Archives par mot-clé : hymne à Némésis

Aurore Schneider, 13 ans, danse l’hymne à Némésis

Danser l’hymne à Némésis

(ὁ λύχνος n° 134, article quatre) 

Aurore SCHNEIDER[1]

Aurore Schneider danse l'hymne à Néménsis
Aurore Schneider danse l’hymne à Némésis

Passionnée de culture grecque antique, j’ai voulu créer une chorégraphie de danse grecque antique à présenter dans le cadre des galas[2] de fin d’année des écoles de danse de ma professeure de danse classique. Ce texte rend compte du travail et des recherches qui m’ont permis de créer ma chorégraphie.

1. Choix de la musique.

( Ecouter : hymne à Némésis)

Parmi les musiques des deux CD à ma disposition (Musique de la Grèce antique par l’Atrium Musicæ de Madrid et Musique de l’Antiquité Grecque par l’ensemble Kérylos), j’ai choisi « L’hymne à Némésis » car il m’a tout de suite inspirée par sa mélodie et son rythme. J’ai préféré la version de l’ensemble Kérylos parce qu’elle est chantée. De plus, pour démarrer et permettre aux spectateurs d’entrer dans cet univers différent, j’ai inséré les dix secondes de la fanfare de l’appel aux armes de ce même disque.

2. Création du costume et des accessoires.

À partir du livre Modes de l’Antiquité grecque et romaine, j’ai réalisé un péplos de couleur safran, qui correspond bien à Eos – en référence à mon prénom – et qui est une couleur perçue comme féminine dans l’antiquité grecque. Pour cacher les épingles à nourrice, j’ai fabriqué deux pièces en poterie (photo 1).

 

 

Photo 1. Pièces en poterie pour les attaches.image002

 

Pour mieux figurer Némésis « déesse ailée » (θεά πτερόεσσα), j’ai rajouté des ailes à mon péplos, avec un voile léger de ton bleu clair, attaché au péplos dans la nuque et fixé aux poignets avec des élastiques. (photo 2)

 

 Photo 2. Voile figurant les ailes et coiffure

A. Schneider

 

En ce qui concerne la coiffure, renonçant à regret à une imitation de coiffure des caryatides de l’Érechthéion, j’ai dû me contenter de mon chignon de danse classique, agrémenté de deux rubans pour figurer les cercles que les femmes grecques se posaient dans leurs cheveux (photo 2).

Depuis, j’ai eu l’occasion de réaliser un kalathos en osier (photo 3) que je pourrai porter une prochaine fois, par exemple pour reconstituer une danse de caryatides, en m’inspirant de la photo 4.

Enfin, pour que le public identifie plus clairement l’origine de la danse et de la musique, nous avons réalisé une silhouette de temple grec de 80 cm sur 90 (sur le modèle du second temple d’Héra dit « temple de Poséidon » de Paestum), en carton, peint en blanc. Il se place au fond de la scène, un peu en hauteur, comme sur une colline au loin.

  

Photo 3. Kalathos.kalathos

3. Recherches

J’ai d’abord fait un premier tour d’horizon grâce à l’enquête de la revue Arkéo Junior sur la danse dans l’Antiquité.

J’ai ensuite eu la chance de pouvoir entrer en contact avec la spécialiste française du sujet, Marie-Hélène Delavaud-Roux, de l’Université de Brest, qui a accepté de m’aider et n’a plus cessé, tout au long de mon travail, de me prodiguer ses conseils et ses encouragements. 

Ayant éliminé les danses armées et les danses dionysiaques, j’ai alors travaillé à partir de son livre Les danses pacifiques en Grèce antique, ce qui m’a permis de connaître les origines des différentes danses, les contextes dans lesquels elles étaient dansées, les sources existantes pour pouvoir reconstituer des danses.

Lors d’une visite du département des Antiquités grecques du musée du Louvre, j’ai recherché les postures de danseuses. Il y avait uniquement des danseuses voilées.

J’ai aussi fait des recherches à partir de vidéos de danses folkloriques du théâtre Dora Stratou, mais il y avait surtout des pas de groupe difficiles à reprendre pour une danseuse en solo.

 

Enfin, un moment décisif a été ma rencontre réelle (et non plus virtuelle) avec Marie-Hélène Delavaud-Roux à l’ENS de Paris lors de l’atelier « L’hymne à Hélios de Mésomède de Crète », animé par Sylvain Perrot (pour la partie musique et partitions) et Marie-Hélène Delavaud-Roux (pour la partie danse)[3]. C’était passionnant pour moi de me retrouver dans ce groupe de spécialistes faisant des recherches pointues sur la musique et la danse de l’Antiquité grecque.

De plus, c’était très utile pour mon projet, car Sylvain Perrot a présenté Mésomède de Crète qui est également l’auteur de l’hymne à Némésis et Marie-Hélène Delavaud-Roux a initié tous les participants à marcher en scandant les anapestes puis elle a expliqué son travail de création pour sa chorégraphie de l’hymne à Hélios et enfin elle nous a fait une démonstration de sa chorégraphie en chantant.

4. Chorégraphie

Comme Némésis est la déesse de la justice, il fallait figurer un personnage strict et sérieux, presque dur. Elle est souvent représentée avec des ailes, donc j’ai essayé de figurer un personnage aérien.

 

Partant de l’idée que la danse est l’illustration de la musique, selon l’expression de Platon, j’ai construit la chorégraphie en essayant de traduire le texte en mouvements et expressions du corps. Le tableau ci-dessous tente de décrire vers après vers les gestes et postures de la chorégraphie ; les mots en gras sont ceux qui inspirent le mouvement.

 

1. Νέμεσι πτερόεσσα βίου ῥοπά [4] Némésis ailée, équilibre de la vieSur place, balance des bras.

2. Κυανῶπι θεά, θύγατερ ΔίκαςSombre déesse, fille de la Justice : Pas en avant en scandant les anapestes. Main tranchante sur le « Δίκας ».

3. ἃ κοῦφα φρυάγματα θνατῶν ἐπέχεις, toi qui domines l’arrogance vaine des mortels : Reculer en faisant mine de tirer des rênes.

4. ἀδάμαντι χαλινῶavec ton frein indomptable : Pas en décrivant un cercle, une main sur la hanche, l’autre bras tendu (pour dominer), en regardant sur le sol. Changer de sens au changement de vers (inversant les bras).

5. ἔχθουσα δ ὕβριν ὀλοὰν βροτῶν et, toi qui hais la démesure funeste des hommes,

6. μέλανα φθόνον ἐκτὸς ἐλαύνειςtu repousses la noire jalousieBras tendu à l’horizontale, mains en flex. Reculer en demi-pointes, visage sur le côté.

7. ὑπὸ σὸν τροχὸν ἄστατον αστιβῆ, Sous ta roue instable, sans empreinte Pas « aériens », sauts légers, mouvements d’aile des bras, en décrivant un grand cercle.

8. χαροπὰ μερόπων στρέφεται τύχα, tourne la fortune heureuse des mortels,

9. λήθουσα δὲ πὰρ πόδα βαίνειςTu marches sans laisser de traces : Pas en avant, le buste penché en avant, en faisant mine d’effacer des traces derrière soi avec les bras.

10. γαυρού μένον αὐχενα κλίνεις , Tu fais ployer le cou du fier : Fendu en avant, mains sur la nuque, tête baissée.

11. ὑπὸ πῆχυν ἀει βίοτον μετρεῖς, Avec ton coude, tu mesures toujours la vie Petits pas sur le côté, bras droit plié et coude pointé en avant.

12. νεύεις δʹ ὐπὸ κόλπον ὀφρῦν ἀεί, Tu fronces toujours les sourcils : Changement de coude au début du vers puis les deux mains font mine d’allonger les yeux sur le côté.

13. ζυγὸν μετὰ χεῖρα κρατοῦσα, Tenant fermement le joug dans ta main : Immobile, bras droit tendu sur le côté, poing fermé puis passer sous le bras (le joug).

14. Ιληθι μάκαιρα ῥάδικα σπόλε, sois favorable, bienheureuse, juste, prépare-toiPetits tours selon la pose de la danseuse de la photo 4. Replacement au centre.

15. Νέμεσι πτερόεσσα βίου ῥοπά, Némésis ailée, équilibre de la vie Sur place, balance des bras.

16. Νέμεσιν θεὸν ᾅδομεν ἀφθίταν, Nous te chantons, Némésis, déesse immortelle : Les deux mains accompagnent la voix qui s’élève vers les dieux. Une jambe à demi levée vers l’arrière. A droite puis à gauche.

17. Νίκην τανυσί πτερόν ὀβρίμαν, Victoire, tension, à l’aile vigoureuse : Jeux de balance avec les bras vigoureux et les poings fermés. Regard dur.

18. Νημερτέα καὶ πάρεδρον Δίκας, Infaillible et compagne de la Justice : Pas en avant en scandant les anapestes. Main tranchante sur le « Δίκας ».

19. ἃ τὰν μεγαλανορίαν βροτῶν νεμεσῶσαtoi qui, irritée par l’orgueil des mortels : Replacement au centre en faisant un grand tour sur la droite.

20. φέρεις κατὰ ταρτάρου, les précipites dans le TartareMime de ramasser les mortels, de les porter au dessus de la tête  puis de les précipiter dans le Tartare (de l’autre coté).

 

 

Photo 4. Vaseimage008

(Source : Delavaud-Roux Marie-Hélène, 1994, p. 35)

Conclusion

Réaliser cette chorégraphie et la danser en public a été pour moi une aventure très riche et un vrai plaisir (même s’il m’a fallu dépasser des moments de doutes et de découragement).

Je remercie tout particulièrement madame Delavaud-Roux pour sa disponibilité, ses précieux conseils et ses encouragements chaleureux. Sans elle cette chorégraphie n’aurait sûrement pas vu le jour.

Aurore Schneider 

Bibliographie

Arkéo Junior, Enquête « La danse dans l’Antiquité », n° 118, avril 2005.

Bertero Eve et Sagis Milo, Modes de l’Antiquité grecque et romaine, coll. empreintes de mode, éditions falbalas, 2009.

Delavaud-Roux Marie-Hélène, Les danses pacifiques en Grèce antique, Publication de l’Université de Provence, 1994.

Sartre Maurice, Sartre-Fauriat Annie, Brun Patrice (sous la direction de), Dictionnaire du Monde grec antique, Larousse in extenso, 2009.

Discographie

Musique de la Grèce antique par l’Atrium Musicæ de Madrid, dir. Gregorio Paniagua, Harmonia Mundi, 2000 (première édition 1979)

Musique de l’Antiquité Grecque par l’ensemble Kérylos, dir. Annie Bélis 1996. 


[1]  Au début de ce projet, en 2011, j’avais 11 ans.

[2]  Au Grand théâtre de Dijon (21) le 04/06/11, et à la salle des Capucins de Is-sur-Tille (21) le 02/07/11.

[3] Journées de Métrique Latine organisées par A.-I. Muñoz, 20 mai 2011. Je remercie tous les participants pour leur accueil et leur gentillesse à mon égard.

[4].  Traduction de Marie-Hélène Delavaud-Roux.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts