Archives par mot-clé : français

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°27)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 137, mars 2014, article un)

 

« Il fait trop chaud pour travailler »

(où il sera question de l’étymologie de chômage)

 

La célèbre réclame des années 80 pour une citronnade(La célèbre réclame des années 80 pour une citronnade)

 

 

On trouve sur la Toile des choses extraordinaires. Tenez, par exemple, savez-vous que les “Brebis gueuleuses” (j’ignore qui se cache derrière ce nom) tiennent une gazette, un blog, où, ma foi ! elles proposent une solution originale pour le chômage : revenir à la préhistoire ! Mais oui, comme il n’y avait pas de chômage chez les hommes de Néanderthal, hé bien, écrivent-elles, sélectionnons une cinquantaine de chômeurs, installons-les au fin fond de l’Auvergne avec quelques outils, et hop là, on aura une unité productive efficace ! (http://www.brebisgueuleuses.fr/2013/07/le-mystere-du-chomage)

Ce qui est beau avec l’utopie, c’est qu’elle nous fait rêver… Mais est-ce bien la solution ? Avant même l’avènement de notre économie industrialisée, n’y avait-il pas de chômeurs ?

 

Le chômage dans l’Antiquité

On lit dans l’évangile selon saint Matthieu (20, 1-16), la fameuse parabole des ouvriers de la onzième heure : un grand propriétaire cherche des vignerons pour les vendanges. Il trouve le matin des ouvriers qu’il embauche,

καὶ ἐξελθὼν περὶ τρίτην ὥραν εἶδεν ἄλλους ἑστῶτας ἐν τῇ ἀγορᾷ ἀργούς·

“et il sortit à la troisième heure et vit d’autres debout, sur l’agora, désoeuvrés.”

Vous connaissez la suite, le propriétaire paie tout le monde pareil, un denier, qu’on ait travaillé toute la journée et supporté “le poids du jour et la chaleur” ou juste une heure. L’histoire ne dit pas si les ouvriers de la première heure se sont mis en grève, ont sequestré le propriétaire, l’ont assigné aux prud’hommes ou pas… La seule chose qu’on sache c’est que le grand propriétaire trouva à chaque sortie des chômeurs sur la place publique et  qu’il les engagea. Donc le chômage existait déjà. Rien de nouveau sous le soleil…

 

Une ancienne réclame pour une citronnade

Ou plutôt si, du nouveau il y en a, car le français a une façon en fait très spéciale d’exprimer le chômage, très différente de celle qu’on trouve en grec ancien. Le chômeur, dans l’évangile se disait : ἀργός [argos] c’est-à-dire ἀ-εργός [a-ergos], le «désoeuvré», l’  «inactif». En grec moderne, αργία [arghia] signifie bien : «désoeuvrement», «chômage». En français, chômage, c’est le fait de chômer, ou selon une graphie archaïque chommer  voire chaumer. Ainsi Montaigne dans ses Essais III, IX (éd. Villey, p. 946) rappelle « que la justice a cognoissance et animadvertion aussi sur ceux qui chaument », c’est-à-dire qu’il y a des lois qui dénoncent et contraignent les vagabonds et les fainéants au travail.  Déjà les arrêté anti-mendicité existaient-ils ? En tout cas Montaigne proposait, non sans humour, des arrêtés anti-scribouillards puisqu’il voulait étendre ces lois aux écrivains « ineptes et inutiles ». Vaste programme !

En tout cas ce mot n’a aucun rapport avec le chaume, la paille dont on fait les chaumières. Le verbe vient probablement du provençal caumare en provençal signifie à la fois : «suffoquer de chaleur» et «se reposer, chômer». Car en provençal, pour parler d’une grande chaleur, on dit : fai un bel caumo, «il fait une sacré chaleur». Et dans le Rouergue, éstre de-caumo, littéralement :  «être de chaleur», signifie : «ne rien faire, chômer». Pour être plus précis, la forme française semble venir  de la forme provençale chaumare, variante palatalisée (avec la langue contre le palais) de caumare. Le mot désigne le fait que les brebis (encore elles !) quand vient une forte chaleur, arrêtent de manger et cherchent de l’ombre pour leur tête, comme le dit le Trésor du félibrige de Mistral.   Cela me fait penser à une ancienne réclame pour une citronnade. Elle mettait en scène un homme avachi sous son chapeau mexicain qui lançait : «il fait trop chaud pour travailler». C’est tout à fait ça.

De là vient notre chômage.  Mais ce verbe  chaumare/ caumare, d’où venait-il ?

 

«et les hommes furent brûlés d’une grande chaleur »

Du grec bien sûr, car vous parlez grec, mais vous ne le saviez pas ! De καῦμα [kauma] qui signifie «chaleur», «brûlure» et qui a donné le provençal caumo.

On a même un verbe dérivé καυματίζω [kaumatizô] «brûler (de chaleur)». Ainsi dans l’Apocalypse (16,8-9), parmi les fléaux de la fin des temps,

«un quatrième ange versa sa coupe sur le soleil et il fut donné au soleil de brûler les hommes par le feu, et les hommes furent brûlés d’une grande chaleur»

καὶ ὁ τέταρτος ἄγγελος ἐξέχεεν τὴν φιάλην αὐτοῦ ἐπὶ τὸν ἥλιον, καὶ ἐδόθη αὐτῷ  καυματίσαι τοὺς ἀνθρώπους ἐν πυρί, καὶ ἐκαυματίσθησαν οἱ ἄνθρωποι καῦμα μέγα.

Eruption solaire avec panache en anneau, NASA, Wikimedia commons(Eruption solaire avec panache en anneau, NASA, Wikimedia commons)

Voilà exactement la plaie qui arrive à notre société qui, hélas, bat tous les records de chômage de masse. Comme on le sait, l’Apocalypse parlait de façon figurée de la grande crise actuelle…

Trêve de bavardage. Le mot a été emprunté au grec par le latin sous la forme cauma à partir du IVe siècle après J.-C. dans un sens médical. Ainsi saint Jérôme traduit-il dans la Bible ce verset du livre de Job (30,30) :

cutis mea denigrata est super me et ossa mea aruerunt prae caumate

«ma peau a noirci sur moi et mes os ont séché en raison de leur inflammation»

Le traducteur latin d’un traité du médecin grec Oribase du IVe siècle, la Synopse à Eustathe (6, 26) écrit dans sa traduction :

 In pestilentia cauma est in thorax et lingua combusta

“En cas de peste, il y a une inflammation du thorax et la langue brûle”.

On doit donc comprendre le terme médical cauma comme désignant la chaleur que l’on ressent en cas d’inflammation, et donc l’inflammation elle-même. Le même traducteur aurait forgé le verbe caumare.

 

« Ça cogne »

C’est sans doute cet emploi savant qui explique l’usage métaphorique du mot dans le sud de la Gaule. Il faut avoir connu le soleil de Provence, celui qui fit mourir d’insolation la belle Mireille, pour savoir combien il est terrible et rigoureux. L’Apocalypse ne s’y est pas trompé qui considère ce soleil brûlant comme une plaie. Parfois, l’été, on ne peut plus dire seulement « il fait chaud ! », on doit dire « il brûle », caumat  en latin. Si l’on dit aujourd’hui l’été en plein midi, avec une belle métaphore : « ça cogne », pourquoi ne dirait-on pas : « ça brûle » ? Car ce n’est plus de la chaleur, c’est un incendie, une inflammation, tellement il fait chaud. Par ce biais on désigne non seulement la chaleur extérieure, mais surtout la chaleur ressentie, celle qui oblige, sous peine de mort ou presque, à se tenir coi.

Imaginons notre Mexicain de tout à l’heure ; quand il dit : « il fait trop chaud », il ne signifie pas seulement qu’il fait quarante degrés à l’ombre, il signifie également la conséquence de cet état de fait : « il fait trop chaud pour travailler : je m’arrête ». Dans le nord de la France, en pays d’oil, il ne faisait peut-être pas assez chaud pour qu’on garde l’usage de ce verbe chômer au sens provençal de « suffoquer de chaleur » : on n’en a gardé que le sens secondaire…

Le calme plat

Puisqu’on parle d’un Mexicain, signalons qu’en espagnol, le sentiment d’une chaleur qui vous fait suffoquer se dit justement calma. Dans le langage maritime, cette grande chaleur est en général accompagnée d’une absence de vent : c’est le calme plat. Le mot a été emprunté à l’espagnol ( ou au catalan) en français dans ce sens d’ « absence de vent », mais on lui a fait subir une étrange opération, puisque la calma est devenu le calme. Peut-on supposer que les marins français ont emprunté ce mot dans une expression comme en calma, « dans un calme plat » et qu’ils ont choisi par ignorance du genre, le genre non marqué en français, le masculin ?

Or calma dérive bien du grec καῦμα [kauma] via le latin cauma sauf qu’un étrange phénomène linguistique s’est produit. En général, le son –alm– devient –aum comme justement le « roseau » κάλαμος [kálamos] devient en latin calamus puis *calmus, forme en –alm- qui aboutit en français à chaume, forme en –aum-. Ce phénomène du passage d’un l que les latins appellent «gras», articulé en arrière près de la racine de la langue, à u se retrouve en Gaule et en Italie ; mais dans la pénisule ibérique il y a eu une hésitation entre les formes en l et celles en u. Ainsi saltum «saut» a donné la forme espagnole soto mais devant une consonne sonore, caldum «chaude» est resté caldo autrefois «chaud» aujourd’hui «liquide chaud, plat chaud», et a évolué plus tard en calido. Il y a eu donc hésitation entre les formes en o et les formes en al. Dans ce climat d’incertitude, sans doute aussi sous l’influence justement de caldo «chaud», proche du point de vue du sens, la forme latine cauma, prononcé déjà en latin d’Espagne : [coma], est devenue calma dans la pénisule ibérique et de là s’est répandue grâce aux marins espagnols ou catalans en France et en Italie.

La boucle est bouclée, le chômage est bien dû au «calme plat» que connaît le navire de notre économie, en ce temps de crise qui dure depuis quarante ans !

J’arrête ici cet article, parce que je crains, si je continue sur cette lancée, que la gazette des « Brebis Gueuleuses » n’aille réclamer pour les chômeurs qu’ils soient envoyés travailler en Sibérie, où assurément, ils n’auront pas trop chaud ! ✮

Christian Boudignon,

Université d’Aix-Marseille, CNRS, TDMAM UMR 7297, 13094 Aix-en-Provence, France.

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas ! (n°26)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 136, novembre 2013, article un)

 

Mme Joyssans, mairesse d’Aix et les « crapules marseillaises »

(où il sera question de l’étymologie de crapule)

 

scène de banquet du peintre Nicias (Wikicommons)

 

EN SEPTEMBRE DERNIER de cette grande année de la culture 2013, la mairesse d’Aix-en-Provence, Madame Maryse Joissains, a prouvé l’étendue de son vocabulaire en qualifiant de “crapules marseillaises” les braqueurs cagoulés du parking Pasteur qui étaient repartis avec 90 000 euros. Je voudrais faire deux remarques. D’abord, il faut saluer le féminisme de Mme Joissains ; on se plaint souvent qu’il  n’existe pas de mot féminin pour parler des femmes qui exercent telle ou telle fonction. J’ai moi-même hésité avant d’oser employer le terme de mairesse. Hé bien, Madame le maire n’hésite pas à qualifier le quarteron de malfrats du terme féminin de “crapules marseillaises”. C’est un grand progrès vers l’égalité des sexes, en attendant les gangs véritablement féminins… Deuxièmement, je salue l’hommage qui est fait ici à la fine fleur des Marseillais et à leurs lointains ancêtres phocéens (et donc grecs), puisque la mairesse d’Aix-en-Provence fait usage d’un antique vocable grec en les qualifiant de crapules.

 

Le chou et la « gueule de bois »

Cela me donne l’occasion de revenir sur ce mot qui se disait en grec κραιπάλη [kraïpálê]. Le mot désigne ce qu’on appelle en français trivial la « gueule de bois ». Le chou a, paraît-il, de certaines vertus pour soigner ce mal. Aristote s’est même emparé de la question dans ses Problèmes (873a). Est-ce de là que vient l’expression amoureuse « mon chou », je ne sais. Toujours est-il qu’un auteur de comédie, un certain Eubule, au IVe siècle avant J.-C., nous met en scène un personnage, sans doute un amant, qui soudain s’écrie :

γύναι,

ῥάφανόν με νομίσασ’ εἰς ἐμέ σου τὴν κραιπάλην

μέλλεις ἀφεῖναι πᾶσαν, ὡς ἐμοὶ δοκεῖς.

« Femme, tu me prends pour un chou, et tu vas me passer toute ta gueule de bois, à ce qu’il semble. » (Athénée, Deipnosophistes, I, 62)

Je laisse à l’imagination de mes lecteurs toute licence pour se représenter dans quelle action théâtrale devait se trouver le personnage en question…

 

La tête qui lance…

Visiblement le mot grec κραιπάλη [kraïpálê] était aussi obscur aux Grecs que l’expression gueule de bois l’est aux Français. Galien, le célèbre médecin du second siècle après J.-C., rappelle la définition du mot et son étymologie  dans son Commentaire des aphorismes d’Hippocrate (éd. Kühn, vol. XVII-2, p. 788-789):

κραιπάλας δ’ ὅτι πάντες οἱ Ἕλληνες ὀνομάζουσι τὰς ἐξ οἴνου βλάβας τῆς κεφαλῆς εὔδηλον. Οὕτως γοῦν ἔνιοι καὶ τὴν ἐτυμολογίαν ἐποιήσαντο τῆς προσηγορίας ἀπὸ τοῦ κάρηνον πάλλεσθαι γεγονέναι φάσκοντες.

« Que tous les Grecs appellent kraïpálê les maux de tête qui viennent du vin, c’est une chose évidente. C’est ainsi en tout cas que certains ont fait également l’étymologie du mot qu’ils tiraient, disaient-ils, du fait que la tête les lançait. »

Bref, pour les Grecs κραιπάλη [kraïpálê] serait un mot composé fait de κραι- (tête) et –πάλη (élancement). Le premier élément du mot : κραι- [kraï-], renvoie à la «tête» en grec : κάρα ou κρα, avec un a final long dans ces deux formes [karā] ou [krā]. De là vient le latin crapula. Car Frédérique Biville, Les emprunts du latin au grec, vol. II p. 321-323, a montré que le mot a été emprunté par les Romains aux Grecs sous la forme crāpula, tout comme le nom de peuple Θρᾷξ [Thrāix] qui donne en latin Thrāx « le Thrace ». Pour ce qui est du traitement en latin du deuxième élément du mot -πάλη [–palê] en –pula, il est tout à fait traditionnel avec fermeture ou apophonie de la voyelle brève intérieure du mot. Ainsi le a se ferma en u ; que l’on songe à catapulta qui vient du grec καταπάλτης [katapaltês] (où l’on retrouve d’ailleurs la même racine grecque –pal- au sens de « lancer »).

 

Les Romains ne connaissaient-ils pas la gueule de bois avant les Grecs ?

J’avoue que je suis bien surpris de cet emprunt… Les Romains ne connaissaient-ils pas la gueule de bois avant les Grecs ? Ou bien n’avaient-ils pas de mots pour la dire ? Ou bien alors avaient-ils un autre mot et cela faisait plus chic de le dire en grec ? Le terme, en tout cas, est attesté dès le début de la littérature latine, avec Plaute (env. 254-184 av. J.-C.). Deux siècles plus tard, le grand Cicéron ne manque pas d’accuser Antoine d’ivrognerie dans les Philippiques (II, 30) et lui demande de cuver son vin avant de venir lui faire des reproches : edormi crapulam et exhala (littéralement, « fais dormir ta gueule de bois et exhale-la »). De fait, Antoine avait une drôle de manière de cuver son vin puisque Cicéron (II, 62) nous raconte qu’après une nuit très arrosée au mariage d’un acteur de mime, Antoine s’était rendu au forum et avait eu la bonne idée de vomir devant tout le peuple romain … O tempora, o mores !

 

« Gloire aux hallebardiers, ils n’ont pas de scrupule… »

Le mot a disparu dans le passage au roman et au français. Il ne réapparaît qu’au milieu du XIVe siècle dans le Roman des déduits de Gace de la Buigne (v. 1991-1992) qui conseille aux maîtres fauconniers de pratiquer  « contre luxure / Continence et contre crapule /Abstinence », car « Le mestier de fauconnerie / Requiert homme de honneste vie ». Eh bien oui, si vous ne vous occupez pas de votre faucon, si vous ne le nourrissez pas, à la première occasion, il s’en ira… Ici à la gloutonnerie répond l’ivrognerie, ou plutôt luxure rime avec crapule. Cet emprunt du français au latin appartient à la littérature morale. En désignant ainsi d’un mot savant (latin) l’ivrognerie, on en faisait une sorte de monstre moral ! Evidemment, avec le vin vinrent les filles, le mot désigna toute débauche et selon l’expression habituelle, on se livra à la crapule [1]… Peut-être que le mot ne fut pas bien compris et que l’on crut que la crapule désignait les compagnons de débauche vus comme un tout peu recommandable (bien sûr !), la canaille, la fripouille et la racaille réunies. Ce dernier mot de racaille a été naguère mis à la mode par un homme célèbre,  un « lettré » de la même farine que Mme Joissains, qui aurait je crois pu citer ces vers de Victor Hugo (La légende des siècles, Le régiment du baron Madruce I, 22-23) :

Gloire aux hallebardiers, ils n’ont pas de scrupule

Contre la populace et contre la crapule…

A partir de ces mêmes termes de canaille ou de racaille, on passe facilement du collectif au singulier : ainsi on peut dire à quelqu’un « ma petite canaille ! », voire, « mon canaillou !», et même : « ma petite racaille ! ». Ainsi en Afrique, on parle d’un enfant qui fait « le crapule ». A ce propos il me vient une idée… peut-être n’avais-je rien compris quand Mme la mairesse parlait de « crapules marseillaises »  — c’était une marque de complicité affective ?… Non, non, que nenni : il n’y a rien, il ne saurait rien y avoir, il n’y aura jamais rien de commun entre Madame le maire et la « crapule marseillaise »✮

Christian Boudignon,

Université d’Aix-Marseille, CNRS, TDMAM UMR 7297, 13094 Aix-en-Provence, France.


[1] A ce propos, Janine Kaminski me signale amicalement que le mot κραιπάλη signifie «débauche» aussi en grec moderne.