Archives par mot-clé : momie

Bernard Boyaval : trois notices épigraphiques sur les momies égyptiennes

► ὁ λύχνος n° 162, juillet 2022, article trois.

Portrait de momie du Fayoum, musée de Copenhague

 

  1. A QUOI SERVAIENT LES ÉTIQUETTES DE MOMIES D’ÉGYPTE ?

Dès la publication des premières étiquettes grecques, plus riches d’informations que leurs parallèles démotiques, on s’est interrogé sur leur finalité. On a vu en elles des documents commémoratifs (W. Spiegelberg), qu’on a souvent qualifiés de substituts de stèles, ou des bordereaux d’expédition (G. Möller), qui servaient simplement à mener les momies des ateliers d’embaumeurs au lieu de leur inhumation.

Les étiquettes remplissaient-elles les conditions d’une perpétuation durable ? Les bois minces dont elles étaient faites n’étaient pas un matériau assez solide pour résister aux chocs, leur petite taille ajoutée à la pratique fréquente de cursives rapides était un autre obstacle. Dans le BIFAO 80, 1980, p. 152-156, j’ai beaucoup insisté sur une troisième raison d’hésiter : quand le défunt arrivait à la nécropole, son étiquette attachée à son cou par un bout de corde, l’enfouissement du tout dans le sol effaçait l’étiquette de la vue des vivants. Elle ne pouvait donc avoir de fonction commémorative que momentanée, avant l’inhumation.

On a parfois aussi qualifié les étiquettes de « stèles de pauvres ». Commémoraient-elles des populations plus modestes que les épitaphes de pierre ? Les trop rares mentions de professions exercées par leurs défunts ou les proches de ceux-ci ne donnent pas cette impression. On y trouve, entre autres, des gymnasiarques (ex. CEMG 47 où Patroklos 61 ans 6 mois maintient, par son nom, le souvenir de l’origine hellénique de cette institution), des notables, nomographe (CEMG 33), exègètes (CEMG 45, 188, 280), économes (CEMG 79, 426), un médecin (CEMG 105), un agoranome (CEMG 287), des prêtres (CEMG 11, 395, 428, 459, 484), le supérieur d’un collège sacerdotal (CEMG 9), un prêtre d’Isis la « très grande déesse » (CEMG 35), des prophètes (CEMG 98, 519-520), une prêtresse (CEMG 453), un prêtre habilleur de statues (le hiérostoliste de CEMG 522). Même de plus modestes défunts semblent avoir été de quelque importance sociale, témoins encore « le chef des paysans » et « le chef des bergers » de CEMG 219 et 224 ou cet artisan qui travaille le bois, ce « worker in wood » (trad. du LSJ) qui devait œuvrer dans les sanctuaires et était appelé un hiérotektôn (CEMG 44).

Peut-on distinguer diverses catégories d’étiquettes ?

Sont à exclure de cette étude toutes les étiquettes qui ne portent qu’un nom propre, isolé, au nominatif ou au génitif selon le schéma : (momie de) x, sans ascendance ni descendance, sans mention d’origine ou de destination, sans indication d’âge. Il en va de même de tablettes dont les abréviations ne pouvaient être identifiées que par des proches immédiats des défunts. Peu nombreuses, ces abréviations intempestives, qui excluent toute intention commémorative, n’étaient pas le fruit d’une négligence isolée.

CEMG 873 Art( )                      CEMG 285 Psenar ( )

—       824 Senpab( )                CEMG 509 Psenè( )

—       804 Senpel( )

CEMG 787 et 1093, qui portent tous deux Senbè( ), sont peut-être un faux et son original authentique.

Seules les tablettes aux formulaires détaillés peuvent nous aider à faire le départ entre commémoration et identification. Elles offrent une grande abondance de variantes dans le fouillis desquelles il est possible de discerner trois types de formulaires (pour rester bref, je ne cite que quelques exemples de chaque type).

TYPE 1

Ce sont des tablettes qui mentionnent la provenance géographique du défunt selon le schéma

« x originaire de (toponyme au génitif) »

Très nombreuses (ex. CEMG 1669-1931, 1940-1956, 1968-2017), elles ressemblent de prime abord à des fiches d’identité avec leurs coordonnées familiales beaucoup plus détaillées que les autres, jusqu’à deux générations d’ascendants parfois à Bompaé (ex. CEMG 1698, 1709 ou 1713).

Etaient-elles rédigées à des fins commémoratives ? On est tenté de supposer qu’après la momification les embaumeurs envoyaient les corps dans des « quartiers » funéraires regroupant les gens de Bompaé, Psônis, l’île Apollinariade etc., ce qui expliquerait assez bien les surprécisions relevées plus haut et leur caractère systématique. Dans les grandes nécropoles comme celle de Sohag, immense aux dires de ses premiers visiteurs européens, l’acheminement des corps demandait des précautions.

TYPE 2

Les étiquettes groupées sous ce titre avaient un but sûrement postal. Leurs rédacteurs y avaient ordonné de livrer les corps à destination

d’une ville (ex. CEMG 2022, 2024, 2025)

d’un nome (ex. CEMG 2032, 2035)

d’un proche, parent ou ami (ex. CEMG 561, 2040, 2043)

d’un employé funéraire (ex. CEMG 2023, 2028, 2034).

Ces ordres concernent surtout Panopolis (CEMG 2022-2076), Hermonthis (CEMG 1932-1938) et Philadelphie (CEMG 2103-2116) mais aussi, isolément, d’autres destinations (ex. CEMG 1660 ou 1957). Parfois, les scribes des taricheutes ont renforcé l’ordre par l’adjonction d’un verbe à l’impératif (« livre à … ») ou ajouté que les frais de transport des momies par bateau, les naula, avaient été acquittés par avance, ainsi que des taxes d’une nature non précisée, les dapanai (ex. CEMG 263-264, 381, 383 et 1966).

Aucune de ces tablettes n’avait vocation à commémorer, apparemment.

TYPE 3

Cette rubrique rassemble les formulaires les plus proches de ceux des épitaphes, à une réserve près, fondamentale : pas une seule de ces étiquettes ne porte l’une de ces épithètes laudatives dont M. N. Tod, ABSA 46, 1951, p. 182-190, écrivait qu’elles constituaient la caractéristique de l’épigraphie funéraire. On ne constate que quelques ressemblances formelles : le constat d’une mort « prématurée » (CEMG 524 aôros), une demi-douzaine d’encouragements au mort pour affronter l’au-delà (l’apostrophe « courage ! » sur CEMG 524, 536-537 par ex.), le conseil connu « ne t’afflige pas, personne n’est immortel en ce monde » (cf. le n° 146 de cette revue, nov. 2017, art. 2) qui apparaît sur CEMG 527 et 532. Sur CEMG 1512, une défunte chrétienne, Artémidôra, « s’est endormie dans le Seigneur ».

On ne trouve qu’un seul témoignage de la volonté de faire parler le mort comme on le faisait alors couramment sur la pierre. C’est sur CEMG 842, où Sansneus s’exprime par convention à la première personne « j’ai vécu x années ».

Ces parallélismes avec l’épigraphie traditionnelle sont bien peu sur environ 2300 tablettes aujourd’hui connues. Est-ce cependant probant ? Pas forcément car les embaumeurs travaillaient dans les nécropoles, non loin sans doute des graveurs. Il ne s’agit donc peut-être que d’emprunts stylistiques par proximité.

On est contraint à la prudence, en conclusion : à côté de constructions grammaticales qui plaident fortement pour une finalité postale (type 2), peu d’indices favorisent l’hypothèse d’une fonction commémorative (type 3)1.

Notes

  1. Certains énoncés exceptionnels sont réductibles à l’un des types précités. Un bon exemple est CEMG 1630. Publiée dans le JEA 59, 1973, p. 177-178 pl. 42/1, puis corrigée dans la CdE 49/fasc. 98, 1974, p. 396, cette étiquette se divise en deux parties, séparées par un blanc : les ll. 1-2 contiennent le formulaire banal « A. f. de B » soit ici « Hermiysis f. de Kollouthos » ; les ll. 3-7 y ajoutent cette recommandation « Kollouthos à Kallistos. Quand la momie de mon fils sera arrivée chez toi, garde-la jusqu’à ce que j’arrive ». Ne pouvant emporter lui-même la momie, Kollouthos l’a envoyée chez Kallistos, avec cette tablette pour accompagnement. Un formulaire de type 2, « Hermiysis f. de Kollouthos (à livrer) à Kallistos » aurait dit la même chose, plus sommairement.

 

***

  1. L’ŒIL DES VIVANTS SUR LES STÈLES DES MORTS

Dans des sociétés sans état-civil, les mots gravés sur les tombes avaient plus d’importance qu’aujourd’hui. Accessibilité et visibilité des pierres étaient donc nécessaires puisque les étiquettes au cou des momies n’offraient pas les mêmes garanties1 de transmission publique de l’information.

Deux épitaphes des Inscriptions métriques d’E. Bernand, 1969, suggèrent de menus amendements à ce sujet.

L’épitaphe n° 2 p. 45 met en évidence l’importance de l’accessibilité à la stèle : « Voici le monument qui éternise sa mémoire et qui est exposé à la vue de la postérité » (vv. 3-4)2. Bernand y a mis sur le même plan les deux membres de phrase « qui éternise etc. » et « qui est exposé etc. », en les coordonnant par la conjonction « et ». Or, le grec ne met pas sur le même plan aeimneston et phaneron. Il les juxtapose sans les coordonner et on comprend mieux le second membre en le supposant lié au premier par une relation causale implicite : « Voici le monument qui éternise sa mémoire, étant exposé à la vue (phaneron) de la postérité ». La visibilité procure ici l’éternité parmi les hommes.

L’épitaphe de l’officier lagide Apollônios (n° 5 p. 53-54) résume aux vv. 1-6 la belle carrière de son père « l’illustre Ptolémaios », qui avait obtenu le titre de « parent du Roi » et mené une expédition du Nil à la Mer Rouge à travers le désert oriental. Ensuite, Apollônios explique « en moi qui contemplais3 le magnifique renom de mon père, s’est aiguisé le désir de parvenir à la même valeur (…) en prenant la mer avec les amis de mon père (…) lorsque la Guerre des Sceptres vint en Syrie ». Le verbe « contempler » fait penser que le fils a réfléchi abstraitement sur le destin de son père (Littré s.v. § 2 « examiner par la pensée »), alors que le participe grec du texte (eisoroônta) désigne très concrètement le regard jeté sur la stèle du père (Littré ibid. § 1 « considérer attentivement, avec amour ou admiration »). En un rapprochement audacieux du concret (le regard du fils) avec l’abstrait (le renom du père), le v. 7 dit « en jetant les yeux sur le magnifique renom (kalon kléos) de mon père » c.-à-d. sur la stèle qui évoquait son renom. L’épitaphe paternelle a parfaitement joué son rôle d’information entre deux générations grâce à l’accessibilité de son texte.

Notes

  1. Les étiquettes ont été le plus souvent achetées chez des vendeurs indigènes, à jamais séparées des corps auxquels elles avaient été initialement attachées. On ignore donc à quel niveau du sol elles ont été retrouvées. Un témoin impressionnant mais unique est le puits exploré par G. Maspero en mars 1884 à El-Hassaia près d’Edfou ; ce puits, le mieux conservé parmi une cinquantaine d’autres (ZÄS 23, 1885, p. 3-4 repris par Bernand o.l. p. 67-68), mesurait environ 7 m. de profondeur sur 4 de côté. Au fond, une porte ouvrait sur une enfilade de chambres creusées de loculi où il a trouvé des débris de momies. C’est donc à 7 m. sous terre que Maspero espérait trouver des étiquettes qui avaient disparu. Le morceau de stèle trouvé là (depuis, le n° 7 du recueil de Bernand) avait été sans doute volontairement brisé en surface et descendu « pour servir de cale à quelques cercueils pendant les dernières opérations de l’enterrement ».
  1. Je reproduis les traductions de Bernand.
  2. C’est moi qui souligne.

 

***

  1. SUR UNE TRADUCTION MALENCONTREUSE

Dans ses Inscriptions métriques de l’Egypte gréco-romaine, 1969, n° 27 p. 47-152, E. Bernand a traduit ainsi l’épitaphe de Casios :

« (v. 1-6) Un homme semblable aux dieux, après avoir laissé son corps à sa mère la terre, dans les montagnes divines de sa patrie, sous un tombeau bien travaillé, et avoir échappé à la cruelle vieillesse, en pleine force de l’âge s’en est allé vers la société des bienheureux sous la voûte céleste, en ayant honoré sa patrie des récompenses et des nombreuses couronnes qu’il a ceintes le premier et qu’il a transmises à ses enfants. (v. 7-8) « Mais quel est cet homme ? » dira l’un des passants qui longent la tombe, « qui est à ce point bienheureux, à ce point fortuné, et que toi tu caches ? ». – (v. 9-10) Moi, je vais te le faire connaître, en silence, sans parler (ou laléousa). C’est le doux rejeton d’Origène, Casios, parfumeur. – Sois heureux ». Après les v. 1-6, qui résument sa carrière, et les v. 7-8, qui anticipent les questions des passants, la stèle clôt le poème v. 9-10 en livrant nom, patronyme et métier du défunt1.

La traduction du v. 9, « je vais te le faire connaître en silence, sans parler », crée un pléonasme malencontreux. Quand, v. 10, la « voix » de la stèle annonce « en silence »2 ses coordonnées, il lui reste seulement cette ligne finale pour le faire (v. planche XXX). J’accorderais plus volontiers un sens péjoratif à la séquence ou laléousa comme par ex. dans Aristophane Vesp. 1135 « pas de bavardage » (cf. LSJ s.v. « to chat, to prattle »). Conséquence des longueurs qu’entraînait forcément le report des noms propres en fin de poème, ce reproche de bavardage pourrait même sonner comme une malicieuse autocritique du schéma que le versificateur a lui-même choisi. Je propose donc « je vais te le faire connaître en silence, sans bavardage ».

Bernard Boyaval

Université de Lille

Notes

  1. Sur le report des noms en fin de poème, v. J. Geffcken Gr. Epigr. (1916) 130 et W. Crönert SEG VIII (1937) 370. On trouve d’autres exemples dans Bernand o. l. nos 70, 91, 93.
  2. Parler en silence est un privilège bien connu des stèles grecques (Bernand o. l. p. 151 note 10).

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Bernard Boyaval rend leur nom à deux momies égyptiennes.

➤ Epigraphie  ( λύχνος n° 144, juillet 2016, article huit)

Deux étiquettes de momies corrigées

Karl Freund, La Momie, Film américain de 1932
Karl Freund, La Momie, Film américain de 1932

Ces étiquettes ont été trouvées à Medinet-Habou (fouilles américaines de 1929-1930) et publiées par T.G. Wilfong, BASP 32/3-4, 1995, pp. 162 n° 2 pl. 11 et p. 170 n° 24 pl. 24.

La première porte trois lignes :

Παπῶειε θυγάτηρ | Ἀπολλῶς ἀπὸ Συκα | μείνου

que Wilfong a traduites :

« Papôeis (?), daughter of Apollôs, from Sukameinos »

et commentées ainsi :

« Παπῶεις is the most likely alternative, with the scribe having acci­dentally crossed the terminal sigma. Compare Παπῶις (NB 278), but this is normally a masculine name ».

Sur les confusions entre le préfixe égyptien masculin Πα- (ég. p3) et son paral­lèle Τα- (ég. t3), on trouve des exemples dans L.C. Youtie, ZPE 15, 1974, pp. 24-25. On peut donc supposer, ici, une erreur pour Ταπῶεις = Ταπῶις, attesté dans le Namenbuch (NB) 416[1].

On traduira donc :

« Tapôis, fille d’Apollôs, de Sukameinos ».

La seconde porte :

Recto    Σενωρίω|ν θυγάτηρ|{τηρ} Τεν-

Verso    ουσα̣ ἐβί|ωσεν| ἐτῶν) ιδ

« Senhôriôn, daughter of Tenousa, lived 14 years ».

Wilfong a rapproché Τενουσα de Τεναῦς (NB 428 et Onomasticon alterum 314), ignorant Τενοῦς pourtant plus probable (NB 428). La photo suggère un texte antérieur lavé mais non entièrement effacé : α̣πο̣ en petits caractères, à gauche de θυγάτηρ, en est témoin. L’alpha supposé après ους, plus pâle que le reste, appartenait vraisembla­blement au texte antérieur. On aurait alors affaire à l’anthroponyme connu Τενοῦς, traité en indéclinable, ce qui éliminerait l’hapax Τενουσα.

On traduira donc :

« Senhôriôn, fille de Tenous, a vécu14 ans ».

 

Bernard BOYAVAL

Université de Lille III

 

 

 

 

 

 

[1]. On rencontre aussi parfois des emplois fautifs de υἱός pour θυγάτηρ, ainsi sur l’étiquette de momie 774 du Sammelbuch, Θμεσιῶς υἱὸς Νεμώχιος, « Thmésiôs (fém.) fille de Némôchis ».

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts