Archives par mot-clé : Grec ancien

Jean-Victor Vernhes, « Que signifient les cas en grec ancien ? »

► ὁ λύχνος n° 158, mars 2021, archive

LE SYSTÈME DES CAS EN GREC ANCIEN

ou

Les cas du grec ancien revisités

 

[Ce dossier reprend, avec quelques retouches, deux articles parus dans les numéros 55 (avril 1993) et 56 (juillet 1993) du Λύχνος en formule papier. Ces articles avaient été composés avec des moyens informatiques devenus obsolètes. Les nécessaires et difficiles conversions ont pu être réalisées grâce à la compétence et à l’amitié de Daniel di Meglio, que nous remercions ici. Un grand merci également à Pascal Boulhol, dont la relecture attentive, exigeante et riche en suggestions m’a aidé à améliorer ce texte.]

Moulin à café sablier (wikicommons)

Le système des cas apparaît d’une assez grande complexité lorsqu’on aborde un manuel de grammaire du grec ancien. Il est pourtant possible de rendre son étude moins aride en essayant de mettre en lumière les principes organisateurs du système[1].

Sur les cinq cas que possède le grec (nominatif, vocatif, accusatif, génitif, datif), il en est d’abord deux que nous pouvons classer à part et qui ne posent guère de problèmes, le vocatif et le nominatif :

Le vocatif (ὦ φίλε, ὦ ἄνδρες δικασταί) ne fait pas vraiment partie de la structure de la phrase : il indique à qui s’adresse le message, et on peut le comparer à une adresse écrite sur une enveloppe (elle indique à qui s’adresse la missive, sans faire vraiment partie de celle-ci).

Le nominatif est le cas du sujet du verbe à un mode personnel et de son attribut, le cas du terme que répond à la question Qui est-ce qui…? ou Qu’est-ce qui…?

Bien entendu, cette présentation de ces deux cas est une simplification extrême. Il y aurait des considérations à développer sur la question. On trouvera là-dessus d’autres considérations dans toutes les grammaires détaillées (cf. en particulier, pour ne citer que des ouvrages en français, la Syntaxe grecque de Marcel Bizos, et celle de Jean Humbert, qui a beaucoup contribué à la réflexion sur la langue grecque).

On s’attachera ici à l’élucidation (du moins dans les grandes lignes) des trois cas qui dans la phrase grecque expriment les compléments : l’accusatif, le génitif et le datif. Leurs emplois offrent à première vue un ensemble très diversifié et plein de disparates. Il semblerait que l’étude syntaxique de ces trois cas soit une affaire de mémoire et d’habitude. Nous essaierons de dégager la logique sous-jacente.

Voici maintenant une nouvelle et double élimination : celle de l’accusatif du complément d’objet et celle du génitif du complément de nom (génitif adnominal). Ces deux emplois sont à la fois délicats du point de vue théorique et simples du point de vue pratique. Or dans la présente étude, la spéculation théorique n’est mise en œuvre que pour éclairer et faciliter la pratique du grec.

Un point de départ commode nous sera offert par le schéma suivant, appliqué à l’étude en français des prépositions à et de[2] :

Schéma 1

Ce schéma représente deux mouvements : un mouvement en direction d’une limite (correspondant à la préposition à) ; un mouvement à partir d’une limite (correspondant à la préposition de).

Pour rendre compte d’après ce schéma des emplois des prépositions à et de, il faut préciser qu’il peut s’appliquer au domaine spatial, temporel, ou notionnel.

  1. a) domaine spatial :

Je vais à Toulouse                            Je viens de Toulouse

  1. b) domaine temporel :

Je remets ce travail à demain.            Cela ne date pas d’hier

  1. c) domaine notionnel (ensemble des “sens figurés”).

Un moulin à café (destiné à…)           Citer un texte de mémoire

Il importe aussi de préciser (tant pour l’intelligence des cas que pour celle des prépositions) qu’il peut y avoir “vision statique” de ces mouvements : l’Europe de l’Atlantique à l’Oural (l’esprit opère un mouvement sur sa vision d’un espace). Les flèches du schéma sont alors des vecteurs indiquant non des déplacements, mais des orientations.

On peut s’inspirer de ce schéma et de cette classification pour rendre compte d’une grande partie des emplois de l’accusatif, du génitif et du datif en grec. Mais il va falloir compléter notre schéma, qui est binaire, en le rendant ternaire :

Schéma 2

C’est un schéma que plus loin nous aurons encore à compléter…

On retrouve les deux mouvements du schéma 1 : vers la limite (accusatif) et à partir de la limite (génitif)[3], mais on a ajouté une position, qui est la limite elle-même (datif locatif : ἐν τῇ οἰκίᾳ ‘dans la maison’).

Ces deux mouvements et cette position sont susceptibles d’applications spatiales, d’applications temporelles, et d’applications notionnelles.

 

I-Accusatif.

A-Spatial et concret.

L’accusatif qui répond à la question ποῖ ; (vers où ?). Εἰς τὴν ῾Ελλάδα βουλοίμην ἂν ἰέναι, je voudrais aller en Grèce.— Παρὰ τὸν Κῦρον ἴωμεν, allons trouver Cyrus. — Ἔξιμεν ἐπὶ θήραν, nous irons à la chasse. C’est l’accusatif de direction.

En prose classique, cet emploi de l’accusatif est toujours précisé par des prépositions, qui apportent des nuances diverses (εἰς étant la plus fréquente). Il n’en est pas de même chez Homère et les tragiques, où on peut le trouver sans préposition : Ἀνέϐη μέγαν οὐρανόν, elle monta dans le vaste ciel (Iliade, I, 497).

La “vision statique” du mouvement indique une orientation : Πρὸς ἑσπέραν, du côté de l’occident, vers l’ouest. Mouvement “vectoriel” de l’esprit sur l’image d’un territoire.

B-Temporel.

Εἰς ἥλιον καταδύντα, jusqu’au coucher du soleil (litt. jusqu’au soleil s’étant couché). — Εἰς τόδε, jusqu’au moment présent. — Πρὸς ἑσπέραν, vers le soir.

C-Notionnel.

En ce sens l’accusatif exprime une orientation de l’esprit vers un but, vers une personne, vers une idée. Εἰς κέρδος τι δρᾶν, faire quelque chose pour le profit. – Τὰ εἰς τοὺς Ἕλληνας ἁμαρτήματα, les fautes commises envers les Grecs.

 

II-Génitif.

A-Spatial et concret.

Le génitif qui répond à la question πόθεν (d’où ?). Ἐκ Πύλου ἦλθεν, il vint de Pylos. — Παρὰ βασιλέως ἔρχομαι, je viens de chez le Roi. C’est le génitif-ablatif[4] (c’est à dire indiquant un mouvement de sortie ou d’éloignement).

En prose classique, cet emploi est précisé par des prépositions, qui apportent des nuances diverses (ἐκ et ἀπό étant les plus fréquentes). Chez Homère et les tragiques, on peut le trouver sans préposition : Πάντες Οὐλύμποιο κατήλθομεν, nous sommes tous descendus de l’Olympe (Iliade, XX, 125).

On retrouve avec le génitif-ablatif la “vision statique” du mouvement (mouvement de l’esprit sur l’image d’un territoire pour décrire une situation d’éloignement) : πόλις ὑπὲρ τοῦ λιμένος κεῖται ἀπὸ θαλάττης, une ville se trouve au-dessus du port à quelque distance de la mer (Thucydide, I, 46, 2).

B.-Temporel.

Le génitif-ablatif répond à la question depuis quand ? Ἀπὸ τούτου τοῦ χρόνου, depuis ce temps là. — Ἐκ παιδός, depuis l’enfance. — Ἐκ παλαιοῦ, depuis les temps anciens.

C-Notionnel.

Le génitif-ablatif exprime la notion de provenance, de point de départ, appliquée à des domaines divers : Ἀπὸ τούτων τῶν χρημάτων συνέλεξε στράτευμα, il leva une armée avec cet argent (Xénophon, Anabase, II, 6, 5). — Ζῆν ἀπ᾿ἐλαχίστων χρημάτων, vivre de très peu (Xénophon, Mémorables, I, 2,14). — Ταῦτα παρὰ σοῦ ἐμάθομεν, nous avons appris cela de toi.

On a une application au domaine notionnel du génitif-ablatif vectoriel dans le complément du comparatif : Σοφώτερος ἐμοῦ, plus savant que moi, c’est-à-dire éloigné de moi par plus de science.

Le complément d’agent (cf. Ragon, § 215, p. 151) se rattache à cette valeur notionnelle du génitif-ablatif. L’agent est présenté comme étant le point de départ de l’action. Il peut d’ailleurs être introduit par ἀπό : ἐπράχθη οὐδὲν ἀπ᾽αὐτῶν, rien ne fut fait par eux (Thucydide, I, 17). On a une autre confirmation de la valeur de ce génitif dans la façon dont on exprime le complément d’agent auprès d’un verbe au parfait passif et avec les adjectifs verbaux en -τέος. On dit τοῦτό μοι πέπρακται, cela est fait par moi et τοῦτό μοι πρακτέον, cela doit être fait par moi : la tournure ὑπὸ + génitif est ici exclue. C’est que le parfait évoque un état statique, non un processus, et que l’adjectif verbal en -τέος évoque une obligation, non un acte : dans les deux cas, nul flux énergétique n’émane de la personne désignée par le complément.

Nous verrons plus loin d’autres compléments au génitif-ablatif, après avoir acquis une meilleure vue d’ensemble sur les cas.

 

III-Datif.

A-Spatial et concret.

Le datif-locatif répond à la question ποῦ (où ?). Il est précédé de ἐν, παρά, ἐπί, περί, ὑπό.

Σωκράτης ὅλον τὸν βίον ἐν Ἀθήναις διήγαγεν, Socrate passa toute sa vie à Athènes. — Παρά σοι κατέλυον, ils logeaient chez toi. — Ἐπὶ πηγαῖς τοῦ Μαρσύου, aux sources du Marsyas (Xénophon, Anabase, 1, 2, 8). — Θώρακα περὶ στέρνοις ἔχειν, avoir une cuirasse autour de la poitrine (Xénophon, Cyropédie, I, 2, 13). — ῾Εστάναι ὑπὸ δένδρῳ, être debout sous un arbre (Platon, Philèbe, 38 c).

L’emploi sans préposition est rare en prose. Cependant on dit ordinairement Μαραθῶνι, à Marathon. Mais cette absence de préposition est courante en poésie : Κῦμα αἰγιαλῷ μεγάλῳ βρέμεται, le flot gronde sur le vaste rivage (Iliade, II, 209). — Nῦν δ᾽ἀγροῖσι τυγχάνει, il se trouve maintenant à la campagne (Sophocle, Électre, 313).

B.-Temporel.

Le datif-locatif avec ἐν répond à la question πότε ; (quand ?). Ἐν τούτῳ τῷ χρόνῳ, en ce temps-là. —Ἐν νυκτὶ βουλὴ τοῖς σοφοῖς γίγνεται, c’est la nuit que le parti à prendre apparaît aux sages (Ménandre, Maximes, 150)

Il s’emploie sans préposition avec les noms désignant des tranches de temps (jour, nuit, mois, année) s’ils sont accompagnés d’une détermination indiquant de quel jour, de quel mois, etc., il s’agit, et les noms de fêtes : Τῇ πέμπτῃ ἡμέρᾳ, le cinquième jour. — Tῇ αὐτῇ ἡμέρᾳ, le même jour. —Τοῖς Διονυσίοις, aux Dionysies.

Le datif-locatif avec ἐν indique aussi dans quel espace de temps une chose a lieu : —Οὐκ ἐν πολλοῖς ἔτεσιν, en peu d’années (Platon, Le Politique, 307e).

C-Notionnel.

Ex. : — Οἱ ἐν τοῖς πράγμασι, ceux qui sont aux affaires (Thucydide) — Ἐν φιλοσοφίᾳ εἶναι, s’occuper de philosophie (Platon).

Noter l’absence de préposition dans l’expression λόγῳ μέν … ἔργῳ δέ …, en paroles… en réalité…

On a également des applications notionnelles du datif-locatif dans certains emplois figurés mettant en jeu ἐπί. — Εἶναι ἐπ᾽ἔργῳ, être au travail. — Οἱ ἐπὶ πράγμασι, ceux qui sont au pouvoir. — Ἐπὶ τοῖς ἴσοις καὶ ὁμοίοις, dans des conditions de parfaite égalité (Thucydide, V, 79, 1). — Μέγα φρονεῖν ἐπί τινι, s’enorgueillir de quelque chose. On rencontre assez souvent avec ἐπί ces notions de situation psychologique. Avec ὑπό : δοῦλος ὑπὸ δεσπότῃ διαιτώμενος, un esclave vivant sous l’autorité d’un maître (Xénophon, Mémorables II, 6, 2).

Notre schéma 2 n’explique pas tout de l’emploi des cas. Il laisse à l’état de problèmes les valeurs du datif qui impliquent une idée d’approche (ἀπαντᾶν τινι, aller au devant de quelqu’un) et celles qui relèvent du datif instrumental (ταῖς χερσὶν ἐργάζεσθαι, travailler de ses mains).

Il n’explique pas non plus l’accusatif d’extension et le génitif partitif. Nous allons nous attacher d’abord à ces deux derniers emplois, en les illustrant préalablement de quelques exemples. Puis nous verrons comment intégrer le datif d’approche et le datif instrumental dans une vue d’ensemble.

Exemples d’accusatif d’extension : Αἱ σκηναὶ αἱ κατὰ τὴν ἀγοράν, les boutiques qui occupent la place publique (Démosthène, Sur la couronne, 169). —Κατ᾽ ἀγροὺς οἰκοῦμεν, nous habitons aux champs. L’accusatif n’indique pas ici la direction d’un mouvement, mais définit la zone de l’espace attribuée aux objets ou aux actions dont il est question. L’espace n’est pas forcément occupé en totalité de façon effective par ces objets ou ces actions, mais il est entièrement envisagé, sans autre précision.

Exemples de génitif partitif : les plus suggestifs sont peut-être les nombreuses formules épiques du type πεδίοιο διώκειν poursuivre dans la plaine (πεδίοιο est le génitif homérique de τὸ πεδίον, la plaine : = πεδίου). Le génitif indique l’espace à l’intérieur duquel l’action se déroule, mais l’espace n’est pas entièrement concerné : il est spécifié par le génitif qu’une partie seulement est affectée par l’action. De même λοεσσάμενος (= λουσάμενος) ποταμοῖο (= ποταμοῦ), s’étant baigné dans le fleuve (Iliade, XXI, 560) : on dirait en grec classique λουσάμενος ἐν τῷ ποταμῷ.

Nous pouvons représenter l’opposition entre l’accusatif d’extension et le génitif partitif de la façon suivante :

Schéma 3

La circonférence figure dans les deux cas la limite de l’espace défini. Mais :

Dans le cas de l’accusatif d’extension, les flèches allant vers la limite indiquent que l’espace tout entier est concerné. Le radical ἀγρ- définit l’espace considéré et la désinence -ους signifie que cet espace est tout entier concerné.

Dans le cas du génitif partitif, le cercle intérieur et les flèches partant de la limite pour se diriger vers l’intérieur indiquent que l’espace n’est pas tout entier concerné, mais que la pensée opère sur celui-ci un mouvement de restriction et n’en considère qu’une partie. Le radical πεδι- définit l’espace considéré et la désinence -οιο signifie que cet espace n’est pas tout entier concerné.

Dans ce schéma 3, comme dans le schéma 2, nous avons l’opposition d’un mouvement vers une limite et d’un mouvement à partir d’une limite.

Mais dans le cas du schéma 2, les mouvements se font, soit vers la limite soit à partir de la limite, dans un espace qui est extérieur à cette limite. Au contraire dans le cas du schéma 3, les mouvements se font, soit vers la limite soit à partir de la limite, dans un espace qui est intérieur à cette limite. On est passé de l’application externe à l’application interne d’une même opposition de deux mouvements.

On notera que cette application interne ne donne pas lieu à une troisième position (celle du datif locatif).

Ce schéma donne une illustration graphique à la parenté logique entre le génitif partitif et le génitif ablatif. Cette parenté, il est vrai, n’est pas difficile à saisir (isoler une partie d’un ensemble, c’est déjà procéder à une extraction[5]). Mais il n’en va pas de même pour la relation entre l’accusatif de direction et l’accusatif d’extension : parlant de ces deux valeurs de ce cas, J. Haudry estime[6] qu’on “ne voit pas de lien entre ces deux valeurs”. Le système ici proposé suggère une solution à ce problème.

Pour mieux mettre en parallèle les schémas 2 et 3, on peut donner une version linéaire du schéma 3 (ce qui facilitera la représentation des valeurs temporelles, le temps étant linéaire et ne se prêtant pas à être représenté par des surfaces) :

 

Schéma 4

Nous allons maintenant envisager les applications spatiales, temporelles et notionnelles de l’accusatif d’extension et du génitif partitif, ce qui éclairera une nouvelle série d’emplois de ces cas.

IV-Accusatif d’extension.

A-Spatial et concret.

On met à l’accusatif le complément indiquant une distance, une étendue : Ἀπέχει ἡ Πλάταια τῶν Θηϐῶν σταδίους ἑϐδομήκοντα, Platée est à soixante-dix stades de Thèbes (Thucydide, II, 5, 2).

Exemples avec prépositions : Κατὰ τὴν ἀγοράν, κατ᾽ἀγρούς (cf. supra). — Ὑπ᾽αὐγὰς λεύσσειν πέπλους, examiner des vêtements à la lumière du jour (Euripide, Hécube, 1154). Cet emploi avec ὑπό n’exclut pas l’idée de mouvement : Ἀπῆλθον ὑπὸ τὰ δένδρα ἄνθρωποι ὡς ἑϐδομήκοντα, environ soixante-dix hommes s’en allèrent sous les arbres (Xénophon, Anabase, IV, 7, 8). — Ἠὼς φαινομένη ὑπὲρ ἅλα, l’Aurore apparaissant au-dessus de la mer (Odyssée, XXIV, 13). — Ἦν παρὰ τὴν ὁδὸν κρήνη, il y avait une source au bord de la route (Xénophon, Anabase, I, 2, 13). — Περὶ τὴν κρήνην εὕδειν, dormir sur le pourtour de la source (Platon, Phèdre, 259 a).

Employé dans le domaine concret, l’accusatif de point de vue (ou “accusatif de relation”) indique la partie matérielle à laquelle on veut restreindre la validité d’une assertion. — Τὸν δάκτυλον ἀλγεῖ, il a mal au doigt (cf. Ragon, § 209, p. 147).

B-Temporel.

On met à l’accusatif le complément indiquant l’extension dans le temps : Αἱ σπονδαὶ ἐνιαυτὸν ἔσονται, la trêve durera un an (Thucydide, IV, 118, 6) — Τὴν ἀποδημίαν πᾶσαν, durant tout le voyage (Démosthène, La fausse ambassade, 177).

Exemples avec préposition : Ἀμφὶ δείλην, vers le soir (Xénophon) — Παρὰ πάντα τὸν βίον, pendant toute la vie (Platon) — Καθ᾽ἡμέραν τὴν νῦν, au jour présent (Sophocle). — Θυομένῳ αὐτῷ ἐπὶ τρεῖς ἡμέρας οὐκ ἐγίγνετο τὰ ἱερά, il sacrifia pendant trois jours sans que les présages lui fussent favorables : litt. à lui sacrifiant pendant trois jours ne se produisirent pas les signes sacrés (Xénophon, Anabase, VI, 6, 36). — Ὑπὸ τοὺς αὐτοὺς χρόνους, vers la même époque (Thucydide, I, 100, 3).

C-Notionnel.

Nous avons ici l’accusatif de point de vue, forme particulière de l’accusatif de relation : Πρᾷος τὸ ἦθος, doux de caractère (Platon, Phèdre, 243 c). — Θαυμάσιος τὸ κάλλος, admirable de beauté (Xénophon, Anabase, II, 3, 15). L’accusatif délimite ici en extension, dans le domaine psychologique ou conceptuel, la zone attribuée à la vérité de l’affirmation.

 

V-Génitif partitif.

A-Spatial et concret.

Les exemples homériques du type διώκειν πεδίοιο, signalés plus haut, entrent dans cette catégorie (cf. Chantraine, Grammaire homérique, T. II, p. 58-59, § 72). Nous avons là des génitifs de lieu sans préposition. En attique, ces tournures non prépositionnelles ne s’emploient pas aussi librement. On les trouve par exemple dans les tournures indiquant qu’une ville fait partie d’un pays : ῾Ωρμίσαντο τῆς Χερσονήσου ἐν Ἐλαιοῦντι, ils mouillèrent au port d’Éléonte de Chersonèse (Xénophon, Helléniques, II, 1, 20). — Πέργαμον καταλαμϐάνουσι τῆς Ἀσίας, ils arrivent à Pergame d’Asie (Xénophon, Anabase, VII, 8, 8).

Ce génitif partitif spatial est usuel avec préposition : Πορεύονται διὰ τῆς χώρας, ils marchent à travers le pays (la traversée n’affecte qu’une partie de la surface traversée) — Εἴθ᾽ὑπὲρ γῆς εἴτ᾽ἐπὶ γῆς εἴθ᾽ὑπὸ γῆς, soit au-dessus de la terre, soit sur terre, soit sous terre (Théophraste) : une portion seulement de la terre est concernée.

B-Temporel.

Avec les noms de temps non accompagnés d’une détermination numérique on peut avoir le génitif sans préposition : Θέρους, en été. — Χειμῶνος, en hiver — Ἡμέρας καὶ νυκτός, de jour et de nuit.

Avec prépositions : Διὰ πάσης τῆς ἡμέρας, pendant toute la journée. — Ἐπὶ Κρόνου, du temps de Cronos. — Ἐπὶ πολλῶν ἀγώνων, dans beaucoup de procès (Démosthène).

C-Notionnel.

Le génitif partitif indique la relation logique d’appartenance à un ensemble :

  1. a) Comme complément d’une forme nominale : Ἀνὴρ τῶν πελταστῶν, un homme de la classe des peltastes (cf. Ragon, § 212, p. 148). Ce génitif se distingue du complément de nom ordinaire par le fait qu’il ne s’enclave pas : Τῶν πολεμίων τὸ πολύ, la plus grande partie des ennemis (Xénophon, Anabase, IV, 6, 24).

Un cas particulier de cet emploi est le complément du superlatif : Τῶν Ἀθηναίων οἱ πλουσιώτατοι, les plus riches des Athéniens[7].

  1. b) En fonction attributive : Σόλων τῶν ἑπτὰ σοφιστῶν ἐκλήθη, Solon fut compté au nombre des sept sages (Isocrate, XV, 235). — Ἐμὲ θὲς τῶν πεπεισμένων, mets-moi au nombre de ceux qui sont persuadés (Platon, République 424 c). De même avec εἶναι au sens de faire partie de, λέγεσθαι, νομίζεσθαι, être considéré comme faisant partie de : τῶν σοφωτάτων ἐστίν, il fait partie des plus sages.

Dans les trois domaines (spatial, temporel, notionnel), on a des tournures où le génitif partitif accompagne un adverbe : ποῦ τῆς γῆς ; en quel lieu de la terre ? Πηνίκα ἐστὶ τῆς ἡμέρας, quelle heure est-il ? (Aristophane, Oiseaux, 1498), Πόρρω τῆς σοφίας ἥκειν, s’être avancé loin dans la sagesse. Cf. Ragon, § 212, Remarque, p. 149.

On emploie le génitif comme complément de certains verbes et des adjectifs qui leur sont sémantiquement apparentés : cf. Ragon, § 213, p. 149 pour les verbes et § 214, p. 151 pour les adjectifs. En vertu de la parenté logique, signalée plus haut, entre génitif ablatif et génitif partitif (et aussi pour une autre raison, tenant à la grammaire historique, que nous examinerons ci-après), il n’est pas toujours facile de faire le départ entre les deux types d’emploi.

 

VI Distinction entre le génitif ablatif et le génitif partitif

A- Compléments se rattachant clairement au génitif ablatif :

— Verbes et adjectifs exprimant, au propre ou au figuré, les notions : d’origine, d’éloignement, à quoi se rattachent les idées de cessation, de privation (ou au contraire de libération), d’empêchement, de différence (en particulier supériorité ou infériorité, auquel cas l’emploi du génitif rejoint celui qui sert de complément au comparatif). Cf. Humbert, § 462-465, p. 278-280.

Ainsi : γίγνομαι, naître de ; ἀπέχω, être éloigné de ; ἀπέχομαι, s’abstenir de ; ἀποστερέω, priver de ; ἐλευθερόω, libérer de ; κωλύω, empêcher ; διαφέρω, être différent de ou être supérieur à ; λείπομαι, être inférieur à, etc.

Adjectifs : ἕτερος, autre que ; διάφορος, différent de, etc.

Δαρείου καὶ Παρυσατίδος γίγνονται παῖδες δύο, de Darius et de Parysatis naquirent deux enfants (Xénophon, Anabase, I, 1, 1). — Ἐσκόπει τί διαφέρει μανίας ἀμαθία, il examinait en quoi l’ignorance diffère de la folie (Xénophon, Mémorables, 1, 2, 50). — Οἱ νεώτεροι εἴκουσι τῆς ὁδοῦ (pour les personnes âgées), les jeunes cèdent le chemin [litt. s’écartent de la route] (Hérodote, II, 80).

La notion d’éloignement se discerne en particulier avec les adjectifs comportant une idée négative : τοῦ πάντων ἡδίστου θεάματος ἀθέατος, qui n’a pas vu le spectacle le plus agréable de tous (Xénophon, Mémorables, II, 1, 31)

— Génitif du grief avec les verbes comme αἰτιάομαι, accuser, καταδικάζω, condamner, etc. : Ἀσεϐείας φεύγειν, être condamné pour impiété : cf. Ragon, § 216, 2°, p. 151. Le génitif indique ce qui est à l’origine de la condamnation.

— Avec les verbes signifiant apprendre de, entendre de la bouche de quelqu’un, on met au génitif le nom de la personne qui est source de la connaissance en question. Ainsi avec μανθάνω, apprendre ; πυνθάνομαι, apprendre par ouï-dire ; ἀκούω, entendre. Ἣδομαι ἀκούων σου φρονίμους λόγους, je suis heureux de t’entendre tenir ce langage sensé (Xénophon, Anabase, II, 5, 16). Ἤκουσέ σου ταύτην τὴν φωνὴν oὐδεὶς, personne n’a entendu de toi cette parole (Démosthène, Sur la Couronne, 22).

B- Compléments se rattachant clairement au génitif partitif :

— Génitif avec les verbes qui expriment une participation (qui peut être, selon les cas, prise, demandée, donnée) : μετέχω, prendre part à ; μεταδίδωμι, faire participer à… Χρὴ τοῦ βάρους μεταδιδόναι τοῖς φίλοις, il faut faire partager son fardeau à ses amis (Xénophon, Mémorables, II, 7, 1). De même avec des adjectifs comme μέτοχος, qui a part à.

— Génitif avec les verbes exprimant un simple contact (tandis que la saisie ou l’occupation s’expriment à l’accusatif) : ἅπτομαι, toucher ; ἔχομαι, être en contact. Ἀνεπαύετο ἐν τῇ ἐχομένῃ ἐμοῦ κλίνῃ, il se reposait sur le lit contigu au mien (Platon, Banquet 217 d).

On peut y joindre πειράομαι, faire une tentative sur, attaquer : πειρᾶσθαι τοῦ τείχους, faire une tentative contre le rempart (Thucydide, II, 81, 2).

De cette façon s’explique le génitif avec τυγχάνω, rencontrer, obtenir ; ἅπτομαι, toucher à. Νίκης τε τετυχήκαμεν καὶ σωτηρίας, nous avons obtenu la victoire et le salut (Xénophon, Cyropédie, IV, 1, 2). Le génitif nous suggère qu’il s’agit d’un but qu’on touche ou d’une chose au contact de laquelle on est[8].

— Génitif avec les verbes signifiant commencer, comme ἄρχω, ἄρχομαι : πολέμου οὐκ ἄρξομεν, ἀρχομένους δὲ ἀμυνούμεθα, nous ne prendrons pas l’initiative de la guerre, mais nous repousserons ceux qui la déclencheront (Thucydide, I, 144, 3). Commencer quelque chose, c’est en effet y être partiellement engagé : d’où le génitif partitif[9].

— Le génitif est possible, pour indiquer que l’action s’exerce de façon partielle sur l’objet :

  1. a) avec les verbes signifiant boire, manger, goûter: τῶν κηρίων ὅσοι ἔφαγον ἄφρονες ἐγίγνοντο, tous ceux qui avaient mangé des rayons de miel perdaient l’esprit (Xénophon, Anabase, 4, 7, 20). C’est la tournure πίνειν οἴνου, boire du vin, etc (cf. Ragon, § 212, Rem., p. 139).
  2. b) avec des verbes signifiant donner, prendre, détruire. Ce groupe est difficile à circonscrire (il ne serait pas commode de donner, pour le thème grec, une règle simple indiquant dans quelle mesure on peut employer le génitif pour traduire un complément d’objet signifiant une partie de) : ἡ ἐπίκλυσις παρεῖλε τοῦ φρουρίου, l’inondation emporta une partie du fort (Thucydide, III, 89, 3) ; (φασι) τὸν Κῦρον λαϐόντα τῶν κρεῶν διαδιδόναι τοῖς θεραπευταῖς, (on dit) que Cyrus, ayant prélevé sur les viandes, (en) distribua aux serviteurs (Xénophon, Cyropédie, I, 3, 7) ; τῆς γῆς ἔτεμον, ils dévastèrent une partie du territoire (Thucydide, I, 30, 2)[10]; κλέπτειν τοῦ ὄρους, s’emparer par ruse d’une portion de la montagne (Xénophon, Anabase, IV, 6, 15). Καὶ τῆς κεφαλῆς κατέαγε περὶ λίθον πεσών, et il s’est fendu la tête en tombant sur une pierre (Aristophane, Acharniens, 1180).

— Un génitif partitif peut situer ce qui est dit à l’intérieur d’un certain domaine : certains grammairiens parlent alors d’un “génitif de relation” faisant pendant à l’ “accusatif de relation”. On le trouve :

  1. a) avec des verbes et des adjectifs indiquant la capacité ou la propension à tel ou tel comportement : Τὸ πῦρ ἐπίκουρον μὲν ψύχους, ἐπίκουρον δὲ σκότους, le feu qui protège du froid, qui protège de l’obscurité; πολλῶν ἤδη πολέμων ἔμπειρός εἰμι, j’ai déjà l’expérience de beaucoup de guerres (Thucydide, I, 80, 1) ; φιλαναλῶται ἀλλοτρίων, prodigues du bien d’autrui (Platon, République, 548 b). C’est le cas pour les adjectifs en -ικός indiquant une aptitude ou une tendance : παρασκευαστικὸν τῶν εἰς τὸν πόλεμον τὸν στρατηγὸν εἶναι χρὴ καὶ ποριστικὸν τῶν ἐπιτηδείων τοῖς στρατιώταις, il faut que le général soit apte à faire les préparatifs de guerre et à procurer le nécessaire aux soldats (Xénophon, Mémorables, ΙΙΙ, 1, 6).
  2. b) dans les expressions formées d’un adverbe de manière accompagnant ἔχω ou d’un verbe de sens équivalent : Πῶς ἔχεις δόξης, quelle est ton opinion ? (= comment es-tu en matière d’opinion ? Platon, République, 456 d) ; τοῦ πρὸς Ἀθηναίους πολέμου καλῶς αὐτοῖς ἐδόκει ἡ πόλις καθίστασθαι, la ville leur paraissait bien située pour une guerre contre les Athéniens (Thucydide, III, 92, 4).

Dans tous ces cas, l’interprétation usuelle par le génitif partitif ne semble pas devoir être contestée. En revanche une remise en question peut être utile dans certains autres cas où l’interprétation par le génitif partitif, devenue pratiquement officielle, influence largement l’enseignement de la grammaire grecque.

C- Interprétations usuelles par le génitif partitif. Contestations.

Dans la plupart des cas que nous allons ici examiner, il s’agit d’emplois pour lesquels, du fait de concordances syntaxiques entre les langues (essentiellement grec, latin, sanscrit), la construction grecque avec génitif se révèle être un héritage indo-européen[11]: on estime que dans de tels cas, le génitif ne fait pas fonction d’ablatif, mais représente un “génitif proprement dit”. Or les traités de grammaire comparée des langues indo-européennes ne reconnaissent au génitif indo-européen que deux valeurs, adnominale (emploi comme complément de nom) et partitive. Tout emploi grec non adnominal du génitif qui correspond à un génitif latin[12] ou sanscrit serait donc à rattacher au génitif partitif. Nous allons voir une série de génitifs grecs qui ont été considérés comme partitifs en vertu de ce principe de grammaire historique[13], mais qu’il vaut mieux, à notre avis, considérer comme ablatifs en synchronie du grec. Il s’agit essentiellement des tournures suivantes :

— Génitif de la partie par laquelle on saisit (cf. Ragon, § 216, 4°, p. 151) : Λαμϐάνειν τῆς ζώνης, prendre par la ceinture. D’après la Syntaxe grecque de O. Riemann et Ch. Cucuel (1887), “le génitif s’explique par ce fait qu’on ne touche qu’une partie de la ceinture” et il s’agirait donc d’un génitif partitif[14]. Mais une telle explication ne peut s’appliquer à des expressions comme λαμϐάνειν τῆς χειρός, prendre par la main. Mieux vaut considérer la ceinture ou la main comme le point d’application à partir duquel s’exerce la force de celui qui saisit : interprétation par un génitif-ablatif, satisfaisante du point de vue grec (et soupçonnée par P. Chantraine, Grammaire homérique, t. II, p. 53).

— Génitif avec les verbes et adjectifs signifiant le plein et l’abondance[15], comme πίμπλημι, emplir ; εὐπορέω, regorger de ; ἀπολαύω, jouir de ; πλήρης, plein, etc. : οὐκ ἐμπλήσετε τὴν θάλατταν τριηρῶν ; n’allez-vous pas emplir la mer de trières ? (Démosthène, Sur la Chersonèse, 74). Ce génitif est considéré comme partitif, parce que, nous dit-on, “pour remplir l’objet considéré, on peut puiser dans une matière” (Humbert, Syntaxe grecque, § 449, p. 272). Mais il peut aussi être perçu comme ablatif : il désigne ce au moyen de quoi on emplit (effet de sens instrumental se rattachant au génitif-ablatif). Et il est des exemples où le génitif accompagnant des verbes de ce groupe ne peut aucunement être interprété comme partitif, mais seulement comme ce par quoi se produit ce qu’indique le verbe : τί νεκρῶν τῶνδε πληθύει πέδον ; pourquoi la plaine est-elle emplie de ces morts ? (elle n’est pas emplie d’une partie des morts désignés : Euripide, Héraclès, 1172) ; πολλῶν μὲν χρημάτων, πολλῶν δὲ στρατιωτῶν εὐπορήσας, s’étant procuré beaucoup d’argent et beaucoup de soldats (ici non plus, il ne s’agit pas d’une partie de beaucoup d’argent, d’une partie de beaucoup de soldats : Démosthène, Sur la couronne, 27). Les génitifs avec ce groupe de verbes sont donc des génitifs ablatifs à effet de sens instrumental[16].

— Génitif du motif avec les verbes de sentiment (cf. Ragon, § 216, 3, p. 152) . Ainsi εὐδαιμονίζω, féliciter ; θαυμάζω, s’étonner, etc. Ἐθαύμασα τῆς τόλμης τῶν λεγόντων, j’ai été étonné de l’audace des orateurs (Lysias, Contre Ératosthène, 41) ; πατρὶ μηνίσας φόνου, s’irritant contre son père à cause de ce meurtre (Sophocle, Antigone, 1177). De même avec les adjectifs signifiant “qui suscite tel ou tel sentiment”, comme ζηλωτός, enviable ; θαυμαστός, étonnant. ῏Ω μακάριε τῆς τύχης, que tu es enviable pour ton sort ! (Aristophane, Cavaliers, 186). J. Humbert (§ 454, p. 274) estime que ces génitifs s’expliquent par la valeur partitive : “ainsi, dans un tour tel que θαυμάζω σε τῆς ἰσχύος, je t’admire pour ta force, on peut admettre que c’est le fait d’isoler un trait de caractère qui justifie le génitif partitif”. Étrange explication : le génitif partitif ne s’emploie pas pour désigner l’objet qu’on isole, mais pour désigner l’ensemble au sein duquel on procède à une saisie partielle ! Or ce génitif du motif s’interprète bien comme un génitif ablatif indiquant ce qui est à l’origine du sentiment éprouvé[17]. J. Humbert y songe, au début du paragraphe cité, puis un peu plus loin (§ 466, p. 280), mais sans aller jusqu’au bout de cette idée.

— Verbes exprimant l’idée de souci : ἐπιμελέομαι, s’occuper de ; φροντίζω, se soucier de, etc. : οἱ τῆς ἀληθείας οὐδὲν φροντίζοντες, ceux qui n’ont aucun souci de la vérité (Platon). Selon J. Humbert (§ 453, p. 273-274), ces verbes “admettent un génitif partitif parce que l’on s’attache attentivement à un objet, tandis que toute la réalité, dont il est tiré, est regardée avec indifférence”. Même remarque que précédemment : le génitif partitif désigne le tout dont on prend une partie, et non l’objet qui est extrait d’un tout ! L’interprétation ablative, ici aussi, se fait sans problème : la chose dont on se soucie est à l’origine du souci.

— Verbes du groupe βασιλεύω régner ; κρατέω, dominer, etc.[18] : Τῆς τε θαλάττης ἐκράτει καὶ τῶν νήσων, il dominait la mer et les îles (Platon, Ménexène, 239 e). Humbert, § 455, p. 274-275 l’explique ainsi : “une suprématie est une sorte de joug, qui pèse sur la nuque des sujets : on rejoint ainsi la notion de contact partiel”. Ainsi, malgré la parenté sémantique, on est amené à disjoindre ces verbes de ceux qui indiquent simplement une idée de supériorité, comme διαφέρω, être différent, être supérieur. Et cette disjonction n’a pas de fondement du point de vue grec. Il est plus cohérent, pour l’ensemble de ce groupe sémantique exprimant domination, différence, supériorité…, de recourir à l’interprétation par le génitif-ablatif[19].

— Verbes signifiant se souvenir : μέμνημαι, se souvenir de. Τῶν ἀπόντων φίλων μέμνησο, souviens-toi de tes amis absents (Isocrate). Chez J. Humbert (§ 451, p. 273) on perçoit un certain embarras pour l’explication des génitifs partitifs dans cette catégorie : il suppose des phénomènes d’analogie, se demande si le génitif pouvait être senti en grec comme partitif. Le plus simple, ici encore, est d’avoir recours au génitif ablatif : un souvenir nous vient de la chose remémorée. La tournure française il me souvient du lac tranquille est de ce point de vue suggestive.

— Verbes de perception, dont la plupart se construisent avec le génitif : ἀκροάομαι, écouter ; ὀσφραίνομαι, flairer ; γεύομαι, goûter. Κρομμύων ὀσφραίνομαι, je sens des oignons (Aristophane, Grenouilles, 654). Cependant ὁράω, je vois se construit presque toujours avec l’accusatif, et ἀκούω, j’écoute se construit avec le génitif du nom de la personne, mais l’accusatif ou le génitif du nom de la chose.

Τῶν μαρτύρων ἀκηκόατε, vous avez entendu les témoins (formule usuelle) ; εἰς καιρὸν ἥκεις ὅπως τῆς δίκης ἀκούσῃς, tu arrives à point pour entendre le jugement (Xénophon, Cyropédie, III, 1, 8) : τῶν λοιδοριῶν ἀκούειν ἡδέως, entendre avec plaisir les injures (Démosthène, Sur la couronne, 31) ; προσίσταται ἀκουσόμενος τῶν λόγων, il se présente pour écouter les paroles (Xénophon, Cyropédie, VI, 2, 13). Avec accusatif : ἀκούειν τὰ ἀκουστά, écouter ce qui est écoutable (Xénophon, Cyropédie, I, 6, 2). Selon K. Brugmann (Abrégé, p. 461) le génitif avec les noms de personnes s’explique “parce que ce n’est pas la personne en entier que l’on perçoit, mais seulement quelque chose d’elle, sa voix, ses paroles, etc.”[20]. Mais cette remarque ne peut s’appliquer aux cas où le génitif désigne la chose entendue : l’explication par le génitif partitif n’est donc pas satisfaisante. Comme pour la catégorie précédente, elle embarrasse J. Humbert (§ 452, p. 273). Le recours au génitif ablatif est ici aussi plus satisfaisant. Les perceptions ont pour origine les choses que nous percevons, elles sont des πάθη, c’est-à-dire des impressions que nous subissons en provenance du monde extérieur. Le fait n’a certes pas de conséquence automatique du point de vue grammatical, mais il est tout de même logique que la langue puisse prendre cela en considération au niveau de l’expression. Cela posé, nous pouvons revenir sur les constructions de ἀκούω avec génitif ou accusatif : génitif pour les noms de personnes, génitif ou accusatif pour les noms de choses. Lorsque nous écoutons des paroles, le rôle de source appartient au locuteur bien plus qu’aux paroles prononcées : voilà ce que le grec a pris en considération au niveau grammatical en employant le génitif-ablatif d’une façon constante pour désigner le locuteur[21], d’une façon moins constante pour indiquer la chose entendue. En ce qui concerne la vision, elle est le plus actif de tous les sens ; les yeux sont des instruments orientés vers l’extérieur plus que de simples réceptacles d’impressions venues du dehors[22]. C’est pourquoi ὁράω se distingue des autres verbes de perception en excluant presque totalement le complément au génitif[23].

— Verbes exprimant le désir : ἐπιθυμέω, désirer ; πεινήω, avoir faim de ; ἐράω, être amoureux ; ἀντιποιέομαι, prétendre à ; ὀρέγομαι, tendre à ; γλίχομαι, convoiter, etc. Ἐρῶσι τῶν σωμάτων μᾶλλον ἢ τῶν ψυχῶν, ils sont amoureux des corps plus que des âmes (Platon, Banquet 181 b).

Selon Brugmann, o. c., dans le cas de ces verbes, “l’action n’est pas en contact avec l’objet lui-même, mais avec sa sphère”, ce qui explique le génitif partitif, et “de cette façon émerge l’idée de but (génitif de but)”. Ce génitif de but, grâce aux données comparatives, se laisse reconstruire avec sûreté au niveau indo-européen[24].

À ce type de génitif nous rattacherons aussi les infinitifs substantivés au génitif employés avec valeur finale : φοϐοῦμαι διελέγχειν σε, μή με ὑπολάϐῃς οὐ πρὸς τὸ πρᾶγμα φιλονικοῦντα λέγειν, τοῦ καταφανὲς γενέσθαι, ἀλλὰ πρός σε, j’hésite à te réfuter, craignant de te donner l’impression de parler en chicanant, non dans l’intérêt de la question, mais contre toi (Platon, Gorgias, 457 e) ; τὸ λῃστικὸν καθῄρει ἐκ τῆς θαλάσσης τοῦ τὰς προσόδους μᾶλλον ἰέναι αὐτῷ, il élimina de la mer les pirates, pour se faciliter l’arrivée des ressources (Thucydide, I, 4, 4).

Pour ce “génitif de but” (effet de sens dont l’existence est incontestable), l’interprétation par un génitif ablatif peut paraître, à première vue, plus difficile que par le génitif partitif : le désir n’est-il pas une force active, le moteur de nos élans vers le monde extérieur ? Certes, mais nous pouvons analyser le désir autrement : comme un phénomène ayant pour cause une stimulation extérieure : ἐρᾶν, c’est être sous l’influence d’un ἔρως, d’un attrait qui émane de l’objet aimé. Cette stimulation, source du désir, pourrait fort bien être exprimée par une formation à valeur ablative dans une langue dont les locuteurs sentaient profondément le sens d’un tel processus psychologique. Est-ce le cas pour le grec ? Notons simplement que dans la pensée grecque antique, tout désir est un πάθος, c’est-à-dire un affect que le sujet subit, qui vient modifier son état. Rien d’étonnant à ce que la source de ce πάθος soit désignée par un génitif d’origine. Le génitif avec les verbes de désir est donc en tous points comparable au génitif de cause qui sert de complément à des verbes de sentiment.

— Se construisent également au génitif les verbes et les adjectifs exprimant les idées contraires de ceux dont nous venons d’étudier la construction. Il s’agit des verbes et adjectifs exprimant les idées :

  1. a) d’acquittement : ἀπολύω ὑμᾶς τῆς αἰτίας, je vous dégage de l’accusation (Xénophon, Anabase, VI, 6, 15).
  2. b) de vide : κενὸν δένδρων πεδίον, une plaine vide d’arbres (Platon, République 621 a).
  3. c) de négligence : μηδενὸς ὀλιγωρεῖτε, ne négligez rien (Isocrate, III, 48).
  4. d) d’oubli : Σωκράτης τοῦ σώματος αὐτός τε οὐκ ἠμέλει τούς τ᾽ἀμελοῦντας οὐκ ἐπῄνει, Socrate ne négligeait pas le corps et n’approuvait pas ceux qui le négligeaient (Xénophon, Mémorables, I, 2, 4).
  5. e) d’échec : πάντες ἀποτυγχάνουσι τοῦ δοκεῖν εἶναι δίκαιοι, tous échouent à paraître justes (Platon, Sophiste 267 c).
  6. f) d’achèvement : μάχεσθε κοὐ παύεσθε τῆς μοχθηρίας, vous combattez et vous ne cessez pas d’être méchantes (Aristophane, Lysistrata, 1160).
  7. g) d’incapacité : τυφλός ἐστι τοῦ μέλλοντος ἄνθρωπος, l’homme est aveugle en ce qui concerne l’avenir (Plutarque, Solon, 12) ; Κριτίας οὐδενὸς ἰδιώτης ὤν…, Critias, qui n’était profane en aucun domaine… (Platon, Timée, 20).
  8. h) de non-participation : πῶς ἂν θεὸς εἴη ὅ γε τῶν καλῶν καὶ ἀγαθῶν ἄμοιρος, comment pourrait être dieu celui qui n’a aucune part aux belles et bonnes choses ? (Platon, Banquet 202).

Nous avons interprété les génitifs accompagnant les termes positifs correspondants : a) par un génitif ablatif à effet de sens causal ou instrumental pour les quatre premiers de ces groupes b) par un génitif partitif pour les quatre derniers. Nous interpréterons par un génitif ablatif à effet de sens séparatif l’ensemble des compléments au génitif accompagnant les mots de ces quatre groupes.

Cette position va à l’encontre de l’habitude de regrouper, pour l’interprétation des génitifs, des notions contraires. C’est ce que fait, à la suite de toute une tradition grammaticale, J. Humbert pour les verbes signifiant atteindre et rater (§ 448 c, p. 272), se souvenir et oublier (§ 451, p. 273), prendre soin et négliger (§ 453, p. 273-274). Il est vrai que le négatif peut évoquer le positif, mais dire ἁμαρτάνω τινός, ce n’est pas dire οὐ τυγχάνω τινός : dans le second cas, la notion d’atteinte est posée par le verbe et niée par la négation ; dans le premier, elle n’est pas posée par le verbe. Et l’appartenance à un même champ sémantique de termes contraires n’entraîne pas nécessairement les mêmes constructions casuelles : sinon on trouverait les mêmes cas avec les verbes signifiant entrer et sortir.

D- Le point de vue (pré-)historique

Reprenons maintenant la question du point de vue préhistorique. Les interprétations indo-européennes qu’on a, en ce qui concerne le génitif, introduites dans la théorie de la grammaire grecque, pourraient bien, en outre, être sujettes à révision. Il n’est pas sûr que les valeurs ablatives étaient complètement étrangères au génitif indo-européen[25]. Les travaux les plus récents de grammaire comparée n’excluent pas le génitif-ablatif du niveau indo-européen, mais le situent au contraire au niveau du génitif primitif : “Ce génitif-ablatif… s’est scindé en un génitif… et un ablatif”[26] (J. Haudry, L’indo-européen, p. 104).

Un dernier mot sur le génitif indo-européen : J. Haudry, dans les dernières lignes de la page à laquelle nous venons de nous référer, ajoute : “La coexistence d’un génitif de but et d’un génitif d’origine pose un problème diachronique non résolu, et ordinairement éludé”. Mais si le génitif de but est à considérer, ainsi que nous le proposons, comme un effet de sens du génitif d’origine, le problème se résout : ce que nous percevons et traduisons comme un but est en réalité ce qui est à l’origine du désir et de l’action. Nos traductions font écran entre nous et le fonctionnement réel du grec.

 

VII Le “datif d’approche”.

Le datif peut se prêter à l’expression du lieu vers où se fait le mouvement : chez Homère, on rencontre des expressions du type πίπτειν ἁλί, tomber à la mer (Chantraine, Grammaire homérique, T. II, § 86, p. 68).

Dans la langue classique, on construit avec le datif de direction des verbes exprimant concrètement une idée d’approche : πλησιάζω, s’approcher : Ἐπλησίασα τῷ οὐρανῷ, je me suis approché du ciel (Lucien, Icaroménippe, 22) ; ἐμϐάλλω, se jeter sur : Ταῖς δὲ λοιπαῖς (ναυσὶν) ἐνέϐαλον, ils se jetèrent sur le reste des navires (Thucydide, IV, 14, 1) ; προσϐάλλω, attaquer ; Προσέϐαλλον τῷ τειχίσματι, ils attaquaient le rempart (Thucydide, IV,11, 2) ; ἐπιτίθεμαι, attaquer, etc. Il faut noter en particulier la construction avec le datif des verbes préverbés par ἐν- et exprimant un mouvement : oἱ ἐνέδραις ἐμπίπτοντες ἐκπλήττονται, ceux qui tombent dans des embuscades sont épouvantés (Xénophon, Le commandant de cavalerie, VIII, 20). Mais il est facile de se rendre compte par les exemples que l’idée exprimée n’est pas simplement celle d’un mouvement d’un mobile vers un point de l’espace. Le mouvement comporte une intention de la part du sujet, ou un autre élément de subjectivité : il est psychologique autant que matériel[27].

Cette valeur psychologique[28] semble être le trait commun des divers emplois du datif de direction, ceux que regroupe Ragon aux paragraphes 217-221, p. 152-154[29].

On discerne bien un mouvement ou une attitude de l’esprit vers ce qui est exprimé par le complément au datif dans la plupart des verbes indiqués au § 217, p. 152-153[30]. De même dans l’expression courante προσέχειν τὸν νοῦν + datif, faire attention à…

On le discerne aussi dans l’emploi du datif avec les adjectifs signifiant faveur ou hostilité (cf. Ragon, § 218, 1°, p. 153) : ils qualifient, de façon positive ou négative, le mouvement de l’esprit envers quelqu’un. Il en va de même avec les adverbes correspondants : φιλικῶς (ἐχθρῶς) διακεῖσθαί τινι, avoir des dispositions amicales (hostiles) envers quelqu’un.

L’effet de sens est quelque peu différent lorsque le datif indique avec quoi il y a ressemblance ou différence (cf. Ragon, § 218, 2°, p. 153 ; et c’est ici qu’il faut classer le datif avec ἔοικα, ressembler à). Si je dis : ἡ ΑΒ ἴση ἐστὶ τῇ ΓΔ, le segment AB est égal au segment ΓΔ, (formule d’un type courant en grec mathématique), il n’y a pas un mouvement de mon esprit vers le segment ΓΔ, mais un mouvement par lequel mon esprit rapproche le segment AB du segment ΓΔ. Il n’y a pas lieu d’expliquer de façon différente le datif exprimant l’inégalité et la dissemblance : Πῶς τὸ τῷ καλῷ ἀνόμοιον καλὸν ἂν εἴη ; comment ce qui est différent du Beau pourrait-il être beau ? L’expression d’une inégalité, tout comme celle d’une égalité, peut fort bien comporter l’évocation d’un rapprochement opéré dans et par l’esprit[31].

Ce mouvement mental de rapprochement peut structurer la vision de choses qui sont objectivement proches, sans qu’il y ait dans le réel un mouvement de rapprochement : ἓξ πύργους τοὺς συνεχεῖς τῷ προειρημένῳ κατέϐαλον, ils jetèrent à bas six tours, celles qui étaient contiguës à l’ouvrage mentionné précédemment (Polybe, I, 42, 11). Dans l’évocation de cette contiguïté, il y a un mouvement de l’esprit qui va de la représentation des tours à celle de “l’ouvrage mentionné précédemment”[32]. Avec idée de contiguïté dans le temps : “ἐπειδὰν ἤδη ἄρχωνται νοῦν ἴσχειν, τοῦτο δὲ πλησιάζει τῷ γενειάσκειν…, lorsqu’ils commencent à avoir de l’esprit, et cela se produit aux approches du moment où ils commencent à avoir de la barbe au menton… (Platon, Banquet, 181 d).

En ce qui concerne les emplois groupés sous la rubrique “Datif d’intérêt” (cf. Ragon, § 219-221, p. 154), on observera des variations dans les effets de sens de la valeur psychologique du datif de rapprochement.

Dans une phrase comme τοῦτό σοι λέγω, je te dis cela, on découvre un caractère psychologique à la fois dans l’acte de parole et dans la nature de l’être vers qui est orientée l’intention (ce qui d’ailleurs était déjà le cas pour les verbes indiquant une attitude envers quelqu’un : obéissance, faveur, hostilité).

Mais dans ἦν ἡμέρα πέμπτη ἐπιπλέουσι, c’était le cinquième jour pour (eux) navigant, c’est-à-dire c’était leur cinquième jour de navigation (exemple du § 219), il s’agit du caractère psychologique de l’être vers qui on oriente le fait relaté ; de l’être vers qui s’oriente, si l’on peut s’exprimer ainsi, le mouvement de concernement. Cet effet de sens pourrait se nommer datif de concernement. On reconnaîtra sans peine un tel datif de concernement dans :

— le datif qu’on trouve dans des formules de description géographique comme ἡ Θρᾴκη ἡ ἐν τῇ Ἀσίᾳ ἐπὶ δεξιά ἐστιν εἰς τὸν Πόντον εἰσπλέοντι, la Thrace asiatique est à droite pour celui qui navigue vers le Pont (Xénophon, Anabase, VI, 4, 1). Voici une variante plus ramassée de ce tour : οἱ ὑπερϐάντι Αἷμον Γέται, les Gètes qui habitent au-delà de l’Hémus (Thucydide, II, 96, 1).

— le datif qui accompagne les verbes et expressions impersonnelles comme προσήκει, il convient ; δεῖ, il faut ; ἔξεστι, il est possible ; ἡδύ ἐστι, il est agréable ; δοκεῖ μοι, il me semble que ; συμϐαίνει, il arrive, etc. (cf. Ragon, § 345, 3°, p. 213). Le mouvement de concernement est suggéré de façon particulièrement nette dans cet emploi de προσήκειν, qui au sens concret signifie venir jusqu’à, et de συμϐαίνειν, qui au sens concret signifie venir à la rencontre de (convergence de deux trajets) [33].

— le datif de possession (la possession étant une des façons dont on est concerné par l’existence d’une chose) et le datif éthique (cf. Ragon, § 220, p. 154).

— le datif souvent traduit par un complément d’agent et qui indique :

  1. a) avec les adjectifs verbaux en -τέος, la personne pour qui une obligation existe[34].
  2. b) avec les verbes au parfait passif, la personne par rapport à qui l’acte doit être considéré comme achevé. Cf. Ragon, § 221, p. 154.

L’emploi du datif comme complément d’attribution (τοῦτό σοι δίδωμι, je te donne cela), qui est habituellement considéré comme le rôle propre de ce cas, et qui lui a donné son nom (ἡ δοτικὴ πτῶσις) est un cas particulier du datif directionnel.

 

VIII Relation entre datif de direction et datif locatif.

Cette relation s’éclaire si l’on songe à la double valeur de la proposition à en français : je vais à Toulouse (mouvement d’approche) et je suis à Toulouse (localisation). On pose que la valeur fondamentale est un mouvement d’approche. Si ce mouvement est saisi dans son déroulement (saisie S1), on a le à de direction ; si on le saisit à bout de course (saisie S2), on a le à de localisation.

Schéma 5

Ce schéma éclaire les deux valeurs du datif grec que nous avons étudiées : en S1 nous avons le “datif d’approche” ; en S2 nous avons le datif-locatif. Nous pouvons maintenant combiner le schéma 2 et le schéma 5 :

 

Schéma 6

Il y a donc une certaine parenté avec le datif S1 et l’accusatif de direction. Mais selon quels principes s’organise la distribution complémentaire entre la valeur S1 du datif et l’accusatif de direction, surtout si l’on considère celui-ci dans ses emplois notionnels ? Comment définir et justifier en système la nuance entre διαλέγομαί τινι et διαλέγομαι πρός τινα, discuter avec quelqu’un[35]? Problème à approfondir.

 

IX Le datif instrumental.

Le datif peut en grec exprimer la cause et le moyen : cf. Ragon, § 222, p. 154, et § 215, p. 151. Ces valeurs étaient exprimées en indo-européen par l’instrumental (qui subsiste en sanscrit, en lituanien…). La disparition de ce cas en grec (qui n’en conserve que quelques traces) et la prise en charge de ses valeurs par le datif sont un aspect du phénomène du syncrétisme des cas. Mais qu’est-ce qui prédisposait le datif à cette prise en charge ?

C’est au datif-locatif (expression du lieu où l’on est) qu’il faut se référer pour répondre à cette question. Car il existe un lien entre la notion de locatif et celle d’instrumental. Ainsi en hébreu la préposition be signifie soit dans soit au moyen de. En grec même, nous avons plusieurs indices de cette liaison. Ainsi le suffixe -τήριον sert à former des substantifs désignant soit des instruments soit des lieux : τὸ ποτήριον, la coupe à boire ; τὸ λουτήριον, la baignoire ; τὸ ἐργαστήριον, l’atelier ; τὸ δικαστήριον, le tribunal (cf. Chantraine, La formation des noms en grec ancien, p. 62-63). La préposition ἐν, à valeur essentiellement locative, est susceptible d’avoir une signification instrumentale. Le phénomène est courant en grec biblique (cf. F.-M. Abel, Grammaire du grec biblique, p. 212-213) : ἀποκτεῖναι ἐν ῥομφαίᾳ καὶ ἐν λιμῷ, tuer par l’épée et la famine (Apocalypse, VI, 8). On y voit une influence sémitique, ce qui est certain, mais cette influence s’est ainsi exercée parce que le grec était apte à la subir, y était réceptif : on trouve en classique des tournures comme ἐν τῷ δικαίως ἄρχειν πολιτεία σῴζεται, c’est par le fait de gouverner justement qu’on maintient un régime politique (Lysias, Contre Évandre, 9)[36]. Déjà chez Homère certaines expressions présentent l’amorce de ce développement : ἐν ὀφθαλμοῖσιν ἰδέσθαι, voir de ses yeux (cf. Chantraine, Grammaire homérique, T. II, § 144, p. 102).

Il convient de rattacher au datif instrumental les compléments indiquant de combien ou en quoi une chose est plus grande qu’une autre (datif de différence : cf. Ragon, § 241, p. 163) : πολλῷ μείζων, beaucoup plus grand (= plus grand par une grande quantité). La forme πολλῷ est le datif neutre singulier de πολύς, mais de telles formes sont souvent, par commodité, classées parmi les adverbes de quantité (cf. Ragon, § 163, p. 122).

À la valeur instrumentale du datif se rattache le datif comitatif, c’est-à-dire le datif d’accompagnement. Nous le trouvons :

a) dans des expressions courantes dans les récits militaires, comme ἵπποις τοῖς δυνατωτάτοις καὶ ἀνδράσι πορευόμεθα, avançons avec seulement les chevaux et les hommes les plus robustes (Xénophon, Cyropédie, V, 3, 35). Le datif est dans ce cas fréquemment accompagné de αὐτός : μίαν (ναῦν) αὐτοῖς ἀνδράσιν εἷλον, ils prirent un navire avec son équipage (Thucydide, II, 90, 6) ; Ragon, § 222, Rem. II, p. 155.

b) dans des compléments indiquant une circonstance accompagnant l’action : οἱ Ἀθηναῖοι ἀτελεῖ τῇ νίκῃ ἀπὸ τῆς Μιλήτου ἀνέστησαν, les Athéniens s’éloignèrent de Milet avec une victoire incomplète (Thucydide, VIII, 27, 6). Ce peut être une manière[37] d’agir (l’attitude accompagnatrice de l’action) : ἴωμεν ῥώμῃ καὶ θυμῷ ἐπὶ τοὺς πολεμίους, allons à l’ennemi avec force et ardeur (Xénophon, Cyropédie, III, 2, 21).

c) avec ἅμα et ὁμοῦ, en même temps que : εἴσιθ᾽ἅμ᾽ἐμοί, entrez avec moi (Aristophane, Grenouilles, 512) ; οἰμωγὴ ὁμοῦ κωκύμασι, des gémissements avec des lamentations (Eschyle, Perses, 426). Avec la préposition σύν, avec: σὺν τοῖς θεοῖς, avec l’aide des dieux[38]; ἐπαιδεύετο σὺν τῷ ἀδελφῷ, il était élevé avec son frère (Xénophon, Cyropédie, I, 9, 2). De même avec des verbes préverbés par συν- : συνδουλεύειν τινί, être compagnon de servitude de quelqu’un[39].

La liaison conceptuelle entre l’instrumental et le comitatif peut s’illustrer par l’exemple de la préposition française avec : creuser un trou avec une bêche (instrumental) ; se promener avec quelqu’un, travailler avec joie (comitatif). La prépositon latine cum, avec (cum gaudio, avec joie) peut aussi avoir un sens intrumental, rare en classique, mais courant en latin tardif : confractum cum malleis, brisé à coups de marteau (Grégoire de Tours, Histoire des Francs, VIII, 15). De même pour l’anglais with, l’allemand mit, etc. La préposition hébraïque be, dont nous avons vu la valeur locative et instrumentale signifie aussi avec (au sens comitatif) : ils sortiront avec de grandes richesses (Genèse, XV, 14).

Après avoir vu la relation entre le datif de mouvement et le datif-locatif, nous venons de voir la relation entre le locatif et l’instrumental-comitatif. Il y a incontestablement une logique dans tout cela. Néanmoins, la variété des effets de sens ne peut, dans le cas du datif, se ramener à une aussi belle ordonnance que dans le cas du couple génitif-accusatif. La cohérence apparente du schéma 6 ne doit pas nous dissimuler les disparates entre le datif de mouvement et le datif-locatif : le premier tend à se spécialiser dans l’expression de notions psychologiques, ce qui n’est pas le cas du datif-locatif ; ce dernier en outre tend à être obligatoirement précédé d’une préposition, le plus souvent ἐν, et cet ensemble peut être considéré comme un morphème discontinu. Quant au datif comitatif, son emploi est en partie tributaire de tournures figées, et l’on discerne mal les limites d’emploi de la tournure ἀτελεῖ τῇ νίκῃ (datif de la circonstance accompagnatrice). Ces disparates, ce déficit de systématisation, ont pu préparer la disparition du datif en grec[40].

Pour approfondir toutes ces questions, il y a beaucoup à attendre des dévelop­pements futurs de la recherche en linguistique grecque.

 

Jean-Victor Vernhes

Maître de Conférences honoraire

Université d’Aix-Marseille

[1]. Ce texte étant destiné surtout à aider les étudiants en grec, il sera fait souvent référence à la Grammaire grecque d’Éloi Ragon (refondue par Dain, De Foucault et Poulain).

[2]. Schéma qui semble bien banal, mais dont la fécondité en linguistique a été montrée par Gustave Guillaume. Nous écrivons cette étude en ayant en outre sous les yeux la précieuse Systématique des éléments de relation de Bernard Pottier (1962).

[3]. La comparaison avec les prépositions françaises à et de n’est bien sûr qu’un point de départ. Il n’est pas question d’y assimiler complètement l’accusatif et le génitif grecs !

[4]. Comme le montre la grammaire comparée, l’indo-européen possédait dans sa déclinaison à la fois un génitif et un ablatif. Ce dernier cas exprime un mouvement de sortie ou d’éloignement. Il est bien conservé en latin et en sanscrit. Mais le grec l’a abandonné et a conféré ses fonctions au génitif : cela se rattache au phénomène du syncrétisme des cas (cf. Meillet et Vendryès, Traité de grammaire comparée des langues classiques, p. 555).

[5]. Il est intéressant de rapprocher du génitif grec la préposition hébraïque min. Apparentée au mot men, la partie, elle sert à indiquer : a) le tout dont on prend une partie b) la matière c) l’origine d) la séparation e) la cause ou l’auteur d’une action f) le complément du comparatif.

[6]. J. Haudry, L’indo-européen, p. 102 (coll. Que Sais-je ?, 1979).

[7]. Exceptionnellement, on peut rencontrer un génitif-ablatif comme complément d’un superlatif : Thucydide entreprit dès le début des hostilités d’écrire l’histoire de la guerre du Péloponnèse ἐλπίσας μέγαν τε ἔσεσθαι καὶ ἀξιολογώτατον τῶν προγεγενημένων, s’attendant à ce qu’elle soit importante et tout à fait remarquable en comparaison des précédentes (Thucydide, I, 1). Cette guerre ne peut évidemment faire partie de l’ensemble constitué par les guerres précédentes ! Mais elle se différencie des précédentes par son caractère extrêmement remarquable : donc génitif-ablatif comme dans le cas du complément du comparatif. Le superlatif ici est un superlatif absolu, non un superlatif relatif.

[8]. J. Humbert (§ 448, p. 272) associe τυγχάνω aux verbes exprimant un désir. Mais ceux-ci sont sémantiquement différents, et nous proposerons pour eux une autre explication.

[9]. En revanche, avec le sens de commencer par, on a un génitif ablatif, car il s’agit du point de départ d’une série : ἀπὸ σοῦ ἀρξάμενος, en commençant par toi (Platon, Gorgias, 471 c). Il est difficile de suivre les explications de J. Humbert (Syntaxe grecque, § 462, p. 279).

[10]. Cet emploi du génitif partitif avec τέμνειν employé en ce sens se rencontre plusieurs fois chez Thucydide (II, 56, 6 ; VI, 75, 2 et 105, 3). L’accusatif est cependant plus courant.

[11]. Cf. K. Brugmann, Abrégé de grammaire comparée des langues indo-européennes (traduction française, Paris 1905), p. 460-462. Cet ouvrage donne une vue d’ensemble du travail réalisé dans ce domaine par la linguistique historique du XIXe siècle.

[12]. Cf. Meillet et Vendryès, p. 556 et p. 559-561.

[13]. Et l’enseignement grammatical reste plus ou moins fidèle à ces vues : ainsi, par exemple la Grammaire de grec ancien de A. Lukinovich et M. Rousset (Genève-Liège 1989).

[14]. La Grammaire comparée du grec et du latin de O. Riemann et H. Gœlzer (1897) nous donne aussi cette interprétation, mais en ajoutant : “C’est du moins la raison donnée par les grammairiens” ! (T. II, p. 136, note 1).

[15]. À propos des verbes de ce groupe, nous lisons dans la Grammaire comparée du grec et du latin de O. Riemann et H. Gœlzer (1897) : “Avec les verbes qui expriment une idée d’abondance, le génitif est bien un génitif proprement dit, employé en tant que génitif ; car cette construction se retrouve en sanscrit et dans d’autres langues de la famille indo-européenne” (T. II, p. 145, note 1). Par “génitif proprement dit” auprès d’un verbe, il faut, comme nous l’avons précisé, entendre le génitif partitif.

[16]. Schwyzer-Debrunner, à qui sont empruntés les deux exemples précédents, considèrent qu’il s’agit de génitifs partitifs à valeur instrumentale (p. 110).

[17]. La même logique explique, en sanscrit, indrâd bhayate, il craint Indra (l’ablatif indrâd indique la source de la crainte).

[18]. Au sujet des verbes de ce groupe, nous lisons dans la Grammaire comparée du grec et du latin de O. Riemannet H. Gœlzer : “C’est par erreur que Kühner (p. 336) rattachant ces différents verbes à ceux qui expriment une comparaison, voyait dans leur complément un génitif-ablatif et non un génitif proprement dit. B. Delbrück, Die Grundlagen der grriechischen Syntax, p. 40, a montré qu’avec ces verbes la construction primitive était bien celle du génitif et non pas celle de l’ablatif.” (T. II, p. 144, note 2). Ainsi la vraie valeur d’un génitif grec ne serait pas celle qui se révèle à l’intérieur du grec, mais celle qu’on établit au niveau indo-européen avec l’aide du sanscrit ! Ces lignes ont été écrites avant que Ferdinand de Saussure nous ait appris à distinguer synchronie et diachronie…

[19]. On peut expliquer de la façon suivante la différence entre κρατέω τινά, maîtriser quelqu’un et κρατέω τινός, dominer quelqu’un : dans le premier cas, il y a action faite sur quelqu’un, dans le second cas, il y a indication d’une position par rapport à quelqu’un.

[20]. Il est alors difficile de ne pas disjoindre de ces emplois le cas où le génitif de la personne accompagne l’accusatif de la chose, car dans ces derniers il est difficile de ne pas voir des génitifs-ablatifs. Telle est la position de Riemann et Gœlzer p. 137 et 190.

[21]. Il n’y a donc pas lieu de procéder à la disjonction indiquée dans la note précédente.

[22]. La pensée grecque s’est demandé si l’œil crée la vision ou s’il est un simple intermédiaire entre la réalité et nous : σκόπει· ἀπόκρισις ποτέρα ὀρθοτέρα, ᾧ ὁρῶμεν, τοῦτο εἶναι ὀφθαλμούς, ἢ δι᾽οὗ ὁρῶμεν, réfléchis : laquelle des deux réponses est la plus correcte? Les yeux sont-ils ce par quoi nous voyons, ou ce par l’intermédiaire de quoi nous voyons ? (Platon, Théétète, 184 c). La pensée chinoise distingue le regard yang, actif, et et regard yin, réceptif.

[23]. Le génitif n’est pas inconnu avec ὁράω : ἢ οὔπω εἶδες ἐν τοιαύτῃ πολιτείᾳ ἀνθρώπων καταψηφισθέντων θανάτου ἢ φυγῆς οὐδὲν ἧττον αὐτοῦ μενόντων ; n’as-tu jamais vu, sous un tel régime, de ces hommes qui, condamnés à mort ou à l’exil, restent quand même sur place ? (Platon, République 558 a, cité par J. Humbert, § 452). On peut y voir l’expression, par un génitif partitif, d’une saisie partielle.

[24]. Ainsi, en lituanien, eîti dúonos, aller chercher du pain (le pain est exprimé au génitif) : d’après J. Haudry, o.c., p. 104.

[25]. L’emploi du génitif en latin avec les verbes et les adjectifs qui marquent une idée de privation ou de disette a depuis longtemps été expliquée par une confusion qui se serait produite avant la séparation des langues indo-européennes, entre le génitif et l’ablatif : autrement dit, par un phénomène de syncrétisme précoce. Cf. Riemann et Gœlzer, p. 146, note 1.

[26]. Autrement dit, lorsque le génitif grec résorbe en lui, par syncrétisme, les valeurs de l’ablatif, forme abandonnée par la langue, il ne fait que reprendre son bien.

[27]. On peut en voir une confirmation dans le fait que ἐμπίπτειν se construit avec εἰς + accusatif lorsque le lieu d’aboutissement du mouvement est tout à fait matériel : ἐμπίπτειν εἰς τάφρους, tomber dans des fossés (Xénophon, Cyropédie, III, 3, 64) ; ἐμπίπτειν εἰς δεσμωτήριον, être jeté en prison (Démosthène, etc.).

[28]. À propos de ce groupe d’emplois nous pouvons adhérer à cette appréciation de Marcel Delaunois : “Le datif se révèle comme le cas le plus délicat en soi, qui exige souvent une fine interprétation en étroite corrélation avec son contexte et en particulier son verbe, et cela en raison de son contenu maximum de psychologie, dû à une relation plus personnalisée avec la subjectivité du locuteur et des actants.” Essai de syntaxe grecque classique, p. 64.

[29]. Cependant les datifs accompagnant χρῆσθαι : cf. Ragon, § 217, 2° (Remarque), p. 153 se rattachent aux valeurs instrumentale et comitative du datif.

[30]. Pour ce qui concerne ἕπομαι, suivre, on peut observer qu’en védique son équivalent sacate (= ἕπεται) peut avoir son complément à l’instrumental. Le datif grec pourrait donc, historiquement, être ici l’héritier d’un instrumental-sociatif. En synchronie, il l’est peut-être encore, mais il est possible également de l’interpréter comme un datif de rapprochement. Même problème pour des verbes comme ὁμιλέω, fréquenter, κεράννυμι, mélanger.

[31]. Il n’est pas nécessaire de supposer, avec J. Humbert (Syntaxe grecque, p. 249 et p. 284) que le datif exprime une sorte de mouvement pendulaire, qui tantôt se rapproche (datif de ressemblance), tantôt s’éloigne (datif de différence) de l’objet désigné. Cette représentation est plus proche d’une analyse du référent qu’une reconstruction de la valeur en langue du datif.

[32]. Tout ce qui dans le langage exprime des mouvements, des positions, des orientations ne reflète pas nécessairement ce qui existent au niveau du référent (la réalité visée), mais indique aussi les mouvements, positions, orientations de l’activité mentale dans sa construction de l’image du réel.

[33]. Il est intéressant d’examiner dans un dictionnaire grec les emplois de ces deux mots.

[34]. Il faudrait ajouter le datif qui accompagne les adjectifs verbaux en -τος et qui indique pour qui existe une possibilité : ἀνυπέρϐλητος τοῖς ἄλλοις, insurpassable pour les autres, donc par les autres (Isocrate, Échange, 191).

[35]. On peut dire que le datif indique simplement la relation intersubjective, tandis que πρός + acc. indique la situation face à autrui. Mais cette observation fragmentaire serait à intégrer à une plus vaste vision en langue.

[36]. On voit mal pourquoi la Griechische Grammatik de E. Schwyzer et A. Debrunner considère comme illusoire cette valeur locative dans les exemples anciens : “Nur scheinbar bezeichnet ἐν in älterer Zeit das Mittel” « Ce n’est qu’aparemment qu’autrefois ἐν marquait le moyen » (T. II, p. 458) .

[37]. Il ne s’ensuit pas que tout “datif de manière” se rattache à la valeur comitative, comme semble l’indiquer par exemple la Grammaire grecque de E. Koch (trad. de J. L. Rouff, Paris 1887), p. 322-323. Il peut s’agir d’un datif de cause ou de moyen se rattachant au simple instrumental (βίᾳ, de force ; εὐνοίᾳ, par bienveillance) : cela est bien indiqué dans la Grammaire de grec ancien de A. Lukinovich et M. Rousset (Genève-Liège, 1989), p. 210.

[38]. En dehors de cette formule, c’est habituellement μετά + génitif que la prose classique emploie au sens de avec. En revanche, σύν + datif est usuel en poésie et chez Xénophon.

[39]. On peut également sentir ici un datif de rapprochement, exprimant une notion d’association. La chose est plus nette dans des composés comme συνεργάζομαί τινι, collaborer avec quelqu’un ; συναδικέω τινί, être complice de quelqu’un.

[40]. Voir Jean Humbert, La disparition du datif en grec (du Ier au Xe siècle). Collection de la Société de linguistique de Paris, t. XXXIII). Paris, 1930.

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Daniel di Meglio : Réconcilier le grec ancien et l’informatique

►  λύχνος n° 142, novembre 2015, article deux

Comment expliquer le grec ancien à une machine ?

Le projet Exeuresis

 

Machine d'Anticythère, premier calculateur astronomique (IIIe/ IIe siècle av. J. C.) wikicommons
Machine d’Anticythère, premier calculateur astronomique (IIIe/ IIe siècle av. J. C.) wikicommons

[Daniel di Meglio, helléniste marseillais et informaticien passionné et passionnant, nous livre sa réflexion sur les instruments qui permettent d’écrire le grec ancien sur nos ordinateurs. Il a créé un  site en anglais  (pour informaticiens) : EXEURESIS, où il développe ces outils informatiques.]

Que signifie le nom Exeuresis ?

Cet article a pour objet le projet Exeuresis, à travers un bref aperçu de son fonctionnement. En guise d’exorde, je souhaiterais préciser le sens et les raisons du choix de ce vocable. Ceux qui sont rompus aux humanités auront sûrement saisi qu’il s’agit du mot grec ἐξεύρεσις que l’on peut traduire par « découverte » ou « invention ». Ce terme m’est apparu non seulement idoine mais surtout libre de droits. En effet, trouver un nom à mon projet fut une gageure. Si d’aucuns estiment que l’intérêt pour le grec ancien tombe en désuétude, ce que je me refuse à croire animé peut-être d’une naïveté fieffée, force est d’admettre que beaucoup de concepts, marques ou idées commerciales tirent encore leurs noms d’un étymon grec, voire de sa translittération plus ou moins heureuse. Les exemples abondent et si je devais m’autoriser une touche d’humour, je ne citerais que le titre du dernier opus de la célèbre saga Terminator, appelé Genisys (sic) au lieu de Genesis!

Archimède peint par Planella Coromina, Josep ou Jose (1804-90) wikicommons
Archimède peint par Planella Coromina, Josep ou Jose (1804-90) wikicommons

Qu’est-ce que le projet Exeuresis ?

Pour une première approche, on peut dire que le projet Exeuresis est un logiciel pour le grec ancien. Le fait est qu’il existe déjà de nombreux programmes en la matière. On songera notamment au projet Perseus qui offre en ligne un excellent outil d’analyse morphologique. Ceci étant, l’idée du projet Exeuresis m’est venue il y a quelques années avec l’intention de créer une passerelle entre informaticiens et hellénistes afin de faciliter la communication entre deux univers à priori hermétiques l’un à l’autre. Ainsi, mon ambition est de fournir une boîte à outils logiciels qui permette de faciliter et d’optimiser des applications pour le grec ancien. J’ai commencé à travailler sur ce projet dans mon temps libre et à ce jour, il n’en est qu’à ses balbutiements.

En toute rigueur, le logiciel dont il est question ici s’appelle un composant. Pour la suite de notre propos, il va être nécessaire, à plusieurs reprises, d’entrer dans quelques considérations théoriques et tout d’abord de s’attarder quelques instants sur ce qu’est un composant. C’est un truisme que de dire que les ordinateurs ont grandement évolué depuis l’époque où l’utilisateur avait face à lui un écran noir et devait saisir des mots dans un langage sibyllin afin d’exécuter les tâches les plus élémentaires. Aujourd’hui, grâce aux interfaces graphiques, même un petit enfant est à même d’utiliser intuitivement un ordinateur. Les personnes qui ont développé toutes ces applications n’ont pas eu à chaque fois à remonter aux origines de l’informatique et tout réécrire. Les développeurs s’appuient sur l’existant et l’enrichissent au fur et à mesure avec leurs propres logiciels. Pour ce faire, ils peuvent parfois utiliser ou créer un composant qui est en quelque sorte une bibliothèque de fonctions programmatiques dédiées à une opération particulière. Ce composant pourra être réutilisé à loisir et constitue « une brique» qui viendra agrandir un vaste édifice logiciel. A titre d’illustration, considérons les modules de cartes géographiques de Google que l’on trouve dans de nombreux programmes. Grâce au composant mis à disposition par Google, un développeur peut implémenter dans son application un service cartographique élaboré et ce de façon très simple, par le biais des fonctions que contient ce composant. Dans le même ordre d’idées, le projet Exeuresis s’articule autour d’un composant logiciel appelé ClassicalGreekLinguisticFramework, lequel embarque des fonctions qui permettent de manipuler des éléments de la langue grecque.

Comment expliquer à une machine les choses du monde réel ?

A partir de ces quelques éléments liminaires, nous pouvons aller plus avant et détailler le mode opératoire du ClassicalGreekLinguisticFramework. Celui-ci est basé sur la programmation orientée objets. Là encore, il est besoin de s’arrêter brièvement et de faire une mise au point terminologique, même si cela n’est pas aisé. Si vous deviez écrire un programme, la première question qui vous viendrait à l’esprit serait probablement de savoir comment expliquer à une machine les choses du monde réel. S’il s’agit d’un jeu de cartes, comment faire comprendre à un ordinateur ce qu’est un roi, une reine ou un as ? A cette fin, la programmation orientée objets propose un système très élaboré de modélisation virtuelle. (Je ne résisterai pas à la tentation d’un petit aparté. A mon sens, il serait instructif d’approfondir la notion d’objet en informatique et de montrer qu’à bien des égards elle fait écho aux idées platoniciennes. C’est bien la preuve que la Grèce antique demeure d’actualité et a encore beaucoup à nous apprendre ! Mais cela dépasse le cadre du présent article.)

Un objet peut être la représentation virtuelle d’à peu près tout ce que l’on peut imaginer. Pour sa mise en ouvre, il faut créer une classe d’objets qui est une définition globale de l’entité à modéliser. Par la suite, à partir de cette classe, il sera possible de créer une infinité d’objets qui sont des instances, autrement dit des cas particuliers de la classe dont elles sont issues. Cela peut être comparé aux mots du dictionnaire. Si je cherche le mot « chien », je vais trouver une définition qui s’applique à tous les chiens. Cette définition peut être assimilée à la classe d’objets « chien ». Si maintenant je désigne « le chien de mon voisin », qui est un cas particulier et concret du mot du dictionnaire, je peux dire que « le chien de mon voisin » est une instance de la classe « chien ». En premier lieu, une classe comporte des propriétés, qui constituent ses attributs. Par exemple, la classe « être humain » pourrait avoir une foule de propriétés telles que : sexe, taille, nom, prénom, etc. En second lieu, une classe a des méthodes qui correspondent à ce qu’elle peut faire. Dans notre exemple, la classe « être humain » aurait entre autres méthodes : respirer, voir, parler, manger, dormir etc. Enfin, une classe peut gérer des événements. La classe « être humain» pourrait réagir à l’événement « il fait nuit » en enclenchant la méthode « dormir ». Enfin, il est possible de créer une classe à partir d’une autre déjà existante, par dérivation. C’est ce qui s’appelle l’héritage. En sus de ses propres propriétés et méthodes, une classe qui hérite d’une autre classe a de facto toutes les propriétés et méthodes de la classe qui lui est superordonnée. Par exemple, par héritage, la classe « être vivant » peut donner les classes « végétal » et « animal » et cette dernière donner les classes « vertébré » et « invertébré » et l’on pourrait aller bien plus loin…

Comment fonctionne le composant logiciel Classical Greek Linguistic Framework ?

Le Classical Greek Linguistic Framework englobe cinq classes d’objets. La première se nomme Generic Character et correspond de façon abstraite à tout caractère que l’on peut rencontrer dans un texte grec. Cette classe a une méthode Name qui est le nom du caractère. De cette classe sont héritées trois autres classes : Greek Punctuation Mark (signe de ponctuation), Varied Greek Character (divers caractères grecs telle la coronis) et enfin Greek Letter (lettre grecque). Nous allons examiner cette dernière. La classe Greek Letter possède dix propriétés : Name (nom, héritée de GenericCharacter), Accent (accent : doux, rude ou pas d’accent), Breathing (esprit : doux, rude, ou pas d’esprit), CaseType (la « casse », majuscule ou minuscule), Order (le rang dans l’ordre alphabétique), Type (le type de lettre : majuscule ou minuscule), Vowel Length (quantité vocalique : brève, longue, ou pas de quantité dans le cas des consonnes par exemple) et enfin trois propriétés binaires, c’est-à-dire qui ont pour valeur « vrai » ou « faux », à savoir, Has Diaeresis (a ou n’a pas d’accent circonflexe), Has Iota Subscript (a ou n’a pas d’iota souscrit/adscrit) et Mid End Position Shape (la lettre a un allographe lorsqu’elle est en positon médiane ou finale, comme c’est le cas pour le bêta et le sigma). La classe Greek Letter a une méthode, Pick qui permet de cibler une lettre en prenant en compte les signes diacritiques y afférents. Pour finir ce tour d’horizon, il faut signaler la présence d’une autre classe Converting Tool qui servira entre autres choses à gérer l’affichage du grec polytonique à l’écran.

 

Si vous souhaitez en savoir davantage sur le fonctionnement du logiciel, veuillez vous rendre à l’adresse suivante : http://www.exeuresis.com. Je travaille actuellement sur une nouvelle version du programme en vue d’une modélisation plus avancée de la langue grecque. D’ici-là, n’hésitez pas à télécharger le composant et à l’intégrer à vos applications. Cela participera peut-être à la promotion des études helléniques, et à mon sens, c’est là l’essentiel.

 

Daniel Di Meglio

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

L’enseignement du grec en Russie après 1917

▶ L’ HELLÉNISME EN RUSSIE (Λύχνος n° 133, article cinq)


L’ENSEIGNEMENT DU GREC ANCIEN EN RUSSIE APRÈS 1917.

forêt en hiver

 

 AU DEBUT DU XXe SIECLE, seul le latin restait obligatoire dans les gymnases classiques russes, le grec ancien devenant, à l’issue des réformes de l’enseignement classique, optionnel. Les hellénistes russes déploraient cette réduction quantitative de leur enseignement, mais pouvaient se féliciter car leur matière cessait d’être une cible de la critique politisée. Les études classiques prospéraient à l’Université, les maisons d’édition ambitionnaient de publier les traductions d’auteurs grecs et un « très bien » pour le grec était toujours considéré comme « un complément du certificat de fin d’études secondaires digne d’attention particulière »[1]

 

Elimination des « vieilleries »

La réorganisation du système éducatif par les bolchéviques arrivés au pouvoir en 1917-1918 entraîna la suppression pure et simple des langues anciennes dans l’enseignement secondaire. Nadejda Kroupskaïa (1869-1939), épouse de Vladimir Oulianov-Lénine et membre de la Commission d’État à l’Instruction, devint un des principaux concepteurs des programmes scolaires soviétiques. Elle évaluait ainsi l’école russe à la veille de la révolution : « … on oblige les élèves de lycées à tuer des années entières pour apprendre le latin et le grec ; la connaissance de ces langues, dont personne n’a cure, est une condition incontournable pour entrer à l’université ; on crée de cette façon une couche spéciale de privilégié »[2]. De vieilles rancunes contre le grec permettaient à Nadejda Kroupskaïa de défendre corps et âme l’école de type américain, une sorte d’atelier de travail où l’apprentissage serait soumis aux objectifs pratiques et immédiats[3]. En 1925 Kroupskaïa put constater avec satisfaction que les « vieilleries » (хлам) comme le latin et le grec[4] avaient été éliminées de l’enseignement secondaire. Lors de la rédaction de ses mémoires destinées à la jeunesse soviétique, elle se souvenait toujours de son aversion pour le classicisme : « Notre génération désapprouvait les gymnases classiques dans lesquels l’apprentissage était éloigné de la vraie vie. Nous autres, les jeunes, étions pour les gymnases réels. Le gymnase classique incarnait pour nous l’étouffement : les connaissances qui avaient vécu et dont personne n’avait plus besoin étouffaient celles qui étaient neuves et indispensables pour reconstruire la vie. Cela, c’était l’optique du gouvernement tsariste, qui remplaçait les sciences naturelles par les langues classiques »[5]. On déduit de ce passage que le savoir vieillit, qu’on le jette comme un habit usé, que les matières scolaires se font concurrence et que les monarques n’aiment pas les sciences naturelles[6]. À un moment donné la veuve du premier chef de l’État soviétique fut forcée de nuancer son réquisitoire contre les « vieilleries » classiques. C’est que feu son époux, dont les biographies posthumes ressemblaient de plus en plus aux écrits hagiographiques, avait en son temps terminé un gymnase classique et appris le latin et le grec. N. Kroupskaïa règla d’une manière très simple la contradiction : elle attribua au talent personnel de Lénine l’habileté d’avoir mis à profit l’étude des langues mortes.

 

Les dirigeants soviétiques prirent comme modèle l’école américaine

Evidemment, les causes de la suppression du grec dans l’enseignement secondaire ne se réduisent pas aux goûts de l’épouse de Lénine, ni même à des préjugés vieux de cinquante ans.

D’abord, durant au moins une douzaine d’années, entre 1917 et 1930, le gouvernement bolchévique se livra à de nombreuses expérimentations dans le domaine scolaire, redéfinissant plusieurs fois les objectifs, le choix des matières, la pédagogie et jusqu’au fonctionnement même de l’école. Les dirigeants soviétiques prirent comme modèle l’école américaine, avec son caractère unique et polytechnique. Plusieurs disciplines disparurent au profit des travaux manuels et des activités utiles à la communauté. Devenue accessible à un très vaste public populaire, l’école eut besoin de programmes appropriés à cette éducation « de masse » qu’on voulait standardiser. Il existait bel et bien des obstacles matériels pour maintenir un enseignement riche et varié : où en effet aller chercher autant de professeurs de grec, en plus dans un pays ruiné par deux guerres (la première guerre mondiale et la guerre civile de 1918-1921) ? Mais les difficultés matérielles ne suffisent pas à expliquer pourquoi il a fallu attendre la libéralisation du régime, après 1986, pour restaurer l’enseignement classique secondaire (certes, dans de très rares établissements).

 

Restrictions à l’université

Si pour le second degré tout est clair (on y supprime donc rapidement et totalement le grec et le latin), la situation semble plus complexe dans l’enseignement supérieur. La suppression des langues anciennes à l’université ne pouvait pas être expliquée, même partiellement, par l’évolution antérieure, comme c’était le cas du niveau secondaire. Bien au contraire le grec et le latin restaient en 1917 le fondement même des études universitaires.

Premièrement, les facultés et les universités subirent elles aussi de multiples restructurations dans les années 1920 et au début des années 1930. Mais dans la mesure où le nouveau gouvernement, d’une part, démontait tout le système éducatif, et, d’autre part, prétendait reconstruire le monde, il n’épargna pas les valeurs sûres du monde civilisé : langues anciennes, droit, philosophie. Ces trois sciences disparurent pour plusieurs années du paysage scolaire et universitaire soviétique.

Deuxièmement, les deux niveaux du système éducatif — le secondaire et le supérieur — sont interdépendants : si l’école n’a plus besoin de professeurs de grec, la faculté ne les prépare plus, et s’il y a moins de professeurs universitaires, il y a moins de chercheurs, et alors les institutions qui requièrent, d’une manière directe ou indirecte, la compétence en question (le grec ancien dans notre cas) reçoivent moins de spécialistes qualifiés. La réduction de la diffusion universitaire entraîna non seulement la baisse de la maîtrise de la langue grecque, mais aussi une dégradation de la recherche qui affecta la linguistique, la théorie littéraire, l’historiographie, l’histoire de l’art et de la langue, la muséologie, l’archéologie, la sigillographie, l’archivistique etc. L’état de l’édition périodique scientifique en URSS témoigne de cet affaiblissement de la science : pour les études de l’Antiquité, il ne restait que Le Messager de l’Нistoire ancienne (Вестник Древней истории), qui paraissait seulement depuis 1937, et chez les byzantinistes existaient les Chroniques byzantines (Византийский временник) fondées en 1894, qui paraissaient irrégulièrement depuis 1923, s’arrêtèrent en 1928 et reparurent en 1947.

 

Les « Facultés des choses inutiles »

La période entre 1922 et 1934 fut la plus difficile pour le grec ancien à l’Université. Le latin était mieux préservé grâce aux facultés de Médecine. Les facultés de Droit, après leur restauration, contribueront aussi à la diffusion du latin. Liquidées au début des années 1920, ces « Facultés des choses inutiles » [7] réapparurent en 1935 avec la création de l’Académie du droit. De nouvelles chaires de latin ouvrirent après 1945 à destination des spécialistes de langues romanes.

Or dans les années 1920, le grec ancien fut enseigné seulement à l’université de Petrograd-Leningrad. Même là, la chaire de Lettres classiques perdit très vite son indépendance : elle fut intégrée tantôt à la faculté des Sciences sociales, tantôt à celle des langues.

Nous reviendrons à la question des restructurations dans le supérieur. Les Facultés des sciences humaines, qui ont le plus besoin du classicisme, furent les premières à être réorganisées de fond en comble. Avant 1917, les facultés d’Histoire et de Philologie (des lettres classiques) offraient une formation très sérieuse : les futurs historiens y apprenaient le grec et le latin, et les futurs littéraires exploraient l’histoire du monde antique. La séparation de l’histoire et des lettres classiques après 1917 signifiait qu’on pouvait apprendre l’histoire de la Grèce antique sans étudier la langue grecque. En 1919, les deux facultés devenues distinctes (faculté d’Histoire et celle de Philologie, le terme « filologiïa » signifiant désormais « lettres », sans aucune connotation classique) furent intégrées dans celles des Sciences sociales en qualité de simple Départements. Ensuite, cette faculté des Sciences sociales devint, en 1929, faculté de Linguistique et de Culture matérielle. C’est à l’intérieur du Département de littérature de cette unité réformée et rebaptisée plusieurs fois, que put subsister la chaire de langues anciennes.

Solomon Lourié compare les deux époques : « dans les années vingt et au début des années trente il (scil. l’apprentissage du grec dans le supérieur) représentait quelque chose de tout à fait suspect et superflu ; après 1934 il devint accessoire et […] tolérable» [8].  Le stalinisme, de cette façon, restaura, quoique d’une manière incomplète, l’enseignement du grec dans le supérieur. Cela n’a rien d’étrange. Essayons d’en discerner les raisons.

 

Rétablissement du grec dans les années 1930

Au milieu des années 1930, les expérimentations sur l’enseignement supérieur ralentissaient. Dans diverses sphères de la vie, on inclinait de plus en plus pour le retour en arrière. On restaura ainsi un certain nombre de codes sociaux et d’institutions supprimés en 1918: passeports intérieurs, droit conjugal, police, grades scientifique etc. Les bâtisseurs d’un monde nouveau (re)construisaient en réalité une nouvelle monarchie. C’est la première raison du rétablissement du grec : on fait revenir les choses anciennes. En 1934 on rétablit les facultés d’Histoire ; en 1935, on rouvrit l’Académie nationale du Droit. Cette même année on créa le MIFLI : l’Institut de philosophie, de linguistique et d’histoire de Moscou. C’était une sorte de ramification, composées de trois facultés temporairement disparues, de l’université de Moscou. C’est le MIFLI qui proposa, dès 1934, une formation classique professionnelle. Quand, en 1941, le MIFLI sera réintégré dans l’université de Moscou, la chaire de lettres classiques retrouvera sa place au sein de la première université du pays.

Les premiers futurs hellénistes soviétiques inscrits au MIFLI étaient peu nombreux : en 1937, il y avait  quatre étudiants en première année[9] (nous n’avons pas trouvé l’information sur les effectifs de l’année 1934). Leurs professeurs, pour la première fois, avaient en face d’eux des jeunes gens qui n’avaient jamais appris ni le latin, ni le grec à l’école. Avant de commenter les auteurs grecs, comme on le fait à la faculté, ils devaient apprendre à lire, à écrire, à conjuguer les verbes. Pour ce faire, ils utilisaient les manuels de grec qui avaient servi aux élèves de ces gymnases classiques « tsaristes » qu’on honnissait tant. Enfin, ces jeunes ignoraient, ou peu s’en faut, quel métier les attendait. Nous savons maintenant qu’ils pourront enseigner dans le supérieur, faire de la recherche, en particulier celle liée à la Pontide, travailler dans des maisons d’éditions en qualité de traducteurs ou de rédacteurs, s’occuper des collections appropriées dans les dépôts d’archives et dans les musées. Le pays en manquera. Afin d’assurer ce retour discret à l’enseignement du grec à la faculté, le gouvernement invita des professeurs éminents qui avaient fait leurs études universitaires avant 1917, dont Sеrguéï Sobolevski (1862-1963), Nikolaï Kounh (1877-1940), Boris Grakov (1899-1970, archéologue spécialisé dans la civilisation scythe et sarmate), Serguéï Radtsig (1882-1968). Pour la première fois ces professeurs travaillaient avec les débutants. « Ainsi commençait la préparation des spécialistes de philologie classique, c’est-à-dire de ce domaine des sciences humaines qui avait été, de fait, absent des plans d’études depuis 1917 »[10].  À l’époque de la réouverture des chaires de langues anciennes en URSS, il y en avait cinq. En 1996 il en existait trois : deux à Moscou et une à Saint-Pétersbourg[11].

La deuxième explication des « faveurs » du pouvoir envers les langues anciennes était d’ordre idéologique. Staline remit à l’ordre du jour la fierté et le messianisme nationaux. L’URSS intensifia les explorations de son passé grec : les fouilles archéologiques dans les régions de la Méotide, d’Olbia du Pont[12], de la Chersonèse taurique [13], du Tanaïs, de la presque-île de Taman (la Phanagorie), de la Géorgie (la Colchide), du Turkménistan méridional (la Parthie) etc., se multipliaient. En 1924 encore, l’État bolchévique avait commandé aux savants de la vieille génération de dresser le répertoire exhaustif des monuments antiques de la Crimée et de constituer un atlas archéologique de la péninsule[14]. Il fallait donc assurer la relève, du moins, pour l’étude de son propre passé grec, pour la conservation des collections de musée et pour les recherches épigraphiques[15], ce point fort des antiquisants russes.

 

L’effet stimulateur des recherches historiques

Arrêtons-nous brièvement sur la recherche historique qui devait stimuler le retour du grec ancien et qui, en même temps, pâtissait de la quasi-disparition des compétences linguistiques. Il y a près de quarante ans, Mouza Raskolnikoff a consacré une vaste étude à la production des historiens soviétiques de l’Antiquité[16]. Son analyse des sujets des thèses soutenues laisse voir la chute vertigineuses des études linguistiques au profit des recherches historiques qui n’utilisent pas les sources originales. Les souvenirs des hellénistes (S. Lourié) et les ouvrages des historiens de l’enseignement classique (E. Frolov) confirment que les études historiques de l’Antiquité étaient possibles, bien qu’inséparables des théories marxistes-léninistes[17], dans des facultés réformées, tandis que la disparition du grec dans le secondaire durant toute la période soviétique et sa quasi-suppression à l’université dans les années 1920 entraînèrent une dégradation irrémédiable des études linguistiques et littéraire[18]. L’historiographie soviétique trouva bien son intérêt « de classe » dans l’histoire de la Grèce antique.

 

La première révolution : au IIe siècle avant notre ère

En 1933, le spécialiste de la Pontide antique Serguéï Jébeliov[19] établit la date du premier soulèvement révolutionnaire sur le territoire de l’URSS : le IIe siècle avant notre ère. Dans son article « La découverte de la première révolution sur le territoire de l’URSS », il prétendait que Saumacos, le chef des forces scythes opposées au roi du Bosphore Pairisadès V, était esclave (et non un prince scythe adopté par Pairisadès), et que cette confrontation n’était rien d’autre qu’un véritable mouvement révolutionnaire des esclaves scythes exploités au royaume du Bosphore[20]. L’hypothèse de Jébeliov fut fondée sur une nouvelle lecture du participe ἐκϑρέψαντα qui figurait dans le Décret de Diophantos, édité et très bien traduit par Vassili Latychev dans les années 1880.  « Les bolchéviques me donneront une médaille comme ça », — se vantait Jébeliov en arrondissant ses bras[21]. Serguéï Jébeliov ne reçut pas de médaille grande comme une roue, mais cette « découverte » et toute la phraséologie marxiste de son étude lui sauvèrent la vie. Depuis 1928 Jébeliov sentait siffler le vent du couperet : il avait participé, cette année-là, à côté des hellénistes et latinistes étrangers et émigrés, à un recueil collectif en hommage de Jacob Smirnov, dans la collection praguoise Seminarium Kondakovianum. Il en écrivit même l’introduction, où il faisait remarquer que, mort en 1918, Jacob Smirnov n’avait heureusement pas connu le temps des tribulations. « Maintenant que neuf ans nous séparent de la mort de Jacob Ivanovitch, je pense parfois que le destin savait ce qu’il faisait en l’empêchant de vivre neuf années de plus» [22].

Vassili Struve revint presque quinze ans après à l’hypothèse de Jébeliov dans un article paru en 1950 dans le numéro 3 du Messager de l’histoire antique[23]. Au début de ce numéro nous trouvons trois lettres de Joseph Staline, traitant essentiellement de l’approche marxiste dans la linguistique et dans la science historique, suivies de leur apologie non signée, celle de la rédaction de la revue sans doute, intitulée « Les objectifs du travail scientifique dans le domaine de l’histoire antique pour le quinquennat suivant »[24]. Selon Staline et son apologète, l’effondrement de la civilisation antique était d’ordre social : elle n’avait pas résisté aux insurrections des esclaves. C’était pour cela, probablement, que la question de Saumacos était revenue à l’ordre du jour, car le texte de V. Struve, saluant la méthode de Jébeliov conforme aux prescriptions staliniennes, était placé immédiatement après. Les consignes données aux historiens soviétiques ne sont pas dépourvues d’intérêt. En voici deux : l’hellénisme n’étant pas une étape culturelle, mais un stade économique, il est recommandé de renforcer les études des modes de travail de ses agriculteurs et de ses travailleurs en général ; les élaborations des historiens de l’Antiquité en Occident représentant une arme non négligeable dans la lutte des classes, il faut bien connaître l’historiographie contemporaine pour mieux les démasquer. Il y a des recommandations bien plus concrètes, comme, par exemple, cette injonction de traduire pour la première fois en russe Dion Cassius et Denys d’Halicarnasse (seules des traductions fragmentaires de ses œuvres existaient à ce moment-là en Russie), de retraduire Diodore de Sicile dont la version russe datait de 1775 (ce projet fut réalisé à la charnière du XXe et du XXIe siècles), de rééditer les Inscriptiones antiquae orae septentrionalis Ponti Euxini Graecae et Latinae de Vassili Latychev (1855-1921), de rédiger, enfin, un ouvrage de référence qui pourrait remplacer la Realencyclopädie de Pauly-Wissova et Le Dictionnaire des Antiquités de Ch. Daremberg et E. Saglio, indispensables aux chercheurs mais… contaminés par l’idéologie capitaliste[25].

 

Connaissance de l’Antiquité dans l’URSS

Peu avant la disparition de Staline en 1953, on réintroduisit à l’école l’uniforme scolaire, la non-mixité et… le latin dès la Seconde. C’était sans doute un début expérimental de la restauration du gymnase classique (le grec devait attendre son tour). Une dizaine d’écoles de Moscou furent concernées par cette mesure pendant trois ans environ. Seul l’uniforme (dans une version allégée, sans ceinturon ni casquette) survécut à la mort du dictateur.

Pour relever le niveau des élèves et pour alimenter une élite scientifique, le gouvernement soviétique misa, après 1955, sur les heures supplémentaires de mathématiques et de physique, dispensées souvent dans des écoles spécialisées. Les résultats en ont été corrects: une élite intellectuelle, assimilée aux promotions des meilleurs gymnases classiques d’avant 1917, pouvait sortir de ces établissements, mais avec un niveau de culture générale beaucoup plus faible. Les préceptes pédagogiques que dispensaient généreusement les idéologues soviétiques recommandaient une certaine maîtrise des acquis de la culture universelle, dont l’héritage antique. L’homme soviétique devait bien connaître de grands « classiques » du marxisme-léninisme et les « formations »  définies par le matérialisme historique: esclavage (donc le monde antique) — féodalisme — capitalisme — socialisme — communisme. De la mythologie grecque, on devaient retenir surtout Prométhée, prototype de tous les révolutionnaires. Bien que les programmes scolaires soviétiques ignorassent obstinément la mythologie antique, le recueil de légendes grecques écrit par Nikolaï Kounh en 1914, fut réédité en URSS une vingtaine de fois, ce qui prouve, d’une part, l’intérêt personnel des lecteurs, et, de l’autre, l’absence de spécialistes capables d’écrire quelque chose de semblable. En URSS il n’y eut, par exemple, aucune réédition commentée d’Euripide entre 1917 et 1999 ; très peu de drames classiques grecs furent retraduits[26]. En ce qui concerne les personnages éminents du régime et les petits-bourgeois frais émoulus, ils avaient bien leur modèle : ils ont toujours voulu imiter l’aristocratie russe et cette dernière n’avait jamais aimé (à quelques exceptions près) les « sciences dures » comme le grec et le latin[27].

 

Seuls les spécialistes de la vieille école, tant qu’ils étaient en vie ou en liberté, pouvaient faire avancer les études classiques en URSS. La génération formée avant 1917 put s’occuper de la traduction, de l’enseignement et de la recherche jusque dans les années 1960-1970 : Piotr Ernstedt (1890-1966) et sa sœur Elena Ernstedt (1888-1942), Serguéï Radtsig (1882-1968), Solomon Lourié (1890-1964), Andréï Egounov (1895-1968), Aristide Dovatour (1897-1982), Iakov Borovski (1896-1994). Ces gens-là ont transmis leur savoir à la génération suivante représentée par Alexandre Zaïtsev (1926-2000), Victor Yarkho (1920-2003), Mikhaïl Gasparov (1935-2005) ou Serguéï Averintsev (1937-2004). Mais le niveau des sciences humaines a baissé, car les travaux ne sont plus encadrés par quelques illustres savants, mais émanent désormais d’une multitude de petits professeurs, de chercheurs obscurs, d’étudiants libres dans leurs choix, d’élèves partis tôt à la découverte de l’Antiquité.

 

Le retour du grec ancien en Russie

Lorsqu’un groupe d’hellénistes a enfin eu la possibilité de réintroduire le grec dans le secondaire, il s’est félicité de pouvoir compter sur l’expérience de Jacob Borovski (1896-1994), ancien élève du gymnase classique prérévolutionnaire[28]. Le gymnase classique (ou l’école n° 610) de Leningrad (la ville retrouvera son nom de Saint-Pétersbourg en 1991) ouvrit ses portes en 1989. Depuis, d’autres établissements ont pu offrir le grec ancien à leurs élèves. Mais on manque toujours de professeurs qualifiés. Il est pratiquement impossible de rééditer les textes originaux : les élèves et les étudiants travaillent avec des photocopies des livres prérévolutionnaires (ou bien publiés en Occident), qu’il s’agisse de manuels ou de textes littéraires[29]. Selon les hellénistes russes qui utilisent aujourd’hui les éditions et traductions classiques antérieures à la révolution, ces ouvrages n’ont pas été dépassés ; et le niveau que, dans les sciences de l’Antiquité, la Russie avait atteint vers les années 1910, n’est toujours pas restauré.

L’histoire du statut et de l’enseignement du grec ancien en Russie montre qu’on ne peut ni supprimer, ni réduire, ne serait-ce que pendant une dizaine d’années, une discipline, sans déclencher une réaction en chaîne qui aboutit à une dégradation irréparable de la formation des spécialistes dans les domaines scientifiques les plus variés ✭

 

Natalia GAMALOVA


[1] Б. Я. Копржива-Лурье, История одной жизни [B. Kopřiva-Lourié, L’histoire d’une vie]. Paris, Atheneum, 1987, p. 36. L’auteur de сes mémoires qui relatent la vie de l’historien de l’Antiquité grecque Salomon Lourié (ou Salomon/Solomon Luria, 1890-1964), éditeur des fragments de Démocrite et auteur notamment de L’Antisémitisme dans le monde antique (Moscou, 1923 ; réédition Moscou et Jérusalem, 2009) et de Langue et culture de la Grèce mycénienne (Moscou, 1957), est son fils Jacob Lourié (1996). Le nom de la sœur de Salomon Lourié, Bogdana Kopřiva-Lourié, a servi de « couverture » pour cette publication, car elle vivait à l’étranger et était donc moins exposée ; au surplus, quand le livre fut publié (peu avant la disparition de l’URSS), Bogdana Kopřiva née Lourié était déjà décédée.

[2] Н. K. Крупская, « Не совсем одно и то же » (1918) [N. Kroupskaïa, « Pas tout à fait la même chose »], Педагогические сочинения в 10-ти томах [Œuvres pédagogiques en 10 volumes]. Т. 2. М., Академия педаг. наук, 1958, p. 70.

[3] Н. K. Крупская, « К реформе средней школы » (1918) [N. Kroupskaïa, « À propos de la réforme de l’école secondaire »], Œuvres pédagogiques en 10 volumes. Т. 2. op. cit., p. 35-36.

[4] Н. K. Крупская, « Значение программ в школьном деле» (Тезисы доклада на 1-ой Всероссийской конференция школ II ступени, 1925) [N. Kroupskaïa, « La signification des programmes dans l’éducation scolaire » (Résumé de l’allocution à la première conférence nationale des écoles du second degré], Œuvres pédagogiques en 10 volumes. Т. 3, 1959, op. cit., p. .

[5] Н. K. Крупская, « Ленин об изучении иностранных языков » (1937), [N. Kroupskaïa, « Lénine au sujet de l’apprentissage des langues étrangères (1937)], Œuvres pédagogiques en 10 volumes. T. 3, ibid., p. 698.

[6] Sur les péripéties de la politisation de l’enseignement classique en Russie, assimilé tantôt à l’esprit républicain, tantôt à la réaction gouvernementale, voir N. Gamalova, « L’enseignement du grec ancien en Russie au XIXe siècle », dans Connaissance hellénique, n° 129, octobre 2011, p. 60-62. Le grec ancien n’a pas toujours été relié à la réaction gouvernementale : en 1855 le médiéviste russe Timothée Granovski (1813-1855), en réclamant le rétablissement des langues classiques, dément la stupidité de ceux qui cherchent les origines des idées socialistes dans le monde greco-romain. Il fait remarquer que pendant les émeutes populaires à Paris, ce sont les étudiants de l’École Vétérinaire qui sont le plus représentés sur les barricades (T. Грановский, « Ослабление классического преподавания и неизбежные последствия этой системы » [T. Granovski, L’affaiblissement de l’enseignement classique et les conséquence inévitables de ce système »], Сочинения T. Н. Грановского [Œuvres de T. N. Granovski]. 3e éd., M., 1892, p. 417-429). De par leur âge, les bolchéviques comme Kroupskaïa se souviennent de la situation (après 1871) où le gouvernement prenait entièrement en charge la promotion de cette matière et la transformait, parfois d’une manière excessive, en outil de sélection.

[7] « Facultés des choses inutiles », c’est-à-dire « Faculté de droit », est le titre d’un des romans de Iouri Dombrovski (1909-1978) traduit en français par Dimitri Sesemann et publié en 1979 chez Albin Michel.

[8] Kopřiva-Lourié, L’histoire d’une vie, op. cit., p. 242.

[9] В. Н. Ярхо, « Как готовили филологoв-классиков во второй половине 30-х годов » [V. Yarkho, « Comment on préparait les spécialistes de lettres classiques dans la seconde moitié des années 1930 »]. Тыняновский сборник [Recueil en hommage de Tynianov 11]. Выпуск 11. ОГИ, 2002, р. 773.

[10] Yarkho, « Comment on préparait les spécialistes de lettres classiques dans la seconde moitié des années 1930 », op. cit., p. 769. Voir aussi les souvenirs de Solomon Apt qui appartient, comme Victor Yarkho, à la première génération d’hellénistes formées en URSS : С. Апт, « Классическая филология » [S. Apt, « La philologie classique », Иностранная литература [Littérature étrangère]. 2005, n° 1, accessible en ligne, portail : magazines.russ.ru.

[11] Л. Я. Жмудь, « Санкт-Петербургской классической гимназии — семь лет » [L. Jmoud, « Le gymnase classique de Saint-Pétersbourg a sept ans »], Древний мир и мы [Le monde antique et nous], Петербург, Алетейя, 1997, p. 274.

[12] Après la fin de la guerre civile en Russie (1918-1921), les fouilles professionnelles reprennent très rapidement, dès 1924-1925, sous la direction de Boris Farmakovski (1870-1928).

[13] Les fouilles de Chersonèse furent dirigées, en 1924-1927, par Constantin Grinevitch (1891-1971), directeur du musée de Kertch (Panticapée). C. E. Grinevitch avait fréquenté un gymnase classique à Kharkov en 1915, et avait ensuite étudié à l’université.

[14] А. Маркевич, « 17 сентября 1926, Симферополь » [A. Markevitch, « Le 17 septembre 1926, Simferopol »], dans Seminarium Kondakovianum. Recueil d’études. Archéologie, histoire de l’art. Études byzantines. I. Prague, 1926, p. 319.

[15] Les publications relatives sont cités chez E. Frolov : Э .Д. Фролов, Русская наука об античности [Les études de l’Antiquité en Russie]. Санкт-Петербург, Гуманитарная Академия, 2006, p. 448.

[16] Mouza Raskolnikoff, La recherche en Union soviétique et l’histoire économique et sociale du monde hellénistique et romain. Strasbourg, AECR, 1975.

[17] « On peut dire, sans exagérer, que vers le début des années 1940, les études russes de l’Antiquité perdirent tout à fait (ou presque) leur qualité d’une discipline scientifique indépendante en se transformant en polygone réservé aux exercices issus de l’économie politique marxiste. » (E. Frolov, Les études de l’Antiquité en Russie, op. cit., p. 445).

[18] Ibid., p. 441-442, 447, Kopřiva-Lourié, L’histoire d’une vie, op. cit., p. 111.

[19] P.-F. Foucart, « Décret de la ville de Chersonésos en l’honneur de Diophantos, général de Mithridate », dans Bulletin de correspondance hellénique, 5 (1881), p. 70-87, cité d’après Persée.

[20] S. Jebelev, « L’abdication de Pairisadès et la révolution scythe dans le royaume de Bosphore », dans Revue des Études Grecques, 49 (1936), p. 17-37. L’article de 1932 a été traduit en français par Aristide Dovatour, ancien étudiant et jeune collègue de Jébeliov.

[21] Kopřiva-Lourié, L’histoire d’une vie, op. cit., p. 220.

[22] С. А. Жебелёв, « Яков Иванович Смирнов » [S. Jebeliov, «Jacob Ivanovitch Smirnov»], Seminarium Kondakovianum. Recueil d’études. Archéologie, histoire de l’art. Études byzantines. II. Prague, 1928, p. 16.

[23] В. В. Струве, « Восстание Сaвмака » [V. Struve, « L’insurrection de Saumacos »], Вестник древней истории [Le Messager de l’histoire antique], 1950, n° 3, р. 23-40.

[24] « Задачи научно-исследовательской работы в области древней истории в предстоящем пятилетии » [« Les objectifs du travail scientifique dans le domaine de l’histoire antique pour le quinquennat suivant »], ibid., p. 9-22.

[25] Ibid., p. 15, 20.

[26] Nous n’abordons pas ici la question de l’édition des traductions d’auteurs grecs en URSS. La situation ne ressemble pas à celle que nous observons dans l’enseignement. La maison d’édition Academia (1922-1938) représente la dernière émanation de l’antikovedenie russe. Après les années 1930 les éditions soviétiques rassemblent, compilent et rééditent les traductions du grec ancien qui ont été faites avant 1917 ou dans les années 1920 et 1930.

[27] Sur les goûts des cadres soviétiques qui, dès l’époque stalinienne, visaient le mode de vie des hobereaux les plus rétrogrades, voir Richard Stites, « “Camarades, la vie est devenue plus gaie” », dans Catherine Gousseff (dir.), Moscou 1918-1941. De « l’homme nouveau » au bonheur totalitaire. Paris, Autrement, 1993, p. 179-198.

[28] Jmoud, « Le gymnase classique de Saint-Pétersbourg a sept ans », op. cit., p. 275.

[29] Ibid., p. 278-279.

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts