Archives par mot-clé : Egypte grecque

Bernard Boyaval : trois notices épigraphiques

► ὁ λύχνος n° 156, juillet 2020, article douze.

Charles-Antoine Coypel, « La colère d’Achille » (1737), Musée de l’Ermitage,  (wikicommons)

1. UN EMPLOI DU MOT « CHÔROS » (χῶρος)

Pour exprimer l’espace, le grec disposait d’une réserve de mots dont M. Casevitz1 a analysé les aires d’emploi respectives à l’aide de la littérature classique. L’un deux, chôros, paraît avoir servi à désigner toute portion qualifiée de terrain comme par exemple l’espace prévu pour les combats ou les rassemblements de guerriers dans l’Iliade. Plus tard, quand des épigrammatistes ont appliqué le mot aux morts, il a désigné deux espaces possibles, l’au-delà pour l’âme, la tombe pour le corps.

Dans le cas de l’Égypte gréco-romaine, les épigrammes 11, 64, 88 du recueil d’E. Bernand2 évoquent l’au-delà (chôros eusébéôn, athanatôn), 94 la tombe (CRIPEL 16, 1994, p. 105-107), 38 combine les deux emplois du mot : au v. 2, le fils de la défunte la déclare partie vers « les espaces (chôrous) des âmes pieuses » et, aux v. 5-6, la défunte, parlant à son tour, demande au passant de venir gaiement « à [sa] tombe que voici (chôron tonde) ».

En 75, p. 305 v. 5-6, le défunt déclare « j’habite près de Démétrios, qui aimait son frère, je partage maintenant avec lui le séjour qui est à l’abri du chagrin (chôron alypon) » et Bernand p. 309 y a supposé que le mot pouvait désigner « soit le tombeau familial où repose déjà le frère du défunt, soit de façon plus générale le royaume des morts ». Manifestement le poète songeait ici au lieu commun bien connu qui affirme que les regroupements de corps dans la même sépulture sont un réconfort pour tous. Chôros n’y désignait donc probablement que la tombe.

  1. CASEVITZ (1998), « Remarques sur l’histoire de quelques mots exprimant l’espace en grec », REA, Bordeaux, 100 p. 417-435
  2. BERNAND (1969), Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Recherches sur la poésie épigrammatique des Grecs en Égypte, Paris, Les Belles-Lettres (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 98).

 

2. LES ANNÉES « TRAGIQUES » DE KOM ABOU BILLOU

Certaines épitaphes de Kom Abou Billou/Térénouthis portent la date du 11 Hathyr d’un an 20. Toutes groupent plusieurs défunts par document, la plupart décédés jeunes, d’où l’hypothèse d’un accident collectif de nature inconnue, qu’on croit pouvoir dater du 8 novembre 179 après J.-C.

Bingen1 leur a consacré une petite synthèse. Mais de même qu’une tendance fâcheuse a parfois poussé à imaginer une épidémie quand plusieurs décès sont proches (Kentron 22, 2006, p. 212-213), de même on a parfois attribué au 11 Hathyr de l’an 20 des épitaphes à défunts groupés qui ne portent aucune date, ainsi les nos38-39 de ZPE 114 (1996) p. 123, déclarées « susceptibles d’être rattachées à la série KAPPA » parce qu’elles portent l’une trois noms, l’autre quatre. En Égypte, le groupage des décédés est si banal qu’il n’a aucune valeur d’indice.

La soif de dramatisation ne s’est pas arrêtée là. Dans une longue note des SFKAB, 1985, p. 15 comm. au 18, G. Wagner2 a pensé qu’on pouvait ajouter un « tragique » an 12 à l’an 20 Il a recensé là neuf témoins certains de l’an 12 que voici, disposés en tableau avec leurs équivalents en mois augustéens :

23 Phaménôth 19 mars
20 Payni 14 juin
22 Payni 16 juin
3 Phaôphi 30 sept. ou 1er oct.
11 Phaôphi 8 ou 9 oct.
15 Phaôphi 12 ou 13 oct.
3 Hathyr 30 ou 31 oct.
28 Hathyr 24 ou 25 nov.
13 Choiakh 9 ou 10 déc.

 

À propos d’une des stèles o.l. p. 32 n° 141, il a parlé d’une année 12 « probablement tragique ». Même s’il était prouvé que tous ces textes datent d’un an 12 de même règne, il faudrait compter avec les chiffres : entre le 19 mars et le 10 décembre, il y a près de 9 mois et 9 décès dans cet intervalle ne révèlent pas une hécatombe ; de fin septembre à fin novembre, on n’en dénombre que cinq au maximum et ceux d’octobre ne sont que trois.

Pour l’instant, on ne connaît donc qu’une seule journée « tragique » à Kom Abou Billou, le 11 Hathyr an 20.

  1. BINGEN  (1987), « La série KAPPA des stèles de Térénouthis », Studia Varia Bruxellensia, Bruxelles, p. 3-14
  2. WAGNER et alii, S(tèles) F(unéraires de) K(om) A(bou) B(illou), éd. Recherche sur les civilisations, Paris.

 

3. PLUS MINUS

Le latin a forgé l’expression plus minus, « plus (ou) moins » pour formuler des chiffrages approximatifs. Elle a servi parfois dans des évaluations d’âges des épitaphes. L’imbrication de la culture grecque dans le monde romain a suscité la création d’un parallèle hellénique, pleion elatton. Après H. H. July1 qui a recensé les témoignages de ce dernier sur papyrus, D. Feissel2 a voulu préciser quand et le grec en avait emprunté l’usage funéraire au latin. Il semble que l’emprunt ait été tardif puisque son premier témoignage épigraphique date de 307 après J.-C. (Feissel o. l. p. 136 note 9) et que les suivants s’échelonnent aux Ve et VIe siècles. Les témoins en sont italiques, Rome, Vérone, Sicile, Sardaigne entre autres, à part deux d’entre eux, Vienne et Afrique. Ils proviennent donc des régions centrales de l’Empire (o.l. p. 136 notes 8-18). Tous sauf un sont chrétiens.

Feissel n’a pas cité un autre témoin grec qui vient d’Égypte, l’étiquette de momie 3534 du Sammelbuch I, connue depuis 1915. Celle-ci évoque un certain Horion fils d’Hèliodôros qui a vécu « plus ou moins 90 ans » et diffère des épitaphes de la liste Feissel : elle ne porte pas de formulaire chrétien. Elle pourrait dater du IVe siècle comme une minorité d’étiquettes et serait alors peut-être contemporaine ou presque de l’épitaphe de l’an 307 qui est de Rome.

Faut-il voir là l’indice d’un développement simultané du tour grec au centre mais aussi à la périphérie de l’Empire ?

 

Bernard Boyaval

Université de Lille III

  1. JULYH. (1966), Die Klauseln hinter den Massangaben der Papyrusurkunden, Cologne, p. 93-105.
  2. FEISSEL (1981), « Le latin PLUS MINUS et ses équivalents grecs », Travaux et mémoires 8 (Hommage à Paul Lamerle), Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance, Paris, p. 135-141.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts