Archives par mot-clé : grec en maternelle

Brigitte Franceschetti et Ariel Chopard : Comment apprendre le grec aux enfants.

De l’institution des enfants ès lettres grecques

ou Comment Nausicaa offre conseil et estimable recommandation aux  honestes lecteurs d’icelui Λύχνος

 λύχνος n° 139, novembre 2014, article six ✯✭✭ 

 

Nausicaa, huile sur toile de Frederick Leighton, vers 1878 (Wikicommons)
Nausicaa, huile sur toile de Frederick Leighton, vers 1878 (Wikicommons)

 

En attendant la venue d’un nouveau Guillaume Budé

Grec langaige n’est pas doulz au françois (1) . Jamais titre n’a plus été d’actualité. Nous nous permettons donc de l’emprunter à Pascal Boulhol. Mais notre objectif est d’arriver à le contredire amicalement.

Les diverses réformes qui se succèdent dans l’enseignement secondaire réduisent de plus en plus l’apprentissage du grec jusqu’à le faire sortir de l’intitulé du cursus  (Langues de l’Antiquité et de la Latinité), de plus le nouveau CAPES risque de ne plus fournir d’enseignants de grec et il est vraisemblable que la maîtrise de cette langue se perde. En attendant la venue d’un nouveau Guillaume Budé qui permettra une nouvelle floraison d’hellénistes, Nausicaa continue son combat  et vous propose de la rejoindre dans la résistance.

 

L’association Nausicaa

Les lecteurs du Λύχνος et tous les membres de Connaissance Hellénique sont évidemment convaincus du fait qu’il existe des possibilités de pallier les carences du système éducatif. Grâce à ἕρμαιον (2)  les adultes qui en ont le désir ont pu ou peuvent apprendre le grec et découvrir « le fertile génie de la race hellénique » (3).

On ne peut que regretter qu’il ne soit rien mis en place de semblable pour les enfants. Rien ?

Pas tout à fait n’oublions pas Nausicaa !

Nausicaa, Nausicaa ? Mais qu’est ce donc ? Une association qui propose une initiation au grec ancien en maternelle et en primaire.

Pourquoi donc n’apprendrait-on pas aux enfants les rudiments de la langue grecque ? Oui, tout le monde peut s’initier au grec de 2 à 120 ans. Alors que les langues vivantes sont devenues obligatoires en primaire, il nous a paru évident voire essentiel de proposer une initiation au grec ancien.

 

Ecriture et mythologie

Ce qui nous a fait choisir le grec c’est la nouveauté de son écriture, sa séduction et bien sûr sa mythologie.

L’écriture : le graphisme est nouveau, l’écriture n’est pas cursive, il est aisé pour tous de reproduire les lettres, car les enfants en perçoivent instinctivement  l’origine picturale. Par exemple l’α représente la tête de taureau couchée, ou  pour certains un poisson…Il n’y a pas de piège orthographique : on écrit tout ce que l’on prononce ! Les enfants ont l’impression d’entrer dans un univers mystérieux dont tout le monde n’a pas les clefs. Cela  permet à tous de se retrouver à égalité et d’oublier les origines sociales comme les difficultés scolaires.

Sa séduction : les mythes grecs ouvrent aux enfants un champ de découverte culturel qui rentre en résonance avec leur monde actuel : le cinéma n’hésite pas à exploiter les aventures des grands héros ou des dieux, il faut voir la satisfaction des enfants quand ils sont capables de relever et d’expliquer les différences avec le mythe originel à leur entourage de plus, dans le parcours scolaire qui les attend, ils retrouveront ces « histoires » qui sont en fait, très souvent, les bases de la littérature.

La mythologie : outre la connaissance « intellectuelle » que procurent les mythes, la mythologie en elle-même offre aux enfants, comme les contes, la possibilité d’extérioriser leurs peurs. Les histoires les plus horribles les font délicieusement frémir : tuer son père et épouser sa mère, se crever les yeux, sacrifier sa fille, tuer les enfants de son frère et les lui donner à manger…S’imaginer combattre est aussi exaltant surtout s’il s’agit de monstres que l’on ne rencontrera pas dans la vie réelle : un être mi-homme mi-taureau, une vieille qui vous transforme en pierre rien qu’en vous regardant, un serpent aux multiples têtes qui repoussent dès qu’on les coupe…

En ce qui concerne l’étymologie et l’orthographe, nous nous permettons de reprendre, en l’actualisant, un article que nous avions déjà présenté dans le numéro 60 du Λύχνος papier (épuisé)

– Dans nos séances, nous apprenons toujours aux enfants un ou des mot-clef : Massalia, ville grecque, sera reliée au thème de 1a mer; le mot-clef sera : θάλασσα. Autour du mot-clef, nous allons regrouper un certain nombre de mots ou d’expressions. Ils seront choisis parfois en fonction d’une étude orthographique, par exemple explication du ph (φ), du th (θ), de certains ch, ceux qui se prononcent comme [k], (χ), parfois en fonction de la sémantique.

Les enfants cherchent par exemple des mots qui s’écrivent avec: un ph et citent : pharmacie, Philippe …ce qui à côté du mot-clef φαίνειν nous permettra d’étudier : φάρμακον (4), φιλεῖν et ἵππος. Nous nous permettons des détours que l’étymologie nous suggère. Après avoir appris ἵππος les enfants voient le rapport avec hippopotame et hippodrome. Ils découvrent que « ce joli signe qui porte le nom merveilleux d’esprit rude » donne un « h » en français. Après avoir appris le mot θάλασσα et remarqué que le θ donne « th », nous découvrons les mots

θέατρον et ὁρθός, ce dernier nous permet de parler d’orthographe, d’orthophonie …

Nous enrichissons notre vocabulaire : à chaque séance nous apprenons le mot difficile du jour (thalassocratie / θάλασσα, diaphane / δια-φαίνειν, anthropophage/ἄνθρωπος, φαγεῖν …) ce qui permet aussi de valoriser les enfants par le savoir : ils comprennent des mots qui sont parfois mal connus chez eux et sont ainsi les possesseurs d’un merveilleux savoir.

 

La magie des cours

Ce qui renforce la magie de ces cours c’est qu’il n’y aucune évaluation : on apprend pour apprendre et pour le plaisir et là du coup cette « gratuité  de l’apprentissage» ouvre la porte de la réussite. Peut-être parce que nous utilisons le cadre scolaire sans en faire un synonyme de contrainte. Nous travaillons en collaboration avec le professeur des écoles qui inscrit nos séances dans son programme.  Il prend une part active dans ces heures de grec. De plus le fait de voir leur maître en apprentissage du grec comme eux ravit les enfants.

L’intervenant de grec, suivant ses envies et ses capacités, peut avoir recours à des disciplines annexes :

–       musique : chant de la farandole des fourmis « μύρμηκες, μύρμηκες, μύρμηκες » …

–       théâtre : il est possible de couper le récit du mythe par des improvisations théâtrales réalisées par les enfants, ce qui permet de travailler l’expression orale en français et parfois en grec.

–       Les ressources de la technologie nous permettent des visites virtuelles en Grèce et même une initiation à l’archéologie.

 

Combattez avec nous

Ce tour d’horizon non exhaustif des pratiques de Nausicaa permet de montrer à quel point l’étude du grec et ce dès le plus jeune âge  offre, outre le savoir, un véritable épanouissement : certains élèves en échec ont repris goût à l’école (cf l’histoire d’André sur le site de Nausicaa http://nausicaa13.free.fr rubrique articles savants pédagogie article « remédiation par le grec ») Si nous devions résumer notre action par un slogan ce serait « L’excellence pour tous » !

Si l’on ne veut pas qu’il ait à nouveau comme mention : « c’est du grec, on ne lit pas » (Voir l’opus cité de P. Bouhlol), combattez avec nous : donner envie aux enfants pour survivre, semer pour que vive le Grec c’est notre cause ! Venez nous rejoindre pour que cette expérience puisse s’étendre dans un premier temps à la France entière !

 

 

                                                                                  Arielle Chopard et Brigitte Franceschetti

 

(1)    Titre de l’ excellent ouvrage de Pascal Boulhol, Grec langaige n’est pas doulz au françois-l’étude et l’enseignement du grec dans la France ancienne (IV siècle- 1530) Héritages méditerranéens, Presses Universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 2014

(2)    Incontournable manuel de grec de Jean-Victor Vernhes, Ἕρμαιον, Initiation au grec ancien, Ophrys, Gap-Paris, 1ère édition 1984

(3)    « Petite histoire de l’hellénisme », par Pierluigi Lanfranchi, ὁ λύχνος n°139, novembre 2014, article premier

(4)    Pour une étude plus savante mais ludique nous vous renvoyons à « Rue des boutiques obscures », chronique linguistiques des mots grecs du français populaire, Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas,  ὁ λύχνος n°139, novembre 2014, article quatre