Archives par mot-clé : « Les lettres grecques »

Jean-Claude Dutto a lu pour vous « Les lettres grecques » et « Tout Homère »

► ὁ λύχνος n° 156, juillet 2020, article sept.

LU POUR VOUS (1)

LES LETTRES GRECQUES, Anthologie de la littérature grecque d’Homère à Justinien, (Sous la direction de : Luigi-Alberto Sanchi ; avec la contribution de : Emmanuèle Blanc, Odile Mortier-Waldschmidt ; préface de : Monique Trédé-Boulmer), « Les Belles Lettres », Paris, 2020, 1632 p., 45 / 65 euros.

Bon, je me dois d’être honnête, je ne peux pas vraiment dire que j’ai littéralement « lu » pour vous cet ouvrage monumental de plus de 1 600 pages. Je me le suis fébrilement procuré en librairie dès sa parution en juin et je l’ai compulsé très attentivement. Ma gourmandise pour la culture grecque se déconfinait allègrement…

Du coup, je n’ai pas pu résister à la tentation de vous en faire une présentation aussi brève que le livre est épais, afin de vous inciter à le découvrir à votre tour, car c’est une initiative de tout premier ordre et un tour de force de réunir, en un seul volume et avec la collaboration d’environ soixante-dix spécialistes, les plus belles pages de cette immense littérature grecque, présentées en langue originale et sans aucune traduction. C’est pourtant ce qui a été accompli sous la direction de l’helléniste franco-italien Luigi-Alberto Sanchi.

Voici donc une anthologie de textes qui s’étale sur plus de treize siècles, organisée en un ensemble de sept sections, partant des débuts « héroïques » (Homère, toujours lui…) et se poursuivant jusqu’à l’antiquité tardive (de Constantin à Justinien), en passant par l’époque archaïque, l’âge classique, subdivisé en Vème et IVème siècles, la période hellénistique et l’hégémonie romaine.

Nous sommes guidés à travers les différentes époques par de précieuses introductions qui replacent les œuvres dans leur contexte historique et culturel. Mais pas seulement, car tout, absolument tout, fait l’objet de présentations, aussi bien les divers genres littéraires que les auteurs et les extraits sélectionnés, de sorte que cet imposant volume constitue une véritable histoire de la littérature grecque.

Un appareil de notes en bas de pages, parfois assez copieux, est destiné à nous faciliter la compréhension des textes choisis, qui couvrent tous les niveaux de langue, tous les styles et tous les genres : l’épopée, la poésie, l’histoire, la tragédie, la comédie, la philosophie, les discours d’orateurs, la fable, les exposés scientifiques, les premiers écrits chrétiens, les sermons et homélies des Pères de l’Eglise…L’ouvrage aborde même des thématiques assez pointues comme la littérature juive de langue grecque ou encore le domaine de l’érudition.

Quelques annexes en fin de volume fournissent des précisions aussi utiles qu’intéressantes sur la métrique grecque, les termes de rhétorique, les particularités dialectales, le tout se concluant sur un tableau chronologique mettant en regard les faits du monde grec et d’autres événements importants du monde méditerranéen.

Bref, même si, comme Monique Trédé, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, en formule le souhait dans son avant-propos, l’objectif ultime de cet ouvrage était de susciter la vocation de nouvelles générations d’hellénistes, il n’en demeure pas moins que ce remarquable travail est digne de figurer dans la bibliothèque de tout honnête homme francophone du XXIème siècle. En témoigne cette citation de Rabelais qui figure en quatrième de couverture : « Grecque, sans laquelle c’est honte que une personne se die sçavant ».

Enfin, pour avoir un assez bon aperçu du volume, il suffit de consulter la page internet suivante : https://fr.calameo.com/read/0052959622050e5ea0d80.

 

LU POUR VOUS (2)

TOUT HOMERE (Sous la direction de : Hélène Monsacré, avec la contribution de : Victor Bérard, Manon Brouillet, Eva Cantarella, Michel Casevitz, Adrian Faure, Xavier Gheerbrant, Giulio Guidorizzi, Jean Humbert, Pierre Judet de la Combe (nouvelle traduction de l’Iliade), Gérard Lambin, Silvia Milanezi, Christine Hunzinger, Postface de : Heinz Wismann) Albin Michel – « Les Belles Lettres », Paris, 2020, 1296 p., 45 euros

Maudite colère ! En fin d’année dernière paraissait, sous la direction d’Hélène Monsacré, « Tout Homère », dans une coédition Albin Michel / Les Belles Lettres. Cette somme, saluée comme une première mondiale, rassemble en un unique volume d’environ 1 300 pages non seulement l’Iliade et l’Odyssée, mais également tous les textes apocryphes attribués à l’auteur, les Hymnes, les pièces à caractère comique ou parodique, et enfin tout ce qui tourne autour de l’œuvre homérique et du personnage lui-même, les fragments du cycle troyen, les scholies et les Vies d’Homère. Bref, un ouvrage incontournable ! Mais ce qui a tout d’abord attiré mon attention, c’est, en ouverture du volume, la toute nouvelle traduction de l’Iliade par Pierre Judet de la Combe, éminent helléniste qu’on ne présente plus. Et, encore plus particulièrement, la façon dont il rend l’ouverture du poème. Je commence donc à lire : « Cette colère d’Achille fils de Pélée, déesse, chante-la ! Je la maudis. » Et là, je m’arrête aussitôt. Tout net ! Mes yeux et mes oreilles étaient habitués à la « colère désastreuse » de Leconte de Lisle, à la très classique « détestable colère » de Paul Mazon, à la quasi identique « colère détestable » de Robert Flacelière, au très racinien « courroux fatal » de Frédéric Mugler, ou bien à la très latine « ire funeste » de Philippe Brunet ou bien encore à « la colère…la pernicieuse » de Jean-Louis Backès. Mais « Cette colère…Je la maudis » ! Ça alors ! C’est une grande première, tout au moins pour ce qui est des traductions du domaine francophone… Dans ces dernières, on comprend que c’est la colère d’Achille qui est source de malédictions, de malheurs, de désastres sans nombre pour les guerriers, tandis qu’ici, c’est plutôt la colère qui, par un renversement singulier, se trouve être la cible de la malédiction de l’aède… Pierre Judet de la Combe s’en explique brièvement dans son introduction : « (…) de manière étonnante (et là est le choc) le poète maudit le thème qu’il demande à la Muse de chanter (« je la maudis ») : cette colère est répugnante, elle a occasionné des milliers de morts grecques et les cadavres des héros tués n’ont même pas été ensevelis ; et, pourtant, c’est ce que la déesse devra chanter pendant vingt-quatre chants en procurant du plaisir aux dieux et à son auditoire. Le poème commence donc sur une dissonance ; des tonalités opposées s’entremêlent. » (p. 44,45) Bien ! Cela dit, je demeure sous l’effet de ma surprise, car le choix du traducteur n’est pas, à mon goût, complètement éclairé par son commentaire, et je dois tout de même mener ma petite enquête en revenant à ces premiers vers grecs que tous les amoureux d’Homère connaissent par cœur : Μῆνιν ἄειδε θεὰ Πηληϊάδεω Ἀχιλῆος οὐλομένην, ἣ μυρί᾿ Ἀχαιοῖς ἄλγε᾿ ἔθηκε Et c’est évidemment sur le terme οὐλομένην qu’il va falloir me pencher, puisque c’est lui qui qualifie la fameuse colère… Premier réflexe, je me précipite sur mon bon vieux Bailly ! Que dit-il à l’entrée οὐλόμενος ? Pour la forme, c’est un participe aoriste second moyen du verbe ὄλλυμι, une forme poétique pour ὀλόμενος. Pour le sens, je retrouve les qualificatifs habituels : « pernicieux, funeste »… Déception ! Je ne vois pas trop ce qui pourrait justifier l’expression « Je la maudis ». Il me faut donc poursuivre ma petite investigation…Je m’en vais alors consulter l’incontournable LSJ (le « Liddel-Scott-Jones, A Greek English Lexicon »). Qu’y trouve-t-on pour οὐλόμενος ? « (…) used as a term of abuse, A. accursed, i.e. one of or to whom the word ὄλοιτο (or ὄλοιο) may be used. ». Ah ! Voilà qui paraît nettement plus intéressant pour mon enquête ! Je traduis : « (…) utilisé comme parole injurieuse, A. maudit, c’est-à-dire quelqu’un à propos de qui ou à l’encontre de qui le terme ὄλοιτο (ou ὄλοιο) est susceptible d’être employé ». La voici donc cette fameuse idée de malédiction répercutée par la traduction de Pierre Judet de la Combe ! Et les deux formes verbales rattachées m’ont tout l’air d’être des optatifs d’ὄλλυμι. Revenons à présent du côté de chez Anatole (Bailly) et vérifions s’il répertorie ces deux formes à l’entrée correspondante de son dictionnaire. Je cherche, je cherche…et je trouve ! « Ὄλοιο, formule d’imprécation, puisses-tu périr ! ὄλοιτο, puisse-t-il périr ! ». C’était donc bien là une façon de maudire : souhaiter à quelqu’un sa perte, sa destruction, son anéantissement… Je comprends mieux désormais la formule imprécatoire de Pierre Judet de la Combe à l’encontre de la terrible colère d’Achille : « Je la maudis ». Et, à vrai dire, je la trouve particulièrement pertinente. Contrairement aux manières habituelles de rendre le participe οὐλόμενος, la malédiction de la colère par le poète crée, dès l’entrée, un effet tout à fait saisissant, un étonnement empreint de « dissonance », comme le dit le traducteur lui-même. Eh bien, c’est décidé ! Cet été, je vais m’atteler à la lecture de cette nouvelle version de l’Iliade en espérant y faire d’autres découvertes aussi passionnantes…

ENTENDU POUR VOUS (3)

« La question de la diglossie grecque »

Un article paru le 8 juillet dernier (2020) sur le site de France Culture (émission « Art et Création »), intitulé « Feuilletez les Mémoires d’Hadrien avec les oreilles », propose de prolonger la lecture du chef-d’œuvre de Marguerite Yourcenar, consacré au plus philhellène des empereurs romains, par une série de bandes sonores visant à mettre en valeur certaines thématiques du roman.

Or, dans ce parcours sonore se trouve une rediffusion du 23 avril 2002, intitulée « Tire ta langue : La question de la diglossie grecque”, ainsi présentée :

« Dans ce documentaire de Yorgos Archimandritis, il est question de la diglossie grecque, à ne pas confondre avec le bilinguisme : dans le cas de la diglossie, on parle une même langue de deux formes différentes. Pour la langue grecque, il s’agit du grec démotique (la langue maternelle) à distinguer de la langue katharevoussa (la langue des puristes) qui maintient le lien identitaire avec la Grèce antique. En écoutant les universitaires interviewés, on comprend que la langue est un sujet sensible pour les Grecs. »

Ce documentaire est principalement porté par Henri Tonnet, linguiste, spécialiste de la langue grecque, qui fut professeur de grec moderne à l’INALCO avant de prendre en 2003 la direction du département néo-hellénique de la Sorbonne (Henri Tonnet a d’ailleurs donné tout récemment une contribution à Connaissance Hellénique sur l’évolution du grec : https://ch.hypotheses.org/3832).

Il m’a semblé que cette bande sonore pourrait intéresser certains lecteurs du site qui se passionnent pour l’histoire de la langue grecque moderne.

En voici le lien:  https://www.franceculture.fr/litterature/feuilletez-memoires-hadrien-yourcenar

Jean-Claude DUTTO

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts