Archives par mot-clé : Enseignement

Mayoro Dia et Bouré Diouf : “L’éducation d’Achille, modèle pour notre temps ?”

► ὁ λύχνος n° 162, juillet 2022, article premier.

Les enseignements de Phénix et du Centaure Chiron à leur élève Achille

 

Pélée (à gauche) confie son fils Achille (au centre) au centaure Chiron (à droite). Érétrie, par le Peintre d’Édimbourg, vers 500 avant J.-C.. Musée archéologique national, Athènes, n°550.

 

[Résumé : Phénix et le Centaure Chiron, qui étaient comptés parmi les plus grands sages et éducateurs de la Grèce antique, étaient choisis par Pélée pour donner des enseignements à son fils et héros Achille. Ils lui ont donné des leçons contenant des savoirs théoriques et des expériences pratiques sur le terrain. Pour cette raison, il faut recourir à ces deux éducateurs pour montrer les contenus et les méthodes de leurs enseignements qui sont toujours des modèles d’enseignements.]

Introduction

Dans un contexte où l’on constate parfois un abandon progressif des Lettres classiques, notamment du grec dans l’enseignement, et où l’on cherche à trouver des solutions à cette désaffection, nous proposons de traiter des enseignements de Phénix et du Centaure Chiron qui étaient les deux mentors d’Achille. En effet, la société grecque ancienne était bien structurée. Le roi était entouré d’une aristocratie de guerriers et d’éminents précepteurs qui formaient les jeunes nobles à la technique, au maniement des armes, à la chasse, au tir à l’arc, à la course à pied, à l’art oratoire, aux valeurs éthiques. Achille avait, en ce sens, deux précepteurs expérimentés, Phénix et le Centaure Chiron. Ces derniers étaient réputés pour les leçons théoriques et pratiques qu’ils ont su donner à grand nombre de dieux et de héros dont les noms résonnent encore aujourd’hui par leurs actes soit sur les champs de bataille, soit dans les assemblées, soit dans leurs métiers. C’était le cas du dieu de la médecine Asclépios, de Jason, notamment d’Achille dont l’éducation constitue la trame de notre travail.

Certes, la question relative aux enseignements des deux éducateurs d’Achille a fait l’objet de beaucoup d’études, mais celle relative à leurs enseignements théoriques et surtout pratiques sur le terrain avec le recours aux observations et aux manipulations a fait l’objet de très peu de publications, en particulier dans ce contexte de désintéressement et d’abandon des études des Lettres classiques. Malgré le manque ou l’absence d’études, les sources disponibles nous permettent d’atteindre l’objectif de notre travail qui est d’étudier les contenus et les méthodes des enseignements ludiques et didactiques de ces éducateurs. Afin de bien mener notre étude, nous prenons les rapports entre les enseignements que Phénix et le Centaure Chiron ont délivrés à leurs élèves, et en particulier à Achille. Partant de cette connexité, nous mettrons en lumière les enseignements de Phénix et du Centaure Chiron. Comme nous le verrons, leurs enseignements ont des différences et des points communs. Mais ces deux éducateurs savaient comment encourager leur élève, lui donner des leçons réalistes et utiles dont il pouvait souvent se servir quand les occasions se présentaient. Pour bien cerner cette problématique, nous allons analyser ce sujet sous deux angles. Dans la première partie, il sera question d’étudier les méthodes et les contenus des enseignements de Phénix, instructeur d’Achille. Dans la deuxième partie, nous étudierons ceux du formateur d’Achille, le Centaure Chiron.

L’enseignant Phénix

Comme la source principale chez Homère (Iliade) est peu diserte sur le Centaure Chiron, tandis qu’elle met plus avant Phénix, nous avons décidé de commencer par étudier ce dernier sans jamais négliger les apports du premier à l’éducation d’Achille.

Toutefois, un point important est à retenir, lorsqu’Homère rapporte les paroles de Thétis disant « avoir élevé » (τραφέμεν)[1] et « nourri » (θρέψασα)[2] elle-même son fils (Iliade, XVIII, 56-59, 436-440). Dans ces vers, le verbe τρέφω a le sens d’« élever » ou de « nourrir » un enfant comme ce fut le cas de Thétis qui a élevé et nourri son enfant Achille, ainsi qu’elle le dit, et non pas d’« éduquer » son enfant, car la vraie éducation (ou formation, ou instruction) du futur héros Achille était assurée par ses deux éducateurs, Phénix et le Centaure Chiron. Pour étayer cette thèse, on peut recourir à Homère qui donne des arguments qui prouvent très clairement, dans les chants I et IX de l’Iliade, qu’Achille n’a jamais fréquenté l’assemblée qui donne gloire aux hommes ni le combat, deux épreuves très importantes pour un futur héros. Voici ce que le poète épique chante :

« Cependant montrait sa colère, assis près des vaisseaux rapides, le descendant de Zeus, le fils de Pélée, Achille aux pieds rapides; jamais il n’allait aux assemblées qui donnent la gloire, jamais au combat. Mais il languissait en son cœur de rester là, et regrettait le cri de guerre et le combat. » (Iliade, chant I, v. 488-492).

Phénix a donné à son élève Achille des leçons de diplomatie, d’éloquence et de gouvernement, mais aussi de maniement d’armes et de guerre. C’est ce qu’on peut lire, chez Homère, dans ce passage :

« […] ‘Que Phénix reste et couche avec nous, pour s’embarquer et me suivre dans ma patrie, demain ; s’il le veut : car je ne l’emmènerai pas de force.’ Il dit, et tous restèrent muets, en silence, frappés de son discours, car il avait refusé avec beaucoup de force. Enfin parla le vieil écuyer Phénix, et ses larmes affluèrent, car il avait les pires craintes pour les vaisseaux achéens : ‘Si tu t’es mis dans l’esprit de partir, illustre Achille, si tu refuses absolument d’écarter des vaisseaux fins le feu destructeur, parce que la bile est tombée dans ton cœur, comment loin de toi, cher enfant, resterais-je ici, seul ? A toi m’envoya le vieil écuyer Pélée, le jour où, vers Agamemnon, il t’envoyait de Phthie, encore enfant, sans expérience de la guerre égale pour tous, ni des assemblées où les hommes se font remarquer. Il m’envoya pour t’apprendre tout cela, te rendre apte à parler et capable d’agir. Aussi, loin de toi, cher enfant, je ne voudrais pas rester, même si un dieu en personne me promettait d’effacer ma vieillesse, de me rendre jeune et vigoureux, comme j’étais quand, pour la première fois, je quittai l’Hellade aux belles femmes, en fuyant la colère de mon père Amyntor, fils d’Orménos…’ » (Iliade, IX, 432-443)[3]

Dans ce texte, deux passages rendent bien compte des contenus et méthodes des enseignements de Phénix à Achille. D’abord, on voit que l’objectif du formateur était de combler le manque d’expérience dans deux domaines très importants et très précis pour assurer la formation d’un enfant, à savoir l’art de bien mener la guerre, l’art de se faire remarquer dans les assemblées par la prise de parole en public pour convaincre les gens, tout en sachant utiliser convenablement les arguments convaincants (οὔ πω εἰδόθ᾽ ὁμοιΐου πολέμοιο οὐδἀγορέωνἵνα τ᾽ ἄνδρες ἀριπρεπέες τελέθουσι, « sans expérience de la guerre égale pour tous, ni des assemblées où les hommes se font remarquer »). Ensuite, on comprend qu’en disant « Il m’envoya pour t’apprendre tout cela, te rendre apte à parler et capable d’agir » (τοὔνεκά με προέηκε διδασκέμεναι τάδε πάντα,μύθων τε ῥητῆρ᾽ ἔμεναι πρηκτῆρά τε ἔργων), Homère montre qu’Achille pourrait devenir excellent dans beaucoup de domaines après sa solide et parfaite formation auprès de Phénix : en paroles et en actions, à la guerre comme à la paix. Le pédagogue Phénix[4] s’était ainsi chargé de lui enseigner l’art de haranguer les foules par l’éloquence, l’art de la guerre et l’art de gouverner la cité.

C’est pourquoi il était considéré comme le prototype de l’éducateur[5] non seulement en théorie, mais aussi et surtout en pratique, car il n’hésitait pas à laisser son élève mettre en application ce qu’il lui avait appris. De tels savoirs étaient, pour Achille, comme un phare lui permettant de se guider dans la vie. Dans le second passage, « apte à parler » (μύθων τε ῥητῆρ᾽) est placé avant « capable d’agir » (πρηκτῆρά τε ἔργων). C’est pour montrer peut-être l’importance de la parole qui pouvait permettre à Achille de convaincre les gens à aller faire des guerres quand elles étaient nécessaires, soit de leur expliquer les exploits qu’il a faits pendant les guerres. En effet, le poids de la communication se voit ici : on peut, par exemple, remporter la guerre et perdre la bataille de la communication. C’est pourquoi Phénix a décidé de former rigoureusement son élève dans ces deux domaines pour le préparer à toute éventualité.

D’ailleurs, la connaissance de la stratégie, pour mener et gagner la guerre, et la maîtrise de la parole en public étaient deux qualités très importantes que Phénix a enseignées au héros homérique, Achille, qui était inexpérimenté en ces qualités. Dans les textes d’Homère, on voit très clairement cette opposition entre un éducateur très sage et expérimenté, et son élève dépourvu de toutes ces qualités que son enseignant devait lui transmettre en théorie et l’amener en mettre en application sur le terrain.

En effet, l’art de parler peut être au service de la politique, du commandement des troupes en guerre, du droit, des oraisons funèbres. On comprend l’importance et le poids de l’art de bien parler en public pour un homme politique, ou un leader d’opinions, ou un commandant, afin de plaire à la foule, de l’émouvoir et de la convaincre. Ces trois qualités se trouvent dans le discours de Phénix pour rassurer le jeune inexpérimenté Achille[6].

Phénix a suggéré qu’Achille a restructuré les informations reçues au regard de ses concepts et de ses actes. À cet âge, ce dernier était capable de distinguer l’utile de l’inutile, car son maître Phénix lui avait appris à combiner les idées, à raisonner par des hypothèses, par des déductions pour bien communiquer.

En outre, les enseignements de Phénix portaient sur l’accompagnement du héros, du disciple. Ainsi a-t-il précisé la portée de ses enseignements et a rappelé avec émotion quelques moments difficiles et quelques moments agréables pendant l’éducation d’Achille chez lui :

« Et je t’ai fait aussi grand que tu es, Achille semblable à un dieu, en t’aimant de cœur. Car tu ne voulais, avec un autre, ni aller à un banquet, ni manger dans le palais. Il me fallait t’asseoir sur mes genoux, te rassasier de mets que je coupais pour toi, et porter le vin à ta bouche. Souvent tu as mouillé ma tunique, sur ma poitrine, du vin que tu vomissais, au temps pénible de l’enfance. Ainsi j’ai, pour toi, beaucoup supporté, beaucoup peiné, dans la pensée que les dieux me refusaient un fils né de moi, mais que je faisais de toi mon enfant, Achille semblable à un Dieu, afin qu’un jour tu détournasses de moi les fléaux affreux qu’amène la vieillesse. ‘Eh bien, Achille, dompte ton âme superbe : tu ne dois pas avoir un cœur impitoyable.’ »  (Homère, Iliade, IX, 485-497).

Dans ce passage combien émouvant, Phénix a entouré Achille d’une grande affection et d’un amour profond et sincère (ἐκ θυμοῦ φιλέων, « en t’aimant de cœur »). Il lui a donné une éducation, depuis son tendre enfance (ἐν νηπιέῃ ἀλεγεινῇ, « au temps pénible de l’enfance »), qui était douce, utile, réaliste et pratique.

En plus, il convient de remarquer que, comme les dieux avaient privé Phénix d’enfant (τὰ φρονέων μοι οὔ τι θεοὶ γόνον ἐξετέλειον ἐξ ἐμεῦ, « dans la pensée que les dieux me refusaient un fils né de moi »), ce dernier a pris Achille comme le sien. On voit ici l’importance d’avoir un enfant comme une personne qui pourra s’occuper de ses parents biologiques ou adoptifs lorsque ces derniers deviendront vieux ou malades (ἵνα μοί ποτ

ἀεικέα λοιγὸν ἀμύνῃς, « afin qu’un jour tu détournasses de moi les fléaux affreux qu’amène la vieillesse »).  C’est pourquoi le formateur a conseillé à son élève d’avoir un grand cœur afin de pouvoir supporter, à son tour, les souffrances et peines  du vieux que Phénix deviendrait. Il a ainsi préparé son élève à pouvoir affronter facilement et  agréablement des choses difficiles et désagréables. Par exemple, dans les textes d’Homère, Phénix a souvent fait des remarques très pertinentes à son élève sur la colère et les dégâts qu’elle peut causer :

μήνιε, « montrait sa colère », Iliade, I, 488,

ἐπεὶ χόλος ἔμπεσε θυμῷ, « parce que la bile est tombée dans ton cœur », Iliade, IX, 436,

ἀλλ᾽ Ἀχιλεῦ δάμασον θυμὸν μέγαν· οὐδέ τί σε χρὴ / νηλεὲς ἦτορ ἔχειν « Eh bien, Achille, dompte ton âme superbe : tu ne dois pas avoir un cœur impitoyable », Iliade, IX, 496-497.

De telles remarques nous apprennent un grand défaut d’Achille, à savoir la colère, défaut difficile à corriger même s’il a reçu des leçons de Phénix et aussi du Centaure Chiron. D’ailleurs, le premier vers du chant I de l’Iliade commence par la colère funeste d’Achille qui a causé beaucoup de douleurs aux Achéens, précipité maintes âmes fortes de héros chez Hadès, et fait de leurs corps la proie de nombreux chiens et d’oiseaux. (Iliade, I, 1-5). Cette colère a inspiré un grand nombre d’écrivains et d’artistes.

Bref, les contenus des enseignements de Phénix à Achille étaient l’art oratoire et l’art de la guerre, car les qualités et les prouesses dans les assemblées et à la guerre lui seraient nécessaires pour non seulement s’imposer devant les autres, mais aussi et surtout expliquer les actes qu’il poserait. Il lui a aussi enseigné la discipline, l’affection et l’attention envers les personnes âgées pour faire face à la vieillesse de Phénix dans quelques années. Les contenus de ses enseignements et les méthodes – constituées de théories ou de savoirs donnés en paroles et de pratiques par des observations et des expériences sur le terrain – étaient donc une garantie de réussite pour Achille, surtout quand ces contenus et méthodes étaient combinés avec ceux du Centaure Chiron. En effet, ce dernier, comme nous le verrons dans la deuxième partie, a assuré lui aussi une bonne partie de l’éducation d’Achille, en lui enseignant, entre autres, l’art de la guerre avec le maniement des armes, le tir à l’arc, la chasse, la course à pied, la médecine, la musique, la morale pour se maîtriser soi-même et dominer ses passions[7].

L’enseignant  Chiron

Le Centaure Chiron était un enseignant qui maîtrisait beaucoup de domaines. Il a enseigné la théorie et la pratique de la médecine aux élèves héros, en particulier à Achille, à Jason et à Asclépios qui était le dieu de la médecine, dont il avait en charge l’éducation[8].

Chiron agissait auprès du jeune Achille pour lui enseigner, parexemple, comment soigner les blessures par l’usage de remèdes efficaces et apaisants, l’art de manier les armes de guerre et les qualités d’un honnête citoyen (Homère, Iliade, XI, 828-832 ; XIX, 387-391). L’exemple des enseignements pratiques de Chiron se voient ici, car Achille a su utiliser le savoir-faire en médecine de son maître pour soigner les blessures des guerriers par une plante miraculeuse appelée l’achillée.

Achille était si intelligent et si motivé  pour apprendre la médecine qu’il en a tiré des compétences médicales[9] qu’il a transmises à son cousin et ami Patrocle, qui les utilisa, par la suite, pour soigner Eurypyle blessé pendant la guerre. Ainsi Homère rapporte-t-il les mots suivants sur les compétences médicales d’Achille :

« ‘Pour moi, sauve-moi en me conduisant à mon vaisseau noir; de ma cuisse extrais, en la coupant, la flèche; lave le sang noir avec de l’eau tiède, et, sur la plaie, répands ces remèdes doux, salutaires, que tu as, dit-on, appris d’Achille, qui les apprit de Chiron, juste entre tous les Centaures. Car nos médecins, Podalyre et Machaon… je crois que l’un, dans sa baraque, blessé, ayant besoin lui-même d’un médecin irréprochable, est étendu; et l’autre, dans la plaine, résiste à l’Arès perçant des Troyens.’ Le vaillant fils de Ménoetios lui répondit : ‘Comment cela tournera-t-il? Que ferons-nous, héros Eurypyle? Je m’en vais répéter à l’ardent Achille le message dont m’a chargé Nestor de Gérénia, l’appui des Achéens. Malgré cela, pourtant, je ne t’abandonnerai pas ainsi épuisé.’ Il dit, et, le soulevant par la poitrine, porta le pasteur de troupes dans sa baraque. Un serviteur, qui les vit, étendit des peaux de boeuf. Patrocle y coucha Eurypyle. De sa cuisse, il enleva, en le coupant avec son coutelas, le trait aigu, acéré. Il lava le sang noir avec de l’eau tiède, et sur la plaie mit une racine amère, broyée de ses mains, calmant qui calma toutes les douleurs. » (Iliade, XI, 828-848).

On comprend, dans ce texte, le respect de la hiérarchie dans la transmission du savoir médical : de Chiron, en passant par Achille, jusqu’à Patrocle issu de Zeus. Homère montre la procédure à utiliser pour traiter une blessure par arme comme ce fut le cas d’une flèche qui a atteint et blessé Eurypyle. Il s’agissait, d’abord, d’extraire la flèche, en la coupant. Ensuite, il était question de laver le sang noir sorti de la plaie avec de l’eau tiède, avant d’y répandre des remèdes efficaces pour la cicatriser et la guérir. Patrocle a appris tout ce savoir médical d’Achille qui, à son tour, l’a appris du Centaure Chiron. On voit ici l’importance du savoir médical, surtout un savoir médical pratique,Ainsi, dès que le besoin s’en est fait sentir, Patrocle n’a pas hésité à y recourir pour soigner Eurypyle, ce qui montre que le maître a délivré des leçons utiles en médecine avec des expériences et des pratiques sur le terrain. C’est pourquoi Eurypyle a utilisé le verbe σώζειν (« sauver ») à la deuxième personne du singulier de l’impératif aoriste (ἐμὲ μὲν σὺ σάωσον, « sauve-moi »). Il s’agit ici, non pas d’un impératif présent exprimant un ordre général, mais d’un impératif exprimant un ordre précis applicable immédiatement, car la blessure était très grave et le besoin de soins était pressant. En outre, l’expression (ἀμύμονος ἰητῆρος, « un médecin irréprochable ») qu’ Eurypyle a employée montre que la blessure d’un des médecins était très grave et combien il comptait sur l’aide et les soins de Patrocle.

En plus, dans une autre version du mythe, on apprend qu’Achille a reçu, chez Chiron, une éducation physique et sportive, dont les résultats sont attestés par le chœur (Euripide, Iphigénie à Aulis, vv. 206-230). En effet, le chœur a vu avec admiration le héros Achille se livrer à la course et au maniement des armes.

En outre, Chiron a ajouté la solide éducation morale que souhaitait Pélée pour son fils à la pratique de la course et du maniement des armes. C’est pourquoi, toujours dans la même pièce, Clytemnestre s’est informée auprès d’Agamemnon en lui demandant le nom de la personne qui était chargée d’éduquer son futur gendre Achille (Iphigénie à Aulis, vv. 708-710). Il s’agissait du Centaure Chiron, dont Agamemnon expliqua le projet consistant à préserver le jeune Achille « afin qu’il n’apprenne pas les vices des méchantes gens » (ἵν´ ἤθη μὴ μάθοι κακῶν βροτῶν). La réponse d’Agamemnon montre ainsi que le père d’Achille, Pélée, et le Centaure Chiron étaient pleins d’une sagesse qu’admirait Clytemnestre. En effet, Pélée cherchait une bonne personne pour lui confier l’éducation de son fils Achille et a trouvé le Centaure Chiron qui se trouvait être non seulement sage, mais parmi les plus sages. Achille a appris la sagesse auprès de lui et a reconnu, d’ailleurs, les bienfaits qu’il a tirés en personne des leçons de sagesse apprises chez Chiron, quand il dit : « Pour moi, élevé sous les yeux de Chiron, le plus pieux des hommes, j’ai pris l’habitude de la franchise. » (Iphigénie à Aulis, vv. 926-927)

Ces aspects du rôle éducatif de Chiron se reflètent dans une autre version de Pindare qui montre Achille, tout jeune encore, faire voler son javelot comme le vent, combattre les lions et sangliers, et dépasser les cerfs à la course ( Les Néméennes, III, vv. 28-64). C’étaient de tels exploits, à savoir manier des armes, combattre et terrasser des animaux féroces comme des lions et des sangliers, chasser des cerfs et courir, qu’Achille a faits en bas âge en suivant les leçons de Chiron. C’était ainsi qu’il grandissait, sur le mont Pélion, chez le sage Chiron qui l’a formé physiquement et mentalement, en le laissant pratiquer différentes disciplines, en lui donnant des conseils et en le voyant aller et venir. Il était chargé d’élever cet enfant sublime et se plaisait à l’orner des plus brillantes qualités morales avant que ce dernier ne partît faire des exploits loin de chez lui en vainquant les guerriers de la Lycie, de la Phrygie et de la Dardanie, l’oncle d’Hélénus et le vaillant Memnon, en se battant contre les fougueux Éthiopiens. Chiron, qui a formé l’enfance de Jason et d’Esculape, « leur enseigna l’art d’appliquer d’une main légère des remèdes bienfaisants sur les plaies des mortels ». Ce passage montre les connaissances et la pratique médicales de Chiron qu’il a transmises à ses élèves.

En sus, dans la version de Pindare ( Les Pythiques, VI, vv. 21-27), on lit une maxime que Chiron inculquait à Achille pour accroitre sa piété envers les dieux de l’Olympe, surtout le redoutable maître du tonnerre le dieu Poséidon, et les parents. Ainsi aux leçons de sagesse s’ajoutaient celles portant sur la piété.

Enfin, dans la version rapportée par Pseudo-Apollodore d’Athènes (La Bibliothèque, livre III, chapitre 3, 13, 6), on comprend que, pour assurer la formation de son élève Achille, Chiron a imaginé un régime afin de le nourrir et de le rendre courageux. Ce régime était constitué « d’entrailles de lion et de sanglier, et de moelle d’ours ».

Bref, les contenus des enseignements du Centaure Chiron à Achille étaient l’art de la guerre par des exercices physiques sur le terrain pour supporter les dures épreuves et par des exercices mentaux pour maîtriser sa colère. Il a enseigné non seulement des savoirs théoriques à ses élèves, mais aussi et surtout la sagesse utilisée efficacement et certaines expériences de sa vie quotidienne. Après avoir suivi les différentes versions du mythe du Centaure Chiron, on comprend que ce dernier était un être immortel, doué d’une très grande intelligence et d’une très grande sagesse. Il était aussi affable, bienveillant et bien cultivé. Il a reçu une solide formation en médecine, en musique, en astrologie, en divination, en chasse, en tir à l’arc, en poésie auprès des dieux Apollon et Artémis, sur la grotte du mont Pélion en Thessalie. Il était l’enseignant et le guérisseur des héros. Il était réputé pour ses talents de guide, d’enseignant et de praticien en chirurgie. Parmi ses élèves,  il y avait, comme nous l’avons dit, Achille (le héros homérique de la Guerre de Troie), Jason, Pélée et le fils d’Apollon, Asclépios, qui est le dieu de la médecine. Il incarnait surtout les valeurs de bonté et de générosité, le sens de l’éthique et le respect de la parole donnée. Les méthodes qu’il utilisait reposaient surtout sur les théories et les pratiques sur le terrain.

Conclusion 

Force est de constater que les enseignements que Phénix et le Centaure Chiron ont donnés à Achille étaient des enseignements pratiques, utiles et réalistes. En effet, Achille a appris, par la théorie et par des manipulations et pratiques, la diplomatie, l’éloquence, l’art de gouverner, le maniement des armes, l’art de la guerre auprès de Phénix ; le maniement des armes, le tir à l’arc, la course à pied, la médecine, la musique, les vertus morales auprès du Centaure Chiron. Cette approche pourrait être considérée comme une approche constructiviste, voire une approche par les compétences. Les deux enseignants étaient pétris de valeurs et de vertus, notamment de sagesse, que doit avoir un excellent enseignant. Ils étaient attentionnés, motivés, polyvalents, tendres, chaleureux, aimables, accueillants, affectifs, aimables. Ils supportaient les souffrances que leur infligeaient leurs élèves, parmi lesquels le héros Achille. Ils savaient non seulement attirer et maintenir leur attention, mais aussi les intéresser aux discours qu’ils leur tenaient. Ils s’intéressaient à eux et leur accordaient une grande considération.

Toutefois, on peut constater, dans les textes cités, qu’ils donnaient à leurs élèves des enseignements plus pratiques que théoriques. En effet, ces derniers pouvaient utiliser leurs enseignements pour se guider dans la vie quotidienne surtout grâce à la sagesse, aux conseils, aux recommandations et aux interdictions des maîtres. En plus, dans les différentes versions du mythe, Phénix et Chiron n’avaient pas donné de leçons à leurs élèves en les contraignant, mais ils essayaient autant que possible de les leur donner par des jeux. La partie didactique et la partie ludique constituaient donc les bases de leurs enseignements, ce qui est une méthode idéale d’enseignement dont tout enseignant a besoin pour capter et conserver l’attention des apprenants, comme Platon semble parfaitement le comprendre plus tard[10].

Mayoro DIA

Maître de conférences titulaire à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, Sénégal, Faculté des Lettres et Sciences humaines (F.L.S.H.), Département de Langues et Civilisations anciennes

et Bouré DIOUF

Maître de conférences assimilé à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, Sénégal, Faculté des Sciences et Technologies de l’Éducation et de la Formation, Département de Lettres

 

Bibliographie

Auteurs et textes anciens

– Clément d’Alexandrie, Le divin Maître ou Le Pédagogue. Traduction française : M. de Genoude, Défense du Christianisme … Deuxième série. Les œuvres choisies de Saint Clément d’Alexandrie. Paris, de Perrodil, 1846. http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#plu [en ligne] consulté le 18 juin 2022.

– Euripide, Iphigénie à Aulis. Traduction française : G. Hinstin, Euripide. Théâtre et fragments. Tome second. Paris, Hachette, 1923. http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#plu [en ligne] consulté le 17 juin 2022.

– Homère, Iliade. Traduction française par Eugène Lasserre, Homère, Iliade. Paris, Classiques Garnier, 1955. http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#plu [en ligne] consulté le 15 juin 2020.

– Pindare, Les Néméennes. Traduction française : Ernest FALCONNET, Les petits poèmes grecs. Paris, Société du Panthéon littéraire, 1842.

http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#plu [en ligne] consulté le 17 juin 2022.

– Pindare, Les Pythiques. Traduction française : Ernest FALCONNET, Les petits poèmes grecs. Paris, Société du Panthéon littéraire, 1842. http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#plu [en ligne] consulté le 17 juin 2022.

– Pseudo-Apollodore, La Bibliothèque. Traduction française empruntée en partie à Clavier (1805), en partie à Ugo Bratelli (2001). http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#plu [en ligne] consulté le 17 juin 2022.

Auteurs et textes modernes

-Cécile Dubois, « Achille apprenant la lyre chez Chiron : tradition et transmission d’une scène d’éducation », Camenulae 20, mai 2018.

https://lettres.sorbonne-universite.fr/sites/default/files/media/2020-06/05cam20duboisba_t_0.pdf [en ligne] consulté le 24 janvier 2022.

-François Hartog, « Orateurs et historiens, Antiquité gréco-romaine ». In : Encyclopædia Universalis France, 2022.

https://www.universalis.fr/encyclopedie/orateurs-et-historiens-antiquite-greco-romaine/3-une-histoire-oratoire/, [en ligne] consulté le 31 janvier 2022.

-Monique Roussel, Biographie légendaire d’Achille, Amsterdam, 1991.

-Valérie Gitton-Ripoll, « Chiron, le cheval-médecin ou pourquoi Hippocrate s’appelle Hippocrate ». In: Le médecin initié par l’animal. Animaux et médecine dans l’Antiquité grecque et latine. Actes du colloque international tenu à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée-Jean Pouilloux, les 26 et 27 octobre 2006. Lyon : Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, 2008, pp. 211-234. (Collection de la Maison de l’Orient méditerranéen ancien. Série littéraire et philosophique, 39).

http://www.persee.fr/doc/mom_0151-7015_2008_act_39_1_1008 [en ligne] consulté le 05 février 2022.

Notes

[1] C’est un infinitif épique. Cf. Iliade, VII, 199 ; Odyssée, III, v. 28.

[2] C’est un participe aoriste actif employé à l’indicatif et au féminin.

[3] Homère, Iliade. Traduction française par Eugène Lasserre, Homère, Iliade. Paris, Classiques Garnier, 1955. http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#plu [en ligne] consulté le 15 juin 2020.

[4] Phénix, dit-on, s’est réfugié dans la cour de Pélée pour fuir la colère de son père Amyntor. Ce dernier l’a aveuglé après que sa concubine Phthia l’a accusé d’avoir tenté de la séduire. Pélée l’a amené voir le Centaure Chiron, qui lui a rendu la vue. Le vieil écuyer Phénix était un enseignant expérimenté dans beaucoup de domaines. C’est pourquoi il a été envoyé par le vieux Pélée né de Zeus pour enseigner au jeune Achille l’art de la guerre et l’art de bien parler en public, notamment dans les assemblées.

[5] Cf. Clément d’Alexandrie, Le Pédagogue (I, 7).

[6] François Hartog, « Orateurs et historiens, Antiquité gréco-romaine ». In : Encyclopædia Universalis France, 2022. https://www.universalis.fr/encyclopedie/orateurs-et-historiens-antiquite-greco-romaine/3-une-histoire-oratoire/, [en ligne] consulté le 31 janvier 2022, attire notre attention sur le fait que, chez Homère (contrairement à ce qui se passera plus tard dans la cité grecque),  la question des rapports entre « paroles » (λόγοι) et « actions » (ἔργα) ne s’est pas posée.

[7] Sur Achille élève de Phénix et du Centaure Chiron voir Pindare, Odes-Les Néméennes, III, 43-52 ; Pseudo-Apollodore, la Bibliothèque, livre III, chap.13, 6. Voir aussi  Pierre Mbid Hamoudi Diouf et Stéphane Faye, « L’éducation des enfants chez Homère et à Sparte » https://ch.hypotheses.org/tag/achille [en ligne] consulté le 24 janvier 2022 ; Cécile Dubois, « Achille apprenant la lyre chez Chiron : tradition et transmission d’une scène d’éducation », Camenulae 20, mai 2018 https://lettres.sorbonne-universite.fr/sites/default/files/media/2020-06/05cam20duboisba_t_0.pdf [en ligne] consulté le 24 janvier 2022.

[8] Valérie Gitton-Ripoll, « Chiron, le cheval-médecin ou pourquoi Hippocrate s’appelle Hippocrate ». In: Le médecin initié par l’animal. Animaux et médecine dans l’Antiquité grecque et latine. Actes du colloque international tenu à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée-Jean Pouilloux, les 26 et 27 octobre 2006. Lyon : Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, 2008, pp. 211-234. (Collection de la Maison de l’Orient méditerranéen ancien. Série littéraire et philosophique, 39). http://www.persee.fr/doc/mom_0151-7015_2008_act_39_1_1008 [en ligne] consulté le 05 février 2022.

[9] Sur les compétences médicales d’Achille, voir Monique Roussel, Biographie légendaire d’Achille, Amsterdam, 1991, pp. 112-113.

[10] . On peut lire les deux parties de tels enseignements chez Platon dans La République, VII, 537a.

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Ioanna Mousikoudis-Hatterer : les professeurs de grec moderne au Lycée Thiers (1834-1912)

► ὁ λύχνος n° 160, novembre 2021, article douze.

L’enseignement de la langue grecque moderne au Lycée Impérial (Collège Royal ou Grand Lycée) de Marseille de 1834 à 1912 : une histoire culturelle.

 

Entrée du lycée Thiers (Marseille), wikicommons

 

[Résumé. Le Lycée Impérial (Collège Royal ou Grand Lycée) de Marseille fondé en 1802, accompagna de près l’histoire de la colonie grecque de Marseille pendant au moins deux siècles. C’est aujourd’hui le Lycée Thiers. Cet article se concentre sur le XIXe siècle et montre l’importance que prit cet illustre établissement dans la scolarité des enfants de la puissante colonie marchande hellénique. Il analyse les besoins et les aspirations qui conduisirent à l’introduction des cours de grec moderne au Collège Royal en 1834 et les circonstances qui engendrèrent leur disparition en 1912. Il s’intéresse notamment aux personnes préposées comme professeurs, en suivant leur vie, leur activité culturelle et leur contribution à la transmission de la langue grecque au sein de leur société contemporaine. Ainsi il met davantage en lumière les liens de cette institution éducative avec la Diaspora hellénique de la ville de Marseille.]

 

  1. Introduction : La colonie hellénique de Marseille et le Lycée

Dans la deuxième décennie du XIXe siècle, une colonie grecque “d’aristocratie commerciale” s’installa à Marseille.[1] Il s’agissait de négociants issus des familles notables provenant principalement de l’île de Chio. Lors d’une première réunion, le 29 octobre 1820,[2] certains de ses membres posèrent les fondations d’une première communauté grecque de Marseille, dans le but d’édifier une église orthodoxe. Sa construction débuta en 1834 et elle ouvrit ses portes aux fidèles en 1845.[3]

Les pionniers de la colonie grecque de Marseille n’eurent pas seulement comme préoccupation la création d’un lieu de culte, mais aussi l’éducation grecque de leurs enfants. Ainsi, après le départ mouvementé d’un premier prêtre, l’archimandrite Arsenios,[4] les négociants chiotes firent venir Kallinikos Kreatsoulis,[5] qui assurait à ce moment-là les fonctions de prêtre et de maître d’école à Livourne. Également originaire de Chios, ami de Coray, Kreatsoulis était appelé à accomplir non seulement des fonctions sacerdotales au sein de l’église orthodoxe, mais à “accomplir les fonctions du Maître (Διδασκάλου), c’est-à-dire enseigner la langue grecque ancienne et les autres cours de base aux enfants de ceux parmi nos compatriotes qui voudraient lui confier l’éducation de leurs enfants“.[6] Kreatsoulis arriva à Marseille en 1826 et il y assura le service religieux jusqu’à sa mort en 1861.

Nous ne connaissons ni la qualité ni la popularité des cours proposés par Kreatsoulis. Quoi qu’il en soit, les cours de langue grecque au sein de l’église grecque et donc dans un contexte purement communautaire semblèrent insuffisants aux membres de cette communauté dynamique qui gagnait progressivement une place dominante autant dans le négoce que dans la haute société marseillaise. De ce fait, le grec moderne fit son apparition en 1834 parmi les langues modernes enseignées au Collège Royal, où déjà en 1827, plusieurs enfants de cette colonie grecque de Marseille étaient inscrits et même récompensés pour leurs performances.[7]

Dans cet article nous examinons les circonstances dans lesquelles eut lieu cette introduction et nous ferons connaître les principaux personnages qui furent les professeurs de grec moderne dans cet illustre établissement, jusqu’à la disparition de cet enseignement en 1912.

Nos sources sont principalement les Archives Départementales des Bouches du Rhône où se trouve la plupart des archives du Lycée Thiers et de l’Inspection Académique, les Archives Municipales de Marseille, les archives de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille et les archives de l’église orthodoxe de Marseille.

 

  1. La langue grecque moderne au Collège Royal

Le Lycée Impérial de Marseille[8] fut fondé par la loi du 11 floréal an X (1er mai 1802) de Napoléon. Il fut le troisième établissement d’État créé en France, dirigé par une solide administration. L’ancien monastère des Bernardines, construit en 1746 au centre-ville[9], fut choisi comme site pour le nouveau Lycée.

Le nom du Lycée Impérial changea en fonction des évènements marquants des différentes périodes de l’histoire française. Il devint “Collège Royal” lors de la Réforme de 1815. En 1852 au cours du Second Empire, il reprit le nom “Lycée Impérial”. Pendant la Troisième République (1870) il changea encore une fois de nom pour devenir “Lycée” ou “Grand Lycée de Marseille”. C’est au XXe siècle et dans les années 1930, qu’il prit son nom actuel, celui d’Adolphe Thiers en honneur du premier président de la 3e République française.[10]

En 1833, le Collège Royal décida d’inclure dans son programme d’études des cours spéciaux de “Commerce et d’Industrie”, suivant l’exemple de quelques établissements scolaires, comme celui de l’École spéciale de Commerce et d’Industrie de Sieur Arquier[11] ou le Pensionnat Classique et Commercial de M. Guéraud,[12] qui avaient introduit ces cours spéciaux avant leur institution officielle par Victor Duruy en 1865. Le Collège Royal argumenta que Marseille entretenant des relations commerciales étroites avec l’ensemble de la Méditerranée, il se devait “à côté des connaissances générales, de fournir des connaissances exclusivement destinées au commerce et à l’industrie“.[13] Cette formation spéciale avec les mêmes débouchés que l’enseignement classique, assurait un succès rapide et répondait parfaitement aux aspirations des parents issus des classes sociales aisées. Ainsi, le Collège Royal visait à récupérer une importante “clientèle” d’élèves d’origines variées provenant des classes bourgeoises commerçantes étrangères qui cherchaient un type d’études plus rapides, concrètes et avec le prestige d’un établissement scolaire d’excellence.[14]

C’est donc dans le cadre de ces cours du Commerce et d’Industrie que le grec moderne fut introduit au Collège Royal en 1834, en tant que langue moderne étrangère,[15] quoiqu’une proposition d’ouverture d’un cours aurait été faite dès 1827.[16] La relation entre l’introduction de l’enseignement du grec moderne au Collège Royal et la présence de la puissante élite du négoce grec à Marseille est bien évidente. Une certaine “pression” de la part de la colonie grecque de Marseille fut souvent évoquée en ce qui concerne l’introduction de ces cours. La proposition de l’ouverture d’un cours déjà en 1827 parallèlement à la scolarisation des enfants grecs au Collège Royal pendant la même année est révélatrice du désir existant. L’introduction “officielle” réalisée en 1834 prouva que cette “pression” aurait pu avoir été exercée auprès de l’administration du Collège Royal. Toutefois, s’il y eut une “pression”, elle ne fut sûrement pas la raison principale de l’introduction du grec moderne. Le Collège Royal allait aussi en profiter financièrement en séduisant les membres de cette colonie grecque florissante en leur offrant des cours de leur langue maternelle intégrés à leur cursus officiel de formation. Et en effet, plusieurs membres de la colonie exprimèrent à plusieurs reprises et de multiples façons[17] leur reconnaissance pour le niveau d’études offert à leurs enfants par cette institution scolaire.

En tout cas, le grec moderne apparut “officiellement” dans les registres du Collège Royal en 1834. Il fut enseigné jusqu’en 1846 et après une interruption de 20 ans, son enseignement fut institutionnalisé par décret ministériel en 1866.[18] Deux ans après, en 1868, la présence grecque avait acquis tellement d’influence à Marseille que l’étude du grec -ancien et moderne- constitua le sujet principal du discours prononcé lors la distribution solennelle des prix cette année-là.[19] C’est le professeur de littérature Dumas qui défendit avec vigueur la cause et la poursuite de l’enseignement de la langue hellénique.[20] Et en 1880, à l’occasion de l’arrivée en ville de l’inspecteur général des langues vivantes, la presse locale marquait avec fierté que “peu de lycées ont, en France, une organisation aussi complète”  que le Lycée de Marseille en ce qui concerne l’enseignement des langues modernes. “Outre l’allemand et l’anglais […] on y enseigne l’italien, le grec moderne et la langue arabe“.[21]

Toutefois, les cours au sein du Lycée n’étaient pas les seuls cours de grec moderne dont bénéficiaient les enfants des “grandes familles“. Hormis les cours de langue et de catéchisme organisés au sein de l’église orthodoxe, ils pouvaient recevoir également des cours particuliers par des tuteurs qui parfois resteront au service de la même famille pendant plusieurs années. D’ailleurs presque tous les professeurs qui occupèrent la chaire de grec moderne au Lycée étaient en même temps employés en tant que répétiteurs au sein des familles de notables.

 

  1. Les professeurs

3.1 Nikolaos Vafiadis : 1834 -1845

Le premier professeur de grec moderne au Collège Royal fut Nikolaos Vafiadis[22] (1801 – 1846). Dès 1827, Vafiadis, “grec d’origine et distingué par ses connaissances dans la langue grecque“, aurait demandé auprès du Collège Royal “à faire un cours gratuit de grec moderne“.[23] Nous ne savons pas si ce cours eut lieu et pour combien de temps, mais il semblerait que Vafiadis fut très actif et très dévoué à l’instruction des enfants de la colonie grecque de Marseille. Nous rencontrons son nom deux fois dans la correspondance entre Théodore Prassacachi[24] et Ioannis Capodistrias, futur gouverneur de Grèce. Dans la première lettre, datée du 13 octobre 1827, Vafiadis et les autres membres de la colonie grecque de Marseille, originaires de l’île de Chio, racontaient la destruction de leur île et leurs sacrifices pendant la Lutte pour l’Indépendance grecque. Dans la deuxième lettre, écrite quelques mois plus tard, en février 1827, Vafiadis est présenté comme “originaire de Chios, 26 ans, professeur des dialectes grecs et français.[25] Son nom fait aussi partie d’une liste détaillée de tous les Grecs demeurant à Marseille et de noms de jeunes élèves “étudiant la langue française et grecque“,[26] liste que Prassacachi avait rédigée pour Capodistrias.[27]

Vafiadis commença ses cours de grec moderne au sein du Collège Royal en 1834 et dans les registres du personnel de 1835 à 1843,[28] il apparaissait officiellement en tant que maître de grec moderne. L’enseignement du grec moderne figurait aussi dans le palmarès des distributions solennelles des prix pour les années 1844 et 1845.[29]

Les premières années d’enseignement de Vafiadis au Collège Royal coïncidèrent avec l’essor de l’établissement. De profondes transformations au sein de l’ancien couvent et la construction d’une nouvelle aile permirent au Collège Royal de doubler ses effectifs.[30] Vafiadis, soutenu par ses puissants amis grecs dont les enfants figuraient souvent au palmarès des prix du Collège Royal, y enseigna probablement jusqu’à peu avant sa mort[31] survenue en avril 1846.[32] Dans les registres de l’église orthodoxe, à l’enregistrement de son décès, est noté : “Nikolaos Vafiadis, originaire de l’île de Chios, enseigna la langue grecque à Marseille pendant 24 ans jusqu’à sa mort qui est survenu le 20 mars/ 2 avril 1846“.[33] Un membre éminent de la colonie grecque de Marseille et ami de Vafiadis, le négociant Etienne Sechiari[34] déclara le décès du professeur auprès des autorités françaises.

Après son décès, Vafiadis ne fut pas remplacé au Collège Royal et l’enseignement du grec moderne s’y arrêta jusqu’en 1866. Il n’y a pas de raison évidente pour justifier l’absence de l’enseignement du grec moderne pendant cette période. Des élèves grecs y étaient continuellement scolarisés, comme on peut le constater par leurs nombreuses nominations aux prix.[35] Peut-être qu’il ne fût pas remplacé par manque de professeur compétent ou pas suffisamment estimé par les membres de la colonie grecque de Marseille. D’un autre côté, la mort de Vafiadis en 1846 coïncida avec le début d’une période difficile pour le Collège Royal. Après la monarchie de juillet, la crise de 1848 – 1851 avait interrompu l’essor de l’établissement. Pendant la période de la Seconde République, le Lycée subit les répercussions des conflits sociaux, de l’agitation ouvrière et de l’épidémie de choléra qui sévit à Marseille. De plus, le Lycée entra en conflit avec la mairie au sujet des bourses accordées à certains lycéens.[36] Ces évènements firent peut-être que le grec moderne fut absent des langues modernes enseignées au sein du Lycée jusqu’en 1866.

 

3.2 Jules Blancard : 1866 – 1872

La première nomination officielle d’un professeur de grec moderne au sein du Lycée Impérial de Marseille fut celle de Jules Blancard (1815 – 1891).

Dans le Bulletin d’Instruction Publique de 1866 est précisé :[37]L’établissement d’un cours de grec moderne a été autorisé, à titre d’essai, au Lycée Impérial de Marseille. M. Blancard, ancien professeur au gymnase de Janina (Épire) ancien secrétaire-interprète de l’École Française d’Athènes, est chargé de ce cours qui a pour but d’enseigner théoriquement le français aux jeunes Hellènes envoyés en assez grand nombre au lycée de Marseille et le grec aux élèves français, dont beaucoup sont destinés à avoir plus tard des relations commerciales avec le Levant. En lisant le texte de sa nomination, nous nous formons déjà une idée sur le parcours professionnel de cet enseignant, son amour pour la Grèce et son double engagement, d’un côté initier les jeunes Français à la langue moderne hellénique et de l’autre transmettre des connaissances de la langue française aux jeunes Hellènes expatriés.

Comme noté brièvement dans le bulletin de sa nomination, Blancard fut un grand helléniste français, traducteur et historien, dont le philhellénisme et la soif de savoir lui firent parcourir la Grèce et les communautés grecques de l’Empire Ottoman. Il séjourna à plusieurs reprises à Athènes, à Constantinople, à Smyrne et à Janina en Épire. De sa correspondance avec Charles-Benoît Hase, helléniste allemand et professeur de Blancard à l’École des Langues Orientales à Paris, nous apprenons son désir “d’aller en Orient“. En juin 1843 il lui écrivit d’Athènes et puis de Smyrne où il resta jusqu’en 1844 avant d’aller à Janina. Blancard revint en France en 1846 mais il repartit à Athènes, où grâce à l’influence de Hase et sur la recommandation de ce dernier, il fut nommé secrétaire-interprète de l’École Française d’Athènes, école qui venait d’être nouvellement créée.[38]

Après avoir voyagé et vécu presque vingt ans dans un environnement hellénique, Blancard s’installa à Marseille et à l’âge de cinquante ans, fit son entrée au Lycée le 20 août 1866 en tant que “Bachelier ès lettres, chargé des cours de grec moderne[39] avec un salaire de 1800 francs par mois.[40]

Dès sa nomination au Lycée, il se rendit compte de l’absence de manuel de grammaire de grec moderne destiné aux élèves et il envisagea immédiatement de combler cette lacune. Comme il le déclarait dans la préface de son manuel, “Le grec moderne enseigné à l’aide de la Grammaire grecque de Burnouf“,[41] qu’il publia en 1868, il pensait depuis longtemps faire un “petit travail de grammaire sur le grec moderne“, mais il renvoyait ce projet toujours au lendemain, “quoique sans raison aucune“. Mais comme “le besoin est le père de l’industrie“, en fouillant dans sa correspondance, il trouva des lettres, des livres et des traductions de ses anciens élèves d’Athènes et il commença à annoter le manuel de grammaire de grec ancien de Burnouf.[42] Ce manuel que lui-même qualifiait comme sans importance,[43] sensé apporter de l’aide à ses élèves, comportait néanmoins une étude sérieuse de comparaison entre le grec moderne et le grec ancien.

Toutefois, malgré sa passion pour le grec moderne et sa volonté d’être à la hauteur de la chaire qui lui avait été confiée au sein du Lycée, Blancard confessait que la vie d’un professeur, quoique attirante, ne lui présentait pas autant d’avantages que la vie “paisible et retirée du savant ” trouvant qu’ “il y a trop de passion chez les vivants“.[44] Cette préférence pour la vie calme d’un savant et non pas pour celle mouvementée d’un professeur, pourrait peut-être justifier le rapport peu élogieux fait en 1870 par le Recteur[45] de l’Académie d’Aix dans les registres du Lycée .[46]M. Blancard n’a pas le jugement bien droit et n’entend rien à la tenue d’une classe. Il a peu réussi jusqu’à présent, nous verrons s’il fera mieux à l’avenir grâce aux conseils qui lui ont été donnés récemment. Il a tort de se plaindre de l’administration. Elle ne peut le tirer d’affaire toute seule. Il faut qu’il l’aide lui-même. Ou encore : “M. Blancard est peut-être instruit, mais il ne sait pas enseigner. Son cours est peu goûté et peu suivi. Caractère susceptible, irritable, allant jusqu’à la violence.[47]

Nous ne saurons jamais si Blancard fut mis au courant de ces “notes confidentielles” inscrites dans son dossier personnel d’enseignant. Nous ne savons pas non plus si c’était l’ambiance bruyante de l’enseignement du secondaire et la désobéissance de ses jeunes élèves ou bien les formalités administratives du système éducatif qui ne correspondaient pas à la nature de ce savant cinquantenaire. Dans tous les cas, le service de Jules Blancard au Lycée se termina le 14 décembre 1871.[48] Un an après, en 1872, le professeur quitta Marseille pour l’École des Langues Orientales Vivantes à Paris et fut “chargé des fonctions de répétiteur pour le grec moderne à ladite École.[49]

Il revint à Marseille en 1878 et, comme pour le Lycée, il fut le premier professeur à être “autorisé à faire un cours complémentaire de grec moderne à la Faculté des Sciences de Marseille” par arrêté ministériel.[50] La création de cette nouvelle chaire de grec moderne au sein de la Faculté constitua une preuve supplémentaire de l’influence et de la puissance de la colonie hellénique de Marseille qui patronna discrètement mais efficacement toute action dans cette direction.[51]

Lors de son premier cours à la Faculté, Blancard souligna l’importance de la création de cette nouvelle chaire de grec moderne mais ne manqua pas non plus de mentionner sa précédente fonction, comme titulaire de la chaire du grec moderne au Lycée, chaire qui était selon lui une réussite totale puisqu’elle était toujours en vigueur et en plein développement. Il s’inspira même de son expérience de professeur au Lycée pour souhaiter une réussite analogue à la nouvelle chaire universitaire créée. Il s’engagea à faire de son mieux auprès de son public.[52]

Cette période de sa vie fut très prolifique. Il publia de nombreux ouvrages sur la Grèce contemporaine, sur la langue grecque moderne et sur des familles archontales grecques [53] et il traduisit des œuvres poétiques grecques.[54]

Après la mort de Jules Blancard en 1891, son neveu et collaborateur Théodore Blancard, auteur lui aussi de plusieurs études et livres sur la Grèce, publia une notice biographique[55] sur la vie et les travaux de son oncle. Celle-ci suscita une grande émotion auprès du public marseillais et des articles élogieux sur le défunt parurent dans la presse locale : “Monsieur Jules Blancard, après avoir professé le grec moderne au Lycée de Marseille, avait été chargé d’un cours de la même langue auprès de la Faculté des Sciences de Marseille. C’était un homme modeste, très épris de la langue grecque, de l’ancienne comme de la moderne.[56]

 

3.3. Spyridon Gryparis : 1872 – 1881

Spyridon Gryparis (1838 – 1881), originaire de l’île de Cythère[57], succéda à Jules Blancard au sein du Lycée après le départ de celui-ci pour l’École des Langues Orientales à Paris en 1872. Il entra au Lycée le 15 décembre 1871 et fut chargé officiellement de l’enseignement du grec moderne après une nomination rectorale datée du 15 janvier 1872.[58]

Gryparis n’était peut-être pas un homme de lettres et un traducteur illustre comme Jules Blancard, ni auteur d’ouvrages pédagogiques comme son ami, collègue et successeur au Lycée, Marinos Vergotis, que nous allons connaître par la suite, mais il était un personnage discret, aimable et très apprécié au sein de la communauté franco-hellénique de la ville. Il était membre du célèbre Syllogue Hellénique de Marseille[59] et membre de l’église orthodoxe comme en témoignent ses signatures sur les registres des délibérations.[60] Ses signatures se trouvent toujours près de celles de son ami Marinos Vergotis.

En décembre 1880, huit ans après son arrivée au Lycée, Gryparis demanda un congé d’un an,[61] mais nous ne savons pas s’il l’obtint. Nous supposons que ce fut pour des raisons de santé, puisqu’il mourut subitement deux mois plus tard, le 7 février 1881, à l’âge de 42[62] ans, à la grande consternation de toute la colonie hellénique de Marseille.

Sur la vie et la personnalité de Spyridon Gryparis nous ne connaîtrions peut-être pas grand-chose, si ce dernier n’avait pas été un ami proche d’un homme de lettres illustre, ancien élève du Lycée lui-même, Étienne Vlasto,[63] qui nous laissa plusieurs témoignages écrits sur les personnes et sur la vie culturelle de la colonie hellénique de Marseille de son temps. Etienne Vlasto composa l’éloge funèbre en grec, qu’il prononça lors des obsèques du professeur.[64] Selon Vlasto, Gryparis avait suivi un parcours assez habituel, commençant sa carrière de professeur à Smyrne, puis passant par Constantinople avant d’arriver à Marseille. Issu d’une famille nombreuse, il fut obligé de subvenir aux besoins de ses parents et après leur mort, de soutenir financièrement ses frères. Après la mort de son dernier frère, Gryparis, qui était célibataire, avait pris à sa charge ses neveux orphelins. Il eut une vie très difficile financièrement puisque Vlasto insista sur les sacrifices que son ami faisait dans son quotidien pour faire face à toutes ses responsabilités.

Gryparis semble avoir eu un caractère très aimable et avoir été très estimé par tous les Grecs de Marseille. De plus, il devait être bon professeur, aimé par ses élèves qui étaient très assidus à ses cours. Au sein du Lycée, il semble avoir cultivé d’excellentes relations avec ses collègues et ses supérieurs. Ses obsèques constituèrent véritablement une manifestation publique importante. Elles furent suivies par une grande partie de la colonie hellénique de la ville, par une représentation importante de l’administration du Lycée, de la Faculté des Sciences de Marseille et de l’École de médecine, par plusieurs professeurs et l’ensemble de ses élèves.[65] L’ampleur que prirent les funérailles du modeste professeur, avec une telle mobilisation des différents acteurs de la vie éducative, sociale et économique, est révélatrice à la fois de l’influence incontestable de la colonie hellénique, mais aussi de l’importance que le grec moderne avait acquise dans la mentalité marseillaise, la langue de cette puissante colonie. Par conséquent, personne ne s’étonna que des deux éloges funèbres prononcés en l’honneur du défunt, l’un fut composé et prononcé publiquement en grec moderne à un auditoire franco-hellénique. Il s’agissait bien évidement d’un “discours touchant en langue grecque“,[66] prononcé par son ami Etienne Vlasto. L’inspecteur de l’Académie d’Aix, M. Vessiot, lui aussi “a rendu un éloquent hommage aux vertus de M. Grypari” et son discours fut publié in extenso par Le Sémaphore de Marseille.[67] Dans ce discours, Gryparis apparait comme une figure paternelle pour ses élèves, “désintéressé jusqu’au sacrifice“, avec une vraie passion pour l’enseignement du grec moderne et comme “un collègue bienveillant, affectueux, modeste.” Un élément remarquable dans le discours de l’inspecteur est le fait que Gryparis y est dépeint comme l’homme qui “alliait les meilleures qualités du caractère hellénique à la chaleur expansive et à la loyauté du caractère français“. Dévoué à la Grèce, mais aussi bien attaché à la France, il était l’incarnation de “la parenté intellectuelle et morale qui relie les deux peuples“. Si nous passons outre l’exagération des vertus du défunt, normale dans chaque hommage funèbre, le caractère “hellénique” anobli et la “parenté” franco-hellénique multidimensionnelle, produits de l’éducation classique dominante de l’époque sous l’emprise d’une antiquité grecque idéalisée, furent sans nul doute, très agréablement accueillis par les Grecs présents dans l’auditoire.

 

3 .4. Marinos Vergotis : mars à octobre 1881

Après la mort imprévue de Gryparis, le Lycée se retrouva sans professeur pour le grec moderne. Néanmoins la rupture ne fut pas longue. Un mois après sa mort, Gryparis fut remplacé par son ami et professeur Marinos Vergotis,[68] nommé officiellement au Lycée par arrêt ministériel le 7 mars 1881 :[69]M. Vergotty est chargé de l’enseignement du grec moderne au lycée de Marseille, en remplacement de M. Gryparis, décédé.

Vergotis, tout comme son ami et prédécesseur Gryparis, était l’ami d’Etienne Vlastο qui rédigea également l’éloge funèbre de Vergotis, un éloge funèbre précieux pour les informations biographiques du professeur.[70] Selon Vlasto, Vergotis “appartenait à une riche famille de Santorin, originaire de Céphalonie, laquelle à la Révolution perdit, comme tant autres, sa fortune.” Il fit des études et “se perfectionna dans la philologie, l’histoire et la philosophie à l’Université d’Athènes.” Il commença sa carrière de professeur à la prestigieuse École de Halki[71] à Constantinople. Il accepta ensuite la proposition “d’un riche compatriote établi à Taganrog” et devint précepteur des deux fils de la famille. Il suivit ces derniers à Marseille et “ne cessa depuis de s’occuper de travaux littéraires et de professer notre langue au grand avantage de la jeunesse grecque de notre cité.[72] Admiratif de l’œuvre patriotique de son ami, Vlasto souligna la contribution de Vergotis au renforcement du sentiment hellénique “endormi” de ses auditeurs lors des discours[73] qu’il prononçait et pendant les cours d’histoire nationale qu’il dispensa pendant plusieurs années au sein du Syllogue Hellénique de Marseille. Vlasto exprima d’ailleurs son estime envers l’œuvre importante en général des professeurs enseignant la langue grecque au sein des colonies commerçantes “trop absorbées par des intérêts matériels[74] et souligna l’importance du dévouement à l’Hellénisme de Vergotis qu’il caractérisait d’”homme remarquable“.

D’autre part, Vergotis, professeur de la descendance des “grandes familles” de négociants grecs de Marseille, fut l’auteur de plusieurs ouvrages non édités, sauf pour deux d’entre eux, portant sur la didactique de la langue grecque, édités par l’imprimerie Vlasto à Athènes.[75] Son œuvre didactique et ses écrits étaient connus et très appréciés par ses compatriotes qui n’hésitaient pas à lui montrer leur soutien moral ou matériel. La publication du premier volume de ses “Études Historiques sur l’Instruction et l’Éducation” fut soutenue financièrement par tous les membres de la haute bourgeoisie hellénique de Marseille et “fit sensation dans le monde enseignant, en Grèce et en France“.[76]

L’activité culturelle de ce savant grec qui occupa brièvement la place de professeur de grec moderne au Lycée de Marseille eut un autre aspect très important. Vergotis, membre du célèbre Comité Coray,[77] fut le principal organisateur du transfert des ossements d’Adamantios Coray de Paris à Athènes en passant par Marseille. Le Comité Coray[78] s’était formé en juin 1872 au sein du Syllogue Hellénique de Marseille avec, comme but principal, le transfert des ossements du grand homme de lettres grec, de Paris où il était enterré, à Athènes. Vergotis accomplit la mission du transfert avec grand succès. C’est lui qui eut l’honneur de prononcer le discours lors de l’inauguration solennelle du monument de Coray à Athènes, en présence des personnalités du monde politique et intellectuel de la capitale de la Grèce le 8 avril 1877.[79] Tous les journaux grecs de l’époque évoquèrent l’événement et la cérémonie grandiose qui eut lieu.[80] La presse française rapporta l’événement avec un peu de retard, mais elle souligna cependant l’importance de la manifestation.[81]

Vergotis, mourut des suites d’une infection pulmonaire le 26 septembre 1881[82] à Santorin où il fut enterré et où “toute la population de sa ville natale s’est empressée de suivre son convoi“.[83] L’annonce de son décès fut aussi publiée rétrospectivement dans Le Sémaphore de Marseille.[84] L’annonce soulignait le grand deuil qui frappait la colonie grecque de Marseille au sein de laquelle Vergotis “s’était acquis de très vives sympathies” et on fit l’éloge du disparu en se référant à son ouvrage, en le décrivant comme “lettré délicat, orateur disert, ardent patriote“. Le décès de Vergotis fut également annoncé dans des revues littéraires françaises et grecques dont le défunt était un fidèle abonné, comme La Revue des Études Grecques ou la revue du Syllogue Parnassos.[85]

Dans les registres du personnel du Lycée, outre son nom il n’existe que deux phrases : “Vergotty – 7 mars 1881, nomination ministérielle – décédé septembre 1881[86]. Le passage de ce grand homme au Lycée fut si éphémère qu’il ne laissa pas de souvenirs comme ceux de Gryparis ou de Blancard. Toutefois, Vergotis fut un personnage exceptionnel dont même la brève présence à la chaire de l’enseignement du grec moderne au Lycée honore le passé franco-hellénique de cet établissement.

 

3.5. Savvas Eustathiades : 1881- 1885 et 1901 – 1907

Autre membre actif de la colonie grecque de Marseille, Savvas Eustathiades,[87] (1840 – 1908) fut nommé à la chaire de grec moderne du Lycée un mois après la mort de Vergotis. Sa nomination par arrêté préfectoral, signée le 30 octobre 1881[88] fut saluée par la presse locale, où l’on annonça que : “Nous apprenons avec plaisir que M. Eustathiade vient d’être nommé professeur de grec moderne au Lycée de Marseille, en remplacement de M. Vergotti, décédé. La nomination de M. Eustahtiade sera accueillie très favorablement dans notre monde enseignant où ce savant professeur est fort apprécié“.[89]

Auparavant, Eustathiades avait été nommé à Marseille en 1876 responsable de la chaire de grec moderne au sein de l’École Supérieure de Commerce en qualité d’”interprète juré“.[90] Cette même année, il fut également chargé des cours de grec moderne du soir trois fois par semaine à l’Académie de Langues Modernes. Cet établissement fonctionnait sous le patronage de l’Institut Roussel de Marseille au Cours Julien.[91]

À partir d’octobre 1881 il enseigna donc le grec moderne au Lycée tout en continuant son professorat à l’École Supérieure de Commerce. Selon la notice individuelle remplie pour l’inspection académique en 1882,[92] Eustathiades, né à Athènes le 7 avril 1840 était célibataire et avait ses vieux parents à charge. Il accomplit ses études à l’École Normale Supérieure d’Athènes où il fut nommé bachelier ès-lettres en 1858. Il occupa ensuite des postes de professeur au Collège National de Constantinople et à Athènes. Lors de son entrée au Lycée de Marseille, il avait déjà derrière lui une carrière de vingt ans dans l’enseignement libre. Son salaire mensuel s’élevait à 1.800 francs par mois.[93]

Eustathiades fut membre de plusieurs sociétés littéraires grecques et françaises, comme il le signifia lui-même sur le document de l’Inspection Académique. Son expérience didactique transparaît dans sa publication intitulée Grammaire élémentaire du grec moderne dont la première édition parut à Paris en 1874.[94] Une troisième édition fut publiée en 1879 par la librairie d’Étienne Vlasto à Athènes. Cette dernière édition, soigneusement corrigée, comprenait “une table des principaux hellénismes et des proverbes grecs avec leurs équivalents français, plusieurs règles grammaticales et syntaxiques et des règles sur la prononciation grecque“.[95] Eustathiades n’était pas adepte de la prononciation érasmienne du grec ancien, en usage dans les collèges français. Dans sa grammaire il s’efforça de démontrer “par des preuves irréfutables[96] que la prononciation “moderne” de la langue grecque serait plus proche de celle de la langue ancienne. Il y inclut d’ailleurs une introduction à la prononciation moderne nationale “employée par le public lettré d’Athènes et de Constantinople“.[97] Cette grammaire, d’après la presse marseillaise était “devenue classique” et constituait la meilleure illustration des “aptitudes et du mérite du nouveau professeur de grec moderne au Lycée“.[98] Dans la fiche de l’Inspection Académique, Eustathiades indiquait qu’il était également l’auteur d’un dictionnaire, resté introuvable.[99]

En ce qui concerne les qualités d’Eustathiades en tant que professeur, il semblerait que celles-ci étaient relativement appréciées par l’administration du Lycée. En tout cas si l’on en juge par les commentaires rédigés par le proviseur Dalimier dans un rapport individuel de 1885, M. Eustathiades, avait une “très bonne tenue” et il faisait preuve d’une “instruction attestée par d’honorables témoignages.[100] Il démontrait néanmoins une “grande inexpérience en matière de discipline. Nous ignorons si M. le Proviseur signifiait qu’Eustathiades n’était lui-même pas assez discipliné vis-à-vis de l’administration, ou bien s’il ne parvenait pas à imposer la discipline à ses élèves comme Blancard quelques années auparavant. Ce commentaire était explicite sans doute aux lecteurs pour lesquels il était destiné.

Eustathiades enseigna au Lycée jusqu’à sa démission en mai 1886. Comme raison de sa démission il invoqua son état de santé et son désir de se rendre à Paris où, à son avis, se trouvaient les meilleurs médecins. Il ajouta également son intention de solliciter “M. le Ministre” afin que ce dernier lui confie l’emploi de Maître de Conférences de Grec moderne à l’École Nationale Française des Langues Orientales Vivantes de Paris : “Ayant une mauvaise santé et les meilleurs médecins se trouvant à Paris, je solliciterais M. le Ministre, en ma qualité de professeur national hellène, l’emploi de Maître de Conférences de Grec moderne à l’École Nationale Française des Langues Orientales Vivantes de Paris“.[101]

L’année précédant sa démission, Eustathiades commença à donner des cours du soir de grec moderne à la section marseillaise de la prestigieuse Société Académique de Comptabilité,[102] une association philanthropique, subventionnée par la Ville de Marseille sous le patronage du Maire de Marseille et du Président de la Chambre de Commerce. Eustathiades continua à dispenser ces cours deux ans après sa démission, jusqu’en 1888. Nous ignorons si l’état de santé de M. Eustathiades s’améliora pendant les deux années qui suivirent sa démission. Nous ne savons pas non plus s’il alla ensuite à Paris et s’il sollicita M. le Ministre pour l’attribution de la chaire de grec moderne à l’École Française des Langues Orientales Vivantes. Son nom d’ailleurs ne figure pas dans la liste des professeurs ou des répétiteurs de grec moderne de ladite École les années qui suivirent sa démission. Le seul indice de l’activité d’Eustathiades dont nous disposons à ce stade de la recherche, pour la période entre 1889 et 1901, est une lettre qu’il envoya de Marseille[103] au philosophe et professeur du Collège de France, Pierre Laffitte,[104] le 5 janvier 1892.

Eustathiades signa cette lettre en tant que “professeur universitaire en congé“,[105] ce qui laisse supposer qu’il n’occupait aucun poste d’enseignement à ce moment-là.

Outre le fait que cette lettre nous procure des informations précieuses sur le lieu d’habitation et la situation professionnelle d’Eustathiades après sa démission du Lycée, elle est révélatrice d’un aspect très caractéristique de sa personnalité, de ses penchants et de ses réflexions philosophiques. Eustathiades était un disciple ardent du Positivisme et entretenait une correspondance personnelle avec le directeur et successeur du fondateur de ce mouvement philosophique. Dans cette lettre, écrite dans un style un peu brouillon, avec une écriture peu soignée comportant des ratures dont Eustathiades demandait pardon à Laffitte, il développa certaines de ses idées. Il exprimait sa certitude que “l’utopie d’un monde meilleur” était seulement réalisable “par la force de la volonté et des efforts dévoués des philosophes positivistes modernes matérialistes ou libres-penseurs, francs-maçons, ou simples philanthropes“.[106] Il reconnut que les religions telles que le christianisme ou le judaïsme furent fondées sur des principes moraux, mais il s’opposa fermement à leurs ministres chargés d’appliquer ces principes en les qualifiant “d’hypocrites et d’égoïstes qui ne visent qu’à leur bien-être matériel“. Il proposait de remplacer l’enseignement “des bibles et des catéchismes surannés et remplis d’erreurs et d’inexactitudes” par des œuvres comme celles de Plutarque, qui développent “une morale saine” chez les écoliers. Il préconisait que l’enseignement devait développer les “préceptes d’une morale saine et pratique, le mépris des richesses, la modestie, la sobriété“.[107]

Nous nous demandons si les idées philosophiques d’Eustathiades eurent un impact quelconque sur sa vie sociale au sein de la communauté hellénique de Marseille ou si elles eurent une répercussion sur ses relations avec ses compatriotes riches et puissants, membres de la haute bourgeoisie marseillaise et du Conseil d’administration de l’église orthodoxe ultraconservateur. Les éléments dont nous disposons ne donnent pas d’indications d’une éventuelle rupture entre le professeur et le milieu hellénique marseillais en dehors du fait qu’il ait démissionné du Lycée. D’ailleurs, son retour en 1901 dans l’enseignement du grec moderne à Marseille fut accueilli par un article de bienvenue de la presse locale dont le ton enthousiaste exclut toute supposition de relations compliquées entre le professeur et son entourage :[108]Nous apprenons avec plaisir que M. S. Eustathiade, ancien professeur de grec moderne au Lycée et à l’École Supérieure de Commerce de notre ville, vient d’être nommé, sous les auspices de la Chambre de Commerce, professeur titulaire de cette langue à la susdite École. C’est là la récompense pour les travaux réalisés depuis de longues années, de cet érudit professeur, devenu notre compatriote“. Le quotidien n’annonçait que la nomination d’Eustathiades à l’École Supérieure de Commerce, mais en fait, le professeur avait repris ses fonctions également au sein du Lycée de Marseille.[109] Il enseigna au sein des deux établissements jusqu’en 1907. En septembre de la même année il fut nommé professeur honoraire à l’École Supérieure de Commerce, obligé d’abandonner l’enseignement pour des raisons de santé. [110]

Eustathiades est mort le 6 mars 1908 à 70 ans.[111] Une brève indication dans les registres de l’église orthodoxe et une simple annonce de son nom dans la rubrique des décès de l’État Civil de la presse locale[112] nous indiquent sa mort. L’absence de plus de publications relatives à ce triste événement nous paraît étonnante, puisque la presse suivait sa carrière d’assez près. Il se peut que, n’étant plus en fonction, la presse l’ait oublié. Autre possibilité, comme il n’avait pas de famille, personne ne fit de publication dans la presse. Ou encore, comme il n’était pas croyant, personne ne prit l’initiative de faire de discours funèbre lors de ses obsèques. En tout cas, le décès de ce vieux professeur, malgré ses longues années d’enseignement de la langue grecque moderne dans des établissements prestigieux de Marseille, ne semble pas avoir fait grande impression ni avoir provoqué de grandes émotions parmi les membres de la colonie hellénique de Marseille.

 

3.6. Achille Triantaphyllis : 1887 – 1901

Achille Triantaphyllis (1852 – 1901) assura la transition entre la démission d’Eustathiades et le retour de ce dernier au Lycée. Il fut recruté le 16 octobre 1887, avec comme salaire initial mensuel un montant de 1800 francs augmenté à 2000 francs en 1892.[113] Il occupa également la chaire laissée vide par Eustathiades à l’École Supérieure de Commerce.[114] Il enseigna jusqu’à sa mort subite en 1901.

D’après les éléments biographiques que nous avons pu recueillir, Triantaphyllis est né à Athènes le 19 octobre 1852 et il fut déclaré bachelier ès lettres en 1873.[115] Il était marié et avait deux filles dont l’aînée fit sa scolarité au Lycée de Jeunes Filles de Marseille,[116] poursuivit ses études à l’École Normale et devint professeur.[117]

Triantaphyllis semble avoir été plutôt un père de famille menant une vie paisible. Sa sphère d’activités culturelles était relativement limitée en dehors de son œuvre pédagogique. Néanmoins, son nom fut évoqué par quelques élèves du Lycée qui avaient suivi ses cours de grec moderne et qui eurent des parcours exceptionnels. Ce fut le cas en 1934, lors du banquet annuel des membres de l’Association[118] des Anciens élèves du Lycée de Marseille demeurant à Paris.[119] L’éminent ancien élève, le chirurgien Georges Kuss,[120] adressa un discours en l’honneur de l’illustre écrivain Abel Bonnard,[121] également ancien élève du Lycée, alors membre de l’Académie Française. Dans son discours, Kuss rappela l’enfance et la scolarité d’Abel Bonnard. Il se référa à l’amour de ce dernier pour le grec ancien mais aussi pour le grec moderne : “Vous aimiez particulièrement le grec ancien, mais vous suiviez aussi les cours de grec moderne de Kyrios Triantaphyllis avec les jeunes descendants de la colonie grecque si nombreuse à Marseille, et la différence de prononciation qui m’étonna toujours ne vous rebuta pas… [122] Il est à remarquer que trente ans après sa scolarité, Kuss parlait de Triantaphyllis exactement de la même façon que lorsqu’il était élève : “Kyrios Triantaphyllis“, remplaçant le mot « Monsieur » par son équivalent grec « Kyrios ». Autre sujet important évoqué dans cet extrait, déjà souligné par Eustathiades dans sa grammaire et qui depuis toujours tourmente l’enseignement du grec moderne en Europe occidentale, c’est la prononciation érasmienne et la difficulté ressentie par les élèves étudiant le grec ancien à associer les mots avec ceux du grec moderne, même dans les cas où il s’agit des mots ayant la même racine… Mais ceci constitue le sujet d’une discussion bien trop grande pour les limites du présent article.

Donc, malgré son caractère apparemment modeste et sans ambitions littéraires ou didactiques, Triantaphyllis laissa quand même son empreinte de professeur au sein du Lycée. D’autre part, outre la chaire qu’il occupait au Lycée et à l’École Supérieure de Commerce, il était bien connu dans le milieu de l’enseignement à Marseille, puisqu’il était souvent membre de jury lors des examens pour l’obtention du certificat de grec moderne au sein de la Société Académique de Comptabilité.[123]

Triantaphyllis est mort à l’âge de 49 ans le 26 février 1901.[124] Malgré sa disparition brutale survenue alors qu’il était professeur au sein du Lycée et de l’École Supérieure de Commerce et malgré son jeune âge, ses obsèques ne constituèrent pas un événement important comme ce fut le cas pour celles de Gryparis vingt ans auparavant. Il n’eut pas d’oraison funèbre prononcée par l’Inspecteur ni de cortège suivi par une représentation de l’administration du Lycée. Seulement une petite annonce de son décès, parmi les autres de ce jour-là.[125] Les temps avaient changé et au tournant du XXe siècle le grec moderne n’était plus soutenu par les membres de la colonie hellénique. Plusieurs de ses membres éminents et supporteurs de l’instruction grecque étaient morts et d’autres avaient simplement quitté Marseille pour s’installer à Paris, comme nous allons le voir par la suite. Toutefois, contrairement à Eustathiades, qui mourut vieux et retiré du monde enseignant, Triantaphyllis avait une famille. Ainsi, sa veuve accompagnée de ses filles organisa une messe de sortie de deuil le vendredi 8 mars à l’église grecque orthodoxe en priant tous leurs amis et connaissances de bien vouloir y assister.[126] Cependant, comme la presse ne couvrit pas cette manifestation, nous ne sommes pas en mesure de connaître plus de détails sur son déroulement et les personnes présentes.

 

3.7. Joseph Yzombard : 1908 – 1913

Joseph Yzombard (1867 – 1942), deuxième professeur de nationalité française à occuper la chaire de grec moderne au sein du Lycée après Blancard, fut celui qui fut témoin de l’arrêt de cet enseignement.

Il était originaire de Toulon, ville voisine de Marseille (département du Var), mais sa famille   vint s’installer à Marseille où les deux fils, l’aîné Joseph et son cadet de quatre ans Marius, firent leurs études et épousèrent deux sœurs dans un intervalle de cinq ans.[127]

Joseph Yzombard fit de brillantes études linguistiques et en 1896, à l’âge de 29 ans, fut nommé traducteur juré de la langue grecque auprès des tribunaux civils et de commerce par décision de M. le Maire de Marseille.[128] En 1897, il participa aux examens pour l’obtention d’un Certificat de Langues Étrangères organisés par la section marseillaise de la Société Académique de Comptabilité. Sur les neuf candidats présents à cet examen, seul Joseph Yzombard fut admis, et reçut le Certificat de Grec Moderne de la main de Triantaphyllis, membre du jury des examens cette année-là.[129] Yzombard enseigna le grec moderne au sein de la Société de Comptabilité de 1897 à 1907[130] et sa carrière y fut brillante. En 1900, lors la distribution des diplômes, des médailles et des récompenses accordées aux professeurs, il reçut une médaille de bronze et une lettre de félicitations pour son travail.[131]

Yzombard quitta sa fonction à la Société de Comptabilité pour la chaire vacante de grec moderne au Lycée, après le décès d’Eustathiades en 1908.[132] Tout en enseignant à l’École Supérieure de Commerce,[133] il enseigna au Lycée jusqu’en 1912.[134] À partir de 1913[135], le grec moderne ne figure plus parmi les langues vivantes enseignées au Lycée.

Les raisons de l’arrêt de l’enseignement du grec moderne au sein du Lycée sont multiples.

D’un côté, comme nous l’avons indiqué précédemment, cette langue cessa d’être utilisée à des fins commerciales et perdit donc son intérêt en tant que langue vivante à maîtriser. Les élèves intéressés pour un tel enseignement optionnel, commencèrent à manquer. Les guerres balkaniques firent que les élèves grecs ne furent plus envoyés pour leurs études au Lycée de Marseille. Ainsi, avec la baisse importante des effectifs, le maintien de cet enseignement ne se justifiait plus.

D’un autre côté, comme nous l’avions indiqué auparavant, au début du XXe siècle plusieurs membres des “grandes familles” avaient déjà quitté Marseille. Des changements dans le commerce mondial les avaient obligés à modifier leurs activités professionnelles et à se concentrer plutôt sur l’investissement ou l’industrie. Ces hommes d’affaires et banquiers choisirent d’autres centres plus importants du monde capitaliste comme lieu de résidence et d’activité.[136] Les descendants des “grandes familles” grecques restées à Marseille s’intégrèrent progressivement à la société française et leur intérêt pour l’apprentissage du grec moderne diminua. Néanmoins leurs enfants continuèrent leurs études au sein du Lycée et furent souvent cités aux distributions des prix.

D’autre part, les procès-verbaux des délibérations des assemblées annuelles du Conseil de l’église orthodoxe de Marseille, Conseil constitué exclusivement par des membres des “grandes familles“, continuèrent à être rédigés entièrement en grec moderne. Nous avons ainsi la preuve que l’apprentissage de leur langue maternelle se poursuivait dans ces familles-là, mais devait se faire dans la sphère privée.[137]

Après la Première Guerre mondiale et surtout après 1923, l’afflux massif de réfugiés et d’immigrés grecs, changea à jamais la composition de la colonie grecque de Marseille. Progressivement, cette nouvelle société hellénique hétérogène chercha d’autres moyens de sauvegarder sa langue maternelle, avec notamment la création d’une “école grecque” dans le cadre associatif.

Le temps où la puissante colonie de Marseille désignait les professeurs de grec moderne au sein du Lycée était révolu.

 

  1. Conclusion

Autant lors des premiers pas de la communauté grecque de Marseille que lors de l’essor de sa puissante colonie commerciale, le Collège Royal (Lycée Impérial ou Grand Lycée de Marseille) permit à ses élèves grecs de profiter de l’enseignement de leur langue maternelle dans le cadre de leur cursus officiel d’études françaises. Il donnait également à ses élèves français la possibilité de découvrir cette langue rare. Pendant la période de son enseignement au Lycée, cette langue était entourée d’une aura de respectabilité grâce à son utilisation dans le négoce international et bénéficiait d’une sorte d’honorabilité grâce à sa connexion avec le grec ancien. D’autre part, en incluant le grec moderne parmi les langues vivantes offertes, le Lycée permit à d’importantes personnalités du monde intellectuel grec et philhellène d’obtenir le privilège d’enseigner au sein de cet établissement prestigieux. En retraçant la vie et l’œuvre des personnes qui œuvrèrent à transmettre la langue grecque au sein du Lycée, nous constatons que l’intégration culturelle et le prestige social des Grecs de Marseille furent indissociables de la scolarité de leurs enfants dans cet établissement.

Ioanna MOUSIKOUDIS – HATTERER
professeur de lettres et docteur en études néo-helléniques,
 chercheuse associée au sein de TELEMME (AMU-CNRS).

 

BIBLIOGRAPHIE :

  1. Archives

ADBR : Archives Départementales des Bouches du Rhône

AMM : Archives Municipales de Marseille

ACCIMP : Archives de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille -Provence

AEOM : Archives de l’Église Orthodoxe de Marseille

Presse locale : Le Sémaphore de Marseille, Le Petit Marseillais, Le Petit Provençal

 

  1. Littérature secondaire

Argenti, Philipe, Libro d’oro de la noblesse de Chio, II vol. London : Oxford University press, 1955.

Blancard, Jules, Le grec moderne enseigné à l’aide de la grammaire grecque de Burnouf, Marseille : Camoin, Libraire du Lycée Impérial, Rue Cannebière 1, 1868.

Blancard, Jules, Cours professé à la faculté des lettres de Marseille (du 1er septembre 1879 au 1er janvier 1880). Paris : Imprimerie Jules le Clere, 1880.

Calapodis, Michel, La communauté grecque à Marseille : Genèse d’un paradigme identitaire (1793 – 1914). Paris : L’Harmattan, 2010.

Calapodis, Michel, Grecs à Marseille : Minorité Ethnique Ou Nation en Diaspora ? Paris : L’Harmattan, 2012.

Chassiotis Ioannis, Katsiardi-Hering Olga et Ambatzi Evridiki (dir.), Οι Έλληνες στη Διασπορά 15-21ος αι. Athènes : Parlement grec, 2006.

Delmas, Jacques, Histoire du lycée de Marseille : livre d’or. Marseille : Imprimerie Marseillaise, 1898.

Echinard, Pierre, Grecs et philhellènes à Marseille de la Révolution française à l’indépendance de la Grèce, Marseille, Institut historique de Provence, 1973.

Εchinard, Pierre, Orsoni, Sylvie & Dragoni, Marc, Le Lycée Thiers, 200 ans d’histoire. Aix-en-Provence : Edisud, 2004.

Grenet, Mathieu, “La Fabrique Communautaire. Les Grecs à Venise, Livourne et Marseille, v.1770-v.1830”, PhD diss., Institut Universitaire Européen de Florence, 2010.

Masson, Paul, “Les Bouches-du-Rhône”. Encyclopédie départementale, Vol VI, La vie intellectuelle/ instruction publique Marseille : ADBR 2, rue Sylvabelle, 1914.

Maufroy, Sandrine (éd.), “Philhellénismes et transferts culturels dans l’Europe du XIXe siècle-Correspondances philhellènes”. Revue Germanique Internationale 1-2 (2005) . https://doi.org/10.4000/rgi.90

Paris, Erato, Marseille et Hellénisme (XIXe et début du XXe siècle), Athènes : Éditions de l’Académie d’Athènes, 2010.

Sturdza, Dimitri Mihail, Grandes Familles de Grèce, d’Albanie et de Constantinople. Dictionnaire historique et généalogique, Paris : Chez l’auteur, 1983.

Vergotis, Marinos D., “Προσλαλιά στο Τα κατά την ανακομιδήν των οστών Αδαμαντίου Κοραή από Παρισίων εις Αθήνας τη ογδόη Απριλίου του έτους 1877” 1877.

Vlasto, Stephanos A., Σύμμικτα, Alexandrie : τύποις Ι. Κ. Λαγουδάκη, 1904.

NOTES

[1] [Pour les sigles des archives, on se reportera à la bibliographie.] Pour l’installation de la colonie grecque à Marseille voir : ACCIMP cote M3110, Pierre Leris, La Colonie grecque à Marseille 20/8/1913, Pierre Echinard, Grecs et philhellènes à Marseille de la Révolution française à l’indépendance de la Grèce (Marseille, Institut historique de Provence, 1973), p. 86 -88, Erato Paris Marseille et Hellénisme (XIXe et début du XXe siècle), (Éditions de l’Académie d’Athènes, Athènes 2010), p. 57 – 61 Michel Calapodis, La Communauté grecque à Marseille : Genèse d’un paradigme identitaire (1793 – 1914) (L’Harmattan, Paris 2010) p. 90 et Mathieu Grenet. “La Fabrique Communautaire. Les Grecs à Venise, Livourne et Marseille, v.1770-v.1830”, (PhD diss., Institut Universitaire Européen de Florence, 2010) p. 88 et 218. Les premières familles Chiotes à s’installer à Marseille furent les familles Prassacachi, Ralli, Argénti, Schilizzi, et Zizinia, suivis par des familles des Rodocannachi, Méla, Scaramanga, Petrocochinno, Sévastopoulo, Vlasto, Sechiari, pour en indiquer les plus importantes.

[2] AEOM Procès-verbaux des assemblées 1820-1917 – Délibération du 29 octobre 1820.

[3] Pour la fondation de l’église orthodoxe de Marseille voir : Echinard, P. Grecs et philhellènes à Marseille, p. 280-284 ; Michel Calapodis, Les Grecs à Marseille : Minorité Ethnique Ou Nation en Diaspora ? (L’Harmattan, Paris 2012) p. 253 ; Calapodis, la Communauté…, p. 143 -147 ; Grenet, La fabrique Communautaire, p. 277.

[4] Pour la démission et le départ de l’Archimandrite Arsenios, voir Grenet, La Fabrique, p. 346 -350 et 447.

[5] Concernant la vie et le parcours de Kreatsoulis, voir : Calapodis, La communauté grecque … op. cit. p.144 et 150 et Grenet, La fabrique Communautaire, p. 158. Pour les cours à l’église : Grenet, La fabrique Communautaire, p. 300 et Calapodis, La Communauté…, p. 144 et 150.

[6]Μας χρειάζεται δια την εκκλησίαν μας ένας εφημέριος όστις να είναι ικανός, όχι μόνον να επιτελή -εν ευταξία πανθ’όσα αναφέρονται εις τα του ιερέως και πνευματικού πατρός επάγγελμα, αλλα΄να εκπληρή και το έργον του Διδασκάλου διδάσκων δηλ. την αρχαίαν ελληνική διάλεκτον και άλλα εγκύκλια μαθήματα τα τέκνα των όσων από τους ομογενείς θελήσωσι να του εμπιστευθώσι την μάθησιν των παίδων των” AEOM Procès-verbaux des assemblées 1820-1917 – délibération de 15 novembre 1825.

[7] Echinard, Grecs et Philhellènes à Marseille p. 277.

[8] Napoléon choisit un mot d’origine grecque, le nom “Lycée” provenant du nom donné à l’école philosophique d’Aristote, adjacente au temple d’Apollon Lykeios et au bois sacré du même nom.

[9] Le Lycée fonctionne toujours au même endroit jusqu’à aujourd’hui.

[10] Pierre Εchinard, Sylvie Orsoni & Marc Dragoni, Le Lycée Thiers, 200 ans d’histoire (Aix-en-Provence, Edisud 2004) p. 94.

[11] École fondée par un ancien professeur de mathématiques élémentaires au Collège Royal qui proposait dès 1821 des cours du commerce, d’industrie et des langues vivantes. Déjà en 1827, certains enfants grecs y suivaient des cours. Echinard, Grecs et Philhellènes à Marseille, p. 277 et Echinard, Orsoni et Dragoni, Le Lycée Thiers, p. 37.

[12] Le Sémaphore de Marseille du 16 octobre 1836.

[13] Delmas, L’histoire du Lycée, p. 45 et AMM Article 33R 3 Lycée Thiers I.

[14] La durée de cette formation s’étendait à trois ans en 1835 et à quatre en 1838. Echinard, Orsoni, Dragoni, Le Lycée Thiers, p. 41

[15] Delmas, L’histoire du Lycée, p. 45 – 46.

[16] Voir infra note n° 30.

[17] Par exemple : en 1879, les descendants d’Auguste Rallis créèrent pour le Lycée de Marseille un prix portant le même nom, qui consista en une médaille d’argent et une somme de 1000 francs pour l’élève qui excelle en mathématiques. Dans les années 1880 la famille Rodocanachi a offert une partie de ses propriétés pour construire de nouveaux locaux pour le lycée, projet par contre qui fut finalement abandonné. Etienne Zarfiropulo légua dans son testament 40 000 francs au Lycée de Marseille. Delmas, Histoire du Lycée, p. 102 et p. 135, AMM Article 33R 3 Lycée Thiers,

[18] ADBR : Archives Lycée Thiers 1T 2179 et B.I.P no 123/1866 p. 623. Voir aussi infra : Vafiadis et Blancard.

[19] Les distributions solennelles des prix lors desquelles l’on récompensait les meilleurs élèves de l’année assuraient le prestige des établissements scolaires et constituaient des manifestations sociales importantes. Dès 1805, tout le long du XIXe siècle et jusqu’aux milieux du XXe les distributions solennelles des prix du Lycée rassemblaient, outre les parents des élèves récompensés, plusieurs personnalités du monde éducatif, politique, économique et social marseillais, y compris de nombreux membres de la haute bourgeoisie hellénique. Cf. Delmas, L’histoire du Lycée, p. 88-91 et Echinard, Orsoni & Dragoni, Le Lycée Thiers (2004), p. 16-17.

[20] “L’atmosphère dans laquelle vous vivez, jeunes élèves, est d’ailleurs des plus favorables à l’étude du grec : nul lycée n’est placé, sous ce rapport, dans d’aussi bonnes conditions, à un tel point que, si le grec venait à disparaître des programmes, il y aurait nécessité de le maintenir à Marseille. Combien en effet, de ceux qui m’écoutent, de ceux dont les noms vont être proclamés, sont enfants de la Grèce moderne ! Pour eux, qu’est-il besoin d’encouragement et de paroles ? Le grec est leur langue, lien commun qui les unit à la patrie absente ; qu’ils en retrouvent le culte parmi nous ; qu’instruits avec vous, enfants de Marseille, et assis sur les mêmes bancs, ils contribuent à mieux goûter le génie grec, à nous y attacher de plus en plus. Nous leur apprendrons, de notre côté, à aimer notre littérature, à admirer nos écrivains, à confondre dans un même amour la patrie véritable et la patrie de l’adoption, la Grèce et la France. ADBR GAMMA 2341 Distribution solennelle faite aux élèves le 6 août 1868, p. 14-16. cf. Paris É. Marseille et Hellénisme p. 306.

[21] Le Sémaphore de Marseille du 2 mai 1880, Chronique Locale.

[22] Le nom de Vafiadis est transcrit par les Français de deux façons différentes : Sur son acte de décès français son nom est transcrit comme “Bafiadi”. Dans les registres du Collège Royal son nom est écrit “Baphiadis”. Nous rencontrons ici le même problème de la transcription des noms grecs en français, problème qui subsiste toujours d’ailleurs.

[23] Masson Paul, Les Bouches-du-Rhône, Encyclopédie départementale, ADBR 2, rue Sylvabelle, 1914 Vol VI, La vie intellectuelle/ instruction publique, p. 66 cf. : Echinard, Orsoni and Dragoni, Le Lycée Thiers, p. 35.

[24] Les frères Théodore et Nicolas Prassacachi étaient parmi les premiers Grecs orthodoxes à s’installer à Marseille et parmi les personnes présentes à la toute première réunion qui avait comme but la fondation d’une église orthodoxe à Marseille le 29 octobre 1820. Théodore Prassacachi (1794-1829) avait suivi le prince Alexandre Mavrocordato à Missolonghi. Il était établi à Marseille jusqu’en 1829 avant de partir pour Malte où il mourut à la suite d’une fièvre contractée pendant le siège de Missolonghi. Son frère Nicolas (1789 – 1869), était un homme instruit, ami de Adamantios Coray et collaborateur de Capodistrias. Élu maire de Syra, il fut décoré par le roi Othon pour ses services pendant la guerre de l’Indépendance. Sur la lettre figure le nom de leur frère Jean (1800-1885), docteur en médecine, qui séjournait à Marseille en 1827. Philipe P. Argenti, Libro d’oro de la noblesse de Chio, II vol. (London, Oxford University press, 1955) vol I p. 100 et vol II p. 137 ; Echinard, Grecs et philhellènes p. 88 – 89 ; Calapodis, La Communauté…, p. 91.

[25] Archives Capodistria / Corfou Dossier 431/4 : Κατάλογος Ελλήνων εξωτερικού : ” Νικόλαος Βαφειάδης, Χίος, ετών 26, διδάσκαλος της ελληνικής και γαλλικής διαλέκτου”.

[26] Archives Capodistria / Corfou Dossier 431/4 : Κατάλογος Ελλήνων εξωτερικού.

[27] Archives Capodistria / Corfou Dossier 431/4 : Κατάλογος Ελλήνων εξωτερικού.

[28] ADBR : Archives Lycée Thiers 1T 2179/personnel : “Baphiadis : Maître de Grec-Moderne de 1835 (inclut) à 1843 (inclut) (sic) “.

[29] Le Sémaphore de Marseille du 31 août 1844 et du 22 août 1845.

[30] ADBR 8J 693, “Histoire du Lycée de Marseille sous le Second Empire”, Mémoire de maîtrise d’Histoire Contemporaine présenté par Françoise Valéry, Université de Provence, 1974 (sans numéro de page).

[31] ADBR/État Civil acte de décès N° 331 -2/4 /1946.

[32] Dans Echinard, Orsoni & Dragoni, Le Lycée Thiers, p. 217, il est marqué que Vafiadis enseigna au Collège jusqu’à l’année scolaire 1846-1847, chose qui n’est pas possible, puisque Vafiadis est mort le 2 avril 1846.

[33]Νικόλαος Βαφειάδης Χίος, διδάξας την ελληνικήν γλώσσαν εν Μασσαλίαν έτη 24 έως εις τον θάνατόν του συμβάντα 20 Μαρτίου 1846” ; AEOM, Βίβλος Βαπτίσεων, Γάμων, Κηδειών, entrée N° 53 p. 5. Son décès fut rapporté le 2 avril (différence des calendriers julien et grégorien). Voir : ADBR État Civil, Décès 1846 – Registre 2/ du 2 avril 1846 N° décès 331.

[34] Etienne Sechiari était le fils de Paraskéva Sechiari et de Argyro Ralli. Né à Chio le 22/9/1806 et mort à Marseille en 1876 était marié avec Sevasti Rodocanachi. Pour les Sechiari voir : Argenti Libro d’oro vol.II p. 243-244 et Mihail Dimitri Sturdza, Dictionnaire Historique et Généalogique des Grandes Familles de Grèce, d’Albanie et de Constantinople (Chez l’auteur, Paris 1983) p. 124.

[35] ADBR, Archives Lycée Thiers GAMMA 2332, 2338 et 2340 Distributions solennelles des prix 1825 -1864.

[36] ADBR 8J 693, Valéry Françoise “Histoire du Lycée…” (introduction – sans n° de page).

[37] Bulletin Instruction Publique No 123 1866 p. 623, Enseignement du grec moderne dans les lycées.

[38] Jules Blancard à Charles-Benoît Hase Smyrne, 28 août 1843, Revue Germanique Internationale 1-2/2005, Philhellénismes et transferts culturels dans l’Europe du XIXe siècle, “Correspondances philhellènes“. Textes édités par Sandrine Maufroy,  (https://doi.org/10.4000/rgi.90). Voir aussi note 30. Pour la vie et l’œuvre de Blancard, voir aussi Paris, Marseille et Hellénisme, p. 308-321.

[39] ADBR 1T 2179, Archives Lycée Thiers, “Personnel”.

[40] ADBR 1T 1124, “Académie d’Aix/ Lycées et Collèges / Personnel / Notes confidentielles 1870 – 1872“.

[41] Jules Blancard, Le grec moderne enseigné à l’aide de la grammaire grecque de Burnouf (Camoin, Libraire du Lycée Impérial, Rue Cannebière 1, Marseille 1868) préface p. 3-4

[42] Émile Burnouf (1821 – 1907), philologue, archéologue et helléniste français. Il fut membre et directeur honoraire de l’École française d’Athènes. Il fut aussi membre de l’Association pour l’Encouragement des Études Grecques comme Blancard et comme de nombreux membres de la colonie hellénique de Marseille.

[43]Travail sans importance que nous osons […] livrer à la publicité, heureux si nous pouvons être de quelque utilité à ceux qui voudront étudier cette langue. » (Blancard, Le grec moderne enseigné p. 4).

[44]Après, je voulois rentrer en France et consacrer ma vie entière au professorat, vie de dévouement et de peu d’avenir, si vous voulez, mais qui ne manque pas d’attraits pour moi : la vie paisible et retirée du savant seroit celle que je préfèrerois à toutes ; il y a trop de passion chez les vivants, et les morts ne disputent jamais avec l’antiquaire.Jules Blancard à Charles-Benoît Hase Smyrne, 14 mars 1844E : Revue Germanique Internationale 1-2/2005 Philhellénismes et transferts culturels dans l’Europe du XIXe siècle, “Correspondances philhellènes“. Textes édités par Sandrine Maufroy. https://doi.org/10.4000/rgi.90.

[45] ADBR 1T 1124, Académie d’Aix/ Lycées et Collèges / Personnel / Notes confidentielles 1870 – 1872.

[46] Le nom du Recteur n’apparaît pas dans les registres. Pendant la nomination de Jules Blancard au sein du Lycée Impérial, le Recteur de l’Académie d’Aix était M. Vieille. Delmas, L’histoire du Lycée, p. 92 et ABDR GAMMA 2341, Archives Lycée Thiers/ distribution prix 1866-1872.

[47] ADBR 1T 1124, Académie d’Aix/ Lycées et Collèges / Personnel / Notes confidentielles 1870 – 1872.

[48] ABDR, Archives Lycée Thiers 1 T 2179 Personnel.

[49] Bulletin Administratif de l’Instruction Publique : Personnel de l’École des langues orientales/ [mesure de nomination, promotion, retraite] Année 1872 / 15-294 / p. 769 (https://www.persee.fr/doc/baip_1254-0714_1878_num_21_436_58228).

[50] Bulletin Administratif de l’Instruction Publique, tome 21 n°436, 1878. p. 943 (https://www.persee.fr/doc/baip_1254-0714_1878_num_21_436_58228).

[51] Paris, Marseille et Hellénisme, p. 138.

[52]S’il est en France une ville désignée d’avance pour l’enseignement du grec moderne, cette ville certes est Marseille. […] Deux administrations, sous deux gouvernements d’origine diverse, s’en sont occupées : (de la création de la chaire de grec moderne) l’une, celle de l’empire, a fondé au Lycée une chaire de grec moderne, que nous avons occupée pendant cinq ans ; elle existe encore et prospère sans doute. L’autre, celle du gouvernement actuel, a fondé à la Faculté, sur un plus vaste théâtre, cette autre chaire, autour de laquelle vous êtes réunis. Cette seconde institution réussira-t-elle ? Messieurs, je ferai tous mes efforts pour en assurer le succès, et, si votre bienveillance m’accompagne, j’espère y parvenir.” Jules Blancard, Cours professé à la faculté des lettres de Marseille (du 1er septembre 1879 au 1er janvier 1880). (Imprimerie Jules le Clere Paris 1880) p. 1.

[53] Voir à titre indicatif : Les Colleti, Montpellier 1885 ; Alexandre Mavrogordato, Montpellier 1886 ; Les Métaxas, Montpellier 1885 ; La Famille Mélas, Une page d’histoire grecque contemporaine 1882.

[54] Voir la critique de la traduction de “Mnimosina” de A. Valaoritis dans Le Sémaphore de Marseille du 30 mai 1883.

[55] Théodore Blancard Notice sur la vie et les travaux de M. Jules Blancard : Mesnil-sur-l’Estrée (Eure) impr. de Firmin-Didot, 1891.

[56] Le Sémaphore de Marseille, 25/12/1891.

[57] AEOM, Βίβλος Βαπτίσεων Γάμων Κηδειών. Décès N° 2 /1881p. 67.

[58] ABDR, Archives du Lycée Thiers 1T 2179 personnel.

[59] ADBR 4M737, Syllogue Hellénique. Nous rencontrons la même difficulté pour la transcription en français du nom de Gryparis comme celui de Vafiadis. Son nom est transcrit “S. Gripari” dans les registres du Syllogue hellénique.

[60] AEOM Procès-verbaux des assemblées 1820 -1917 – Règlement du 1855 et signatures mises en différentes dates p. 143 et assemblée du 7/19 mars 1880 p. 237. Signatures de Gryparis et Vergotis datées du 24 janvier 1879 et du 19 mars 1880.

[61] ABDR, Archives du Lycée Thiers, 1T 2179 personnel.

[62]Σπυρίδων Ν. Γρυπάρης εκ Κυθήρων ετών 42, καθηγητής της Ελλην. Γλώσσης εις το ενταύθα Γαλλικόν Λύκειον (Sp. Gryparis originaire de Cythère, 42 ans, professeur de la langue grecque au Lycée français“. AEOM, Βίβλος Βαπτίσεων Γάμων Κηδειών. Décès N° 2 /1881p. 67 et aussi ADBR, état civil, acte de décès N° 529/1881(vol. 2). Sur l’acte de décès français il est marqué qu’il avait 44 ans.

[63] Etienne Vlasto (Smyrne 1831 – Alexandrie 1905), né à Smyrne, publia plusieurs essais en grec et en français. Il était membre actif de la communauté grecque de Marseille. Il était élève comme son frère Alexandre (né à Trieste en 1833) au Collège Royale et reçut plusieurs prix lors la distribution solennelle des prix en 1846. Voir ABDR Archives Lycée Thiers GAMMA 2338, aussi Le Sémaphore de Marseille 28/08/1846. Pour les Vlasto, voir : Argenti Libro d’oro vol. I p. 29 et vol. II p. 243-244 Argenti dit qu’Etienne était né à Odessa, mais dans les archives du Lycée est marqué : Vlasto Étienne de Smyrne. Voir aussi M.D. Sturdza Dictionnaire Historique p. 447.

[64] Stephanos A. Vlasto Σύμμικτα (Εν Αλεξανδρία τύποις Ι. Κ. Λαγουδάκη 1904) p. 28-30. Le discours funèbre de Vlasto pour Gryparis étant prononcé en grec ne fut pas publié dans Le Sémaphore de Marseille.

[65] Le Sémaphore de Marseille, 9 février 1881, Nécrologie, Le Petit Provençal, 9 février 1881, Chronique Locale.

[66] Le Sémaphore de Marseille, 9 février 1881, Nécrologie.

[67] Le Sémaphore de Marseille, 9 février 1881 Nécrologie : « Hier matin, ont eu lieu les obsèques de M. Spiridon Grypari, professeur de grec moderne au lycée de Marseille. Nombre d’amis, de compatriotes et de collègues ont rendu les derniers devoirs à ce maître sympathique et distingué qui a succombé en pleine jeunesse. On remarquait dans le cortège, le doyen et les professeurs de la Faculté des sciences, le directeur de l’école de médecine, le proviseur, le personnel enseignant du lycée, les élèves de M. Grypari et un grand nombre d’autres élèves ainsi que la plupart des membres de la colonie grecque.

Sur la tombe, M. E. Vlasto, ami du défunt, a prononcé un discours touchant en langue grecque, et M. Vessiot, inspecteur d’académie, a rendu un éloquent hommage aux vertus de M. Grypari, hommage que nous nous empressons de publier en nous y associant de tout cœur :

            Messieurs, Vous venez d’entendre louer dignement les qualités touchantes, et je puis bien le dire sans exagération, les vertus aimables de l’homme excellent que nous avons perdu. Permettez-moi d’ajouter quelques mots, au nom de notre grand lycée, qu’il a honoré par son caractère et servi par son talent. Voué de bonne heure à l’enseignement, M. Gryparis y apportait non seulement un goût naturel, un esprit cultivé, une connaissance approfondie des langues qu’il enseignait, mais aussi, mais surtout, ce désir d’être utile, cette douceur persuasive, cette exquise bonté qui, de ce maître sympathique, faisait pour ses élèves un véritable père. Consciencieux jusqu’au scrupule, prodigue de lui-même et de sa pauvre santé, désintéressé jusqu’au sacrifice, on peut bien dire de lui qu’il a maintes fois donné ses leçons, sans autre prix que le noble plaisir d’avoir été généreux, quand tout lui défendait de l’être. C’était un collègue bienveillant, affectueux, modeste. Pour l’aimer, il suffisait de le connaître : et pour le connaître, il ne fallait pas bien du temps : un moment d’entretien, et l’on avait senti la bonté de son cœur, la droiture de son esprit et l’on était gagné. (C’est ainsi qu’il en a été pour moi, et depuis lors mon affection n’a cessé de croître avec mon estime.) Il alliait les meilleures qualités du caractère hellénique à la chaleur expansive et à la loyauté du caractère français ; aussi trouvait-on dans son cœur ces deux sentiments unis, dévouement à la Grèce, attachement à la France. De tels hommes font sentir la parenté intellectuelle et morale qui relie deux peuples, car l’un et l’autre se retrouvent en eux tout entiers. À tous ces titres, messieurs, notre douleur se confond avec la vôtre ; nous pleurons avec vous un professeur émérite, un excellent collègue et un Grec vraiment français. Qu’il reçoive ici le tribut sincère de nos regrets unanimes ! » Seul le discours français de l’inspecteur fut publié dans le journal ; cf. Paris, Marseille et l’Hellénisme, p. 137- 138.

[68] Le nom de Marinos Vergotis, comme les noms de ses prédécesseurs, présente différentes versions en ce qui concerne sa transcription en français : Il est marqué “Vergotty” dans le document de sa nomination, mais aussi de 1874 à 1881 dans l’Indicateur Marseillais (Guide du Commerce et Annuaire du département des Bouches-du-Rhône de 1852 à 1980. Numérisé jusqu’en 1914 sur gallica.bnf.fr, consultable aux Archives Municipales de Marseille pour les années suivantes.) : “Vergotty M. professeur de grec, Boulevard du Nord 10 ou Boulevard Dugommier 27“. Au Syllogue Hellénique son nom fut écrit de deux façons différentes : “M. Vergoti” lors la demande initiale d’autorisation pour la création du Syllogue auprès du Préfet des Bouches-du-Rhône et “M. Vergotty” deux années plus tard lors la demande de changement du siège du Syllogue : ADBR 4M737 Dans la presse marseillaise son nom est écrit : “Vergotti” : Le Sémaphore de Marseille 23 septembre 1877 et 13 octobre 1881 (annonce de sa mort).

[69] Bulletin Administratif de l’Instruction publique, tome 24 n°465, 1881. p. 5.

[70] Vlasto, Σύμμικτα p. 31-35. Ce discours fut composé à Marseille le 17 octobre 1881 (voir note sur la publication), mais il ne fut publié dans le journal Sémaphore de Marseille que deux mois après, le 13 décembre 1881, sous la rubrique Nécrologie, signé avec un simple V. de la part de Vlasto. Aucune manifestation ne fut organisée à Marseille pour le décès de Vergotis, survenu à Santorin où eurent lieu ses obsèques. Une annonce de son décès fut publié dans Le Sémaphore de Marseille le 13 octobre 1881 ; cf. E. Paris, Marseille et Hellénisme, op.cit. p. 230.

[71] L’École Sainte de Théologie de Halki (Ιερά Θεολογική Σχολή της Χάλκης), fut inaugurée le 23 septembre 1844 par le Patriarche Germanos IV, sur l’île de Halki dans la mer de Marmara. Elle lia inextricablement son nom à la formation théologique des prêtres orthodoxes. Avant sa fermeture par les autorités turques en 1971, elle était l’école principale de théologie du Patriarcat œcuménique de Constantinople.

[72] Vlasto, Σύμμικτα, p. 32.

[73] Vegotis prononçait souvent des discours lors de la commémoration de l’Indépendance grecque ou à d’autres moments importants, comme le discours qu’il prononça à l’occasion de la mort de C. Canaris au sein du Syllogue. Voir aussi Le Sémaphore de Marseille 23 septembre 1877.

[74] Vlasto, Σύμμικτα, p. 34.

[75] 1) Δοκίμιον περί διδασκαλίας της ελληνικής γλώσσης (Essai sur l’enseignement de la langue grecque) Εν Αθήναις εκ του τυπογραφείου Σ. Κ. Βλαστού 1873 2) Ιστορικαί μελέται περί αγωγής και παιδείας (Études historiques sur l’instruction et l’éducation) υπό Μαρίνου Δ. Βεργωτή. Εν Αθήναις εκ του τυπογραφείου Σ. Κ. Βλαστού 1877 3) Λόγοι πανηγυρικοί κατά διαφόρους εθνικάς τελετάς (Discours solennels prononcés lors des fêtes nationales).

[76] Le Sémaphore de Marseille 13 octobre 1881.

[77] Pour le Comité Coray voir aussi : Paris, Marseille et Hellénisme, p. 223-224.

[78] Η εν Μασσαλία κεντρική επιτροπή « Υπέρ της μετακομιδής των λειψάνων του Αδαμαντίου Κοραή εν Αθήναις, της ανιδρύσεως μαυσωλείου και ανεγέρσεως αδριάντος της εν Παρισίοις ανιδρύσεως κενοταφίου και της μετατυπώσεως των συγγραμμάτων αυτού όπως διανεμηθώσι δωρεάν εις τα σχολεία της Ελλάδος απάσης ».

[79] Pour le discours de Vergotis : Βεργωτής Δ. Μ. (1877), Προσλαλιά στο Τα κατά την ανακομιδήν των οστών Αδαμαντίου Κοραή από Παρισίων εις Αθήνας τη ογδόη Απριλίου του έτους 1877 p. 9.

[80] Pour une description détaillée de la cérémonie, voir : Esprit National (Εθνικόν Πνεύμα) Année I. N° 667 du 8/4/1877.

[81] « Une très imposante cérémonie a eu lieu à Athènes il y a quelques jours. Les restes mortels de Coray, le célèbre helléniste, qui mourut à Paris en 1833, ont été ramenés à Athènes et déposés d’abord dans la petite église byzantine auprès de la Cathédrale. […] M. Vergotti, qui les avait accompagnés de Paris à Athènes, a prononcé une oraison funèbre et le cortège s’est mis en marche ». Journal La presse, dimanche 6 mai 1877. En fait, il n’y avait pas que « quelques jours », mais un mois était déjà passé depuis la cérémonie organisée à Athènes.

[82] Vlasto dans son discours marqua comme date de la mort de Vergotis le 4 octobre. Néanmoins, dans les registres de la paroisse de l’église de St. Théodosia (Ενορία Αγίας Θεοδοσίας) au village de Pyrgos (Castelli) de Santorin où il y existe encore aujourd’hui, l’entrée de la mort de Vergotis, la date du décès est le 26 septembre 1881. Voir les registres de ladite paroisse, Βιβλίον των αποβιώσεων (sic) της ενορίας της Αγίας Θεοδοσίας.

[83] Vlasto Σύμμικτα, p. 31.

[84] Sémaphore de Marseille, 13 octobre 1881.

[85] Voir : 1) La Revue des Études Grecques, 1882, p. lviii, le discours de H. Weil  2) Παρνασσός, Σύγγραμμα περιοδικόν, κατά μήνα εκδιδόμενον. Τόμος Ε΄ 1881. Εν Αθήναις εκ του τυπογραφείου Παρνασσού, p. 826.

[86] ABDR, Archives Lycée Thiers 1T 2179, personnel.

[87] Son nom transcrit en français Eustathiade présente moins de difficultés par rapport aux noms de ses prédécesseurs.

[88] ABDR 1T558, Archives Inspection Académique.

[89] Le Sémaphore de Marseille, 13 novembre 1881 et Le petit Provençal de la même date qui annonce l’événement sans beaucoup d’émotion : “M. Eustathiadès est chargé du cours d’enseignement grec moderne au Lycée, en remplacement de M. Vergotty, décédé“.

[90] ACCIMP MJ 8320/02, École Supérieure de Commerce, Notice sur le fonctionnement de l’École, 1872-1900 p. 66. Voir aussi Indicateur Marseillais, 1876 p. 423, 1877 p. 424, 1878 p. 424, 1879 p. 430 1880 p. 434, 1881 p. 439 Eustathiade.

[91] L’Institut Russel, fondé et administré par un professeur d’anglais portant le même nom, fonctionnait au Cours Julien à Marseille. Voir à titre indicatif pour l’enseignement du grec moderne : Le Petit Marseillais, 28 septembre 1876 du 1 octobre 1878 et du 17 octobre 1879 ; Le Sémaphore de Marseille, 5 octobre 1878.

[92] ADBR 1T558 Archives Inspection Académique.

[93] Ibidem.

[94] Grammaire élémentaire du grec moderne, par S. Eustathiade. Édition Maisonneuve, Paris 1874, 116 p. (BnF 1874 – Documents publiés en 1874) https://data.bnf.fr/fr/date/1874/publications/page54 et Catalogue de Publications relatives aux études grecques (1875-1876). Annuaire De L’Association Pour L’encouragement Des études Grecques En France, 10, 285-320 p.305. Récupéré le 11 octobre 2020 de http://www.jstor.org/stable/44253389

[95] Le Sémaphore de Marseille, 24 septembre 1879.

[96] Ibidem.

[97] Ibidem.

[98] Le Sémaphore de Marseille, 13 novembre 1881.

[99] ADBR 1T558, Archives Inspection Académique.

[100] Ibidem.

[101] Ibidem.

[102] Le but de cette Société était “La propagation de la Comptabilité et des langues étrangères“. Le grec moderne y était enseigné pendant plusieurs années. Pour l’inauguration des cours de grec moderne au sein de l’Académie, voir : Le Petit Marseillais du 25 novembre 1885. Pour Eustathiades, professeur de grec moderne à l’Académie, voir : Indicateur Marseillais 1885– 1888.

[103] Comme adresse de l’expéditeur, est marqué : “Poste restant de la rue Colbert, Marseille.” Par contre le nom du professeur est absent de l’annuaire de Marseille jusqu’en 1900. Il est à nouveau répertorié : “Eustathiade : Professeur de grec moderne au Lycée et à l’École Supérieure de Commerce“. Cf. : Indicateur Marseillais 1889-1901.

[104] Pierre Laffitte, (1823 – 1903) : philosophe et professeur au Collège de France, disciple de la philosophie positiviste définie par Auguste Comte dont il fut considéré le successeur. Il était directeur du positivisme entre 1857 et 1903.

[105] Lettre Eustathiade à Laffitte 1895/Correspondance entre disciples/Fonds d’Archives, Maison Auguste Comte.

[106] Ibidem.

[107] Ibidem.

[108] Sémaphore de Marseille, 17 avril 1901, rubrique La ville.

[109] Echinard, Orsoni & Dragoni, op. cit., p. 223-224 et Indicateur Marseillais 1902-1908 Instruction Publique.

[110] Le Petit Provençal, 18 septembre 1907 : “Nous apprenons que M. S. Eustatiade qui depuis de longues années est titulaire du cours de Grec moderne au Lycée de Marseille, vient d’être nommé professeur honoraire à l’École de Commerce, où depuis 1874, M. S. Eustathiade était chargé de cet enseignement, mais que des raisons de santé obligent maintenant à quitter“.

[111] AEOM, Βίβλος Βαπτίσεων, Συνοικεσίων, Θανάτων. Décès N° 399/1908 et AMM État Civil acte N° 342 (vol.3) 1908.

[112] Le Petit Provençal du 7 mars 1908.

[113] ADBR, Archives du Lycée Thiers : 1T 2179 personnel et 1T 2180 Tableaux d’enseignants.

[114] ADBR, Archives du Lycée Thiers : 1T 2179 personnel et 1T 2180, Tableaux d’enseignants. Pour l’École de Commerce, voir CCIMP : MJ 8320/02 Notice sur le fonctionnement de l’École Marseille Typographie Barlatier 1900 p. 67 cf. Indicateur Marseillais, années 1888 – 1901.

[115] ADBR Archives du Lycée Thiers : 1T 2179 personnel et 1T 2180 Tableaux d’enseignants.

[116] Le lycée de jeunes filles de Marseille (Aujourd’hui Lycée Montgrand) fut ouvert le 1er octobre 1891 sous la direction de Mlle Lydie Bertrand comme annexe au Lycée des garçons. Delmas, Histoire du Lycée de Marseille p. 46 et Echinard, Orsoni & Dragoni, Le Lycée Thiers, p. 63.

[117] Sa femme Evanthia Sporidi est morte le 24 mai 1927 à Marseille. Sa fille Argyro-Calliopi née à 1889 à Marseille, se maria en 1930 à l’âge de 40 ans. Sa deuxième fille, Marie-Ismini, née en 1897 à Athènes, se maria à l’âge de 23 ans à Marseille. Le couple Triantaphyllis perdit un fils à l’âge de 8 mois en 1893. Voir AEOM : Registres des décès : Evanthia Sporidi N° 1701/1927 p.167, Registre des mariages : Argyro N°1502/1930 p.140 et Marie N° 573/1920 p. 22 et AMM acte de mariage N°144/ 1920(vol13). Le nom de sa fille Maria est écrit Triantaphyllou sur son acte de mariage (comme le nom de son père sur son acte de décès) tandis que sa fille Argyro est écrite Triantaphyllis. Voir aussi ADBR État Civil acte naissance Argyro N°1122/1889 (vol8), acte naissance Jean : N°590/1893 (vol1) décès Jean N°967/1893 (vol 7). Pour les prix reçus par Argyro, voir à titre exemplaire : “Distribution des prix au Lycée des jeunes filles”, Le Petit Marseillais, 28 juillet 1900, 28 juillet 1903 et 1er août 1906.

[118] ADBR 4 M 691, Association des Anciens élèves du Lycée Thiers : L’Association des Anciens Élèves du Lycée fut fondée le 17 octobre 1866, avec divers objectifs sociaux et culturels. Les buts principaux annoncés dans l’article 2 des premiers statuts de l’Association sont : 1. De former un centre de réunion pour les anciens Élèves du Lycée et de publier un Bulletin donnant des nouvelles des membres de l’Association ; 2. De répandre l’Instruction, soit par la création de bourses au Lycée de Marseille et dans les Écoles Spéciales, soit par tout autre moyen dans son pouvoir. Parmi les membres fondateurs de l’Association l’on trouve de nombreux Grecs éminents de Marseille comme Léonidas Argenti, Michel Rodocannachi, Théodore Rodocannachi, Edmond Reggio, Alcibiade Reggio, Georges Zarifi, Périclès Zarifi, Ménandre Zizinia et beaucoup d’autres. Voir aussi : ADBR 4 M 691 et 1452 W 245 -246.

[119] L’Action française 23 mai 1934.

[120] Georges Kuss (1877-1967) : Chirurgien des hôpitaux de Paris, chirurgien militaire durant les deux guerres mondiales, président de l’Académie de médecine. Pour plus d’infos : Fhttps://data.bnf.fr/fr/10618450/-georges_kuss/

[121] Abel Bonnard (1883- 1968) fut un écrivain, homme politique essayiste et poète. Élu à l’Académie française en 1932, il fut exclu en 1944 pour collaboration. Pour plus d’infos : http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/abel-bonnard

[122] L’Action française, 23 mai 1934.

[123] Voir à titre indicatif : Le Petit Provençal du 16 juin 1897 et du 23 juin 1899. Pour la Société Académique de Comptabilité, voir aussi supra note 120.

[124] AEOM : Registres des décès (Βίβλος Βαπτίσεων, Συνοικεσίων, Θανάτων), Décès N° 266/1901 p. 113, et ADBR État Civil /Acte décès N° 705 (vol. 5) 1901.Son nom est transcrit Triantaphyllou sur son acte de décès français.

[125] Le Petit Provençal, 27 février 1901, rubrique État Civil.

[126] Le Petit Marseillais, 8 mars 1901, Avis des messes.

[127] ADBR État civil : acte mariage N° 313/1896 (vol 9) Yzombard Marius ; acte naissance N° 551/1897 (vol 2) Yzombard Joseph ; AMM État Civil : acte naissance N° 1102/1903 (vol. 3) Yzombard Claire ; acte mariage N° 465/1939 (vol. 3) Yzombard Félix.

[128] Le Sémaphore de Marseille, 12 avril 1896, Chronique locale.

[129] Le Petit Provençal, 16 juin 1897, Société Académique de Comptabilité.

[130] Voir Indicateur Marseillais, 1897 p. 141, 1898 p. 121, 1899 p. 121, 1900 p. 126, 1901 p. 132, 1902 p. 133, 1903 p. 136, 1904 p. 80, 1905 p. 100, 1906 p. 104 et 1907 p. 107.

[131] Le Sémaphore de Marseille, 24 octobre 1900, Société Académique de Comptabilité.

[132] Echinard, Orsoni & Dragoni, op. cit., p. 239, ADBR Archives Lycée Thiers : 39 J 238, GAMMA 2347 (Distribution des prix 1908 – 1912) et Indicateur Marseillais 1909 p. 68, 1910 p. 69, 1911 p. 51 et 1912 p. 51. En 1908 Eustathiades apparaît encore comme professeur de grec moderne, mais il s’agit sûrement d’une faute d’imprimerie, puisqu’au moment des distributions des prix en juillet, il était décédé.

[133] ACCIMP MJ 83245 Annuaire de l’Association des Anciens p. 18.

[134] ADBR Archives Lycée Thiers GAMMA 2347 : Ysombard fait partie des professeurs des langues modernes jusqu’en 1912. Il apparaît également en tant que professeur de grec moderne au Lycée dans l’Annuaire de Marseille de 1912. Voir : Indicateur Marseillais 1912.

[135] ADBR Archives Lycée Thiers GAMMA 2347. Distribution des prix 1913 p. 6-7 : Le grec moderne ne figure pas non plus dans la rubrique « Instruction Publique et cours professés au Lycée », de l’Annuaire de Marseille de 1913. Voir : Indicateur Marseillais 1913.

[136] Despina Papadopoulou, “Γαλλία” dans Οι Έλληνες στη Διασπορά, p. 109.

[137] Voir AEOM, Procès-verbaux des assemblées 1917 – 1968.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

L’enseignement du grec en Russie après 1917

▶ L’ HELLÉNISME EN RUSSIE (Λύχνος n° 133, article cinq)


L’ENSEIGNEMENT DU GREC ANCIEN EN RUSSIE APRÈS 1917.

forêt en hiver

 

 AU DEBUT DU XXe SIECLE, seul le latin restait obligatoire dans les gymnases classiques russes, le grec ancien devenant, à l’issue des réformes de l’enseignement classique, optionnel. Les hellénistes russes déploraient cette réduction quantitative de leur enseignement, mais pouvaient se féliciter car leur matière cessait d’être une cible de la critique politisée. Les études classiques prospéraient à l’Université, les maisons d’édition ambitionnaient de publier les traductions d’auteurs grecs et un « très bien » pour le grec était toujours considéré comme « un complément du certificat de fin d’études secondaires digne d’attention particulière »[1]

 

Elimination des « vieilleries »

La réorganisation du système éducatif par les bolchéviques arrivés au pouvoir en 1917-1918 entraîna la suppression pure et simple des langues anciennes dans l’enseignement secondaire. Nadejda Kroupskaïa (1869-1939), épouse de Vladimir Oulianov-Lénine et membre de la Commission d’État à l’Instruction, devint un des principaux concepteurs des programmes scolaires soviétiques. Elle évaluait ainsi l’école russe à la veille de la révolution : « … on oblige les élèves de lycées à tuer des années entières pour apprendre le latin et le grec ; la connaissance de ces langues, dont personne n’a cure, est une condition incontournable pour entrer à l’université ; on crée de cette façon une couche spéciale de privilégié »[2]. De vieilles rancunes contre le grec permettaient à Nadejda Kroupskaïa de défendre corps et âme l’école de type américain, une sorte d’atelier de travail où l’apprentissage serait soumis aux objectifs pratiques et immédiats[3]. En 1925 Kroupskaïa put constater avec satisfaction que les « vieilleries » (хлам) comme le latin et le grec[4] avaient été éliminées de l’enseignement secondaire. Lors de la rédaction de ses mémoires destinées à la jeunesse soviétique, elle se souvenait toujours de son aversion pour le classicisme : « Notre génération désapprouvait les gymnases classiques dans lesquels l’apprentissage était éloigné de la vraie vie. Nous autres, les jeunes, étions pour les gymnases réels. Le gymnase classique incarnait pour nous l’étouffement : les connaissances qui avaient vécu et dont personne n’avait plus besoin étouffaient celles qui étaient neuves et indispensables pour reconstruire la vie. Cela, c’était l’optique du gouvernement tsariste, qui remplaçait les sciences naturelles par les langues classiques »[5]. On déduit de ce passage que le savoir vieillit, qu’on le jette comme un habit usé, que les matières scolaires se font concurrence et que les monarques n’aiment pas les sciences naturelles[6]. À un moment donné la veuve du premier chef de l’État soviétique fut forcée de nuancer son réquisitoire contre les « vieilleries » classiques. C’est que feu son époux, dont les biographies posthumes ressemblaient de plus en plus aux écrits hagiographiques, avait en son temps terminé un gymnase classique et appris le latin et le grec. N. Kroupskaïa règla d’une manière très simple la contradiction : elle attribua au talent personnel de Lénine l’habileté d’avoir mis à profit l’étude des langues mortes.

 

Les dirigeants soviétiques prirent comme modèle l’école américaine

Evidemment, les causes de la suppression du grec dans l’enseignement secondaire ne se réduisent pas aux goûts de l’épouse de Lénine, ni même à des préjugés vieux de cinquante ans.

D’abord, durant au moins une douzaine d’années, entre 1917 et 1930, le gouvernement bolchévique se livra à de nombreuses expérimentations dans le domaine scolaire, redéfinissant plusieurs fois les objectifs, le choix des matières, la pédagogie et jusqu’au fonctionnement même de l’école. Les dirigeants soviétiques prirent comme modèle l’école américaine, avec son caractère unique et polytechnique. Plusieurs disciplines disparurent au profit des travaux manuels et des activités utiles à la communauté. Devenue accessible à un très vaste public populaire, l’école eut besoin de programmes appropriés à cette éducation « de masse » qu’on voulait standardiser. Il existait bel et bien des obstacles matériels pour maintenir un enseignement riche et varié : où en effet aller chercher autant de professeurs de grec, en plus dans un pays ruiné par deux guerres (la première guerre mondiale et la guerre civile de 1918-1921) ? Mais les difficultés matérielles ne suffisent pas à expliquer pourquoi il a fallu attendre la libéralisation du régime, après 1986, pour restaurer l’enseignement classique secondaire (certes, dans de très rares établissements).

 

Restrictions à l’université

Si pour le second degré tout est clair (on y supprime donc rapidement et totalement le grec et le latin), la situation semble plus complexe dans l’enseignement supérieur. La suppression des langues anciennes à l’université ne pouvait pas être expliquée, même partiellement, par l’évolution antérieure, comme c’était le cas du niveau secondaire. Bien au contraire le grec et le latin restaient en 1917 le fondement même des études universitaires.

Premièrement, les facultés et les universités subirent elles aussi de multiples restructurations dans les années 1920 et au début des années 1930. Mais dans la mesure où le nouveau gouvernement, d’une part, démontait tout le système éducatif, et, d’autre part, prétendait reconstruire le monde, il n’épargna pas les valeurs sûres du monde civilisé : langues anciennes, droit, philosophie. Ces trois sciences disparurent pour plusieurs années du paysage scolaire et universitaire soviétique.

Deuxièmement, les deux niveaux du système éducatif — le secondaire et le supérieur — sont interdépendants : si l’école n’a plus besoin de professeurs de grec, la faculté ne les prépare plus, et s’il y a moins de professeurs universitaires, il y a moins de chercheurs, et alors les institutions qui requièrent, d’une manière directe ou indirecte, la compétence en question (le grec ancien dans notre cas) reçoivent moins de spécialistes qualifiés. La réduction de la diffusion universitaire entraîna non seulement la baisse de la maîtrise de la langue grecque, mais aussi une dégradation de la recherche qui affecta la linguistique, la théorie littéraire, l’historiographie, l’histoire de l’art et de la langue, la muséologie, l’archéologie, la sigillographie, l’archivistique etc. L’état de l’édition périodique scientifique en URSS témoigne de cet affaiblissement de la science : pour les études de l’Antiquité, il ne restait que Le Messager de l’Нistoire ancienne (Вестник Древней истории), qui paraissait seulement depuis 1937, et chez les byzantinistes existaient les Chroniques byzantines (Византийский временник) fondées en 1894, qui paraissaient irrégulièrement depuis 1923, s’arrêtèrent en 1928 et reparurent en 1947.

 

Les « Facultés des choses inutiles »

La période entre 1922 et 1934 fut la plus difficile pour le grec ancien à l’Université. Le latin était mieux préservé grâce aux facultés de Médecine. Les facultés de Droit, après leur restauration, contribueront aussi à la diffusion du latin. Liquidées au début des années 1920, ces « Facultés des choses inutiles » [7] réapparurent en 1935 avec la création de l’Académie du droit. De nouvelles chaires de latin ouvrirent après 1945 à destination des spécialistes de langues romanes.

Or dans les années 1920, le grec ancien fut enseigné seulement à l’université de Petrograd-Leningrad. Même là, la chaire de Lettres classiques perdit très vite son indépendance : elle fut intégrée tantôt à la faculté des Sciences sociales, tantôt à celle des langues.

Nous reviendrons à la question des restructurations dans le supérieur. Les Facultés des sciences humaines, qui ont le plus besoin du classicisme, furent les premières à être réorganisées de fond en comble. Avant 1917, les facultés d’Histoire et de Philologie (des lettres classiques) offraient une formation très sérieuse : les futurs historiens y apprenaient le grec et le latin, et les futurs littéraires exploraient l’histoire du monde antique. La séparation de l’histoire et des lettres classiques après 1917 signifiait qu’on pouvait apprendre l’histoire de la Grèce antique sans étudier la langue grecque. En 1919, les deux facultés devenues distinctes (faculté d’Histoire et celle de Philologie, le terme « filologiïa » signifiant désormais « lettres », sans aucune connotation classique) furent intégrées dans celles des Sciences sociales en qualité de simple Départements. Ensuite, cette faculté des Sciences sociales devint, en 1929, faculté de Linguistique et de Culture matérielle. C’est à l’intérieur du Département de littérature de cette unité réformée et rebaptisée plusieurs fois, que put subsister la chaire de langues anciennes.

Solomon Lourié compare les deux époques : « dans les années vingt et au début des années trente il (scil. l’apprentissage du grec dans le supérieur) représentait quelque chose de tout à fait suspect et superflu ; après 1934 il devint accessoire et […] tolérable» [8].  Le stalinisme, de cette façon, restaura, quoique d’une manière incomplète, l’enseignement du grec dans le supérieur. Cela n’a rien d’étrange. Essayons d’en discerner les raisons.

 

Rétablissement du grec dans les années 1930

Au milieu des années 1930, les expérimentations sur l’enseignement supérieur ralentissaient. Dans diverses sphères de la vie, on inclinait de plus en plus pour le retour en arrière. On restaura ainsi un certain nombre de codes sociaux et d’institutions supprimés en 1918: passeports intérieurs, droit conjugal, police, grades scientifique etc. Les bâtisseurs d’un monde nouveau (re)construisaient en réalité une nouvelle monarchie. C’est la première raison du rétablissement du grec : on fait revenir les choses anciennes. En 1934 on rétablit les facultés d’Histoire ; en 1935, on rouvrit l’Académie nationale du Droit. Cette même année on créa le MIFLI : l’Institut de philosophie, de linguistique et d’histoire de Moscou. C’était une sorte de ramification, composées de trois facultés temporairement disparues, de l’université de Moscou. C’est le MIFLI qui proposa, dès 1934, une formation classique professionnelle. Quand, en 1941, le MIFLI sera réintégré dans l’université de Moscou, la chaire de lettres classiques retrouvera sa place au sein de la première université du pays.

Les premiers futurs hellénistes soviétiques inscrits au MIFLI étaient peu nombreux : en 1937, il y avait  quatre étudiants en première année[9] (nous n’avons pas trouvé l’information sur les effectifs de l’année 1934). Leurs professeurs, pour la première fois, avaient en face d’eux des jeunes gens qui n’avaient jamais appris ni le latin, ni le grec à l’école. Avant de commenter les auteurs grecs, comme on le fait à la faculté, ils devaient apprendre à lire, à écrire, à conjuguer les verbes. Pour ce faire, ils utilisaient les manuels de grec qui avaient servi aux élèves de ces gymnases classiques « tsaristes » qu’on honnissait tant. Enfin, ces jeunes ignoraient, ou peu s’en faut, quel métier les attendait. Nous savons maintenant qu’ils pourront enseigner dans le supérieur, faire de la recherche, en particulier celle liée à la Pontide, travailler dans des maisons d’éditions en qualité de traducteurs ou de rédacteurs, s’occuper des collections appropriées dans les dépôts d’archives et dans les musées. Le pays en manquera. Afin d’assurer ce retour discret à l’enseignement du grec à la faculté, le gouvernement invita des professeurs éminents qui avaient fait leurs études universitaires avant 1917, dont Sеrguéï Sobolevski (1862-1963), Nikolaï Kounh (1877-1940), Boris Grakov (1899-1970, archéologue spécialisé dans la civilisation scythe et sarmate), Serguéï Radtsig (1882-1968). Pour la première fois ces professeurs travaillaient avec les débutants. « Ainsi commençait la préparation des spécialistes de philologie classique, c’est-à-dire de ce domaine des sciences humaines qui avait été, de fait, absent des plans d’études depuis 1917 »[10].  À l’époque de la réouverture des chaires de langues anciennes en URSS, il y en avait cinq. En 1996 il en existait trois : deux à Moscou et une à Saint-Pétersbourg[11].

La deuxième explication des « faveurs » du pouvoir envers les langues anciennes était d’ordre idéologique. Staline remit à l’ordre du jour la fierté et le messianisme nationaux. L’URSS intensifia les explorations de son passé grec : les fouilles archéologiques dans les régions de la Méotide, d’Olbia du Pont[12], de la Chersonèse taurique [13], du Tanaïs, de la presque-île de Taman (la Phanagorie), de la Géorgie (la Colchide), du Turkménistan méridional (la Parthie) etc., se multipliaient. En 1924 encore, l’État bolchévique avait commandé aux savants de la vieille génération de dresser le répertoire exhaustif des monuments antiques de la Crimée et de constituer un atlas archéologique de la péninsule[14]. Il fallait donc assurer la relève, du moins, pour l’étude de son propre passé grec, pour la conservation des collections de musée et pour les recherches épigraphiques[15], ce point fort des antiquisants russes.

 

L’effet stimulateur des recherches historiques

Arrêtons-nous brièvement sur la recherche historique qui devait stimuler le retour du grec ancien et qui, en même temps, pâtissait de la quasi-disparition des compétences linguistiques. Il y a près de quarante ans, Mouza Raskolnikoff a consacré une vaste étude à la production des historiens soviétiques de l’Antiquité[16]. Son analyse des sujets des thèses soutenues laisse voir la chute vertigineuses des études linguistiques au profit des recherches historiques qui n’utilisent pas les sources originales. Les souvenirs des hellénistes (S. Lourié) et les ouvrages des historiens de l’enseignement classique (E. Frolov) confirment que les études historiques de l’Antiquité étaient possibles, bien qu’inséparables des théories marxistes-léninistes[17], dans des facultés réformées, tandis que la disparition du grec dans le secondaire durant toute la période soviétique et sa quasi-suppression à l’université dans les années 1920 entraînèrent une dégradation irrémédiable des études linguistiques et littéraire[18]. L’historiographie soviétique trouva bien son intérêt « de classe » dans l’histoire de la Grèce antique.

 

La première révolution : au IIe siècle avant notre ère

En 1933, le spécialiste de la Pontide antique Serguéï Jébeliov[19] établit la date du premier soulèvement révolutionnaire sur le territoire de l’URSS : le IIe siècle avant notre ère. Dans son article « La découverte de la première révolution sur le territoire de l’URSS », il prétendait que Saumacos, le chef des forces scythes opposées au roi du Bosphore Pairisadès V, était esclave (et non un prince scythe adopté par Pairisadès), et que cette confrontation n’était rien d’autre qu’un véritable mouvement révolutionnaire des esclaves scythes exploités au royaume du Bosphore[20]. L’hypothèse de Jébeliov fut fondée sur une nouvelle lecture du participe ἐκϑρέψαντα qui figurait dans le Décret de Diophantos, édité et très bien traduit par Vassili Latychev dans les années 1880.  « Les bolchéviques me donneront une médaille comme ça », — se vantait Jébeliov en arrondissant ses bras[21]. Serguéï Jébeliov ne reçut pas de médaille grande comme une roue, mais cette « découverte » et toute la phraséologie marxiste de son étude lui sauvèrent la vie. Depuis 1928 Jébeliov sentait siffler le vent du couperet : il avait participé, cette année-là, à côté des hellénistes et latinistes étrangers et émigrés, à un recueil collectif en hommage de Jacob Smirnov, dans la collection praguoise Seminarium Kondakovianum. Il en écrivit même l’introduction, où il faisait remarquer que, mort en 1918, Jacob Smirnov n’avait heureusement pas connu le temps des tribulations. « Maintenant que neuf ans nous séparent de la mort de Jacob Ivanovitch, je pense parfois que le destin savait ce qu’il faisait en l’empêchant de vivre neuf années de plus» [22].

Vassili Struve revint presque quinze ans après à l’hypothèse de Jébeliov dans un article paru en 1950 dans le numéro 3 du Messager de l’histoire antique[23]. Au début de ce numéro nous trouvons trois lettres de Joseph Staline, traitant essentiellement de l’approche marxiste dans la linguistique et dans la science historique, suivies de leur apologie non signée, celle de la rédaction de la revue sans doute, intitulée « Les objectifs du travail scientifique dans le domaine de l’histoire antique pour le quinquennat suivant »[24]. Selon Staline et son apologète, l’effondrement de la civilisation antique était d’ordre social : elle n’avait pas résisté aux insurrections des esclaves. C’était pour cela, probablement, que la question de Saumacos était revenue à l’ordre du jour, car le texte de V. Struve, saluant la méthode de Jébeliov conforme aux prescriptions staliniennes, était placé immédiatement après. Les consignes données aux historiens soviétiques ne sont pas dépourvues d’intérêt. En voici deux : l’hellénisme n’étant pas une étape culturelle, mais un stade économique, il est recommandé de renforcer les études des modes de travail de ses agriculteurs et de ses travailleurs en général ; les élaborations des historiens de l’Antiquité en Occident représentant une arme non négligeable dans la lutte des classes, il faut bien connaître l’historiographie contemporaine pour mieux les démasquer. Il y a des recommandations bien plus concrètes, comme, par exemple, cette injonction de traduire pour la première fois en russe Dion Cassius et Denys d’Halicarnasse (seules des traductions fragmentaires de ses œuvres existaient à ce moment-là en Russie), de retraduire Diodore de Sicile dont la version russe datait de 1775 (ce projet fut réalisé à la charnière du XXe et du XXIe siècles), de rééditer les Inscriptiones antiquae orae septentrionalis Ponti Euxini Graecae et Latinae de Vassili Latychev (1855-1921), de rédiger, enfin, un ouvrage de référence qui pourrait remplacer la Realencyclopädie de Pauly-Wissova et Le Dictionnaire des Antiquités de Ch. Daremberg et E. Saglio, indispensables aux chercheurs mais… contaminés par l’idéologie capitaliste[25].

 

Connaissance de l’Antiquité dans l’URSS

Peu avant la disparition de Staline en 1953, on réintroduisit à l’école l’uniforme scolaire, la non-mixité et… le latin dès la Seconde. C’était sans doute un début expérimental de la restauration du gymnase classique (le grec devait attendre son tour). Une dizaine d’écoles de Moscou furent concernées par cette mesure pendant trois ans environ. Seul l’uniforme (dans une version allégée, sans ceinturon ni casquette) survécut à la mort du dictateur.

Pour relever le niveau des élèves et pour alimenter une élite scientifique, le gouvernement soviétique misa, après 1955, sur les heures supplémentaires de mathématiques et de physique, dispensées souvent dans des écoles spécialisées. Les résultats en ont été corrects: une élite intellectuelle, assimilée aux promotions des meilleurs gymnases classiques d’avant 1917, pouvait sortir de ces établissements, mais avec un niveau de culture générale beaucoup plus faible. Les préceptes pédagogiques que dispensaient généreusement les idéologues soviétiques recommandaient une certaine maîtrise des acquis de la culture universelle, dont l’héritage antique. L’homme soviétique devait bien connaître de grands « classiques » du marxisme-léninisme et les « formations »  définies par le matérialisme historique: esclavage (donc le monde antique) — féodalisme — capitalisme — socialisme — communisme. De la mythologie grecque, on devaient retenir surtout Prométhée, prototype de tous les révolutionnaires. Bien que les programmes scolaires soviétiques ignorassent obstinément la mythologie antique, le recueil de légendes grecques écrit par Nikolaï Kounh en 1914, fut réédité en URSS une vingtaine de fois, ce qui prouve, d’une part, l’intérêt personnel des lecteurs, et, de l’autre, l’absence de spécialistes capables d’écrire quelque chose de semblable. En URSS il n’y eut, par exemple, aucune réédition commentée d’Euripide entre 1917 et 1999 ; très peu de drames classiques grecs furent retraduits[26]. En ce qui concerne les personnages éminents du régime et les petits-bourgeois frais émoulus, ils avaient bien leur modèle : ils ont toujours voulu imiter l’aristocratie russe et cette dernière n’avait jamais aimé (à quelques exceptions près) les « sciences dures » comme le grec et le latin[27].

 

Seuls les spécialistes de la vieille école, tant qu’ils étaient en vie ou en liberté, pouvaient faire avancer les études classiques en URSS. La génération formée avant 1917 put s’occuper de la traduction, de l’enseignement et de la recherche jusque dans les années 1960-1970 : Piotr Ernstedt (1890-1966) et sa sœur Elena Ernstedt (1888-1942), Serguéï Radtsig (1882-1968), Solomon Lourié (1890-1964), Andréï Egounov (1895-1968), Aristide Dovatour (1897-1982), Iakov Borovski (1896-1994). Ces gens-là ont transmis leur savoir à la génération suivante représentée par Alexandre Zaïtsev (1926-2000), Victor Yarkho (1920-2003), Mikhaïl Gasparov (1935-2005) ou Serguéï Averintsev (1937-2004). Mais le niveau des sciences humaines a baissé, car les travaux ne sont plus encadrés par quelques illustres savants, mais émanent désormais d’une multitude de petits professeurs, de chercheurs obscurs, d’étudiants libres dans leurs choix, d’élèves partis tôt à la découverte de l’Antiquité.

 

Le retour du grec ancien en Russie

Lorsqu’un groupe d’hellénistes a enfin eu la possibilité de réintroduire le grec dans le secondaire, il s’est félicité de pouvoir compter sur l’expérience de Jacob Borovski (1896-1994), ancien élève du gymnase classique prérévolutionnaire[28]. Le gymnase classique (ou l’école n° 610) de Leningrad (la ville retrouvera son nom de Saint-Pétersbourg en 1991) ouvrit ses portes en 1989. Depuis, d’autres établissements ont pu offrir le grec ancien à leurs élèves. Mais on manque toujours de professeurs qualifiés. Il est pratiquement impossible de rééditer les textes originaux : les élèves et les étudiants travaillent avec des photocopies des livres prérévolutionnaires (ou bien publiés en Occident), qu’il s’agisse de manuels ou de textes littéraires[29]. Selon les hellénistes russes qui utilisent aujourd’hui les éditions et traductions classiques antérieures à la révolution, ces ouvrages n’ont pas été dépassés ; et le niveau que, dans les sciences de l’Antiquité, la Russie avait atteint vers les années 1910, n’est toujours pas restauré.

L’histoire du statut et de l’enseignement du grec ancien en Russie montre qu’on ne peut ni supprimer, ni réduire, ne serait-ce que pendant une dizaine d’années, une discipline, sans déclencher une réaction en chaîne qui aboutit à une dégradation irréparable de la formation des spécialistes dans les domaines scientifiques les plus variés ✭

 

Natalia GAMALOVA


[1] Б. Я. Копржива-Лурье, История одной жизни [B. Kopřiva-Lourié, L’histoire d’une vie]. Paris, Atheneum, 1987, p. 36. L’auteur de сes mémoires qui relatent la vie de l’historien de l’Antiquité grecque Salomon Lourié (ou Salomon/Solomon Luria, 1890-1964), éditeur des fragments de Démocrite et auteur notamment de L’Antisémitisme dans le monde antique (Moscou, 1923 ; réédition Moscou et Jérusalem, 2009) et de Langue et culture de la Grèce mycénienne (Moscou, 1957), est son fils Jacob Lourié (1996). Le nom de la sœur de Salomon Lourié, Bogdana Kopřiva-Lourié, a servi de « couverture » pour cette publication, car elle vivait à l’étranger et était donc moins exposée ; au surplus, quand le livre fut publié (peu avant la disparition de l’URSS), Bogdana Kopřiva née Lourié était déjà décédée.

[2] Н. K. Крупская, « Не совсем одно и то же » (1918) [N. Kroupskaïa, « Pas tout à fait la même chose »], Педагогические сочинения в 10-ти томах [Œuvres pédagogiques en 10 volumes]. Т. 2. М., Академия педаг. наук, 1958, p. 70.

[3] Н. K. Крупская, « К реформе средней школы » (1918) [N. Kroupskaïa, « À propos de la réforme de l’école secondaire »], Œuvres pédagogiques en 10 volumes. Т. 2. op. cit., p. 35-36.

[4] Н. K. Крупская, « Значение программ в школьном деле» (Тезисы доклада на 1-ой Всероссийской конференция школ II ступени, 1925) [N. Kroupskaïa, « La signification des programmes dans l’éducation scolaire » (Résumé de l’allocution à la première conférence nationale des écoles du second degré], Œuvres pédagogiques en 10 volumes. Т. 3, 1959, op. cit., p. .

[5] Н. K. Крупская, « Ленин об изучении иностранных языков » (1937), [N. Kroupskaïa, « Lénine au sujet de l’apprentissage des langues étrangères (1937)], Œuvres pédagogiques en 10 volumes. T. 3, ibid., p. 698.

[6] Sur les péripéties de la politisation de l’enseignement classique en Russie, assimilé tantôt à l’esprit républicain, tantôt à la réaction gouvernementale, voir N. Gamalova, « L’enseignement du grec ancien en Russie au XIXe siècle », dans Connaissance hellénique, n° 129, octobre 2011, p. 60-62. Le grec ancien n’a pas toujours été relié à la réaction gouvernementale : en 1855 le médiéviste russe Timothée Granovski (1813-1855), en réclamant le rétablissement des langues classiques, dément la stupidité de ceux qui cherchent les origines des idées socialistes dans le monde greco-romain. Il fait remarquer que pendant les émeutes populaires à Paris, ce sont les étudiants de l’École Vétérinaire qui sont le plus représentés sur les barricades (T. Грановский, « Ослабление классического преподавания и неизбежные последствия этой системы » [T. Granovski, L’affaiblissement de l’enseignement classique et les conséquence inévitables de ce système »], Сочинения T. Н. Грановского [Œuvres de T. N. Granovski]. 3e éd., M., 1892, p. 417-429). De par leur âge, les bolchéviques comme Kroupskaïa se souviennent de la situation (après 1871) où le gouvernement prenait entièrement en charge la promotion de cette matière et la transformait, parfois d’une manière excessive, en outil de sélection.

[7] « Facultés des choses inutiles », c’est-à-dire « Faculté de droit », est le titre d’un des romans de Iouri Dombrovski (1909-1978) traduit en français par Dimitri Sesemann et publié en 1979 chez Albin Michel.

[8] Kopřiva-Lourié, L’histoire d’une vie, op. cit., p. 242.

[9] В. Н. Ярхо, « Как готовили филологoв-классиков во второй половине 30-х годов » [V. Yarkho, « Comment on préparait les spécialistes de lettres classiques dans la seconde moitié des années 1930 »]. Тыняновский сборник [Recueil en hommage de Tynianov 11]. Выпуск 11. ОГИ, 2002, р. 773.

[10] Yarkho, « Comment on préparait les spécialistes de lettres classiques dans la seconde moitié des années 1930 », op. cit., p. 769. Voir aussi les souvenirs de Solomon Apt qui appartient, comme Victor Yarkho, à la première génération d’hellénistes formées en URSS : С. Апт, « Классическая филология » [S. Apt, « La philologie classique », Иностранная литература [Littérature étrangère]. 2005, n° 1, accessible en ligne, portail : magazines.russ.ru.

[11] Л. Я. Жмудь, « Санкт-Петербургской классической гимназии — семь лет » [L. Jmoud, « Le gymnase classique de Saint-Pétersbourg a sept ans »], Древний мир и мы [Le monde antique et nous], Петербург, Алетейя, 1997, p. 274.

[12] Après la fin de la guerre civile en Russie (1918-1921), les fouilles professionnelles reprennent très rapidement, dès 1924-1925, sous la direction de Boris Farmakovski (1870-1928).

[13] Les fouilles de Chersonèse furent dirigées, en 1924-1927, par Constantin Grinevitch (1891-1971), directeur du musée de Kertch (Panticapée). C. E. Grinevitch avait fréquenté un gymnase classique à Kharkov en 1915, et avait ensuite étudié à l’université.

[14] А. Маркевич, « 17 сентября 1926, Симферополь » [A. Markevitch, « Le 17 septembre 1926, Simferopol »], dans Seminarium Kondakovianum. Recueil d’études. Archéologie, histoire de l’art. Études byzantines. I. Prague, 1926, p. 319.

[15] Les publications relatives sont cités chez E. Frolov : Э .Д. Фролов, Русская наука об античности [Les études de l’Antiquité en Russie]. Санкт-Петербург, Гуманитарная Академия, 2006, p. 448.

[16] Mouza Raskolnikoff, La recherche en Union soviétique et l’histoire économique et sociale du monde hellénistique et romain. Strasbourg, AECR, 1975.

[17] « On peut dire, sans exagérer, que vers le début des années 1940, les études russes de l’Antiquité perdirent tout à fait (ou presque) leur qualité d’une discipline scientifique indépendante en se transformant en polygone réservé aux exercices issus de l’économie politique marxiste. » (E. Frolov, Les études de l’Antiquité en Russie, op. cit., p. 445).

[18] Ibid., p. 441-442, 447, Kopřiva-Lourié, L’histoire d’une vie, op. cit., p. 111.

[19] P.-F. Foucart, « Décret de la ville de Chersonésos en l’honneur de Diophantos, général de Mithridate », dans Bulletin de correspondance hellénique, 5 (1881), p. 70-87, cité d’après Persée.

[20] S. Jebelev, « L’abdication de Pairisadès et la révolution scythe dans le royaume de Bosphore », dans Revue des Études Grecques, 49 (1936), p. 17-37. L’article de 1932 a été traduit en français par Aristide Dovatour, ancien étudiant et jeune collègue de Jébeliov.

[21] Kopřiva-Lourié, L’histoire d’une vie, op. cit., p. 220.

[22] С. А. Жебелёв, « Яков Иванович Смирнов » [S. Jebeliov, «Jacob Ivanovitch Smirnov»], Seminarium Kondakovianum. Recueil d’études. Archéologie, histoire de l’art. Études byzantines. II. Prague, 1928, p. 16.

[23] В. В. Струве, « Восстание Сaвмака » [V. Struve, « L’insurrection de Saumacos »], Вестник древней истории [Le Messager de l’histoire antique], 1950, n° 3, р. 23-40.

[24] « Задачи научно-исследовательской работы в области древней истории в предстоящем пятилетии » [« Les objectifs du travail scientifique dans le domaine de l’histoire antique pour le quinquennat suivant »], ibid., p. 9-22.

[25] Ibid., p. 15, 20.

[26] Nous n’abordons pas ici la question de l’édition des traductions d’auteurs grecs en URSS. La situation ne ressemble pas à celle que nous observons dans l’enseignement. La maison d’édition Academia (1922-1938) représente la dernière émanation de l’antikovedenie russe. Après les années 1930 les éditions soviétiques rassemblent, compilent et rééditent les traductions du grec ancien qui ont été faites avant 1917 ou dans les années 1920 et 1930.

[27] Sur les goûts des cadres soviétiques qui, dès l’époque stalinienne, visaient le mode de vie des hobereaux les plus rétrogrades, voir Richard Stites, « “Camarades, la vie est devenue plus gaie” », dans Catherine Gousseff (dir.), Moscou 1918-1941. De « l’homme nouveau » au bonheur totalitaire. Paris, Autrement, 1993, p. 179-198.

[28] Jmoud, « Le gymnase classique de Saint-Pétersbourg a sept ans », op. cit., p. 275.

[29] Ibid., p. 278-279.

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts