Archives par mot-clé : fermoir

Jean-Victor Vernhes défend une étymologie dissidente pour clitoris

 ETYMOLOGIE GRECQUE ( λύχνος n° 138, juillet 2014, article huit)

Une étymologie pour ἡ κλειτορίς, ίδος, le clitoris ?

par Jean-Victor Vernhes

Collier de la reine et portrait de Marie Antoinette par Vigée-Lebrun, Château de Breteuil (Wikicommons).
Collier de la reine et portrait de Marie Antoinette par Vigée-Lebrun, Château de Breteuil (Wikicommons).

 

À Monique L. Cardell

 

Voilà un terme qui a souvent été absent des traités d’anatomie les plus détaillés. Ainsi il n’apparaît pas dans le Rémy Perrier, qui dans les années 20 et 30 du XXe siècle était un des manuels de base des études de biologie. Ces derniers temps a été rompu le silence, et on a vu paraître plusieurs livres approfondis sur la question.  Lorsque Christian Boudignon m’annonça son intention de prendre le mot κλειτορίς, clitoris, comme thème de sa chronique lexicale, en prolongeant une intuition étymologique de Chantraine, je sentis qu’il allait dans le sens de l’histoire. Et je pris à cœur incontinent d’étudier l’origine de ce mot.

Et honni soit qui mal y pense! En lexicologie et lexicographie scientifiques, les mots sont tous scrutés avec une équitable sollicitude. Il n’en est point d’ incongrus. Ainsi dans l’immense Dictionnaire Français-grec  de Jean-Jacques Courtaud-Diverneresse (1re partie, 1847 – 2e partie, 1857), conçu pour le bonheur des praticiens du thème grec, et destiné « à l’usage des établissements de l’Instruction Publique, des séminaires, des maisons d’éducation, etc. », vous trouverez tout, tout, tout… pour exprimer avec précision, en faisant un thème grec ou en écrivant une page en grec ancien, pour vous-même ou pour vos amis, en prose ou en vers, ce que vous souhaitez dire au sujet de l’objet qui nous occupe aujourd’hui. Or les dates qui viennent de vous être indiquées vous montrent que la rédaction de ce dictionnaire se situe à l’époque et dans la société qui fit à Baudelaire et à Flaubert les ennuis judiciaires que vous savez ! En revanche, dans l’Abrégé du même dictionnaire (abrégé à peu près aussi substantiel tout de même que le Bailly), destiné aux classes de quatrième, troisième, seconde, il n’y a pas d’entrée pour ce mot.

 

Sa Majesté Kleitôr 

Puisque notre quête concerne les origines, commençons par consulter les dictionnaires étymologiques du grec.

Dans le vieux Boisacq, rien. Frisk reprend une hypothèse du savant slovène Grošelj, qui voit dans ce mot une dérivation d’un mot *κλείτωρ dont on nous affirme qu’il signifiait “Hügel” (coteau, colline), ce qui permet de le rapprocher de κλειτύς, qui signifie justement « coteau, colline », et de le rattacher à la racine de κλίνω, « incliner ». Ce *κλείτωρ n’est pas attesté comme nom commun, mais il y a eu en Arcadie une ville nommée Κλείτωρ.

Cette étymologie est reprise dans le Robert (Dictionnaire historique de la langue française): la voilà qui risque de devenir officielle dans toute la francophonie.

Elle est reprise aussi très affirmativement dans le dictionnaire de Beekes.

Chantraine, dans son Dictionnaire étymologique de la langue grecque, a fait état de ladite étymologie sur un ton vraiment pas convaincu, et a conclu sa notice en disant simplement, sans nous dévoiler plus amplement sa pensée secrète, qu’il préférerait une dérivation de κλείειν, « fermer ». Cela nous incite à explorer cette voie, à mettre nos pas dans les pas du maître.

Mais revenons d’abord sur l’hypothèse acceptée par Frisk. Elle tiendrait la route si nous pouvions nous assurer que le toponyme arcadien Κλείτωρ  désignait bien une ville située sur une éminence, une Hauteville. Mais nous lisons dans la Description de la Grèce du géographe du IIe siècle après J.-C., Pausanias (VIII, IV, 5) que cette ville tient son nom non pas d’une particularité géographique, mais de son fondateur, le puissant roi Κλείτωρ. Donc pas question de colline!

De plus nous lisons, toujours dans Pausanias (VIII, XXI, 3), que cette ville de Κλείτωρ était située « en terrain plat »(ἐν ὁμαλῷ) et entourée des montagnes de hauteur moyenne. Donc dans une dépression !

L’hypothèse de la colline n’était qu’une idée en l’air. Laissons donc Sa Majesté Κλείτωρ en sa bonne ville éponyme, et cherchons ailleurs.

Mais non, n’allons pas trop vite. Puisque notre recherche nous a fait rencontrer en chemin ce royal nom de Κλείτωρ, regardons comment ce mot est formé. C’est un nom d’agent en -τωρ (une formation bien connue). Si on cherche à le rattacher à la racine de κλίνω, cela signifiera l’Inclineur. Curieux titre pour un roi! Mais si on le rattache à κλειω, fermer, les choses vont mieux. Il n’est pas étonnant  qu’un nom de roi renvoie à la notion de fermer, de verrouiller, c’est à dire à la maîtrise des clefs, au pouvoir d’ouvrir et de fermer.. Qu’on songe aux clefs de Janus, aux clefs de Saint Pierre…[1]

 

La poule et le fermoir

Nous avons mené de concert et de conserve, Christian Boudignon et  moi, les réflexions  qu’exprime le présent paragraphe. Ce mot κλείτωρ qui n’est pas attesté dans les textes comme nom commun,  a parfaitement pu être employé dans la langue pour désigner celui qui ferme, le portier. Et tout doucement nous arrivons à l’étude de la formation de κλειτορίς. Cette finale -τορίς est claire. C’est une dérivation féminine en -ίς sur un nom d’agent en -τωρ (Benveniste, Noms d’agent…, p. 34, Chantraine,  Formation des noms …, p. 341). On trouve cette dérivation dans un mot désignant la poule : ἀλεκτορίς. Ce terme est le féminin de ἀλέκτωρ, le coq, nom d’agent formé sur une racine αλεκ signifiant défendre. Le coq est “le défenseur”.  Ces données nous permettent de poser:

κλείω → *κλείτωρ →  κλειτορίς.

Ce dernier terme signifiera donc étymologiquement la femme qui ferme, la fermeuse, ou bien l’objet qui ferme, la clef, le fermoir. Ces dérivés féminins en -ίς sont souvent des termes techniques ou populaires désignant des objets ou des parties du corps (Chantraine, Formation des noms …, p. 336-338).  Il est intéressant de noter en outre que ce type de dérivés s’est prêté à fournir des diminutifs et à désigner de petits objets (Chantraine, Formation des noms …, p. 342, § 277).

Mais pourquoi ce terme pour désigner ce dont il est question ? Le mot θύρα, la porte  a servi à  désigner le sexe féminin (Aristophane, L’Assemblée des Femmes, 990). Cette porte fut un jour munie d’un πρόθυρον (porche ou vestibule), qui est décrit comme « tout ruisselant de parfums » dans un poème de l’Anthologie palatine (V, 198)Dans un autre poème (V, 241),  il est question de « franchir entre les deux parois le sol humide du vestibule. » Il est normal qu’on ait songé à ajouter à de telles représentations l’image d’une clef, cette clef étant la représentation stylisée du petit organe. Mais il y a mieux.

 

“Orfèvre, le collier que tu as fabriqué…”

En effet un très paillard passage d’Aristophane (Lysistrata  408-413) va nous apporter d’intéressantes lumières. Pour illustrer le soutien complaisant des maris à la perversité de leurs épouses, le personnage du Proboulos (le “commissaire du peuple”, dit la traduction Van Daele) imagine un Athénien entrant dans la boutique d’un orfèvre pour faire réparer le fermoir du collier de sa femme. Dans ce texte apparaît le mot ἡ βάλανος, le gland (le mot est féminin en grec, mais ce détail importe peu ici). Ce mot peut désigner aussi des choses en forme de gland, ou munies d’une protubérance rappelant la forme d’un gland, par exemple une cheville terminée par une protubérance, et qu’on engage dans un trou ad hoc. Dans notre passage d’Aristophane, on a, en miniature, un dispositif de ce genre. Le fermoir du collier comporte une tige nommée βάλανος à cause de sa partie renflée  et pour la fermeture du bijou on l’introduit  dans un trou (τρῆμα). Je n’imagine pas les choses  de façon assez précise pour vous faire un dessin. Voici donc ce que dit l’Athénien à l’artisan :

Ὦ χρυσοχόε, τὸν ὅρμον ὃν ἐπεσκεύασας,

ὀρχουμένης μου τῆς γυναικὸς ἑσπέρας

ἡ βάλανος ἐκπέπτωκεν ἐκ τοῦ τρήματος.

Ἐμοὶ μὲν οὖν ἔστ’ εἰς Σαλαμῖνα πλευστέα·

σὺ δ’ ἢν σχολάσῃς, πάσῃ τέχνῃ πρὸς ἑσπέραν

ἐλθὼν ἐκείνῃ τὴν βάλανον ἐνάρμοσον.

« Orfèvre, le collier que tu as fabriqué,

quand ma femme dansait l’autre soir,

le gland est tombé du trou.

Moi, j’ai à prendre le bateau pour Salamine.

Mais toi, si tu as le temps, viens ce soir

lui ajuster bien artistement le gland. »

Il faut préciser ici que le mot βάλανος a en anatomie le même sens que le mot “gland” en français, et  les scolies qui nous sont parvenues  à propos de ce passage indiquent qu’Aristophane joue sur cette signification. Du fait de la valeur de l’article grec, τὴν βάλανον peut ici signifier “le gland” ou “ton gland”. Quant au mot τρῆμα, il peut désigner le sexe féminin (cf. L’Assemblée des Femmes, 906); il en est de même du terme de sens voisin  τρύπημα (L’Assemblée des Femmes, 624). Quant au verbe ὀρχεῖσθαι, danser, — je m’inspire ici d’une note à propos de ce passage dans l’édition Loeb —, il a quelque chose qui, si on s’y prend comme il faut (par une certaine manière d’articuler le mot ou par une certaine mimique de l’acteur) peut faire penser aux ὄρχεις, les testicules. Il s’agirait alors d’une “danse” vraiment bien spéciale !

 

Le jeu des images

Voilà pour l’examen du double sens de ces vers d’Aristophane. Mais le plus intéressant ici, c’est l’analyse du jeu des images. Nous y voyons l’évocation du sexe de la femme se faire à travers l’image du renflement que comporte le fermoir précieux d’un bijou de joaillerie !

Nous venons donc de voir ce qu’a pu être en grec la valeur d’évocation anatomique de l’image de la clef ou du fermoir. Cela nous explique comment  κλειτορίς, dont la valeur étymologique générale est celle de clef ou de fermoir, a pu devenir le mot pour désigner cela.

Sur ce, on pourrait aussi disserter sur les connotations érotiques ou paillardes de l’orfèvrerie: “Trois orfèvres…”. Comment ! Vous ne connaissez pas? Comme j’entends rester convenable, je ne vous inciterai pas à chercher sur l’internet, par où vous pourriez entendre cette vieille chanson de notre patrimoine très spécial chantée par Pierre Perret. Mais, fort sagement, nous en resterons là ✪

 

Jean-Victor Vernhes

Département des Sciences de l’Antiquité, Université d’Aix-Marseille

 Remarque : Suite à cet article, M. Jean Viredaz a signalé par courriel le 27 novembre 2014 l’information suivante :

Le nom propre Κλείτωρ doit à vrai dire être laissé de côté, car sa forme ancienne est Κλήτωρ, d’étymologie différente (voir Laurent Dubois, Recherches sur le dialecte arcadien, 1988, II, 207-208). La forme κλείω du verbe « fermer » est du reste purement attique (l’arcadien aurait *ᾱϊ ou *ᾳ). Mais ces remarques n’affaiblissent pas la démonstration.

[1] Il y a, à ce propos, une savoureuse et frustrante note dans René Guénon, Autorité spirituelle et pouvoir temporel (p. 65, note 4), où il nous fit savoir qu’il en sait long sur la question, mais ne nous dira rien…

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°28)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 138, juillet 2014, article sept)

 

Réflexions intempestives sur le clitoris

(où il sera question de l’étymologie de clitoris)

 

« Luisant comme un bijou sur le torse d’un dieu »

Pierre Louÿs, La femme (1889-1891)

 

Lady Gaga à Berlin en octobre 2013 (wikicommons)
Lady Gaga à Berlin en octobre 2013 (wikicommons)

 

Le censeur pornographe

Je le sens, on va me dire que je cède à la pornographie ambiante. C’est un vieux reproche que déjà se jetaient à la figure les sophistes du Banquet des sages (13, 567b) d’Athénée de Naucratis (IIe / IIIe s. ap. J.-C.): οὐκ ἂν ἁμάρτοι δέ τίς σε καὶ πορνογράφον καλῶν « on ne se tromperait pas en t’appelant pornographe »

Je répondrai en ces termes. D’abord, il faut se réjouir de cette insulte, parce qu’elle est bien grecque. Elle signifie littéralement “peintre de p…” De ce reproche sont sortis le mot de pornographie et tout un genre littéraire puis cinématographique. C’est un peu comme si l’anathème avait engendré ou propagé la pornographie

Une petite anecdote sera révélatrice. Il y a quelques années, à Damas, à l’entrée des cinémas où l’on diffusait des films américains de “série B” (et nullement X), il y avait des photos de “scènes” qui passaient pour “osées” et montraient un baiser, une caresse, ou quelque partie dénudée du corps d’une actrice. Un jour de grand ennui, j’assistai à une projection d’un “série B” et je fus tout surpris de constater que le “chef d’oeuvre” en question ne présentait pas les quelques “scènes” qui étaient en photo à l’entrée pour aguicher le client. Je compris alors le petit jeu du censeur pornographe. Il coupait dans les pellicules les “scènes osées” et les donnait aux gérants du cinéma pour qu’ils les développent et les affichent à l’entrée. La censure ne crée-t-elle pas la pornographie ?

 

“piercing au clito”

On pourrait me faire le reproche également que le terme de clitoris serait savant. A ce titre, il n’entrerait pas dans ma chronique sur les mots grecs du français courant. Je répondrai que le mot a connu une simplification toute populaire en “clito” tout comme “photographie”, “pornographie” et “vélocipède” s’abrègent en “photo”, “porno” et “vélo”. C’est là le signe évident que le terme est adopté dans la langue de tous les jours. J’en veux pour preuve ce titre de la page internet du journal Voici au 19 septembre 2011 : “Lady gaga, son piercing au clito en photo”.

Et puis si le mot n’est pas de formation populaire, il est d’un emploi suffisamment vulgaire pour entrer dans cette chronique !

 

Apparition du mot en français.

En fait, comme le signale Michèle Clément (« De l’anachronisme et du clitoris », Le Français préclassique, n° 13, 2011, pp. 27-45), le mot fut introduit en français en 1575 sous la forme cleitoris par le médecin Ambroise Paré dans l’édition de ses Œuvres. Comme la censure ou l’auto-censure est toujours à l’œuvre, Ambroise Paré supprima ce passage dans la réédition de 1585. Mais le mal était fait ! C’était la grande époque des progrès scientifiques dans la description du corps humain qui se reflétaient dans les traités anatomiques des italiens Matteo Realdo Colombo et Gabriele Falloppio, plus connu, si je ne me trompe, en français, sous le nom de Fallope.  Colombo en 1559 prétendait être le premier à découvrir ce lieu du plaisir féminin, tandis que Fallope, lui, en 1561, renvoyait à la médecine arabe, à Avicenne notamment, qui appelait la chose [al-baẓr] ou [al-baẓar] “chose saillante”, et aux Grecs qui, selon Fallope, la nommaient κλητορίδα.

 

D’où vient ce mot ?

Mais d’où vient ce mot ? Le mot remonte au médecin grec du Ier /IIe siècle ap. J.-C., Rufus d’Ephèse, dans son traité Du nom des parties du corps humain. Il est associé au verbe kleitoriazein/kleitorizein (éd. Daremberg-Ruelle, 1879, p. 147) :

τὸ δὲ μυῶδες ἐν μέσῳ σαρκίον νύμφη καὶ μύρτον· οἱ δὲ ὑποδερμίδα, οἱ δὲ κλειτορίδα ὀνομάζουσιν, καὶ τὸ ἀκολάστως τούτου ἅπτεσθαι κλειτοριάζειν λέγουσιν

ce qui est traduit ainsi :

« la nymphe ou le myrte est le petit morceau de chair musculeuse qui pend au milieu (de la fente), d’autres l’appellent hypodermis, d’autres clitoris, et l’on dit clitoriser pour exprimer l’attouchement lascif de cette partie. »

Il faut être Grec pour inventer un verbe comme clitoriser, κλειτοριάζειν [kleitoriazein] ! Cela a marqué l’imagination de Rufus d’Ephèse et c’est sans doute à cause de ce verbe que Fallope a choisi le terme de clitoris plutôt que celui d’hypodermis ou encore de myrte ou de nymphe, mots ambigus qui peuvent aussi désigner la vulve.

Précisons les choses. A l’époque de la Renaissance, on n’avait pas encore réformé la prononciation du grec ancien et avait cours la prononciation moderne du grec, marquée par ce qu’on appelle le iotacisme. C’est la tendance à transformer en  i les voyelles et diphtongues. Les graphies ει, η, ι, υ  étaient prononcées i. Cela induisit une faute d’orthographe chez Fallope (ou sa source). Il écrivit en caractère grec dans son traité en latin : κλητορίδα que l’on prononcerait à l’érasmienne [klètorida] mais qui se disait [klitorida]. Le problème est que cette mauvaise orthographe renvoie à une autre racine, celle de καλέω : «inviter» et non à la racine de κλείω « fermer »… Malgré les mauvais esprits, le clitoris n’est pas une «inviteuse», mais bien un bouton-«fermoir»… Mais, chut ! je n’en dis pas plus, on se reportera à l’article de J.V. Vernhes dans ce numéro de la revue.

 

Un problème de genre

Ambroise Paré introduit la forme correcte cleitoris. Le –ei- grec de cleitoris était bien prononcé –i- (selon le phénomène du iotacisme qui avait déjà cours partiellement chez les Latins dans l’Antiquité, puisque la muse Κλειώ [Kleio] s’appelle en latin Clio).

Mais ce qui est étrange c’est que le français a figé ce mot au nominatif en is, et aussi au masculin (en fait une sorte de neutre indifférencié) parce que c’est un mot hors contexte, dont on se délecte oralement (sans réfléchir à sa forme originelle en grec !). On parle de « génie de la langue française », mais là, il faudra que l’on m’explique ce qu’il y a de génial à transformer ce nom féminin en masculin !… ou inversement à faire du substantif moustache un mot féminin en français.

Les Italiens, eux, ont suivi la coutume de tirer le mot d’une forme d’accusatif et ont : clitóride. Et pour eux, le mot est féminin, comme le déclare la 4e édition du Vocabolario degli Accademici della Crusca (1729-1738). Mais eux aussi commencent à s’embrouiller !

Il y a d’autres hésitations sur ce mot puisque dans un dictionnaire franco-anglais,  A Dictionarie of the French and English Tongues, de Randle Cotgrave, paru à Londre en 1611, le mot apparaît à la fois à l’entrée “clitoris” et à l’entrée “clytoris” (qui renvoie à la première entrée). Cette incertitude d’écriture montre bien que l’auteur ne sait pas trop comment l’orthographier, parce qu’il avait cours oralement, comme ces insultes dont on est parfois bien en peine de trouver comment elles s’écrivent. Cependant, aucune hésitation sur son genre, puisqu’il est bien noté comme m.  c’est-à-dire masculin ! Il y est traduit par “A Woman’s Privities”, ce qui signifie, bien vaguement : “parties intimes d’une femme”. Pourquoi l’auteur du dictionnaire qui fait preuve de tant de pruderie dans cette traduction approximative n’a-t-il pas censuré ce mot ? C’est qu’il était peut-être utile à quelques gentilshommes d’outre-Manche désireux de “fleuretter” avec le beau sexe de chez nous. Cela prouve en tout cas que le mot avait cours dans les alcôves françaises !

 

Je me plais en tout cas à imaginer le voyage de ce mot qui commence en Grèce, est retrouvé ensuite par des médecins humanistes italiens via la médecine arabe, se popularise en France et se répand ensuite chez les Anglais qui s’en délectent d’abord en français avant de l’introduire dans leur langue…✸

 

 Christian Boudignon