Archives par mot-clé : décès

Christian Boudignon : « En mémoire d’un helléniste angélique »

► ὁ λύχνος n° 158, mars 2021, article huit.

Graecum angelicum

 

Rubens, Saint Michel terrassant le démon, Alte Pinakothek, Munich (Wikicommons)

 

Un adage prétendument médiéval (qui est sans doute l’invention de quelque érudit) dit : Graecum diabolicum « le grec est diabolique » . Est-il possible que l’inverse soit vrai ? Peut-on faire qu’on dise en vérité : Graecum angelicum ?

 

Un homme l’a fait. C’était un saint, chose fort rare, de la trempe de Mgr. Myriel qui, dans Les Misérables, sauve des ténèbres Jean Valjean. Il était aussi à sa façon helléniste, chose un peu moins rare : il connaissait assez de grec pour lire l’évangile, et même pour l’enseigner un moment au séminaire d’Avignon. Il avait côtoyé Paul Ricoeur et l’abbé Pierre : il gardait du premier une véritable passion de philosopher, son premier métier, du second, un amour de l’humanité que peu d’humanistes pratiquèrent. Envers chaque personne qu’il rencontrait, il était d’une remarquable attention et engageait des discussions passionnées et lumineuses avec athées, catholiques, orthodoxes, protestants évangéliques, juifs, musulmans… On en ressortait envahi par une forme de simplicité et à proprement parler d’enthousiasme : c’était un Socrate chrétien. Un prêtre m’a raconté l’exploit que peu ont accompli : alors qu’il était au séminaire d’Avignon, on ne l’entendit jamais dire du mal de personne, mais en plus, quand il sentait que la conversation risquait d’aboutir à la médisance, il la détournait. Avec l’aide de Mgr. di Falco, il réussit à faire venir à Gap une famille syrienne soumise aux bombardements sur le front de Damas. Mais ce journal n’est pas le lieu de l’hagiographie…

 

Cet homme était helléniste angéliquement. Quand il disait la messe, au moment de prononcer à voix basse : « humbles et pauvres, nous te supplions, Seigneur, accueille-nous, que notre sacrifice en ce jour trouve grâce devant toi… » il pensait au mythe de Poros et de Pénia dans le Banquet (202b-204a)de Platon, quand Pénia (« Pauvreté ») se présente à la porte du banquet et s’unit avec Poros (« Richesse »). Homme passionné de livres qui envahissaient l’espace où il vivait, il s’était enthousiasmé à la lecture d’un livre sur la non-violence. L’auteur proposait de lire dans l’évangile de Jean, 2, 15 la phrase καὶ ποιήσας φραγέλλιον ἐκ σχοινίων πάντας ἐξέβαλεν ἐκ τοῦ ἱεροῦ τά τε πρόβατα καὶ τοὺς βόας et faisant un fouet de joncs il les chassa tous du temple, brebis et boeufscomme si πάντας tous annonçait τά τε πρόβατα καὶ τοὺς βόας brebis et boeufs. Au lieu donc de traduire que Jésus de son fouet avait chassé tous [les marchands] du Temple, il fallait comprendre que Jésus, en réalité, aurait chassé tous les bœufs et brebis. Même dans son apparente violence, Jésus aurait été non-violent envers les hommes… Dans son livre Sur les pas de l’apôtre Saint Jacques en chemin vers Compostelle, Bruyères-le-Châtel, 2010, p. 53, il écrivait ces mots à propos du Notre Père :

« Notre Père, ne nous soumets pas à la tentation ! Les mots que Jacques a entendus de la bouche de Jésus peuvent être traduits ainsi : Notre Père, fais que nous ne soyons pas dérivés au point d’être piratés par notre richesse ! Le mot grec traduit par ‘tentation’ est peïrasmon, le mot même sur lequel est décalqué le mot pirate. Jésus considère que le trésor de ses disciples peut être mis en péril. Le trésor inouï, l’apôtre Jacques l’a bien compris, c’est notre filiation fondamentale. »

Voilà un rapprochement magnifiquement audacieux : « ne nous laisse pas pirater par le Mal. » Il y a là du Rabelais dans ce jeu de mots avec la langue.

 

Cet homme s’appelait Pierre Fournier, il était prêtre de Gap dans les Hautes-Alpes. Il est mort aujourd’hui, le 15 mars 2021, à l’âge de 73 ans, à la suite d’une trop longue maladie.

Ce n’était peut-être pas un grand helléniste, mais cet helléniste était grand. Et il mérite une page dans le LYCHNOS en hommage à tous les petits hellénistes de l’ombre qui, parfois, font autant, sinon plus, pour le grec que de grands professeurs sous les feux de la rampe.

Bon voyage dans les cieux, saint homme ! Puisses-tu y rencontrer le Christ, saint Jacques et saint Jean, mais aussi peut-être Socrate, Platon et Rabelais…

 

Christian Boudignon

Université d’Aix-Marseille

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts