Archives par mot-clé : métrique

Jean-Claude Dutto a lu pour vous la nouvelle traduction de l’Odyssée par Philippe Brunet

► ὁ λύχνος n° 163, novembre 2022, article huit.

Une traduction pour entrer dans la rythmique des vers d’Homère

Homère, L’Odyssée, traduit du grec par Philippe BRUNET, éditions du Seuil, 2022 (592 p.) 26 euros.

« Encore une traduction de l’Odyssée ? », me direz-vous…

Et d’abord, pourquoi donc lire (ou relire) les aventures d’Ulysse, ce fameux héros « qui tant erra » (ὃς μάλα πολλὰ πλάγχθη, chant I, vers 1-2)

Ses péripéties nous semblent tellement familières, maintes fois relayées par le cinéma, la bande dessinée, les classiques abrégés à destination des collégiens, les diverses traductions d’Homère…

Eh bien, pour la bonne et simple raison qu’Ulysse est notre contemporain capital.

Certes, nous ne sommes pas des héros (enfin, pas tous), mais à l’instar d’Ulysse, il faut avouer que nous errons pas mal dans ce monde agité. Qui le contestera ?

Il y a ceux qui errent physiquement, qui cherchent désespérément un point où se poser sur cette planète, les migrants en tous genres, politiques, écologiques…

Et puis, plus généralement, il y a le fort sentiment d’errance dû à l’instabilité et à la désorientation grandissante des sociétés occidentales, où l’on se croyait désormais définitivement chez soi, à l’abri de tout ou presque. Tomber « de Charybde en Scylla », on commence à comprendre ce que cela peut vouloir dire : du Covid 19 à la guerre en Ukraine, par exemple, ou bien de la crise climatique à la crise de la démocratie, puis de la crise de la démocratie à la crise énergétique…

« Branloire pérenne », aurait résumé Montaigne.

Bon, cela dit, pourquoi maintenant se plonger en particulier dans cette nouvelle traduction de l’Odyssée de Philippe Brunet ?

Eh bien parce que celle-ci, qui suit le même principe que sa traduction de l’Iliade, parue en 2010, a le grand mérite d’être un essai de transposition systématique de l’hexamètre dactylique grec dans notre langue, ce qui en soi est une prouesse, car le français, contrairement à l’anglais ou l’allemand, ne se prête pas aussi spontanément à cet exercice cadencé. Mais impossible n’est pas français ! Philippe Brunet, dans ses travaux de métricien, reconnaît prendre la suite lointaine des poètes pionniers de la Renaissance : les Baïf, Jodelle ou d’Aubigné.

Le traducteur nous invite en fait à dépasser le simple statut de lecteurs silencieux pour mieux entrer dans la rythmique et « dire » les vers :

Muse, dis-moi les détours de l’homme ruses-nombreuses

tours nombreux, lorsqu’il eut détruit Troie, citadelle très sainte !

Il vit les villes, connut les cœurs de mortels innombrables,

et endura sur la mer les douleurs innombrables de l’âme (chant I, vers 1-4)

Les six temps forts de chaque vers sont ici soulignés en caractères gras, tels que les indique à titre d’exemple l’auteur à la page 557 de l’ouvrage. La traduction proprement dite ne les signale pas. La copieuse postface explicative (37 pages) donnera au lecteur bien des éclairages sur la démarche méthodologique du traducteur, notamment sur quelques points de prosodie. Il s’agira ensuite pour le lecteur de s’exercer à repérer lui-même ces temps forts au fil du texte traduit et de se familiariser ainsi avec l’hexamètre français.

Même si elle s’avère assez exigeante, l’invitation de Philippe Brunet est, ma foi, fort belle. Entré dans la cadence, on vit le texte de manière très différente. On habite véritablement en poésie, on est sur la trace des aèdes homériques. Car ces aventures d’Ulysse, avant d’être écrites, étaient bel et bien paroles vivantes, rythmées, chantées. Et il convient de retrouver autant que faire se peut cette vibration du texte poétique d’Homère, même en transposition dans une autre langue que le grec.

Et ça marche ! La preuve en est que Philippe Brunet est parvenu à fédérer un groupe d’aèdes contemporains et d’âges très divers, capables de mémoriser des pans entiers de sa traduction afin d’en offrir les déclamations enthousiastes au public.

On pourra certes discuter des options prises par le traducteur, notamment sur le rendu des fameuses épithètes homériques, qui peuvent sonner étrangement à nos oreilles françaises (mais qui les réveillent aussi !) : l’homme-ruses nombreuses, Apollon lance-flèche, Nausicaa les mains blanches, mais on soulignera surtout l’extrême cohérence de cette traduction d’un bout à l’autre.

Allez ! Pour finir, encore une petite dose d’errance, en quittant Calypso (mais oui ! la nymphe nous promet toujours l’immortalité : l’homme augmenté, le transhumanisme…) :

Durant deux nuit, deux jours, sur le flot hérissé par les vagues,

il erra, et souvent son cœur entrevit sa ruine.

Lorsque l’Aurore bouclée boucla le jour troisième,

alors le vent cessa de souffler, et ce fut la riante

sérénité de la mer… (chant V 388-392).

Pour en savoir davantage sur le parcours de Philippe Brunet, je me permets de vous renvoyer aux présentations qui ont été faites de son précédent ouvrage « Itinéraire d’un masque », par Mme Delavaux-Roux et moi-même (λύχνος n° 161, mars 2022).

Jean-Claude Dutto

Connaissance hellénique

Rocco Marseglia est professeur de lettres classiques en classes préparatoires au lycée Paul Cézanne (Aix-en-Provence) et chercheur associé du Centre AnHiMA (Paris, UMR 8210).

More Posts

Bernard Boyaval redonne du rythme aux épigrammes funéraires

➤ Epigraphie grecque  ( λύχνος n° 146, mars 2017, article sept)

Notes sur quelques épigrammes funéraires

 

“Il avait déjà achevé le cycle des 53 ans” : Rembrandt, Autoportrait à 53 ans, 1659, Galerie nationale, Washington

Sur une expression de la filiation

       Dans leur Bulletin épigraphique de la REG 81, 1968, p. 422, n° 7, J. et L. Robert ont reproché à certains éditeurs de stèles d’avoir ignoré la règle de grammaire qui impose à l’expression de la filiation les constructions Ἀρτέμων Ἀπολλωνίου ou Ἀρτέμωνος τοῦ Ἀπολλωνίου (Artémon, fils d’Apollonios). En bonne langue, en effet, on ne peut ajouter l’article défini devant le patronyme que si le premier nom est au génitif.

       À propos du tour fautif Ἀρτέμων τοῦ Ἀπολλωνίου, ils ont ajouté : « cela n’est pas grec ; il n’y en a aucun exemple ».

       Or, une étiquette du Louvre, CRIPEL 3, 1975, n° 579, p. 233 porte : Κόραξ τοῦ Πανᾶ{ς}.

       Dans la même littérature, on trouve aussi nom et patronyme, tous deux au génitif sans article devant le second. Vu la fréquence des errements, je ne cite que trois exemples, pour ne pas accabler le lecteur :

Sammelbuch 1   1187           Σεναπολλωνίας Πλαντᾶτος

                          1227           Ῥοδοκλείας Ποστόμου

CRIPEL 3 n° 507, p. 216     Ποσειδῶνος Σαραπίωνος.

   La règle énoncée plus haut a donc été malmenée. Faut-il voir dans ces manque­ments une évolution tardive de la langue, puisque ces étiquettes sont d’époque romaine, l’ignorance de milieux peu hellénisés, puisqu’elles émanent d’ateliers indi­gènes d’embaumement, doit-on, plus simplement, penser que cette règle de gram­maire n’était pas jugée, à l’époque, aussi contraignante que J. et L. Robert l’avaient supposé ?

Orthographe et versification

       Dans Ὁ Λύχνος 98 (2004), p. 53, 111 (2009), p. 44 et 128 (2011), p. 65, un xi rend trois vers faux si l’on se fie à l’orthographe, mais les mêmes vers sont corrects si l’on admet que le retard de l’orthographe sur l’évolution phonétique y masque l’assi­milation de l’occlusive à la sifflante[1], -s- étant la prononciation de ce qui s’écrivait encore -ksi- à la date des épigrammes.

       Voici une nouvelle source d’embarras.

       Le groupe nasale N + dentale T est fréquent en grec ancien (ex. τριάκο-ντ-α, λύο-ντ-ες). Or, la nasale a fini par s’assimiler à la dentale, disparaissant parfois de l’écriture[2]. En Égypte, on repère les premiers signes de son effacement dès l’époque hellénistique, sur des papyrus des années 165-100 av. J.-C.[3]. La liste des témoignages s’allonge aux époques ultérieures[4].

       Les Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine d’E. Bernand, 1969, en fournissent deux exemples.

       L’épitaphe de Sarapion (n° 79, p. 319) présente, au v. 4, le pentamètre

μειλείχιον πάντεσι καὶ ἤπιον ἀνθρώποισι,

(lui qui était) doux et amène envers tout le monde.

       Le premier hémistiche ne peut être tenu pour correct qu’à la condition d’y sup­poser un dactyle (— u u) prononcé onpate. Aux iie-iiie siècles, date probable de l’épigramme (o.l., p. 319, note 1), cet hémistiche était donc phonétiquement correct, mais poète et graveur en ont maintenu l’orthographe traditionnelle.

       L’épitaphe du magistrat Abraham de Tell el-Yahoudiyeh (n° 16, p. 96) com­mence par l’hexamètre

πεντήκοτα τριῶν ἐτέων κύκλον ἤδ᾽ἀνύσαντα,

il avait déjà achevé le cycle des cinquante-trois ans (trad. Bernand)

       Pour que le vers soit correct, il faut restituer πεντήκοντα. Contrairement à Ber­nand qui pense que le texte gravé « n’est pas une erreur du lapicide » (o.l. p. 97), je crois que ce poème a souffert d’une initiative intempestive de son graveur. En effet, on pourrait imaginer que le poète grec ait écrit πεντήκοντα et que le graveur, peut-être indigène, lui ait substitué une orthographe phonétique correspondant à la pronon­ciation du temps, l’époque impériale. C’est l’explication la plus vraisemblable de cette bévue, unique dans ce poème métriquement correct.

Bernard BOYAVAL

Université de Lille III

[1]. M. Lejeune, Traité de phonétique grecque, 2e éd. 1955, § 55 et 57, p. 63-64 ; on peut trouver une liste de témoignages dans les Jahreshefte 23, 1923, Beiblatt p. 401 (établie par J. Zingerle).

[2]. M. Lejeune, o.l. § 130, p. 125-126.

[3]. E. Mayser, Grammatik der griechischen Papyri aus der Ptolemäerzeit I, 1906, § 43 (c), p. 191.

[4]. F. Th. Gignac, A Grammar of the Greek Papyri of the Roman and Byzantine Periods I, 1976, p. 116-117, § c (2).

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Giuseppe Frappa présente un site extraordinaire sur la poésie grecque et latine

► POESIE GRECQUE ANCIENNE (ὁ λύχνος, numéro 141, juillet 2015, article six) ✮✮✮

Homère et Virgile sans peine sur internet

www.poesialatina.it

 

Ingres, L'apothéose d'Homère, 1827, Musée du Louvre  (Wikicommons)
Ingres, L’apothéose d’Homère, 1827, Musée du Louvre (Wikicommons)

 

[Par le plus grand des hasards nous avons rencontré à Aix-en-Provence un linguiste proprement génial spécialisé dans les débuts des langues romanes, Giorgio Cadorini. Au cours de discussions passionnantes, il nous a fait découvrir l’incroyable site internet d’un professeur de Lettres classiques italien à la retraite, à Udine : Giuseppe Frappa. Eblouis, nous lui avons réclamé illico une présentation  Urbi et Orbi, pour ainsi dire,  de ce site dont la particularité est l’amour de la poésie grecque et latine.]

Présentation du site internet : www.poesialatina.it

 

Le site internet www.poesialatina.it se propose comme objectif de diffuser la connaissance de la littérature grecque et romaine en utilisant les ressources offertes par la technologie de l’internet.

Dans les limites du possible, le site s’adresse autant à un public écolier et universitaire qu’à toutes les personnes qui veulent approfondir leur connaissance de la langue et de la littérature grecque et romaine par pur intérêt culturel.

Voici une présentation synthétique des contenus proposés dans les diverses section qui composent le site.

La section dédiée à la Poésie latine propose une ample collection de textes poétiques de la latinité (plus de 60 auteurs), enrichis en général d’un apparat métrique qui permet de visualiser soit le schéma métrique des différentes compositions poétiques soit la quantité brève ou longue de chaque syllabe. L’usager a aussi la possibilité de faire apparaître certains phénomènes phonétiques caractéristiques (élision, allitération, homéotéleute, monosyllabes finaux). Il ne s’agit en principe que d’un point de départ pour la construction d’une base de données qui permettrait de mettre en parallèle de façon approfondie les tendances stylistiques, conscientes ou non, des différents auteurs à l’intérieur d’un même genre poétique.

La section dédiée à la Langue latine est constituée d’une série de pages interactives qui permettent à l’usager de vérifier sa propre connaissance de certains aspects de la morphologie (déclinaison des substantifs, pronoms et adjectifs, conjugaison des verbes). D’autres pages utilisent le langage Javascript pour exposer de façon dynamique et interactive certains aspects de la culture romaine (nombres, heures, dates).

La section Langue grecque propose une alternance de pages à seul titre d’exemple et de pages interactives avec des exercices d’autovérification de la connaissance personnelle de certains aspects de la morphologie ou du lexique du dialecte attique. En principe, cette section devrait être complétée par une série de pages dédiées au système verbal, en plus d’une présentation sommaire des dialectes littéraires différents de l’attique.

La section Textes interactifs, divisée en deux sections dédiées respectivement aux textes latins et aux textes grecs, est constituée d’une centaine de pages contenant chacun un bref texte en prose ou en vers. Chaque texte est accompagné d’une traduction italienne à visée purement didactique ; l’usager peut se rendre compte des correspondances entre texte et traduction en cliquant sur n’importe quel mot du texte original ou de la traduction : les mots ou groupes de mots correspondants apparaissent alors. Dans certains cas, apparaissent des notes qui expliquent des points de linguistique ou des questions de sens. Les textes en prose permettent aussi un vérification du niveau de conscience des correspondances. Les textes en vers sont munis d’un apparat métrique et offrent la possibilité d’écouter une lecture métrique elle aussi à seule visée didactique.

La section Textes grecs propose actuellement toutes les œuvres conservées en hexamètres dactyliques de la littérature grecque (à l’exception des œuvres fragmentaires). Comme les textes de la section dédiée à la poésie latine, eux aussi sont munis d’un apparat métrique : l’usager peut donc visualiser l’indication de la quantité au-dessus de chaque syllabe. Toutes les anomalies prosodiques (abrègement en hiatus, correptio attica, synizèse etc. ) sont mises en évidence et renvoient, par le biais d’un lien, à la section métrique dans laquelle ces phénomènes sont présentés. L’usager peut visualiser une série de données statistiques relatives à chaque œuvre ou section d’œuvre (fréquence des différents phénomènes prosodiques, pourcentage de la présence de différents types d’hexamètres dactyliques). La partie consacrée au corpus homérique (Iliade, Odyssée, Hymnes, Batrachomyomachie) présente aussi deux pages contenant les données statistiques globales relatives aux phénomènes phonétiques, en vue de faciliter la comparaison entre les différentes sections.

Une section spécifique est consacrée à la Métrique grecque et latine. Après une partie introductive qui se propose de rendre compréhensible la façon de composer la poésie des Grecs et Romains d’autrefois, vient une série de pages consacrées aux mètres les plus fréquents de la littérature grecque et latine. Presque toutes ces pages contiennent des exemples tirés de vers grecs ou latins avec indication des quantités brèves ou longues des syllabes. A la fin de la section, trois pages permettent à l’usager de s’exercer sur différents aspects de l’analyse métrique des vers latins les plus fréquents.

Giuseppe Frappa

(traduction française : Christian Boudignon)

 

✪  ✪  ✪

Presentazione del sito www.poesialatina.it

 

Il sito web www.poesialatina.it si propone lo scopo di diffondere la conoscenza della lingua e della letteratura greca e romana utilizzando le possibilità offerte dalle tecnologie web.

Nei limiti del possibile il sito si rivolge sia ad un pubblico scolastico che a tutte le persone che intendono approfondire la propria conoscenza della lingua e della letteratura greca e romana per puro interesse culturale.

Ecco una sintetica esposizione dei contenuti proposti nelle diverse sezioni in cui si articola il sito.

La sezione dedicata alla Poesia latina propone un’ampia raccolta di testi poetici della latinità (oltre 60 autori), quasi tutti arricchiti di un apparato metrico che consente di visualizzare sia lo schema metrico delle varie composizioni sia le quantità di lunga o breve delle singole sillabe. All’utente è anche offerta la possibilità di evidenziare la presenza di alcuni fenomeni fonetici caratteristici (elisione, allitterazione, omeoteleuto, monosillabi finali). Nelle intenzioni questo è solo il punto di partenza in vista della costruzione di una base di dati che permetterebbe di approfondire il confronto tra le tendenze stilistiche, consapevoli o meno, dei diversi autori nell’ambito degli stessi generi poetici.

La sezione dedicata alla Lingua latina è costituita da una serie di pagine interattive che consentono all’utente di verificare la propria conoscenza di alcuni aspetti della morfologia (declinazioni di sostantivi e aggettivi, pronomi, verbi). Qualche altra pagina sfrutta il linguaggio JavaScript allo scopo di esporre in maniera dinamica e interattiva alcuni aspetti della cultura romana (numerali, ore, data).

La sezione Lingua greca alterna pagine puramente espositive a pagine interattive contenenti esercizi di autoverifica relativi ad alcuni aspetti della morfologia e alla conoscenza del lessico del dialetto attico. Nelle intenzioni questa sezione dovrebbe essere completata da una serie di pagine dedicate al sistema verbale, oltre che da una presentazione sommaria dei dialetti letterari diversi dall’attico.

La sezione Testi interattivi, divisa in due sezioni dedicate rispettivamente ai testi latini e greci, è costituita da qualche centinaio di pagine contenenti ciascuna un breve testo di prosa o di poesia. Ogni testo è accompagnato da una traduzione italiana improntata a criteri strettamente didascalici. L’utente può rendersi conto delle corrispondenze tra testo e traduzione cliccando su qualsiasi parola del testo o della traduzione: le parole o i gruppi di parole corrispondenti saranno evidenziati. In qualche caso sono visualizzate delle note esplicative di carattere linguistico o contenutistico. I testi in prosa consentono anche una verifica del livello di consapevolezza delle corrispondenze. I testi in poesia sono arricchiti di apparato metrico e offrono la possibilità di ascoltare una lettura metrica ispirata pure essa a criteri esclusivamente didascalici.

La sezione Testi greci attualmente propone tutte le opere superstiti in esametri dattilici della letteratura greca (escluse le opere frammentarie). Come i testi della sezione dedicata alla poesia latina, anche questi sono arricchiti di apparato metrico; l’utente può cioè visualizzare l’indicazione di quantità sopra le singole sillabe. Tutte le anomalie prosodiche (abbreviamento in iato, correptio attica, sinizesi, ecc…) sono evidenziate e rimandano, tramite un link, alle pagine della sezione metrica in cui tali fenomeni sono presentati. L’utente può visualizzare anche una serie di dati statistici relativi alla singola opera o sezione di opera (ricorrenze dei vari fenomeni prosodici, percentuale di presenza dei diversi tipi di esametro dattilico). La zona dedicata al corpus omerico (Iliade, Odissea, Inni, Batracomiomachia) presenta anche due pagine contenenti i dati statistici complessivi relativi ai fenomeni fonetici in vista di una più facile comparazione tra le diverse sezioni.

Una sezione specifica è dedicata alla Metrica greca e latina. Ad una parte introduttiva che si propone di rendere comprensibile il modo di comporre degli antichi Greci e Romani segue una serie di pagine dedicate ai metri più frequentemente praticati nelle letteratura greca e latina. Quasi tutte le pagine contengono qualche esempio costituito da versi greci o latini con indicazione di sillabe brevi e lunghe. Di questi esempi è possibile ascoltare una lettura metrica ispirata a criteri esclusivamente didattici. Alla fine della sezione tre pagine consentono all’utente di esercitarsi in diversi aspetti dell’analisi metrica dei versi latini più frequenti.

Giuseppe Frappa

 

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts