Archives par mot-clé : évangile

Paul Challobos : Le Christ parlait-il grec ?

► ὁ λύχνος n° 160, novembre 2021, article premier.

Le Christ parlait-il grec ?

 

Léonard de Vinci (?), Salvator Mundi, coll. privée (wikicommons)

 

On lit au deuxième chapitre du fameux roman russe de Mikhaïl Boulgakov, Le maître et Marguerite, publié en 1967 plus de vingt ans après la mort de l’auteur, l’entretien qui aurait eu lieu entre Ponce Pilate et Yeshoua Ha-Nozri, c’est-à-dire Jésus de Nazareth. Il s’agit d’une fiction narrée par le diable à deux propagandistes athées de l’Union soviétique dans un parc moscovite. Pilate commence à s’adresser à Jésus en araméen, mais l’essentiel du débat se fait en grec, même si Jésus parle également latin. Boulgakov, très bien informé sur la question de Jésus, a lu Renan et les grands noms de la critique historique, mais il s’agit bien d’un roman.
Inversement, le film réalisé en 2004 par Mel Gibson, La passion du Christ, fait parler le Christ en hébreu, araméen ou même latin (en V.O. sous-titrée), à l’exclusion du grec. Qu’en-est-il, quelles langues parlait le Christ, et surtout le Christ parlait-il le grec ?

Jésus parlait araméen

Commençons par dire que les principales sources pour répondre à cette question sont les quatre évangiles canoniques. Rappelons pour ceux qui l’auraient oublié que les quatre évangiles ont été écrits en grec à la fin du premier siècle, à partir de source(s) en araméen. Le personnage de Jésus parle donc évidemment « grec » de fait dans ces évangiles écrits en grecs.

Mais ce même personnage fait entendre une autre langue, celle des sources de ces évangiles, l’araméen. Jésus dit ainsi dans l’Evangile de Marc : Talitha koum (Marc 5, 41) traduit par « Fillette (je te le dis), lève-toi » ; Effata (Marc 7,34) traduit par « Ouvre-toi », ou Eloï, Eloï, lama sabaqthani ? (Marc 15, 34) traduit par « Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ? » etc. On en a déduit que Jésus de Nazareth, le Jésus historique, parlait araméen. C’est effectivement le plus probable, mais à strictement parler, la présence de ces mots araméens dans l’Evangile de Marc par exemple ne sont que le signe de l’utilisation d’une source araméenne, et non pas l’enregistrement de ce qu’a dit Jésus littéralement. Jésus parlait araméen parce que c’était la langue du peuple dont il était issu : c’est une déduction historique hautement probable et une quasi-certitude.

Jésus parlait-il hébreu ?

On ne le sait pas. Il était peut-être capable de lire la Bible hébraïque, comme le suggère l’épisode où le personnage de Jésus lit le rouleau d’Isaïe dans la synagogue de Nazareth (Luc 4, 16-30). Cet épisode n’est pas nécessairement historique et peut être une construction de l’Evangile de Luc, comme l’épisode où Jésus adolescent discute brillamment avec les docteurs de la loi dans le Temple de Jérusalem (Luc 2, 41-50). Cependant, il est possible que le Jésus historique savait lire la Bible en hébreu, langue qui n’est pas très éloignée de l’araméen.

Jésus a-t-il appris l’hébreu ou le grec auprès d’un maître ?

Que Jésus lise la Bible hébraïque supposerait qu’il ait, comme beaucoup de juifs de son époque, reçu un enseignement (puisque nous ne nous plaçons pas dans la perspective théologique où le Verbe divin aurait communiqué à l’homme Jésus auquel il était uni son omniscience). S’il a reçu un enseignement en hébreu, il est possible qu’il ait aussi reçu un enseignement en grec, qui était, rappelons-le, depuis la conquête d’Alexandre le Grand au IVe siècle, la langue de culture et la lingua franca de la Méditerranée orientale. Sous l’Empire romain, le grec continue d’avoir ce même statut à l’est de l’Empire, le latin n’étant parlé dans cette région que par les juristes, les élites directement liées à Rome et les « Romains » latinophones présents. La langue de communication naturelle entre les habitants de la Méditerranée orientale était, s’ils ne partageaient pas la même langue, le grec. Les élites romaines apprenaient le grec pour pouvoir administrer la partie orientale de l’Empire.

Mais Jésus a-t-il seulement reçu un enseignement ? Dans l’Evangile de Jean 7,15, les juifs s’étonnent devant Jésus : πῶς οὗτος γράμματα οἶδεν μὴ μεμαθηκώς « comment connaît-il les lettres lui qui n’a pas étudié ? » Il y a une apparente contradiction entre l’Evangile de Jean et celui de Luc sur la question de l’instruction de Jésus… L’Evangile de Marc 1, 22 signale de son côté que son auditoire était frappé de son enseignement : ἦν γὰρ διδάσκων ὡς ἐξούσιαν ἔχων καὶ οὐχ ὡς γραμματεῖς « car il enseignait en homme qui a autorité et non pas comme les scribes ». A la synagogue de Nazareth, l’auditoire s’interroge : πόθεν τούτῳ ταῦτα καὶ τίς ἡ σοφία ἡ δοθεῖσα τούτῳ ; (…) οὐχ οὗτος ὁ τέκτων ὁ υἱὸς τῆς Μαρίας ; « d’où cela lui vient-il et quel est ce savoir qui lui a été donné ? (…) N’est-ce pas l’artisan, le fils de Marie ? » Jésus n’a apparemment pas les lettres bibliques des spécialistes, son autorité est celle des miracles. Soit, comme le laissent entendre les Evangiles de Jean et de Marc, il n’a pas reçu d’instruction du tout, soit, comme le suggère l’Evangile de Luc, il a reçu un enseignement basique, mais non un enseignement de spécialiste…

Jésus avait-il appris le grec ?

La question est d’autant plus difficile que le personnage de Jésus parle naturellement grec dans les évangiles écrits en grec. Donc les mots grecs qu’il aurait pu employer en araméen, signes de sa connaissance du grec, ne transparaissent pas. C’est le problème par exemple quand on traduit en français un roman russe, où seule une note du traducteur peut nous dire que tel personnage a dit cela « en français dans le texte ». Ce genre de note n’existe évidemment pas pour les évangiles. Quand Jésus s’adressait au centurion romain à Capharnaüm (Matthieu 8, 5-17) ou à Pilate, si la communication était directe, la langue la plus attendue était le grec — n’en déplaise à Mel Gibson. Sur ce point Boulgakov a infiniment raison.

Un excellent livre écrit par Daniel Marguerat, Vie et destin de Jésus de Nazareth, Paris, 2019, p. 73, va plus loin. L’auteur rappelle que Jésus, s’il était bien artisan (τέκτων), c’est-à-dire charpentier-menuisier à Nazareth, avait pu être en relation avec les élites de la ville de Sepphoris qui avait été détruite en 4 après J.-C. et se reconstruisait à l’époque d’Hérode Antipas. Ce fils d’Hérode le grand qui régna sur la Galilée de 4 à 38 après J.-C. en avait fait sa capitale de 4 à 26 après J.-C., non loin de Nazareth. Or cette reconstruction nécessitait main d’œuvre et menuiseries : on a dû faire appel aux artisans locaux… La ville de Tibériade, fondée en 26 après J.-C., par le même Hérode Antipas et devenue dès lors sa capitale, nécessita elle aussi main d’œuvre et menuiseries… Le Jésus historique, artisan à Nazareth, a pu entrer en communication avec des donneurs d’ordre qui n’étaient pas nécessairement tous araméophones : le grec était un avantage. Il n’aurait pas été étonnant que Jésus ait connu oralement un peu ou beaucoup de grec dans ce contexte. Mais il a pu tout aussi bien passer par des intermédiaires ou des traducteurs.

En tout cas, le grec était parlé dans le milieu de Jésus. Après la mort de Jésus, un conflit éclate parmi les disciples de Jésus à Jérusalem entre les Hellénistes et les Hébreux (Actes des Apôtres 6, 1-7), deux groupes nommés très vraisemblablement d’après la langue qu’ils pratiquaient : le grec et l’hébreu (ou plutôt l’araméen). Certains apôtres ont des noms grecs comme Philippe ou André. Et peut-être parlaient-ils grec ? C’est l’idée qu’on se fait à lire un passage de l’Evangile de Jean 12, 20-23 :

« Il y avait quelques Grecs parmi ceux qui étaient montés pour faire l’adoration pendant la fête ; ceux-ci s’approchèrent de Philippe qui était de Bethsaïde en Galilée et lui posèrent la question suivante : ‘messire, nous voulons voir Jésus’. Philippe s’en va et parle à André, André s’en va avec Philippe et ils parlent à Jésus. Et Jésus leur répond en disant : ‘L’heure est venue que soit glorifié le fils de l’homme. Amen, amen, je vous le dis…’ »

Les Grecs, que ce soient des juifs de la diaspora ou des païens convertis au judaïsme, parlent en grec à Philippe qui semble servir d’intermédiaire, avec André, entre Jésus et ce groupe. Pourquoi Philippe va-t-il trouver André, qui lui aussi a un nom grec ? Peut-être était-ce pour traduire en grec ce que dirait Jésus et en araméen ce que demandent les Grecs, car comme chacun sait, la traduction orale est chose épuisante, et il vaut mieux être deux que tout seul. Si notre interprétation est bonne, cela laisserait supposer que Jésus ne parlait pas grec, ou trop peu pour tenir une véritable conversation en grec. On peut nous rétorquer que Jésus s’est peut-être adressé en grec aux Grecs… Mais l’expression « amen, amen je vous le dis », semble plutôt à nos yeux faire référence à un discours en araméen, puisque la locution amen, amen est araméenne ou hébraïque.

Conclusion

Concluons. Jésus parlait l’araméen, il avait une connaissance au moins orale de la Bible hébraïque, mais il semble n’avoir pas reçu d’instruction scolaire, ou du moins pas grande instruction scolaire. Il ne savait peut-être même pas lire. Il se pourrait d’après l’Evangile de Jean que Philippe et André lui aient servi de traducteur pour des conversations en grec et araméen avec des Grecs ou des Romains. Dans ce cas, il est probable que les entretiens qu’il a eus avec le centurion de Nazareth ou avec Ponce Pilate (si du moins il s’est bien entretenu avec lui et n’est pas resté mutique) se soient faits avec l’aide d’un (ou de plusieurs) interprète(s). Jésus, si notre raisonnement est bon, ne parlait pas grec, ou trop peu pour se faire comprendre.

Cependant, à défaut de parler grec ou de bien parler grec, si du moins on peut tirer une conclusion sur un sujet si délicat, le Jésus historique était en relation avec des disciples qui avaient des noms grecs, qui parlaient grec, voire dont le grec était la langue de communication. Surtout, il était en étroit contact avec la culture grecque comme tous les juifs de son temps et par exemple, participait aux banquets, allongé sur un lit, à la façon grecque, comme cela se faisait à l’époque. Cela explique pourquoi une femme lui oint de parfum et lui lave de ses cheveux les pieds qu’il présentait, allongé sur son lit de banquet (cf. Jean 12, 3), et pourquoi « l’apôtre que Jésus aimait » se retrouve « sur son sein » (ἐπὶ τὸ στῆθος τοῦ Ἰησοῦ, Jean 13, 25) lors du dernier repas, puisque ce disciple partage apparemment avec Jésus le même lit de banquet ou un lit attenant.

Paul Challobos

chercheur au Centre Paul-Albert Février,

Aix-en-Provence, France.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts