Archives par mot-clé : Noms grecs de voiture

Christian Boudignon, « Vous parlez grec et vous ne le saviez pas » (n°48)

► ὁ λύχνος n° 158, mars 2021, article un.

Micra, Mégane, Clio et leurs sœurs

Pierre Mignard, La muse Clio 1689 (Musée des beaux arts de Budapest), Wikicommons

On connaît en France la polémique sur cette famille Renaud qui voulait appeler sa fille Mégane. Après procès et appel, il a été décidé en l’an 2 000 que la petite fille pourrait garder son nom, sans que le ridicule de la référence à la Renault Mégane fût un argument suffisant pour la faire changer de nom. Car il est bien difficile de choisir un nom pour sa fille quand on est parent, ou pour une voiture quand on est constructeur.

Parfois, on se trompe. On ne connaît pas en Europe la Mazda Laputa parce qu’elle n’y a pas été commercialisée. Quant à la Renault Koleos, elle porte le nom du « vagin » en grec moderne : κολεός [koléos]. On raconte que cela fit bien rire nos amis grecs.

Mais pourquoi donc choisir des noms grecs pour les voitures ? Vous allez me dire que Mégane n’est pas tout à fait un mot grec[1]. Le terme n’existe pas dans les dictionnaires. Il s’agirait en fait du diminutif de Marguerite. Mais comme Marguerite vient de Μαργαρίτης [Margaritès] qui signifie la « perle »… le mot est bien d’origine grecque !

Surtout, c’est en référence à l’adjectif μέγας [mégas] « grand », très probablement, que ce nom a été choisi pour la voiture. Les commerciaux ont sans doute songé à l’adjectif au féminin μεγάλη [mégalè], la « grande », mais comme Mégale aurait fait penser à l’araignée mygale, ils ont préféré, je crois, Mégane. Inversement, la Micra de Nissan est clairement liée à l’adjectif μικρά [mikra] la « petite ».

Tout cela me fait penser à Micromégas (« grandpetit »), le fameux personnage de Voltaire, qui selon qu’il est chez des géants ou des nains est considéré comme « grand » ou « petit ». Voici les premiers mots du conte :

« Dans une de ces planètes qui tournent autour de l’étoile nommée Sirius, il y avait un jeune homme de beaucoup d’esprit que j’ai eu l’honneur de connaître dans le dernier voyage qu’il fit sur notre petite fourmilière ; il s’appelait Micromégas, nom qui convient fort à tous les grands[2]. »

Je rêve, quant à moi, d’une voiture Micramégane, assez grande pour y mettre un vélo et qui se rétrécirait quand, en ville, l’on n’a pas de place pour se garer.

Mais revenons sur terre, pourquoi ce choix de noms grecs pour des autos ? Une première réponse, insatisfaisante, serait qu’automobile étant déjà à moitié grec (avec le premier élément αὐτο- [auto-] marquant l’autonomie du mouvement), on a continué… simple paresse ! Une deuxième réponse serait que cela fait un bel effet de donner le nom d’une déesse à une voiture. On l’a fait pour la DS, pourquoi ne pas continuer avec la Clio, qui porte le nom de la muse Κλειώ [Kleiô] la « donneuse de gloire » ? Quant à Zoè, pour une voiture électrique censée être écologique, quoi de plus évocateur que la « vie » ζωή [zôè][3]. Elle est quasiment une déesse chez l’hérétique Ptolémée au IIe siècle après J.-C., qui imagine que Vie et Raison (Ζωὴ καὶ Λόγος) sont un des premiers couples divins, — ils ont certainement divorcé depuis. Ces deux réponses ne nous convainquent guère.

Imaginons une autre histoire. Le patron de Renault aurait eu un ami helléniste, un certain Jean Micromégas, qui lui aurait soufflé le nom de la Clio. Il aurait fait fortune, quitté ses livres et mené la vie de château. Et j’aurais conclu par ces mots : « Voyez, le grec mène à tout, même à la fortune ! » Mais cette histoire est presque vraie.

Après avoir épuisé tous les numéros de R3 à R30, Renault avec la Clio a changé la donne et cela lui a porté chance. La Clio est devenue la voiture « française » la plus vendue dans le monde. Cela explique la vogue des noms grecs chez Renault et son associé Nissan… Mais qui est le créateur du nom Clio ? C’est Marcel Botton, né au Caire en 1946 et débarqué à quatre ans en France sans parler un traître mot de la langue de Rabelais. Adulte, il crée avec un ami un logiciel pour inventer des noms, puis ils le perfectionnent en lui faisant créer des insultes comme « Rappule » ou « Petteque ». L’industrie s’intéresse au logiciel, et voilà comment notre Marcel trouve sa muse Clio, connaît la fortune et devient président-fondateur de la bien nommée société NOMEN. Marcel Botton n’est peut-être pas helléniste, mais il est pour le moins hellénophile puisqu’il aime à recruter des commerciaux doués de culture classique. Car, même s’il le déplore dans un article de notre confrère Robert Delord[4], force est de constater qu’ici dans notre douce France, « il y a une ségrégation par la langue », et que pour le malheur des uns et le bonheur des autres, la connaissance de l’étymologie, voire des langues anciennes, est un sérieux atout pour faire avancer sa petite auto…

 

Christian Boudignon

Université d’Aix-Marseille

[1] On peut penser aussi que Megane viendrait de l’accusatif masculin μέγαν [mégan] « grand », donc d’un mot grec, même s’il n’est pas fréquent de choisir une forme déclinée à un autre cas que le nominatif. Mais la finale sonnait peut-être mieux à l’oreille que le nominatif masculin ou neutre.

[2] Voltaire, Romans et contes en vers et en prose, préface, notices et notes d’Ed. Guitton, Paris, 1994, p. 28.

[3] Une autre interprétation plus courante mais, à mon avis, un peu étrange, serait de dire que cela correspondrait à l’acronyme de « Zéro émission » de gaz polluant. Mais d’où viendrait le –o- ?

[4] https://www.arretetonchar.fr/nous-avons-besoin-des-langues-cultures-de-lantiquite-marcel-botton/

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts