Archives par mot-clé : dorénavant

Christian Boudignon : “Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°52)”

► ὁ λύχνος n° 162, juillet 2022, article deux.

C’est l’heure, monseigneur !

 

Affiche du film de Gérard Oury, “La folie des grandeurs”

 

On connaît peut-être La folie des grandeurs, ce grand film de Gérard Oury sorti en 1971 avec Yves Montand et Louis de Funès. On y voit Montand, en valet de de Funès, grand d’Espagne, qui fait tinter de l’or en puisant des pièces dans un baquet pour réveiller son maître. Et il lui susurre[1] : « C’est l’or, il est l’or, l’or de se réveiller, monseignor, il est huit or … » De Funès lui fait alors signe de recommencer…

Pour tous ceux qui connaissent les affres de l’inflation et les fins de mois difficiles, voilà une scène qui fait rêver.

 

En tout cas, l’heure c’est l’or(e) (ou l’hora). Car en latin, dans toutes les langues romanes, et même parfois en français, le mot se dit hora (latin, espagnol), ouro (provençal), ora (italien, roumain) et or(e) dans le français d’ores et déjà, dorénavant, encore, alors, lorsque et même la conjonction or. Le terme ore coexiste avec heure, mot qui a triomphé selon l’évolution habituelle qu’on trouve par exemple pour cor(dem) : « cœur » ou sór(orem) : « sœur ». On avait en ancien français les variantes suivantes (avec ou sans le h réintroduit sous l’influence du latin) : (h)eure, (h)ure, (h)ore, oire, oure etc. On trouve ainsi :

Il est ensi que li amant

Ont par hores joie et torment

Amans sentent les maus d’amer

Une hore dous, autre hore amer

« Il arrive ainsi que les amants

ont selon les heures joie et tourment

Les amants sentent le malheur d’aimer :

Une heure est douce, l’autre est amère. »

comme l’écrit (vers 1230-1235) Guillaume de Lorris dans son Roman de la Rose[2].

Les heures apportent joie et tourment !

 

Héraclite (fragment 100 ; éd. Bollack – Wismann), lui, parle au VIe siècle avant J.-C. des hôrai, c’est-à-dire des « saisons qui apportent tout » :

μεταβολὰς καὶ ὥρας αἳ πάντα φέρουσιν

« les changements et les saisons qui apportent tout ».

Le mot latin hora est emprunté au grec ὧρα [hôra] qui désigne, selon le Dictionnaire Étymologique de la Langue Grecque, une « ‘période définie de temps’ considérée dans son retour cyclique », et en particulier la saison du printemps qui revient chaque année. Le mot est apparenté à l’allemand Jahr « année » et à l’anglais year « année ». La mythologie grecque a fait des Heures les déesses des saisons. Héraclite, lui, fait des saisons, le principe de l’être cyclique des choses. Il insiste sur le fait que les saisons apportent tout : le printemps apporte la vie, l’automne ou l’hiver, la mort. Rien n’est permanent : les saisons ne sont que changements… Voilà qui fait penser et nous invite à savourer l’heure présente.

 

C’est par une évolution surprenante que le mot ὧρα [hôra] désignant la « saison », voire dans certains emplois « l’année », en est venu à se réduire à une partie de la journée, puis à l’époque romaine à une « heure » de la journée laquelle est divisée en douze parts égales.

 

Ainsi s’explique la parabole des ouvriers de la onzième heure du jour racontée dans l’Évangile selon saint Matthieu (20, 1-16). Un maître d’un domaine viticole appelle à toute heure du jour des chômeurs sur la place du village à venir travailler à sa vigne. A la fin, contre toute attente, il paie le même salaire aux ouvriers de la onzième heure qui n’ont travaillé qu’une heure avant le coucher du soleil et aux ouvriers de la première heure qui ont travaillé douze heures. Protestations de ces derniers ! Le maître leur répond qu’il fait ce qu’il veut de son argent…

 

Bref, quoi que vous pensiez de ce maître, en grec tardif, en latin comme en français, l’heure est bien une fraction de la journée. Mais en français, par une bizarrerie de la langue, on a interprété faussement le bonheur comme s’il venait d’une bonne heure, alors que le mot bonheur vient de bon augure. C’est une erreur qui est entrée dans l’orthographe, puisque on met un h à bonheur. Cette lubie a pourtant quelque chose de bon. Oui, je peux vous souhaiter pour l’été qui commence, à la façon des animateurs de télévision, « que de bonnes heures ! »

 

Christian Boudignon

Maître de Conférences de langue et littérature grecques

Université d’Aix-Marseille, Centre P.A. Février (CNRS, TDMAM, UMR 7297)

[1] On pourra voir la scène sur l’adresse suivante : https://www.youtube.com/watch?v=swNkzRC1HIQ

[2] Guillaume de Lorris, Le Roman de la Rose, v. 2169-2172, éd. Francisque-Michel, Paris, 1864)

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts