Archives par mot-clé : maladie

Pierre Diouf : Ulcère et cancer en grec ancien

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article sept.

Étude lexicologique des notions d’ulcère, de cancer ou de plaie dans le vocabulaire médical hellénique : les termes τὸ λκος (to helkos) et ἡ φαγέδαινα (hè phagédaina). Du concept à la dénomination.

 

Héraklès sur son bûcher donne son arc à Philoctète (relief funéraire du IIe s.) Museum Carnuntium (Autriche), Wikicommons

 

Résumé : Cet article aborde le processus de formation ou de création des termes médicaux grecs en rapport avec l’observation clinique faite sur le patient : des diagnostics symptomatologiques qui permettent au médecin grec de dégager certaines tendances intellectuelles, une liberté littéraire dans l’art médical. Dans la littérature technique médicale, les effets de symétries entre pathologie et terminologie que le médecin cherche finement à montrer,  à travers ses traités médicaux, nous amènent à axer notre réflexion sur deux vocables très intéressants, dans le fond comme dans la forme, ἕλκος et φαγέδαινα désignant des ulcères ou le cancer qui est aujourd’hui le mal de notre siècle.  

INTRODUCTION

Dans la littérature grecque, le vocabulaire technique médical demeure un vivier riche et stimulant de terminologies que les auteurs nous présentent avec des considérations plus ou moins ambiguës. Les analyses linguistiques se trouvent influencées par un besoin pressant de faire connaître de manière significative les relations entre la terminologie médicale et la description symptomatologique d’une maladie ou affection donnée. Dans une perspective éminemment didactique, nous verrons que les noms des maladies, que nous allons étudier, renvoient à des notions agraires (charrue), bestiales (bête qui dévore, qui ronge), ou notions en rapport avec le feu qui consume, suivant la densité de la douleur ressentie par le malade. Car le médecin antique, dans un souci d’exhaustivité, s’interroge toujours sur le mal physique et psychologique du patient pour donner sens au terme qui qualifiera ou désignera cette affection. Il s’agit là donc d’un processus créatif (invention de nouveaux mots) dans le but d’enrichir le savoir et le vocabulaire médical.

Dans cet article, nous consacrerons un abondant développement à la question lexicale et sémantique de deux termes grecs helkos et phagédaina, en nous basant sur l’existence de passages référentiels chez les auteurs de traités médicaux et en essayant, autant que possible, de déterminer l’identité des affections auxquelles ces deux notions renvoient.

  1. Étude terminologique d’HELKOS

Malgré la simplicité du mot helkos, l’étymologie nous renvoie au sanskrit : il est apparenté au terme sanskrit arsas « hémorroïdes » (donc idée de perte de sang), et a donné le terme ulcus en latin, « plaie à vif », dont la racine a permis de former en français le mot ulcère. Έλκος subsiste même en grec moderne et désigne la même acception, « des blessures à vif, des ulcères ». On note plusieurs mots issus des procédés de composition et de dérivation : des composés comme helko-poios « qui blesse » ou an-elkês « sans blessure » ; des adjectifs dérivés comme helkôdès « ulcéreux » ; des substantifs comme ephelkis « croûte d’ulcère », helkôsis « ulcération » ; et des verbes dénominatifs comme helkoomai « souffrir d’ulcères », helkainô « s’envenimer » (Cf. Pierre Chantraine, 1968, p. 339-340). Mais un des verbes qui mériterait une attention particulière est ἕλκω (helkô) qui signifie « tirer, traîner », employé chez Homère avec la notion de violence et mauvais traitements : il se dit d’une charrue ou du navire. Voilà toute l’essence du terme médical, le fait de traîner ou d’être traîné violemment comme une proie que l’on déchire permet d’expliquer le choix du mot helkos. C’est une affection ou infection qui déchire, qui ronge.

Le rapprochement entre ἕλκω et ἕλκος relève de l’étymologie synchronique. Ces mots sont d’origine différente, et l’esprit rude de ἕλκος doit venir de ἕλκω par analogie.

Selon l’auteur hippocratique du traité Des plaies[1], le terme s’emploie pour toutes sortes de plaies, récentes ou chroniques. Deux substantifs ἕλκος et τραῦμα sont en concurrence pour désigner les plaies ; nous pensons que helkos serait le terme générique pour désigner toutes sortes de plaies, tandis que trauma désigne « les solutions de continuité provoquées par une cause externe, un objet tranchant par exemple, causes de vives douleurs, mais passagères[2] ». Donc helkos est le terme désignant les plaies sans cause extérieure ou même apparente et les plaies chroniques comme les ulcères. Dans le traité Des lieux dans l’homme, ce terme évoque une maladie et il est traduit par « ulcère » par Robert Joly, car l’auteur écrit :

« Parmi les maladies, celles qui, étant des ulcères, font saillie au-dessus de la surface du corps, doivent être traitées à la fois par des médicaments et par la faim[3]. »

Également, « la tradition littéraire et médicale grecque contient la notion d’affection phagédénique, “d’ulcère dévorant”. La Collection Hippocratique connaît bien le cancer et l’ulcère […] L’observation médicale discerne toute une variété de cancers ou de tumeurs malignes, selon leur localisation, selon leurs caractères visibles ou sensibles, selon leur degré d’évolution et de gravité, curable ou incurable[4]. » Et les membres qui peuvent être affectés sont multiples. Citons un des cas les plus fréquents : les ulcérations de la bouche.

Durant l’époque romaine, les études empiriques s’intensifient, les efforts des médecins peuvent se sentir à travers les écrits de l’époque. Selon Celse, « si la bouche présente des ulcérations enflammées, rouges et presque sordides, on trouve un excellent remède dans les gargarismes préparés, comme on l’а dit plus haut, avec le jus de grenade, et il est utile aussi de tenir souvent dans la bouche une décoction astringente additionnée d’un peu de miel. Il faut en même temps conseiller la promenade et défendre les aliments âcres. Quand les ulcères commencent à se déterger, il est bon de conserver dans la bouche une liqueur douce, ou simplement de l’eau très-pure ; on peut encore prendre du vin pur […][5] ». Les ulcères de la bouche ne sont pas à négliger car ils peuvent causer des morts déplorables, déclare Arétée de Cappadoce. Ce dernier affirme que la cause des ulcères de la bouche, notamment des amygdales, est « la déglutition de choses froides, âpres, chaudes, aigres, astringentes[6] ». Aussi d’après ses observations, les Égyptiens, dont on connaît bien l’apport du Nil dans leurs productions agricoles, dépassent largement la moyenne, quant au nombre de malades atteints de ce mal. Car, dit-il, cette région « fournit à la respiration un air sec et à la nutrition une grande variété d’aliments : des racines, des herbes, des légumes, des semences âcres et un breuvage épais : l’eau du Nil. De plus les habitants se font une boisson âcre avec l’orge et le marc du raisin[7]. »

Pline l’Ancien également évoque ce genre d’affections buccales dans un cadre général ; il parle plutôt d’ulcérations ou de crevasses au niveau de la cavité buccale. De plus, il va rapporter une cure d’origine essentiellement animale :

« Les ulcérations et les crevasses de la bouche guérissent avec du suif de veau ou de bœuf, joint à de la graisse d’oie et du suc d’ocimum. II est une autre mixture faite avec le suif de veau, la moelle de cerf et les feuilles de l’aubépine, le tout pilé ensemble. La moelle avec de la résine, quand même ce ne serait que de la moelle de vache, et le bouillon de vache, ont la même vertu[8]. »

Après l’étude du terme helkos, il conviendrait à présent de nous attarder sur ce terme phagédaina qui désigne aussi les ulcères.

  1. Étude terminologique de PHAGEDAINA

Le terme phagédaina signifie étymologiquement « la maladie dévorante ou phagédénique ». C’est un dérivé suffixal de phagein, verbe qui sert d’aoriste au verbe esthiô signifiant « manger, dévorer, avaler » et par la suite « engloutir », qui provient de l’indo-européen et est apparenté notamment au sanskrit bhajati « manger, boire, profiter de ». Le français moderne a même hérité de ce terme les mots composés comme phagocyter, anthropophage… Beaucoup de composés ont été formés avec phagos : par exemple andro-phagos « qui mange les hommes » en parlant du cyclope (Cf Homère, Odyssée, X, 200), ômo-phagos « qui mange la viande crue » en parlant des bêtes sauvages ou de peuples primitifs. Et donc phagé-daina, dérivé suffixal de ce verbe, désigne « un ulcère cancéreux, un cancer », un mal qui dévore.

Cette signification, nous l’avons déjà dans le fragment du Philoctète d’Eschyle (fragment conservé dans la Poétique 1458 b) φαγέδαινα ἥ μου σάρκας ἐσθίει « la maladie dévorante qui mange mes chairs » et dans le traité des Ulcères, ὅπη ἂν φαγέδαινα ἐνέῃ ἰσχυρότατά τε νέμηται καὶ ἐσθίῃ « là où la maladie dévorante s’est installée, broute et mange avec le plus de force[9] ». En examinant le traité de Galien Sur les tumeurs contre nature[10], on remarque que la maladie peut être définie comme φαγέδαινα, car elle peut dévorer avec inflammation jusqu’à ce que mort s’en suive. De manière concrète, il oppose, dans ce traité, à l’herpès qui ne ronge que la surface de la peau, l’ulcère phagédénique φαγέδαινα qui s’attaque non seulement à la peau, mais aussi aux parties situées en profondeur. En outre, Galien fait quelques interprétations dans son Commentaire[11] : il donne à la lèpre le nom de l’éléphant qui est, à son avis, un animal méchant et vorace, et considère que la mélancolie rend le caractère des malades semblables à celui des bêtes sauvages, que la phtisie se manifeste quand les ongles sont recourbés comme ceux des bêtes sauvages. Il affirme également que la cardialgie est une douleur de l’orifice de l’estomac qui est causée par la montée des vers intestinaux. Cette expression métaphorique de l’ulcère est repérée également dans le De medicina de Celse :

 « […] L’on voit naître l’ulcère appelé par les Grecs “phagédénique”, parce que, dans les rapides progrès qu’il fait de proche en proche, il pénètre jusqu’aux os, et dévore tout ce qu’il rencontre. Cet ulcère est inégal et bourbeux ; il fournit abondamment une humeur visqueuse d’une odeur intolérable, et l’inflammation qui existe est plus forte que ne semblerait le comporter l’étendue du mal[12]. »

On retrouve chez Pline l’Ancien une cure à base de plantes médicinales contre cette pathologie :

« Quand les ulcères sont phagédéniques et fistuleux on y met du fiel de taureau avec du suc de poireau ou du lait de femme ; on y met encore du sang en poudre avec la plante appelée cotylédon[13]. »

En effet, cette conception de la maladie phagédénique nous est présentée de manière très approfondie par J. Jouanna[14] dans son article « La maladie sauvage dans la Collection Hippocratique et la tragédie grecque ». L’image métaphorique de la maladie « phagédénique » qui dévore ou consume le malade à l’image d’une bête sauvage ou du feu comme chez les tragiques, demeurait bien présente dans la pensée hippocratique de l’époque. Selon J. Jouanna, « dans la Collection Hippocratique où, pourtant, le rationalisme triomphe, le vocabulaire relatif à la pathologie conserve dans ce qu’il est convenu d’appeler son expression métaphorique les traces d’une représentation plus archaïque de la maladie, analogue à celle qui s’épanouit dans la tragédie. C’est la conception selon laquelle la maladie est une force agressive qui attaque l’individu de l’extérieur, pénètre en lui, prend possession de lui, et peut, à la manière d’une bête sauvage, se repaître de ses chairs. » En effet, deux termes adjectivaux servent à définir la maladie : il s’agit de θηριώδων νοσημάτων καὶ ἀγρίων « maladies bestiales et sauvages[15] ». Un parallélisme explique le contexte de cet emploi : il s’agit du médecin Hippocrate qui, purgeant la terre et la mer des maladies sauvages et graves, est comparé à Héraclès qui a purgé le monde des bêtes sauvages, ainsi qu’à Asclépios[16] :

« Il purge la terre et la mer non pas des bêtes farouches, mais des maladies sauvages et malfaisantes, dispersant de toute part les secours d’Asclépios, comme Triptolème dispersait les graines de Cérès. Aussi, est-ce en toute justice que lui-même a reçu les honneurs divins en bien des lieux de la terre, et que les Athéniens lui ont attribué les mêmes offrandes qu’à Héraclès et à Asclépios. »

C’est une conception fort ancienne du médecin qui purge des maladies bestiales. Elle rappelle le médecin Apis, dans les Suppliantes d’Eschyle, qui a purgé la terre d’Argos des monstres dévoreurs des hommes : 

« Quant au pays d’Apis, son sol a reçu ce nom en mémoire d’un guérisseur des temps antiques, un fils d’Apollon, prophète médecin venu du rivage voisin de Naupacte, pour nettoyer cette contrée de monstres homicides, fléaux qu’un jour la Terre déchaîna, irritée des souillures dont l’avaient salie des meurtres anciens – serpents pullulant, cruels compagnons. Apis, par des remèdes décisifs, libéra tout le pays d’indiscutable façon et, pour son salaire, vit son nom à jamais mêlé aux prières d’Argos[17]. »

Il faut dire que dans ce genre de maladie dévorant, le patient peut se mouvoir dans un état plus que délirant. Galien, dans son Commentaire à Hippocrate, nous en donne une explication. Pour lui, la maladie, du moins certaines maladies mettent dans des formes aiguës de délire où « les patients écrasent sous leurs pieds, donnent des ruades, mordent, sont fous, croyant que ceux qui s’approchent d’eux leur veulent du mal[18] ».

Dans les stèles, on observe l’emploi de l’expression φαγέδαινα ἐνδὸς τοῦ στόματος (récit LXVI) « ulcération dans la bouche ». Cette expression est d’autant plus ambiguë que nous ne saurions indiquer exactement la partie buccale interne affectée d’ulcération. Dans Maladies, nous avons repéré deux inflammations de la cavité buccale, à des parties bien définies : une inflammation du dessous de la langue ou sublinguale (ὑπογλωσσίς) et une au palais (ὑπερῴην), contre lesquelles l’auteur donne une ordonnance[19]. Il nous semble que la partie affectée du patient Pamphaes est le palais car nous disposons d’un traitement presque identique au soin prescrit dans ce texte des Maladies : « Si une inflammation se forme au palais, il y a un léger gonflement et du pus s’y produit […] cautérisez la tuméfaction ; une fois que le pus sort, lavez ce qui peut rester, d’abord avec du nitre et de l’eau tiède, ensuite avec du vin […][20] ». Dans le traité Maladies des femmes, l’auteur emploie le dénominatif ἄφθα pour désigner une sorte d’ulcère de la bouche, un aphte (ἐν τῷ στόματι ἄφθαι[21]). Mais les aphtes se rencontrent généralement chez les jeunes enfants qui tètent[22]. Mais quant au Pseudo-Galien, il signale une multitude d’affections relatives à la bouche :

« Les maladies de la bouche (περὶ δὲ στόμα) : putréfaction des gencives (σῆψις οὐλῶν), dégénérescence des dents (βρῶσιν ὀδόντων), douleurs dentaires (ὀδονταλγία), chute des dents de leurs alvéoles (φατνιωμάτων ἔκπτωσις), abcès sur la langue (ἀπόστημα ἐπὶ γλώττης), épulie (ἐπουλίς), parulie (παρουλίς), aphtes (ἄφθαι), apparition des croûtes (ἐσχάρωσις), amygdales (παρίσθμια), grain de raisin (στραφυλή), sycoma (σύκωμα)[23]. »

Et pour ces maux de la bouche, il en propose même une thérapie générale :

« Parmi les maux de la bouche, nous incisons les abcès et tumeurs des gencives quand ils suppurent. Quant aux grains de raisins relâchés démesurément, nous les tranchons après les avoir saisis avec un mydion. Nous extrayons les dents après les avoir scarifiés tout autour. Nous amputons au moyen de tonsillotomes les glandes les plus volumineuses que de nature sur les amygdales[24]. »

On peut aussi faire allusion au comportement du possédé, ou de l’épileptique, etc. En tout cas, plusieurs termes grecs servent à représenter de manière allégorique la maladie. La maladie, telle une bête sauvage, participe à la consomption du corps, à son dépérissement. Cette idée imagée de la maladie dévorante peut être conçue comme archaïque, mais elle est bien le reflet de la pensée vulgaire peu rationnelle de l’époque. Eschyle traduit bien cet ordre du « sauvage » (ἄγριος) auquel appartient la maladie. Dans ses Choéphores, il évoque la redoutable souffrance promise par l’oracle d’Apollon à l’endroit d’Oreste, si ce dernier ne venge pas le meurtre de son père :

« Sinon, déclarait-il, moi-même en paierais le prix de ma propre vie au milieu des multiples et cuisantes douleurs. Déjà, révélant aux mortels les vengeances de l’enfer irrité, il nous a fait connaître ces maladies effroyables qui montent à l’assaut des chairs, ces lèpres à la dent sauvage qui vont dévorant (ἀγρίαις γνάθοις λειχῆνας) ce qui la veille était un corps, tandis que des poils blancs se lèvent sur ses plaies[25]. »

Chez Sophocle, cette notion d’ensauvagement de la maladie est aussi mise en exergue ; il emploie à cet effet l’expression ἀγρία νόσος pour faire allusion à la douleur causée par la tunique empoisonnée offerte par Déjanire à Héraclès qui s’écrie, dans les Trachiniennes :

« Le voilà qui revient, qui revient à la charge, le mal cruel qui veut me tuer, le mal intraitable et farouche […] Il est là, collé à mes flancs, qui se gave de ma chair profonde et va dévorant les bronches où sont suspendus mes poumons[26]. »

Il s’agit là d’un mal qui consume la chair, qui la dévore. L’étude sémantique, fait par J. Jouanna[27] dévoile bien le sens premier qui est donné à la maladie qui n’épargnait personne, ni même les héros, ni les demi-dieux : la maladie semble d’origine interne, elle se manifeste aigrement à l’intérieur du corps en montrant ou non des signes symptomatologiques externes. Telle était probablement la conception sauvage qu’on avait de la maladie dans la Grèce ancienne. Cette définition nosologique revient dans Philoctète également, ce héros se lamentant d’avoir été abandonné par ses alliés, « alors qu’il se mourait de ce mal féroce qu’avait férocement imprimé dans sa chair une vipère tueuse d’hommes[28] » (ἀγρίᾳ νόσῳ καταφθίνοντα, τῇδ᾿ ἀνδροφθόρου πληγέντ᾿ ἐχίδνης ἀγρίῳ χαράγματι).

Le thème de la maladie dévorante se retrouve également dans l’œuvre d’Euripide. Comme le tragique sort subi par Héraclès, dans la pièce intitulée Médée, la nouvelle épouse de Jason en a été victime ; elle a reçu de la part de Médée, l’ancienne épouse de Jason, une robe empoisonnée. « Le bandeau d’or posé sur sa tête lançait un prodigieux torrent de flamme dévorante, et le voile léger, présent de tes enfants, rongeait la chair blanche de la malheureuse […] On ne distinguait plus ni la forme de ses yeux, ni la beauté de son visage ; le sang, du sommet de sa tête, dégouttait confondu avec la flamme ; et de ses os, pareilles aux larmes du pin, sous l’invisible dent du poison les chairs se détachaient[29]. » Telle un fauve qui déchire et dévore sa victime, la maladie dévore le malade.

Dans le traité hippocratique Des maladies des femmes, cette définition nosologique métaphorique (concernant les ulcérations) peut s’observer : « des ulcérations qui s’étendent et corrodent la partie voisine » (νέμηται καὶ τὸν πελαστάτω χῶρον διακναίῃ[30]). La maladie, comme une personne, se délecte à assouvir sa faim, en dévorant les parties affectées du malade et progressant, comme un animal qui broute et gagne du terrain. L’expression νεμόμενα ἕλκεα est également repérée dans le traité De la dentition et, suivant la traduction de Littré, la maladie est comparable à un serpent : « les ulcérations qui serpentent »[31]. Dans le traité des Épidémies, la maladie est décrite à l’image du feu dévastateur :

« […] Et rapidement l’érysipèle étendait ses ravages dans tous les sens. Chez la plupart, le dépôt de la maladie aboutissait à des suppurations ; et les chairs, les tendons et les os étaient largement détruits[32] » (καὶ τὸ ἐρυσίπελας πουλὺ ταχὺ πάντοθεν ἐπενέμετο · τοῖσι μὲν οὖν πλείστοισιν αὐτέων ἀποστάσιες ἐς ἐμπυήματα ξυνέπιπτον · σαρκῶν, καὶ νεύρων, καὶ ὀστέων ἐκπτώσιες μεγάλαι).

CONCLUSION

En définitive, l’impression paraît évidente : le médecin recherche ce qu’il y a de plus pathétique pour décrire la maladie « qui dévore les chairs » avec une exagération lexicale notoire. Dans les traités hippocratiques, par exemple dans le Des maladies des femmes, cette définition nosologique métaphorique (concernant les ulcérations) peut encore s’observer : « des ulcérations qui s’étendent et corrodent la partie voisine » (νέμηται καὶ τὸν πελαστάτω χῶρον διακναίῃ[33]). La maladie, comme une bête, se délecte à assouvir sa faim, en dévorant les parties affectées du malade et progressant, comme un animal qui broute et gagne du terrain. L’expression νεμόμενα ἕλκεα est également repérée dans le traité De la dentition et, suivant la traduction de Littré, la maladie est comparable à un serpent : « les ulcérations qui serpentent »[34]. Dans le traité des Épidémies, la maladie est décrite à l’image du feu dévastateur. Et enfin, dans le chant XXIII de l’Iliade, l’auteur homérique emploie conjointement le verbe νέμομαι à ἐσθίω pour faire allusion au feu du bûcher qui doit dévorer le corps de Patrocle :

« Ce sont douze braves fils des Troyens magnanimes que le feu dévore, tous, ici, avec toi » (δώδεκα μὲν Τρώων μεγαθύμων υἱέας ἐσθλοὺς τοὺς ἅμα σοὶ πάντας πῦρ ἐσθίει)[35].

            Ainsi comme nous l’avons souligné dans l’introduction, il est intéressant de constater que les médecins grecs ont toujours usé de la métaphore pour décrire le mal et en avoir un concept, pour enfin le dénommer : et l’image métaphorique de la maladie « phagédénique », ce cancer qui dévore ou consume le malade à l’image d’une bête sauvage ou du feu est donc un excellent rapprochement afin de permettre une dénomination consensuelle générale de la maladie.

 

Pierre Mbid Hamoudi DIOUF

Enseignant-chercheur à l’UCAD / FLSH (Sénégal)

et chercheur associé à HiSoMA (Histoire et Sources des Mondes Anciens) UMR 5189

Email: pmhdiouf@gmail.com   ou  pierre3.diouf@ucad.edu.sn

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

LITTERATURE ANCIENNE

  • Arétée de Cappadoce Des causes et des signes des maladies aiguës et chroniques, Livre I, traduit par Laennec R., édité et commenté par Grmek D., préface Gourevitch D., Genève, Librairie Droz S.A., 2000.
  • Celse, De medicina, traduit en français par M. Nisard, Paris, J. J. Dubochet, Le Chevalier et comp. Editeurs, 1846.
  • Eschyle, Agamemnon – Les choéphoresLes Euménides, Tome II, texte établi et traduit par Paul Mazon, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1983.
  • Eschyle, Les Suppliantes Prométhée enchaîné, Tome I, texte établi et traduit par Paul Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 1985.
  • Euripide, Alceste – Médée – Les Héraclides, Tome I, texte établi et traduit par Louis Méridier, Paris, Les Belles Lettres, 1961.
  • Galien, Commentaire à Hippocrate, Épidémies II, CMG V 10, 1, Berlin, E.Wenkebach et F. Pfaff,
  • Galien, Commentaire à Hippocrate, Prorrhétique I, 25, CMG V 9, 2, Berlin, Diels, 1915.
  • Galien, Introduction générale, Sur l’ordre de ses livres, Sur ses propres livres, Que l’excellent médecin est aussi philosophe, texte établi, traduit et annoté par V. Boudon-Millot, Paris, Les Belles Lettres, 2007.
  • Galien, Le médecin. Introduction, t. III, texte établi et traduit par Caroline Petit, Paris, Les Belles Lettres, 2009.
  • Galien, Pratiques anatomiques, C. G. Kühn, 1821-1833, réimp. Hildelsheim, 1964/5
  • Hippocrate, Airs, eaux, lieux, texte établi et traduit par J. Jouanna, Paris, Les Belles Lettres, 1996.
  • Hippocrate, Des lieux dans l’homme – Du système des glandes – Des fistules – Des hémorroïdes – De la vision – Des chairs – De la dentition, texte établi et traduit par R. Joly, Paris, Les Belles Lettres, 1978.
  • Hippocrate, Épidémies V et VII, texte établi et traduit par J. Jouanna, annoté par J. Jouanna et M.D. Grmek. Paris, Les Belles Lettres, 2000.
  • Hippocrate, Œuvres complètes d’Hippocrate (Des femmes stériles – Du médecin – Épidémies I, II, III – Les Aphorismes – Lettres, décret et harangues – Nature de l’homme – Pronostic- Prénotions coaques – Prorrhétique – Ulcères), traduit É. Littré, Paris, Amsterdam, Adolf M. Hakkert, 1961-1962 ; 1973-1978.
  • Hippocrate, Plaies, nature des os, cœur, anatomie, texte établi et traduit par M.-P. Duminil, Paris, Les Belles Lettres, 1998.
  • Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, texte établi et traduit par A. Ernout, Paris, Les Belles Lettres, 2003.
  • Sophocle, Philoctète, texte établi par Alphonse Dain et traduit par Paul Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 2009.

 LITTERATURE MODERNE

  • André J. M., La médecine à Rome, Paris, Tallandier, 2006.
  • Brunschwig J., Lloyd G. & Pellegrin P., Le savoir grec : dictionnaire critique, Paris, Flammarion, 1996.
  • Chantraine P., Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, 1999.
  • Jouanna J., « La maladie comme agression », dans La maladie et les maladies dans la collection hippocratique, actes du VIe colloque international hippocratique sous la direction de Potter P., Maloney G. et Desautels J., Québec, Les éditions du Sphinx, 1990.
  • Jouanna J., « La maladie sauvage dans la Collection Hippocratique et la tragédie grecque », dans Métis. Anthropologie des mondes grecs anciens, vol. III, n° 1-2, Paris-Athènes, 1988, pp. 343-360

 

[1] Hippocrate, Plaies, nature des os, cœur, anatomie, t. VIII, (Marie-Paule Duminil, p. 12 [notice]).

[2] Ibidem.

[3] Hippocrate, Des lieux dans l’homme, 36, 1 : « Τῶν δέ νοσημάτων ἅσσα μὲν ἕλκεα ἐόντα ὑπερέχοντα τοῦ ἄλλου σώματός εἰσιν, ἅμα τοῖσι φαρμάκοισι καὶ λιμῷ χρὴ ἰῆσθαι. »

[4] Jean Marie André, 2006, p. 261.

[5] Celse, De medecina, VI, 11.

[6] Arétée de Cappadoce, Des causes et des signes des maladies aiguës et chroniques, livre I, chap. 9.

[7] Ibidem.

[8] Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXVIII, 50, 3.

[9] Hippocrate, Ulcères, VI, 410, 2-3 (Littré)

[10] Galien, Sur les tumeurs contre nature, VII, 727, 7-9 (Kühn).

[11] Galien, Commentaire à Hippocrate. Épidémies II, V, 10, 1.

[12] Celse, De medicina, V, 28, 3, (trad. M. Nisard).

[13] Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXVIII, 74, 2.

[14] J. Jouanna, 1988, pp. 343-360.

[15] Hippocrate, Lettres, décret et harangues, 16.

[16] Hippocrate, Lettres, décret et harangues, 16-21.

[17] Eschyle, Les Suppliantes, v 260-271.

[18] Galien, Commentaire à Hippocrate. Prorrhétique I, 25.

[19] Hippocrate, Maladies, II, 2 : « Si une inflammation du dessous de la langue se produit, la langue enfle ainsi que la région sublinguale […] prenez une éponge que vous plongerez dans de l’eau chaude et appliquez […] Si une inflammation se forme au palais, il y a un léger gonflement et du pus s’y produit […] cautérisez la tuméfaction ; une fois que le pus sort, lavez ce qui peut rester, d’abord avec du nitre et de l’eau tiède, ensuite avec du vin […] »

[20] Ibidem.

[21] Hippocrate, Maladies des femmes, II, c 16.

[22] Hippocrate, Aphorismes, III, 24.

[23] Galien, Le médecin. Introduction, XVII, 1.

[24] Galien, Le médecin. Introduction, XIX, 10.

[25] Eschyle, Les Choéphores, v. 280-281.

[26] Sophocle, Les Trachiniennes, v 1026-1030 et 1053-1055 : Θρῴσκει δ´ αὖ, θρῴσκει δειλαία διολοῦς´ ἡμᾶς ἀποτίβατος ἀγρία νόσος […] Πλευραῖσι γὰρ προσμαχθὲν ἐκ μὲν ἐσχάτας βέβρωκε σάρκας, πλεύμονός τ´ ἀρτηρίας ῥοφεῖ ξυνοικοῦν.

[27] J. Jouanna, 1988, pp. 343-360.

[28] Sophocle, Philoctète, v 265-267.

[29] Euripide, Médée, v. 1186-1189 et 1197-1201 : χρυσοῦς μὲν ἀμφὶ κρατὶ κείμενος πλόκος θαυμαστὸν ἵει νᾶμα παμφάγου πυρός͵ πέπλοι δὲ λεπτοί͵ σῶν τέκνων δωρήματα͵ λεπτὴν ἔδαπτον σάρκα τῆς δυσδαίμονος […] οὔτ΄ ὀμμάτων γὰρ δῆλος ἦν κατάστασις οὔτ΄ εὐφυὲς πρόσωπον͵ αἷμα δ΄ ἐξ ἄκρου ἔσταζε κρατὸς συμπεφυρμένον πυρί͵ σάρκες δ΄ ἀπ΄ ὀστέων ὥστε πεύκινον δάκρυ γναθμοῖς ἀδήλοις φαρμάκων ἀπέρρεον.

[30] Hippocrate, Des maladies des femmes, c. 66.

[31] Hippocrate, De la dentition, c. 30-31-32.

[32] Hippocrate, Des Épidémies, III, c. 6 sqq.

[33] Hippocrate, Des maladies des femmes, c. 66.

[34] Hippocrate, De la dentition, c. 30-31-32.

[35] Homère, Iliade, XXIII, 181-182.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Jean-Victor Vernhes propose une étymologie du grec « nosos », « maladie »

► ETYMOLOGIE GRECQUE,   λύχνος n° 148, novembre 2017, quarantième année, article huit.

Une étymologie pour ἡ νόσος,

‘la maladie’ ?

 

Couverture de l’hebdomadaire littéraire et satirique Loukomorié, n°11, 1916 (Wikicommons)

 

Pour ce mot, « aucune étymologie en vue », nous dit Chantraine dans son DELG (Dictionnaire étymologique de la langue grecque) ; « <?> », dit Beekes, dans son Etymological dictionary of Greek, en ajoutant : «There is no good etymology. » On a la forme νοῦσος chez Homère et Hérodote.

1. Préliminaires.

Nous allons avoir besoin, pour ce qui suit, de garder à l’esprit les traite­ments du groupe *-sw- (ou *-σF[1]-) en grec ancien. Il y a à distinguer deux époques :

Époque I. Elle concerne les -σ- primaires hérités de l’indo-européen. Un groupe intervocalique *σF avec -σ- primaire s’efface avec allongement de la voyelle précédente. Ainsi le nom du temple repose sur un étymon *νασFός, d’où νᾱός (conservé en dorien), d’où νηός (ionien), d’où νεώς (attique), avec métathèse (c’est à dire interversion) des longueurs des voyelles[2].

Époque II. Elle concerne le groupe intervocalique *σF avec -σ- secondaire : un -σ- créé par le grec, non indo-européen, et donc d’apparition plus tardive. Nous en avons un bon exemple dans ἴσος ‘égal’, dont la forme ancienne (attestée en béotien) est FισFος. Chez Homère on a ἶσος : notez le ῑ long. À l’origine de ces formes on pose souvent *widswos (en supposant une parenté avec *weid- ‘voir’). Ici donc le s vient de *-ds- : c’est un sigma secondaire. La forme ancienne FισFος est traitée par effacement du F (avec allongement du ι dans la langue épique).

2. Reprise d’une hypothèse envisagée et abandonnée.

Michel Lejeune[3] a envisagé (« avec hésitation », dit Chantraine) de poser pour νόσος un étymon *νοσFος[4] avec un -σ- secondaire qui serait issu de dentale + σ (*τσ ou *δσ). Ceci dit, le mot reste pour lui « sans étymologie » : en effet, on ne voit ni à quelle famille étymologique ni à quelle structure morphologique on pourrait rattacher *notswos ou *nodswos.

Cette hypothèse pose nécessairement un -σ- secondaire créé par le grec et non un -σ- primaire hérité de l’indo-européen, car un groupe intervo­calique *σF avec -σ- primaire serait traité comme nous l’avons vu : il s’effacerait avec allongement de la voyelle précédente.

Le -σF- de l’étymon *νοσFος avec un -σ- secondaire proposé par Lejeune sera traité de la même façon que celui du FισFος que nous avons vu : effacement du F, d’où νόσος (avec allongement dans la langue épique : νοῦσος[5]).

Nous nous contenterons de ces indications pour montrer l’état actuel de la question. Il ne serait pas bien utile d’en esquisser tout un historique. Passons plutôt à l’exposé de l’hypothèse que nous proposons.

Nous proposons de poser, à l’origine de νόσος, un étymon *noswos, construit sur la racine *nes[6], qui signifie ‘le salut’, et qui associe cette notion à divers contextes. Nous la trouvons dans ὁ νόστος, ‘le retour’ : dans un monde dangereux, le retour dans sa patrie ou dans sa maison, c’est le salut.

Voyons comment se posent, dans notre hypothèse, les problèmes de morphologie, de sémantique et de phonétique.

3. La morphologie.

Un *noswos formé sur la racine *nes- appartiendrait à un type de formation bien connu : il s’agit du petit groupe de formes nominales à suffixe -*wos sur degré o de la racine. Ainsi :

μόνος ‘seul’ < *μόνFος, sur la racine de μένω ‘rester’ ; ionien μοῦνος. Il a été montré par Michèle Biraud, sur exemples homériques, que ce mot « caractérise l’élément qui reste quand on a retiré tous les autres, en particulier le guerrier qui continue à combattre après le repli de ses alliés (Iliade, 11, 405, 467 et 17, 472, etc.)[7] » Il y a là du « Εt s’il n’en reste qu’un, je serai celui-là. »

ὅλος ‘tout entier’ < *solwos ; ionien οὖλος. Sanscrit salva-, latin salvus, ‘sain et sauf’:

ὁ κόρος < κορFος ‘le garçon’ (la forme κορF- du radical est attestée en arcadien). Féminin κόρη ; ionien κοῦρος et κούρη.

4. Lever de bras au ciel.

Je vois, cher lecteur, que déjà vous levez les bras au ciel en repérant deux gros problèmes dans ce qui vient d’être avancé.

D’abord comment faire dériver d’une racine signifiant le salut un mot désignant la maladie ?

Ensuite, notre étymon *noswos ne comporte-t-il pas un -s- primaire ? Or nous avons vu, illustré par l’exemple de νᾱός, que dans ce cas le traitement du groupe intervocalique *-sw- est la disparition de la sifflante avec allongement de la voyelle précédente. Ne sommes-nous pas en train d’appliquer étourdiment à notre hypothétique *noswos le traitement, plus tardif, de *-sw- avec -s- secondaire, comme dans le cas de ἴσος < FισFος ? Ou bien de transposer sur *-sw-, tout aussi étourdiment, les traitements que nous avons vus pour *-nw-, *-lw-, *-rw ?

Nous voici en effet avec sur les bras un gros problème sémantique et un problème phonétique plus gros encore. Nous allons étudier les deux.

  1. La sémantique.

Construit sur la racine *nes, le mot serait originellement en rapport avec la notion de salut. Cette notion, quand il s’agit d’état de santé, exprime l’idée de guérison. On aurait donc eu, dans νόσος, un glissement d’un sens lié à l’idée de santé vers le sens de maladie.

Or nous observons un glissement comparable en latin dans le terme valetudo, dérivé de valeo, ‘être fort, bien portant’. Ce nom a signifié d’abord ‘bonne santé’, puis ‘état de santé’, bon ou mauvais, et même, finalement, ‘mauvais état de santé, maladie’. En dérive, avec ce dernier sens, valetudinarius ‘malade chronique, valétudinaire’. Si les aléas de l’évolution de la langue ne nous avaient conservé de cette famille que le mot valetudinarius, rien ne nous permettrait de soupçonner que son origine étymologique est un mot signifiant ‘santé’.

Et sur notre mot ‘santé’ on peut faire des observations analogues. Il représente le latin sanitas, dérivé de sanus ‘sain’. Il en a le sens positif quand on lève son verre en criant « Santé ! », ou quand à l’occasion des vœux de nouvel an on souhaite à ses amis toutes sortes de bonnes choses « …et surtout la santé ! ». Le sens est plus neutre quand on parle d’un ‘état de santé’. Mais quand à une personne mal en point on dit « Et votre santé ? » ou quand sur la devanture d’un magasin on lit « Fermé pour raison de santé », c’est de maladie qu’il est question. Même dérive sémantique que pour valetudo.

Une dérive sémantique analogue va peut-être nous apparaître en étudiant en russe la racine бол- bol-.

Dans une série de mots, dont certains sont bien connus, cette racine exprime l’idée de grandeur : большой bol’šoï ‘grand’ (qui ne connaît le Bolchoï, le grand théâtre de Moscou ?) ; большевик bol’ševik ‘bolchevik’ (au sens premier ‘majoritaire’), etc.

Or dans une autre série de mots russes, бол- exprime l’idée de souffrir : боль bol’ ‘douleur’, болеть bolet’ ‘souffrir’, etc.

En russe contemporain il y a bien sûr simple homonymie entre бол- ‘grandeur’ et бол- ‘souffrir’. Mais, historiquement, on peut se demander s’il n’y a pas une parenté étymologique entre les deux.

La question a été étudiée par Éric Dieu dans un article sur «L’étymologie du comparatif vieux-slave болии boljii »[8]. Ce comparatif signifie ‘plus grand’. Il se rattache, bien entendu, au groupe de большой bol’šoï ‘grand’, etc.

L’auteur montre la fragilité de l’étymologie qu’on en donne habituellement, qui est le rapprochement avec le sanscrit bálam ‘force’, et propose, de façon plus convaincante, « une parenté de болии boljii avec les formes grecques et arméniennes issues de la racine *h3bhel- ‘augmenter, accroître’, à savoir la famille de gr. ὀφέλλω ‘augmenter, accroître, faire grossir, faire prospérer’… » (p. 262).

Se pose le problème de son vocalisme o. Du point de vue formel, celui-ci s’expliquerait bien, dit l’auteur, par une adéquation du vocalisme de cette forme à celui du verbe dont nous avons vu plus haut la forme actuelle : болеть bolet’ ‘souffrir’, « qui se présente pour la forme comme un ancien parfait (dans lequel le vocalisme o est la norme[9]), et qui en constituerait l’assise verbale. » (p.268).

Encore faut-il que le groupe de болеть bolet’ ‘souffrir’ soit un rameau de celui de большой bol’šoï ‘grand’. On se demande quelle évolution séman­tique lui a fait prendre ce sens de ‘souffrir’ « et rien dans les textes ne nous laisse entrevoir quelle pourrait être l’origine de ce sens » (p. 269)[10].

« On a parfois pensé à un tabou euphémistique[11], par lequel le verbe signifiant ‘être malade’ serait issu d’un sens positif… Cette idée de tabou n’emporte pas la conviction. » (p. 269).

Éric Dieu suggère une autre hypothèse dans les pages 271 et suivantes de son article : le sens de ‘grand’ dériverait vers un sens péjoratif en passant par celui de ‘trop grand, excessif’. Le verbe болеть bolet’ aurait pu évoluer ainsi, « en partant de l’idée d’abondance, d’où de surabondance, d’excès, et en passant de là à celle de mal, puis, par spécialisation, à celle de maladie. » L’auteur indique des parallèles typologiques, comme nos expressions ‘c’est un comble’, ou ‘ça dépasse les bornes’, etc…

Sur ce point nous suivrons un autre chemin, car, si de tels glissements sémantiques existent, en ce qui concerne bol- on constate plutôt, à partir du sens de ‘grand’, des passages à une valeur méliorative. Nous tirons parti, ici, d’indications données par le même auteur dans sa thèse. En serbo-croate et en slovène le comparatif de l’adjectif signifiant ‘bon’ est formé sur ce thème bol-. De plus, « en vieux slave, болии boljii est fréquemment employé… en un sens proche de celui de ‘meilleur’[12]. »

Faut-il, à partir de cela, revenir à l’explication par un redoutable tabou linguistique ? Nous pensons plutôt, du fait qu’on ne parle pas de corde dans la maison d’un pendu, comme dit le proverbe, que le verbe болеть bolet’ a dû suivre une évolution comparable à celle, que nous avons vue plus haut, du mot santé : en rendant visite à un malade, on ne lui dit pas : « Et votre maladie ? » ; on lui dit : « Et votre santé ? » ou « Est-ce que vous allez mieux ? ». Par son association, établie par l’usage, à de tels contextes situationnels, le mot en vient à signifier allusivement la maladie. La différence est que pour болеть bolet’ on n’a pas d’attestation du sens positif qui serait le sens le plus ancien, et qui aurait été complètement gommé : mais n’avons-nous pas remarqué la même chose pour le latin valetudinarius ?

Il m’est arrivé d’être hospitalisé quelques semaines. Tous les matins passait une infirmière qui posait les questions rituelles, demandant si on a bien dormi, si on souffre, etc. L’une des infirmières était d’origine russe. Remarquant que j’avais apporté un manuel de russe, elle me posait ces questions en cette langue, me disant : « болете bolet’e ‘vous souffrez’?[13] »

Alors je me suis mis à imaginer qu’il y a des siècles cette formule signifiait ‘vous allez bien ?’ ou ‘vous allez mieux ?’, et qu’à force d’être tout spécialement associée à de telles situations elle a évolué vers le sens actuel. Les parallèles que nous avons vus en français et en latin invitent à le penser.

On peut concevoir une évolution semblable pour νόσος, sur la racine *nes-, dont le sens de base est ‘sauver’, avec, ici également, effacement de toute trace d’un sens ancien qui serait celui de ‘sauver de la maladie, ramener à la santé’. Cette racine a bien eu cet emploi. On le trouve en germanique : on a en gotique gánisan ‘être guéri, sauvé’ (allemand genesen).

Nous n’en trouvons pas trace en ce qui concerne νόσος. Il se serait complètement effacé, tout comme s’est effacée dans valetudinarius l’idée originelle de santé.

Y a-t-il des parallèles dans d’autres langues ? Que nos lecteurs, s’ils en connaissent, nous le fassent savoir.

  1. La phonétique.

Nous allons commencer ici par un excursus.

Voyons l’Introduction du Dictionnaire de Dauzat[14]. En page XI, il nous présente un aspect de la phonétique historique du français : « La langue a réagi contre diverses évolutions. Les forces conservatrices, représentées par le barreau, les grammairiens… s’efforcent d’en enrayer un certain nombre. »  Dauzat donne comme exemple le passage à é du wé issu du e fermé accentué (ainsi dans monnaie). Cela s’est produit au XIVe siècle. Mais la prononciation wé a presque partout été volontairement restaurée ou maintenue, sous l’influence des couches supérieures de la société, et a subsisté jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Nous voyons par là comment des phénomènes socio-linguistiques contrarient le jeu de la phonétique.

Nous avons en grec un bel exemple d’enraiement de l’évolution phonétique sous l’effet de forces conservatrices, à propos de la prononciation du η. On signale souvent que, dès l’époque classique, on observe la tendance du η à passer à la prononciation i. Les fameuses ardoises de l’Académie sont remarquables sur ce point. Il s’agit de seize plaques de schiste où des écoliers athéniens ont fait des exercices d’écriture. On les date de la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C. On remarque des mots où ils ont écrit I au lieu de H : ΑΘΙΝΑ, ΑΡIΣ, ΔΙΜΟΣ au lieu de ΑΘΗΝΑ, ΑΡΗΣ, ΔΗΜΟΣ. Cela révèle une prononciation populaire. Les processus phonologiques étaient en place au cœur de la langue pour le passage à i. Ils commençaient à se manifester, mais la norme sociale a mis le holà et leur a opposé un coup d’arrêt. Le dossier a été bien analysé par Claude Brixhe[15].

Ce phénomène d’enraiement du jeu de la phonétique, avec préservation d’un état ancien sous l’effet de facteurs sociaux, peut concerner non pas un phonème maintenu sous l’influence des classes dominantes, il peut aussi concerner un mot, et être le fait de divers groupes sociaux.

Ainsi, pour le nom du porc, nous avons en grec ὗς et σῦς ; cette dernière forme, tout comme le latin sus, représente le prototype indo-européen *sûs. La forme grecque régulière est ὗς, la sifflante initiale étant devenue un souffle noté par l’esprit rude. Dans σῦς nous avons le maintien irrégulier de cette sifflante. On peut penser ici à un facteur socio-linguistique : dans des milieux ruraux on avait toute la journée maintes et maintes occasions de parler du porc, et de prononcer le mot σῦς ; dans cette incessante pragmatique du cochon, le mot se maintenait sous cette forme[16]. En outre ces milieux, plus ou moins à l’écart des évolutions de la société, en ces temps étrangers aux unifications médiatiques actuelles, étaient souvent conser­vateurs de choses anciennes. Les dictionnaires étymologiques, ne prenant pas en compte ces phénomènes d’enraiement et de conservation, se perdent en supputa­tions sur l’origine de σῦς.

Des étymologies s’éclairent quand on admet ces phénomènes de conservation par enraiement des mécanismes phonétiques réguliers, même si on ne voit pas toujours quelles circonstances en sont la cause.

Prenons le cas de νίσομαι ‘revenir’ (avec -ί- long), apparenté à νέομαι (même sens), à νόστος ‘retour’, etc. Ces mots appartiennent à notre racine *nes-. On a proposé de faire venir ce verbe νίσομαι de *νί-νσ-ομαι : formation thématique de type τίκτω, γίγνομαι, avec redoublement en i, et degré zéro de la racine. Cet étymon est morphologiquement et sémantiquement parfait, mais la phonétique semble poser une difficulté insurmontable : le traitement ancien d’un -νσ- intervocalique est la chute du -σ- et l’allongement de la voyelle précédente[17]; on aurait donc *νί-ν-ομαι avec -ί- long. Mais le traitement récent est la chute du -ν-, toujours avec allongement de la voyelle précédente[18].

Consultons la Grammaire homérique de Chantraine, tome I. En pages 171 et 313, pour raisons phonétiques, il écarte, quoique de façon un peu dubitative, l’hypothèse *νί-νσ-ομαι, en renvoyant à un article de Meillet qui propose de poser un verbe sigmatique *n°s-so- . Mais que serait cette structure ? Un étrange désidératif sur degré zéro, avec point vocalique de timbre i ? En outre, cela donnerait un i bref[19]. Continuons à consulter la Grammaire homérique de Chantraine : en page 440, note 2, il en vient à songer pour νίσομαι à un traitement récent de *νί-νσ-ομαι. Sans doute a-t-il, dans cette note, écouté son intuition[20]. Prolongeons-la en ajoutant que si l’on admet qu’un certain facteur social a pu, enrayant la phonétique, conserver *νί-νσ-ομαι jusqu’à l’époque où a fonctionné le traitement récent du groupe -νσ-, le problème est résolu.

On peut tenter de comprendre quel fut ce facteur social. Le verbe νίσομαι est un mot poétique, étranger au vocabulaire courant, et venant du vocabulaire épique. Les aèdes, dans leur monde à part où s’effectuait la transmission de l’épopée, dans la répétition et la vénération du modèle oral offert par les maîtres, ont pu conserver longtemps le mot sous sa forme la plus ancienne. Le processus a même pu avoir lieu du temps où se constituait la langue épique.

Revenons à l’étymon *noswos que nous proposons. Le traitement régulier de -sw- avec –s- primaire (durant ce que nous avons appelé ‘Époque I’) devait le faire aboutir à *νοῦος, qui, si on se place dans notre hypothèse, doit avoir existé.

Admettons que *noswos ait pu se conserver durant cette ‘Époque I’, ait pu survivre jusqu’à l’arrivée de ce que nous avons appelé ‘Époque II’, et que se soit alors relâché l’enraiement qui en assurait la conservation. Alors cette forme sera traitée selon les lois phonétiques de cette ‘Époque II’: son -sw- sera traité de la même façon que celui, avec -s- secondaire, du FισFος que nous avons vu : effacement du F, d’où νόσος.

Mais de quel milieu social peut venir cet enraiement conservateur ? Ce ne peut être que de milieux où il est beaucoup question de νόσος, de santé, de maladie, de guérison. On peut songer à des pratiques et à des formules rituelles dans les temples d’Asclépios. L’origine de ces institutions guérisseuses remonte à la nuit des temps. Remonte également à la nuit des temps la pratique médicale, où il est sans arrêt question de νόσος. Ce sont là des contextes où l’on parle de guérison dans une ambiance de maladie.

Et qu’a-t-il pu advenir de *νοῦος, aboutissement régulier de notre hypothétique étymon *noswos ? Phonétiquement, c’est *nōos, avec une suite en hiatus de deux o fermés : le résultat serait, par contraction, un *νοῦς qui se confondrait avec le νοῦς < νόος signifiant ‘l’esprit’. Le mot ne serait pas viable.

  1. Une autre voie ?

Une autre voie est possible pour expliquer cette déviation par rapport à la phonétique grecque normale que serait *noswos > νόσος. Le mot pourrait venir d’un parler indo-européen de substrat, voisin du grec, mais dont le fonctionnement phonétique ne serait pas exactement celui du grec. Nous songeons ici à ce qui a été appelé ‘préhellénique B’ : une langue … « qui est décelée par la présence, en grec, d’un vocabulaire indo-européen, mais dont les formes ne correspondent pas à l’évolution phonétique connue du grec.[21]»

Mais nous songeons aussi, et surtout, aux recherches en cours et partiellement publiées de Romain Garnier et Benoît Sagot. Pour ces chercheurs, de façon plus vraisemblable, il ne s’agit plus d’une langue préhellénique indo-européenne de substrat, mais de plusieurs langues de cette nature. Dans un article récent, ils se sont efforcés d’identifier l’une d’elles[22].

  1. Conclusion.

Michel Lejeune avait posé pour νόσος un *noswos à s secondaire (< dentale + s). La phonétique grecque était sauve, mais aucune étymologie n’était en vue. Nous proposons un *noswos à -s- primaire, ce qui ouvre la voie à une étymologie morphologiquement valable et sémantiquement plausible, mais soulève un problème phonétique qu’on peut envisager de résoudre par l’une ou l’autre des deux voies que nous venons d’indiquer.

 

Jean-Victor Vernhes

Maître de conférences honoraire

hantant encore l’Université d’Aix-Marseille

 

[1] F note le digamma qui se prononçait w.

[2] Cf. Lejeune, Phonétique historique du mycénien et du grec ancien, § 130, pages 135-136.

[3] Phonétique historique du mycénien et du grec ancien, § 131, p. 136

[4] Nous retrouvons ce *νοσFος dans le Dictionnaire grec-français de Magnien et Lacroix.

[5] Dans νοῦσος comme dans ἶσος, il n’est pas sûr que l’allongement soit de nature phonétique : il doit plutôt être dû à la nécessité de sauvegarder le rythme du vers épique après la disparition du F. Chez Hérodote, qui emploie toujours le verbe correspondant sous la forme νοσέω, la forme νοῦσος peut être considérée comme un homérisme.

[6] Νous avons, dans deux articles, rattaché en outre à cette racine :

— νόσφι ‘à l’écart’ (ce qu’on met ‘de côté’, c’est pour l’épargner, le sauver). Cet article, paru en janvier 2002 dans le numéro 90 de ‘Connaissance hellénique’, formule papier, est consultable sur :

https://www.academia.edu/19249300/An_etymology_for_νόσφι_far_from_away_from_apart_from_

— ὁ νοῦς < νόος ‘l’esprit’ qui fait qu’on échappe à toutes les embûches. Article paru en novembre 2012 sur notre λύχνος en ligne, et consultable sur : http://ch.hypotheses.org/626.

[7] Cf. la notice μόνος dans le Supplément au dictionnaire de Chantraine.

[8] Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 2008, fasc. I, p. 255-282.

[9] Cf. en grec les parfaits actifs à vocalisme o : λέλοιπα, de λείπω, ‘laisser’, etc.

[10] L’adverbe больно bol’no ‘douloureusement’ peut prendre familièrement la valeur de ‘extrêmement’. On a voulu y voir la survivance d’un sens ancien de ‘grandement’. Ainsi dans Serguei Sakhno, Dictionnaire russe-français d’étymologie comparée (Paris 2001), p. 44-45. Mieux vaut sans doute y voir le même glissement sémantique que dans les emplois superlatifs familiers de furieusement, terriblement, vachement, diablement

[11] Ce tabou, dit aussi tabou linguistique est ce qui fait que, par exemple, on évite de prononcer le nom d’une divinité par crainte de mettre en jeu des forces redoutables. Nous avons effleuré la question dans un article sur l’étymologie de ἡ μῆνις, ‘la colère’, à consulter sur :

https://www.academia.edu/10621754/An_etymology_for_une_étymologie_pour_ἡ_μῆνις_anger_la_colère_

[12] Éric Dieu, Le supplétisme dans les formes de gradation en grec ancien et dans les langues indo-européennes (Genève 2011), page 338.

[13] Rassurez-vous, cher lecteur, ma réponse était niet.

[14] Albert Dauzat, Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris 1938. Introduction, p. XI.

[15] Claude Brixhe, Les ‘ardoises’ de l’Académie, histoire exemplaire d’un dossier délicat, dans PHILOKYPROS, Mélanges de philosophie et d’antiquités grecques et proche-orientales dédiés à la mémoire d’Olivier Masson, Universidad de Salamanca, 2000.

[16] Dans la morphologie également, on voit le rôle de la répétition dans le freinage de l’évolution linguistique. Les verbes irréguliers qui ont gardé une structure archaïque comme l’alternance vocalique (λείπω/ἔλιπον/λέλοιπα) sont des verbes très usités. Ceux qui ont gardé la structure la plus archaïque, le supplétisme, formation des divers thèmes d’un même verbe sur des radicaux différents (λέγω/εἶπον/εἴρηκα) sont extrêmement usités.

[17] Cf. Lejeune, Phonétique, §123, p. 128.

[18] Cf. Lejeune, Phonétique, §124, p. 129.

[19] Nous laisserons de côté les autres hypothèses, qui ne sont pas plus satisfaisantes.

[20] Mais dans son dictionnaire il n’en parle plus.

[21] Bernard Sergent, Les Indo-Européens, histoire, langues, mythes (Paris 1995), page 141.

[22] Romain Garnier et Benoît Sagot « A Shared Substratum between Greek and Italic », in Indogermanische Forschungen 122/1, 2017, 29-60.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts