Archives par mot-clé : lire HOmère en grec

Paul Challobos : Ésope, Homère et saint Luc pour les jeunes (et les vieux)

 ► ὁ λύχνος n° 154, novembre 2019, article dix

Esope servant deux prêtres, image de Francis Barlow pour une traduction anglaise des “Fables” d’Esope, 1687 (Wikicommons)

 

Pour lire du grec : quatre ouvrages scolaires annotés à l’intention des jeunes hellénistes

 

De nombreux éditeurs d’ouvrages scolaires publiaient autrefois à l’intention des jeunes hellénistes des Lycées et Collèges des éditions de textes grecs accompagnées d’introductions, de notes souvent nombreuses, et parfois d’un lexique. On peut aujourd’hui, avec de la chance, les trouver d’occasion.

Nous avons déjà mis à votre disposition la Petite Odyssée d’Éloi Ragon. Elle apporte à quiconque possède les bases du grec d’accéder à la lecture d’Homère dans le texte.

Elle vous avait été présentée dans notre numéro de juillet 2018.

https://ch.hypotheses.org/2244

Voici maintenant quatre nouveaux textes.

Ces ouvrages peuvent être commandés sous forme numérique ou papier à l’adresse suivante : connaissancehellenique@gmail.com

Certaines des notes accompagnant ces textes renvoient à la Grammaire grecque du bon Éloi Ragon dans sa version d’origine, antérieure à la version remaniée de 1952, celle qu’on trouve en librairie. La table de correspondance entre les deux versions est à votre disposition pour vous permettre de faire usage de ces notes. 

 

  1. Fables d’Ésope

C’est en commençant par ces fables, principale source de celles de La Fontaine, que traditionnellement on se mettait à explorer la littérature grecque. Voici, conçu par Éloi Ragon, à l’intention des élèves possèdant simplement les bases du grec, un recueil de 65 fables graduées, annotées et pourvues d’un lexique complet. Nous vous suggérons de mettre vos pas dans les pas de vos devanciers. Ainsi ces bases seront agréablement consolidées et élargies ; il est de bonne méthode de pratiquer ce recueil avant de se lancer dans la lecture d’Homère ou d’autres auteurs. La première édition est de 1893 : les devanciers dont je vous parle sont de la génération de vos arrière-arrière-grands-parents.

Il vous est conseillé, à ce niveau, pour améliorer et organiser votre vocabulaire, de pratiquer, de compulser, de consulter assidûment Les mots grecs de F. Martin (Hachette). La préface commence par ces mots, dont un de mes amis vous conseille de les faire graver en lettres d’or sur votre cheminée : « La clef de l’étude du grec, c’est l’étude des mots. » Juste une petite remarque sur ce livre : à la page 111, le mot ἡ νόσος ‘la maladie’ est affublé par erreur de l’article ὁ !

 

2. Homère, Iliade, chant premier

Texte grec copieusement commenté et annoté par Éloi Ragon. Première édition 1888. Tout comme dans sa Petite Odyssée, E. Ragon a mis en tête de ce fascicule une succincte grammaire homérique de quelques pages.

La préface, évocatrice de défuntes années, a de quoi nous instruire, nous faire rêver, et aussi nous motiver :

« La présente édition est destinée à rendre facile et courante la lecture d’Homère, assez facile et assez courante pour que la jeunesse de nos collèges puisse goûter par elle-même cette forte et naïve poésie, s’intéresser à ces larges récits, sentir la grandeur de cet art à peine naissant et déjà parfait.

« Supposons un élève de troisième qui possède convenablement la langue de Xénophon. Quand il aura lu nos Remarques sur la langue homérique et appris par cœur la liste de mots poétiques que nous avons dressée, qu’il aborde avec confiance le texte grec sans traduction et, s’il le veut, sans dictionnaire : grâce aux nouveaux secours que lui offrira notre commentaire, il ne sera arrêté dans sa lecture par aucune difficulté de forme, par aucune construction par aucun mot rare et inconnu. »

Je crois tout de même que si je m’initiais ainsi à la langue d’Homère, je copierais ou tirerais à part la liste de mots poétiques, pour l’avoir sous les yeux, Sans doute aimerais-je aussi avoir à portée de la main, pour aide et vérifications, une traduction et un dictionnaire grec…

Après avoir eu le plaisir de lire avec Éloi Ragon ce chant I de l’Iliade, vous pourrez vous mettre ou vous remettre la Petite Odyssée du même Ragon, dont il a été question plus haut. Vous pourrez aussi continuer à lire l’Iliade avec l’ouvrage que voici :

 

3. Homère, Petite Iliade, épisodes choisis

Par l’abbé E. Bertrand. Paris, 1915. « On s’est borné, dit la préface, à prendre dans chaque chant les passages les plus beaux et les plus caractéristiques, les descriptions les plus pittoresques, les comparaisons les plus expressives, les récits les plus vivants, les discours ou les dialogues les plus passionnés ou les plus intéressants ; bref, les pages que l’on s’accorde généralement à reconnaître pour les plus belles, celles qui peignent à la fois les passions humaines et la civilisation d’une époque disparue. »

La conception de l’ouvrage est semblable à celle de la Petite Odyssée de Ragon. L’introduction présente une analyse de l’Iliade, puis une présentation de la langue homérique en 12 pages. Suivent les passages choisis, avec une abondante annotation, et le résumé des passages non retenus, afin que ne soit pas perdue de vue l’unité de l’ensemble. Enfin nous est présenté un Vocabulaire des principaux mots de l’Iliade, en 16 pages. Dans les notes, l’abréviation Voc. Y renvoie.

Si vous pratiquez, outre la Petite Odyssée de Ragon, les deux classiques homériques qui viennent de vous être présentés, vous serez bien vite un bon homérisant. Vous pourrez le constater en suivant en Faculté quelques cours sur Homère.

 

4. Évangile selon saint Luc

Texte établi et annoté par Dom Bernard Botte, O.S.B., 4e édition revue, Paris, 1958. L’ouvrage comporte une introduction, le texte annoté, et un lexique.

Nombreuses sont les personnes pour lesquelles l’étude du grec donne accès aux textes du Nouveau Testament. Il y a un certain décalage entre ce grec et le grec classique, par lequel on commence généralement l’étude du grec, et qu’il faut connaître, ne fût-ce que pour saisir ce décalage, et bien situer historiquement la langue néotestamentaire. Les différences sont dues à l’évolution de la langue, et aussi à d’intéressantes influences hébraïques. L’introduction cerne bien cette question, et les notes renvoient non seulement à ‘Rag.’, c’est-à-dire à la bonne vieille Grammaire grecque de Ragon, mais aussi à ‘Gramm.’, c’est à dire à la Grammaire grecque du Nouveau Testament du même Dom Bernard Botte. On peut la trouver d’occasion sur Internet, ou l’atteindre par le lien suivant :

https://fr.scribd.com/document/278120488/Botte-Grammaire-Grecque-du-Nouveau-Testament-1933-pdf

Paul Challobos,

Helléniste cosmopolite