Archives par mot-clé : Hypéride

Jean-Victor Vernhes : Quand Phryné dévoilait son sein, ou Du nouveau sur l’affaire Phryné ?

► ὁ λύχνος n° 153, juillet 2019, article trois.

Phrynè devant l’Aréopage, Jean-Léon Gérôme, 1861, Kunsthalle, Hambourg (wikimédia)

Phryné[1] fut, au IVe siècle av. J.-C., une des plus célèbres courtisanes de l’antiquité grecque. Elle nous est connue par diverses allusions dans les auteurs grecs, et surtout par Athénée, de Naucratis en Égypte, né vers 170 ap. J.-C., auteur d’un important ouvrage intitulé Le Banquet des Sophistes, qui est une mine d’informations sur la Grèce antique, et où par de nombreuses citations nous sont conservés des fragments d’auteurs grecs, de poètes comiques en particulier, dont les œuvres ont par ailleurs sombré. C’est surtout au livre XIII de cet ouvrage (590-591), que nous trouvons des renseignements sur notre personnage : tous nos renvois à Athénée concernent ce livre.

De son vrai nom Mnésarété (Μνησαρέτη ‘celle qui se souvient de la vertu’, Athénée 591e), elle était originaire de Thespies, non loin de Thèbes, et vint à Athènes où elle exerça son art sous le surnom de Phryné, choisi sans doute par humour, car ἡ φρύνη est le nom du crapaud. Bien vite, elle fut dans l’intimité des personnalités les plus en vue. Ses tarifs étaient élevés, et elle devint très riche.

Selon le poète Machon (Μάχων), cité par Athénée (583bc) elle demanda un jour une mine à un client qui ne l’attirait guère ; la mine (ἡ μνᾶ) est une unité monétaire représentant une très forte somme.

Il serait anachronique de la dire croqueuse de diamants, mais on peut la qualifier d’engloutisseuse de navires, à en croire un passage du poète comique Anaxilas, cité par Athénée (558c), où nous est montré ce qui arriva à un armateur fasciné par ses charmes :

Ἡ δὲ Φρύνη τὴν Χάρυβδιν οὐχὶ πόρρω ποιεῖ

Τόν τε ναύκληρον λαβοῦσα καταπέπωκ᾽[2]αὐτῷ[3] σκάφει ;

‘Phryné ne dépasse-t-elle pas de loin Charybde[4], elle qui a pris l’armateur et l’a avalé avec son navire ?’.

Elle aurait offert de rebâtir les murailles de Thèbes abattues en –336 par Alexandre le Grand (Athénée 591d).

Le tableau de Gérôme

Elle doit surtout sa célébrité au procès pour impiété qui lui fut intenté dans les années 340-330 par un certain Euthias. Elle fut défendue par l’orateur Hypéride. Elle était sur le point d’être condamnée à mort lorsque son défenseur retourna la situation par un geste que représente le célébrissime tableau Phryné devant l’Aréopage présenté au salon de 1861 par le peintre Jean-Léon Gérôme (1824-1904). Nous y voyons Phryné à qui Hypéride vient d’arracher son vêtement, et qui, toute honteuse, se trouve nue devant ses juges. Et les juges l’acquittèrent.

Ce tableau a été critiqué sur le plan pictural par des contemporains de Gérôme. Émile Zola le juge sévèrement : « Ce corps de femme, posé gentiment, fera bien au milieu du tableau. Mais cela ne suffit pas, il faut aggraver en quelque sorte cette nudité en donnant à l’hétaïre un mouvement de pudeur, un geste de petite maîtresse moderne surprise en changeant de chemise ». Il y voit « une image habile, un sujet plus ou moins spirituellement traité, une marchandise à la mode. » (Dans Nos peintres au Champ de Mars, in La situation, 1 juillet 1867).

Personnellement, j’irais un peu dans le sens de Zola, à ma façon, en percevant dans ce tableau, plutôt que l’évocation animée d’un événement inouï survenu dans un tribunal de l’antique Athènes, une scène d’atelier où un modèle s’applique à tenir la pose. Quoi qu’il en soit, cette œuvre de Gérôme est une réussite, puisqu’elle est toujours présente dans nos imaginaires.

En 2015 parut chez Actes Sud La première femme nue (titre un peu étrange) de Christophe Bouquerel, roman historique de 1193 pages d’un style incan­descent. Phryné en est l’héroïne. Arielle Chopard en offrit un compte-rendu à Connaissance hellénique :

https://ch.hypotheses.org/1479

Écoutons, dans ce roman, Phryné  évoquant son dévoilement par Hypéride : « …faisant glisser mon châle, il arrache de ses deux mains la fibule qui retient ma tunique légère, dont il baisse soudain les pans sur ma poitrine pour l’exhiber devant tous les juges (p. 593)… De la honte je passe à l’abandon, de l’abandon au défi, et du défi à l’acceptation. Alors mes derniers voiles tombent et j’accepte enfin vraiment d’incarner la déesse, dans un instant frémissant de gloire. (p. 595) » Le souvenir du tableau de Gérôme est à l’œuvre dans le travail d’écriture de l’auteur.

Le dossier des textes sur Phryné

Maintenant constituons le dossier de ce qu’il nous a plu d’appeler l’affaire Phryné. En étudiant les pièces de ce dossier, nous découvrirons que son procès n’eut pas lieu devant l’Aréopage, qu’elle ne se trouva nullement en son plus simple appareil devant ses juges, que sans doute il y eut un geste fort, spectaculaire, dramatique, décisif pour l’acquittement, mais que de ce geste, dont les racines psychiques ne sont pas d’ordre esthétique ni érotique, Hypéride ne fut pas l’auteur.

Voyons les textes parlant du procès.

Nous allons préciser d’abord les rapports affectifs entre les trois personnages : Phryné, l’accusée ; Euthias, l’accusateur ; Hypéride, le défenseur.

Ἐν δὲ τῷ ὑπὲρ Φρύνης λόγῳ Ὑπερείδης ὁμολογῶν ἐρᾶν τῆς γυναικὸς… « Hypéride, qui dans son discours Pour Phryné avouait être épris de cette femme… » Athénée, 590d. Nous disposons d’un texte qui précise les choses : Ὑπερείδης δὲ ἐν τῷ ὑπὲρ Φρύνης … ὅτι αὐτός τε καὶ Εὐθίας ὡμιληκότες[5] ἦσαν τῇ Φρύνῃ «Hypéride dans son discours Pour Phryné (dit que) lui-même et Euthias étaient liés à Phryné.»[6] Fascinant trio infernal… On se demande quel affreux conflit a pu être à l’origine d’un tel drame judiciaire.

Abordons maintenant le récit que fait Athénée du procès :

« Phryné était de Thespies. Traduite en justice par Euthias pour une faute passible de la peine capitale, elle fut acquittée (Κρινομένη δὲ ὑπ᾽Εὐθίου τὴν ἐπὶ θανάτῳ ἀπέφυγεν). De rage, Euthias ne plaida plus aucun procès, au dire d’Hermippos[7]. » (590d).

Avant de poursuivre la lecture de ce récit, il y a là des observations à faire.

Athénée ne dit pas explicitement quel était le chef d’accusation. Ses lecteurs le savaient, mais sur ces choses qui tiennent au sacré, on gardait volontiers le silence : il s’agissait d’une accusation d’impiété. Sur ce point les études nous renvoient à un traité anonyme de rhétorique pouvant remonter au IIIe s. av. J.-C., intitulé Τέχνη τοῦ πολιτικοῦ λόγου ‘L’art du discours politique’[8], dans lequel se trouve cité le passage que voici du discours accusatoire d’Euthias :

Ἐπέδειξα τοίνυν ὑμῖν ἀσεβῆ Φρύνην, κωμάσασαν ἀναιδῶς, καινοῦ θεοῦ εἰσηγήτριαν, θιάσους ἀνδρῶν ἐκθέσμους καὶ γυναικῶν συναγαγοῦσαν.

 « Je vous ai donc montré l’impiété de Phryné, qui a mené des processions impudentes, a introduit une divinité nouvelle, a formé des thiases[9] illicites d’hommes et de femmes » (§ 215).

Nous savons le nom de cette divinité nouvelle grâce au Lexique des dix orateurs d’Harpocration (IIe s. ap. J.-C.)[10], qui en signale la présence dans le plaidoyer d’Hypéride Pour Phryné :

Ἰσοδαίτης·  Ὑπερείδης ἐν τῷ ὑπὲρ Φρύνης. ξενικός τις δαίμων ᾧ τὰ δημώδη γύναια καὶ μὴ πάνυ σπουδαῖα ἐτέλει[11] :

« Isodaitès [littéralement Qui distribue à part égale] : (chez) Hypéride dans le discours Pour Phryné : divinité étrangère à laquelle étaient initiées (comprendre ἐτέλει ἱερά) les petites femmes du peuple fort peu sérieuses. »

Harpocration nous transmet là une appréciation, ou plutôt une dépréciation sociologique. Chez Plutarque aussi il est question d’Isodaitès, mais c’est dans un esprit de philosophie religieuse et d’ésotérisme, au sens moderne de ce mot. Au chapitre 9 du traité Sur l’Epsilon de Delphes, il nous est exposé qu’au dire des théologiens « la divinité, qui est par nature incorruptible et éternelle (ἄφθαρτος ὁ θεὸς καὶ ἀίδιος πεφυκώς) » se diversifie en toutes sortes d’états dans la formation du monde. Ils lui donnent le nom d’Apollon quand elle se fait feu. Et quand elle se démembre en quelque sorte dans la diversité de l’ordonnancement du monde, ils la nomment Dionysos, Zagreus, Nyctélios, Isodaïtès (Διόνυσον καὶ Ζαγρέα καὶ Νυκτέλιον καὶ Ἰσοδαίτην αὐτὸν ὀνομάζουσι). » Il s’agirait donc d’un culte de mouvance dionysiaque.

Harpocration nous indique en outre la présence dans le discours d’Hypéride de deux formes se rattachant au verbe ἐποπτεύω « contempler » et en particulier « avoir atteint la Vision » dans les Mystères. Ce sont l’adjectif verbal ἀνεπόπτευτος « non initié aux mystères » et la forme ἐπωπτευκότων (génitif pluriel du participe parfait ἐπωπτευκώς), à propos de laquelle Harpocration nous dit : «  οἱ μυηθέντες ἐν Ἐλευσῖνι ἐν τῇ β᾽μυήσει ἐποπτεύειν λέγονται. » ‘On dit que les initiés de la seconde initiation à Éleusis ont la Vision’. Ces infimes indications nous suggèrent la présence, dans ce culte, de rituels initiatiques comparables à ceux d’Éleusis.

Ce culte, quoi qu’il en soit, n’avait pas droit de cité à Athènes, où il était considéré comme un culte étranger. Le procès de Phryné nous le prouve. L’accusation d’introduire des divinités nouvelles dans la cité faisait risquer la peine de mort. Le procès Socrate illustre ce qu’était la rigueur de la loi.

Cependant, comme le remarque Paul Foucart, il pouvait y avoir des assouplis­sements à cette rigueur, comme « l’autorisation accordée à des étrangers d’élever des temples à leurs divinités… ; le droit des familles d’adorer des dieux étrangers, lorsque ces croyances leur avaient été transmises par leurs ancêtres. C’est ainsi qu’au temps de Pisistrate, la famille d’Isagoras put, sans être inquiétée, se transmettre pendant plusieurs générations le culte du Zeus Stratios des Cariens.[12] » 

Le fait que Phryné était originaire de Thespies, comme Athénée juge opportun de l’indiquer, et pouvait avoir gardé un lien religieux avec sa ville d’origine, a peut-être contribué à l’indulgence dont elle a finalement bénéficié. Mais poursuivons maintenant notre lecture d’Athénée :

« Hypéride, avocat de Phryné, n’arrivait à rien par ses paroles et les juges allaient évidemment la condamner. Il la mit bien en vue, lui dénuda la poitrine en déchirant sa tunique (παραγαγὼν αὐτὴν εἰς τοὐμφανὲς καὶ περιρρήξας τοὺς χιτωνίσκους γυμνά τε τὰ στέρνα ποιήσας), développa le pathos rhétorique que cette vue lui inspirait, et fit que, saisis d’une crainte religieuse, les juges, dans une bienveillante pitié envers une servante et prêtresse d’Aphrodite ne la condam­nèrent pas à mort…(δεισιδαιμονῆσαί τε ἐποίησεν τοὺς δικαστὰς καὶ τὴν ὑποφῆτιν καὶ ζάκορον Ἀφροδίτης ἐλέῳ χαρισαμένους μὴ ἀποκτεῖναι) » 590e

   « À vrai dire la splendeur de Phryné était dans ce qu’elle ne montrait pas. Il n’était pas facile de la voir nue, car elle était toujours vêtue d’une tunique qui enserrait son corps et elle n’allait jamais aux bains publics[13]. Mais à la grande assemblée des Eleusinies[14] et aux fêtes de Poséidon, elle ôta son manteau à la vue de tous les Grecs, défit ses cheveux et entra ainsi dans la mer. » 590f.

Apelle peignit d’après elle son Aphrodite anadyomène[15], et le sculpteur Praxitèle, amoureux d’elle, fit à son image son Aphrodite de Cnide… » 591a.

À la lecture de ce texte, nous découvrons surtout deux choses :

1) Phryné ne s’est pas trouvée nue, mais seulement la poitrine dénudée. D’autres pièces de notre dossier confirmeront cela et nous éclaireront sur ce que cela signifie.

2) Elle n’était pas seulement une courtisane de haut vol, mais était de plus investie d’un sacerdoce en tant que prêtresse d’Aphrodite. La ‘crainte religieuse’ qui saisit les juges, et les termes techniques du vocabulaire religieux (ζάκορος, ὑποφῆτις) l’indiquent bien ; on ne saurait y voir une simple façon édulcorée de désigner son métier de courtisane. On peut penser ici au temple d’Aphrodite Ourania situé sur l’agora d’Athènes.

Parmi les Œuvres morales (les Moralia) de Plutarque se trouve en 849e une Vie des dix orateurs (milieu Ier – fin IIe siècle ap. J.-C.) qu’on lui attribue faus­sement. Ce qui concerne Hypéride et le procès de Phryné s’y trouve au chapitre 20 :

« Du fait de ses relations amoureuses avec la courtisane Phryné, il se trouva mis en examen avec elle dans le procès d’impiété qui lui était intenté (ὡμιληκὼς δὲ καὶ Φρύνῃ τῇ ἑταίρᾳ ἀσεβεῖν κρινομένῃ συνεξητάσθη[16]); lui-même l’indique au début de son discours. Comme Phryné allait être condamnée, il la fit avancer au milieu de la salle et déchira son vêtement, faisant voir la poitrine de cette femme (παραγαγὼν εἰς μέσον καὶ περιρρήξας τὴν ἐσθῆτα ἐπέδειξε τὰ στέρνα τῆς γυναικός). Quand les juges eurent considéré sa beauté, ils l’acquittèrent. »

Le scénario est le même que dans le récit d’Athénée. Et, comme chez Athénée, il y a référence au plaidoyer publié par Hypéride.

Prolongeons notre lecture du passage d’Athénée. Nous y trouvons une citation du poète Posidippe (IIIe s. av. J.-C.) qui évoque Phryné devant le tribunal, dans sa comédie La femme d’Éphèse :  

   « Jadis, Phryné fut de loin la plus illustre de nos courtisanes. Par ta jeunesse tu es une fille éloignée de cette époque, mais tu as dû pourtant avoir eu écho de son procès. Considérée comme une nuisance publique, elle fut traduite devant l’Héliée et risquait la peine capitale (τὴν ἡλιαίαν εἷλε περὶ τοῦ σώματος). Et après avoir tendu la main droite à chacun des juges (καὶ τῶν δικαστῶν καθ᾽ἕνα δεξιουμένη), par ses larmes elle parvint de justesse à sauver sa vie. » 591e-f.

D’après ce texte :

1) Le procès de Phryné se déroula non pas devant l’Aréopage, mais devant le tribunal de l’Héliée. Cela, nous pouvons le croire : c’est ce tribunal qui en –399 a condamné à mort pour impiété Socrate, accusé de ne pas croire aux dieux traditionnels de la cité et d’introduire des divinités nouvelles.

2) Ce procès fut un événement dont on parlait, car Phryné était bien connue à Athènes. On devait parler de cette affaire sur l’agora, dans les cabarets, chez les barbiers, dans les échoppes des artisans, dans les palestres…, et on répétait ce qu’on avait entendu dire. Ainsi naissait une tradition orale, pouvant se mettre par écrit.

3) Phryné s’employa activement à fléchir les juges. On n’a aucun mal à le croire, mais il est tout de même peu vraisemblable qu’elle ait pu se présenter ainsi à chacun d’eux individuellement.

Voici encore un texte où nous voyons Phryné se comporter activement pour son salut. Le texte est d’Alciphron, écrivain qu’on situe au IIe siècle ou au début du IIIe siècle ap. J.-C. Il est en particulier l’auteur d’un recueil de 122 lettres fictives, supposées écrites au IVe siècle av. J.-C. L’ouvrage se compose de quatre livres : livre I : lettres de pêcheurs ; livre II : lettres de paysans; livre III : lettres de parasites ; livre IV : lettres de courtisanes.

La quatrième lettre du livre IV est supposée écrite à Phryné par une amie nommée Bacchis « Si tu n’avais pas déchiré ta tunique et montré aux juges tes nichons (τὰ μαστάρια, diminutif hypocoristique de ὁ μαστός ‘le sein’), ton avocat ne t’aurait servi à rien. » Le fameux scénario est évoqué par cette simple phrase.

Nous avons là, réduite à une allusion humoristique, l’attestation d’une tradition où ce n’est pas Hypéride, mais Phryné elle-même qui déchire sa tunique et dévoile sa poitrine, venant en quelque sorte au secours de son avocat dépassé par les événements.

L’écrivain latin Quintilien, du Iers. ap. J.-C. (Institution oratoire, livre II, ch. XII) présente de la même façon, mais sur un ton sérieux, ce que fit Phryné : « Et Phryné, ce n’est pas à la plaidoirie d’Hypéride, tout admirable qu’elle était, qu’elle dut son salut, mais à sa beauté, dont elle acheva le triomphe en découvrant son sein. » Ce que veut montrer Quintilien, c’est que l’art de convaincre n’est pas fait que de paroles, mais aussi d’action.

Citons ici, à titre anecdotique, un passage de Michel de Montaigne, qui eut de cette affaire quelque connaissance : « Phryné perdoit sa cause entre les mains d’un excellent advocat si, ouvrant sa robbe, elle n’eust corrompu ses juges par l’esclat de sa beauté » (Essais, III, 12 : « De la physionomie »). Mais s’agit-il d’une simple et vulgaire corruption ? Son geste n’avait-il pas une autre portée ? Pour tenter de le savoir, versons maintenant à notre dossier des textes nous éclairant sur la signification dans la Grèce antique du rituel de brusque dévoilement de la poitrine d’une femme.

Le dévoilement du sein en Grèce

Au chant XXII de l’Iliade Hector se dispose à combattre Achille. Son père Priam le supplie de rentrer dans Troie et de renoncer à cet affrontement. Puis sa mère Hécube tente à son tour de l’en dissuader (vers 79-83) :

« Sa mère se lamente en versant des pleurs. Elle fait d’une main tomber le haut de sa robe, de l’autre soulève son sein, et, toute en pleurs, elle lui dit ces mots ailés : ‘Hector, mon enfant, aie respect de ce sein. Et de moi aussi aie pitié, de moi qui t’ai jadis offert cette mamelle où s’oublient les soucis. Souviens-t’en !’… » Traduction Paul Mazon[17].

Euripide, dans Les Phéniciennes met en scène le drame causé par l’inimitié d’Étéocle et Polynice, les deux fils d’Œdipe et de Jocaste, parents également d’Antigone et d’Ismène. Les deux frères se sont entretués et Jocaste, qui les avait suppliés de mettre fin à leur affrontement, s’est donné la mort sur leurs cadavres. Au vers 1480 s’engage un dialogue lyrique entre le chœur et Antigone. Celle-ci entre en deuil : elle met ses cheveux en désordre et dénude sa poitrine :

« … sans que ma pudeur virginale prenne garde à la rougeur qui au dessous de mes paupières m’empourpre la face, je m’élance, bacchante des morts, rejetant le bandeau loin de ma chevelure et dégrafant (ἀνεῖσα) ma luxueuse robe safranée pour conduire en gémissant le cortège funèbre. » (vers 1485-1494). Une note de l’édition ‘Budé’ précise ce qu’il faut entendre par ce ἀνεῖσα : « Elle décrit ici le geste et la tenue des pleureuses. Elle a dégrafé sa tunique sur l’épaule et laissé retomber sur la ceinture la partie supérieure du vêtement, mettant ainsi à nu sa poitrine. »

Au vers 1535, Œdipe entre en scène. Il connaît la mort de ses fils, et s’enquiert du sort de Jocaste. Antigone lui dit comment celle-ci avait supplié les combattants de ne point se massacrer : « Montrant aux yeux de tous ses pleurs et ses sanglots, elle s’élançait, implorante, pour présenter à ses fils un sein suppliant » (vers 1567-1569). Traduction Henri Grégoire et Louis Méridier.

Plusieurs passages des Tragiques grecs mettent en scène ou rappellent l’exécution par Oreste, qu’assiste sa sœur Électre, de leur mère Clytemnestre. Ils avaient à la châtier d’avoir assassiné leur père Agamemnon, lequel était coupable du sacrifice d’Iphigénie.

Ainsi dans Les Choéphores d’Eschyle : « Arrête, ô mon fils ! Respecte, enfant, ce sein, sur lequel souvent, endormi, tu suças de tes lèvres le lait nourricier. » (vers 896-898). Traduction Paul Mazon.

Dans l’Oreste d’Euripide, Tyndare, père de Clytemnestre, dit à Oreste « Quelle âme avais-tu donc quand pour te supplier une mère découvrait son sein ? » (vers 526-527). Oreste lui répond : « Si les femmes en venaient à ce degré d’audace d’assassiner leurs maris, en cherchant un refuge auprès de leurs enfants, quêtant avec leur seins la pitié dont tu parles, elles compteraient pour rien de tuer leur époux. » (vers 566-569). Traduction Louis Méridier.

Le sacrifice d’Iphigénie est évoqué par Euripide dans son Hécube (vers 558-570) : « Elle saisit ses voiles, et du haut de l’épaule les déchira jusqu’au milieu du flanc près du nombril, découvrant ses seins et son admirable poitrine de statue. Puis, mettant un genou en terre, elle dit ses mots d’une incomparable bravoure ‘Voici ma poitrine, jeune homme ; si c’est là que tu veux frapper, frappe ; si c’est au cou, voici ma gorge prête.’ … Il tranche avec le fer le passage du souffle ; et un jet de sang se mit à couler. Mais, quoique expirante, elle eut grand soin de tomber avec décence, en cachant ce qu’il faut cacher aux yeux des mâles. » Traduction Louis Méridier.

Le poète latin Ovide, dans ses Métamorphoses (XIII 479) fera l’éloge de l’ultime précaution d’Iphigénie : « cura fuit partes velare tegendas. » ‘Elle eut à cœur de voiler les endroits qu’il faut couvrir.’

Eschyle, dans Agamemnon 227-241 présente le sacrifice d’Iphigénie sous un tout autre jour. Il est effectué ici avec une extrême brutalité : « Ses prières, ses appels à son père, son âge virginal, … cela ne fut rien pour les chefs épris de guerre … Les dieux furent invoqués, et le père ordonna aux servants de la tenir en l’air, comme une chevrette[18], au dessus de l’autel, entortillée de ses voiles, tandis que de toute son ardeur elle s’étirait vers le sol, et d’étouffer d’un bâillon sur sa bouche mer­veilleuse toute parole de malédiction contre les siens. … L’étoffe safranée glissa d’elle jusqu’à terre, et de ses yeux elle décocha à chacun des sacrificateurs un regard avide de pitié.[19] » Ici, l’absence de la décence que nous avons vue plus haut porte à son comble l’ignominie de la scène, et souligne justement l’importance de cette décence. C’est au moment où son vêtement tombe à terre que son regard implore la pitié. Ce regard donne un sens de supplication rituelle à son dénudement, lequel condamne ses tourmenteurs. La réponse vint d’Artémis, qui enleva Iphigénie.

Dans l’Andromaque d’Euripide (vers 627-631) nous avons un dévoilement fait dans un tout autre esprit. Pélée, père d’Achille, dont la guerre de Troie causa la mort, s’adresse avec violence à Ménélas, qui pour poursuivre sa femme Hélène, partie pour Troie en l’abandonnant, avait déclenché la guerre de Troie, exigé le sacrifice d’Iphigénie et suscité bien des malheurs. Et voici que…

« Une fois maître de Troie… tu n’as pas tué cette femme que tu avais à ta merci sous la main ; dès que tu aperçus son sein, tu as lâché l’épée et reçu son baiser, tu as cajolé cette traîtresse, cette chienne, incapable de résister à Kypris[20], misérable que tu es[21] ! »

Voici maintenant un passage de l’historien grec Polybe[22] (II, 56, 7). Il critique son prédécesseur Phylarque, le jugeant trop porté sur le pathétique. Il est question de la prise de la ville de Mantinée en Arcadie par le roi de Macédoine Antigone en – 223 et du désarroi de la population : « Pour tâcher de provoquer la pitié de ses lecteurs et les faire compatir à son récit, il met en scène les étreintes des femmes, les chevelures éparses, les seins découverts, et encore les pleurs et les lamentations des hommes et des femmes emmenés pêle-mêle avec leurs enfants et leurs vieux parents » (traduction Paul Pédech). Nous voyons ici que le rituel des seins mis à nu dans une situation de désespoir n’est pas réservé aux grandes figures de l’épopée et de la tragédie, mais peut aussi concerner les personnes de la vie ordinaire, ‘les vraies gens’, comme on dit.

Conclusion

Nous pouvons clore ici ce dossier, et en tirer des conclusions.

Ce rituel de mise à nu de la poitrine féminine appuie souvent une supplication dans une circonstance tragique, mais il n’y a pas toujours supplication. Iphigénie, dans l’Hécube d’Euripide, n’est pas suppliante. Son geste exprime l’intensité tragique qui accompagne sa détermination héroïque.

Nous avons vu la règle de décence exigeant que ne soit dévoilé que le haut. Cela n’exclut ni des réactions de pudeur, ni une certaine émotion esthétique. Nous avons vu Antigone rougir lorsqu’elle dégrafe son vêtement. Iphigénie, dans l’Hécube d’Euripide dévoile son ‘admirable poitrine de statue’. On permet un regard sur le galbe de ses seins mais cette sensualité discrète est comme sublimée.

Cette règle de décence étant ce qu’elle est, on ne peut imaginer Phryné toute dénudée devant ses juges. Cette représen­tation, née de la palette de Jean-Léon Gérôme dans l’imaginaire du XIXe siècle, s’est substituée dans nos esprits à ce que disent les textes grecs parlant de ce procès.

On perçoit à travers tous ces textes la sacralité de ce geste. C’est en étant pénétré de ce sentiment qu’on comprend l’indignation de Pélée contre Ménélas dans l’Andromaque d’Euripide. Menacée de l’épée de Ménélas, Hélène a exhibé son sein de manière à submerger le roi de Sparte, venu en justicier, sous la poussée d’une vague libidineuse. Le geste rituel est caricaturé, profané, désacralisé.

Revenons à Phryné, en tentant de saisir ce qui s’est vraiment passé :

Ce qui est tout à fait plausible, ce que nous pouvons admettre, ce qui est conforme au contexte culturel et religieux de son temps, c’est que dans un geste de violent désespoir et de supplication, sentant imminente sa condam­nation à mort, Phryné se soit rituellement dénudé la poitrine dans l’Héliée en déchirant le haut de sa tunique.

Le texte de Posidippe que nous avons vu nous montre simplement une Phryné pleurante et suppliante. Mais, s’adressant à une jeune fille, le personnage qui disait ce passage se devait d’avoir le tact de ne pas décrire une scène aussi rude. Comme Athénée, il évite de préciser qu’il s’agit d’une accusation d’impiété, et préfère un certain flou. Le poète a pu penser en outre que la description du geste rituel eût été déplacée dans une comédie. Il l’évoque en lui substituant des gestes plus anodins.

Ce qui assurément est déplacé, tout à fait insolite et parfaitement invrai­semblable dans la version usuelle, c’est que ce geste n’est pas fait par la femme sur elle-même, mais par une autre personne, et qui plus est par un homme, en l’occurrence Hypéride, sur la femme. Faire cela, c’était pour l’avocat risquer gros, risquer l’échec total et l’effon­drement de son prestige.

Reprenons les deux textes qui sont la source de cette version usuelle, celui d’Athénée et celui de la Vie des dix orateurs. Nous avons donné, pour chacun, le texte grec décrivant le geste d’Hypéride. On y observe une grande similitude entre ces deux textes dans l’expression (παραγαγὼν εἰς, etc.). On sent là une source commune, et cette source est indiquée tant par Athénée que par l’auteur du passage de la Vie des dix orateurs : ils précisent qu’ils se basent sur la plaidoirie Pour Phryné (Ὑπὲρ Φρύνης) publiée par Hypéride, qui malheureusement ne nous est pas parvenue. Alors nous comprenons ce qui s’est passé. Phryné s’est tirée d’affaire par le rituel sacré du désespoir féminin. Quant à Hypéride, dans le discours qu’il a publié, soit dans le corps du texte, soit en pièce jointe, il a attribué à un éclair de son propre génie le geste qui sauva à la fois sa cliente et sa posture de défenseur, faisant ainsi de sa personne un avocat prestigieux. Et on y croit toujours…

Mais nous avons bien remarqué que dans les textes sur Phryné où il n’est pas fait référence au discours d’Hypéride, il n’est pas question d’un tel geste de la part de ce dernier. C’est le cas en particulier du fragment de Posidippe, qui dépend explicitement de la tradition orale.

Pourquoi Athénée a-t-il adopté, sans la critiquer, la version des faits venant d’Hypéride ? Il n’était guère porté sur la critique de ses sources. En outre, lecteur des grands auteurs latins, il avait certainement lu dans l’Institution oratoire de Quintilien le passage suivant, qui se trouve quelques lignes avant celui que nous avons cité au sujet de Phryné :

« Lorsque Antoine, défendant M. Aquilius, déchira la robe de son client, et montra les blessures honorables qu’il avait reçues pour la patrie, il avait moins compté sur son éloquence que sur les yeux du peuple romain, qui ne put, dit-on, résister à ce spectacle, et renvoya Aquilius absous. »

Athénée a sans doute vu dans Hypéride un précurseur de cette technique d’avocat romain.

Par ailleurs, Athénée a su rendre la tonalité religieuse de l’acquittement. À l’opposé de cela se situe un texte comme la lettre à Phryné que nous devons à Alciphron, où nous avons une désacralisation totale de l’événement. On peut voir chez cet auteur l’influence de Lucien de Samosate, qui dans ses Dialogues des morts, ses Dialogues des dieux, dans toute son œuvre se rit de la religion traditionnelle. Même tendance dans tous les textes où il est question de fascination par la beauté ou de manœuvres érotiques.

De cette désacralisation le tableau de Gérôme représente la phase terminale.

Phryné ne pouvait être fâchée de l’attribution à Hypéride du geste sauveur. Dans sa carrière d’hétaïre de haut rang, elle fut souvent suppliée, jamais suppliante. Elle fut toujours altière, et devant les juges il lui avait fallu descendre rudement de ces hauteurs. Un désastre pour son image…

Cette image, tout comme celle de son défenseur et amant, était au contraire sauvegardée aux yeux des contemporains et de la postérité dans ce qui est devenu la version usuelle de ce procès. Hypéride et Phryné ne purent que se mettre d’accord pour sa mise en circulation, lorsqu’après l’acquittement ils s’entretinrent de toute cette affaire sur l’oreiller.

Phryné. — Si tu n’avais pas cafouillé dans ta plaidoirie, je n’aurais pas eu à déchirer ma belle tunique.

Hypéride. — Je t’en offrirai une autre, et du meilleur couturier.

Phryné. — Tu sais quoi ? Tu diras, en publiant ton discours, bien arrangé, que c’est toi qui as déchiré ma tunique. Tu passeras pour un ténor du barreau, et on oubliera que j’ai été suppliante.

Hypéride. — Mais on ne me croira pas.

Phryné. — Mais si, j’en suis sûre. Fais-le.

Hypéride. — Ça marche ! Bonne nuit, ma chérie.

Phryné. — Comment ! Mais… βινητιῶ[23].

Voilà ce qu’on peut tenter de dire de nouveau sur l’affaire Phryné.

Jean-Victor Vernhes

       Maître de conférences honoraire

       Université d’Aix-Marseille

 

Pour aller plus loin, deux articles intéressants :

Craig Cooper, Hyperides and the trial of Phryne, Phoenix, Revue de la Société canadienne des études classiques, Volume XIX, n° 4 (hiver 1995).

https://www.academia.edu/5173157/F._Gherchanoc_La_beauté_dévoilée_de_Phryné._De_lart_dexhiber_ses_seins_Mètis_N.S._10_2012_p._201-225

Notes :

[1] Une permière version de cet article a été publiée dans la Lettre de Nausicaa 44 (juin 2019)

[2] Καταπέπωκε : parfait de κατα-πίνω ‘engloutir’.

[3] Pour cet emploi du datif de αὐτός avec valeur de ‘avec’, cf. grammaire Ragon-Dain, § 222, p. 154-155, remarque II.

[4] Charybde et Scylla étaient deux monstres marins situés de part et d’autre du détroit de Messine. Charybde avait été condamnée à engloutir trois fois par jour d’énormes quantités de mer, avec les navires qui s’y trouvaient.

[5] Notez cet emploi de ὁμιλέω + datif, dont le sens général est ‘être en relation avec, fréquenter’, mais qui peut s’appliquer en particulier à des relations amoureuses, conjugales ou non. Soyez sensibles à la valeur du parfait, qui suggère une certaine stabilité de la situation.

[6] Fragment 172 de l’édition Jensen d’Hypéride (Coll.Teubner). C’est une citation du rhéteur et philosophe néoplatonicien Syrianus (Ve s. ap. J.-C.).

[7] Hermippe de Smyrne est un auteur grec de la fin du IIIe siècle av. J.-C. Disciple de Callimaque (directeur de la bibliothèque d’Alexandrie jusqu’en 240 av. J.-C.), il étudiait dans cette bibliothèque la vie et les œuvres des plus grands hommes de lettres et de science. Il ne nous est presque rien parvenu de son œuvre.

[8] Ce traité a été redécouvert en 1838 puis édité par Nicolas Maximilien Sidoine Séguier. Depuis, c’est sous le nom d’Anonyme de Séguier qu’il est connu des connaisseurs et qu’il a été édité en 2005 dans la collection ‘Budé’ par Michel Patillon. J’étais complètement ignorant de ces belles choses lorsque j’entrepris la recherche de cet ouvrage dans notre bibliothèque d’Antiquité classique, où je me mis à errer comme une âme en peine. Par bonheur j’y rencontrai Pascal Boulhol, à qui je confiai ma peine, et qui me mit incontinent ce livre entre les mains.

[9] Le terme de thiase (ὁ θίασος) a peut-être désigné à l’origine le cortège de Dionysos, avec satyres, ménades… Il désigne ordinairement une confrérie religieuse réunissant des adeptes du culte de cette divinité. Ces thiases étaient des personnes morales, avaient des biens et les géraient.

[10] Nous utilisons l’édition John J. Keaney publiée en 1991 chez Hakkert à Amsterdam.

[11] Comprendre ἐτέλει ἱερά ‘accomplissaient des rituels’.

[12] P. Foucart, Des associations religieuses chez les Grecs. Paris, 1873, p. 137.

[13] Il y a ici quelque anachronisme. Athènes au siècle de Phryné n’avaient pas d’établis­sements thermaux semblables à ceux de la Rome où Athénée a aimé vivre !

[14] Les Éleusinies sont la fête la plus ancienne d’Éleusis, en l’honneur de la déesse Déméter.

[15] Τὴν ἀναδυομένην Ἀφροδίτην : ‘Aphrodite sortant de l’eau’ ; ἀναδυομένην est le participe de ἀναδύομαι.

[16] Du verbe συν-εξ-ετάζω.

[17] Les traductions accompagnées de l’indication de leur auteur sont empruntées (avec parfois quelques retouches) à la Collection des Universités de France (collection ‘Budé’).

[18] Il était de règle à Sparte de sacrifier une chevrette avant le combat : « …lorsqu’à la vue des ennemis une chevrette est égorgée… » (Xénophon, La République des Lacédémoniens, 13, 8) ; de même dans Les Helléniques (4, 2, 20), du même auteur, à propos de la bataille de Néméa (juillet –394) : « Les Lacédémoniens, après avoir égorgé rituellement la chevrette à Artémis, marchèrent vers l’ennemi. »

[19] Ce passage est d’une syntaxe ramassée qui lui donne une forte densité d’expression. Paul Mazon, dans l’édition ‘Budé’ de cette tragédie, en a donné une traduction plutôt libre. On a préféré en proposer ici une traduction nouvelle.

[20] C’est à dire Aphrodite, déesse de Chypre.

[21] Cette scène entre Hélène et Ménélas est traitée par Aristophane de façon aristo­phanesque, sur l’air de ‘faites l’amour, pas la guerre’ dans Lysistrata 155-156.

[22] Je remercie Pascal Boulhol de m’avoir signalé ce texte, et aussi d’avoir participé à la collecte des textes précédents.

[23] Dans le texte de Machon que nous avons cité dans notre troisième paragraphe, Phryné emploie ce verbe βινητιάω à propos d’elle-même. Il signifie « avoir des pensées lascives ».