : 43.

—, Le Danube, frontière de l’empire byzantin de Constantin Ier à Maurice (306-602), I, 87 : 12.

—, ”, II, *88 : 35.

—, ”, III, 89 : 36.

—, ”, IV, 90 : 22.

—, L’armée byzantine. Création et organisation initiale de l’armée dans l’Antiquité tardive (284-337), I, 94 : 22.

—, ”, II, 95 : 26.

—, L’armée byzantine. L’évolution de l’armée de l’Antiquité tardive de 337 à 364, de la mort de Constantin Ier au début du règne de Valentinien I : rupture de l’équilibre entre armées frontalière et mobile, début de la régionalisation de l’armée mobile, 103 : 48.

—, L’armée byzantine. Les armées romaines d’Occident et d’Orient de 364 à 395, I, 104 : 73.

—, ”, ”, II, 105 : 74.

—, ’’, IV. Les armées romaines d’Occident et d’Orient au Ve siècle, 111 : 54.

—, “, V. L’armée d’Anastase et de Justinien, 1, 118 : 57.

—, “, V. L’armée d’Anastase et de Justinien, 2, 119 : 60.

—, ”, VI. Dernières mutations. Fin de l’organisation dioclétiano-constantinienne (2e moitié du VIe siècle-2e moitié du VIIe siècle) 1, 122 : 51.

—, ”, VI. 2, 123 : 68.

—, La marine de guerre de l’Antiquité tardive de Dioclétien à Constantin IV, 1, 130 : 43.

—, ”, 2, 131 : 46.

—, ”, 3, 132 : 77.

PRALON Didier, Homère, Odyssée XI : ce que disent les Ombres, I, 25 : 53.

—, ”, II, 26 : 54.

—, La légende de la fondation de Marseille, *46 : 23.

—, Homère et la poésie orale, I, 73 : 30.

—, ”, II, 74 : 18.

—, ”, III, 75 : 11.

—, Le corps signifiant : la physiognomonie aristotélicienne (CR), 119 : 41.

PRESTIPINO Lucia,  L’Érechtée d’Euripide et le temple de l’Erechtéion, 43 : 36.

PROKOS Antonis I., Sonnets : Le fleuve ; Notre très cher ami Hector, 36 : 6.

PROVOTAKIS Théokharis, Le dictame de Crète, 96 : 52.

PULQUERIO FUTRE Marilia, L’enseignement du grec : un « marketing » de séduction, 55 : 75.

 

RACOL-FRANCESCHETTI Brigitte, Enseigner le grec en primaire, *60 : 13.

RADAR Edmond, Provence, terre grecque, *48 : 4.

—, Le souffle aux lèvres (poèmes grecs choisis et traduits), *48 : 34.

RAFI-ZADEH, Épitaphes I. Aristodème le Tremblant, 63 : 76.

—, ”, II, *64 : 32.

RAYNAUD Marcel, Mont Athos, *7 : 22.

—, Métaponte, de Pythagore aux légendes médiévales, *21 : 44.

—, Mario Meunier (1880-1960), 28 : 62.

RENAUD Jean-Michel, La tradition épique avant Homère : l’apport de l’infinitif εἶναι, 102 : 66.

—, Reprise du même, 103 : 32.

REYBAUD Louis, Jérôme Paturot à la recherche d’une position sociale (extrait), 2 : 14.

REYNAUD Gaston, Initiation à la numismatique grecque, 8a : 23.

RICCI Marie-Christine, L’enfant grec, *1 : 27.

RICHELMY-BONNET Flore, Un aperçu sur la vie et l’œuvre de madame Dacier, 2 : 8.

—, Madame Dacier contre Houdar de la Motte, *3 : 23.

—, Un diplomate poète et philologue : Constantin Nigra, *20 : 25.

—, Juliette Adam, femme de lettres dynamique, passionnée par la Grèce, 72 : 63.

RIGAS Léonide, L’enfant de l’autre jour, *16 : 3.

—, L’embellissement du village, 28 : 80.

—, Les Mémoires, *38 : 59.

RIGATOS Gérasimos, Sur Nikos Kavvadias, 57 : 58.

—, Aventures d’un après-midi. Équité, 70 : 58.

—, ”. L’été, devant la porte, 73 : 62.

—, Cet autre moi-même, *76 : 69.

—, L’amour de la fuite, 84 : 64.

—, Le dictame dans la médecine antique, 96 : 51.

—, Athlétisme et santé. La santé par le sport dans la Grèce antique, I, 98 : 30.

—, ”, II, 99 : 45.

RITSOS Yannis, Sans défense (poème), *38 : 22.

—, Quelles drôles de choses !, Mes ficelles (trad. JK), 110 : 4.

ROBIANO Patrick, Littérature grecque classique et romans français des années 50, 28 : 5.

ROBOLY Dimitri, La Grèce d’Alexis de Valon, 84 : 74.

ROMEUF Jean, Le grec avec ou sans latin ?, *3a : 4.

ROMILLY Jacqueline de, Aimer la Grèce et la Provence, *46 : 3.

—, À propos d’ogres, 81 : 52.

—, Médecine et politique dans la Grèce antique, 100 : 4.

ROPARS Jean-Michel, Poséidon et Hadès, 106 : 72.

—, Poséidon et Apollon, I, 110 : 17.

—, ”, II, 111 : 27.

—, La Fortune et la Nécessité, I, 112 : 26.

—, … La Fortune et la Nécessité, II, 113 : 48.

—, Le dieu Hermès dans l’Hymne homérique à Hermès, I, 114 : 36.

—, ”, II, 115 : 19.

—, ”, La roue et l’oiseau, I, 116 : 25.

—, ”,   ”, II, 117 : 26.

—, ”,   ”, III, 118 : 18.

—, Héphaïstos et Hypnos I, 122 : 23.

—, ”, II, 123 : 26.

—, ”, III, 124 : 14.

—, Céyx, 126 : 46.

—, Autour de Céyx et de l’alcyon, I, 130 : 48.

—, ”, II, 131 : 24.

—, ”, III, 132 : 53.

ROQUEPLO Thérèse, Poétique du baiser, 8a : 20.

ROSSI Lucia, L’histoire économique antique à travers différentes sources : les navires de transport du blé sur le Nil, 128 : 39.

ROTMAN J., Conte du soir (poème), *22 : 13.

ROUSSEAU Yvonne, Sagesse (poème), *7a : 26.

 

SAKELLARIOS Charis, Inflation (poème), *16 : 59.

SALÉ Marie-Jeannine, Jean Cocteau et la Grèce : la machine infernale, 8a : 59.

—, L’empereur Julien : rêveur ou homme d’État ?, *6 : 28.

—, ”, réédition, 54 : 59.

—, Rôles respectifs de l’homme et de la femme (Xénophon, Économique VII), *12 : 22.

—, ”, réédition, 106 : 22.

—, Un Ulysse camarguais, *13 : 9.

—, Ajax et Don Quichotte, pourfendeurs de troupeaux ! (Sophocle, Ajax), *15 : 44.

—, Ajax et Don Quichotte pourfendeurs de troupeaux ! (Sophocle, Ajax, v. 51-70), *64 : 26.

—, Chœur de satyres (Euripide, le Cyclope), *16 : 21.

—, ”, réédition, 107 : 48.

—, Entre lecteurs du Gorgias, *16 : 45.

—, Les disciples d’Emmaüs (Évangile selon saint Luc), *17 : 20.

—, Le pélican (Aristote, Élien), *18 : 20.

—, Le chant du cygne (Platon, Phédon), *19 : 31.

—, … ”, réédition, 109 : 54.

—, Mots croisés, *20 : 3.

—, ”, *20 : 18.

—, Terre des dieux, *20 : 4.

—, Olympie ou le triomphe de la jeunesse (Pindare, 14e Olympique), *20 : 45.

—, Le mythe de l’Aimant (Platon, Ion), *21 : 37.

—, ”, rectificatif, 23 : 52.

—, De l’usage des lettres grecques dans le roman (Henri Bosco), *22 : 18.

—, Une déesse parmi les hommes (Odyssée VII), *22 : 19.

—, Le serment d’Hippocrate, 23 : 28.

—, Démosthène et la bataille de Chéronée (Plutarque, Vie de Démosthène), 24 : 11.

—, Le lion de Chéronée, 24 : 17.

—, Débarquement en Sicile (Thucydide, Guerre du Péloponnèse, VI, 65, 66), *27 : 15.

—, ”, réédition, 98 : 55.

—, La parole et l’action jugées par un soldat d’Athènes (Platon, Lachès), 28 : 28.

—, ”, réédition, 108 : 58.

—, Carrousels (Xénophon, Le commandant de cavalerie), *30 : 56.

—, ”, réédition, 110 : 28.

—, La parabole des talents (Évangile de saint Matthieu), 31 : 41.

—, Quelques réflexions à propos de « Littérature grecque et romans français des années 50 » de P. Robiano, 31 : 66.

—, Thersite (Iliade II), *32 : 45.

—, L’art de commander (Xénophon, Économique), conclusion, 33 : 68.

—, Les Garamantes (Hérodote IV), 34 : 55.

—, Le semeur (Évangile de saint Luc), 35 : 17.

—, Qui a tué Pyrrhus ? (Euripide, Andromaque), 36 : 26.

—, Dans les mers polaires (Lucien, Histoire véritable), *37 : 75.

—, Le testament de la princesse Aménartas, *38 : 34.

—, Le cœur et le trésor (Évangile de saint Matthieu), 39 : 40.

—, Ion, l’Éliacin de Delphes (Euripide, Ion), 40 : 32.

—, Xénophon et les 10 000 : une « légion étrangère » ? (Xénophon, Anabase III), 41 : 52.

—, Le plus aveugle des dieux (Sophocle, Œdipe-Roi), *42 : 21.

—, Les rameaux (Évangile de saint Matthieu), 43 : 30.

—, Les poètes de la nuit : Sappho (fragments) ; Hymne à la nuit (attribué à Orphée), 44 : 26.

—, Un dieu très occupé : Hermès, dieu des voleurs ou des gendarmes ? (Lucien, Dialogues des dieux), *45 : 43.

—, ”, réédition, 113 : 24.

—, Une belle histoire marseillaise (Lucien, Toxaris ou l’amitié), *46 : 70.

—, Pour l’amour de Dieu (Paul, I Corinthiens, XIII), *47 : 70.

—, ’’ réédition, 111 : 22.

—, Un philosophe dont il est impossible de dire qu’il n’a pas les pieds sur terre (Platon, Banquet), *48 : 64.

—, « Guerre et Paix » ou « Tartarin-Quichotte » et « Tartarin-Pança » (Aristophane, Les Acharniens), *49 : 58.

—, ” réédition, 115 : 48.

—, Théocrite, « La quenouille », *50 : 34.

—, Les Béatitudes (Évangiles de saint Luc et de saint Matthieu), *51 : 15.

—, ” réédition, 114 : 12.

—, Argos le chien (Homère, Odyssée XVII), *52 : 58.

—, L’apprenti-sorcier (Lucien, Philopseudès), 53 : 48.

—, La femme adultère (Évangile de saint Jean), 55 : 7.

—, Antigone, la gardienne du foyer (Sophocle, Antigone), 56 : 68.

—, Priam ou la douleur d’un père (Iliade XXIV), 57 : 77.

—, Pénélope (Odyssée XXIII), 58 : 46.

—, Notre Père qui êtes aux cieux (Évangile de saint Luc), 59 : 20.

—, La parole est aux chevaux (Iliade XIX), *60 : 59.

—, La maison hantée (Lucien, Philopseudès, 30-31), *61 : 50.

—, Xanthippe : mégère mal apprivoisée ou épouse calomniée ? (Xénophon, Banquet, 2, 10), *62 : 20.

—, La Transfiguration (Luc, 9, 28-36), 63 : 53.

—, L’homme aux serpents (Lucien, Philopseudès, 11-12), *65 : 72.

—, Au pays du dieu-chat (Hérodote, II, 66-68), *66 : 34.

—, Les disciples d’Emmaüs (Luc, 24, 13-35), 67 : 10.

—, Au jardin de Laërte (Odyssée, XXIV, 205-255), 68 : 12.

—, La fête des moissons (Théocrite, Les Thalysies, 132-157), 69 : 25.

—, Noël (Luc, 2, 1-20), 70 : 14.

—, Rendez à César (Matthieu, 22, 15-22), 71 : 55.

—, Zalmoxis le Dace, ou la santé par les Sages (Platon, Charmide, 156d-157c), 72 : 55.

—, Le pélican (Aristote, Hist. des êtres animés, IVe s. av. J.-C.), 73 : 46.

—, Les vers d’or, 74 : 32.

—, Ce qu’il en coûte d’être disciple du Christ (Luc, 14, 25-35), 75 : 31.

—, Drôle de héros (Lucien, De la danse, 27-28), *76 : 35.

—, Alceste, épouse dévouée ou femme amoureuse ? (Euripide, Alceste, 280-325), 78 : 74.

—, Le bon Samaritain (Luc, 10, 25-37), 79 : 32.

—, Le mystère de la ville perdue (Strabon, Géographie, 4-1, 11), 80 : 21.

—, L’outre d’Éole (Odyssée, X, 17-55), 81 : 30.

—, Si nous avions l’anneau qui rend invisible (Platon, République, 35-c-360c), 82 : 50.

—, Propos de table… Où Jésus donne leçon de savoir-vivre (Luc, 14, 1-14), 83 : 6.

—, Un condiment réservé aux riches et qu’il ne serait peut-être pas souhaitable de démocratiser (Aristophane, Les Oiseaux, 525-538 et 1579-1590 ; Les Cavaliers, 894-901), 84 : 44.

—, Une belle histoire marseillaise (Lucien, Toxaris ou l’Amitié, 24-26), 85 : 19.

—, « Bêtes, hommes et dieux » : Arion et le dauphin (Plutarque, Banquet des sept sages, 161b-e), 86 : 44.

—, Les deux maîtres et le lys des champs (Matthieu, 6, 24-34), 87 : 40.

—, Hymnes au soleil. I : L’hymne homérique, *88 : 46.

—, La bataille d’Aix (Plutarque, Vie de Marius, XVIII, 3-4 ; XIX, 1-2), I, 89 : 50.

—, ”, II, 90 : 32.

—, Résurrection (Évangile apocryphe de Pierre, 35-45 et 50-57), 91 : 34.

—, Ma chère Lutèce (Julien, Misopogon, 340D-342A), 92 : 30.

—, Les cailloux de la Crau, ou Héraklès en Provence (Strabon, IV, 1, 7 ; Eschyle, Prométhée délivré, fragment), 93 : 12.

—, L’éclipse ou l’art d’expliquer (Plutarque, Périclès, XXXV), 94 : 48.

—, Ave Maria (Luc, I, 26-42), 95 : 5.

—, La colombe voyageuse, poème anacréontique, 96 : 6.

—, Les « Voceri » homériques (Iliade, XXIV, 723-775), 97 : 26.

—, Glaucos le marin (Diodore de Sicile, IV, 48, 6-49, 3 ; Euripide, Oreste, v. 360-367), 99 : 12.

—, L’ouvrier de la onzième heure (Matt. 20, 1-16), 100 : 47.

—, Comment la démocratie se change en tyrannie (Platon, Rép. VIII, 562e-563d), 101 : 27.

—, Sisyphe heureux ? , 102 : 56.

—, La tour de Babel (Genèse, 11, 1-9), 103 : 75.

—, Le chant envoûtant des cigales (Platon, Phèdre, 258e-259d), 104 : 68.

—, Elpénor l’oublié (Od. X, 551-560), 105 : 30.

SALTAPIDAS Christos, La langue grecque et trois grands poètes, *21 : 56.

—, Une œuvre cryptographique d’Odysséas Élytis, 28 : 10.

—, Élytis et Lautréamont, *38 : 42.

—, Argo ou le voyage en ballon d’Andréas Embiricos, 39 : 71.

—, Georges Séféris et André Gide, *42 : 3.

—, Karaghiozis le Grec, *42 : 60.

—, Deux « poèmes-cadeaux d’argent » d’Odysséas Élytis, *45 : 27.

—, Nikos Kazantzakis et Albert Camus, *61 : 64.

SALVIAT François, Glanum, *46 : 39.

SAMOUILIDIS Christos, La lutte, 23 : 64.

—, L’ourse de Samuel, 36 : 76.

—, ” (rectificatif), *37 : 74.

—, Le sosie, *64 : 69.

—, Les ossements, nouvelle, *76 : 73.

—, Du recueil Entre chien et loup (1959) : Décision ; Horloge. Du recueil Signes tristes Nous partirons ; La ville. Du recueil Vertige (1958) : Tu n’arrives pas ; Mélancolie, 97 : 50.

SAPPHO, Volupté, *51 : 6.

SARAKIS Sotiris, Mosaïque de tesselles invisiblesLa cérémonie  (4 poèmes), 124 : 26.

—, La cérémonie, Stérile rencontre…, Lettre ouverte à mon chien… (trad. JK), 131 : 10.

SARANTIS Galatée, À l’ombre du grand arbre, *66 : 52.

—, Pour un arbousier et pour un lentisque, 72 : 4.

SAVVOPOULOS G., Le poète G. Vizyinos, nouvelliste d’avant-garde de la Grèce moderne, 67 : 72.

SCHAEFER Georges, La musique grecque, *6a : 7.

—, La musique chez les Grecs anciens, *14 : 31.

SCHOULER Bernard, L’exaltation du travail dans l’hellénisme tardif, 25 : 33.

—, L’autobiographie de Flavius Josèphe, I, 105 : 13.

—, ”, II, 106 :13.

SCHWYZER Édouard, La prononciation du grec ancien en Allemagne, 8a : 7.

SCOLAN Yannick, Les voyages des sophistes : athénotropisme ou athénocentrisme ?, 116 : 39.

SCOZZARI Gérald, Comme un œil de chouette (avant l’aube), *51 : 55.

SÉFÉRIS Georges, Deux poèmes : Trois mules ; Salamine de Chypre, *5a : 20.

—, Cahier d’exercices n° 2 : La colline des chevaux ; Le dernier chœur ; Olympie, XXe s. apr. J.-C. ; Par-dessus les armes, les uniformes, 28 : 21.

—, Cahier d’exercices n° 2 : Selva oscura ; Sans titre ; Argo, *32 : 42.

—, Penthée ; Euripide, Athénien ; Mémoire ; II, Éphèse, 43 : 22.

—, Les chats de Saint-Nicolas, *51 : 58.

—, Deux lettres d’Albanie, *66 : 48.

—, … Extraits de son journal (Irak), 119 : 49.

SERRA José Pedro, La mort héroïque : transfigurer la vie par la méditation de la mort (trad. M.-J. Salé), 126 : 33.

SIÉ Henry, Kos, 40 : 19.

—, Santorin, 44 : 54.

SIKÉLIANOS Anghélos, La vie et l’œuvre de Pindare, *20 : 36.

—, Au monastère du Bienheureux Luc, 43 : 26.

—, Le sommeil de Mistral, *46 : 68.

—, Je voyage avec Dionysos, 54 : 6.

—, Lettre à son cousin, 80 : 26.

—, Étude de la mort, poème lyrique, 87 : 4.

—, La cime de Nisyros, poème, 96 : 26.

—, Himère, « Suprême leçon », I, 100 : 68.

—, ”, II, 101 : 34.

SIKÉLIANOS Anna, Une table se souvient, 68 : 53.

SILVI Christine, Le recours au grec dans quelques encyclopédies du XIIIe s. en français, 108 : 68.

SIMONNET Anne, La place du Logos chez Jean Damascène, 29 : 57.

—, Marie, Mère de la Parole. Théologie mariale de saint Jean Damascène, 31 : 26.

—, ”, rectificatif, *32 : 82.

SIMOPOULOS Elias, La barque des souvenirs, *9a : 1.

—, Le rideau de la forêt : les marteaux de la pluie, *9a : 28.

—, Poèmes : L’archer invisible ; Exclus ; L’énigme ; La fenêtre, *37 : 50.

—, Poèmes : La mort de la belle ; Le bois des oiseaux, *52 : 68.

—, Poèmes : Mystra ; La musique ; Les poèmes ; Un buisson ; La cellule, 56 : 6.

SINOPOULOS Takis, Deux poèmes : Elpénor ; Banquet funèbre pour Elpénor, 26 : 9.

SIRINELLI Jean, Julien et l’histoire de l’humanité, 83 : 41.

SKLAVENITIS Dimitrios, Les mirologues grecs, 69 : 54.

SKOULA-PÉRIFÉRAKI Marlène, Six poèmes, 70 : 4.

—, Carnaval, poème, 74 : 62.

—, Vaine attente, poème, *76 : 80.

—, À la lumière de la lampe, poème, 85 : 38.

—, Récital de l’abnégation. Passage dangereux, 87 : 78.

—, Dans le décor du destin, deux poèmes, 92 : 66.

—, Dans le décor du destin, deux poèmes, 99 : 6.

SKOURTI S., Jusqu’à ce qu’il fasse jour, *20 : 19.

SCHNAPP-GOURBEILLON Annie, CR Aux origines de la Grèce, 114 : 61.

SOLOMOS Dionysios, Hymne à la Liberté, 35 : 69.

SOULLIER Jane, L’hospitalité antique dans l’Odyssée, *30 : 27.

—, L’orthodoxie, 35 : 33.

—, Un exemple de comédie nouvelle : Epitrepontes. Mieux vaut un médiateur, ou : L’arbitrage de Ménandre, *38 : 67.

SOYEZ Agnès, L’utilisation du lézard en magie, *65 : 77.

SPANAKI Cleio, Deux poèmes : L’orpheline ; La grammaire, *14 : 49.

SPINEDI Carlos, Élytis et la Méditerranée, 81 : 17.

SPYRIDAKIS Georges, Affinité (poème), 39 : 47.

SPYRIDAKIS Manos, Promenade en Provence, *46 : 81.

—, Deux poèmes : Au monastère du Sinaï ; Cléopâtre, *47 : 32.

—, Poèmes : Deux îles-légendes ; En voyageant sur la mer Égée ; Santorin, *60 : 48.

STAPHYLOPATIS Nikos, Calendes de 1952, poème, 86 : 2.

STASSINOPOULOS Michel D., Montaigne connaissait-il le grec ?, *7a : 2.

—, Voltaire et les Grecs (allégorie satirique), *3 : 3.

STRABON, La Crau, *46 : 77.

 

Tachydromos (Ho) (hebdomadaire), À propos du disque de Phaïstos, *5a : 6.

TAGKALAKI Hélène, Six poèmes : Janus ; Alma Mater ;  Hier, tu as  souffert; Le temps fut comblé ; Il mourra à Troie ; Alliances sacrées, 5 : 8.

—, Deux poèmes : Miroirs ; J’attends, *13 : 14.

—, Poème : Pour l’âme de mon âme, *19 : 12.

—, Poème : Ma belle amie, *30 : 8.

—, Poème : Offre spéciale, 41 : 68.

—, Poème : Passage par la Bretagne, 56 : 4.

—, Sceau, poème, 96 : 4.

TAMBRUN Brigitte, La philosophie byzantine au XVe s. : Georges Gémiste Pléthon, 31 : 55.

TATSIS Catherine, Poème : La nuit les a surpris, *51 : 2.

TERRIS Michèle, Problème d’assimilation en grec moderne, 8a : 10.

—, Il était une fois le Minotaure, *1 : 26.

—, Rabelais et le grec, *14 : 35.

Théâtre (comptes-rendus), Platon à la scène, *14 : 9.

—, Lysis, *14 : 11.

—, ”, *14 : 13.

—, Le Banquet, 25 : 5.

—, Lysistrata, 25 : 8.

—, Électre, 28 : 35.

—, Gorgias, 36 : 66.

—, Iphigénie, 36 : 68.

—, Alceste, 43 : 11.

—, Médée, *47 : 13.

—, Prométhée enchaîné, *47 : 14.

—, Io, *48 : 4.

—, Phédon, *48 : 5.

—, Septembre 1991 à Athènes, *50 : 4.

—, Électre, *50 : 5.

—, Protagoras, *52 : 2.

—, Électre, 58 : 2.

Théocrite, La Magicienne (fragment), 82 : 5.

THÉODOROU Spiros, Deux poèmes en français, *5a : 26.

THÉOHARIS Georges, Synaxaire de Nicolas le Brigand de Distomon, 75 : 53.

—, Assolement, cinq poèmes, *76 : 46.

THÉONAS Maria, Trois poèmes, 69 : 40.

THÉOTOKIS Constantin, Encore ?, 70 : 46.

TILLARD Michèle, Parménide (fin du VIe siècle-milieu du Ve), un poète oublié ?, 118 : 26.

TOKA-KARACHALIOU Mélita, Trois poèmes, *76 : 1.

—, De Théocrite au logogramme, I, 77 : 46.

—, ”, II, 78 : 28.

—, Incendie de l’horizon, poème, 86 : 58.

TONNAC Jean-Philippe de, et DI PASQUALE Marie-Laure, Platon en bandes dessinées ? , *11 : 25.

—, Pour une adaptation graphique du Banquet de Platon, *13 : 3.

—, Interprétation graphique du Banquet de Platon, *14 : 15.

—, Le Banquet de Platon, I, *16 : 40.

—, ”, II, *17 : 27.

—, ”, III, *18 : 27.

—, Après Astérix en latin, Platon en bandes dessinées, *22 : 31.

—, Pythagore, cuisse d’or, *20 : 63.

TOPALOV Kiril, Motifs, personnages et éléments grecs antiques et byzantins dans la littérature bulgare, *60 : 67.

TRAJBER Frédéric, Sur les emplois du verbe ἔοικα dans les épopées archaïques, 128 : 54.

TRAVLANTONIS Antonis K., Apologie du misanthrope (nouvelle), *6a : 17.

TREBBIA L., Des fleurs d’une prairie préservée, *3 : 21.

—, Socrate et l’escarpolette, *14 : 3.

—, Si une momie rompait ses bandelettes, *22 : 25.

—, L’éternel retour, *32 : 62.

—, Guerre et paix (suite ; à propos du vers 1133 des Acharniens, n° 49, p. 61), *52 : 56.

—, De l’utilité pratique des études grecques, 73 : 43.

—, À propos de τὰ κενέβρια (un condiment réservé aux riches, v. n° 84, p. 47), 87 : 23.

TRIANDAPHYLLIDIS Kostas, Paysages de vertiges dans l’œuvre de Papadiamantis ou « Le Macrocosme du microcosme », 63 : 69.

—, La poésie de la pierre, ou élégie et louange, *65 : 63.

—, L’immortalité du sourire, 67 : 70.

—, Enseignement et liberté, 70 : 63.

—, Acrobaties (essais) ; l’actualité de Ménandre, 72 : 18.

—, Le principe des ensembles fermés dans l’esthétique grecque, 74 : 29.

—, La dynamique du silence, 89 : 47.

—, Approches du ciel dans la poésie de Takis Varvitsiotis, 103 : 25.

—, La poésie érotique (lpv JK), 108 : 2.

TSIBLIS Elias D., Anabase, six poèmes, 94 : 32.

—, La ballade des barbares, 103 : 39.

—, Anabase, cinq poèmes (Retour…), 109 : 28.

TSIKRISTI-KATSIANAKI Chrysanthe, Affinités électives, deux poèmes en français, 91 : 2.

—, J’aime les pierres, poèmes, 92 : 4.

—, Souffrances, cinq poèmes, 92 : 63.

—, Trois poèmes, 95 : 72.

TSOPANAKIS Agapitos, L’apport grec à l’Europe, 81 : 41.

TUCOO-CHALA Jean, L’hellénisme d’Edgar Quinet, 29 : 69.

—, Lucien Davesiès de Pontès, un marin philhellène en Grèce (1822-1833), *52 : 72.

TURRETTES Cécile, Survivance d’un mythe, 74 : 68.

—, Le deuil sied à Électre et La réunion de famille : travestissement du mythe d’Oreste dans deux pièces anglo-saxonnes, *76 : 25.

—, Les héroïnes antiques et l’image de la mère dans le théâtre de Jean Anouilh, 79 : 76.

—, Les héroïnes antiques de Jean Anouilh et le concept du bonheur, 84 : 70.

—, L’attachement d’André Suarès (1868-1948) au monde grec, 85 : 44.

—, Le masque et le mythe d’Oreste au XXe siècle, 87 : 75.

—, Trois tragédies policières contemporaines fondées sur le mythe d’Oreste, 93 : 77.

TZELEPIS Nicolas, Les architectes populaires grecs, *16 : 62.

TZIKAS Kostas : voir KAMARIS Siphis.

 

VÁCHA Jaroslav, Pénélope (nouvelle, trad. M.-J. Salé), 58 : 51.

—, Xanthippe (nouvelle, trad. M.-J. Salé), *62 : 24.

—, Ulysse (nouvelle, trad. M.-J. Salé),  84 : 36.

—, Sisyphe (nouvelle, trad. M.-J. Salé), 102 : 59.

—, Elpénor (nouvelle, trad. M.-J. Salé), 105 : 33.

VAÏS Théodore, Signes de ponctuation, huit poèmes, 91 : 22.

—, Sept poèmes, 95 : 10.

—, Haï-kou, 97 : 58.

—, Bleu cobalt, Collectionneur, Piano à queue…, 9 poèmes, trad. J. Kaminski, 110 : 54.

—, … Minotaure aveugle…, 7 poèmes (tr. JK), 114 : 52.

—, (LPV), Court métrage, Haïkus, 125 : 53.

VALASSIS Zoé, L’eau et le sel, petit conte, 91 : 80.

VARNALIS Kostas, La véritable apologie de Socrate, 91 : 65.

VASSILIKOS Vassilis, Si un pigeon, un jour, *48 : 75.

VEÏS Georges, À l’encre de Chine, 80 : 79.

VÉNÉZIS Ilias, De Terre éolienne : Le numéro 31328, 98 : 26.

VERNHES Jean-Victor, Histoire d’une expérience, *1a : 1.

—, Introduction sur le titre de la revue, *2a : 1.

—, Introduction, *3a : 1.

—, Annuaire, *4a : 1.

—, Éditorial au cinquième numéro, *5a : 1.

—, Notre tendance, *5a : 13.

—, Les tribulations d’un fou du grec ancien, *6a : 3.

—, Une mise au point sur la prononciation du grec, 8a : 4.

—, Étude sur l’histoire du verbe grec, *9a : 2.

—, La prononciation du zêta, 2 : 18.

—, À propos de sanskrit, 2 : 26.

—, Théologie orthodoxe, *6 : 12.

—, La prononciation des groupes ET et OY en attique, *7 : 6.

—, Notre mouvement, *11 : 3.

—, Singulier et pluriel. Collectif et singulatif . I, *13 : 25.

—, ”, rectificatif, *14 : 2.

—, ”, II, *19 : 53.

—, La loi de Grimm, 15 : 54.

—, Dix ans déjà, *30 : 3.

—, Notes sur l’orthodoxie, 35 : 41.

—, Mise au point sur la prononciation du grec ancien, 36 : 25.

—, Le système des cas en grec ancien, I, 55 : 63.

—, ”, II, 56 : 28.

—, Du nouveau rue de Grenelle, 56 : 77.

—, À propos du grec ancien en éducation permanente, 57 : 14.

—, La lettre 7 de Platon, *60 : 66.

—, Vingt ans déjà !, 70 : 2.

—, Une tentative de reconstruction informatisée de la prononciation de l’attique classique, 70 : 19.

—, Réflexions sur le subjonctif et l’optatif, 80 : 6.

—, L’esprit d’une recherche. L’investigation linguistique peut-elle découvrir l’âme du grec ?, 83 : 21.

—, Notre stratégie pour les classes de grec, 86 : 4.

—, À la découverte de la préhistoire du grec, 86 : 33.

—, Un groupement étymologique, 86 : 39.

—, Une étymologie pour σοφός ?, 87 : 39.

—, Vers des « cours d’héritage » ?, *88 : 23.

—, Des cases vides dans la grammaire grecque, I, 89 : 25.

—, ”, II

—, Une étymologie pour νόσφι ?, 90 : 76.

—, Une étymologie pour ἀκροάομαι ?, 91 : 55.

—, L’ironie socratique : une étymologie pour εἴρων, εἰρωνεία ?, 93 : 48.

—, Quel est l’impact de « Connaissance hellénique » ?, 94 : 15.

—, Exploration d’une racine : *skel, oblique, de travers. Une étymologie pour σκαληνός, scalène ?, 94 : 74.

—, et Caroline IMBERT, Le préfixe méconnu  ὑ (<*ud) et son correspondant anglais, out. À propos ἡ ὕβρις, la violence orgueilleuse, et de ὑγιής, sain, 95 : 21.

—, Une étymologie pour ἡ ἀλωή, τὸ ἄλσος, ἡ Ἄλτις ?, 96 : 40.

—, Faut-il brûler les livres de latin et de Grec ? Ou l’enseignement méconnu de Ferdinand de Saussure, 97 : 34.

—, ζ = dz ou zd ?, 99 : 72.

—, Vers une bonne prononciation restituée du grec classique, 100 : 74.

—, La prononciation des groupes ει et ου en attique, I, 101 : 73.

—, ”, II, 102 : 73.

_,…… Le grec ancien est-il d’actualité ?, 104 : 2.

—, Une étymologie pour ὁ ἀσκός et pour ἀσκέω ?, 105 : 57.

—, … Note sur l’étymologie du nom de Perséphone, 113 : 59.

—, Une étymologie pour ἁμαρτάνω ?, 120 : 29.

—, Une étymologie pour μύσταξ ?, 123 : 59.

—, À propos des genres grammaticaux, 125 : 40.

—, Une étymologie pour τάσσω/τάξις, 130 : 57.

—, Madame de Romilly et nous, 130 : 67.

—, Une étymologie pour θησαυρός ?, 131 : 74.

—, Une étymologie pour ἡ μῆνις, la colère, 132 : 27.

VEYNE Paul, L’empire gréco-romain, CR de conférence par Ch. Vulliard, 115 : 56.

VIDAL-NAQUET Pierre, Macriyannis et la Grèce antique, I, 89 : 61.

—, ”, II, 90 : 14.

VILLON André, Électre, *19 : 15.

—, Œdipe à midi juste, I, 70 : 67.

—, ”, II, 71 : 32.

—, ”, III, 72 : 42.

—, Le retour, 80 : 69.

—, ”, 81 : 71.

—, Ulysse de tous les vents, 86 : 77.

—, La rame sur l’épaule, 91 : 77.

—, C’est en Grèce que je suis né, 96 : 61.

—, L’année de M. Émile, 109 : 59.

VINCENT Lucienne, L’oracle de Delphes, poème, *52 : 66.

VINCENT-BERNARDI Anne-Marie (voir aussi  BERNARDI Anne-Marie), L’onirocritique. Rêve et interprétation des rêves dans l’Antiquité tardive et byzantine, I, *65 : 53.

—, ”, II, *66 : 69.

—, ”, III, 67 : 17.

—, ”, IV, 68 : 35.

—, ”, V, 69 : 10.

VIX Jean-Luc, L’Épitaphios logos : le discours pour les morts en Grèce ancienne, 123 : 7.

VLACHOS Anghélos, Thucydide, quatrième Tragique, 53 : 16.

—, Cinq sonatines en prose, 72 : 50.

—, Cinq autres sonatines en prose, 73 : 8.

—, Ouvrages littéraires. Notations, *88 : 29.

—, L’évasion,  pièce en deux actes. Adaptation pour le théâtre de l’Apologie de Socrate et de Criton, les Dialogues de Platon. Acte I, 92 : 40.

—, ”, Acte II, 93 : 19.

VOTSI Olga, Andromède, poème, 28 : 79.

—, Les flèches de la solitude, *30 : 64.

—, Dans le firmament infini de la nuit, *38 : 22.

—, L’estrade, recueil de poèmes : Polyphème ; Œdipe ; Rachat ; L’estrade ; Tu as coupé la branche du paradis ; L’intact, 43 : 14.

—, Le poids du merveilleux, *45 : 24.

—, Le temps te regardait, six poèmes, *61 : 56.

—, Deux poèmes, 67 : 66.

—, Les Himères d’Anghélos Sikélianos, 69 : 64.

—, Vérités, 72 : 78.

VRANOPOULOS Epaminondas, Les bibliothèques dans la Grèce antique, I, 72 : 23.

—, ”, II, 73 : 13.

VRANOUSSIS Leandros, L’hellénisme post-byzantin et l’Europe. Manuscrits, livres et maisons d’édition. I, 33 : 55.

—, ”, II, 34 : 63.

—, ”, III, 35 : 43.

—, ”, IV, 36 : 3.

—, ”, V, 36 : 35.

—, Les Grecs de Constantinople et la vie intellectuelle à l’âge des Drogmans, 39 : 48.

 

WOLFF Étienne, Polyvalence du Minotaure, 116 : 37.

— ;… ”, Martial et la sculpture grecque, 131 : 18.

WÜLFING Peter, Le mythe de Cassandre et le récit de Christa Wolf, *47 : 27.

—, La fascination de l’Ouest dans l’Antiquité et après, 82 : 23.

 

XANOUSIS Michel, L’homme en moi, *4 : 5.

XENARIOS Georges, Dans quel camp était le garçon de sept ans ?, 125 : 13.

YANNACOPOULOU Hélène, Français, Républicains et Impériaux aux Sept Îles ioniennes : quelques aspects de leur présence, *61 : 70.

 

ZAPHIRIOU (Zapheiriou) Theodoros, Copies sans original. Deux poèmes, 90 : 52.

—, ”, Revoir, récit en prose, et six poèmes, 91 : 11.

—, Demi-mesures, 107 : 54.

—, Le nombre manquant 1, 116 : 52.

—, Le nombre manquant, 2 (Guerre et paix), 118 : 38.

—, 1, 2, 3, délivrance, 122 : 8.

—, Chorika, poèmes (prés. et trad. J. Kaminski), 129 : 30.

—, … Autokinésie, nouvelle (prés. et trad. JK), 130 : 73.

ZATELLI Zyranna, La route du cirque, 114 : 48.

—, La cravate noire, trad. JK, 124 : 2.

ZOGRAFOU Marina, Brefs poèmes : Chanson ; Fils invisibles ; La ville ; Beauté de la nuit, 56 : 2

[Index corrigé par Pascal Boulhol, en août 2018]

 

Pascal Boulhol : Brèves notes sur les scènes de reconnaissance de l’Odyssée

➤ ETUDE LITTERAIRE  ( λύχνος n° 137, mars 2014, article trois) 

 “Cet homme, eh bien, c’est moi, papa ! Je suis celui que tu recherches.”

(Od. 24, 321 : Κεῖνος μὲν δὴ ὅδ’ αὐτὸς ἐγώ, πάτερ, ὃν σὺ μεταλλς)

 

BRÈVES NOTES SUR LES SCÈNES DE RECONNAISSANCE

DE L’ ODYSSÉE

par Pascal Boulhol

OdysseusBoulanger

Gustave Boulanger, Ulysse reconnu par Euryclée (1849)

 

 

L’abondance des scènes de “reconnaissance” (en grec ἀναγνώρισις ou plus tard ἀναγνωρισμός)  – ces épisodes de retrouvailles à retardement dans lesquels nous voyons des personnages longtemps séparés et devenus méconnaissables se rencontrer à nouveau et s’identifier mutuellement après un quiproquo tantôt unilatéral, tantôt bilatéral  –, est une des marques distinctives de l’Odyssée, œuvre dont Aristote a pu dire qu’elle était “d’un bout à l’autre, reconnaissance” [1]. On peut discuter l’expression “d’un bout à l’autre” dans la mesure où les reconnaissances (au nombre total de 15) sont presque toutes concentrées dans la quatrième partie de l’épopée, la “Vengeance d’Ulysse”. Mais il est incontestable que le récit tout entier (d’où peut-être le διόλου aristotélicien) tend à, et s’achève par, la reconnaissance du héros [2]. En outre, les anagnoriseis odysséennes se signalent par leur ampleur, leur diversité et leur profondeur, qui offrent une riche matière au commentaire et à la critique. Je ne prétendrai pas ici traiter exhaustivement un thème aussi important, qui a déjà été l’objet de mainte étude [3]. Négligeant les scènes de théophanie [4], je me bornerai à considérer quelques aspects de l’anagnorisis odysséenne auxquels j’ai été amené à m’intéresser dans un travail déjà ancien [5].

 

Réflexions générales sur les scènes de reconnaissances

Au chant 4, v. 138-154, Télémaque, venu avec Pisistrate à Lacédémone demander à Ménélas et Hélène des nouvelles de son père, est enfin reconnu par ses hôtes. En tant qu’étranger, selon les lois de l’hospitalité, le jeune homme avait été accueilli avec empressement, sans même qu’on lui eût demandé son nom. Les larmes qu’il verse lorsque Ménélas évoque devant lui le triste sort d’Ulysse attirent l’attention de l’Atride et de son épouse. Hélène fait remarquer à son mari combien leur hôte ressemble à Ulysse, et le roi répond qu’il a fait la même observation. À ce moment, Pisistrate confirme : “Il est vraiment le fils d’Ulysse, comme tu le dis ; mais il est prudent, et il craint en son cœur, venant ainsi, pour la première fois, de proférer des paroles vaines devant toi, dont la voix nous charme comme celle d’un dieu” (157-160). Cette scène psychologiquement plausible et artistiquement assez réussie n’est pas indispensable. Elle n’a pas d’utilité dramatique et ne tient guère l’auditeur en suspens. Gracieuse, mais gratuite, elle pourrait bien, sauf si on lui attribue le rôle quasi musical d’introduction du thème, n’être qu’un plaquage machinal et habile, l’effet d’un automatisme dont je reparlerai.

Les scènes où Ulysse enfin se fait connaître de ses proches, celles auxquelles évidemment pensait Aristote, sont pour la plupart, nous l’avons vu, groupées dans la dernière section de l’épopée, celle qui narre le retour et la vengeance du héros. Celui-ci est reconnu successivement par une série de personnages (que nous marquons d’un astérisque quand ils reconnaissent spontanément) : *ses compagnons, redevenus humains après avoir été métamorphosés en cochons par Circé (10, 395-399) ; les âmes des Enfers, notamment celle de sa mère Anticlée (11, 84-89 ; 152-154) ; Télémaque (16, 186-218 ; sur le conseil d’Athéna, qui a signifié à Ulysse qu’il était temps de se faire connaître de son fils, ibid., 167-171) ; *le vieux chien Argos (17, 291-327) ; *la vieille nourrice Euryclée (19, 386-475) ; le porcher Eumée et le bouvier Philoetios (21, 188-227) ; les prétendants (22, 35-44 ; mais rien ne dit qu’ils aient déjà vu le roi d’Ithaque, disparu depuis vingt ans) ; *les servantes (22, 490-501) ; Pénélope (23, 85-110 et 173-240) ; Laërte (24, 226-348). La pénultième donna son nom au chant 23 “Anagnorismos d’Ulysse par Pénélope” (selon les scholiastes et Eustathe de Thessalonique).

 

Ces reconnaissances en chaîne possèdent chacune leur caractère propre ; grâce à cette diversité, leur succession ne lasse pas le lecteur. Malgré leur identité de structure et l’emploi de formules récurrentes [6], elles trahissent un souci de variété. La plupart sont voulues par le héros, mais non point celles du vieux chien Argos [7] et d’Euryclée. Certaines sont des moyens (Ulysse a besoin d’alliés comme Eumée et Philoetios pour combattre les prétendants), tandis que la reconnaissance familiale (du moins celles de Pénélope et de Laërte ; celle de Télémaque est particulière, puisque Ulysse trouve aussi en son fils un allié) apparaît comme un but en soi.

La reconnaissance devient un jeu subtil quand elle se fait à mots couverts, sans que le reconnaisseur et le reconnu lèvent le masque (tel est le cas des retrouvailles entre Ulysse et Eumée), ou quand le reconnaisseur ne veut pas admettre illico qu’il a reconnu (Pénélope) [8]. La dissimulation et l’incrédulité réelle ou feinte pimentent ainsi la plupart des retrouvailles ; la spontanéité du chien Argos représente à cet égard une belle exception [9]. Le support de la reconnaissance ou γνώρισμα (qu’il soit montré involontairement, spontanément ou sur demande), varie. La cicatrice qui convainc les serviteurs (Eumée, Philoetios et Euryclée) laisse la place à (ou est complété par) une preuve plus abstraite et plus individuelle, à savoir la mention d’une réalité connue seulement des deux protagonistes : le châlit inamovible d’Ulysse pour Pénélope ; les arbres donnés par Laërte à son fils. Dans les deux cas, ce γνώρισμα personnalisé rétablit l’intimité du rapport longtemps interrompu [10].

Comme chacun sait, le but d’Ulysse est de rentrer chez lui et de retrouver les siens. Là est son bonheur : “Oh non, rien n’est plus doux que patrie et parents…!” (9, 34-35). Il ne l’oublie jamais, ou presque (l’exception étant 10, 469-475), et chaque jour soupire après sa patrie, comme il le dit à Calypso (5, 219-220). Nonobstant toutes les interprétations subtiles qui en ont été données, l’Odyssée reste, au premier degré, le prototype du nostos [11], l’épopée du retour au foyer, de la reconquête d’une puissance et d’un bonheur essentiellement domestiques. Préalable indispensable, l’identification physique se révélera malaisée : le héros est méconnaissable, après vingt ans d’épreuves et surtout après le vieillissement ou la transformation que lui fait subir Athéna (13, 429-438) [12] ; en outre, on le croit mort. Pour comble de difficulté, un de ceux dont il veut se faire reconnaître ne l’a jamais connu : Télémaque, encore nouveau-né lorsque son père partit (4, 144-145). Mais il s’agit aussi d’une reconnaissance politique et sociale : le “roi” Ulysse entend recouvrer ses droits sur son domaine et sur sa femme, double objet des convoitises des prétendants [13].

 

La reconnaissance d’Ulysse par Laërte appartient-elle vraiment à l’Odyssée ?

Selon Aristophane de Byzance et Aristarque, l’Odyssée  primitive avait son τέλος – c’est-à-dire, selon toute apparence, sa fin –, au vers 296 du chant 23, donc après la reconnaissance d’Ulysse par Pénélope [14]. Le nom antique de la partie qui lui faisait suite, ultime section du poème, était “la Paix” (selon les scholiastes et Eustathe) ou “chez Laërte” (selon Élien). Bon nombre d’homérisants contemporains rejettent cette théorie alexandrine et considèrent la section en question comme partie intégrante du poème [15].

Ce débat entre partisans et adversaires de l’unité a pesé lourdement sur les recherches concernant la scène de reconnaissance entre Ulysse et Laërte (24, 226-360) : la question de l’authenticité conditionnait en effet l’étude des caractéristiques propres de la scène. Rappelons la substance et les caractéristiques de cette scène. Après ses retrouvailles avec Pénélope, au matin, le héros annonce sa décision de revoir son vieux père (23, 359-360), et l’exécution de cette intention n’est différée que par la deuteronekuya (24, 1-205). La scène de la visite (v. 205-360 si l’on s’arrête à la reconnaissance) commence par une brève description du domaine campagnard de Laërte ; Ulysse donne ensuite à ses compagnons l’ordre d’entrer dans la demeure pour préparer le repas, tandis que lui-même ira au jardin “mettre à l’épreuve” son père. Laërte s’y trouve en effet ; ses loques sales contrastent avec la bonne tenue des lieux. C’est par cette remarque qu’Ulysse commence à s’adresser au vieillard ; puis il lui demande de qui il est serviteur, et il feint de douter d’être bien à Ithaque ; enfin, il révèle qu’il espérait trouver là le maître des lieux, le fils de Laërte, à qui jadis il avait donné l’hospitalité. Laërte ému lui fait alors part de la disparition d’Ulysse et de l’invasion du palais par les prétendants. Il demande son identité au visiteur ; celui-ci lui répond être Épèritos, fils du roi (fictif) Aphydas, et fait derechef mention du séjour d’Ulysse chez lui. Le vieillard éclate en sanglots ; Ulysse se fait connaître. Mais Laërte, incrédule, veut une preuve. Le visiteur lui montre alors sa cicatrice et raconte que son père lui avait offert jadis, quand il était enfant, certains arbres du jardin, qu’il énumère. Ses doutes dissipés, Laërte tombe dans les bras de son fils et tous deux s’étreignent longuement en pleurant.

Quand les “séparatistes” (chorizontes) soulignent, dans cette scène, les nombreuses irrégularités de langue ou de métrique, l’inopportunité dramatique et l’“invraisemblance psychologique”, les unitaristes quant à eux font valoir que la scène a été annoncée de loin [16], qu’elle est à la fois simple dans son déroulement et savamment composée, et que sa justesse descriptive et psychologique n’est pas indigne des meilleures passages des parties incontestées du poème [17].     De fait, l’attitude dilatoire et les mensonges d’Ulysse sont toujours conformes à la psychologie du personnage, homme temporisateur et rusé [18], qui donne toute la mesure de sa finesse dans la subtile “reconnaissance couverte” avec le porcher Eumée [19].

Plutôt que de se faire connaître aussitôt, Ulysse préfère donc mettre son père à l’épreuve par des paroles destinées à  le secouer (ou “injurieuses”, “blessantes”, “agressives”, éventuellement “railleuses”). Le traducteur hésite, en ce vers 240, quant au sens précis de l’expression κερτομίοις ἐπέεσσιν, pourtant usuelle [20]. L’épithète κερτόμιος, qui signifie en général “injurieux”, “insultant” – mais parfois aussi “mordant”, ou même simplement “véhément” [21] –, ne convient qu’à une partie des propos d’Ulysse, à savoir le reproche touchant la tenue négligée du vieillard et la question sur l’identité de son maître (248-257). On peut donc y voir, sinon une cheville (qui serait du reste bien imparfaite d’un point de vue métrique, puisqu’elle viole ici la loi de Wernicke), du moins un remploi mécanique à la pertinence approximative. Et quel sens donner à l’“épreuve” (πειρηθῆναι) [22] ? Certes, Ulysse et les autres personnages de l’Odyssée sondent volontiers leur interlocuteur, et le récit mensonger ‒ ou, comme disent les Allemands, le discours trompeur (Trugrede) ‒, fait partie des moyens par lequel le héros de retour “teste” la fidélité de ceux qui sont restés à la maison [23]. D’autre part, l’hésitation entre l’attente et l’interrogation (4, 116-119 : Ménélas devant Télémaque), ou entre l’interrogation et le baiser de retrouvailles (23, 85-87 : Pénélope devant Ulysse), se voit ailleurs dans le poème. Mais la question demeure : qu’est-ce donc qu’Ulysse veut mettre à l’épreuve en Laërte ? D’une manière qui peut paraître paradoxale, les Anciens voyaient dans l’insistance d’Ulysse une volonté de ménagement : pour Porphyre et le scholiaste [24], l’homme aux mille tours veut éviter que son vieux père, dans l’émotion de trop rapides retrouvailles,  connaisse le même sort que le chien Argos et meure de joie. Une telle interprétation, assurément, ne doit pas faire sourire [25] ; toutefois, il faut bien avouer que rien dans le texte du poème n’offre le moindre appui à cette hypothèse. À l’opposé, l’explication proposée par certains critiques contemporains [26], à savoir une volonté d’incitation et de stimulation, un dessein “psychagogique”, me semble trop partielle : si certains propos d’Ulysse (la partie “injurieuse”, i.e. les v. 248-257) peuvent effectivement viser à “réveiller” son père, à le tirer de son isolement et de son apathie [27], cela n’est pas vrai du reste du discours. Au reste, ces quelques paroles de blâme ne paraissent pas toucher Laërte : rien en effet, dans la réponse de celui-ci, n’y renvoie.

L’explication la plus obvie et la plus adéquate du délai ne me paraît être ni la psychagogie, ni le ménagement. Mieux vaut, en effet, ne pas se polariser sur la formule peu claire κερτομίοις ἐπέεσσιν, mais considérer le passage où Ulysse, quelques vers plus haut, exposait lui-même son intention à ses compagnons : “Moi je vais éprouver si mon père me reconnaîtra, si ses yeux me révéleront à lui ou s’il ne reconnaîtra pas un fils parti depuis si longtemps” [28] ; le verbe “éprouver” est répété trois vers plus loin (24, 221 : πειρητίζων), et se devine sous le pseudonyme improvisé “Épèritos” (v. 306 : αὐτὰρ ἐμοί γ’ ὄνομ’ ἐστὶν Ἐπήριτος)  [29]. Après avoir sondé chez Eumée la fidélité dans le service, chez Pénélope la fidélité dans la conduite conjugale, Ulysse sonde chez Laërte la fidélité (ou la constance) dans l’amour paternel. À la cohérence psychologique du délai s’ajoute son utilité pathétique. Comme l’a noté Erbse [30], si Ulysse avait immédiatement fait connaître son identité à son père, le public eût été privé du moment intense où Laërte manifeste son désespoir, et où le héros ému met fin à l’épreuve et jette le masque (v. 315-326).  On pourrait ajouter que la scène de reconnaissance met en œuvre un double pathos : elle permet d’abord d’exhiber les sentiments avant l’identification (ainsi, Laërte confie à l’étranger son amour pour son fils disparu), puis, grâce à l’effet de contraste, d’augmenter l’intensité de la joie explosant à la fin de l’épisode [31].

Cette interprétation, qui semble marquée par la même évidence trop voyante que la Lettre volée d’Edgar Poe, n’est pourtant pas à mon sens la raison d’être du délai, mais plutôt un habillage plausible de ce dernier. La psychologie  ‒ certes bien présente et consciente dans le texte que nous lisons ‒, justifie après coup l’atermoiement, mais elle n’est pas ce qui l’a causé. En différant le dévoilement, l’auteur paraît bien avoir voulu avant tout suivre une règle narrative, à savoir le report de l’action. Cette règle, qu’il faut évidemment replacer dans le cadre de l’oralité originelle du conte, est absolue dans l’épopée homérique : l’événement important est annoncé par l’avance au public, puis longuement différé. Le but du poète se laisse deviner sans grand risque : il s’agit de tenir en éveil l’auditeur, qui, même s’il sait d’avance la matière, ignore encore la manière, ou bien, s’il connaît aussi la manière ‒ et tel devait être souvent le cas des destinataires de l’épos ‒, est invité par le délai à savourer celle-ci. Cette tendance, bien mise en lumière par G.E. Duckworth dans son Foreshadowing and suspense [32], est déjà sensible dans l’Iliade et se renforce dans l’Odyssée, où elle épouse le sujet même du récit : un retour toujours annoncé et toujours retardé. En tant que composante du nostos sans cesse compromis et ajourné, l’anagnorisis exige le délai : pour cette raison, elle est différée de façon presque automatique [33]. C’est dans un second temps que le poète, éventuellement, allègue un motif interne et psychologique, comme pour cacher son artifice. Le procédé de suspens devient alors une épreuve (πεῖρα, πειρῶμαι) pour celui qu’on a reconnu mais dont on ignore les sentiments actuels, ou pour celui qu’on n’est pas sûr d’avoir reconnu. Les mobiles prêtés aux personnages qui diffèrent leur identification sont variés. Ainsi, le jeune Télémaque tarde à se faire connaître de Ménélas parce qu’il est timide et réservé (4, 158-160) ; Ulysse l’avisé veut sonder préalablement la fidélité d’Eumée (15, 305-307) et de Pénélope (16, 335-336) – attitude défiante à laquelle l’encourage son digne fils Télémaque à propos des servantes (16, 316-317) – ; la fine Pénélope veut (ou feint de vouloir) s’assurer que l’étranger est son époux, en avoir une preuve indubitable (23, 181). Dans notre texte, on conçoit fort bien qu’Ulysse désire voir si Laërte ressent vraiment le chagrin que lui a décrit l’âme d’Anticlée (11, 187-196) : la fable des vers 266-279 sur Ulysse se justifierait ainsi, mais il n’y a là, selon nous, qu’une légitimation a posteriori. Pour le poète épique, l’important est de reporter l’action, de tenir l’auditoire dans l’attente (προσδοκία) du fait annoncé, et par là de stimuler son attention (προσοχή).

Dans cette perspective, la mise à l’épreuve de Laërte par Ulysse a pour pendant et pour réponse celle d’Ulysse par Laërte. Exiger un γνώρισμα pour confirmer les dires, comme l’avait fait Pénélope avec Ulysse à propos du lit conjugal, paraissait vraisemblable aux Anciens ; le procédé odysséen sera imité par les auteurs tragiques, notamment Euripide (Iph. Taur., 808-830). Quant à l’épreuve imposée à Laërte, quelque dure qu’elle soit [34], elle cadre bien avec le tempérament soupçonneux et “artificieux” d’Ulysse : on ne s’étonne point que l’égoïsme du héros prenne le pas, ici comme ailleurs, sur les plus élémentaires sentiments de piété filiale et, plus simplement, d’humanité. La vraisemblance psychologique est donc sauve. On a critiqué la pertinence de la scène dans son contexte diégétique : cette longue épreuve a semblé fort peu opportune à un moment où le héros, non sans raisons, s’attend à une rapide vengeance des familles des prétendants [35] ; elle se distinguerait par là des autres reconnaissances de l’Odyssée, que le poète parvient à insérer sans qu’elles paraissent intempestives [36]. Mais ne pourrait-on justement attribuer  cette “impertinence” à un autre dessein psychologique, et même à un double dessein : créer un climat de suspens menaçant autour des retrouvailles, et prouver que l’artificieux Ulysse sait aussi prendre des risques ?✸

Pascal Boulhol

 

 

Bibliographie

 

Bona Giacomo, Studi sull’“Odissea”. Torino, G. Giappichelli, 1966 (= Università di Torino. Facoltà di lettere e filosofia. Filologia classica e glottologia, 1).

Bonifazi Anna, “Inquiring into νόστος and its cognates”, in American Journal of Philology, 130/4 (2009), p. 481-510.

Cave Terence, Recognitions. A study in poetics. Oxford, Clarendon Press, 1988.

Dimock George E., The unity of the Odyssey. Amherst, University of Massachusets Press, 1989.

Duckworth George Eckel, Foreshadowing and suspense in the epics of Homer, Apollonius, and Vergil. Princeton (NJ), Princeton University Press, 1933.

Eisenberger Herbert, Studien zur Odyssee. Wiesbaden, F. Steiner, 1973 (= Palingenesia, 7).

Erbse Harmut, Beiträge zum Verständnis der Odyssee. Berlin & New York, W. de Gruyter, 1972 (= Untersuchungen zur antiken Literatur und Geschichte, 13)

Fenik Bernard, Studies in the Odyssey. Wiesbaden, F. Steiner, 1974 (= Hermes. Einzelschriften, 30).

Gainsford Peter, “Formal analysis of recognition scenes in the Odyssey”, in Journal of Hellenic Studies, 123 (2003), p. 41-59.

Goldhill Simon, The poet’s voice. Essays on poetics and Greek literature. Cambridge (GB), Cambridge University Press, 1991.

Gottesman Alex, “The pragmatics of Homeric κερτομία”, in Classical Quarterly, N.S., 58/1 (2008),  p. 1-12.

Grosshardt Peter, Die Trugreden in der “Odyssee” und ihre Rezeption in der antiken Literatur. Bern, Peter Lang, 1998 (= Sapheneia, 2).

Heubeck Alfred, “Zwei homerische πεῖραι”, in Ziva Antika, 31 (1981), p. 73-83.

Katz Marylin A., Penelope’s renown. Meaning and indeterminacy in the Odyssey. Princeton (NJ), Princeton University Press, 1991.

Köhnken Adolf, “Perspektivisches Erzählen im homerischen Epos : die Wiedererkennung Odysseus-Argos”, in Hermes, 131/4 (2003), p. 385-396.

Latacz Joachim (éd.), Homer. Die Dichtung und ihre Deutung. Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1991 (= Wege der Forschung, 634).

Meijering Roos, Literary and rhetorical theories in Greek Scholia. Groningen, E. Forsten, 1987.

Moulton Caroll, “The end of the Odyssey”, in Greek, Roman and Byzantine Studies, 15 (1974), p. 153-169.

Murnaghan Sheila, Disguise and recognition in the “Odyssey”. Princeton (NJ), Princeton University Press, 1987.

Page Denys Lionel, The Homeric Odyssey. Oxford & London, Clarendon Press & G. Cumberlege, 1955.

Perpillou Jean-Louis, Recherches lexicales en grec ancien : étymologie, analogie, représentations. Louvain & Paris, Peeters, 1996 (= Bibliothèque d’études classiques, 7).

Richardson Nicholas James, “Recognition scenes in the Odyssey and ancient literary criticism”, in F. Cairns (ed.), Papers of the Liverpool Latin Seminar, 4 (1983), Liverpool, 1984 (= Arca, 11), p. 219-235.

Roisman Hanna M., “Eumaeus and Odysseus – Covert recognition and self-revelation”, in Illinois Classical Studies, 15 (1990), p. 215-238.

Schadewaldt Wolfgang, Neue Kriterien zur Odyssee-Analyse. Die Wiedererkennung des Odysseus und der Penelope. Heidelberg, Winter, 1959 (= Sitzungsberichte der Heidelberger Akademie der Wissenschaften. Philosophisch-historische Klasse. Jahrgang 1959, 2) ; repris dans J. Latacz (éd.), Homer (1991), p. 340-365.

Scodel Ruth, “The removal of the arms, the recognition with Laertes, and narrative tension in the Odyssey”, in Classical Philology, 93 (1998), p. 1-17.

Thornton Agathe, People and themes in Homer’s “Odyssey”. London & Dunedin, Methuen & University of Otago Press, 1970.

Walcot Peter, “The art of lying”, in Ancient Society, 8 (1977), p. 1-19 ; repris dans Lillian E. Doherty (ed.), Oxford Readings in Classical Studies. Homer’s Odyssey. Oxford, Oxford University Press, 2009, p. 135-154.

Walter Hermann, “Die Wiedererkennungsszenen in Homers Odyssee. Überlegungen zur Wirkungsweise des Anagnorismos”, in Res Publica Litterarum, 15 (1992), p. 61-69.

Wender Dorothea, The last scenes of the “Odyssey”. Leiden, E.J. Brill, 1978 (= Mnemosyne. Suppl. 52).


[1] Aristote, Poét., 24, 1459b, 15-16. À titre de comparaison, l’Iliade ne comporte qu’une scène de reconnaissance (6, 119-236 ; encore que Diomède et Glaucos ne se soient jamais vus auparavant).

[2] L’étude formelle de Gainsford (2003) montre que le nostos odysséen, qui embrasse trois réalités (géographie, pouvoir politique et famille), s’accomplit de manière systématique dans une série organique de reconnaissances qui opèrent, par leur réunion, une restauration ou réintégration totale du héros.

 [3] La première étude scientifique sur le sujet est due à A. Kirchhoff, Die homerische Odyssee. Berlin, 18792, “Die Wiedererkennungsszenen im 23. Buch”, p. 538-559 ; repris dans Latacz (éd.), Homer. Die Dichtung und ihre Deutung (1991), p. 317-339. Ce dernier volume réunit également diverses réimpressions d’études (par W. Schadewaldt, S. Besslich, U. Hölscher et J. Latacz) sur les anagnoriseis du livre 23. Pour les autres travaux en la matière, voir infra, notes suivantes. Je signale toutefois ici trois études plus ou moins récentes et non mentionnées dans mon Anagnorismos : Katz, Penelope’s renown (1991), p. 95, 97-99, 114, 164-166, 167, 173, 175-176 (à propos de Pénélope) ; Gainsford, “Formal analysis” (2003) [voir note précédente] ;  Köhnken,  “Perspektivisches Erzählen” (2003) [sur l’anagnorisis du chien Argos]. Enfin, je rappelle que la synthèse la plus ambitieuse sur la reconnaissance dans la littérature demeure l’ouvrage de Cave, Recognitions (1988), essentiellement moderniste mais dont un substantiel chapitre introductif (p. 27-54) regarde l’Antiquité.

 [4] Les dieux se montrent presque toujours aux hommes sous une forme d’emprunt qui leur permet de n’être reconnus que de leurs semblables (5, 77-80). Quand d’aventure les mortels parviennent à les reconnaître, ce n’est qu’au moment de leur disparition, quand les divinités quittent leur déguisement humain pour s’éloigner sous la forme d’un animal. Ainsi fait Athéna à plusieurs reprises : elle apparaît à Télémaque sous l’aspect de Mentès (1, 322-323), de Mentor (2, 260-fin ; elle n’est reconnue qu’en 3, 371-384 par Nestor) ; à Ulysse sous l’aspect d’un pâtre (13, 221-225), puis d’une belle femme (ibid., 288-290), sous lequel elle révèle enfin son identité au héros (291-310), d’une belle femme à nouveau (16, 157-158 ; Ulysse la reconnaît ; même chose en  20, 30-31). Peut-on, à ce propos, parler de “scènes de reconnaissance” ? Outre que le dévoilement final d’un dieu est chose normale (quoique non obligatoire), la différence de plan entre le divin et l’humain, et le caractère avorté de la révélation-disparition, font que ces reconnaissances tournent court. Elles sont une simple signature, elles authentifient l’information, le conseil ou l’aide donnés par le dieu, mais ne provoquent pas de pathos véritable, contrairement à l’“apparition disparaissante” de Jésus à Emmaüs (Luc 24, 13-31). Il est probable qu’Aristote ne les eût pas tenues pour des anagnoriseis.

[5] Αναγνωρισμός. La scène de reconnaissance dans l’hagiographie antique et médiévale. Aix en Provence, PUP, 1996. Le présent article reprend (sous une forme remaniée et avec une mise à jour bibliographique), l’appendice V de cet ouvrage (p. 187-197).

[6] Par exemple, pour exprimer la longue durée des sanglots de retrouvailles, la formule καί νύ κ’ ὀδυρομένοισιν ἔδυ φάος ἡελίοιο (16, 220 ; 21, 226 ; cf. 23, 241).

[7] Sur la singularité de la reconnaissance d’Argos, voir : Goldhill (1991), p. 12-13 ; Gainsford (2003), p. 57 (qui souligne sa forme atypique). Köhnken (2003), p. 391, estime que l’important, dans la scène d’Argos, n’est pas la fidélité ou l’amitié du chien, mais l’analogie de son destin avec celui de son maître.

[8] Voir sur ce point la fine étude de H.M. Roisman, “Eumaeus and Odysseus” (1990).

[9] Voir supra, n. 7. Sur cette scène, on lira le commentaire du Pseudo-Plutarque, Sur la vie et la poésie d’Homère, 125 (éd. G.N. Bernardakis, p. 399, 20-24) ; elle était fameuse aussi chez les Romains (cf. Varron, Men., fragm. 471). Les Anciens avaient, bien sûr, remarqué l’aptitude des animaux à se reconnaître entre eux (voir par ex. Lucrèce, II, 342-370), ou à reconnaître l’homme, comme l’affirme Pline l’Ancien à propos du chien (N.H., VIII, 146 ; allusion probable au chien d’Ulysse), et comme le montre l’histoire du lion d’Androclus ou Androclès (Aulu-Gelle, Nuits attiques, V, 14, 14 ; Élien, Περὶ ζῴων ἰδιότητος, VII, 48), dont le thème et la scène au cirque entre le fauve et le condamné ont peut-être inspiré l’auteur de la Passion de S. Mamas, 22 (BHG 1019 ; éd. A. Berger, p. 304-306). Le thème survit dans la fiction médiévale : à Tintagel, Tristan, méconnu même de son oncle Marc, n’est reconnu que de son braque Husdent (Folie Tristan, ms. de Berne, v. 510-519) ; dans Guillaume de Palerne (v. 5405-17 ; éd. A. Micha, p. 199), le héros n’est pas reconnu de sa mère, mais l’est de Brunsaudebruel, le cheval de son défunt père.

[10] Voir Erbse, Beiträge zum Verständnis der “Odyssee” (1972),  p. 108-109.

[11] Sur cette notion et sur le genre littéraire qu’elle produisit, on me permettra de ne renvoyer qu’aux recherches assez récentes de Bonifazi (2009).

[12] Sur la contradiction entre les passages mentionnant un vieillissement et ceux qui décrivent une véritable métamorphose, voir  Bona, Studi sull’ “Odissea” (1966), p. 153-168 (avec bibliographie).

[13] Murnaghan, Disguise and recognition (1987), p. 5-6, 103 et passim.

[14] Sur cette question, voir éd. W.B. Stanford, London, 19592, p. 404-406 (avec bibliographie) et éd. A. Heubeck (1986), notes, p. 358-381. Platon, Rép. 387a, cite déjà  24, 6-9 comme faisant partie de l’Odyssée.

[15] Je renvoie notamment à : Thornton, People and themes (1970), p. 118 ; Erbse, Beiträge (1972), p. 97-109 ; Moulton, “The end of the Odyssey” (1973) ; Wender, The last scenes (1978) ; Heubeck, “Zwei homerische πεῖραι” (1981) ; Dimock, The unity of the “Odyssey” (1989).

[16] Lors de sa descente aux Enfers, Ulysse avait appris, au cours de l’entretien avec l’âme de sa mère Anticlée (11, 187-196), le sort de son père : triste et désespéré, celui-ci ne quitte plus sa campagne et dort dehors.

[17] Voir Erbse, Beiträge (1972), p. 97-109.

[18] Voir entre autres : Page, The Homeric “Odyssey” (1955), p. 111 ; Wender, Last scenes (1978), p. 56-57 ; Murnaghan, Recognition and disguise (1987), p. 5 ;  Dimock, Unity (1989), p. 327-328.

[19] Voir Roisman, “Eumaeus and Odysseus” (supra, n. 8).

[20] Cf. : Iliade 4, 6 ; 5, 419. Κερτομίοισι substantivé : Il. 1, 539 ; Od. 9, 474 ; 20, 177.

[21] Thornton, People and themes in Homer’s “Odyssey” (1970), p. 116. Sur le sens de l’adjectif κερτόμιος et de sa famille, voir notamment : Perpillou (1996), p. 118-121 ; Gottesman (2008).

[22] Dans un status quaestionis, Grosshardt, Trugreden (1998), p. 182-187, classe en sept types les solution proposées : 1. la solution médicale (voir infra, n. 24) ; 2. “dichtungsgeschichtliche” (par comparaison avec des chants héroïques serbo-croates) ; 3. “motivische” (contrainte du thème littéraire associant la reconnaissance au discours fallacieux) ; 4. ethnologique (voir infra, n. 25, Walcot) ;  5. psychologique (Ulysse est trop habitué au mensonge) ; 6. “motivisch-psychologische” (Thornton, Heubeck : infra, n. 25) ; 7. “kompositorische” (affinement de la solution psychologique).

[23] Sur les discours mensongers dans l’Odyssée, je renvoie à l’étude de Grossardt (1998).

[24] Porphyre, Quaestiones Homericae ad Odysseam pertinentes, ad v. 326, éd. H. Schrader, p. 124 ; W. Dindorf, Scholia Graeca in Homeri Odysseam … Amsterdam, 1962, p. 730. Tous deux font la comparaison avec la mort subite d’Argos.

[25] Je pense aux sarcasmes d’un V. Bérard (éd. L’Odyssée, Poésie homérique, t. III, p. 181) qui semble mieux connaître le programme de la Comédie Française que le topos antique de la mort par excès de joie, attesté par les anecdotes sur la mort de Chilon, de Denys l’Ancien, de Sophocle etc. ; une telle ignorance est d’autant moins excusable que l’explication avait déjà été avancée par des critiques anciens (voir note précédente). Fenik, Studies in the “Odyssey” (1974), quant à lui, connaît la note du scholiaste, mais la trouve “amusingly fatuous” (p. 47, n. 58) ; cf. la réponse de  Richardson, “Recognition scenes in the Odyssey and ancient literary criticism” (1984), p. 219-235, qui montre que l’explication d’Eustathe “from an Aristotelian point of view, … does make sense” (p. 228).

[26] Thornton, People and themes (1970), p. 116-118 ; Walcot (1977, repris 2009), p. 152-153 ; Heubeck, “Zwei homerische πεῖραι” (1981), p. 78-79 ; Roisman, “Eumaeus and Odysseus” (1990), p. 236-238 ; Scodel (1998), p. 10-16. Pour ces critiques, la prétendue “cruauté” d’Ulysse ne serait, en réalité, qu’un moyen (qui d’ailleurs échoue) de mieux préparer le vieillard au sursaut d’énergie nécessaire pour lutter contre les familles des prétendants aux côtés de son fils.

[27] Omero. Odissea. Volume VI (Libri XXI-XXIV). Introduzione, testo e commento a cura di Manuel Fernandez-Galiano e Alfred Heubeck, Vicenza, 1986, p. 367-377.

[28] Od., 24, 216-218 : αὐτὰρ ἐγὼ πατρὸς πειρήσομαι ἡμετέροιο, / αἴ κέ μ’ ἐπιγνώῃ καὶ φράσσεται ὀφθαλμοῖσιν, / ἧέ κεν ἀγνοιῇσι πολὺν χρόνον ἀμφὶς ἐόντα.

[29] Dimock, Unity (1989), p. 328.

[30] Erbse, Beiträge (1972), p. 101-102.

[31] Walter, Wiedererkennungsszenen (1992) a mis en lumière cette fonction pathétique de l’anagnorisis odysséenne.

[32] Duckworth, Foreshadowing and suspense in the epic of Homer, Apollonius, and Vergil. (1933). Sur le même sujet, S. Nannini, Omero e il suo pubblico nel pensiero dei commentatori antichi, Roma, 1986, n’ajoute rien, du moins pour ce qui regarde le report de l’événement attendu. On tirera grand profit, en revanche, de l’étude conduite par Meijering  (1987), spéc. ch. IV : “The resourceful poet”, 11.3 : “Preparing the public” (p. 200-209).

[33] Voir sur ce point Fenik, Studies (1974), p. 49-50.

[34] Page, The Homeric “Odyssey” (1955), p. 111.

[35] Eisenberger, Studien (1973), p. 320-321.

[36] Voir Fenik, Studies (1974), p. 48-50.

 

Arielle Chopard : A propos du feuilleton télévisuel ODYSSEUS sur Arte

  λύχνος n° 135, article sept :

ULYSSE ET LES DEUX SOLDATS ISRAELIENS

A propos du feuilleton télévisuel ODYSSEUS sur Arte

fouille d'Ithaque, mai 2011 (Wikicommons)

[Vestiges archéologiques à Ithaque (Wikicommons)]

NOUS NE POUVIONS passer sous silence la série péplum Odysseus qui a débuté sur Arte le 13 juin.

Cette série a reçu un accueil mitigé. On lui a reproché une certaine austérité de décor, et de là un effet théâtral. Si elle n’est pas aussi riche de détails que Rome, devenue la référence, il faut néanmoins reconnaître un réel souci d’authenticité dans les intérieurs et les vêtements, surtout masculins.

De plus Ithaque n’était pas un grand empire mais une petite île et nous sommes au XIIème siècle avant JC. Ce n’est donc ni un problème de budget, ni un choix de mise en scène mais plutôt le désir de respecter la réalité de l’époque qui semble avoir guidé Frédéric Azémar et Stéphane Giusti.

Les textes antiques sont toujours d’une actualité brûlante

De plus le parti pris ici est fort intéressant : l’attente d’Ulysse par la reine et le peuple d’Ithaque puis le difficile réapprentissage du couple et de la politique.

Les enchaînements de programmation font parfois des clins d’oeil malicieux au spectateur. Avant Odysseus, Arte avait diffusé Hatufim, une série israélienne qui raconte la réinsertion problématique, sur le plan familial et social, de deux soldats israéliens enlevés et détenus pendant 17 ans. Le retour est douloureux et les liens à renouer sont forcément complexes. Cela se passe en 2010. Odysseus, bien que programmée après Hatufim, en est en fait la prolepse. On peut donc une fois de plus vérifier que les textes antiques sont toujours d’une actualité brûlante.

Mais Odysseus est aussi très intéressante par le traitement des personnages et par ce que fait le réalisateur de la trame de l’Odyssée.

Point de merveilleux ici. On est à Ithaque, la famine menace et le peuple peine. Pénélope retrouve enfin Ulysse mais redoute le regard de l’homme sur la femme mûre qu’elle est devenue. Télémaque découvre un père autoritaire et peu enclin à la compassion. Les dieux sont honorés mais n’interviennent jamais dans le destin des humains.

Comme dans l’Andromaque de Racine…

Mais surtout la guerre de Troie est omniprésente dans le quotidien. Les esclaves sont troyennes et l’on a parfois les accents raciniens d’Andromaque dans les dialogues. La guerre fut horrible et sanguinaire. Comme Euripide qui dénonçait dans Les Troyennes la cruauté de l’esclavage, les veuves éplorées, les enfants arrachées de force à leur mère, Odysseus montre le quotidien des femmes devenues servantes de leur bourreau. Ainsi Eurynomée, l’esclave intendante de Pénélope, retrouve sa fille grandie par le hasard d’une cargaison d’esclaves. Elle a vécu à la cour d’Hector, épouse d’un cousin du sang de Priam, et porte maintenant le bracelet des esclaves. Elle ne supporte plus l’arrogance d’Ulysse qui conte ses aventures et tente de le tuer lors du récit de la prise de Troie. Comme dans l’Andromaque de Racine, sur les épaules de Cléa, la fille d’Eurynomée, et de Télémaque pèsent les conséquences de la guerre. Images et souvenirs, lignages et « nationalités » alimentent les haines et les passions. La guerre est finie mais elle continue ses ravages dans les relations. Les servantes sont pendues pour le seul fait d’être troyennes donc ennemies.

Frédéric Azémar dénonce ainsi la folie des hommes qui ne se doutent pas des séquelles qu’ils infligeront à leurs descendants ni la solitude dans laquelle ils se plongent et entraînent ceux qui les entourent.

Azémar rejoint alors Alessandro Baricco lorsque ce dernier écrit dans l’apostille d’Homère, Iliade que « c’est uniquement quand nous serons capables d’une autre beauté que nous pourrons nous passer de celle que la guerre depuis toujours nous offre. (..) Prouver que nous sommes capables d’éclairer la pénombre de l’existence, sans recourir au feu de la guerre.(…) Pouvoir changer notre propre destin sans devoir nous emparer de celui d’un autre … »

Pour toutes ces raisons, et pour le plaisir de retrouver Homère (qui est aussi un personnage de la série : un jeune archiviste du royaume) à une heure de grande écoute, il faut regarder Odysseus.

Arielle Chopard

Odysseus
(France, 2012, ARTE France, 12x46mn)
Réalisateur : Stéphane Giusti
Scénariste : Frédéric Azémar, Frédéric Krivine
Image : José António Loureiro
Musique : Bernard Grimaldi
Montage : Catherine Schwartz
Acteur : Alessio Boni (Ulysse), Caterina Murino (Pénélope), Karina Testa (Cléa), Carlo Brandt (Laerte), Niels Schneider (Télémaque)
Costumes : Catherine Rigault
Décors : Chantal Giuliani, Pierre Michon
Production : GMT Productions, Makingprod, Sunflag, Moviheart, ARTE F, RAI Fiction, RTP Radio e Televisão de Portugal, TV5 Monde
Producteur : Christophe Valette, Stéphane Drouet, Massimiliano La Pegna
Rédacteur : Arnaud Jalbert