Archives par mot-clé : « Les homélies sur le Notre père »

Paul Challobos, « Qu’est-ce que l’orthodoxie ? »

► ὁ λύχνος n° 157, novembre 2020, article neuf.

Philologie, théologie et confitures

 

Confiture de myrtille (wikicommons)

 

Dans mes promenades sur la toile, j’ai rencontré par hasard la prose rude d’un éminent converti à l’orthodoxie[1], à propos d’une édition et traduction d’homélies de Grégoire de Nysse parue récemment dans la collection Sources chrétiennes[2]. Le sujet devait lui tenir à cœur, et sa disponibilité pour la science – et l’orthodoxie – ne peut qu’être louée : la recension date d’août 2018, soit moins de deux mois après la parution du livre, en juin de la même année ! Il n’y avait rien de plus urgent que de pourfendre une malheureuse préposition (ἐκ) et ceux qui l’avaient honteusement rétablie dans le texte nysséen.

 

Le Saint-Esprit est-il « issu » (ἐκ) du Fils ?

La description du volume n’occupe que peu de place, dans cette « recension » ; le sujet qui intéresse Monsieur Jean-Claude Larchet tient en deux lettres, et se situe dans la troisième Homélie sur le Notre Père, dans un long développement trinitaire qui reprend, entre autres, des développements des traités Contre Eunome (p. 422, 1-426, 5). En effet, depuis le 8e siècle au moins, on bataille pour savoir s’il faut lire, avec toute la tradition manuscrite grecque et la traduction syriaque (6e siècle ?) :

Ὁ γὰρ μονογενῆς υἱὸς ἐκ τοῦ πατρὸς παρὰ τῆς ἁγίας γραφῆς ὀνομάζεται, καὶ μεχρὶ τούτου ὁ λόγος ἵστησιν αὐτῷ τὸ ἰδίωμα, τὸ δὲ ἅγιον πνεῦμα καὶ ἐκ τοῦ πατρὸς λέγεται καὶ ἐκ τοῦ υἱοῦ εἶναι προσμαρτυρεῖται.

« Car le Fils monogène est nommé issu du Père par la divine Écriture (cf. Jn 1, 14.18 ; 3, 16.18 ; 1 Jn 4, 9 ; Jn 16, 28) et la raison arrête sa propriété à ce point, tandis que le Saint-Esprit, l’Écriture et le dit issu du Père (cf. Jn 15, 26), et témoigne en outre qu’il est issu du Fils. »

C’est sur cette dernière affirmation que porte le débat : faut-il lire καὶ ἐκ τοῦ υἱοῦ εἶναι προσμαρτυρεῖται, avec les manuscrits, ou supprimer ἐκ, avec la plupart des éditeurs, et comprendre « et témoigne en outre qu’il est du Fils » ? Le débat mérite d’être mené, mais il faut pour cela rappeler clairement les éléments matériels : la tradition manuscrite grecque ancienne, comme nous l’apprennent les éditeurs, est presque unanime à présenter ce ἐκ ; dans quelques témoins, il est absent[3], dans d’autres, il a été gratté a posteriori[4] – donc il était présent, mais quelqu’un, plus tard et à un moment qu’il est impossible de déterminer, l’a effacé – et dans les autres, il est présent[5] ; en outre, il est également présent dans la traduction syriaque, qu’on peut sans doute dater du 6e siècle. Il faut pousser le raisonnement un cran plus loin : le nombre des manuscrits ne fait rien, ce sont leurs relations généalogiques qui importent ; or les témoins qui ont ou ont eu ἐκ se répartissent dans les principales branches de l’arbre généalogique[6], ce qui assure que cette malheureuse préposition était présente dans le modèle commun de tous ces manuscrits, qui remonte donc en-deçà de la traduction syriaque, donc avant le 6e siècle. Le grand homme qui a recensé ce méchant livre aurait pu présenter les choses plus complètement, et avec moins d’erreurs[7].

Maintenant, que faire ? Monsieur Larchet choisit de privilégier l’approche théologique : Grégoire de Nysse pense sans le ἐκ, comme tous les vrais orthodoxes, donc le ἐκ ne doit pas exister et doit alors être supprimé. Les éditeurs du texte ont choisi une approche différente de celle du redoutable censeur : ἐκ est présent dans la tradition manuscrite, donc il faut chercher à le comprendre, avant de penser à le supprimer.

 

Les mystères et la confiture 

Pourquoi cela m’intéresse-t-il, moi, Paul Challobos ? Parce que cela me ramène à mon enfance, lorsque sur les genoux de ma yaya, à Cythère, elle m’expliquait la vie et la religion de nos pères. Quand je lui demandais : qu’est-ce que c’est, croire ? Elle me disait toujours : lis et écoute, et fais silence.

  • Mais l’orthodoxie sait déjà tout, je n’ai qu’à apprendre ?
  • L’orthodoxie, peut-être, mais Dieu est plus grand que l’orthodoxie.
  • Tu veux dire que l’orthodoxie a tort ?
  • Non, à Dieu ne plaise, mais l’orthodoxie répond parfois trop vite…
  • Alors c’est pour cela qu’il faut lire ?
  • Oui, parce que le texte, quand il est bien écrit, est toujours plus riche qu’on ne le croit. C’est comme la mer, là, en bas : on y découvre toujours quelque chose – même si c’est un vieux pneu… Les grands auteurs, c’est pareil : à les lire, on y découvre toujours plus que ce qu’on y cherche.
  • Mais pour cela, il faut accepter de lire des choses qui ne nous plaisent pas ? Il faut accepter d’être dérangé ?
  • Oui… c’est toujours plus simple de refermer les yeux, de refermer le livre, ou de gratter le mot qui gêne. Mais c’est beaucoup plus intéressant d’essayer de comprendre ce qu’il fait là.
  • Essayer de comprendre ? Il peut y avoir plusieurs réponses ?
  • Bien sûr, un texte n’est jamais univoque, et on n’est jamais sûr d’avoir la bonne clef pour l’ouvrir – tu sais, comme ma jolie petite boîte, pour laquelle j’essaie toujours cinq ou six clefs avant de trouver la bonne ; ce serait beaucoup moins drôle si je ne gardais que la bonne clef, et jetais les autres.
  • Alors il vaut mieux prendre le temps de discuter, comme tu le fais avec tes amies, sous le platane, au bord de la rivière ?
  • Toujours ! C’est en discutant ensemble qu’on avance, que ce soit pour les recettes de confiture – essentielle, la confiture – ou pour approcher des mystères. Mais même après avoir discuté, on n’a pas forcément la réponse.
  • Alors comment fait-on, quand on n’a pas la réponse ?
  • On tâtonne, on essaye, on écoute. Et on essaye encore de comprendre.

 

Essayer de comprendre

 

Alors il a tout faux, Monsieur Larchet ? Disons qu’il s’est laissé emporter par l’esprit de polémique… Il faut dire aussi que l’un des auteurs du volume – Christian Boudignon, le rédacteur-en-chef de ce blog, pour ne pas le nommer – l’avait un peu titillé et avait poussé son explication assez loin ; le poisson a mordu à l’hameçon avec quelque vigueur. Là n’est pas le problème : au lieu d’essayer de comprendre le texte tel qu’il est, et quel que soit le sens qu’on lui donne, Monsieur Larchet dit : ἐκ ne doit pas être là, donc supprimons-le. C’est toujours plus facile de supprimer ce qui gêne. Quand il y a de bons arguments, comme ici, pour dire que ἐκ était bien là, et depuis fort longtemps, au lieu de l’écarter comme empêcheur de penser en rond, autant essayer de comprendre. À lire Grégoire de Nysse, on ne trouve certes pas chez lui une affirmation claire d’une procession de l’Esprit venant du Père et du Fils. Pourtant, si la solution Filioque est peu probable, mais non impossible, au moins comme formulation en passant, il faut surtout lire le texte (avec ἐκ, puisqu’il est là…) sans plaquer sur lui, rétrospectivement, les débats intervenus quatre siècles et plus après lui. Ce n’est pas à la lumière des querelles du Filioque qu’il faut chercher à comprendre, mais dans le contexte d’écriture de Grégoire.

Alors Grégoire n’était pas orthodoxe ? Si bien sûr, mais il n’est ni palamite (ou pré-palamite), ni adversaire du Filioque. La lecture rétrospective n’est pas la plus féconde, qui plaque sur un texte plus ancien des concepts, ou des dogmes, qui n’ont émergé que plus tard[8]. Alors ce malheureux petit ἐκ ne doit pas passer à la casserole avec les calmars que j’ai pêchés près de Cythère : il vaut mieux lui laisser sa place, et essayer de le comprendre.

Paul Challobos

NOTES

[1] https://orthodoxologie.blogspot.com/2018/08/jean-claude-larchet-recension-gregoire.html.

[2] Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père, texte, introduction et notes Ch. Boudignon et M. Cassin, traduction J. Seguin (†), Ch. Boudignon et M. Cassin (Sources chrétiennes 596), Paris, 2018.

[3] Manuscrits A (Roma, Bibl. Angelica, gr. 22, 11e s.), G (Hagion Oros, Monè Grègoriou, 1, 11e s.), Pc (Paris, BnF, grec 1504, 11e-12e s.), D (Vaticano, BAV, Vat. gr. 449, 11e s.), X (Wien, ÖNB, theol. Gr. 160, 11e s.), J (Patmos, Monè tou hagiou Iohannou tou Théologou, 47, fin 10e-début 11e s.).

[4] Manuscrit B (Moskva, GIM, Sinod. gr. 71, 11e s.), W (Vaticano, BAV, Vat. gr. 448, 9e-10e s.), F (Wien, ÖNB, theol. Gr. 42, 12e s.), E (Paris, BnF, Coislin 58, 10e s.), T (Vaticano, BAV, Ottob. gr. 428, 11e s.).

[5] V (Vaticano, BAV, Vat. gr. 2066, 9e s.), M (Messina, Bibl. reg. universitaria, S. Salv. 80, 12e s.), O (München, BSB, Cod.graec. 370, 10e s.), R (München, BSB, Cod.graec. 107, 16e s.), K (Venezia, Bibl. naz. Marciana, gr. Z. 67, 10e-11e s.), Mp (Athèna, Mouseio Benaki, Mp 10, 11e-12e s.).

[6] Voir l’histoire du texte, dans le volume cité n. 2, p. 185-259, et le stemma p. 189.

[7] J.-C. Larchet écrit ainsi « On constate certes que la préposition est présente dans les plus anciens manuscrits, dont l’archétype (du IXe s.) et aussi dans une citation figurant dans le florilège intitulé Doctrina Patrum (fin du VIIe s.), à une époque où la querelle du Filioque n’était pas encore engagée. » On a vu que l’archétype est plus ancien, et plus ancien même que le témoignage de la Doctrina Patrum.

[8] J.-C. Larchet est coutumier du fait ; voir par exemple A. Lévy, « Manque de compréhension œcuménique ? La Théologie des énergies divines de J.-Cl. Larchet : une discussion critique », Istina 55, 2010, p. 213-221.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts