Archives par mot-clé : ou

Jean-Victor Vernhes rétablit la vérité sur les diphtongues « EI » et « OU » du grec ancien.

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article six.

[Voici la version remaniée d’un article paru dans les numéros papier 101 (octobre 2004) et 102 (janvier 2005) de Connaissance hellénique, lequel approfondissait déjà la théorie présentée dans le numéro papier 7 (avril 1981) où Jean-Victor Vernhes démontre, preuves à l’appui, qu’en attique classique, on prononçait ει et ου  de façon diphtonguée.] 

La prononciation des groupes EI et OY en attique

 

Abeille butinant (cliché Oleg Bor, wikicommons)

 

Lors de nos débuts en grec ancien, il nous a été enseigné que le groupe ει se prononce un peu comme dans abeille, et que le groupe ου est une voyelle longue prononcée [ū] : même timbre que le ou français.

Mais si nous étudions dans de savants ouvrages la phonétique historique du grec, il nous est dit qu’en attique classique ει vaut [ẹ̄] (é long fermé, le point sous la voyelle signifiant son caractère fermé), et que ου vaut [ọ̄] (o long fermé). Nous trouvons cela dans le beau livre d’Hubert Pernot, D’Homère à nos jours, histoire, écriture, prononciation du grec (Paris, 1921), dans Michel Lejeune, Phonétique historique du mycénien et du grec ancien (Paris, 1972)[1], dans W. Sidney Allen, Vox Græca, The pronunciation of classical Greek, 3e édition, (Cambridge, 1987), dans Leslie Threatte, The grammar of Attic inscriptions, I, Phonology[2] (Berlin, New York, 1980)[3] ainsi que dans tous les ouvrages faisant autorité.

Mais cette unanimité est illusoire, et ne représente pas une convergence d’études approfondies de ce point particulier : la doctrine (on pourrait dire la δόξα) s’est transmise depuis des décennies comme un acquis définitif qu’il n’y a pas lieu de réexaminer à la base. Or nous allons, procédant à ce réexamen, prendre le contre-pied de cette δόξα et tenter de montrer qu’en attique classique :

1) ει notait la diphtongue [ei] (comme a dans l’anglais take), laquelle passa ultérieurement à [ī].

2) ου notait la diphtongue [ou] (un peu comme o dans l’anglais go), laquelle passa ultérieurement à [ū] (= ou français).

Dans ces notations [ei] et [ou], i et u représentent de très brefs éléments vocaliques ayant respectivement le timbre [i] et le timbre [u] (= ou français) : on parle alors de i diphtongal et de u diphtongal[4].

Voyons d’abord les faits matériels concernant EI et OY dans les inscriptions (et dans la céramique). L’orthographe du grec classique (à part les esprits, les accents et la ponctuation) s’est fixée à la fin du Ve s. av. J.-C.

Dans les inscriptions attiques archaïques, les groupes EI et OY apparaissent dans des conditions où il y avait vraiment à noter E + I et O + Y : donc d’incontestables diphtongues. En particulier lorsque l’alternance vocalique (cf. notre Initiation au grec ancien, p. 157) oppose d’une part ει à οι et d’autre part ευ à ου. Les groupes ει, οι, ευ, ου en question subsisteront dans l’orthographe classique. Exemples :

Tableau I

 

“racine”

 

 

degré e

 

 

degré o

 

 

degré zéro

 

σπευδ

se hâter

 

σπεύδω

Je m’empresse

 

σπουδή

le zèle, la hâte

 

 

non attesté

 

φευγ

fuir

 

 

φεύγω

je fuis

(présent)

 

 

 

φυγον

je fuis

(aoriste)

 

 

λειπ

laisser

 

λείπω

je laisse

 

λέλοιπα

j’ai laissé

(= je suis quelqu’un qui a laissé)

(parfait)

 

λιπον

je laissai

(à un certain moment)

(aoriste)

 

 

 

Examinez les mots cités dans ce tableau. Vous remarquez que le jeu des trois degrés vocaliques (e, o, zéro) est tout à fait parallèle à l’opposition γεν/γον/γν (cf. ἕρμαιον, p. 157). Si on ôte le ε ou le o aux formes de degré e ou de degré o, il reste un υ ou un ι. Les groupes ει, οι, ευ, ου du type illustré par ce tableau étaient anciennement des diphtongues, s’analysant en une voyelle ε ou ο suivie de ι ou de υ très brefs ; on les représente phonétiquement par [ei], [oi], [eu], [ou]

À propos de la lettre Y

Il faut bien noter que dans les diphtongues terminées par un υ (αυ, ευ, ου), ce υ représentait un très bref son [u] (comme le ou français), et non un très bref son [ü] (ayant le timbre du u français ou du ü allemand). Des indices le prouvent. Dans des inscriptions attiques on rencontre parfois ΕΟ pour EY ou EY pour EO (Threatte p. 414-415) : ΘΕΥΔΩΡΟΣ pour Θεόδωρος, ΑΝΕΟ pour ἄνευ… Cela ne s’expliquerait pas si le υ des diphtongues ευ était une voyelle d’avant, avec timbre [ü] (voir ci-dessous le trapèze des voyelles). Dans des documents musicaux, on trouve pour ευ et αυ les graphies εου et αου lorsque ces diphtongues étaient chantées sur deux notes différentes[5] (ainsi ταούρων pour ταύρων, de ὁ ταῦρος, le taureau).

Le lecteur est en droit de s’étonner : le υ ne se prononce-t-il pas [ü] ? Sachez qu’anciennement la lettre Y, dans tous les dialectes, notait le son [u] (= ou français). À l’époque classique, elle garde cette prononciation dans la plupart des parlers grecs. Mais il a été démontré qu’en ionien-attique, dès l’époque des plus anciennes inscriptions, ce son était passé à [ü] (= u français), tout en continuant à être noté par la lettre Y (cf. Lejeune, § 252, p. 237).

Cette évolution n’a pas concerné les υ seconds éléments de diphtongue. Cela s’explique par le fait que d’une part les diphtongues à second élément υ (αυ, ευ, ου), et d’autre part la voyelle υ telle qu’elle existe hors de ces diphtongues, sont des unités phonologiques distinctes et indépendantes. L’évolution qui a atteint l’ancien [u] du grec (noté Y), c’est-à-dire son passage au timbre [ü], n’a pas à se répercuter sur les [u] diphtongaux des diphtongues en question (lesquels toutefois restent notés par Y!).

Le trapèze des voyelles

Il faut avoir à l’esprit le ‘trapèze des voyelles’, qui représente, pour l’ensemble des voyelles, le point maximum du soulèvement de la langue dans la cavité buccale. La partie gauche se situe vers l’avant (vers les dents), la partie droite vers l’arrière (vers la luette). Cela complète celui de la p. 10 de notre Initiation au grec ancien, qui représente seulement les voyelles susceptibles d’entrer en jeu dans les contractions.  

trapèze des voyelles

Notez la place du phonème [ü] : il est voisin de [i] ; il s’en distingue surtout par sa prononciation avec arrondissement des lèvres.

 

Champs de dispersion et marges de sécurité.

 

Le vivant n’est pas réglé comme une mécanique. Lorsque nous prononçons un [a], un [i] ou n’importe quel autre phonème, les organes vocaux ne se disposent pas, d’une fois à l’autre, dans la même position au millimètre près. « Il est bien évident que la prononciation par un sujet donné d’un phonème donné, dans le même mot, varie d’une émission à l’autre… En tout cas, nous devons tenir compte de la possibilité d’un champ de dispersion, même dans le parler d’une seule personne et à plus forte raison sans doute si nous considérons tous les membres d’une communauté. » (André Martinet, Économie des changements phonétiques, Berne, 1955, p. 47). Nos zones en pointillés autour des voyelles représentent ces « champs de dispersion ».

« L’étendue des champs de dispersion est limitée par les nécessités de la communication. Pour qu’on puisse se comprendre, il faut que chaque phonème garde sa physionomie propre et ne vienne pas se confondre avec l’un des phonèmes voisins. La distinction doit être maintenue entre bas et beau, entre baie et bille, etc… Les champs de dispersion doivent donc être séparés par des marges de sécurité. » (o.c., p. 47). Nous aurons à faire usage de ces notions dans la suite de notre exposé.

Pour la prononciation de la diphtongue ει, dont la transcription phonétique est [ei], le sommet de la langue est d’abord dans la position [], mais sur la fin il passe brièvement à la position [i]. Pour la prononciation de la diphtongue ου, dont la transcription phonétique est [ou], le sommet de la langue est d’abord dans la position [], mais sur la fin il passe brièvement à la position [u].

Supposons, nous dit André Martinet, qu’un phonème modifie son articulation et émigre vers une autre zone des organes vocaux. Le phonème le plus voisin va avoir tendance à se déplacer vers la place laissée vacante. Un exemple frappant : dans le dialecte portugais de São Miguel, aux Açores, l’ancienne voyelle [u] (= ou français) est passée à [ü] (= u français), laissant vacante la place qu’elle avait vers l’arrière du palais. Le phonème le plus voisin, le [o], a alors pris cette place en devenant [u], puis se sont produites des réactions en chaîne… (p. 49-52). Nous en reparlerons.

 

Changements vers la fin du Ve siècle av. J.-C.

Nous avons vu plus haut ce que représentent les groupes EI et OY dans les inscriptions attiques les plus anciennes, au Ve s. av. J.-C.

Après cette date, on observe d’autres groupes EI et OY. Ces derniers proviennent de longues formées à partir de brèves ε (é bref fermé) et ο (o bref fermé). Elles sont, naturellement, du moins à l’origine, des longues fermées : [ẹ̄] (é long fermé) et [ọ̄] (o long fermé). On les trouve dans des contractions, et dans des « allongements compensatoires » consécutifs à l’effacement de certains phonèmes (par exemple de ν devant ς final). Exemples :

Contractions :                          * ποιέ-ετε > ποιεῖτε, vous faites                                                           * ἐκακό-ετο > ἐκακοῦτο, il était maltraité

Allongements compensatoires :   * τιθένς > τιθείς, plaçant

                                                   * διδόνς > διδούς, donnant

Nous avons indiqué les formes résultantes telles que vous les trouvez en grec classique, dont l’orthographe s’est fixée à la fin du Ve s. Qu’avait-on dans les inscriptions, avant cette époque, pour noter ces longues résultant de contractions ou d’allongements compensatoires ? On avait E pour ει et O pour ου.

Le tableau suivant montre l’évolution.

Tableau II

 

forme originelle

 

graphie ancienne

(avant fin Ve s.)

 

graphie classique

(après fin Ve s.)

 

*ποιέ-ετε

vous faites

 

ΠΟΙΕΤΕ

 

ΠΟΙΕΙΤΕ

 

 

*ἐκακό-ετο

il était maltraité

 

ΕΚΑΚΟΤΟ

 

ΕΚΑΚΟΥΤΟ

 

 

*τιθένς

plaçant

 

ΤΙΘΕΣ

 

ΤΙΘΕΙΣ

 

 

*διδόνς

donnant

 

ΔΙΔΟΣ

 

ΔΙΔΟΥΣ

 

 

 

Observez dans ce tableau les formes de la colonne de droite. Elles sont bien connues de quiconque a fait un peu de grec, et représentent l’orthographe classique, l’orthographe définitive du grec ancien.

Comparez ces formes à celles de la colonne du milieu, où figurent les graphies archaïques. Vous remarquez que E et O y servent à noter :

1) d’une part [ẹ] (e bref fermé) et [ọ] (o bref fermé) : c’est l’emploi de ε et de ο dont nous avons l’habitude depuis nos premiers pas en grec.

2) d’autre part les longues ‘secondaires’ : celles qui résultent des contractions et des allongements de ε (e bref fermé) et ο (o bref fermé), c’est-à-dire [ẹ̄] (é long fermé) et [ọ̄] (o long fermé).

Dans ce système archaïque, l’alphabet n’indique donc pas la quantité, brève ou longue, de ces voyelles : E note le é fermé, bref ou long, et O note le ο fermé, bref ou long, tout comme A, I, Y notent indifféremment des brèves ou des longues.

À l’époque archaïque la lettre E vaut aussi pour ce qui en classique sera noté par H (êta, notant é long ouvert : [ę̄]), et la lettre O vaut aussi pour ce qui en classique sera noté par Ω (oméga, notant o long ouvert : [ǭ]). Ainsi on trouve ΜEΔΕΝ pour μηδέν et ΑΠΟΛΛΟΝ pour Ἀπόλλων.

Le passage de l’orthographe archaïque à l’orthographe classique, vers la fin du Ve siècle avant notre ère, fut marqué par une date importante : en –403, sous l’archontat d’Euclide[6], fut adoptée sur proposition de l’orateur Archinos une loi de réforme orthographique officialisant l’alphabet ionien, qui comportait H et Ω.

Ce passage ne s’est pas effectué de façon abrupte. Dans les inscriptions des décennies précédant cette réforme se manifestait déjà une certaine tendance, gagnant progressivement du terrain, à noter par EI, au lieu de E, et par OY au lieu de O les longues provenant de contractions ou d’allongements compensatoires. On y trouve aussi déjà, par influence de l’alphabet ionien, des exemples de H pour noter [ę̄] et de Ω pour noter [ǭ]. Par la suite, à l’époque où règne l’orthographe classique, on trouve encore des exemples de graphie archaïque.

Le problème

Résumons ce qui se dégage de notre présentation historique de l’usage des groupes EI et OY dans les graphies archaïques et dans les graphies classiques.

Dans les graphies archaïques :

EI note la diphtongue [ei] et OY note la diphtongue [ou]

E et O notent respectivement des e fermés et des o fermés, tant brefs que longs.

Dans les graphies classiques :

EI est la notation commune de ce que sont devenus la diphtongue [ei] et le [ẹ̄] (e long fermé).

OY est la notation commune de ce que sont devenus la diphtongue [ou] et le [ọ̄] (o long fermé).

Ces notations communes nous indiquent que, du fait de l’évolution phonétique, [ei] et [ẹ̄] d’une part, [ou] et [ọ̄] d’autre part, se sont prononcés de la même façon.

Mais dans quel sens se sont faites ces confusions ? Les longues fermées se sont-elles diphtonguées : [ẹ̄] > [ei] et [ọ̄] > [ou] ? C’est ce que nous allons proposer ici. Ou bien est-ce que les diphtongues se sont monophtonguées : [ei] > [ẹ̄] et [ou] > [ọ̄] ? C’est l’hypothèse usuelle (la δόξα, qu’on présente comme une certitude).

Nous avons indiqué en première page l’aboutissement final en grec ancien de ces groupes ει et ου : ει a fini par se prononcer [ī] et ου a fini par se prononcer [ū][7]. Nous pouvons présenter comme ceci les deux hypothèses qui se présentent à nous :

Hypothèse usuelle :           [ei] > [ẹ̄] > [ī] et [oṷ] > [ọ̄] > [ū]     

Hypothèse ici proposée :   [ẹ̄] > [ei] > [ī] et [ọ̄] > [ou] > [ū]

Il s’agit de déterminer quel était le stade intermédiaire, qui correspond à la prononciation de l’époque classique. 

 

Cernons mieux l’hypothèse usuelle

Consultons, dans la Phonétique de Lejeune, les paragraphes 240 et 241, p. 229-230. Le § 240 traite du EI. Voici comment les choses se présentent, selon l’auteur, lorsque s’est imposée l’orthographe classique : « Dans l’écriture comme dans la prononciation, il n’y a plus de distinction entre l’ancienne diphtongue et ẹ̄ secondaire[8]… L’ancienne diphtongue ei se trouve réduite à une voyelle longue. » Le § 241 traite de façon symétrique ce qui concerne le OY en orthographe classique : « L’écriture comme la prononciation a, dès lors, cessé de distinguer entre ou ancienne diphtongue… et ọ̄ secondaire… L’ancienne diphtongue ou est réduite à une voyelle longue. »

Mais pourquoi y aurait-t-il eu transformation des diphtongues en voyelles longues fermées et non l’inverse ? Lejeune ne le dit pas explicitement. W. S. Allen, qui a sur la question la même position que celle de Lejeune, celle de la δόξα, est de son côté tout à fait explicite et pose clairement le problème. Voici comment il commente le fait que les [ei] et les [ẹ̄] d’une part, les [ou] et les [ọ̄] d’autre part, qui furent anciennement des paires de phonèmes bien distincts, se sont écrits et prononcés de la même façon à l’époque classique : « Theoretically this could mean either that the original monophthongs (simple vowels) had become diphthongs, or that the original diphthongs had become monophthongs. But since the tendency of Greek at all periods is to monophthongization rather than diphthongization, only the second supposition is realistic. » (Vox Graeca, p. 71).

Même position chez Edgar H. Sturtevant : « … since the constant tendency of the Greek language has been to change diphthongs into monophthongs, the diphthong [ei] must have become a closed e, i.e. [ẹ̄] » (The pronunciation of Greek and Latin, Philadelphia 1940, § 21, p. 33-34). En ce qui concerne le fait qu’au cours du Ve siècle, le groupe OY devient l’écriture usuelle de l’ancien [ọ̄], cet auteur en conclut qu’à cette époque « … both the original diphthong and lengthened o had the value of close ō, i.e. [ọ̄]. » (§ 40, p.  45). La raison pour laquelle la confusion se serait faite dans ce sens, et non dans le sens de [ou], est considérée sans doute comme déjà démontrée au § 21.

C’est ainsi qu’un peu partout se trouve expédiée en quelques lignes la question de savoir comment s’est faite la confluence entre [ei] et [ẹ̄], et entre [ou] et [ọ̄]. Or ces quelques lignes sont le seul fondement de la doctrine de la monophtongaison.

La même idée est présente chez Lejeune, sans être formulée explicitement. Elle est à lire entre les lignes, ou plutôt dans le titre du chapitre où se trouvent les deux paragraphes cités : Tendance à l’élimination des diphtongues (p. 225). Il est répondu tacitement à une question sous-entendue.

C’est ainsi qu’on en est venu à considérer les graphies EI et OY comme ne représentant plus les diphtongues [ei] et [ou], mais les voyelles longues fermées [ẹ̄] et [ọ̄]. Elles seraient des ‘fausses diphtongues’, car elles auraient seulement un aspect graphique de diphtongue. Pour les voyelles de timbre [ẹ] et [ọ] (e fermé et o fermé) l’orthographe classique distinguerait donc la longue et la brève, distinction qu’elle ne fait pas pour α, ι, υ. Cette doctrine des ‘fausses diphtongues’ s’est imposée au point que généralement elles ne sont plus considérées comme une interprétation des données, mais comme des données effectives.

Il est vrai que le grec, au cours de son histoire phonétique, a fait disparaître ses diphtongues. Mais s’agit-il seulement de celles qu’il a héritées de ses lointaines origines, comme celles que vous présente notre tableau I ? Non, car il en a créé de nouvelles (cf. Lejeune, § 237, p. 227-228), destinées à être traitées comme les anciennes : ainsi εὖ ‘bien’, prononcé [eu], était anciennement ἐΰ (en deux syllabes chez Homère). Il y a formation d’une diphtongue [ei] au datif singulier des neutres en -ος : *τείχεsι > τείχεϊ (trisyllabique, après chute du -s- intervocalique) > τείχει. Formation aussi d’une diphtongue [ei] au féminin des adjectifs en -ύς : ἡδεῖα < *swādewyă (anticipation du y). Il est plus difficile de trouver des exemples pour ου : on cite ἀπούρας ‘ayant dérobé’ < *ἀπο-Ϝρας, sur une racine signifiant ‘saisir’.

Il n’est donc pas inacceptable d’envisager des créations de diphtongues, destinées à être traitées ultérieurement comme les anciennes, dans le problème qui nous occupe : la confluence entre [ẹ̄] et [ei] a pu se faire par diphtongaison de [ẹ̄] en [eḭ], noté EI, et la confluence entre [ọ̄] et [ou] a pu se réaliser par diphtongaison de [ọ̄] en [oṷ], noté OY. L’aboutissement aux longues [ī] et [ū] a bien pu se faire après passage par la diphtongue.

Comment choisir entre diphtongaison et monophtongaison ?

 

Vers la solution

 

Qu’on me permette de faire ici un peu d’autobiographie. Lorsqu’à la fin des années soixante j’eus le bonheur d’être jeune assistant à la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence, chargé d’enseigner la linguistique grecque, les problèmes ici traités me laissaient perplexe. Les diphtongues [ei] et [ou] auraient, nous dit-on, disparu, en s’identifiant par monophtongaison avec les longues fermées [ẹ̄] et [ọ̄], ces voyelles longues étant notées dans l’écriture par EI et OY, à la façon des défuntes diphtongues. Le I et le Y se seraient effacés de la prononciation, mais se seraient généralisés dans l’orthographe. Écriture et prononciation auraient évolué en sens contraire. Étrange…

Pourquoi pas des diphtongaisons, me disais-je…

Alors un jour je décidai d’aller, pour recueillir des éclaircissements, au laboratoire de phonétique de la Faculté, dirigé alors par Georges Faure, qui était une référence en ce domaine. Je mis ce dernier au courant du problème : monophtongaison des diphtongues ou diphtongaison des longues fermées ? Je me souviens encore de son écoute attentive et de sa réponse  accompagnée d’un geste sec : « N’en doutez pas, il y a eu diphtongaison. Une longue de timbre e ou o nettement fermée se ferme davantage sur la fin. » Ainsi un [ẹ̄] bien fermé tend à dégager un [i] à la fin de sa tenue, et un [ọ̄] bien fermé tend à y dégager un [u].

Le professeur américain Stephen Daitz a réalisé plusieurs enregistrements de textes grecs classiques (Aristophane, Euripide, Platon…) en prononciation restituée. Se fiant à la doctrine usuelle en la matière, il s’applique à faire de ει et de ου des [ę̄] et des [ọ̄] bien fermés, en faisant de son mieux pour inhiber le mécanisme de la diphtongaison. Mais il y parvient mal. Il diphtongue ! Surtout le ει !

Si par plaisanterie vous vous amusez à dire : « Ah ! qu’il est bête ! » en prononçant longuement, au lieu du ê, un é bien fermé, vous sentirez poindre le [i] sur la fin. C’est presque une expérience de laboratoire !

La doctrine des ‘fausses diphtongues’ ne repose que sur la méconnaissance de cette donnée expérimentale de phonétique articulatoire.

Les longues fermées du grec ont sans doute tendance, au cours du Ve siècle, à accentuer leur fermeture. Un [ẹ̄] qui se diphtongue en [ei] est certainement plus fermé que celui qu’on trouve dans l’allemand das Meer ‘la mer’, de fermeture moyenne. Reportez-vous au trapèze des voyelles : le [ẹ̄] doit bien se distinguer de [ę̄], et le [ọ̄] de [ǭ]. Leurs champs de dispersion doivent être bien séparés par des marges de sécurité afin de réaliser par là une nette opposition ouverture/fermeture. Il en a résulté une tendance à les doter d’une nette fermeture, entraînant la diphtongaison.

Le sort ultérieur des diphtongues [ei] et [ou], devenant respectivement [ei] et [ū], est un phénomène d’assimilation régressive : le timbre vocalique de la fin s’est généralisé en s’étendant jusqu’au début.

Il y a eu ainsi continuité dans l’évolution qui progressivement va de [ẹ̄] et [ei] vers [ī], ainsi que de [ọ̄] et [ou] vers [ū]. Les longues [ẹ̄] et [ọ̄], se fermant bien, se diphtonguent, rejoignant les diphtongues anciennes. Puis toutes ces diphtongues subissent une assimilation régressive qui les mène au résultat final. À la fermeture en fin de tenue dans le processus de diphtongaison succède celle de l’assimilation régressive.

La théorie usuelle, la δόξα, introduit au contraire une curieuse discontinuité dans ce processus : selon elle, le [ei], dans sa marche vers [ī], n’y va pas en droite ligne, mais s’en écarte quelque temps, faisant un crochet par [ẹ̄] en ouvrant son [i], et de même le [ou], dans sa marche vers [ū], n’y va pas en droite ligne, mais s’en écarte quelque temps, faisant un crochet par [ọ̄] en ouvrant son [u]. Il nous est dit (voir dans Lejeune le dernier alinéa des paragraphes 240 et 241, pages 229-230) que ce [ẹ̄] et ce [ọ̄] étaient ‘très fermés’ et ont continué de se fermer jusqu’à aboutir à [ī] et [ū]. Mais les voyelles très fermées ainsi décrites sont justement celles qui se diphtonguent par fermeture en fin de tenue, selon ce qui me fut un jour enseigné par Georges Faure dans son laboratoire de phonétique…

 

Observations diverses

Dans la doctrine usuelle, on estime que les groupes EI et OY (dont le I et le Y auraient cessé de se prononcer) auraient été utilisés dans l’écriture pour les longues [ẹ̄] et [ọ̄], les distinguant ainsi des brèves correspondantes, notées E et O. Mais pour les autres voyelles (α, ι, υ) la non-distinction graphique entre ces brèves sans évolution du timbre au cours de la tenue et les longues correspondantes était maintenue. D’où un certain disparate dans le système.

Si au contraire on admet que, dans la graphie classique, EI et OY représentent la diphtongaison des longues fermées [ẹ̄] et [ọ̄] (et aussi, bien sûr, les diphtongues anciennes conservées), on voit apparaître un principe de cohérence dans le système orthographique du grec : les différences de quantité des voyelles ne sont notées que quand y a évolution du timbre au cours de la tenue.

En outre, si on admet la diphtongaison, il y a conformité entre l’écriture et la prononciation. Les réformes orthographiques[9] visent généralement à améliorer cette conformité. Le fait que, pour noter ce que sont devenues au cours du Ve siècle les longues fermées [ẹ̄] et [ọ̄], on a adopté la graphie des diphtongues devrait déjà faire soupçonner que ces longues se sont diphtonguées.

***

Les noms anciens des voyelles ont servi d’argument pour montrer que les groupes ει et ου notaient des [ẹ̄] et des [ọ̄]. Les voyelles E, O, Y se nommaient anciennement εἶ, οὖ, ὖ : elles étaient nommées par leur forme longue (voyez, dans notre Initiation au grec ancien, au bas de la p. 14, le fragment de Callias). On a cru y voir la preuve que ces formes longues avaient le même timbre que la brève tout au long de la tenue. Certes, ει et ου sont les longues de ε et de ο, mais il ne s’ensuit pas qu’elles en conservent le timbre de façon identique et constante. Comme nous l’avons vu (en ayant présent à l’esprit le trapèze des voyelles), elles ont à se différencier nettement des longues ouvertes η et ω, ce qui entraîne une fermeture entraînant la diphtongaison. Les voyelles ε et ο, n’ayant pas cette contrainte, doivent être de fermeture moyenne.

***

Dans un passage du Cratyle (402e), Platon explique le nom du dieu de la mer Ποσειδῶν par une de ces étymologies dont il a le secret. Il dériverait de ποσὶ δεσμός ‘entrave pour les pieds’, car la mer oppose une résistance à la marche de celui qui y est entré ! Un ε est inséré dans le datif ποσί (τὸ δὲ ε ἔγκειται ἴσως εὐπρεπείας ἕνεκα ‘le ε est peut-être là pour l’élégance’ !). Cela se comprend bien si Ποσειδῶν se prononçait poseidǭn, mais ne se comprend pas si on le prononçait posẹ̄dǭn[10]. Les dialogues de Platon se situent dans une ambiance d’oralité, et dans celui-ci on est en outre attentif aux valeurs phonétiques des γράμματα : il n’est pas plausible que cette εὐπρέπεια (nous parlerions aujourd’hui d’emphase) soit de nature purement graphique.

***

« À Corinthe, nous dit Lejeune (§ 240, p. 229), dès les preniers textes (VIIe-VIe s.), un même signe E (différent du signe employé pour ε, η) sert à noter à la fois l’ancienne diphtongue ei et l’ẹ̄ résultant de contractions ou d’allongements compen­satoires. À cette époque donc, en corinthien, *ei était déjà réduit à ẹ̄. » Il faut avoir dans l’esprit un certain à priori pour ne pas songer que l’évolution a pu se produire dans l’autre sens, par passage de [ẹ̄] à [ei]. Or regardons bien ce E corinthien (nous ne pouvons malheureusement pas le reproduire ici, mais voyez-le dans Lejeune) : sa hampe verticale dépasse les traits horizontaux. C’est comme la superposition d’un E et d’un I. Cela suggère qu’il y a du [i] là-dedans, qu’il y a… diphtongaison.

Le dialecte de Corinthe n’est pas de l’attique, c’est une forme de dorien. Mais des processus phonétiques comparables y sont à l’œuvre.

***

Une objection : on m’a malicieusement signalé un jour que dans une inscription postérieure à la confusion de [ẹ̄] et de [ei], on a relevé une forme ΤΕΧΙΣΜΟΣ (pour τειχισμός, ‘construction de rempart’). Nous avons ici une ancienne diphtongue [ei] (cf. l’alternance opposant τὸ τεῖχος, ‘le rempart’ et ὁ τοῖχος, le mur) ; sa notation par un seul caractère, le Ε, ne prouverait-elle pas une monophtongaison en [ẹ̄], noté à l’ancienne par E ? Mais lorsqu’est intervenue la diphtongaison de [ẹ̄] en [ei] on pouvait encore voir, dans de vieilles inscriptions, des E notant d’anciens [ẹ̄] diphtongués depuis en [ei], comme le premier E de ΠOIETE (voir tableau II). Les Athéniens qui, après le changement orthographique, avaient une telle forme sous les yeux la prononçaient ποιεῖτε de façon classique. Le E pouvait apparaître comme une manière possible de noter [ei].

On peut rapprocher cette objection de cette remarque de Threatte (o. c., p. 173) : « Tenacious retention of E for [ẹ̄] into the fourth century and occasional use of E for [ei] supports the view that the diphthong was monophthongized to [ẹ̄] rather than that the long vowel became a diphthong [ei] in Attic. » Nous préférons y voir l’influence des inscriptions anciennes, comportant des E passés à la prononciation [ei].

Cela fait penser à une particularité du latin tardif. Le [b] étant passé à [v] en certaines positions, les deux lettres ont pu dans certains textes servir de variantes graphiques pour noter l’un ou l’autre de ces deux phonèmes.

 

Lejeune, Grammont et Vendryes

 

On peut trouver paradoxal que la critique d’une doctrine professée par Lejeune s’appuie sur des notions de phonétique articulatoire. En effet une des grandes innovations du Traité de phonétique grecque de Michel Lejeune, paru en 1946, était justement d’accorder une large place aux phénomènes articulatoires, en se référant constamment au Traité de phonétique de Maurice Grammont, paru en 1933, largement fondé sur l’expérimentation en laboratoire. Il a contribué ainsi à intéresser à ces questions l’auteur des présentes lignes. Mais lorsqu’on a en mains l’ouvrage de Grammont, on n’y trouve pas ce que Georges Faure m’a appris sur la diphtongaison des longues fermées.

En 1972 paraît la Phonétique historique du mycénien et du grec ancien de Michel Lejeune. Elle apporte une seconde innovation qui est pour les hellénistes un beau cadeau : elle incorpore à la phonétique historique du grec ancien les données mycéniennes provenant du déchiffrement du linéaire B. Mais les éléments de phonétique articulatoire et les références à Grammont demeurent inchangés.

Voici en revanche comment, dans le Traité de Grammaire comparée des Langues classiques (latin et grec) d’Antoine Meillet et Joseph Vendryes (le célèbre Meillet-Vendryes[11], 3e éd., Paris 1960), est présenté l’alphabet qu’adoptèrent les Athéniens en – 403 : « L’alphabet ionien distingue ε et ο longs de ε et ο brefs en employant pour les premiers la graphie des diphtongues ει et ου. Cela suppose pour ε et ο longs une prononciation en quelque mesure diphtonguée, conforme à la tendance générale suivant laquelle les voyelles longues fermées sont plus fermées à la fin qu’au commencement » (§ 151, p. 101). Ces lignes n’ont, malheureusement, guère retenu l’attention.

Le problème de ου

Retournons encore au trapèze des voyelles. Vous savez que l’ancienne voyelle [u], notée Y, de l’ionien-attique est passée à l’avant, vers le [i], laissant un vide dans la zone où se trouve le champ de dispersion de [u]. Ce vide, sans entraîner toutes les conséquences que Martinet nous a décrites dans le parler de Sâo Miguel aux Açores, va tout de même créer une attraction, en direction de [u], du champ de dispersion où se trouvent [ọ](bref ou long) et la diphtongue [ou] : celle-ci, à la fin de sa tenue, atteint déjà la zone [u]. Cela ne peut déclencher un mouvement en sens inverse.

Or on nous dit que [ou] s’est monophtongué en [ọ̄]. Cela signifie que le [u] de [ou] se serait ouvert et aurait pris le timbre [ọ], c’est-à-dire qu’il se serait écarté de la zone où du vide crée comme une aspiration. Voilà une phonologie qui fonctionnerait à l’envers. Cela nous apporte encore une raison de rejeter ici la monophtongaison.

On nous dit aussi que les diphtongues ει et ου étaient peu stables, leurs deux éléments étant voisins l’un de l’autre (ainsi Lejeune, § 240 p. 229). Pourtant de telles diphtongues se maintiennent de façon stable dans bien des langues. En grec, on voit I pour EI dans les inscriptions dès le IVe siècle avant notre ère, mais c’est seulement à partir du Ier siècle avant notre ère que la chose devient fréquente, révélant une prononciation usuelle [i].

Il est plus difficile de cerner par les graphies ce qui concerne le OY. Il est cependant certain que le vide créé dans la zone [u] était de nature non seulement à favoriser la diphtongaison de [ọ̄] en [ou], mais, par une sorte d’aspiration, de faire passer à la prononciation [ū], qui était la prononciation usuelle à l’époque romaine.

Mais ces phénomènes ne sont pas réglés uniquement par le jeu des champs de dispersion. D’autres facteurs interviennent, en particulier l’intégration.

Laissant de côté la diphtongue marginale υι (comme dans ἡ μυῖα ‘la mouche’), observons le micro-système des diphtongues à premier élément bref :

ει [ei] αι [ai], οι [oi], et   ευ [eu], αυ [au], ου [ou]

Nous avons là un ensemble organisé de façon cohérente. Nous dirons que, phonologiquement, il est bien intégré[12]. Cela constitue un facteur de stabilité. Pour un certain temps… Nous pouvons penser que la prononciation [oṷ] et la pronon­ciation [ū] ont toutes deux existé, la seconde, phonétiquement plus évoluée, étant plus populaire ou plus familière.

Une approche fonctionnelle

Voyons dans quelles corrélations avec /ę̄/ et /ǭ/  entraient, à l’époque archaïque, les longues et diphtongues dont nous étudions le destin. On avait alors :

vers l’avant :  /ę̄/ ~ /ẹ̄/  et  /ę̄/ ~ /ei/    vers l’arrière :  /ǭ/ ~ /ọ̄/  et  /ǭ/ ~ /ou/

Lorsque se sont confondues les longues fermées et les diphtongues présentes dans ces corrélations :

  1. a) si la confusion s’est faite par substitution de la longue fermée à la diphtongue, il restait seulement : vers l’avant 1 /ę̄/ ~ /ẹ̄/  et vers l’arrière  2 /ǭ/ ~ /ọ̄/
  2. b) si la confusion s’est faite par substitution de la diphtongue à la longue fermée, il restait seulement :  vers l’avant  3 /ę̄/ ~ /ei/  et vers l’arrière  4 /ǭ/ ~ /ou/ 

On voit bien que dans les corrélations 3 et 4, celles qui comportent la diphtongue, la différenciation entre les deux termes est plus nette que dans les corrélations 1 et 2, où la différence n’est que d’aperture. Or de telles différenciations sont indispensables au fonctionnement du langage dans la communication, en opérant des distinctions claires entre les mots, entre l’indicatif ποιεῖτε et le subjonctif ποιῆτε, entre l’indicatif δηλοῦτε et le subjonctif δηλῶτε. La diphtongue, plus fonctionnelle que la longue fermée, devait l’emporter. Le langage, comme l’artisan, garde les outils qui fonctionnent le mieux.

Les textes qui suivent vont nous apporter un éclairage supplémentaire.

Témoignages des Anciens

Athénée, auteur des IIe-IIIe siècles après J.-C., dans son Banquet des sophistes (11, 30, 21) commente la forme du génitif de Διόνυσος ‘Dionysos’, inscrite sur une coupe, avec la graphie archaïque ΔΙΟΝΥΣΟ (au lieu de Διονύσου) :

Ἐν τούτοις λείπει τὸ ὖ στοιχεῖον, ἐπεὶ πάντες οἱ ἀρχαῖοι τῷ οὖ ἀπεχρῶντο οὐ μόνον ἐφ’ ἧς νῦν τάττεται δυνάμεως, ἀλλὰ καὶ ὅτε τὴν δίφθογγον ἔδει σημαίνειν διὰ τοῦ οὖ μόνου γράφουσι. ‘Il y manque la lettre upsilon, car tous les Anciens employaient l’omicron non seulement avec la valeur qui lui est attribuée actuellement, mais aussi lorsqu’il fallait noter la diphtongue, qu’ils notaient par omicron seul.’

Le O final de ΔΙΟΝΥΣΟ est donc, nous dit Athénée, une graphie archaïque de la δίφθογγος ΟΥ. Mais il nous faut savoir ce qu’il entend au juste par δίφθογγος,  car le mot a pu s’employer pour des groupes de deux lettres correspondant à un son unique. La suite du texte est explicite : …τοῦ “Διονύσου” τὴν τελευταίαν συλλαβὴν διὰ τοῦ οὖ μόνου ὡς βραχέος ἐγκεχαραγμένου… συνυπακούεσθαι δεῖ καὶ τὸ ὖ… ‘…bien qu’en sa dernière syllabe la forme Διονύσου soit inscrite au moyen du seul omicron, à la façon d’une brève, il faut que se fasse entendre aussi, à sa suite, l’upsilon…’

Ce même passage d’Athénée commente l’écriture et la prononciation de ει : Παραπλησίως δὲ καὶ τὸ εἶ (οἱ ἀρχαῖοι) γράφουσιν καὶ ὅταν καθ’ αὑτὸ μόνον ἐκφωνῶται καὶ ὅταν συζευγνυμένου τοῦ ἰῶτα. ‘De façon similaire (les Anciens) écrivent epsilon aussi bien quand il est prononcé seul que quand il l’est avec addition d’un iota.’

Il s’agit bien ici de phonétique. Nous avons là une description de ce qui se dit et s’entend lorsqu’est énoncé un ει ou un ου. Nous n’avons pas là une spéculation théorique pour reconstituer la façon dont ces groupes se prononçaient anciennement, mais un commentaire sur des graphies archaïques assorti d’un témoignage sur une prononciation qui pour l’auteur est restée actuelle.

Voyons maintenant l’enseignement d’Hérodien, grammairien de la seconde moitié du IIe siècle après J.-C., fils du célèbre Apollonius Dyscole, et héritier, au delà de lui, de toute la tradition grammaticale de la Grèce. Dans un passage du Περὶ ῥημάτων ‘Au sujet des verbes’ (3, 2, 788, 30 sq) il étudie le fonctionnement de l’augment dans les verbes commençant par une diphtongue.

Ἣ μὲν ει δίφθογγος, ἐπειδὴ ἔχει γνήσιον μέγεθος (τὸ γὰρ ε μεγεθυνόμενον διὰ τῆς προσθήκης τοῦ ι μεγεθύνεται οἷον τυφθέντος/τυφθεῖσα, δαρέντος/ δαρεῖσα, καὶ αὐτὸ δὲ τὸ ει τὸ ὄνομα τοῦ στοιχείου · διὰ τοῦ ε καὶ ι γράφεται καὶ ἐκφωνεῖται), τούτου χάριν ἄτρεπτός ἐστιν · εἰκάζω/εἴκαζον (καὶ ᾔκαζον παρὰ τοῖς Ἀθηναίοις). Ὁμοίως καὶ ἡ ου δίφθογγος οὐ τρέπεται ὡς ἔχουσα γνήσιον μέγεθος (τὸ γὰρ ο μεγεθυνόμενον διὰ τῆς προσθήκης τοῦ υ μεγεθύνεται οἷον τύπτοντος/τύπτουσα, λέγοντος/λέγουσα, καὶ αὐτὸ δὲ τὸ ου, τὸ ὄνομα τοῦ στοιχείου · διὰ τοῦ ο καὶ υ γράφεται καὶ ἐκφωνεῖται), καὶ διὰ τοῦτο καὶ αὐτὸ ἄτρεπτον μένει · οὐρῶ/οὔρουν.

‘La diphtongue ει, comportant une quantité longue authentique (car le ε, sous l’allongement, s’allonge par addition d’un ι : ainsi dans τυφθέντος/τυφθεῖσα, δαρέντος/δαρεῖσα, et dans le nom même de la lettre εἶ, on écrit et on prononce avec ε et avec ι) est invariable pour cette raison-là : εἰκάζω, j’imagine ; εἴκαζον, j’imaginais (ᾔκαζον à Athènes). De même la diphtongue ου, comportant une quantité longue spécifique (car le ο, sous l’allongement, s’allonge par addition d’un υ : ainsi dans τύπτοντος/τύπτουσα, λέγοντος/λέγουσα, et dans le nom même de la lettre οὖ, on écrit et prononce avec ο et avec υ) est invariable pour cette raison-là : οὐρῶ, j’urine ; οὔρουν, j’urinais.’

Il est à noter ici que les groupes ει et ου sont reconnus par Hérodien comme fonctionnant en tant que longues de ε et ο respectivement, mais ne leur étant pas tout à fait identiques dans leur substance phonique, car ce sont des diphtongues. Il est intéressant d’observer cette réflexion morphologique et phonologique sur le statut de ces longues. Il est intéressant surtout, pour la question qui nous occupe, de recueillir ici un enseignement explicite sur la prononciation de ει et de ου.

Les témoignages de ces deux auteurs ne nous indiquent-ils pas que dans la langue des gens cultivés les groupes ει et ου avaient, perpétuant ce que nous estimons être l’usage classique, conservé la prononciation diphtonguée ?

Mais très généralement on ne se préoccupe guère de ces témoignages anciens, et même on les récuse, on les évacue bien vite. Leurs auteurs, pense-t-on, vivaient trop longtemps après les siècles classiques ou immédiatement post-classiques pour savoir comment on prononçait les mots en ces temps-là. Abusés par les graphies en deux lettres de ει et ου, ils se seraient naïvement imaginé qu’il fallait, pour parler à l’ancienne, les dire avec deux sons vocaliques. Car ils n’étaient pas au courant du principe de l’élimination des diphtongues et de la monophtongaison, ne bénéficiant pas de nos manuels de phonétique historique du grec, qui savent régler la question en trois lignes !

Je réponds à cela en répétant ce que j’ai écrit dans mon article sur Les intonations du grec ancien paru dans le numéro 154 (novembre 2019) de ‘Connaissance hellénique’ :

« L’opinion des grammairiens doit-elle peser peu de chose ? Les Alexandrins qui, autour d’Aristophane de Byzance, dans le dernier quart du IIIe siècle av. J.-C., jetaient les bases de la science grammaticale des Grecs, pour sauvegarder dans toute sa beauté la langue classique, connaissaient bien celle-ci par leurs grands-parents, qui dans leur jeunesse furent contemporains de Ménandre. Ils étaient en outre héritiers de la tradition d’examen du langage dont nous avons l’écho chez Platon et Aristote, et qui était bien vivante dans la dramaturgie. Il serait téméraire de sous-estimer ce qu’ils ont légué, et de s’imaginer savoir mieux qu’eux comment se prononçait le grec. Des auteurs comme Hérodien furent les héritiers de toute cette tradition. »

Jusqu’à une époque fort tardive on a composé de la poésie grecque selon les règles de jadis, et la pratique littéraire des milieux cultivés était comme un conservatoire de la prononciation classique, avec une diction partiellement différente du parler quotidien[13]. C’était pour eux un patrimoine à léguer de génération en génération. Les grammairiens œuvraient dans ce sens.

 

 

Conclusion

Il est vrai que le grec a, dans son développement phonétique, perdu ses diphtongues, suite à divers remaniements qui se sont échelonnés sur des siècles : c’est seulement à l’époque byzantine que la réduction de la diphtongue οι est acquise (Lejeune, § 243, p. 231). Des processus divers sont venus à bout de la force de cohésion qui a pu stabiliser un temps le système bien intégré de diphtongues esquissé plus haut. Mais il n’y a pas lieu de voir dans tout cela la manifestation d’une ‘tendance à l’élimination des diphtongues’ agissant sur la langue comme une force par rapport à laquelle ces processus divers auraient eu le statut de causes secondes, force qu’on hypostasie plus ou moins, qui n’existait pas encore lorsqu’apparurent les diphtongues de type τείχει ou ἡδεῖα, mais qui, installée dans le grec de façon immanente depuis les VIIe-VIe siècles, aurait inhibé la contrainte articulatoire tendant à diphtonguer les e et les o longs fermés.

Lorsqu’on parle de cette ‘tendance à l’élimination des diphtongues’, entend-on cela simplement comme le bilan de ces ‘processus divers’, ou comme la définition d’une force agissante qui serait à l’origine de ces processus ? Il convient de bien discerner dans quel sens ont fonctionné les relations de cause à conséquence.

Une triple exhortation pour terminer. Pour étudier les questions de phonétique grecque dont nous venons de traiter, il est bon de prendre l’enseignement des grammairiens grecs antiques plus au sérieux qu’on ne le fait ordinairement. Il est recommandé de pratiquer les méthodes de la phonologie (au sens français de ce terme). Il est utile enfin de s’informer des résultats expérimentaux de la phonétique de laboratoire.

Jean-Victor Vernhes

        Maître de conférences honoraire

Université d’Aix-Marseille

 

 

[1] C’est à cet ouvrage que renvoient nos références à Lejeune.

[2] C’est-à-dire phonétique. Pour le sens en français du terme phonologie, voir notre article sur Les intonations du grec ancien paru dans le numéro 154 (novembre 2019) de Connaissance hellénique : https://ch.hypotheses.org/3623

[3] C’est à cet ouvrage que renvoient nos références à Threatte.

[4] L’usage moderne est de marquer ces i et ces u d’un signe souscrit semblable à la partie supérieure d’un o. Une difficulté technique nous a fait en rester à un usage plus ancien.

[5] Cf. Jacques Chailley, La musique grecque antique (Paris, Belles Lettres, 1979), ch. VIII.

[6] Cet Euclide n’est pas connu par ailleurs.

[7] En grec moderne ces voyelles sont brèves ou longues (longues sous l’accent).

[8] C’est-à-dire résultant de contractions ou d’allongements compensatoires.

[9] On peut considérer comme une seconde réforme orthographique la codification des esprits et des accents par les grammairiens alexandrins, destinée à noter de façon plus précise et à fixer la prononciation. La dernière réforme orthographique fut l’adoption par décret présidentiel en avril 1982 du système monotonique : suppression des esprits et des accents autres que l’aigu, lequel marque toute syllabe tonique. Donc suppression des signes qui ne correspondent plus à rien dans la prononciation actuelle. C’était un nouveau réglage de l’orthographe sur la prononciation.

[10] Cette observation est ancienne : on la trouve dans la thèse de Paul Baret (Essai historique sur la prononciation du grec, Paris 1878), page 40. On trouve dans ce livre une bibliographie de tous les ouvrages traitant de la prononciation du grec parus depuis le XVIe siècle.

[11] Vendryes fut le rédacteur de la première édition (1924), Meillet ayant préparé un plan détaillé. Il fut seul responsable de l’édition de 1948. Certaines pages représentent un état ancien de la science, ce qui n’est d’ailleurs pas sans intérêt. L’ouvrage, fort attachant, reste un classique.

[12] Pour la « tendance à l’intégration », cf. Martinet, o.c., p. 79.

[13] C’est comme de dire, par exemple, en prononciation de l’époque (avec les r roulés et les l mouillés, notés ill), L’invitation au voyage de Baudelaire : «  Les soleils mouillés/ De ces ciels brouillés/ Pour mon esprit ont les charmes/ Si mystérieux/ De tes traîtres yeux,/ Brillant à travers leurs larmes. » L’esthétique sonore du poème se trouve restaurée.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts