Archives par mot-clé : Hermaion

Jean-Victor Vernhes : “une étymologie pour ἕρμα (herma) ?”

► ὁ λύχνος n° 162, juillet 2022, article neuf.

 

Une étymologie pour τὸ ἕρμα, –ατος 

‘étai, tas, lest, écueil’ ?

 

Scène de l’Odyssée où les vaisseaux d’Ulysse sont écrasés sous des rochers lancés par les Lestrygons. Peinture romaine du Ier siècle avant J.-C. conservée à la Bibliothèque Apostolique Vaticane, en provenance d’une maison de l’Esquilin (wikicommons)

 

  1. Emplois divers de ἕρμα

Précisons les emplois divers de ce mot, et voyons s’il est possible de dégager une étymologie[i].

 

1) ‘étai, soutien’

S’emploie en ce sens en particulier à propos de bateaux. Lorsqu’ils sont tirés sur la terre sèche, ils sont objets de précautions.

Un passage d’Hésiode, Travaux 618-626 recommande que fin octobre on cesse de mettre sa barque à la mer, en l’entourant de tous côtés de pierres qui l’empêcheront d’être renversée par les vents : νῆα δ᾽ἐπ᾽ἠπείρου ἐρύσαι πυκάσαι τε λίθοισι, tire la barque sur le rivage et assujettis-la avec des pierres (vers 624). Ajoutons que cette opération préservera la barque de toute atteinte de l’humidité venant du sol.

On trouve le même emploi de pierres en Iliade XIV, 409-410, où Ajax frappe Hector d’un caillou, et où il est dit qu’il y en a πολλά, θοάων ἔχματα νηῶν, ‘beaucoup, servant d’étais aux vifs navires’. L’érudit byzantin Eustathe de Thessalonique, savant byzantin du XIIe siècle, commentateur d’Homère, dit à propos de ce vers : Ἔχματα δὲ καὶ νῦν κρατήματα, στηρίγματα, ὑπερείσματα ‘Les ἔχματα sont ici des maintiens, des consolidations, des soutiens’. Voici une scolie au sujet de ce terme ἔχματα dans ce passage : ἐρείσματα πρὸς τὸ μὴ ἔνθα καὶ ἔνθα κλίνεσθαι ‘des appuis pour empêcher de s’incliner d’un côté ou de l’autre’.

C’est avec le même usage que s’emploient les ἕρματα dont nous allons nous occuper.

Iliade I, 486 : ὑπὸ δ᾽ἕρματα μακρὰ τάνυσαν, ils installèrent sous (le navire) de longs étais. On retrouve ces ἕρματα μακρά dans l’Hymne à Apollon 507. Voici le commentaire que fait à ce vers Eustathe : Εἰσὶ δὲ νῦν ἕρματα τὰ ὑποκείμενα ταῖς ναυσὶν ἐκ ξύλων ἐρείσματα ἐφ᾽ὧν αἱ νῆες ἐρείδονται ‘Ce sont là les étais de bois sur lesquels reposent les navires’. L’édition Leaf commente ainsi ces ἕρματα μακρά :  « shores, either large stones or beams of wood, so as to keep the ship upright. » (étais : soit grandes pierres soit poutres de bois pour garder le bateau droit.)

Nous préférons voir ici un dispositif de bois plutôt que de longues pierres, rejoignant ainsi le commentaire d’Eustathe et celui de G.S. Kirk, The Iliad, a commentary, Cambridge University Press, 1992 : « They draw up the ship on the beach… and fix (literally ‘stretch’) tall props, obviously of wood, against it to hold it upright.» ([Les étais] redressent le navire sur la plage… et fixent (littéralement ‘étirent’) de grands supports, évidemment en bois, contre lui pour le tenir droit.)

Nous trouvons une autre allusion à ces ἕρματα au vers 154 du chant II de l’Iliade, où les Argiens « retiraient de dessous les nefs les étais des navires » (ὑπὸ δʹᾕρεον ἕρματα νηῶν).

On peut se demander, pour chaque texte, quels éclairages archéologiques il faut choisir : du bois ou de la pierre, un surélèvement par rapport au sol ou un maintien du navire en position bien verticale. Mais il nous suffit, pour notre investigation étymologique, de noter qu’il s’agit d’un mouvement ou d’une orientation vers le haut.

De même nous ne nous étendrons pas sur le sens figuré de soutien : ἕρμα πόλεως,‘soutien de la cité’, à propos d’un personnage en vue, etc.

 

2) Le sens de tas

Dion Chrysostome, ou Dion de Pruse en Bithynie (40-120 après J.-C.), nous parle des pouvoirs magiques d’Orphée. Les animaux étaient envoûtés par sa voix, les arbres s’avançaient vers lui avec leurs fleurs et leurs fruits, les pierres se mettaient en mouvement et se réunissaient, ὥστε μεγάλα ἕρματα ἀθροίζεσθαι λίθων πλησίον αὐτοῦ ‘de telle sorte que de grands tas de pierre s’assemblaient près de lui’ (Discours 77-78, 19).

Il y a une certaine sacralité dans de tels ἕρματα. Cela peut entraîner la pensée vers d’autres tas de pierres, ceux qui guidaient le long des chemins, et indiquaient des limites. Ce sont les Ὲρμαί.

Lisons l’article HERMAE du Dictionnaire des antiquités de Daremberg et Saglio. En des temps fort anciens « Hermès était vénéré sous la forme tantôt d’un tas de pierres ramassées dans les champs et amoncelées sur le chemin… tantôt sous la forme d’un énorme phallus… C’étaient là les vestiges d’un temps où, à défaut de chemins tracés, le voyageur n’avait pour se guider que ces pierres entassées de distance en distance, auxquelles à son tour il ajoutait la sienne. Puis ils sont devenus des piliers surmontés de la tête du dieu Hermès. Mais ces indications ne sauraient suffire à éclairer les origines du dieu Hermès et ses rapports avec ces cairns. »

À l’article Hermès du Dictionnaire de l’Antiquité (traduction française, parue en 1993 dans la collection Bouquins, de l’ouvrage The Oxford Companion of Classical Literature, 1989) nous lisons « Le nom d’Hermès, qui apparaît dans les tablettes en linéaire B, semble dériver d’herma, un tas de pierres élevé afin de marquer une frontière. » Mais selon certains savants, ce nom d’Hermès pourrait avoir une origine égéenne ou micrasiatique ; la rencontre phonique entre ce nom et les cairns dont nous avons parlé aurait abouti au panorama que nous connaissons.

Ainsi, par suite d’une évolution interne au grec ou d’une sorte de contamination, le groupe ancien de ἕρμα s’est élargi en s’associant à Ἑρμῆς et à ses dérivés, en particulier à ἕρμαιον ‘don d’Hermès, aubaine, proie’ (définition de Chantraine).

Note sur un passage à éclaircir. Le dictionnaire grec-allemand de Passow donne à ἕρματα un sens voisin de celui de tas dans un passage de Diodore de Sicile (V, 70). Il s’agit de la cité fabuleuse de Dicta ; (on dit que dans cette cité abandonnée) διαμένειν ἔτι καὶ νῦν ἕρματα τῶν θεμελίων ‘subsistent encore maintenant des ἕρματα de ses fondations’. Pour Passow, il s’agit de ruines, donc d’amas inorganisés résultant d’effondrements. Il nous semble plutôt que nous avons ici le sens 1), et qu’il s’agit des substructions assurant la stabilité de ce qui repose sur elles.

 

3) Le sens de lest équilibrant un bateau.

Il y a un article ἕρμα dans la Souda (on disait autrefois le Lexique de Suidas), illustré par cette citation d’Arrien : ἕρμα τε εἰς τὴν πρύμναν ἐνθέντες τοῦ ἐξᾶραι ἐς ὕψος τὴν πρώραν. ‘ayant mis du lest à la poupe pour redresser la proue’.

Puis le sens s’est élargi à la simple idée de charge sans cette fonction d’équilibre.

 

4) Le sens d’écueil.

Parmi les divers sens de ἕρμα, le lexicographe Hésychius présente ainsi ce dernier : τὸν πετρώδη καὶ ἐπικυματιζόμενον ὥστε μὴ βλέπειν τόπον τῆς θαλάσσης ‘le lieu rocheux de la mer, recouvert de flots empêchant de le voir’.

Un écueil, c’est bien cela, mais il n’est pas que cela, comme nous allons le voir plus loin.

 

  1. Une étymologie pour ἕρμα

Passons à la recherche étymologique.

Chantraine commence sa notice par ces mots : « Les emplois divers du mot ἕρμα peuvent, comme nous l’avons dit plus haut, se déduire du sens de « pierre ». C’est là une petite inadvertance du maître, car il a indiqué dans la première phrase de sa notice qu’il peut s’agir de poutres…

Continuons notre lecture : « Cela posé, il est impossible pour ce dérivé en -μα de structure ancienne d’établir une origine indo-européenne plausible. »

L’expression « structure ancienne » renvoie au fait qu’en morphologie indo-européenne les neutres en -mn (qui ont donné les neutres en –μα du grec) sont construits sur le degré e de la racine. Sur la racine *ῥεϝ- ‘couler’ on a pour désigner le courant ἡ ῥοή et τὸ ῥεῦμα.

Nous allons voir s’il est vraiment impossible de découvrir une origine indo-européenne. Beekes pose un point d’interrogation pour l’étymologie. Il remarque, comme l’avait déjà fait Frisk (Griechisches etymologisches Wörterbuch, 1960), que selon les diverses significations de ἕρμα, des correspondants indo-européens divers ont été proposés, mais qu’aucun d’entre eux n’est compatible avec l’ensemble de ces significations. La question est à reprendre.

Ainsi le sanscrit várṣman- (neutre) ‘hauteur, sommet’ correspond parfaitement au grec ἕρμα si on pose un étymon *wers-mn. L’esprit rude du grec s’explique par la présence de la sifflante (Lejeune, Phonétique, § 183). La racine *wers- se prête à exprimer l’idée d’aller ou de faire aller vers le haut.

Cette étymologie convient à notre sens 1) : idée de surélever (un bateau) ou de le maintenir bien droit par des étais.

Elle convient parfaitement aussi au sens 2) : idée de tas, d’amoncellement se développant vers le haut.

Pour le sens 3), le lest équilibrant un bateau, on a rapproché le lituanien svarùs ‘lourd’, ne voyant dans ces ἕρματα que des masses pesantes. C’est là une mauvaise appréciation des choses qui est ancienne. Pour le dictionnaire de Bailly, ἕρμα en ce sens désigne « ce qui fait qu’une chose appuie ou enfonce, ce qui alourdit. » C’est oublier que cet appui a une fonction : il déclenche un jeu de forces qui redresse le navire ou le maintient bien droit sur la mer. Le passage de la Souda cité plus haut est bien significatif. Il est arrivé qu’au lancement, des bateaux basculent sur la mer et se couchent sur un flanc, côté bâbord ou côté tribord, faute d’avoir été bien lestés.

Un ἕρμα en ce sens est encore un *wers-mn, avec idée de faire aller vers le haut.

Reste à voir le sens 4) : écueil.

Il est rare qu’on ait l’occasion de rire en consultant un dictionnaire étymologique. Commentant le rapprochement étymologique entre ἕρμα pris en ce sens et le sanscrit várṣman– ‘hauteur, sommet’ dont nous avons parlé, Beekes nous déclare ceci : « This etymology disregards the fact that cliffs under the sea surface are denoted. » (Cette étymologie néglige le fait que ce sont des falaises sous le niveau de la mer qui sont désignées.) Certes, mais ces rochers qui forment des écueils, et qu’on peut voir en naviguant prudemment à leur proximité, ont l’aspect d’éminences montant du fond des mers. Ce sont les hauts fonds dont on parle dans la géographie de ces lieux et dans les manuels de navigation, et que connaissent bien les navigateurs. Beekes ne connaissait-il pas les hauts fonds ? N’aurait-il jamais navigué ? Les écueils sont des sommets de hauteurs sous-marines. Le navire qui se fracasse contre un écueil a heurté une montagne, une montagne qui s’élève jusqu’à atteindre presque la surface de la mer.

Ce rattachement de ἕρμα ‘écueil’ à un étymon *wers-mn, repoussé par Beekes et par bien d’autres, est donc parfaitement valable.

Il est valable pour les quatre sens de ἕρμα que nous avons distingués.

 

Il est intéressant de réfléchir à cette étude sur ἕρμα en songeant aux emplois du suffixe -μα, dont l’étude est difficile (Chantraine, Formation, § 181, p. 140). On le connaît bien comme exprimant le résultat d’une action (ποίημα, résultat d’un ποιεῖν).  On peut discerner cette valeur dans ἕρμα au sens de ‘tas, résultat de dresser verticalement des éléments’.

Ce suffixe peut avoir aussi, dans des formations archaïques, une valeur instrumentale. Un ἄκεσμα sert à guérir (ἀκέω ‘guérir’). Un δέσμα sert à attacher (δέω ‘attacher’). De même un ἕρμα de galets au fond d’un navire, c’est ce au moyen de quoi on en stabilise la verticalité.

Assez souvent -μα signale un processus interne à la chose. Ainsi un ῥεῦμα ‘un courant’ est ce en quoi se réalise un ‘écoulement’, un *ῥέϝειν ‘couler’, dont le ῥεῦμα est le siège.  En un ἕρμα au sens d’‘écueil’, de ‘montagne’ sous-marine, se réalise un ‘dressement’, un *wers- dont l’ἕρμα est le siège.

 

Jean-Victor Vernhes

       Maître de conférences honoraire

       Université d’Aix-Marseille

 

Centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297)

Note

[i] Lors de la préparation de cet article, j’ai bénéficié d’un sondage lexicologique effectué par Marie-Hélène Delavaud-Roux, dont nos lecteurs connaissent les contributions, Et j’ai eu des échanges par courriels avec Rémy Viredaz. Qu’ils soient chaleureusement remerciés, mais j’assume la responsabilité de cet écrit !

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Editorial et sommaire du n°136 de novembre 2013

L’évènement se produira tous les 1ers mars, juillet et novembre de chaque année

 

Franz Stuck, Sisyphe, 1920 (Wikicommons)
Franz Stuck, Sisyphe, 1920 (Wikicommons)

 Camus : “Aucune défaite n’est éternelle”

En 1946, dans Hommage à la Grèce, Camus écrit à propos de la résistance grecque contre le fascisme et le nazisme ces mots qui prennent tout leur sens dans la crise actuelle  :

“C’est la Grèce, après l’Espagne, qui nous a fait savoir qu’on peut avoir raison et être vaincu. Mais c’est la Grèce qui la première a fait savoir au monde que les hommes de la liberté pouvaient être aussi ceux du courage et qu’aucune défaite n’est éternelle.”[1]

Mais Camus rêvait cette Grèce plus qu’il ne la connaissait. Et pour cause ! Une interview du journal grec Τα Νέα du 19 mars 1955 lors de la première visite en Grèce d’Albert Camus nous en révèle la cause… Camus avait acheté un billet de bateau depuis Alger pour la Grèce qui portait la date fatidique… du 2 septembre 1939! Ce jour-là la guerre éclatait, il ne vint pas, et transforma pour ainsi dire en Grèce sa Kabylie dont il écrit dans son Carnet I, p. 90 :

“C’est comme si tout d’un coup, à des siècles de distance, l’Hellade tout entière transportée entre la mer et les montagnes renaissait dans sa splendeur antique, à peine accusée dans sa paresse et son respect du Destin par le voisinage de l’Orient.” [2]

Nous aussi, nous vous invitons au rêve, au voyage, ce mois-ci en Kabylie ou plutôt en terre berbère où est née la culture de l’olivier, il y a fort longtemps, comme nous le rappelle Salem Chaker dans son article…

 

Nous serons des Prométhées heureux

Cette invitation au voyage (terme plus poétique que le mot de “vulgarisation scientifique”) anime notre revue CONNAISSANCE HELLÉNIQUE ὁ λύχνος (ISSN 0248 8477) qui fête sa première année sur internet et sa trente-sixième année d’existence. Rappelons que notre revue a subi le destin de Prométhée : elle a voulu s’élever dans l’empyrée des revues scientifiques dans la prestigieuse collection internet “revues.org”. Mais parce que comme Prométhée, nous étions amis des hommes et que nous voulions leur transmettre le feu, parce que nous divulguions le savoir réservé aux dieux, nous avons été condamnés par les dieux ou les géants à rester enchaînés à la forme du blog “hypotheses.org”. Donc, nous ne débloguerons pas. Mais, puisque nous sommes, comme Prométhée, liés par les liens infrangibles de la Toile, nous rêverons à notre étoile. Nous serons, comme le prophétisait Camus à propos de Sisyphe, des “Prométhées heureux” et nous ferons sauter le Parthénon à coup d’hypothèses (voir l’article de J. Kaminski du n°135 de juillet dernier sur Christos Chrysopoulos, Ο βομβιστής του Παρθενώνα, νουβέλα.).

L’ÉVÈNEMENT SE PRODUIRA A CHACUNE DE NOS PARUTIONS, TOUS LES QUATRE MOIS, LES 1ERS NOVEMBRE, MARS & JUILLET DE CHAQUE ANNÉE.

 

Connaissance hellénique : le cours.

Trève de plaisanteries. Rappelons encore et toujours que cette Revue est la branche de CONNAISSANCE HELLÉNIQUE, Le Cours dont le site est toujours : http://sites.univ-provence.fr/hellen/

Son but est d’accompagner par correspondance, avec l’aide d’un correcteur attitré bénévole, tout volontaire dans l’apprentissage du grec ancien. Et cela pour trois francs six sous… En attendant le passage au numérique du Cours, la première étape du néophyte est encore l’achat du manuel de grec Hermaion et l’envoi d’une lettre à Connaissance Hellénique,  Faculté des Lettres 13621 Aix-en-Provence Cédex 1. Ou alors laissez un message en bas de cet article. Tous les lecteurs de cette revue qui le souhaitent peuvent envoyer à la même adresse et à l’ordre de Connaissance Hellénique un chèque (annuel) de soutien de 10, 50 €, afin (ce qui n’est pas un pléonasme) de numériser les anciens numéros. N’hésitez pas à proposer vos articles sur l’Antiquité grecque ou la Grèce en adressant un message après cet éditorial.

 

Sommaire du n° 136 de Connaissance Hellénique

Et voici maintenant le sommaire du numéro de novembre :

1 Christian Boudignon : La mairesse d’Aix et les crapules marseillaises (vous parlez grec et vous ne le saviez pas). http://ch.hypotheses.org/579

2 Pascal Boulhol : les Pères de l’Eglise sont-ils anarchistes ? http://ch.hypotheses.org/589

3 Salem Chaker : Enquête à propos du nom de l’olivier : grec ou berbère ? http://ch.hypotheses.org/601

4 Jean-Victor Vernhes : Une étymologie pour νόος > νοῦς « l’intellect » ? http://ch.hypotheses.org/626

5 Jean-Michel Ropars : Le saut de Leucade : une question de sens. http://ch.hypotheses.org/639

6 Janine Kaminski : cinq poèmes traduits de Théodore P. Zaphiriou, Fruits secs, Ξηροί καρποί. http://ch.hypotheses.org/648

7 Max Pourkier, La marine de guerre de l’Antiquité tardive de Constance II à Constantin IV (337-685). http://ch.hypotheses.org/657

8 Ariel Chopard, Lu pour vous : J.P. Néraudau, L’Olympe du Roi-Soleil, Les Belles Lettres, Paris, 2013. http://ch.hypotheses.org/691

 

 

La plus vieille chanson du monde

Et pour finir en chansons, Ariel Chopard nous communique le lien avec un article du journal Huffington Post sur la plus vieille chanson du monde, une chanson grecque découverte en 1883 à Tralles, en Asie Mineure, sur la stèle funéraire d’un certain Seikilos :

http://www.huffingtonpost.fr/2013/11/10/plus-vielle-chanson-du-monde_n_4245328.html

Ὅσον ζῇς φαίνου,

Μηδὲν ὅλως σὺ λυποῦ

Πρὸς ὀλίγον ἐστί τὸ ζῆν

Τὸ τέλος ὁ χρόνος ἀπαιτεῖ

”Tant que tu vis, brille !

Ne t’afflige absolument de rien !

La vie ne dure guère.

Le temps exige son tribut.” (attention au jeu de mot : τέλος signifie aussi “une fin” P.B.)

Vous pourrez comparer avec une autre version donnée sur : https://www.dailymotion.com/video/x9gdcb_musique-de-la-grece-antique-epitaph_music

Bonne écoute.

 Christian Boudignon


[1] cité dans la préface aux XXIIIe rencontres méditerranéennes, Albert Camus et la Grèce, Les écritures du Sud, 2007, p. 8.

[2] cité par André Abbou, “Albert Camus le retour à Ithaque”, dans Albert Camus et la Grèce, p. 83.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts