Archives par mot-clé : étymologie française.

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°43)

► ὁ λύχνος n° 153, juillet 2019, article douze.

Bong-Joon-ho  (à gauche) montant les marches du festival de Cannes en 2019 (cliché A. Thuillier AFP)

Parasite

 

Jamais parasite n’eut tant de gloire. Cette année, à Cannes, il a reçu la palme d’or. Bingo ! Oui, je parle du film coréen de Bong, je veux dire Bong Joon-ho qui montre une famille des bas-fonds qui peu à peu prend le contrôle de la villa d’une riche famille bon chic bon genre. Tout commence par un cours d’anglais. Je ne saurai vous dire le titre en coréen (기생충), mais en français, ou plutôt en franco-grec, c’est Parasite, car, oui, parasite est un mot grec.

On connaît surtout le parasite qui est un animal qui vit en cohabitation avec un autre. Le petit Robert donne un autre définition d’un sens plus ancien et un peu moins fréquent : “personne qui se nourrit en sachant se faire inviter chez les autres” ou bien “convive attaché à la table d’un riche qui devait le divertir”. Le parasitisme est un art : face aux riches qui vivent dans l’opulence mais comme rats morts s’ennuient, le pauvre déploie des trésors d’inventivité. Il sait raconter des histoires et faire rire. Un jour, il est fils du vice-roi des Indes. L’autre jour, il est atteint de sclérose en plaque, mais continue sa profession de danseur pour combattre la maladie. Un troisième jour, il vous explique comment il sauve de la prostitution des jeunes filles sur une plage du Maroc. Il a vu un avion dont le réacteur a pris feu sauvé d’un crash certain par l’habileté d’un pilote ; les journaux n’y ont consacré qu’un entrefilet ; écœuré de si peu de reconnaissance, le pilote s’est suicidé. Evidemment sa patronne est amoureuse de lui : l’autre jour, elle s’est jetée dans ses bras pour l’embrasser mais reprenant ses esprits, elle s’est enfuie en courant. Michel de Grèce voulait lui marier sa fille, mais il l’a refusée. Au restaurant, le président du Liban, son ami, lui fait offrir une corbeille de fruits. On ne se lasse pas de l’écouter : parasite, c’est un métier. Sa vie amoureuse réelle est plus chaotique : il réussit à épouser une belle diplomate, mais elle ne traîne guère avec lui. Pour les diplômes d’ailleurs, il sait les inventer au besoin. Quant à sa vie professionnelle, c’est une partie d’équilibriste en permanence : il n’a pas de doctorat, mais il est directeur d’un institut de recherche financé par quelque émir. Je ne lui jetterai pas la pierre, car ce serait blâmer le premier héros de toute littérature, le fameux Ulysse, dont les aventures ne sont peut-être qu’affabulation de parasite au banquet des Phéaciens. Sa hâblerie, en tout cas, réussit à le faire mener en bateau chez lui, couvert de présents plus qu’il n’en eût ramené de Troie.

Le mot parasite apparaît en français en 1500 dans une traduction d’une comédie latine (dans le Thérence en français). Car le parasite (en latin : parasitus) fait les délices de la comédie. C’est un héritage grec du personnage de comédie qu’est le παράσιτος [parásitos] littéralement, celui qui est « à côté [pour manger le] pain ». Le mot vient de la préposition παρά [para] et de σῖτος [sitos] « céréales, pain, nourriture » Lucien de Samosate dans son Parasite ou Que le métier de parasite est un art défend même l’idée que cet art est l’art par excellence car on y trouve plaisir dès l’initiation. A la différence de l’art de parler grec, par exemple, qui demande un certain apprentissage fastidieux de la grammaire et du vocabulaire, dès qu’on se lance dans le parasitisme, on fait bombance gratis et l’on s’enivre de ses propres mots. Et puis, rien de plus noble que l’origine de cet art puisqu’il naît de l’amitié ! Lucien fait même dire à un personnage (ch. 48) qu’Aristogiton, qui avec Harmodios avait libéré Athènes des tyrans à la fin du VIe siècle, était lui aussi un parasite :

οὐχὶ καὶ Ἀριστογείτων, δημοτικὸς ὢν καὶ πένης, ὥσπερ Θουκυδίδης φησί, παράσιτος ἦν Ἁρμοδίου;

“Est-ce qu’Aristogiton, qui était un homme du peuple, un pauvre homme, comme le dit Thucydide, n’était pas le parasite d’Harmodios ?”

Le mot est entré en français par voie savante. Il n’a donc pas été déformé, sinon, comme d’habitude, en écourtant sa fin qui devient un –e muet. Pour le sens premier, le français populaire préfère « pique-assiette » à parasite. Mais parasite a acquis un nouveau sens, qui est, selon le Trésor de la Langue Française, celui de « personne qui vit, prospère aux dépens d’une autre personne ou d’un groupe de personnes. » Belle évolution, qui d’ailleurs embrouille un peu les choses. On ne sait plus bien qui parasite qui. Qui sont les fainéants ? Est-ce le pauvre qui est le parasite du riche ou bien le riche qui est en fin de compte le parasite de la société ? C’est cette seconde option que suggère le neveu de Rameau (parasite par excellence), en abordant le narrateur attablé dans le café de la Régence à jouer aux dames, au début du dialogue du même nom écrit par Diderot :

« Ah ! Ah ! vous voilà, monsieur le philosophe ; et que faites-vous ici parmi les fainéants ? Est-ce que vous perdez aussi votre temps à pousser le bois ? (C’est ainsi qu’on appelle par mépris jouer aux échecs ou aux dames.) »

Le parasite n’est pas celui qu’on croit. Voilà qui donne à réfléchir…

Christian Boudignon

Maître de conférences en langue et littérature grecques

Université d’Aix-Marseille (Sciences de l’Antiquité)

 

 

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°32)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 142, novembre 2015, article six)

Rêve de coup d’Etat

 

François Bouchot, Orangerie du parc de Saint-Cloud — Coup d'État des 18-19 brumaire an VIII — Le général Bonaparte au Conseil des Cinq-Cents, à Saint Cloud. 10 novembre 1799. musée du château de Versailles (Wikimedia)
François Bouchot, Orangerie du parc de Saint-Cloud — Coup d’État des 18-19 brumaire an VIII — Le général Bonaparte au Conseil des Cinq-Cents, à Saint Cloud. 10 novembre 1799. musée du château de Versailles (Wikimedia)

 

En cette nuit du 18 brumaire an CCXXIII, dans mon lit, j’ai rêvé que je faisais un coup d’Etat. Je déplaçais le pouvoir à Marseille, je rétablissais la démocratie participative, la vraie, l’unique, sur la place de Lenche, et j’offrais le pastis à tout le monde — il faut savoir parfois être généreux. Le grec devenait la langue officielle d’enseignement de la maternelle à l’université, le ministère de l’Education nationale était supprimé, la ministre envoyée au cirque Bouglione y présenter son numéro et ses conseillers enfermés au château d’If jusqu’à ce qu’ils aient récité l’Odyssée par cœur, — il faut savoir parfois être sévère.

 

L’art de la gifle

Voilà « pour l’amour du grec » et de la démocratie, mon coup d’Etat. En disant ce mot, mon programme commence de facto. Car le vocable coup vient du grec. Le mot vient du grec κόλαφος [kólaphos]. Le terme n’est pas fréquent dans les textes, il appartient au grec populaire. Il faut attendre la fin de l’Antiquité pour qu’un certain Mélétius, Sur la nature humaine, (éd. J. Cramer, p. 122), définisse ainsi le κόλαφος [kólaphos] :

ἡ δὲ μετὰ τῶν δακτύλων γινομένη πληγή, ἢ κατὰ σιαγόνος, ἢ κατά τινος ἄλλου τόπου τοῦ σώματος, κόλαφος λέγεται·

« Le coup qui se fait avec les doigts, soit sur la joue soit sur une autre partie du corps est appelé kólaphos. »

Il s’agit donc d’une baffe, d’une beigne, d’une tarte, d’une taloche, d’une torgnole, tous mots au demeurant volontiers absents des grands auteurs de la littérature. Le mot a donné un verbe : κολαφίζω [kolaphízô] qu’on doit traduire par « baffer, donner une baffe ». On trouve ce terme dans les mauvais traitements infligés au Christ par les soldats au début de la Passion, dans l’évangile de Marc (14, 65) :

Καὶ ἤρξαντό τινες ἐμπτύειν αὐτῷ καὶ περικαλύπτειν αὐτοῦ τὸ πρόσωπον καὶ κολαφίζειν αὐτὸν καὶ λέγειν αὐτῷ, Προφήτευσον. On traduira : « et certains commencèrent à lui cracher dessus, à lui couvrir le visage, à lui donner des baffes et à lui dire : prophétise donc. »

Les soudards ne font pas dans la dentelle. Bizarrement, les traducteurs préfèrent de nos jours rendre le verbe plus élégamment par « gifler » (Bible de Jérusalem, Bible Bayard) « donner des coups » (Traduction œcuménique de la Bible) ou même « souffleter » (Etienne Trocmé, Genève, 2000, p. 352). Assurément on perd le côté populaire, argotique du terme !

Tuer à coup de gifles ?

Très tôt, en tout cas deux siècles avant le Christ, le mot était déjà emprunté par les Latins sous la forme cólaphus. Plaute, dans sa comédie Persa, 846, met en scène une rencontre avec un prétendu proxénète nommé Dardalo accusé de prostituer une jeune fille libre. On lui tombe dessus, il s’écrie : 

Quae haec res est ? Hei colaphum icit /malum uobis dabo

« C’est quoi ça ? Aïe, il me donne une baffe. Je vais vous faire voir… »

Tout est dans le jeu de scène qui tient plutôt de la farce. Le mot reste populaire.

Les Francs reprennent le mot au VIe siècle dans ce code de loi écrit en latin qu’on appelle la loi salique. Le chapitre XXI (éd. K. A. Eckhardt, Hanovre, 1969, p. 63) traite de “quelqu’un qui aurait voulu tuer autrui mais dont le coup aurait manqué”: si quis alterum uoluerit occidere sed colaphus fallierit. Mais on trouve dans un manuscrit colpus au lieu de colaphus.

« Si quelqu’un a tenté de donner la mort à un autre, mais que son coup (colaphus/colpus) ait manqué ; ou s’il a voulu le percer d’une flèche empoisonnée, il sera condamné à payer 62 sous d’or et demi. »

Comme on meurt rarement d’une gifle, il est certain que l’on est passé du sens de « baffe » à celui de « coup » proprement dit (action de heurter), voire d’ « attaque ». Mais revenons à notre coup raté. Que s’est-il passé ? Depuis longtemps l’aspiration grecque, l’h de colaphus n’était plus prononcée en latin populaire, mais en plus sous l’effet de l’accent initial, la voyelle intérieure a s’était fermée en o ou e, et même avait disparu. De là vient le colpus de la loi salique et l’italien cólpo.

L’art du coup d’Etat

En ancien français, la désinence tombe : colp, cop qui avait dû prendre le sens de « tentative » (comme dans la loi salique ?) a la signification de « fois » comme dans l’expression « à tous les coups ». Le p final ne s’est plus prononcé vers le XIe siècle, et le l qui était devenu vélaire (comme dans l’anglais Bill) s’accrochait à la voyelle précédente et donnait une diphtongue ow devenue ensuite ou. De là vient que l’on est passé de colp à coup, par une évolution qui est propre au français. Le sens évolue aussi. Le dictionnaire de l’Académie (1694) atteste le sens suivant :

« Coup, Se prend aussi pour une action qui esclate, qui fait bruit. (…) Coup d’Estat, c’est à dire, Qui est utile au bien de l’Estat. »

On en revient au coup d’Etat. Il est défini par nos Académiciens comme « une action qui éclate, qui fait du bruit » et « qui est utile au bien de l’Estat ». On sent bien tout le dix septième-siècle dans cette définition : c’est un coup de théâtre, un action qui fait du bruit. Mais peut-être ce qui fait encore plus de bruit c’est le contre-coup d’Etat, la fuite du tyran, la chute de sa statue, la liesse populaire dans la rue. Dans mon rêve, ou plutôt mon cauchemar, c’est ce qui m’arrivait : après avoir attiré à moi toute la haine populaire, je m’enfuyais déguisé en gueux, tandis que le peuple libéré retrouvait enfin la joie de la démocratie. Mais on me rattrapait, on m’arrêtait, on me rouait de coups et on me jetait en prison au château d’If, jusqu’à ce que j’apprenne par cœur l’Odyssée, — il faut qu’on soit parfois bien cruel!

Christian Boudignon

Maître de Conférences de langue et littérature grecque

Université d’Aix-Marseille

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°24)

► CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE (ὁ λύχνος n° 134, article six)

Le petit écolier et les cochons d’élevage .

(où il sera question de l’étymologie d’ école)

 

leçon d'école

 

 

“Les professeurs sont obligés de délirer avec les fous.

Si leurs leçons ne sont pas composées au goût de leurs petits jeunes gens,

ils seront, comme le disait Cicéron, laissés tout seuls dans leurs écoles “

Pétrone, Satyricon, III

 

 

« Il est arrivé une chose terrible à l’école », pour reprendre le début du Petit Nicolas : mon épouse, jamais absente, jamais malade, a dû ne pas faire cours pour assister à une réunion. Que croyez-vous qu’il se passa ? Ce fut une explosion de joie chez ses élèves ! Cette expérience est révélatrice… L’école est devenue à ce point un travail, que l’absence d’école est vécue comme un soulagement, une libération ! Et pourtant, la véritable école, c’est l’école buissonnière ! ou bien alors, l’école du temps libre ! Tel est le sens véritable du mot école, qui est, vous vous en doutez, grec. Car école veut dire “temps libre” en grec : σχολή (scholè).

 

“Il n’a pas le temps.”

Je vais prendre un exemple dans le Protagoras de Platon. Un genre d’universitaire mal fringué (Socrate) et je ne sais quel ami de la poésie et du savoir (Hippocrate) veulent aller rencontrer un intellectuel médiatique (Protagoras) descendu chez un homme politique plus ou moins véreux (Callias). Ils frappent à la porte :

—   οὐ σχολὴ αὐτῷ, « il n’a pas le temps » !

rétorque le Cerbère de service (du style des men in black) sans même en aviser le maître de maison. On voit bien là le caractère intemporel de l’intellectuel médiatique : il est pressé, il n’a pas le temps… (et pourtant il inonde les librairies de ses livres : quand  trouve-t-il le temps de les écrire ?)

Si au contraire vous avez du temps, en grec on dirait que vous avez σχολή (scholè). Si l’on a un peu d’humour et d’imagination, on se représentera les Athéniens aisés qui faisaient la vie politique d’Athènes à la façon des cheikhs d’Abou Dhabi ou du Qatar, qui ont en général trop d’argent pour travailler. A Athènes comme dans les émirats, le travail, c’est bon pour les esclaves (avec ou sans guillemets) et pour les pauvres. Platon, qui n’a pas sa langue dans sa poche, compare dans les Lois (819d) ses concitoyens aisés à des « cochons d’élevage », ὑηνῶν τινῶν θρεμμάτων : les vieux préfèrent jouer aux dames plutôt que de se poser des énigmes les uns aux autres, dans des loisirs dignes d’eux, ἐν ταῖς τούτων ἀξίαισι σχολαῖς (820c)… à savoir des loisirs consacrés aux rudiments de la mathématique géométrique ! L’école du temps libre était née ! En même temps, Platon inventait les leçons qui allaient occuper cette école du temps libre, à savoir les μαθήματα (mathèmata) d’où viennent nos mathématiques[1]. L’école, c’est donc les dignes   loisirs ! Platon prêche évidemment pour sa paroisse, je veux dire pour son Académie, dont on nous dit qu’elle était ornée de l’inscription : ἀγεωμέτρητος μηδεὶς εἰσίτω, « Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre ! ».

 

L’école, une invention démocratique

Ce genre de temps libre semble une invention démocratique. Dans la Politique (1313b), Aristote signale qu’une tyrannie qui veut se maintenir a intérêt « à ne pas permettre qu’il y ait des écoles ou d’autres discussions d’écoles » : μήτε σχολὰς μήτε ἄλλους συλλόγους ἐπιτρέπειν γίγνεσθαι σχολαστικούς. Car les débats suscitent intelligence et confiance en soi chez les citoyens qui deviennent ainsi rebelles et désobéissants à la tyrannie.

 

“Ils sont laissés presque tout seuls dans leurs écoles”

Le mot sera acclimaté en latin par Cicéron sous la forme : schola ou scola. Ainsi les Stoïciens et leur dur apprentissage de la vertu sont aujourd’hui passés de mode, veut croire Cicéron dans son plaidoyer pour Caelius (41) : prope soli iam in scolis sunt relicti, “ils sont laissés presque tout seuls dans leurs préceptes” ! Mais le terme  prend aussi le sens de lieu d’enseignement. Le Marseillais Pétrone au début de son Satyricon (écrit au Ier siècle après J.-C.) fait dire de l’école qu’elle crétinise la jeunesse avec ses exercices de rhétorique stupides et totalement artificiels : ego adulescentulos existimo in scholis stultissimos fieri (I, 3) : « j’estime moi, dit un autre, que les adolescents deviennent de triples sots dans les écoles ». Rassurez-vous, l’école avait déjà dégénéré…

 

De scola à école.

On trouve dans les graffiti de Pompéi, avant l’éruption du Vésuve de 79 après J.-C., les formes populaires isc(h)ola avec un i bref d’appui pour mieux prononcer la double consonne initiale sc. Ce i évolue en e et donne la forme esc(h)ola. Le même phénomène s’est produit avec ispat(h)a qui donnera épée.

Le mot n’a pas beaucoup changé depuis l’Antiquité. Le a final est devenu un e muet au VIIe siècle, et à la fin du XIIe siècle, on a cessé de prononcer le s de escole. Nous avions alors notre école.

De là vient notre écolier. Du temps de François Villon, c’était encore un étudiant. Maintenant, c’est un biscuit, le petit écolier… Mais j’avoue que je me sens toujours un peu un ogre quand je le mange !   ✷

 

Christian Boudignon,

Aix-Marseille Université, CNRS, TEDMAM-CPAF, UMR 7297, 13100, Aix-en-Provence, France

maître de conférences de grec ancien


[1] Mathématique signifie en effet : science des leçons.