Archives par mot-clé : pandémie

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°45)

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article huit.

Epidémie et pandémie.

 

Michel Serre, Le chevalier Roze soignant les pestiférés de Marseille en 1720, Musée Atger (Montpellier), wikicommons.

 

J’aurais dû m’en douter. Cela a commencé par une conférence en janvier de cette année à la Bibliothèque de l’Alcazar commémorant la grande peste de 1720 à Marseille. Cela a continué quand je suis allé voir l’exposition sur Giono dont le maître-livre Le hussard sur le toit raconte l’aventure d’Angelo, confronté au choléra en 1832. C’étaient là des signes annonciateurs, mais je ne suis ni augure ni prophète.

Puis le virus apparut en Chine. L’épidémie pointa son nez chez nous et le reste, vous le connaissez. L’épidémie est devenue pandémie.

 

« Quand la maladie prend résidence… »

Epidémie, pandémie, voilà deux mots grecs, hélas, très à la mode ! Mais qu’est-ce que cela veut dire ? Epidémie est la transcription du grec ἐπιδημία [épidèmia] qui signifie « arrivée, visite, séjour, résidence ». Cela peut signifier même un « droit de résidence ». Chez Hippocrate, le médecin de Cos du Ve siècle avant J.-C., le mot en vient à signifier l’arrivée et le séjour d’une maladie. Ainsi dans son traité sur la Nature de l’homme, 9, il écrit :

ὅταν δὲ νοσήματος ἑνὸς ἐπιδημίη καθεστήκῃ, δῆλον ὅτι οὐ τὰ διαιτήματα αἴτιά ἐστιν, ἀλλ᾿ ὃ ἀναπνέομεν, τοῦτο αἴτιόν ἐστι, καὶ δῆλον ὅτι τοῦτο νοσηρήν τινα ἀπόκρισιν ἔχον ἀνίει. 

« Quand s’établit l’épidémie d’une maladie, il est clair que ce ne sont pas les régimes (alimentaires) qui sont causes (de maladie) mais (l’air) que nous respirons qui en est la cause ; et il est clair qu’il porte et lance un certain signal maladif. »

On pourrait aussi bien traduire : « quand une maladie prend sa résidence… », bref, quand elle devient diffuse et populaire. Car vous le pressentiez, dans épidémie, il y a δῆμος démos, le « peuple ». Mais surtout, il y a le préfixe épi- qui signifie « sur » mais insiste sur l’idée d’une arrivée sur quelque chose ou quelqu’un, une chose surprenante qui vient et surtout survient à quelqu’un. L’épidémie, c’est ce qui tombe sur le peuple. Evidemment dans le cas d’une maladie, c’est terrible. Mais on parle aussi en grec chrétien de « l’épidémie du Christ », ἐπιδημία τοῦ Χριστοῦ, c’est-à-dire la « venue » ou la « survenue du Christ ». Basile de Césarée en 375 dans son Livre sur l’Esprit saint, ch. 21, écrit : ἡ σωματικὴ τοῦ νόμου τήρησις ἐν τῇ ἐπιδημία τοῦ Χριστοῦ καταργεῖται, « l’observance charnelle de la loi est annulée par la venue du Christ », littéralement par l’épidémie du Christ qui est venu séjourner parmi les hommes.

 

Quand les étoiles tombent…

Le mot apparaît pour la première fois en français sous la forme ypidime dans le Régime du corps de Maître Aldebrandin de Sienne (p. 60, éd. Landouzy-Pépin) qui en 1256 parle des pestilences en disant que cette corruption de l’air est due soit à des charniers ou marais, soit quand les estoiles « chiient » (c’est-à-dire choient ou tombent), ce qui induit des changements de climat : « Et tel cangement fait venir pestilence ke les phisitiiens appelent ypidime, mais n’est mie si perilleuse ni si morteuse com est cele ki vient de la corruption de l’air.»

Le mot semble avoir été emprunté aux Grecs avec la prononciation médiévale de ἐπιδημία en [epidhimia] qui explique la forme ypidime avec assimilation de l’initiale qui passe de e à i et abréviation de la finale conformément à la logique propre du français (qui transforme les a latins finaux en e muet). En effet, le mot apparaît en latin à la même époque en 1250 sous la forme epidimia chez les auteurs latinophones italiens. Faut-il y voir l’influence des Grecs d’Italie et de l’école de médecine de Salerne gréco-arabo-judéo-latine ? Le mot a ensuite été peu à peu normalisé sur le grec ancien et prend la forme d’épidémie que nous lui connaissons.

 

La pandémie est-elle une « fête populaire » ?

Le vocable pandémie lui vient du grec πανδημία [pandèmia] et signifie un « rassemblement de tout le peuple ». Car le terme vient de πᾶς, πᾶσα, πᾶν [pan] qui signifie « tout, toute » et du même δῆμος [démos], le « peuple ». En grec, il désigne, je crois, une fête qui rassemble tout le peuple (comme le terme de πανήγυρις [panèguris]). Le mot est rare. On le trouve dans les Lois de Platon (VIII, 829b) où toute la cité devra sortir pour s’entraîner à la guerre avec femmes et enfants  » lorsque ceux qui gouvernent décident de la faire sortir comme dans une fête populaire« , ὅταν ὡς πανδημίαν ἐξάγειν δόξῃ τοῖς ἄρχουσιν. Les dictionnaires grecs et les traducteurs n’ont pas bien compris, à mon avis, cette dimension festive du rassemblement populaire dans ce texte et ne donnent que le sens de « tout le peuple », ce qui est ici clairement insuffisant, puisqu’il y a une comparaison introduite par ὡς « comme ». C’est parce que c’est comme dans une fête populaire que l’on sort avec femme et enfant !

Le mot est encore employé dans la Vie de Thésée de Plutarque (25) :

Ἔτι δὲ μᾶλλον αὐξῆσαι τὴν πόλιν βουλόμενος, ἐκάλει πάντας ἐπὶ τοῖς ἴσοις, καὶ τὸ « δεῦρ´ ἴτε πάντες λεῴ » κήρυγμα Θησέως γενέσθαι φασί, πανδημίαν τινὰ καθιστάντος.

« Et encore voulant accroître la ville, il appelait tous aux mêmes conditions et de là vient, dit-on, l’annonce de Thésée : ‘venez ici, toutes gens’ quand il établissait un certain rassemblement populaire. »

Le contexte est celui du synécisme, de la réunion des villages en une seule ville. Mais ce mouvement est ponctué de fêtes, notamment les Panathénées qui réunissent tout Athènes. Je crois que c’est à une forme d’égalité dans la fête que tous sont appelés, une fête populaire, de rassemblement, ou pandémie.

Un argument qui va dans mon sens est le mot dorien πανδαμικοί [pandamikoi] que le dictionnaire d’Hésychius (Ve ou VIe siècle après J.-C.) explique ainsi : παιδικοὶ χιτῶνες ἐν ταῖς πομπαῖς « tuniques d’enfants portées dans les processions ». L’adjectif pandémique est donc associé à des vêtements de fête, ce qui semble indiquer que le sens véritable de pandémie est bien celui de « fête ».

Quoi qu’il en soit de ce débat sur la signification de ce vocable rare, le mot pandémie apparaît en français dans le dictionnaire de Trévoux en 1752, mais il n’a plus du tout le sens grec originel. Il s’agit d’un mot dérivé d’épidémie auquel on donne un nouveau préfixe pan pour dire que l’épidémie est désormais générale : « C’est la même chose qu’épidémie. Ce mot est grec, πανδημία, parce qu’il vient de πᾶν, tout, & de δῆμος, peuple, parce que c’est une maladie qui se répand sur tout le peuple. » Le mot vient-il de l’anglais pandemic, employé pour la première fois par le médecin Gideon Harvey, dans son Morbus Anglicus en 1666 au chapitre I[1] ? Harvey associe endémique (c’est-à-dire habituel, permanent), et pandémique qu’il oppose à épidémique (au sens d’épisodique) alors que le dictionnaire de Trévoux fait de pandémie un synonyme d’épidémie. Il semble bien en tout cas que c’est l’extension à tout un peuple d’une maladie qui est le sens premier du terme. On a perdu le sens, à mon avis, festif du terme et il n’y a plus qu’un sens médical nouveau. C’est donc un mot grec par la forme mais non par le sens. Cela fait penser à microbe, qui aurait dû désigner en grec, si le mot avait existé, non un micro-organisme mais une personne qui a une petite vie, — à l’opposé de quelqu’un qui a longue vie, le macrobe, terme attesté en grec sous la forme μακρόβιος … Il faudra attendre la grippe espagnole de 1918 pour que le mot de pandémie devienne courant. Le terme désigne aujourd’hui, selon l’Organisation Mondiale de la Santé : « la propagation mondiale d’une nouvelle maladie ».

 

Voilà comment tout s’est grippé : ce qui désignait l’arrivée chez un peuple au terme d’un voyage est devenu une épidémie, et ce qui, je crois, désignait une fête populaire, ou du moins, incontestablement, un rassemblement populaire, nous assigne désormais, pour notre bien sans doute, à résidence. A moins peut-être que ces moments difficiles de confinement nous permettent, rêvons un peu, en un voyage immobile et fantastique, d’arriver chez je ne sais quel peuple imaginaire, pour faire la fête tous ensemble avec eux.

 

Christian Boudignon

Maître de Conférences en grec ancien

à l’Université d’Aix-Marseille (AMU).

 

[1] Among diseases, some do more generally haunt a Country by reason of property in the air, produced through a particular influence of the climat ; and the fuming of malign steams out of the earth ; whence such diseases are termed Endemick or Pandemick : Others, though they are general, do only rage at certain season of the year, and therefore are called Epidemick.

« Parmi les maladies, les unes généralement habitent un pays du fait de certaines propriétés de l’air produites par une influence particulière du climat et la fumée de vapeurs malignes venues de la terremanque un espace; de là viennent de telles maladies appelées endémiques ou pandémiques. D’autres maladies, bien qu’elles soient générales, ne font rage qu’à certaines saisons de l’année, et sont pour cela appelée épidémiques.« 

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts