Archives par mot-clé : Epigraphie

Bernard Boyaval : trois notices épigraphiques

► ὁ λύχνος n° 156, juillet 2020, article douze.

Charles-Antoine Coypel, « La colère d’Achille » (1737), Musée de l’Ermitage,  (wikicommons)

1. UN EMPLOI DU MOT « CHÔROS » (χῶρος)

Pour exprimer l’espace, le grec disposait d’une réserve de mots dont M. Casevitz1 a analysé les aires d’emploi respectives à l’aide de la littérature classique. L’un deux, chôros, paraît avoir servi à désigner toute portion qualifiée de terrain comme par exemple l’espace prévu pour les combats ou les rassemblements de guerriers dans l’Iliade. Plus tard, quand des épigrammatistes ont appliqué le mot aux morts, il a désigné deux espaces possibles, l’au-delà pour l’âme, la tombe pour le corps.

Dans le cas de l’Égypte gréco-romaine, les épigrammes 11, 64, 88 du recueil d’E. Bernand2 évoquent l’au-delà (chôros eusébéôn, athanatôn), 94 la tombe (CRIPEL 16, 1994, p. 105-107), 38 combine les deux emplois du mot : au v. 2, le fils de la défunte la déclare partie vers « les espaces (chôrous) des âmes pieuses » et, aux v. 5-6, la défunte, parlant à son tour, demande au passant de venir gaiement « à [sa] tombe que voici (chôron tonde) ».

En 75, p. 305 v. 5-6, le défunt déclare « j’habite près de Démétrios, qui aimait son frère, je partage maintenant avec lui le séjour qui est à l’abri du chagrin (chôron alypon) » et Bernand p. 309 y a supposé que le mot pouvait désigner « soit le tombeau familial où repose déjà le frère du défunt, soit de façon plus générale le royaume des morts ». Manifestement le poète songeait ici au lieu commun bien connu qui affirme que les regroupements de corps dans la même sépulture sont un réconfort pour tous. Chôros n’y désignait donc probablement que la tombe.

  1. CASEVITZ (1998), « Remarques sur l’histoire de quelques mots exprimant l’espace en grec », REA, Bordeaux, 100 p. 417-435
  2. BERNAND (1969), Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Recherches sur la poésie épigrammatique des Grecs en Égypte, Paris, Les Belles-Lettres (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 98).

 

2. LES ANNÉES « TRAGIQUES » DE KOM ABOU BILLOU

Certaines épitaphes de Kom Abou Billou/Térénouthis portent la date du 11 Hathyr d’un an 20. Toutes groupent plusieurs défunts par document, la plupart décédés jeunes, d’où l’hypothèse d’un accident collectif de nature inconnue, qu’on croit pouvoir dater du 8 novembre 179 après J.-C.

Bingen1 leur a consacré une petite synthèse. Mais de même qu’une tendance fâcheuse a parfois poussé à imaginer une épidémie quand plusieurs décès sont proches (Kentron 22, 2006, p. 212-213), de même on a parfois attribué au 11 Hathyr de l’an 20 des épitaphes à défunts groupés qui ne portent aucune date, ainsi les nos38-39 de ZPE 114 (1996) p. 123, déclarées « susceptibles d’être rattachées à la série KAPPA » parce qu’elles portent l’une trois noms, l’autre quatre. En Égypte, le groupage des décédés est si banal qu’il n’a aucune valeur d’indice.

La soif de dramatisation ne s’est pas arrêtée là. Dans une longue note des SFKAB, 1985, p. 15 comm. au 18, G. Wagner2 a pensé qu’on pouvait ajouter un « tragique » an 12 à l’an 20 Il a recensé là neuf témoins certains de l’an 12 que voici, disposés en tableau avec leurs équivalents en mois augustéens :

23 Phaménôth 19 mars
20 Payni 14 juin
22 Payni 16 juin
3 Phaôphi 30 sept. ou 1er oct.
11 Phaôphi 8 ou 9 oct.
15 Phaôphi 12 ou 13 oct.
3 Hathyr 30 ou 31 oct.
28 Hathyr 24 ou 25 nov.
13 Choiakh 9 ou 10 déc.

 

À propos d’une des stèles o.l. p. 32 n° 141, il a parlé d’une année 12 « probablement tragique ». Même s’il était prouvé que tous ces textes datent d’un an 12 de même règne, il faudrait compter avec les chiffres : entre le 19 mars et le 10 décembre, il y a près de 9 mois et 9 décès dans cet intervalle ne révèlent pas une hécatombe ; de fin septembre à fin novembre, on n’en dénombre que cinq au maximum et ceux d’octobre ne sont que trois.

Pour l’instant, on ne connaît donc qu’une seule journée « tragique » à Kom Abou Billou, le 11 Hathyr an 20.

  1. BINGEN  (1987), « La série KAPPA des stèles de Térénouthis », Studia Varia Bruxellensia, Bruxelles, p. 3-14
  2. WAGNER et alii, S(tèles) F(unéraires de) K(om) A(bou) B(illou), éd. Recherche sur les civilisations, Paris.

 

3. PLUS MINUS

Le latin a forgé l’expression plus minus, « plus (ou) moins » pour formuler des chiffrages approximatifs. Elle a servi parfois dans des évaluations d’âges des épitaphes. L’imbrication de la culture grecque dans le monde romain a suscité la création d’un parallèle hellénique, pleion elatton. Après H. H. July1 qui a recensé les témoignages de ce dernier sur papyrus, D. Feissel2 a voulu préciser quand et le grec en avait emprunté l’usage funéraire au latin. Il semble que l’emprunt ait été tardif puisque son premier témoignage épigraphique date de 307 après J.-C. (Feissel o. l. p. 136 note 9) et que les suivants s’échelonnent aux Ve et VIe siècles. Les témoins en sont italiques, Rome, Vérone, Sicile, Sardaigne entre autres, à part deux d’entre eux, Vienne et Afrique. Ils proviennent donc des régions centrales de l’Empire (o.l. p. 136 notes 8-18). Tous sauf un sont chrétiens.

Feissel n’a pas cité un autre témoin grec qui vient d’Égypte, l’étiquette de momie 3534 du Sammelbuch I, connue depuis 1915. Celle-ci évoque un certain Horion fils d’Hèliodôros qui a vécu « plus ou moins 90 ans » et diffère des épitaphes de la liste Feissel : elle ne porte pas de formulaire chrétien. Elle pourrait dater du IVe siècle comme une minorité d’étiquettes et serait alors peut-être contemporaine ou presque de l’épitaphe de l’an 307 qui est de Rome.

Faut-il voir là l’indice d’un développement simultané du tour grec au centre mais aussi à la périphérie de l’Empire ?

 

Bernard Boyaval

Université de Lille III

  1. JULYH. (1966), Die Klauseln hinter den Massangaben der Papyrusurkunden, Cologne, p. 93-105.
  2. FEISSEL (1981), « Le latin PLUS MINUS et ses équivalents grecs », Travaux et mémoires 8 (Hommage à Paul Lamerle), Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance, Paris, p. 135-141.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Bernard Boyaval redonne du rythme aux épigrammes funéraires

➤ Epigraphie grecque  ( λύχνος n° 146, mars 2017, article sept)

Notes sur quelques épigrammes funéraires

 

« Il avait déjà achevé le cycle des 53 ans » : Rembrandt, Autoportrait à 53 ans, 1659, Galerie nationale, Washington

Sur une expression de la filiation

       Dans leur Bulletin épigraphique de la REG 81, 1968, p. 422, n° 7, J. et L. Robert ont reproché à certains éditeurs de stèles d’avoir ignoré la règle de grammaire qui impose à l’expression de la filiation les constructions Ἀρτέμων Ἀπολλωνίου ou Ἀρτέμωνος τοῦ Ἀπολλωνίου (Artémon, fils d’Apollonios). En bonne langue, en effet, on ne peut ajouter l’article défini devant le patronyme que si le premier nom est au génitif.

       À propos du tour fautif Ἀρτέμων τοῦ Ἀπολλωνίου, ils ont ajouté : « cela n’est pas grec ; il n’y en a aucun exemple ».

       Or, une étiquette du Louvre, CRIPEL 3, 1975, n° 579, p. 233 porte : Κόραξ τοῦ Πανᾶ{ς}.

       Dans la même littérature, on trouve aussi nom et patronyme, tous deux au génitif sans article devant le second. Vu la fréquence des errements, je ne cite que trois exemples, pour ne pas accabler le lecteur :

Sammelbuch 1   1187           Σεναπολλωνίας Πλαντᾶτος

                          1227           Ῥοδοκλείας Ποστόμου

CRIPEL 3 n° 507, p. 216     Ποσειδῶνος Σαραπίωνος.

   La règle énoncée plus haut a donc été malmenée. Faut-il voir dans ces manque­ments une évolution tardive de la langue, puisque ces étiquettes sont d’époque romaine, l’ignorance de milieux peu hellénisés, puisqu’elles émanent d’ateliers indi­gènes d’embaumement, doit-on, plus simplement, penser que cette règle de gram­maire n’était pas jugée, à l’époque, aussi contraignante que J. et L. Robert l’avaient supposé ?

Orthographe et versification

       Dans Ὁ Λύχνος 98 (2004), p. 53, 111 (2009), p. 44 et 128 (2011), p. 65, un xi rend trois vers faux si l’on se fie à l’orthographe, mais les mêmes vers sont corrects si l’on admet que le retard de l’orthographe sur l’évolution phonétique y masque l’assi­milation de l’occlusive à la sifflante[1], -s- étant la prononciation de ce qui s’écrivait encore -ksi- à la date des épigrammes.

       Voici une nouvelle source d’embarras.

       Le groupe nasale N + dentale T est fréquent en grec ancien (ex. τριάκο-ντ-α, λύο-ντ-ες). Or, la nasale a fini par s’assimiler à la dentale, disparaissant parfois de l’écriture[2]. En Égypte, on repère les premiers signes de son effacement dès l’époque hellénistique, sur des papyrus des années 165-100 av. J.-C.[3]. La liste des témoignages s’allonge aux époques ultérieures[4].

       Les Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine d’E. Bernand, 1969, en fournissent deux exemples.

       L’épitaphe de Sarapion (n° 79, p. 319) présente, au v. 4, le pentamètre

μειλείχιον πάντεσι καὶ ἤπιον ἀνθρώποισι,

(lui qui était) doux et amène envers tout le monde.

       Le premier hémistiche ne peut être tenu pour correct qu’à la condition d’y sup­poser un dactyle (— u u) prononcé onpate. Aux iie-iiie siècles, date probable de l’épigramme (o.l., p. 319, note 1), cet hémistiche était donc phonétiquement correct, mais poète et graveur en ont maintenu l’orthographe traditionnelle.

       L’épitaphe du magistrat Abraham de Tell el-Yahoudiyeh (n° 16, p. 96) com­mence par l’hexamètre

πεντήκοτα τριῶν ἐτέων κύκλον ἤδ᾽ἀνύσαντα,

il avait déjà achevé le cycle des cinquante-trois ans (trad. Bernand)

       Pour que le vers soit correct, il faut restituer πεντήκοντα. Contrairement à Ber­nand qui pense que le texte gravé « n’est pas une erreur du lapicide » (o.l. p. 97), je crois que ce poème a souffert d’une initiative intempestive de son graveur. En effet, on pourrait imaginer que le poète grec ait écrit πεντήκοντα et que le graveur, peut-être indigène, lui ait substitué une orthographe phonétique correspondant à la pronon­ciation du temps, l’époque impériale. C’est l’explication la plus vraisemblable de cette bévue, unique dans ce poème métriquement correct.

Bernard BOYAVAL

Université de Lille III

[1]. M. Lejeune, Traité de phonétique grecque, 2e éd. 1955, § 55 et 57, p. 63-64 ; on peut trouver une liste de témoignages dans les Jahreshefte 23, 1923, Beiblatt p. 401 (établie par J. Zingerle).

[2]. M. Lejeune, o.l. § 130, p. 125-126.

[3]. E. Mayser, Grammatik der griechischen Papyri aus der Ptolemäerzeit I, 1906, § 43 (c), p. 191.

[4]. F. Th. Gignac, A Grammar of the Greek Papyri of the Roman and Byzantine Periods I, 1976, p. 116-117, § c (2).

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Bernard Boyaval rend leur nom à deux momies égyptiennes.

➤ Epigraphie  ( λύχνος n° 144, juillet 2016, article huit)

Deux étiquettes de momies corrigées

Karl Freund, La Momie, Film américain de 1932
Karl Freund, La Momie, Film américain de 1932

Ces étiquettes ont été trouvées à Medinet-Habou (fouilles américaines de 1929-1930) et publiées par T.G. Wilfong, BASP 32/3-4, 1995, pp. 162 n° 2 pl. 11 et p. 170 n° 24 pl. 24.

La première porte trois lignes :

Παπῶειε θυγάτηρ | Ἀπολλῶς ἀπὸ Συκα | μείνου

que Wilfong a traduites :

« Papôeis (?), daughter of Apollôs, from Sukameinos »

et commentées ainsi :

« Παπῶεις is the most likely alternative, with the scribe having acci­dentally crossed the terminal sigma. Compare Παπῶις (NB 278), but this is normally a masculine name ».

Sur les confusions entre le préfixe égyptien masculin Πα- (ég. p3) et son paral­lèle Τα- (ég. t3), on trouve des exemples dans L.C. Youtie, ZPE 15, 1974, pp. 24-25. On peut donc supposer, ici, une erreur pour Ταπῶεις = Ταπῶις, attesté dans le Namenbuch (NB) 416[1].

On traduira donc :

« Tapôis, fille d’Apollôs, de Sukameinos ».

La seconde porte :

Recto    Σενωρίω|ν θυγάτηρ|{τηρ} Τεν-

Verso    ουσα̣ ἐβί|ωσεν| ἐτῶν) ιδ

« Senhôriôn, daughter of Tenousa, lived 14 years ».

Wilfong a rapproché Τενουσα de Τεναῦς (NB 428 et Onomasticon alterum 314), ignorant Τενοῦς pourtant plus probable (NB 428). La photo suggère un texte antérieur lavé mais non entièrement effacé : α̣πο̣ en petits caractères, à gauche de θυγάτηρ, en est témoin. L’alpha supposé après ους, plus pâle que le reste, appartenait vraisembla­blement au texte antérieur. On aurait alors affaire à l’anthroponyme connu Τενοῦς, traité en indéclinable, ce qui éliminerait l’hapax Τενουσα.

On traduira donc :

« Senhôriôn, fille de Tenous, a vécu14 ans ».

 

Bernard BOYAVAL

Université de Lille III

 

 

 

 

 

 

[1]. On rencontre aussi parfois des emplois fautifs de υἱός pour θυγάτηρ, ainsi sur l’étiquette de momie 774 du Sammelbuch, Θμεσιῶς υἱὸς Νεμώχιος, « Thmésiôs (fém.) fille de Némôchis ».

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts