Archives par mot-clé : lundi de Pentecôte

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°46)

► ὁ λύχνος n° 156, juillet 2020, article deux.

Lundi de Pentecôte

Mangeâtes-vous le jour de Pentecôte

à la cour du roi Arthur ?

Illustration par Gustave Doré de Camelot, dans Les Idylles du Roi, d’Alfred Tennyson, 1868.

 

Le lundi de Pentecôte recèle d’adorables délices buissonnières. On ne sait plus trop si le jour est férié ou travaillé depuis qu’un premier ministre a plus ou moins aboli ce congé. Ce fut en tout cas pour moi l’occasion rêvée de gambader enfin, après 55 jours de confinement, dans les monts de l’Etoile, du côté de Mimet, peut-être le plus beau village qui soit entre Aix et Marseille.

D’ailleurs, je ne sais si ces jours de réclusion passés ne sont pas à l’image de ce lundi de Pentecôte : on était au travail mais on était à la maison, on vaquait à ses activités mais on était un peu en vacances, période incertaine semblable à l’eau du canal de Martigues dont on ne sait si elle appartient à l’étang de Berre ou à la mer Méditerranée.

En France, seules Pâques et Pentecôte ont ce privilège d’avoir un lundi férié, honneur peut-être dû à l’ancienneté de ces deux fêtes. Héritage juif, elles furent les deux premières fêtes du christianisme. Etrangement, si Pâques est un nom araméen, Pentecôte est un nom grec. Il date de l’époque où le judaïsme de la diaspora autour de la Méditerranée avait adopté le grec et même fait traduire la Bible en grec.

 1. Un mot grec du judaïsme

Pentecôte vient du grec ἡ πεντηκοστὴ (ἡμέρα) [hè pentèkostè (hemèra)] « le cinquantième (jour) ». Cela repose sur un savant calcul. Sept étant un chiffre tabou et sacré, on doit se reposer (comme Dieu) au septième jour. Et surtout, on doit se reposer plus encore, sept fois sept jours après Pâques, soit quarante-neuf jours. Vous allez me dire, pourquoi ce jour est-il appelé cinquantième ? Pour la même raison que l’on dit « on se voit dans huit jours » alors que la semaine ne fait que sept jours. L’habitude des Grecs dans l’Antiquité était de compter aussi le jour entamé en plus des jours passés : après deux jours, on est au troisième jour ; après quarante-neuf jours, on est au cinquantième jour. Dans le judaïsme grec, cette fête a deux noms Pentèkostè : le « cinquantième » jour, ou bien la fête « des semaines », parce qu’elle arrive après une « semaine » non pas de sept jours, mais de sept semaines. C’est ce nom de « semaines » qu’elle a gardé aujourd’hui en hébreu (Chavouot).

La première attestation du mot Pentèkostè apparaît dans le Deuxième livre des Macchabées qui raconte les débuts de la résistance juive aux Séleucides. En 163 avant J.-C., Judas Macchabée arrive auréolé de victoires à Jérusalem « comme la fête des semaines était imminente » τῆς τῶν ἑβδομάδων ἑορτῆς οὔσης ὑπογύου (2 Macchabées 12,31). La coutume voulait en effet que tout juif qui le pouvait montât à Jérusalem lors de cette fête, comme à Pâques et à la fête des Tentes à l’automne. « Mais après le jour appelé cinquantième » μετὰ δὲ τὴν λεγομένην πεντηκοστὴν (2 Macchabées 12,32), la guerre reprend pour Judas Macchabée et les siens contre les Grecs. Le lundi de Pentecôte est guerrier chez les Macchabées ! Fête juive rappelant le don de la Loi au Sinaï, Pentecôte devient fête chrétienne de la descente de l’Esprit saint sur les apôtres.

2. De Pentecoste à Pentecôte

Au début, avons-nous dit, les chrétiens n’avaient que Pâques et Pentecôte. Ils enviaient peut-être un peu les païens et toutes leurs fêtes. Tertullien (env. 160 – 220) dans son De idolatria, ch. 14, essaie de les consoler en leur disant que les païens n’ont « ni dimanche ni Pentecôte » (Non dominicum diem, non Pentecosten), que la fête du dimanche revient tous les huit jours, et que les chrétiens ont entre Pâques et Pentecôte cinquante jours de fête, soit plus que toutes les « solennités idolâtriques ». En tout cas, le nom grec avait été adopté par les chrétiens de langue latine sous la forme Pentecoste. De là le mot est passé en français sous la forme de Pentecouste, tel qu’on le trouve dans la fin du Roman de Lancelot dans certains manuscrits (Bibliothèque nationale 110, f. 404v). C’est le jour de Pentecôte que la Table ronde fut fondée à Camelot et c’est le jour de Pentecôte que le roi Arthur convie ses barons à sa cour : « manda a tous ses barons qui de lui tenoient terre qu’ils fuissent le jor de Pentecouste a cort. » On écrivait dans certaines régions : Pentecouste, mais dans d’autres régions, ce passage du o latin au ou français a été empêché, entravé, par la présence du s, et l’on a garé la forme latine : Pentecoste. Dans le même roman de Lancelot, § 68 (éd. Micha), le roi Claudas demande à ses serviteurs envoyés chez Arthur : « — Manjastes vos le jor de Pentecoste a la cort le roi Artu ? » C’est cette prononciation attestée dans certains manuscrits qui a perduré jusqu’à la chute du s avant consonne à partir de la fin du XIIe siècle quand teste devint tête, asne : âne et Pentecoste : Pentecôte. Nous voilà arrivés à notre Pentecôte.

Cette fête ne cesse d’inspirer toujours la même joie, même si c’était plutôt dès le samedi, veille de Pentecôte (et non un lundi), qu’Arthur réunissait sa cour : il avait même tant assemblé (de barons) à la veille de Pentecôte que personne ne put s’empêcher de s’émerveiller à leur vue « si en i ot tant assemblé a la veille de Pentecoste qu’il n’est nus, s’il les veist, qui ne s’en put merveillier. » C’était là une époque visiblement très arriérée où l’on ne pratiquait pas encore la « distanciation sociale » ni les « visio-conférences » ! Ainsi finit le roman de Lancelot, ainsi finit cet article.

 

Christian Boudignon

Maître de conférences de langue et littérature grecques

Université d’Aix-Marseillle

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts