Archives par mot-clé : nous

Jean-Victor Vernhes explique l’étymologie et le sens véritable du mot grec νοῦς [noûs] « intellect »

 Etymologie ( λύχνος n° 136, novembre 2013, article quatre)

Une étymologie pour νόος > νοῦς [nóos > noûs]?

Ulysse et les Sirènes. Détail d'un stamnos attique à figures rouges du Peintre de la Sirène (vase éponyme), vers 480-470 av. J.-C. Provenance : Vulci.
Ulysse et les Sirènes. Détail d’un stamnos attique à figures rouges du Peintre de la Sirène (vase éponyme), vers 480-470 av. J.-C. Provenance : Vulci. (Wikicommons)

 

 Nestor, le sauveur

LA RACINE  *nes a été traditionnellement considérée comme exprimant la notion de retour, plus précisément celle de retour favorable. C’est elle qu’on voit dans ὁ νόστος “le retour”.

En vertu de quoi Νέστωρ (Nestor, roi de Pylos) a pu être défini — je cite ici le dictionnaire étymologique du grec de Hofmann (1950) — comme « der immer wiederkehrende, celui qui revient toujours ».

Cette racine *nes est aujourd’hui perçue différemment. On lui attribue, (et il sera revenu plus bas sur ce point) comme sens originel celui de sauver. Ainsi νόστος signifie le retour parce que revenir (d’une expédition maritime bien souvent), c’était être sauvé de toutes les embûches d’un monde souvent dangereux.

Quant à Νέστωρ, son nom est à comprendre comme signifiant “le sauveur”.

Cela entraîne plusieurs conséquences en matière d’étymologie grecque.

Ainsi, dans le n° 90 de Connaissance hellénique (2002), p. 76, nous avons proposé de rattacher à cette racine l’adverbe épique νόσφι (ν) “à l’écart”. (ce qu’on met à l’écart, c’est souvent ce qu’on veut épargner, sauver). Est paru dans le sens de cette proposition un article approfondi d’Éric Dieu dans la Revue de Philologie, tome 84, Fascicule 1 (2010), p. 51-80.

 

Νόος et la racine *nes

L’objet du présent article est l’étude du rattachement du mot νόος à ladite racine *nes.

Dans le plus récent des dictionnaires étymologiques du grec, celui de Robert Beekes (2010), nous lisons : « Formally, connexion with *nes is possible, but the semantics seem to be difficult ».

Une solution à cette difficulté a pourtant été proposée par C. J. Ruigh dans ses Études sur la grammaire et le vocabulaire du grec mycénien (Amsterdam 1967), § 337, p. 371 :

« Nous sommes tentés de voir dans νόος un nom d’action (type φόβος) et dans νοέω le verbe dérivé (type φοβέω) qui appartiennent au thème ne(s) ‘sauver’. En outre une évolution sémantique de ‘sauver, conserver’ vers ‘observer’ est bien concevable : qu’on pense à τηρέω ‘veiller sur, conserver, observer’ ou à latin servo ‘conserver, observer’, tueor ‘protéger, regarder’. Il s’agit originellement de l’action surveillante des yeux (de l’esprit). Le sens ‘s’apercevoir’ est attesté notamment pour l’aoriste de νοέω et s’explique à partir du sens ‘observer’ par la valeur ingressive de l’aoriste. Le sens de ‘penser’ repose également sur ‘observer’ : l’activité de la pensée était originellement considérée comme un procès d’observation intérieure, d’intuition. »

Une étude de P. Frei, allant de façon indépendante dans le même sens, est parue en 1968.

Voici ce que dit Françoise Létoublon dans Il allait, pareil à la nuit (p. 175-176) de la proposition de ces deux auteurs :

« L’hypothèse la plus cohérente avec l’ensemble des faits en grec et dans les autres langues indo-européennes serait de partir en indo-européen d’un sens ‘sauver’ qui expliquerait l’emploi actif intransitif (gotique ganisan ‘être guéri, sauvé’…, le moyen (νέομαι, ‘se sauver’, d’où à cause de la fréquence d’emplois comme οἴκαδε νέεσθαι ‘se sauver chez soi’, le sens ‘retourner, revenir’…) et le factitif (gotique nasjan ‘sauver’, … sanscrit Nâsatyâ ‘les deux divinités salvatrices’…). Selon C.J. Ruigh et P. Frei, on pourrait alors rattacher aussi à cette racine  *nes le substantif νόος ‘esprit’, qui serait donc un nom d’action radical de vocalisme o comme λόγος est à λέγω, avec le sens premier de ‘plan d’action’, ‘plan pour sortir d’une difficulté’, ‘plan de sauvetage’. » Selon F. Létoublon, la notion d’esprit exprimée par νόος se serait développée à partir de celle de plan.

À l’appui de ce qui vient d’être dit sur οἴκαδε νέεσθαι, il est intéressant de noter chez Platon (Lois 961a) le rôle attribué à des émissaires dépêchés à l’étranger en mission de renseignement, et qu’on accueille σωθέντας οἴκαδε « de retour chez eux” (littéralement “sauvés chez eux”). Nous avons ici, avec l’emploi du verbe σώζειν, une modernisation de la formule homérique, avec maintien de l’équation retour = salut qui, nous l’avons vu, éclaire l’étymologie de νόστος. Nous remarquons au passage que la connexion entre la notion de salut et celle de retour était restée restée présente à travers les siècles, dans l’esprit des anciens Grecs.

Tout en étant d’accord avec les auteurs cités ci-dessus en ce qui concerne le rattachement de νόος à la racine *nes porteuse du sens de sauver, nous ne sommes pas convaincu par les évolutions sémantiques proposées. La notion d’esprit nous semble pouvoir se rattacher à celle de salut d’une façon plus directe et plus logique.

 

Le retour et le salut

Une précision d’abord, communiquée par Romain Garnier, sur le sens de la racine en question. Il s’agit d’un salut consistant en la préservation de l’intégrité de l’individu ou du groupe. Le νόστος d’un navire est son heureux retour au port, sans avoir perdu rien ni personne : c’est OK au sens étymologique (zero killed). L’équipage est au complet, il n’y a aucun dégât.

Nous proposons pour ce mot νόος < *nósos le sens premier, au contact de sa source étymologique, d’activité mentale salvatrice. La notion de salut est la caractéristique marquante de cette activité, tout comme elle est la caractéristique marquante du retour au port désigné par νόστος.

Écoutons, dans l’hymne homérique à Aprodite (vers 249-254), les lamentations de la déesse s’apercevant qu’elle est enceinte d’un mortel, Anchise:

« (Les Immortels) autrefois redoutaient mes minauderies et mes artifices, par lesquels j’ai uni tous les Immortels à des femmes mortelles. Mon astuce les dominait tous. Maintenant ma bouche ne s’ouvira plus pour mentionner tout cela chez les Immortels, car j’ai commis une faute bien misérable et inqualifiable, et j’ai erré loin du νόος [nóos]. »

οἳ πρὶν ἐμοὺς ὀάρους καὶ μήτιας, αἷς ποτε πάντας

ἀθανάτους συνέμιξα καταθνητῇσι γυναιξί,

τάρβεσκον· πάντας γὰρ ἐμὸν δάμνασκε νόημα.

νῦν δὲ δὴ οὐκέτι μοι στόμα χείσεται ἐξονομῆναι

τοῦτο μετ’ ἀθανάτοισιν, ἐπεὶ μάλα πολλὸν ἀάσθην

σχέτλιον οὐκ ὀνοταστόν, ἀπεπλάγχθην δὲ νόοιο,

 

On croirait entendre une dame de la bonne société, à la belle époque, qui s’écrie : « Ah ma faute ! ma faute ! J’ai perdu la tête ! » Elle voit venir des consquences délétères pour son statut social, s’étant écartée de l’attitude mentale qui la préservait de tout dommage.

 

« Qu’une femme ne te fasse pas perdre le νόος [nóos] »

Remarquons aussi le conseil d’Hésiode au cultivateur (Les travaux et les jours, vers 374-375) : « Qu’une femme agile de la fesse ne te fasse pas perdre le νόος [nóos]. Elle aguiche en baratinant, tout en lorgnant vers ta fermette. » Le νόος  est ici l’état d’esprit salvifique qui protège le patrimoine des convoitises qui sur lui feraient volontiers main basse, ou du moins l’écorneraient.

Nous trouvons aussi chez Platon l’affirmation que le νοῦς est ce qui assure le salut, la σωτηρία : « Il mérite en toute justice de porter le titre de σωτηρία de chacun. » (Lois, 951d). Même idée en 951e : le νοῦς « fait la σωτηρία des navires dans les tempêtes et dans le beau temps. » Remarquons au passage qu’ici Platon situe en ambiance maritime cette liaison entre νοῦς et σωτηρία: il y a là encore quelque chose de l’ambiance du νόστος dans le monde homérique.

L’expression νοῦν ἔχειν ne signifie pas simplement avoir un bon QI et avoir l’esprit juste. C’est aussi bien souvent avoir la tête sur les épaules, être avisé et se comporter de façon à tirer le meilleur profit des circonstances et à éviter les nuisances. Ainsi un esclave νοῦν ἔχων ne cherchera pas à complaire à ses compagnons d’esclavage, mais plutôt à des maîtres bons (Platon, Phèdre  273d-274a).

Quant aux termes négatifs comme ἄνοια, plutôt qu’à des troubles de type psychiatrique, ils renvoient à des comportements qui nuisent à notre sauvegarde et ont des conséquences fâcheuses. Ainsi dans Thucydide II, 61, 1 : « Si on a le choix et que le reste va bien, c’est une grande folie (πολλὴ ἄνοια) que d’entrer en guerre. »

Il n’est pas nécessaire de multiplier les exemples. On sent bien cela pour peu qu’on ait quelque habitude de lire du grec.

 

Réponse à une objection

On peut ici me faire une objection. Il est vrai que νοῦς et les mots de sa famille ont souvent cette tonalité, mais ils ont un ensemble bien plus général de significations. La valeur sur laquelle je m’appuie est-elle la valeur première, celle qu’il faut cerner dans toute investigation étymologique ? Est-ce cette valeur que nous révèlent les plus anciens textes, les textes homériques principalement, auxquels il convient toujours de se reporter ?

Je ne méconnais pas ce principe, et toujours pour de telles investigations je me reporte d’abord à mon Dictionnaire complet d’Homère et des homérides, par N. Theil, professeur au collège royal de Nancy, et Hipp. Hallez d’Arros, juge suppléant au tribunal de Bar-le-Duc, publié chez Hachette en 1841.

Or à l’article νόος je vois que ce terme se présente avec déjà un beau cortège de significations : “vue de l’esprit, sens intime, conscience de soi-même, faculté d’intuition réfléchie, raison, prudence, manière de voir, façon de penser, dessein, intention, projet, décret…”

Difficile de saisir là-dedans l’extrémité d’un fil d’Ariane. C’est qu’entre le vieil indo-européen au cœur duquel on cherche l’origine de ce mot bien usuel, des siècles se sont écoulés, durant lesquels l’éventail des valeurs essentielles et des effets de sens n’a pas manqué de s’élargir.

Dans un tel cas, la méthode est de chercher, en ne perdant pas de vue les textes, le type d’emploi qui, sur un type bien déterminé de formation des mots, peut se rattacher sémantiquement à une racine indo-européenne bien identifiée. Ce type d’emploi sera alors à considérer comme révélateur de la signification d’origine, celle à partir de laquelle les autres ont foisonné.

C’est une telle recherche que nous avons ici esquissée✭

 

Jean-Victor Vernhes

Université d’Aix-Marseille

jeanvictor.vernhes@wanadoo.fr