Archives par mot-clé : Disease

Pierre Diouf : Ulcère et cancer en grec ancien

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article sept.

Étude lexicologique des notions d’ulcère, de cancer ou de plaie dans le vocabulaire médical hellénique : les termes τὸ λκος (to helkos) et ἡ φαγέδαινα (hè phagédaina). Du concept à la dénomination.

 

Héraklès sur son bûcher donne son arc à Philoctète (relief funéraire du IIe s.) Museum Carnuntium (Autriche), Wikicommons

 

Résumé : Cet article aborde le processus de formation ou de création des termes médicaux grecs en rapport avec l’observation clinique faite sur le patient : des diagnostics symptomatologiques qui permettent au médecin grec de dégager certaines tendances intellectuelles, une liberté littéraire dans l’art médical. Dans la littérature technique médicale, les effets de symétries entre pathologie et terminologie que le médecin cherche finement à montrer,  à travers ses traités médicaux, nous amènent à axer notre réflexion sur deux vocables très intéressants, dans le fond comme dans la forme, ἕλκος et φαγέδαινα désignant des ulcères ou le cancer qui est aujourd’hui le mal de notre siècle.  

INTRODUCTION

Dans la littérature grecque, le vocabulaire technique médical demeure un vivier riche et stimulant de terminologies que les auteurs nous présentent avec des considérations plus ou moins ambiguës. Les analyses linguistiques se trouvent influencées par un besoin pressant de faire connaître de manière significative les relations entre la terminologie médicale et la description symptomatologique d’une maladie ou affection donnée. Dans une perspective éminemment didactique, nous verrons que les noms des maladies, que nous allons étudier, renvoient à des notions agraires (charrue), bestiales (bête qui dévore, qui ronge), ou notions en rapport avec le feu qui consume, suivant la densité de la douleur ressentie par le malade. Car le médecin antique, dans un souci d’exhaustivité, s’interroge toujours sur le mal physique et psychologique du patient pour donner sens au terme qui qualifiera ou désignera cette affection. Il s’agit là donc d’un processus créatif (invention de nouveaux mots) dans le but d’enrichir le savoir et le vocabulaire médical.

Dans cet article, nous consacrerons un abondant développement à la question lexicale et sémantique de deux termes grecs helkos et phagédaina, en nous basant sur l’existence de passages référentiels chez les auteurs de traités médicaux et en essayant, autant que possible, de déterminer l’identité des affections auxquelles ces deux notions renvoient.

  1. Étude terminologique d’HELKOS

Malgré la simplicité du mot helkos, l’étymologie nous renvoie au sanskrit : il est apparenté au terme sanskrit arsas « hémorroïdes » (donc idée de perte de sang), et a donné le terme ulcus en latin, « plaie à vif », dont la racine a permis de former en français le mot ulcère. Έλκος subsiste même en grec moderne et désigne la même acception, « des blessures à vif, des ulcères ». On note plusieurs mots issus des procédés de composition et de dérivation : des composés comme helko-poios « qui blesse » ou an-elkês « sans blessure » ; des adjectifs dérivés comme helkôdès « ulcéreux » ; des substantifs comme ephelkis « croûte d’ulcère », helkôsis « ulcération » ; et des verbes dénominatifs comme helkoomai « souffrir d’ulcères », helkainô « s’envenimer » (Cf. Pierre Chantraine, 1968, p. 339-340). Mais un des verbes qui mériterait une attention particulière est ἕλκω (helkô) qui signifie « tirer, traîner », employé chez Homère avec la notion de violence et mauvais traitements : il se dit d’une charrue ou du navire. Voilà toute l’essence du terme médical, le fait de traîner ou d’être traîné violemment comme une proie que l’on déchire permet d’expliquer le choix du mot helkos. C’est une affection ou infection qui déchire, qui ronge.

Le rapprochement entre ἕλκω et ἕλκος relève de l’étymologie synchronique. Ces mots sont d’origine différente, et l’esprit rude de ἕλκος doit venir de ἕλκω par analogie.

Selon l’auteur hippocratique du traité Des plaies[1], le terme s’emploie pour toutes sortes de plaies, récentes ou chroniques. Deux substantifs ἕλκος et τραῦμα sont en concurrence pour désigner les plaies ; nous pensons que helkos serait le terme générique pour désigner toutes sortes de plaies, tandis que trauma désigne « les solutions de continuité provoquées par une cause externe, un objet tranchant par exemple, causes de vives douleurs, mais passagères[2] ». Donc helkos est le terme désignant les plaies sans cause extérieure ou même apparente et les plaies chroniques comme les ulcères. Dans le traité Des lieux dans l’homme, ce terme évoque une maladie et il est traduit par « ulcère » par Robert Joly, car l’auteur écrit :

« Parmi les maladies, celles qui, étant des ulcères, font saillie au-dessus de la surface du corps, doivent être traitées à la fois par des médicaments et par la faim[3]. »

Également, « la tradition littéraire et médicale grecque contient la notion d’affection phagédénique, “d’ulcère dévorant”. La Collection Hippocratique connaît bien le cancer et l’ulcère […] L’observation médicale discerne toute une variété de cancers ou de tumeurs malignes, selon leur localisation, selon leurs caractères visibles ou sensibles, selon leur degré d’évolution et de gravité, curable ou incurable[4]. » Et les membres qui peuvent être affectés sont multiples. Citons un des cas les plus fréquents : les ulcérations de la bouche.

Durant l’époque romaine, les études empiriques s’intensifient, les efforts des médecins peuvent se sentir à travers les écrits de l’époque. Selon Celse, « si la bouche présente des ulcérations enflammées, rouges et presque sordides, on trouve un excellent remède dans les gargarismes préparés, comme on l’а dit plus haut, avec le jus de grenade, et il est utile aussi de tenir souvent dans la bouche une décoction astringente additionnée d’un peu de miel. Il faut en même temps conseiller la promenade et défendre les aliments âcres. Quand les ulcères commencent à se déterger, il est bon de conserver dans la bouche une liqueur douce, ou simplement de l’eau très-pure ; on peut encore prendre du vin pur […][5] ». Les ulcères de la bouche ne sont pas à négliger car ils peuvent causer des morts déplorables, déclare Arétée de Cappadoce. Ce dernier affirme que la cause des ulcères de la bouche, notamment des amygdales, est « la déglutition de choses froides, âpres, chaudes, aigres, astringentes[6] ». Aussi d’après ses observations, les Égyptiens, dont on connaît bien l’apport du Nil dans leurs productions agricoles, dépassent largement la moyenne, quant au nombre de malades atteints de ce mal. Car, dit-il, cette région « fournit à la respiration un air sec et à la nutrition une grande variété d’aliments : des racines, des herbes, des légumes, des semences âcres et un breuvage épais : l’eau du Nil. De plus les habitants se font une boisson âcre avec l’orge et le marc du raisin[7]. »

Pline l’Ancien également évoque ce genre d’affections buccales dans un cadre général ; il parle plutôt d’ulcérations ou de crevasses au niveau de la cavité buccale. De plus, il va rapporter une cure d’origine essentiellement animale :

« Les ulcérations et les crevasses de la bouche guérissent avec du suif de veau ou de bœuf, joint à de la graisse d’oie et du suc d’ocimum. II est une autre mixture faite avec le suif de veau, la moelle de cerf et les feuilles de l’aubépine, le tout pilé ensemble. La moelle avec de la résine, quand même ce ne serait que de la moelle de vache, et le bouillon de vache, ont la même vertu[8]. »

Après l’étude du terme helkos, il conviendrait à présent de nous attarder sur ce terme phagédaina qui désigne aussi les ulcères.

  1. Étude terminologique de PHAGEDAINA

Le terme phagédaina signifie étymologiquement « la maladie dévorante ou phagédénique ». C’est un dérivé suffixal de phagein, verbe qui sert d’aoriste au verbe esthiô signifiant « manger, dévorer, avaler » et par la suite « engloutir », qui provient de l’indo-européen et est apparenté notamment au sanskrit bhajati « manger, boire, profiter de ». Le français moderne a même hérité de ce terme les mots composés comme phagocyter, anthropophage… Beaucoup de composés ont été formés avec phagos : par exemple andro-phagos « qui mange les hommes » en parlant du cyclope (Cf Homère, Odyssée, X, 200), ômo-phagos « qui mange la viande crue » en parlant des bêtes sauvages ou de peuples primitifs. Et donc phagé-daina, dérivé suffixal de ce verbe, désigne « un ulcère cancéreux, un cancer », un mal qui dévore.

Cette signification, nous l’avons déjà dans le fragment du Philoctète d’Eschyle (fragment conservé dans la Poétique 1458 b) φαγέδαινα ἥ μου σάρκας ἐσθίει « la maladie dévorante qui mange mes chairs » et dans le traité des Ulcères, ὅπη ἂν φαγέδαινα ἐνέῃ ἰσχυρότατά τε νέμηται καὶ ἐσθίῃ « là où la maladie dévorante s’est installée, broute et mange avec le plus de force[9] ». En examinant le traité de Galien Sur les tumeurs contre nature[10], on remarque que la maladie peut être définie comme φαγέδαινα, car elle peut dévorer avec inflammation jusqu’à ce que mort s’en suive. De manière concrète, il oppose, dans ce traité, à l’herpès qui ne ronge que la surface de la peau, l’ulcère phagédénique φαγέδαινα qui s’attaque non seulement à la peau, mais aussi aux parties situées en profondeur. En outre, Galien fait quelques interprétations dans son Commentaire[11] : il donne à la lèpre le nom de l’éléphant qui est, à son avis, un animal méchant et vorace, et considère que la mélancolie rend le caractère des malades semblables à celui des bêtes sauvages, que la phtisie se manifeste quand les ongles sont recourbés comme ceux des bêtes sauvages. Il affirme également que la cardialgie est une douleur de l’orifice de l’estomac qui est causée par la montée des vers intestinaux. Cette expression métaphorique de l’ulcère est repérée également dans le De medicina de Celse :

 « […] L’on voit naître l’ulcère appelé par les Grecs “phagédénique”, parce que, dans les rapides progrès qu’il fait de proche en proche, il pénètre jusqu’aux os, et dévore tout ce qu’il rencontre. Cet ulcère est inégal et bourbeux ; il fournit abondamment une humeur visqueuse d’une odeur intolérable, et l’inflammation qui existe est plus forte que ne semblerait le comporter l’étendue du mal[12]. »

On retrouve chez Pline l’Ancien une cure à base de plantes médicinales contre cette pathologie :

« Quand les ulcères sont phagédéniques et fistuleux on y met du fiel de taureau avec du suc de poireau ou du lait de femme ; on y met encore du sang en poudre avec la plante appelée cotylédon[13]. »

En effet, cette conception de la maladie phagédénique nous est présentée de manière très approfondie par J. Jouanna[14] dans son article « La maladie sauvage dans la Collection Hippocratique et la tragédie grecque ». L’image métaphorique de la maladie « phagédénique » qui dévore ou consume le malade à l’image d’une bête sauvage ou du feu comme chez les tragiques, demeurait bien présente dans la pensée hippocratique de l’époque. Selon J. Jouanna, « dans la Collection Hippocratique où, pourtant, le rationalisme triomphe, le vocabulaire relatif à la pathologie conserve dans ce qu’il est convenu d’appeler son expression métaphorique les traces d’une représentation plus archaïque de la maladie, analogue à celle qui s’épanouit dans la tragédie. C’est la conception selon laquelle la maladie est une force agressive qui attaque l’individu de l’extérieur, pénètre en lui, prend possession de lui, et peut, à la manière d’une bête sauvage, se repaître de ses chairs. » En effet, deux termes adjectivaux servent à définir la maladie : il s’agit de θηριώδων νοσημάτων καὶ ἀγρίων « maladies bestiales et sauvages[15] ». Un parallélisme explique le contexte de cet emploi : il s’agit du médecin Hippocrate qui, purgeant la terre et la mer des maladies sauvages et graves, est comparé à Héraclès qui a purgé le monde des bêtes sauvages, ainsi qu’à Asclépios[16] :

« Il purge la terre et la mer non pas des bêtes farouches, mais des maladies sauvages et malfaisantes, dispersant de toute part les secours d’Asclépios, comme Triptolème dispersait les graines de Cérès. Aussi, est-ce en toute justice que lui-même a reçu les honneurs divins en bien des lieux de la terre, et que les Athéniens lui ont attribué les mêmes offrandes qu’à Héraclès et à Asclépios. »

C’est une conception fort ancienne du médecin qui purge des maladies bestiales. Elle rappelle le médecin Apis, dans les Suppliantes d’Eschyle, qui a purgé la terre d’Argos des monstres dévoreurs des hommes : 

« Quant au pays d’Apis, son sol a reçu ce nom en mémoire d’un guérisseur des temps antiques, un fils d’Apollon, prophète médecin venu du rivage voisin de Naupacte, pour nettoyer cette contrée de monstres homicides, fléaux qu’un jour la Terre déchaîna, irritée des souillures dont l’avaient salie des meurtres anciens – serpents pullulant, cruels compagnons. Apis, par des remèdes décisifs, libéra tout le pays d’indiscutable façon et, pour son salaire, vit son nom à jamais mêlé aux prières d’Argos[17]. »

Il faut dire que dans ce genre de maladie dévorant, le patient peut se mouvoir dans un état plus que délirant. Galien, dans son Commentaire à Hippocrate, nous en donne une explication. Pour lui, la maladie, du moins certaines maladies mettent dans des formes aiguës de délire où « les patients écrasent sous leurs pieds, donnent des ruades, mordent, sont fous, croyant que ceux qui s’approchent d’eux leur veulent du mal[18] ».

Dans les stèles, on observe l’emploi de l’expression φαγέδαινα ἐνδὸς τοῦ στόματος (récit LXVI) « ulcération dans la bouche ». Cette expression est d’autant plus ambiguë que nous ne saurions indiquer exactement la partie buccale interne affectée d’ulcération. Dans Maladies, nous avons repéré deux inflammations de la cavité buccale, à des parties bien définies : une inflammation du dessous de la langue ou sublinguale (ὑπογλωσσίς) et une au palais (ὑπερῴην), contre lesquelles l’auteur donne une ordonnance[19]. Il nous semble que la partie affectée du patient Pamphaes est le palais car nous disposons d’un traitement presque identique au soin prescrit dans ce texte des Maladies : « Si une inflammation se forme au palais, il y a un léger gonflement et du pus s’y produit […] cautérisez la tuméfaction ; une fois que le pus sort, lavez ce qui peut rester, d’abord avec du nitre et de l’eau tiède, ensuite avec du vin […][20] ». Dans le traité Maladies des femmes, l’auteur emploie le dénominatif ἄφθα pour désigner une sorte d’ulcère de la bouche, un aphte (ἐν τῷ στόματι ἄφθαι[21]). Mais les aphtes se rencontrent généralement chez les jeunes enfants qui tètent[22]. Mais quant au Pseudo-Galien, il signale une multitude d’affections relatives à la bouche :

« Les maladies de la bouche (περὶ δὲ στόμα) : putréfaction des gencives (σῆψις οὐλῶν), dégénérescence des dents (βρῶσιν ὀδόντων), douleurs dentaires (ὀδονταλγία), chute des dents de leurs alvéoles (φατνιωμάτων ἔκπτωσις), abcès sur la langue (ἀπόστημα ἐπὶ γλώττης), épulie (ἐπουλίς), parulie (παρουλίς), aphtes (ἄφθαι), apparition des croûtes (ἐσχάρωσις), amygdales (παρίσθμια), grain de raisin (στραφυλή), sycoma (σύκωμα)[23]. »

Et pour ces maux de la bouche, il en propose même une thérapie générale :

« Parmi les maux de la bouche, nous incisons les abcès et tumeurs des gencives quand ils suppurent. Quant aux grains de raisins relâchés démesurément, nous les tranchons après les avoir saisis avec un mydion. Nous extrayons les dents après les avoir scarifiés tout autour. Nous amputons au moyen de tonsillotomes les glandes les plus volumineuses que de nature sur les amygdales[24]. »

On peut aussi faire allusion au comportement du possédé, ou de l’épileptique, etc. En tout cas, plusieurs termes grecs servent à représenter de manière allégorique la maladie. La maladie, telle une bête sauvage, participe à la consomption du corps, à son dépérissement. Cette idée imagée de la maladie dévorante peut être conçue comme archaïque, mais elle est bien le reflet de la pensée vulgaire peu rationnelle de l’époque. Eschyle traduit bien cet ordre du « sauvage » (ἄγριος) auquel appartient la maladie. Dans ses Choéphores, il évoque la redoutable souffrance promise par l’oracle d’Apollon à l’endroit d’Oreste, si ce dernier ne venge pas le meurtre de son père :

« Sinon, déclarait-il, moi-même en paierais le prix de ma propre vie au milieu des multiples et cuisantes douleurs. Déjà, révélant aux mortels les vengeances de l’enfer irrité, il nous a fait connaître ces maladies effroyables qui montent à l’assaut des chairs, ces lèpres à la dent sauvage qui vont dévorant (ἀγρίαις γνάθοις λειχῆνας) ce qui la veille était un corps, tandis que des poils blancs se lèvent sur ses plaies[25]. »

Chez Sophocle, cette notion d’ensauvagement de la maladie est aussi mise en exergue ; il emploie à cet effet l’expression ἀγρία νόσος pour faire allusion à la douleur causée par la tunique empoisonnée offerte par Déjanire à Héraclès qui s’écrie, dans les Trachiniennes :

« Le voilà qui revient, qui revient à la charge, le mal cruel qui veut me tuer, le mal intraitable et farouche […] Il est là, collé à mes flancs, qui se gave de ma chair profonde et va dévorant les bronches où sont suspendus mes poumons[26]. »

Il s’agit là d’un mal qui consume la chair, qui la dévore. L’étude sémantique, fait par J. Jouanna[27] dévoile bien le sens premier qui est donné à la maladie qui n’épargnait personne, ni même les héros, ni les demi-dieux : la maladie semble d’origine interne, elle se manifeste aigrement à l’intérieur du corps en montrant ou non des signes symptomatologiques externes. Telle était probablement la conception sauvage qu’on avait de la maladie dans la Grèce ancienne. Cette définition nosologique revient dans Philoctète également, ce héros se lamentant d’avoir été abandonné par ses alliés, « alors qu’il se mourait de ce mal féroce qu’avait férocement imprimé dans sa chair une vipère tueuse d’hommes[28] » (ἀγρίᾳ νόσῳ καταφθίνοντα, τῇδ᾿ ἀνδροφθόρου πληγέντ᾿ ἐχίδνης ἀγρίῳ χαράγματι).

Le thème de la maladie dévorante se retrouve également dans l’œuvre d’Euripide. Comme le tragique sort subi par Héraclès, dans la pièce intitulée Médée, la nouvelle épouse de Jason en a été victime ; elle a reçu de la part de Médée, l’ancienne épouse de Jason, une robe empoisonnée. « Le bandeau d’or posé sur sa tête lançait un prodigieux torrent de flamme dévorante, et le voile léger, présent de tes enfants, rongeait la chair blanche de la malheureuse […] On ne distinguait plus ni la forme de ses yeux, ni la beauté de son visage ; le sang, du sommet de sa tête, dégouttait confondu avec la flamme ; et de ses os, pareilles aux larmes du pin, sous l’invisible dent du poison les chairs se détachaient[29]. » Telle un fauve qui déchire et dévore sa victime, la maladie dévore le malade.

Dans le traité hippocratique Des maladies des femmes, cette définition nosologique métaphorique (concernant les ulcérations) peut s’observer : « des ulcérations qui s’étendent et corrodent la partie voisine » (νέμηται καὶ τὸν πελαστάτω χῶρον διακναίῃ[30]). La maladie, comme une personne, se délecte à assouvir sa faim, en dévorant les parties affectées du malade et progressant, comme un animal qui broute et gagne du terrain. L’expression νεμόμενα ἕλκεα est également repérée dans le traité De la dentition et, suivant la traduction de Littré, la maladie est comparable à un serpent : « les ulcérations qui serpentent »[31]. Dans le traité des Épidémies, la maladie est décrite à l’image du feu dévastateur :

« […] Et rapidement l’érysipèle étendait ses ravages dans tous les sens. Chez la plupart, le dépôt de la maladie aboutissait à des suppurations ; et les chairs, les tendons et les os étaient largement détruits[32] » (καὶ τὸ ἐρυσίπελας πουλὺ ταχὺ πάντοθεν ἐπενέμετο · τοῖσι μὲν οὖν πλείστοισιν αὐτέων ἀποστάσιες ἐς ἐμπυήματα ξυνέπιπτον · σαρκῶν, καὶ νεύρων, καὶ ὀστέων ἐκπτώσιες μεγάλαι).

CONCLUSION

En définitive, l’impression paraît évidente : le médecin recherche ce qu’il y a de plus pathétique pour décrire la maladie « qui dévore les chairs » avec une exagération lexicale notoire. Dans les traités hippocratiques, par exemple dans le Des maladies des femmes, cette définition nosologique métaphorique (concernant les ulcérations) peut encore s’observer : « des ulcérations qui s’étendent et corrodent la partie voisine » (νέμηται καὶ τὸν πελαστάτω χῶρον διακναίῃ[33]). La maladie, comme une bête, se délecte à assouvir sa faim, en dévorant les parties affectées du malade et progressant, comme un animal qui broute et gagne du terrain. L’expression νεμόμενα ἕλκεα est également repérée dans le traité De la dentition et, suivant la traduction de Littré, la maladie est comparable à un serpent : « les ulcérations qui serpentent »[34]. Dans le traité des Épidémies, la maladie est décrite à l’image du feu dévastateur. Et enfin, dans le chant XXIII de l’Iliade, l’auteur homérique emploie conjointement le verbe νέμομαι à ἐσθίω pour faire allusion au feu du bûcher qui doit dévorer le corps de Patrocle :

« Ce sont douze braves fils des Troyens magnanimes que le feu dévore, tous, ici, avec toi » (δώδεκα μὲν Τρώων μεγαθύμων υἱέας ἐσθλοὺς τοὺς ἅμα σοὶ πάντας πῦρ ἐσθίει)[35].

            Ainsi comme nous l’avons souligné dans l’introduction, il est intéressant de constater que les médecins grecs ont toujours usé de la métaphore pour décrire le mal et en avoir un concept, pour enfin le dénommer : et l’image métaphorique de la maladie « phagédénique », ce cancer qui dévore ou consume le malade à l’image d’une bête sauvage ou du feu est donc un excellent rapprochement afin de permettre une dénomination consensuelle générale de la maladie.

 

Pierre Mbid Hamoudi DIOUF

Enseignant-chercheur à l’UCAD / FLSH (Sénégal)

et chercheur associé à HiSoMA (Histoire et Sources des Mondes Anciens) UMR 5189

Email: pmhdiouf@gmail.com   ou  pierre3.diouf@ucad.edu.sn

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

LITTERATURE ANCIENNE

  • Arétée de Cappadoce Des causes et des signes des maladies aiguës et chroniques, Livre I, traduit par Laennec R., édité et commenté par Grmek D., préface Gourevitch D., Genève, Librairie Droz S.A., 2000.
  • Celse, De medicina, traduit en français par M. Nisard, Paris, J. J. Dubochet, Le Chevalier et comp. Editeurs, 1846.
  • Eschyle, Agamemnon – Les choéphoresLes Euménides, Tome II, texte établi et traduit par Paul Mazon, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1983.
  • Eschyle, Les Suppliantes Prométhée enchaîné, Tome I, texte établi et traduit par Paul Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 1985.
  • Euripide, Alceste – Médée – Les Héraclides, Tome I, texte établi et traduit par Louis Méridier, Paris, Les Belles Lettres, 1961.
  • Galien, Commentaire à Hippocrate, Épidémies II, CMG V 10, 1, Berlin, E.Wenkebach et F. Pfaff,
  • Galien, Commentaire à Hippocrate, Prorrhétique I, 25, CMG V 9, 2, Berlin, Diels, 1915.
  • Galien, Introduction générale, Sur l’ordre de ses livres, Sur ses propres livres, Que l’excellent médecin est aussi philosophe, texte établi, traduit et annoté par V. Boudon-Millot, Paris, Les Belles Lettres, 2007.
  • Galien, Le médecin. Introduction, t. III, texte établi et traduit par Caroline Petit, Paris, Les Belles Lettres, 2009.
  • Galien, Pratiques anatomiques, C. G. Kühn, 1821-1833, réimp. Hildelsheim, 1964/5
  • Hippocrate, Airs, eaux, lieux, texte établi et traduit par J. Jouanna, Paris, Les Belles Lettres, 1996.
  • Hippocrate, Des lieux dans l’homme – Du système des glandes – Des fistules – Des hémorroïdes – De la vision – Des chairs – De la dentition, texte établi et traduit par R. Joly, Paris, Les Belles Lettres, 1978.
  • Hippocrate, Épidémies V et VII, texte établi et traduit par J. Jouanna, annoté par J. Jouanna et M.D. Grmek. Paris, Les Belles Lettres, 2000.
  • Hippocrate, Œuvres complètes d’Hippocrate (Des femmes stériles – Du médecin – Épidémies I, II, III – Les Aphorismes – Lettres, décret et harangues – Nature de l’homme – Pronostic- Prénotions coaques – Prorrhétique – Ulcères), traduit É. Littré, Paris, Amsterdam, Adolf M. Hakkert, 1961-1962 ; 1973-1978.
  • Hippocrate, Plaies, nature des os, cœur, anatomie, texte établi et traduit par M.-P. Duminil, Paris, Les Belles Lettres, 1998.
  • Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, texte établi et traduit par A. Ernout, Paris, Les Belles Lettres, 2003.
  • Sophocle, Philoctète, texte établi par Alphonse Dain et traduit par Paul Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 2009.

 LITTERATURE MODERNE

  • André J. M., La médecine à Rome, Paris, Tallandier, 2006.
  • Brunschwig J., Lloyd G. & Pellegrin P., Le savoir grec : dictionnaire critique, Paris, Flammarion, 1996.
  • Chantraine P., Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, 1999.
  • Jouanna J., « La maladie comme agression », dans La maladie et les maladies dans la collection hippocratique, actes du VIe colloque international hippocratique sous la direction de Potter P., Maloney G. et Desautels J., Québec, Les éditions du Sphinx, 1990.
  • Jouanna J., « La maladie sauvage dans la Collection Hippocratique et la tragédie grecque », dans Métis. Anthropologie des mondes grecs anciens, vol. III, n° 1-2, Paris-Athènes, 1988, pp. 343-360

 

[1] Hippocrate, Plaies, nature des os, cœur, anatomie, t. VIII, (Marie-Paule Duminil, p. 12 [notice]).

[2] Ibidem.

[3] Hippocrate, Des lieux dans l’homme, 36, 1 : « Τῶν δέ νοσημάτων ἅσσα μὲν ἕλκεα ἐόντα ὑπερέχοντα τοῦ ἄλλου σώματός εἰσιν, ἅμα τοῖσι φαρμάκοισι καὶ λιμῷ χρὴ ἰῆσθαι. »

[4] Jean Marie André, 2006, p. 261.

[5] Celse, De medecina, VI, 11.

[6] Arétée de Cappadoce, Des causes et des signes des maladies aiguës et chroniques, livre I, chap. 9.

[7] Ibidem.

[8] Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXVIII, 50, 3.

[9] Hippocrate, Ulcères, VI, 410, 2-3 (Littré)

[10] Galien, Sur les tumeurs contre nature, VII, 727, 7-9 (Kühn).

[11] Galien, Commentaire à Hippocrate. Épidémies II, V, 10, 1.

[12] Celse, De medicina, V, 28, 3, (trad. M. Nisard).

[13] Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXVIII, 74, 2.

[14] J. Jouanna, 1988, pp. 343-360.

[15] Hippocrate, Lettres, décret et harangues, 16.

[16] Hippocrate, Lettres, décret et harangues, 16-21.

[17] Eschyle, Les Suppliantes, v 260-271.

[18] Galien, Commentaire à Hippocrate. Prorrhétique I, 25.

[19] Hippocrate, Maladies, II, 2 : « Si une inflammation du dessous de la langue se produit, la langue enfle ainsi que la région sublinguale […] prenez une éponge que vous plongerez dans de l’eau chaude et appliquez […] Si une inflammation se forme au palais, il y a un léger gonflement et du pus s’y produit […] cautérisez la tuméfaction ; une fois que le pus sort, lavez ce qui peut rester, d’abord avec du nitre et de l’eau tiède, ensuite avec du vin […] »

[20] Ibidem.

[21] Hippocrate, Maladies des femmes, II, c 16.

[22] Hippocrate, Aphorismes, III, 24.

[23] Galien, Le médecin. Introduction, XVII, 1.

[24] Galien, Le médecin. Introduction, XIX, 10.

[25] Eschyle, Les Choéphores, v. 280-281.

[26] Sophocle, Les Trachiniennes, v 1026-1030 et 1053-1055 : Θρῴσκει δ´ αὖ, θρῴσκει δειλαία διολοῦς´ ἡμᾶς ἀποτίβατος ἀγρία νόσος […] Πλευραῖσι γὰρ προσμαχθὲν ἐκ μὲν ἐσχάτας βέβρωκε σάρκας, πλεύμονός τ´ ἀρτηρίας ῥοφεῖ ξυνοικοῦν.

[27] J. Jouanna, 1988, pp. 343-360.

[28] Sophocle, Philoctète, v 265-267.

[29] Euripide, Médée, v. 1186-1189 et 1197-1201 : χρυσοῦς μὲν ἀμφὶ κρατὶ κείμενος πλόκος θαυμαστὸν ἵει νᾶμα παμφάγου πυρός͵ πέπλοι δὲ λεπτοί͵ σῶν τέκνων δωρήματα͵ λεπτὴν ἔδαπτον σάρκα τῆς δυσδαίμονος […] οὔτ΄ ὀμμάτων γὰρ δῆλος ἦν κατάστασις οὔτ΄ εὐφυὲς πρόσωπον͵ αἷμα δ΄ ἐξ ἄκρου ἔσταζε κρατὸς συμπεφυρμένον πυρί͵ σάρκες δ΄ ἀπ΄ ὀστέων ὥστε πεύκινον δάκρυ γναθμοῖς ἀδήλοις φαρμάκων ἀπέρρεον.

[30] Hippocrate, Des maladies des femmes, c. 66.

[31] Hippocrate, De la dentition, c. 30-31-32.

[32] Hippocrate, Des Épidémies, III, c. 6 sqq.

[33] Hippocrate, Des maladies des femmes, c. 66.

[34] Hippocrate, De la dentition, c. 30-31-32.

[35] Homère, Iliade, XXIII, 181-182.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts