Archives par mot-clé : Delphes

Editorial 1 : Bienheureuse faute d’orthographe !

Bienheureuse faute d’orthographe !

 

trésor des Athéniens, Delphes (Wikicommon)
trésor des Athéniens, Delphes (Wikicommon)

 

Le trésor des Marseillais et Marseille-Provence capitale européenne de la culture 2013

Nous ne pouvons que nous réjouir que l’année Marseille Provence capitale européenne de la culture 2013 s’ouvre par une superbe exposition au musée de la Vieille Charité à Marseille sur l’antique Trésor des Marseillais à Delphes. Oui, nous jubilons à voir mises en lumière les relations de Marseille avec Delphes et la richesse de la Marseille grecque. Les lecteurs de “Connaissance hellénique” n°131 (avril 2012) savent que le mot trésor vient du grec θησαυρός (thesauros), mot-valise qui signifie accumoncellement, dépôt. Le Trésor des Marseillais est donc le lieu de dépôt des offrandes faites au sanctuaire de Delphes, non seulement par les Marseillais, mais aussi plus tard par les Romains. La culture marseillaise, patrimoine de la culture européenne, est héritière de ces estrangers qui pensaient au moins autant (si ce n’est plus) à leur patrie d’origine, la Grèce, qu’à leur patrie d’adoption, la Provence. 

 

Comment sait-on que ce fut un trésor des Marseillais ?

Or, comment sait-on que les malheureux blocs de pierre qui forment les restes de ce petit temple appartiennent bien à ce qui fut un trésor des Marseillais ? On a trouvé dans une maison moderne de Delphes en 1932 un fragment de pierre portant quatre lettres grecques ΣΣΑΛ (-SSAL-). On date cette inscription du Ve/IVe siècle avant J.C. Pour différentes raisons, la pierre semble un morceau d’architrave, cette «poutre» qui est placée au dessus des colonnes. Or les spécialistes ont montré que le deuxième sigma  Σ a été rajouté. Il y a donc une faute d’orthographe sur un son bizarre du grec, le –ss- :  il pourrait s’agir de ce nom bizarre en grec qu’est ΜΑΣΣΑΛΙΑ (Massalia «Marseille) ou ΜΑΣΣΑΛΙΗΤΑΙ (Massaliètai «Marseillais»)*. Grâce à cette faute d’orthographe corrigée, on a pu dire que ce morceau d’architrave, associé à d’autres morceaux trouvés en contexte, venait du Trésor des Marseillais. Elle serait un des trois indices, avec la forme du chapiteau éolien et avec la description de l’écrivain antique Pausanias, qui permet de penser que le trésor éolique,  comme on l’appelait autrefois, sur la terrase de Marmaria à Delphes, serait bien le Trésor des Marseillais. Reprenant, plein d’exultation, la formulation d’un vieil hymne chrétien, on peut s’écrier, pour une fois : «bienheureuse faute d’orthographe… qui nous valut un tel trésor» ! 

Christian Boudignon, rédacteur en chef.

* Il pourrait  s’agir cependant aussi bien de ΘΕΣΣΑΛΙΑ (Thessalia) ou  ΘΕΣΣΑΛΟΙ (Thessaloi, « Thessaliens ») : dans ce cas, cet objet appartiendrait au trésor des Thessaliens ! et adieu, notre trésor !

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts