Archives par mot-clé : manuscrits grecs

Didier Pralon : Chercheurs de manuscrits contre « sépulcres de livres »!

➤   λύχνος n° 149, mars 2018,  article deux.

« L’immonde Nicolas, le cupide, le bibliotaphe »

ou la traduction annotée de la lettre 76 de Michel Apostolios (1422-1480) à Bessarion[1]

[Nous publions sur l’idée de Mme Lucrèce Luciani un petit dossier autour du mot grec bibliotaphos : « sépulcre de livres ». Ce mot inventé on ne sait quand a eu un grand destin dans la littérature grecque et même française… En voici une attestation remarquable chez le grand chercheur de manuscrits que fut Michel Apostolios,  pour le compte du cardinal Bessarion. Didier Pralon publie la première traduction française de ce texte étonnant et difficile.]

Le cardinal Bessarion, peint par Justus van Gent et Pedro Berruguete (Musée du Louvre, WIkicommons)

 

1. Michel Apostolios (Byzance 1422-Candie 1480)

Michel Apostolios, polygraphe, épistolier (124 lettres), épigrammatiste philosophe, théologien, rhéteur et parœmiographe (Parœmiographi Graeci II, ed. E.L. Leutsch, Goettingen, 1851, p. 157-162), fut à Constantinople l’élève de Jean Argyropoulos au Xénon du Kral (situé dans le monastère de Petra), où, un bref moment, il enseigna lui aussi. Fait prisonnier par les Turcs en 1453, puis, assez rapidement libéré, il séjourne quelque temps en Italie où il se lie avec Basile Bessarion, l’évêque uniate, collectionneur d’ouvrages grecs, qu’il rencontre à Bologne en 1454..

Il s’affirme Platonicien (voir J. E. Powell, « Michael Apostolios gegen Theodoros Gaza », Byzantinische Zeitschrift 38, 1938, p. 71-86), disciple de Gémiste Pléthon, pour l’apologie duquel il rédigé une réplique blessante à la critique de Théodore Gaza (voir L. Mohler, Aus Bessarions Gelehrtenkreis, 19672, p. 159-169). Basile Bessarion lui en fait reproche dans une lettre du 19 mai 1462[2]. Il se brouille alors avec Bessarion et retourne à Constantinople.

D’abord uniate, critiqué même en Crète pour ses sympathies prolatines (notamment sur le dogme de la procession du Saint-Esprit), il n’en a pas moins rédigé, après son installation en Crète, un traité « Contre l’église latine » (il ne figure pas dans la liste des ouvrages répertoriés par E. Legrand, op. cit., p. LXVI-LXX ou bien se dissimule sous un titre anodin).

Vers 1465, il s’établit à Candie (Héraklion) en Crète où il se remarie (avec la fille du comte Théodore Corinthios de Monembasie), ouvre une école, se fait copiste et vendeur de manuscrits (115 manuscrits de la collection de Bessarion et de quelques autres seraient de sa main). Il y vit misérablement, sollicitant de ses protecteurs des soutiens financiers.

Il professe la supériorité culturelle des Hellènes sur les Latins, mais admet que l’ère de Byzance est en train de s’achever, tandis que l’Italie est au commencement d’un nouvel âge (D.J. Geanakoplos, « A Byzantine Looks at the Renaissance : The Attitude of Michael Apostolis toward the Rise of Italy to Cultural Eminence », GRBS 1, 1958, p. 157-162).

Legrand, Bibliographie Hellénique I, Paris, Leroux, p. LVIII-LXX propose une biographie détaillée de Michel Apostolios, qui se termine par une liste de ses « ouvrages et opuscules » [ Voir la bibliographie au paragraphe 6 ci-dessous].

2. Texte grec de la lettre 76

tiré de H. Noiret, Lettres inédites de Michel Apostolis [Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome 54. Paris: Ernest Thorin, 1889], p. 57‑141

(76.) Τῷ αὐτῷ. (τῷ θαυμαστῷ Βησσαρίωνι.)

Μηνὸς βοηδρομιῶνος φθίνοντος τρίτῃ, γράμματα ἐκομισάμην τῆς δεσποτείας (l.1) σου σκιρροφοριῶνος γραφέντα φθίνοντος πέμπτῃ, ἄλλα τε οὐκ ὀλίγα περὶ τῶν βι-βλίων μοι παρακελευόμενα καὶ ὅτι οὐκ ἠκριβώκειν τῇ δεσποτείᾳ σου τὰς ἐπιγραφὰς τοῦ τε Πλουτάρχου καὶ Πρόκλου καὶ Γαληνοῦ. Τοῦτο δ’ οὐκ ἀπ’ ἐμοῦ ἐγεγόνει (οὐ γὰρ τοσοῦτον εἰμὶ περὶ τὰ τοιαῦτα περίοπτος), ἀλλ’ ἀπὸ τοῦ κακίστου Νι-(l.5) κολάου τοῦ φιλοχρύσου τε καὶ βιβλιοτάφου, ἀνδρὸς μικροῦ μὲν τὸ σῶμα καὶ οἶον πιθήκου, τὸν δὲ νοῦν εὐρυβάτου καὶ χαμαιλέοντος· ὅς μοι πολλάκις ἔλεγεν ἀπὸ στόματος πολλὰ μὲν κεκτημένος βιβλία (καὶ τἀληθὲς ἔλεγεν), ἐδείκνυε δὲ πολλὰ μὲν ἡμῖν ἄχρηστα, ὀλίγα δὲ χρήσιμα· ἃ μὲν οὖν αὐτὸς εἶδόν τε καὶ ἀνέγνων, σχολῇ τε καὶ ἀμυδρῶς (οὐ γὰρ ἠφίει, ἀλλὰ συνέχεε) τούτων καὶ τὰς (l.10) ἐπιγραφὰς ἐγεγράφειν τῇ δεσποτείᾳ σου, ἃ δ’ οὐκ εἶδον οὔτε ἀνέγνων, οὕτως ὡς ἐκεῖνός μοι ὑπηγόρευσε, σκοτεινῶς δὲ μάλα καὶ ὑπούλως ὑπαγορεύει· ὁ γὰρ ἐκείνου σκοπὸς εἷς τε καὶ τοιοῦτος ἐτύγχανεν ὢν ἀκοῦσαι περὶ τῶν διακοσίων χρυσίνων, εἰ λήψεται δωρεὰν τοῦ μεταγράψαι μόνον εἵνεκα τὰ βιβλία· ὃ δὴ καὶ αὐτῷ περιμένοντι τῶν ἐπιγραφῶν ὀλίγα μοι ἔμελεν, ἄλλως τε καὶ ἀκριβῶς εἰδότι ὧν δεῖ (l.15) βιβλίων τῇ δεσποτείᾳ σου, ἀπό τ’ ἐμαυτοῦ καὶ καταγραφῆς ἣν ἔχω λαβὼν παρὰ τῆς σῆς κυριότητος, δηλονότι δυσευρέτων καὶ ἀναγκαίων. Διὰ δὴ ταῦτα τῶν ἐπιγραφῶν ὀλίγα μοι ἔμελεν· ἃ δ’ ὁ χρηστὸς Βάδιος ἔχει βιβλία ἡμῖν χρησιμώτατα καὶ ἀναγκαιότατα, τούτων τάς τε ἐπιγραφὰς ἠκριβώκειν τῇ δεσποτείᾳ σου καὶ τὰ αὐτοῦ προσέπεμψα γράμματα· περὶ ὧν οὐ θερμῶς ὡς τὸ πρότερον, οὐκ οἶδ’ ὅπως (l.20) μοι ἐκέλευσας μεταγραπτέα εἶναι, ἀλλὰ ἴνα μόνον διασαφήσαιμι πάλιν, τίνα τέ εἰσιν ὄντα καὶ τίς ἡ κείνων πραγματεία καὶ ὕλη. Ἐγὼ δὲ τοῦτο ποιήσειν διὰ ταχέως οὐκ ἐπαγγέλλομαι· οὐδὲ γὰρ πλησίον ἡμῶν, οὐδ’ ἀνὰ χεῖρας ἔχομεν τὰ βιβλία, ἀλλ’ ἐν Κύπρῳ, κειμένῃ ἀπωτέρω ἡμῶν μίλια ἑπτακόσια μάλιστα. Τούτου δ’ἔχοντος οὕτως, ὁ καιρὸς τοῦ διασαφῆσαι γενήσεται ἐπιμήκιστος, οὐ τοσοῦτον διὰ (l.25) τὸ μῆκος ἢ τὸ σπανίως ναῦς Κρήσσας ἐς Κύπρον ἐλθεῖν, σπανιώτερον δὲ Κυπρίας ἐς Κρήτην· τῷ δὲ μήκει τοῦ χρόνου λάθοι ἂν ἡμᾶς, οἶμαι, τὰ βιβλία διαφυγόντα, πλὴν καὶ περὶ τούτων ᾗ ἔχομεν ἐγκονήσομεν· οὐχ οὕτω δὲ, ὥσπερ ἂν εἰ χρήματα ἔχων ἐκεῖσε ἀπῄειν. Τὸ δ’ εἰς γεωμετρίαν Πρόκλου βιβλίον ἦν μὲν πρότερον παρ’ ἡμῖν, ὅτε καὶ παρῆν φοιτῶν παρ’ ἡμᾶς ὁ τοῦ βιβλίου δεσπότης Θωμᾶς (l.30) Φυκάρνος Σικελιώτης· νῦν δ’ ἐν Μεθώνῃ τυγχάνον ἐστὶν ὅπου κἀκεῖνος ἔχει διατριβήν. Πρὸς δὲ τούτοις ἀνὴρ Ἐπιδαύριος, θεῖος ἐμὸς ὅσα γε ἐκ γυναικὸς, δοῦλος ἐκ παλαιοῦ τῇ δεσποτείᾳ σου καὶ πιστὸς, ἔτι τε πρότερον ὁ φύσας αὐτὸν (ὄνομα τῷ ἀνδρὶ Θεόδωρος), κόμης Κορίνθιος καὶ τῆς Ἐπιδαύρου μέγας ἐκκλησιάρχης, ἔγραψέ μοι βιβλίον τοῦ Ἱπποκράτους εὑρεῖν, ἔχον πάνθ’ ὅσα γε ὁ μακάριος ἐκεῖ- (l.35) νος ἀνὴρ συνεγράψατο· πέμπεται δὲ τῇ δεσποτείᾳ σοῦ καὶ τὸ γράμμα, τὸ τὰς ἐπιγραφὰς περιέχον, ὅ μοι ἐξ Ἐπιδαύρου πέπομφεν ὁ Θεόδωρος. Ταῦτα δὴ πάντα καὶ ἔτι γε πλείω, θειότατε κύριε, χρυσίνων ἄνευ καὶ πόνου καὶ κινδύνων πολλῶν μεταγραφῆναι οὐ δυνατά· εἰ δὲ Κυρῖνος ὁ Δάφνις χρυσίνους παρεῖχέ μοι ἐν καιρῷ, ταῦτά τε ἐς δεῦρο καὶ ἄλλα ἴσως ἂν προσέπεμψα. Καὶ ἐγὼ μὲν ταῦτα ὡς ἔχει καὶ (l.40) ἐδήλωσα καὶ ἀνήνεγκα· τῇ δὲ θειότητί σου μελήσει ᾗ καλῶς ταῦτά τε ἕξει καὶ τὰ ἐμά.

———————————-

Apparat succinct de Noiret qui s’appuie sur le Vaticanus graecus 1395 (= V) :

12 δὲ om. V            26 κρήσας  V       40 ἂν om. V

[Voir la note codicologique au paragraphe 5 ci-dessous]

3. Traduction de la lettre 76 de Michel Apostolios

(H. Noiret, p. 96 ad locum, date la lettre de la « fin 1467 » ; D.J. Geanakoplos, Greek Scholars in Venice, p. 92, la date simplement de « 1467 ». la lettre de Bessarion reçue le 28 juin avait été écrite le 27 mars 1467, note Noiret ad locum)

Au même, l’admirable Bessarion[4],

Au troisième jour de la troisième décade du mois de Boédromion (= 23 juin)[5], j’ai reçu une lettre de toi, mon Maître[6], écrite le cinquième jour de la troisième décade du mois de skirrophorion (= 25 mars), qui contenait entre autres un nombre non négligeable de recommandations et <me mandait> que je ne t’avais pas précisé, mon Maître, les titres du Plutarque, du Proclus et du Galien. Cela n’est pas venu de moi (je ne suis, en effet, pas digne d’un tel mépris en cette sorte de matière[7]), mais de l’immonde Nicolas[8], le cupide, le bibliotaphe[9] (« l’ensevelisseur de livres » ou, mieux, « le sépulcre de livres[10] »), homme de petite taille et tel qu’un singe, doté d’un esprit tortueux[11], un <vrai> caméléon, qui souvent m’informait de mémoire, alors qu’il possède beaucoup de livres (et là il disait vrai) ; mais il m’en montrait beaucoup d’inutiles pour nous et peu d’utiles. De ceux que j’ai vus et lus personnellement, en prenant mon temps, mais sans bien voir[12] —car il ne <me> laissait pas <tranquille>[13], mais m’embrouillait—, j’ai transcrit les titres pour toi, mon Maître ; de ceux que je n’ai pas vus ni lus <j’ai transcrit les titres>[14] sur les indications de cet individu, mais il indique obscurément et captieusement. Son but unique et tel que je le rapporte[15] était d’entendre parler de deux cents pièces d’or, et de savoir s’il <les> recevrait en rémunération pour seulement transcrire les livres[16] ; ce que, des titres, il attendait pour lui-même m’importait peu [17], en particulier parce que je sais très précisément ce dont toi, mon maître, tu as besoin comme livres, par moi-même et grâce au registre que j’ai reçu de toi, mon Seigneur : à l’évidence, <des livres> difficiles à trouver et très nécessaires. Voilà pourquoi je me suis peu soucié des titres.

<Des livres> que détient l’honnête Badios[18], très utiles et très nécessaires pour nous, je t’en ai précisé les titres, mon Maître, et je t’ai envoyé les lettres de cet homme[19]. À propos de ces livres (περὶ ὧν), je ne sais pourquoi tu m’as signifié, pas aussi chaleureusement qu’auparavant (οὐ θερμῶς ὡς τὸ πρότερον)[20], qu’il fallait les transcrire, mais seulement afin que je montre clairement de nouveau ce qu’ils sont et quels sont leur sujet et leur matière (πραγματεία καὶ ὕλη)[21]. Pour moi, je ne promets pas de faire cela rapidement ; car nous n’avons pas ces livres à proximité de nous et je ne les ai pas entre les mains ; ils sont à Chypre, qui se trouve assez loin de nous, au bas mot à 700 milles. La situation étant celle-ci, l’occasion de t’éclairer prendra longtemps, pas tant à cause de la distance que parce que des navires de Crète vont rarement à Chypre, plus rarement encore de Chypre en Crète[22]. Du fait du délai, les livres pourraient à notre insu nous échapper, sauf que, dans la situation où nous sommes, nous ferons diligence à leur endroit (πλὴν καὶ περὶ τούτων ᾗ ἔχομεν ἐγκονήσομεν), mais pas comme si je partais <là-bas> avec de l’argent. Le livre de Proclus sur la géométrie était auparavant chez nous, quand était ici et nous fréquentait le possesseur du livre, Thomas Phykarnos le Sicilien[23]. Aujourd’hui <le livre> se trouve à Méthôné où séjourne l’homme <en question> (Thomas). En outre, un homme d’Épidaure, mon oncle, autant qu’on peut l’être par sa femme (ὅσα γε ἐκ γυναικὸς)[24], depuis longtemps au service de ton autorité et fiable (δοῦλος ἐκ παλαιοῦ τῇ δεσποτείᾳ σου καὶ πιστὸς), et encore, antérieurement, son géniteur (<quant à lui> il se nomme Théodore)[25], le comte Korinthios, Grand Ecclésiarque d’Épidaure (κόμης Κορίνθιος καὶ τῆς Ἐπιδαύρου μέγας ἐκκλησιάρχης)[26], m’ont[27] écrit <pour me dire> avoir trouvé un livre d’Hippocrate, contenant tout ce que cet homme bienheureux a composé ; t’est envoyée à toi aussi la lettre contenant les titres, que m’a envoyée d’Épidaure ce <Théodore>. Tous ces <textes> et plus encore, très divin Seigneur, ne peuvent être transcrits sans <rétribution> en pièces d’or, sans peine et sans risques nombreux ; et si Daphnis Quirinus (sans doute Quirini)[28], me procurait en temps opportun des pièces d’or, je les aurais fait envoyer (les livres)[29] ici et peut-être d’autres encore. Pour ce qui est de moi, j’ai montré et rapporté ce qu’il en est de ces affaires (= la chasse aux manuscrits). Il reviendra à ta Sainteté de se préoccuper de la façon dont se règleront bien ces affaires, et les miennes aussi.

4. Commentaire

Cette lettre ne se singularise pas seulement par l’usage du terme peu flatteur de Bibliotaphos (« sépulcre de livres »), mais surtout elle brosse aussi le tableau d’une cohorte de bibliomanes obstinés : d’abord le riche collectionneur mécène, tel Basile Bessarion qui ne lâche pas si facilement les pièces d’or que sollicite avec insistance son dépisteur de livres attrayants, voire rares. Puis le collecteur de livre lui même, tel Michel Apostolios, érudit famélique, un peu rhéteur, sans cesse à l’affût, faisant flèche de tout bois, parcourant en tous sens, pour dénicher les ouvrages rares, tout l’Orient méditerranéen, les îles comme le continent, les villes comme les bourgades perdues ou les monastères, en dépit des distances et des difficultés de communication, si bien que l’on peine à identifier les lieux qu’il évoque : il fait venir chez lui, en Crète, les livres qu’il ne peut lui-même aller quérir ; il les collationne, leur confectionne des sommaires, précise leurs sujets ou leur matière, éventuellement les copie de sa propre main. Le ladre Nicolas, surtout, cupide, fourbe, retors, dissimulateur de trésors bibliophiliques, volontiers pourvoyeur de rossignols, menteur, grotesque, toujours importun, une peste en somme. À l’opposé, l’honnête Badios, notable local bien établi, ami fidèle et secourable, même s’il tarde parfois à défrayer son ami. Les relations momentanées, les élèves éphémères, tel le Sicilien Phykarnos si évanescent qu’on sait seulement qu’il est, au moment où s’écrit la lettre, du côté de Méthôné, en Macédoine, en possession d’un ouvrage recherché de Proclus sur la géométrie, car pour l’amateur savant d’ouvrages, le scientifique le dispute au philosophique ou au rhétorique, voire au poétique. Les parentèles enfin : le beau-frère ou le beau-père peuvent occasionnellement être sollicités et s’avérer utiles.

Somme toute, empêtrée dans les difficultés, sinon toujours dans la gêne ou la misère, cette caste fortement typée s’agite en tous sens, sous toutes sortes de formes. Mais ces érudits, ces savants besogneux, ces notables maintenus ou déchus, ces personnages obscurs, parfois caricaturaux, n’en ont pas moins sauvé de la ruine nombre de textes qui sans eux auraient disparu, sans laisser d’autres traces que leur ombre. Ils ont œuvré à la transmission du savoir et de la culture. Ils ont conforté ce que l’on a appelé « la Renaissance ».

5. Notes sur les manuscrits des lettres d’Apostolios

E. Legrand s’était servi de 3 manuscrits

— Parisinus graecus 205 contenant les lettres 1-45

— un manuscrit de la bibliothèque d’A.F. Didot contenant les lettres 1-47

— un manuscrit acheté par E. Legrand à Constantinople contenant les lettres 1-45, proche de Parisinus graecus 205 plus une dédicace à Emmanuel d’Atramytte d’un recueil de poésies iambiques , héroïques et héroïcoélégiaques de Michel Apostolios (contenue dans le Parisinus graecus 1744, de la main de Michel Apostolios)

Parmi les manuscrits utilisés par H. Noiret (voir p. 3-6) :

— Seul le Vaticanus graecus 1395 (V), copié à la fin du XVe siècle ou au début du XVIe siècle ne contient que la correspondance de Michel Apostolios.

— Le Palatinus 275 (P), déposé au Vatican, écrit tout entier de la main même de Michel Apostolios contient les Discours et les Lettres de Libanios, puis de Michel Apostolios, le Discours contre Théodore Gaza (fo 177-182), le dialogue intitulé Ménexène ou de la Trinité (fo 183-185), un Λόγος συμβουλευτικός adressé à son beau-père par Michel Apostolios. aussitôt après son second mariage (fo 185-187), un προσφώνημα à l’empereur Constantin (fo 188-189), un προσφώνημα à Jean Argyropoulos, quand Michel Apostolios. commença à enseigner au Mouseion de Xénon (fo 189-190), une μονῳδία εἰς Μανουῆλον Καλοτάρη (fo 191), une μονῳδία εἰς Γαλατηνόν (fo 192-194), une prière (fo 194-195), 65 lettres (fo 196-224), suivies d’une adresse de Michel Apostolios. au cardinal Bessarion ; au milieu des lettres, entre la 55e et la 56e, est insérée la lettre envoyée de Viterbe, le 19 mai 1462, par le cardinal Bessarion à Michel Apostolios après qu’il eut reçu la diatribe contre Théodore Gaza et les partisans d’Aristote opposés à Platon et Pléthon (fo 218-219). Le Palatinus graecus 275, autographe, ne contient que 65 lettres, dont les 46 premières et le début de la 47e avaient été éditées par E. Legrand. H. Noiret (Lettres inédites…) a édité la 47e complétée et les suivantes jusqu’à la 65e sur la foi du Palatinus graecus 275 et du Vaticanus graecus 1895, puis les 77 autres (plus  des extraits d’une « lettre sur la justice » numérotée CXXV) sur la foi du Vaticanus graecus 1895 seul (et pour cause !), qui lui « semble  avoir été écrit à  la fin du 15e siècle  ou  au commencement du 16e et qu’il juge « de beaucoup le plus complet que l’on possède de la correspondance de Michel Apostolios…( p. 3) ». Il précise aussi  que « ce manuscrit ne vaut point  le Palatinus  (p. 5). »  Les leçons qu’il porte dans le texte sont donc les corrections qu’il a apportées à V.

— Le manuscrit LXXXV. LXIX de la bibliothèque de Vienne dépend de P et identifie erronément nombre des correspondants. Il contient 45 lettres ; la diatribe contre Théodore Gaza ; le Ménexène ; le Discours au Beau-père à propos des secondes noces ; L’Appellatio ad Constantinum qua continetur suspectae religionis confessio ; le Discours à Jean Argyropoulos ; Les passages les plus importants d’une lettre sur la justice adressée au gouvernement vénitien, (1472, cette lettre, écrite de la main de Michel Apostolios figure dans le Vaticanus graecus 1396, fo 1-8).

6. Bibliographie

— Œuvres de Michel Apostolius répertoriées dans le New Thesaurus Linguae Graecae :

Collectio parœmiarum {9009.001}, E.L. von Leutsch, Corpus paroemiographorum Graecorum, vol. 2, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1851 (repr. Hildesheim, Olms, 1958), p. 233-744.

Éditions anciennes : Parœmiæ (proverbes), recueil imprimé en partie à Bâle en 1538, puis en entier, avec une traduction latine, à Leyden chez Elzevir, en 1619, puis 1653.]

[ Détails sur le Corpus Parœmiographorum Græcorum, ed. E.L. von Leutsch & F.G. Schneidewin, 2 volumes en 3 tomes, Gœttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1839-1851, repr. Hildesheim: Olms, 1958, repr. Cambridge UP, 2010, vol. II, 1, p. 233-292 (Apostolii Centuria I-VI) ; II, 2, p. 394-744 (Apostolii Centuria VII-XVIII) [dans la réimpression de Cambridge manque la page 393, entre II 1 & II 2].

Epistulae {9009.002}, É. Legrand, Bibliographie hellénique des XVe et XVIe siècles, tome II, Paris, 1885 G.-P. Maisonneuve & Larose, 1885 (repr. 1962), 233-259.

Epistulae {9009.003}, H. Noiret, Lettres inédites de Michel Apostolis [Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome 54. Paris: Ernest Thorin, 1889], p.57-141.

Sermo adhortatorius ex Gortyna in Italias Romam {9009.004}, H. Noiret, Lettres inédites de Michel Apostolis [Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome 54. Paris: Ernest Thorin, 1889], p. 148-153.

Prosphonemata ad imperatorem Constantinum Palaeologum {9009.007}, S.P. Lampros, Παλαιολόγεια καὶ Πελοποννησιακά, Δ, Athens, B.N. Gregoriades, 1930, p. 67-87.

Prosphonema ad magistrum Joannem Argyropulum {9009.008}, S.P. Lampros, Ἀργυροπούλεια, Athens, P.D. Sakellarios, 1910, p. 227-231.

Sermo ad socerum {9009.009}, R. Stefec, « Michael Apostoles, Rede an den Schwiegervater, » Römische Historische Mitteilungen 51 (2009), p.144-147.

[édition ancienne des Discours funèbres : Georgii Gemisthi Plethonis et Mich. Apostolii Orationes funebres duae in quibus de Immortalitate Animae exponitur, Leipzig, 1793].

— Études sur Michel Apostolios :

Émile Legrand, Bibliographie Hellénique ou description raisonnée des ouvrages publiés en grec par des Grecs aux XVe et XVIe siècles, Paris, 1885, tome I, Vie de Michel Apostolios, p. LVIII-LXX, liste de 25 titres d’œuvres de Michel Apostolios, p. LXVI-LXX ; tome II, Appendice, p. 233-259, Lettres 1-48.

Hippolyte Noiret, Lettres inédites de Michel Apostolis [Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome 54], Paris, Ernest Thorin, 1889, Biographie, p. 14-29 ; lettres p. 54-141, édition procurée par A.M. Desrousseaux après le décès d’H. Noiret : les lettres éditées par E. Legrand ne font l’objet que de sommaires en français et de notes critiques fondées sur la lecture du Palatinus, écrit de la main même de Michel Apostolius, p. 54 -70 ; les lettres non éditées par E. legrand, 47-125, p. 70-141 font l’objet d’une édition critique. En Appendice, sont d’abord publiés le Discours aux Italiens sur l’enseignement de la langue grecque (Λόγος παραινετικός ἐκ Γορτύνης εἰς Ἰταλίας Ῥώμην), remontant à l’époque de la mort de Bessarion, édition préparée par H. Noiret, p. 143-153, puis quelques extraits du Discours contre les deux Emmanuel, (Λόγος κατὰ Ἐμμανουηλοῖν μιαρωτάτοιν αὐτοῦ φοιτηταῖν, τοῦ μὲν Κρῆτος Ἀτραμθττινοῦ, τοῦ δὲ Εἴλωτος —épithète « méprisante » déformant le toponyme attendu Ἕλος/Ἕλους, bourgade de Laconie—…), édités et analysés par A.M. Desrouseaux sur la base des notes de son ami H. Noiret (ce discours n’est pas répertorié par E. Legrand).

Deno John Geanakoplos, Greek Scholars in Venice. Studies in the Dissemination of Greek Learning from Byzantium to Western Europe, Harvard UP, Cambridge Mass., 1962 : Michel Apostolios fait l’objet du chapitre 4, p. 73-110, « Michael Apostolis[3], Byzantine Copist and Manuscript Collector in Crete » (merci à Laurent Calvié pour la référence qui me fut utile), D.J. Geanakoplos propose une traduction, un peu lâche et pas exhaustive, assortie d’un bref commentaire de la Lettre 76 Noiret de Michael Apostolios, p. 92-94.

H.G. Beck, Kirche und Theologische Literatur im byzantinischen Reich, Munchen, 1959, p. 170s.

Article Apostolios, Prosopographische Lexicon der Palaiologenseit, Wien, 1976-, vol. 1 n° 1201.

Article « Apostoles Michael » d’Alice-Mary Talbot, Oxford Dictionary of Byzantium, 1991, I p. 140-141.

Article « Apostolios », Dictionnaire des auteurs grecs et latins de l’Antiquité et du Moyen-Âge, (Tusculum Lexicon, 1982), éd W. Buchwald, A. Hohlweg, O. Prinz, tf Brepols, 1991, p. 63-64.

Didier Pralon

Professeur émérite de grec ancien à l’Université d’Aix-Marseille

[1] Année 1467, voir H. Noiret, Lettres inédites de Michel Apostolis [Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome 54. Paris: Ernest Thorin, 1889, p. 96-97.

[2] E. Legrand cite la traduction française de la lettre de Bessarion, donnée par Boivin, Mémoires de AIBL t. II, p. 781ss, Bibliographie hellénique I, Paris, Leroux, 1885, p. LXI-LXIV : il lit le texte grec dans l’édition de Hacke, De Bessarionis Vita et scriptis, Harlem, 1844, p. 117ss. = Migne, PG CLXI, col. 685-692). Ce texte, édité plus récemment : Ad Theodori Gazae pro Aristotele de substantia adversus Plethonem obiectiones {9009.006}, L. Mohler, Aus Bessarions Gelehrtenkreis : Abhandlungen, Reden, Briefe von Bessarion, Theodoros Gazes, Michael Apostolios, Andronikos Kallistos, Georgios Trapezuntinos, Niccolò Perotti, Niccolò Capranica [Kardinal Bessarion als Theologe, Humanist und Staatsmann. Funde und Forschungen, Band 3, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 1942], 161-169, a été numérisé dans le New TLG d’Irvine.

[3] Pour tous les noms propres j’ai préféré conserver l’orthographe littérale, plutôt que d’adopter les orthographes modernisées, pour rester cohérent, mais je n’en fais pas une question d’honneur. Noiret, p. 18 , relève, il est vrai, que Michel Apostolios, quand il signait, signait de la graphie « Apostolis ». A.M. Desrouseaux, (Noiret, Appendice 2, p. 162, relève que dans le Discours contre les deux Emmanuel, Apostolis« cite deux ou trois fois son nom sous la forme Ἀποστόλιος, et de même dans la lettre aux Vénitiens datée de 1474. »

[4] Merci à Gilles Dorival, à Christian Boudignon et à Dolorès Pralon-Julia pour leurs relectures acribiques, leurs corrections utiles et leurs suggestions précieuses.

[5] Je me conforme à la concordance mois grecs-mois latins que propose H. Noiret, p. 3, n. 1.

[6] Je traduis l’appellatif ἡ δεσποτεία par « toi, Mon maître », réservant « seigneur, seigneurie » à κύριος, κυριότης.

[7]D.J. Geneakoplos traduit οὐ γὰρ τοσοῦτον εἰμὶ περὶ τὰ τοιαῦτα περίοπτος par « I am not distinguished for my laxity », interprète περίοπτος comme l’expression d’une « négligence », que l’on pourrait tirer de περιοράω à l’actif, mais l’adjectif verbal περίοπτος doit plutôt avoir un sens passif. Mieux vaut l’interpréter comme signifiant « digne d’un regard hautain », c’est à-dire « de dédain). G.W. Lampe lexicalise l’usage par Grégoire de Naziance (Oratio 15, 2) de l’adjectif verbal d’obligation περιοπτέος au sens de « to be despised ». Par la double imprécision τοσοῦτον… περὶ τὰ τοιαῦτα Michel floute son incise.

[8] Noiret, dans son index prosopographique, p. 33, signale, sans précisions éthiques autres que celles données dans la lettre 76, que le même Nicolas figure aussi dans les lettres 70 (Michel s’y plaint d’être maltraité par des malfaisants et signale elliptiquement que Nicolas n’est pas encore venu/revenu de Byzance) et 81 (Nicolas écrit depuis Byzance de « prendre possession de tous les livres »).

[9] À propos de βιβλιοτάφος, D.J. Geneakoplos renvoie à A.-F. Didot, Alde Manuce et l’hellénisme à Venise, Paris, Didot, 1875, p. 220-221, lequel relève qu’Alde Manuce dans son épître à Cuspinianus vitupère « ceux qui, par un sentiment de jalousie et la passion de posséder des trésors littéraires, les enfouissent et les gardent pour eux seuls ». Il les appelle βιϐλιοτάφoι. Il cite aussi une lettre, inédite encore au XIXe siècle, de Marc Musurus à Nicolaos Blastos qu’il traduit : « Le manque de livres, mon très-cher Nicolas, est un grand malheur pour chacun et surtout pour ceux qui, brûlant du désir de s’instruire, ne sauraient s’en procurer vu leur pauvreté, et cela par la faute des bibliotaphes, τοῖς βιϐλιοτάφοις, qui s’en applaudissent et même s’en font gloire, afin de pouvoir, en gardant le tout pour eux, priver autrui de tout éloge, de toute renommée. » Ces deux attestations (on en trouvera peut-être d’autres) prouvent que les lettrés humanistes utilisaient le mot imagé à l’occasion.

[10] Voir désormais mon article sur le mot (https://ch.hypotheses.org/2228)

[11] On peut interpréter le terme εὐρύβατος (« qui parcourt un vaste espace ») comme une métaphore connotant le parangon classique bien connu de la fourberie, Εὐρύβατος (Aristophane, Dédale, fgt 198 Henderson-Loeb 2007) reproduisant K.-A. PCG III 2, 1984, cité dans la Souda, ε 3718 ; Platon, Protagoras 327d ; Démosthène 233 ; Eschine 73, 12, Aristote fgt 84 Rose). L’adjectif est tardif (Quintus de Smyrne II 283, Nonnos XXVIII, 79). Christian Boudignon me propose « Scapin ». À l’inverse, mon ami Jo Russo me rappelle qu’Ulysse, encore travesti, évoque élogieusement devant Pénélope son héraut Εὐρυβάτης “qu’il estimait plus que les autres, parce que, en ses entrailles, ses façons de voir s’accordaient aux siennes (Odyssée XIX 244-248).” Dans l’Iliade (II 184), le héraut Εὐρυβάτης accompagne Ulysse quand celui-ci, poussé par Athéné, s’élance pour retenir les Achéens qui se précipitent vers leurs vaisseaux pour s’embarquer. De manière surprenante, en Iliade I 320, l’un des deux hérauts qu’Agamemnon envoie trouver Achille s’appelle lui aussi Εὐρυβάτης. En Iliade IX 170, Nestor suggère d’envoyer auprès d’Achille Phœnix , accompagné par le grand Ajax et Ulysse et, parmi les hérauts, par Ὀδίος et Εὐρυβάτης. Dans les deux cas, on peut imaginer qu’un héraut qui n’est pas celui du chef suprême, Agamemnon, mais en l’occurrence d’Ulysse, soit, à l’occasion, dépêché pour quelque mission commune. Εὐρυβάτης n’en reste pas moins un personnage falot.

[12] Comment traduire l’évasif σχολῇ καὶ ἀμυδρῶς ? Gilles Dorival me suggère « malgré ma faible vue ». Je ne sais si Michel était amblyope ou non. Christian Boudignon, qui propose la même interprétation que Gilles Dorival, me précise qu’Apostolios souffrait d’ophtalmie et, dans la lettre 87 (éd. Noiret), il demande des médicaments pour s’en soigner : « malgré ma faible vue, car elle ne me laissait pas tranquille, mais me mélangeait tout », proposent-ils. Néanmoins le sujet d’ οὐ γὰρ ἠφίει, ἀλλὰ συνέχεε me semble être Nicolas lui même, comme pour καὶ τἀληθὲς ἔλεγεν, plutôt que l’ophtalmie, qui n’est pas explicitement nommée. Le personnage peut être instamment importun.

[13] Gilles Dorival me propose « car il ne me les laissait pas et les mettait en désordre ». L’absence de COD à οὐ γὰρ ἠφίει ἀλλὰ συνέχεε suggère soit une négligence soit une omisson stylistique : Nicolas importunerait et perturberait tout lecteur.

[14] Je suspecte une lacune, la phrase me paraissant amputée de sa proposition principale.

[15] Dans l’expression σκοπὸς εἷς τε καὶ τοιοῦτος, τοιοῦτος ou bien introduit la complétive, ou bien est un emphatique vague. Gilles Dorival et Christian Boudignon me proposent « son seul souci était le suivant ». Peut-être ont-ils raison. Pourquoi, si telle est la signification, utiliser une périphrase verbale emphatique (ἐτύγχανεν ὢν) et ne pas distinguer τοιοῦτος, en en faisant explicitement un prédicat ? On peut aussi, plus simplement rattacher περιμένοντι à μοι et traduire « M’attendant moi-même aussi à cela, je me préoccupai peu des titres ».

[16] Sous entendu « sans compter l’achat des livres ».

[17] On peut tenter de lire la relative elliptique problématique (Gilles Dorival note : « je ne comprends pas vraiment le premier datif ») ὃ δὴ καὶ αὐτῷ περιμένοντι τῶν ἐπιγραφῶν comme le sujet de ὀλίγα μοι ἔμελεν : on pourrait alors supposer une ellipse osée de ὀλίγα… ἔμελεν « ce qui <au sujet> des titres <lui importait> dans son attente…», interprétant περιμένοντι comme un participe datif de point de vue ou d’intérêt régissant le relatif ὃ. Si telle est la tournure, elle est plus que sophistiquée : on attendrait plutôt un simple indicatif (περιμένει) ! La signification n’en est pas moins perceptible : Michel ne se préoccupe pas de ce que l’ignoble Nicolas attend comme rémunération pour la seule transcription des titres, puisque lui-même possède la liste de ces titres. Comme la lettre 76 n’est pas autographe et comme le copiste du Vaticanus 1395 ne paraît pas très soigneux (voir la remarque de Noiret, p. 5, on peut soupçonner une bévue et, a minima sans risque d’altérer la signification, corriger le texte en ὃ δὴ καὶ αὐτῷ περιμένει (ou περιέμενε) τῶν ἐπιγραφῶν : « ce qu’il attend (ou attendait) aussi pour lui-même de ces titres… ». Noiret ne propose aucune correction dans son apparat succinct. D.J. Genakoplos, qui fait éclater la lettre en deux morceaux, p. 92-94, traduisant « très librement » d’abord, p. 92-93, la fin de la lettre, de Βάδιος (l. 18) à τὰ ἐμά (l. 47), puis de ἄλλα τε οὐκ ὀλίγα (l. 2) à εἵνεκα τὰ βιβλία (l. 14), omettant complètement la phrase ὃ δὴ καὶ αὐτῷ περιμένοντι τῶν ἐπιγραφῶν ὀλίγα μοι ἔμελεν, ἄλλως τε καὶ ἀκριβῶς εἰδότι ὧν δεῖ (15) βιβλίων τῇ δεσποτείᾳ σου, ἀπό τ’ ἐμαυτοῦ καὶ καταγραφῆς ἣν ἔχω λαβὼν παρὰ τῆς σῆς κυριότητος, δηλονότι δυσευρέτων καὶ ἀναγκαίων. Διὰ δὴ ταῦτα τῶν ἐπιγραφῶν ὀλίγα μοι ἔμελεν, à moins qu’il veuille que l’on tienne pour une traduction de cette phrase ce qu’il écrit : « He permitted me to copy a few only ; he knew what you wanted, and this manuscript he hid »…

[18]Ange Badios fut un ami fidèle de Michel (avec Georges Zébédée, voir Noiret, p. 19 et 37-39). Christian Boudignon me propose de transcrire « Vadios » : je préfère, pour le moment, conserver la transcription antique « Badios », comme pour « Apostolios », mais n’en fais pas une question de principe.

[19] C’est-à-dire les lettres d’Ange Badios.

[20] Michel se plaindrait-il d‘être moins apprécié par Bessarion qu’auparavant ?

[21] Je ne comprends pas clairement la relative (on peut tenir ὧν pour un relatif de liaison) , pour le moins elliptique, περὶ ὧν οὐ θερμῶς ὡς τὸ πρότερον « au sujet de ceux/celles [les titres ? les livres ? les lettres ?] qui…]. « Au sujet de ces titres/livres, pas <aussi> chaudement/ chaleureusement qu’auparavant » ne donne qu’un galimatias insensé ! Christian Boudignon me propose « À propos de ces livres, je ne sais pourquoi vous ne m’avez pas fait savoir avec enthousiasme comme auparavant qu’il fallait les transcrire, mais seulement que je fasse savoir clairement ce qu’ils sont, quels sont leur sujet et leur matière. » Belle tentative, mais pourquoi οὐ θερμῶς ὡς τὸ πρότερον est-il ainsi rejeté en prolepse ? pourquoi μοι ἐκέλευσας μεταγραπτέα εἶναι n’est-il pas nié ? Cette phrase, pour le moins alambiquée pourrait signifier que Bessarion a demandé à Apostolios de simplement résumer le contenu des ouvrages. Πάλιν signifie-t-il que Bessarion demande à Michel d’expliciter le contenu des livres « à nouveau » (comme il l’a fait précédemment pour d’autres livres) ou « de nouveau », c’est à dire « à son tour », après Badios ? D.J. Geneakoplos omet de traduire le terme.

[22] Michel Apostolios réside en Crète, à Candie (Héraklion) principalement.

[23] Peut-être un élève de Michel comme le suggère Geneakoplos, p. 93 et n. 78, inconnu par ailleurs (cité sans notice par Noiret, p. 51).

[24] Michel a été deux fois marié, la seconde « avec la fille du comte Korinthios de Monembasie » (Noiret p. 18. La cité de Monembasie avait été fondée au VIe siècle par des Laconiens fuyant l’invasion slave, dans la péninsule sud du Péloponnèse juste en dessous de l’antique Épidaure Liméra).

[25] Si Noiret a raison de dire que Michel avait épousé la fille du comte Korinthios de Monembasie, Théodore est son beau-frère.

[26] Noiret, 97, n. 2 commente : « le titre d’ecclésiarque, particulier aux églises d’Orient, ne doit pas être confondu avec celui d’évêque. L’ecclésiarque était le préfet de l’Église, (princeps Ecclesiæ) charge de veiller à l’entretien et à la conservation de l’Église. On appelait Grand Ecclésiarque l’ecclésiarque d’une Église importante. Diocèse de Raguse signifie diocèse de Raguse ou diocèse de Monembasie. » Sans revenir sur l’explication d’« ecclésiarque », Geneakoplos, p. 93, n. 70, rectifie : « Noiret… wrongly says that this also could refer to Ragusa. Noiret has confused Epidauros with the ancient name of Ragusa, Epidammos. » La confusion étonne de la part d’un philologue minutieux. Peut-être fut-ce une hypothèse, notée pour mémoire, que A.M. Desrousseaux, éditeur amical du texte laissé par H. Noiret, mort prématurément, aurait omis de vérifier. On apprend cependant que Michel a eu deux ecclésiastiques de haut rang dans sa parentèle : d’une part, Manuel ou Emmanuel de Candie, de l’ordre de Saint François, qui fut, semble-t-il, archevêque de Scutari en Illyrie (Skodër au nord ouest de l’Albanie et non pas à Raguse). Noiret p. 30-31 lui consacre une brève notice ; d’autre part, le comte Korinthios, nommé ci-dessus, en référence avec Épidauros-Monembasie. Noiret ne lui consacre aucune notice.

[27] Il faut considérer que les deux hommes ont écrit à Michel, Le verbe ἔγραψε s’accordant avec le sujet le plus rapproché. Sinon on ne sait pas ce qu’a fait Théodore. H. Noiret ne dit rien dans son index, ni de Théodore ni de son oncle le comte Korinthios, grand Ecclésiarque d’Épidaure-Monembasie.

[28] Sans doute faut-il entendre « Quirini » : Daphnis Kyrinos, alias Lorenzo ou Lauro Quirini, est selon la longue note prosopographique d’H. Noiret, p. 43-45 le destinataire des lettres 23, 54 , 55, 57, 58, 66, 67, 69, 71, 84, 91 et 123. Il est difficle de l’identifier formellement. D’après la correspondance il pratiquait la philosophie, « soutenait les doctrines d’Aristote contre celles de Platon » (123), « était ardent catholique et s’efforçait de convertir les Crétois » (84). Il semble avoir été très riche et possédait de grandes propriétés. « Il n’était pas un simple particulier », mais était investi d’un titre officiel avec quelque autorité (71). « Chargé de payer la solde annuelle » de Michel il tardait à la régler. Il s’occupait avec lui de rechercher des livres. Michel Apostolios le couvrait parfois d’injures, mais ne se brouilla jamais avec lui.

[29] Je respecte la rupture de temps παρεῖχε… ἂν προσέπεμψα. C’était apparemment une habitude pour Kyrinos que de ne pas donner à Michel l’argent nécessaire en temps opportun. Voir la note prosopographique d’H. Noiret p. 43.