Archives par mot-clé : De bello ciuili

Sabine Lefebvre et alii, Jules César et le siège de Marseille, épisode 3

► ὁ λύχνος n° 153, juillet 2019, article neuf.

La mort de Jules César (assassiné entre beaucoup d’autres par Caius Trebonius et Decimus Iunius Brutus, les deux responsables du siège de Marseille), tableau de V. Camuccini (1804/1805), Galleria Nazionale d’Arte Moderna, Rome (wikicommons)

[Pour l’épisode 1, voir : https://ch.hypotheses.org/2793 

Pour l’épisode 2, voir : https://ch.hypotheses.org/3121

Pendant 551 ans, de sa fondation en 600 jusqu’à 49 avant J.-C., Marseille a été une ville grecque, libre et même conquérante. Puis, ayant choisi le parti de Pompée dans la guerre civile, contre César, elle fut conquise par les armées romaines. Ce sont les derniers jours de son indépendance que nous raconte Jules César dans son ouvrage intitulé Guerre civile. Avec l’aimable autorisation des Belles Lettres, nous avons la joie d’offrir en un petit feuilleton, les quatre épisodes du siège de Marseille dans la traduction nouvelle et annotée par Isabelle Cogitore, Marianne Coudry, Jean-Pierre De Giorgio, Sabine Lefebvre et Stéphanie Wyler, à paraître prochainement dans César : Guerre civile, guerre des Gaules, Paris, Les Belles Lettres, collection Editio Minor. Qu’ils en soient remerciés ainsi que leur éditeur.]

  • Épisode 3. Mai 49. Siège de Marseille : les premiers travaux commencent

2.1. 1. Voilà pour l’Hispanie. Pendant ce temps, le légat Caius Trebonius était resté à Marseille avec pour mission de l’assiéger[1]. Il mit sur pied le dispositif suivant : il fit partir de deux endroits une rampe vers la ville pour faire avancer des baraques d’approche et des tours[2]. 2. L’un des deux endroits se trouvait tout proche du port et des chantiers navals, l’autre près de la porte qu’on emprunte en venant de Gaule et d’Hispanie, du côté de l’embouchure du Rhône[3]. 3. La mer encercle pratiquement les trois quarts de Marseille ; seul un quatrième côté permet un accès par voie de terre. Et même là, la zone qui jouxte la citadelle offre une bonne défense grâce à la topographie (un ravin très profond la protège), ce qui permet de résister à un siège long et pénible. 4. Pour mener à bien ses travaux, Caius Trebonius fait venir de toute la province une quantité impressionnante de bêtes et d’hommes ; il fait acheminer aussi de l’osier et du bois. Avec tout cela, il fait élever une rampe de 25 m de haut.

2.2. 1. Mais les Marseillais avaient stocké depuis longtemps un tel arsenal dans la place, du matériel de toute sorte, tellement de machines de guerre ! Les baraques d’approche, qui étaient faites d’osier tressé, ne pouvaient absolument pas supporter le choc. 2. Des balistes très puissantes lançaient des poutres longues de 3,5 m, terminées par un éperon, qui transperçaient quatre rangs de treillis avant de se ficher en terre[4]. 3. Pour parer à cela, on attachait ensemble des madriers de 30 cm d’épaisseur pour faire une galerie de protection et par ce moyen, on se passait de main en main les matériaux pour prolonger la rampe. 4. On envoyait en avant une tortue de 17 m de long pour aplanir le terrain[5], construite elle aussi en madriers très solides et recouverte de tout ce qui pouvait la protéger des projectiles enflammés et des pierres. 5. Mais l’ampleur des travaux, la hauteur du rempart et des tours, le nombre de machines de guerre retardaient tout ce qu’on entreprenait. 6. En plus, les Albiques multipliaient les sorties et tentaient de mettre le feu à la rampe et aux tours. Nos soldats n’avaient pas de peine à les repousser ; mieux, ils leur faisaient subir de lourdes pertes et les refoulaient à l’intérieur.

 

Seconde bataille navale : défaite des Marseillais

2.3. 1. Pendant ce temps, Lucius Nasidius avait été envoyé par Pompée[6] avec une flotte de seize bateaux, dont quelques-uns étaient cuirassés[7], pour apporter des renforts à Lucius Domitius et aux Marseillais. Il s’engage dans le détroit de Sicile, au nez et à la barbe de Curion qui n’avait rien vu venir[8], 2. fait voile vers Messine et, de là, profitant de la panique soudaine qui avait poussé les chefs et le Sénat à s’enfuir, il s’empare d’un de leurs bateaux et le fait sortir de l’arsenal. 3. Il l’ajoute à sa flotte et poursuit sa course vers Marseille. Il envoie discrètement en avant un canot pour annoncer sa venue à Domitius et aux Marseillais et les encourager vivement à engager de nouveau[9] le combat contre la flotte de Brutus, maintenant qu’ils avaient des renforts.

2.4. 1. Les Marseillais, après le revers qu’ils venaient de subir, étaient allés chercher dans leurs arsenaux de vieux bateaux, les avaient radoubés pour revenir au même contingent[10], et avaient mis toute leur énergie à les réarmer. Ils avaient à disposition tout ce qu’il fallait de rameurs et de pilotes. 2. Ils avaient ajouté à cette flotte des bateaux de pêche, pontés de façon à protéger les rameurs contre les projectiles. Ils les avaient chargés d’archers et de machines de guerre. 3. Voilà la flotte équipée. Alors, tous les vieillards, les mères de famille, les jeunes filles, rivalisent de prières et de larmes pour encourager les leurs à sauver la cité : l’heure est grave. Ils embarquent donc avec autant de courage et de confiance qu’avant les combats précédents[11]. 4. C’est une erreur classique et naturelle, on a tendance à se sentir plus confiant qu’il ne faudrait face à une situation nouvelle et inconnue. C’est ce qui se passa. En effet, avec l’arrivée de Lucius Nasidius, la cité débordait d’espoir et d’ardeur. 5. Profitant d’un vent favorable, ils sortent du port et, une fois qu’ils ont rejoint Nasidius à Tauroentum[12], place-forte des Marseillais, ils équipent les bateaux pour le combat, se motivent à nouveau et discutent entre eux de la stratégie. L’aile droite est confiée aux Marseillais, la gauche à Nasidius.

2.5. 1. Brutus, qui a renforcé son escadre, les rejoint : aux bateaux que César avait fait faire à Arles[13] s’ajoutaient les six bateaux pris aux Marseillais[14]. Les jours précédents, il les avait fait radouber et armer de tout le nécessaire. 2. Alors il encourage ses troupes : ils ont réussi à vaincre des soldats en pleine possession de leurs moyens, ils ne feraient qu’une bouchée d’ennemis déjà vaincus ! Plein de confiance et de courage, Brutus part à l’attaque. 3. Depuis le camp de Trebonius et toutes les hauteurs, on pouvait voir ce qui se passait en contrebas dans la ville[15] : on voyait, dans les espaces publics et les postes de garde, tous les jeunes qui étaient restés là, tous les vieux, avec les enfants et les femmes ; les uns, juchés sur les remparts, tendaient les mains au ciel, les autres allaient dans les temples se jeter aux pieds des statues pour demander la victoire aux dieux. 4. Tout le monde avait la conviction que son sort dépendait de ce qui se passerait ce jour-là. 5. Car les jeunes de l’aristocratie et tous les notables, quel que soit leur âge, avaient été convoqués nommément, on les avait suppliés, et ils avaient embarqué. De ce fait, si cela tournait mal, ils n’auraient plus aucune solution, c’était clair. Mais s’ils prenaient le dessus, ils étaient bien sûrs que la ville serait sauvée, que ce soit par leurs propres moyens ou grâce à l’aide extérieure[16].

2.6. 1. Le combat commença[17]. Les Marseillais ne manquaient pas de courage, bien au contraire. Mais ils se rappelaient les conseils que leurs compatriotes leur avaient donnés juste avant : ils se battaient avec la conviction que c’était leur dernière chance de tout donner ; ils comprenaient bien que, en mettant leur vie en jeu dans le combat, ils devançaient de peu le destin de leurs concitoyens qui subiraient le même sort si la ville était prise. 2. Nos bateaux s’étaient peu à peu dispersés ; le savoir-faire de leurs pilotes et la maniabilité de leurs bateaux permettaient aux ennemis d’en tirer parti. Si par exemple un des nôtres avait l’occasion de lancer des grappins et d’attacher un bateau à son flanc, de tous côtés arrivaient des renforts ennemis. 3. Avec l’appui des Albiques[18], ils ne reculaient pas devant le combat rapproché et n’étaient pas moins courageux que nos hommes. En même temps, une grêle de projectiles à longue portée était lancée depuis les embarcations : ils prenaient les nôtres par surprise, au dépourvu, pendant qu’ils étaient bloqués et leur infligeaient de nombreuses blessures. 4. Deux trirèmes avaient repéré le bateau de Decimus Brutus, facilement reconnaissable grâce aux insignes du commandement. Ils se lancèrent contre lui, le prenant en tenaille. Mais Brutus avait prévu la situation : une accélération de son bateau lui permit de les distancer en un clin d’œil. 5. Alors les bateaux ennemis, lancés à toute allure, se heurtèrent l’un contre l’autre avec tant de force qu’ils souffrirent tous les deux très gravement de la collision ; l’un eut même la proue brisée et fut totalement fracassé. 6. Les nôtres le virent ; les bateaux de la flotte de Brutus qui étaient les plus proches se lancent sur ces deux embarcations paralysées et, sans tarder, les envoient toutes deux par le fond.

2.7. 1. Les bateaux de Nasidius de leur côté ne furent d’aucune utilité et quittèrent bien vite le combat ; il était clair qu’ils n’avaient pas leur patrie sous les yeux ni les encouragements de leurs proches pour les pousser à risquer leur vie. 2. C’est pourquoi aucun de ces bateaux ne fut perdu ; de la flotte marseillaise, cinq bâtiments furent coulés, quatre furent pris, un seul accompagna dans la fuite les bateaux de Nasidius qui se dirigèrent tous vers l’Hispanie citérieure[19]. 3. Un des bateaux qui restaient fut envoyé en avant à Marseille pour annoncer la nouvelle. Quand il approcha de la ville, toute une foule se précipita pour avoir l’information et, à cette annonce, entama un tel chœur de lamentations que la ville avait l’air d’avoir été prise par l’ennemi à cet instant. 4. Les Marseillais ne renoncèrent pas pour autant à achever les préparatifs pour défendre leur ville.

 

Les Romains construisent une tour et une galerie mobile. Attaque des remparts.

2.8. 1. Les légionnaires chargés du secteur droit du chantier[20] eurent une idée. Vu que les ennemis tentaient régulièrement des sorties, leur défense serait facilitée s’ils construisaient à cet endroit, en guise de fortin qui servirait à se replier, une tour de briques au pied du rempart[21]. Ils commencèrent par en faire une petite, pas très haute, pour parer aux raids éclairs. 2. C’est là qu’ils se repliaient ; et c’est de là qu’ils se défendaient si la pression des ennemis était trop forte ; c’est de là aussi qu’ils se ruaient pour les repousser et se lancer à leurs trousses. Cette tour faisait un carré de 9 m de côté et l’épaisseur des parois était d’1,50 m. 3. Dans tous les domaines, l’expérience est bon professeur quand l’intelligence humaine s’en mêle : après ce premier essai, on se rendit compte que la tour pouvait devenir vraiment efficace si on la construisait plus haut[22]. C’est ce qu’on fit : voici comment.

2.9. 1. Quand on atteignit le niveau pour poser le plancher du premier étage, on fit tenir les poutres en encastrant leurs extrémités dans la paroi interne des murs, qui les protégeaient : pas une pièce de bois ne dépassait, impossible pour les ennemis d’y mettre le feu. 2. Au-dessus du plancher, on poursuivit avec de la briquette, en veillant à rester abrité sur toute la hauteur des panneaux et des dispositifs de protection. Et là-dessus, on monta un échafaudage avec deux solives qui allaient d’un mur à l’autre sans dépasser, pour faire reposer la structure qui servirait ensuite de toit à la tour. On mit là-dessus des solives perpendiculaires aux précédentes et on les relia par des planches. 3. Ces solives-là étaient, contrairement aux précédentes, un peu plus longues et dépassaient à l’extérieur de la construction : on pourrait y pendre des claies de protection pour parer les tirs et les arrêter, tandis qu’à l’intérieur on continuerait, à l’abri, à monter les murs. 4. Cette structure, on la recouvrit de briques et d’argile : cela la protégerait contre le feu. Là-dessus, on installa des matelas pour éviter que les projectiles des machines de guerre ne détruisent la toiture ou que les catapultes ne brisent le manteau de briques. 5. D’autre part, on fit trois nattes en câbles d’ancre d’1,20 m de hauteur, pour protéger les murs sur toute leur surface : on les attacha aux poutres qui dépassaient du mur, ce qui leur permettait de tenir sur les façades de la tour, qu’elles recouvraient sur les trois côtés exposés à l’ennemi. Ce type de protection avait été expérimenté ailleurs : c’était le seul à résister aux projectiles et aux machines de guerre. 6. Lorsque la partie de la tour qu’on avait achevée se trouva recouverte et protégée de tout tir ennemi, on retira les panneaux de protection pour les utiliser ailleurs ; on commença à soulever et hisser le toit de la tour qui formait une structure indépendante, avec des leviers, à partir du premier étage. 7. Quand on l’avait soulevé autant que le permettait la protection qu’offraient les nattes, les soldats, cachés derrière ces protections, montaient les murs de brique ; puis on recommençait à hisser le toit pour avoir la place de finir la construction. 8. Quand on pensait qu’il fallait un nouvel étage, on disposait des poutres de la même façon que la première fois, protégées par les murs extérieurs ; à partir de cet étage, on hissait une nouvelle plate-forme et ses nattes, et ainsi de suite. 9. C’est comme cela qu’on a pu construire six étages en toute sécurité, sans courir le moindre risque. On laissa dans la construction les ouvertures qui paraissaient opportunes, pour le tir d’artillerie.

2.10. 1. Sûrs et certains de pouvoir surveiller les chantiers alentours depuis cette tour, nos hommes décidèrent de construire une galerie[23] de 20 m de long avec des poutres de 60 cm de section qui, partant de la tour de briques, irait jusqu’à la tour ennemie et aux remparts. Voici le mode de construction de cette galerie. 2. D’abord, on place au sol deux poutres de même longueur, à 1,20 m l’une de l’autre. On y encastre des poteaux d’1,50 m de haut, 3. qu’on relie entre eux avec des pièces de renfort posées en oblique, ce qui permet de positionner les poutres qui serviront de toit à la galerie. On positionne ces poutres de 60 cm de section au-dessus et on les fixe avec des lattes et des clous. 4. Au bout du toit de la galerie et sur les dernières poutres, on fixe des règles de section carrée de 7,5 cm, ce qui permet de retenir les briques posées sur le toit. 5. Avec son toit à double pente ainsi couvert au fur et à mesure que les poutres étaient positionnées sur les pièces de renfort, la galerie est protégée par les briques et la boue qui sert de mortier contre tout projectile enflammé lancé depuis le rempart. 6. Au-dessus des briques, on étend des peaux pour empêcher que de l’eau déversée par des conduits ne désagrège les briques[24]. Mais pour éviter qu’à leur tour, ces peaux ne soient abîmées par le feu ou des jets de pierres, on les recouvre avec des matelas. 7. Tout cet ouvrage, construit à l’abri des baraques de protection, est achevé à proximité de la tour. Et sans crier gare, alors que l’ennemi ne s’y attend pas du tout, on accole la galerie à la tour ennemie en la faisant rouler sur des rondins, comme on fait pour déplacer les bateaux.

2.11. 1. Ce coup imprévu prend de court les assiégés, c’est la panique. Ils déplacent les plus gros blocs de pierre possible en s’aidant de leviers et les basculent par-dessus le rempart pour les faire rouler sur la galerie. Le bois est solide, la galerie résiste au choc ; tout ce qui tombe finit par glisser au sol grâce à la pente du toit. 2. Les assiégés s’en rendent compte et changent de stratégie. Ils mettent le feu à des barriques remplies de résine et de poix et, du haut du rempart, les lancent pour les faire rouler sur la galerie ; elles roulent puis tombent au sol d’un côté ou de l’autre du toit, et on les éloigne avec des perches et des fourches. 3. Pendant ce temps, à l’abri sous la galerie, nos soldats se mettent à desceller avec des leviers les blocs de pierre qui servent de fondation à la tour ennemie. La tour de briques sert à défendre la galerie : c’est de là que nous lançons des projectiles en tous genres. L’ennemi est obligé de lâcher les tours et le rempart : plus possible de les défendre. 4. On avait retiré pas mal de pierres de la base de la tour voisine ; d’un coup, tout un pan de celle-ci s’écroule et ce qui reste menace de faire de même. C’est l’affolement chez l’ennemi : on redoute le pillage de la ville[25]. Sans armes, bandelettes sacrées au front[26], ils ouvrent les portes, ils se précipitent dehors, mains tendues en direction des légats et des troupes.

 

Les Marseillais obtiennent une trêve, puis la violent

2.12. 1. Coup de théâtre : le cours du siège s’arrête. Les soldats ne pensent plus au combat, curieux d’entendre ce que les Marseillais ont à leur apprendre de nouveau. 2. Les ennemis arrivent devant les légats et les troupes et se jettent tous à leurs pieds : qu’ils attendent César, par pitié. 3. Leur ville est prise, ils le voient bien. Le chantier du siège est terminé et leur tour à eux est en ruine : ils renoncent à se défendre. Leurs prières ne freineront en rien le cours des choses : quand César sera là, il lui suffira d’un claquement de doigts pour ordonner le pillage immédiat s’ils n’obéissent pas à ses ordres. 4. Pour être clairs, si la tour venait à s’écrouler complètement, ils seraient incapables de refouler une armée excitée par le butin, prête à faire irruption dans la ville, incapables d’empêcher sa destruction. Voilà le genre de discours, entre autres : les Marseillais savaient parler, exciter la pitié, provoquer les larmes[27].

2.13. 1. Bouleversés, les légats rappellent les soldats, lèvent le blocus et laissent des gardes pour surveiller les ouvrages. 2. La pitié a provoqué une sorte de trêve suspendue à l’attente de César. Pas un projectile n’est tiré ni depuis les remparts, ni depuis notre camp. Tout se passe comme si l’affaire était réglée : on relâche l’attention et la vigilance. 3. Le fait est que César avait beaucoup insisté, dans sa lettre à Trebonius : il ne fallait pas laisser les soldats prendre la place de force. L’indignation devant la trahison des Marseillais, le mépris ressenti et les longs travaux les avaient trop remués : il ne faudrait pas qu’ils se mettent à massacrer tous les adultes. 4. En tout cas, c’était ce qu’ils menaçaient de faire ; on avait du mal à les empêcher de se ruer dans la place. L’interdiction passait difficilement car ils avaient l’impression que l’ordre de ne pas s’emparer de la place venait directement de Trebonius.

2.14. 1. Mais nos ennemis sont sans foi ni loi. Ils cherchent le bon moment pour nous tromper et nous piéger. Quelques jours passent ; les nôtres se laissent aller et relâchent leur vigilance. Il était environ midi. Certains de nos hommes s’étaient éloignés, d’autres étaient restés sur place pour faire la sieste après les longs travaux – toutes les armes étaient rangées à l’abri. Soudain, les Marseillais s’élancent par les portes de la ville et, profitant du mistral, ils mettent le feu à notre dispositif. 2. Le vent fait si bien qu’en un instant le feu gagne la terrasse, les panneaux défensifs, la tortue, la tour, les machines d’artillerie. Tout fut réduit en cendres avant qu’on puisse réaliser comment c’était arrivé. 3. Les nôtres, sidérés par ce coup inattendu de la Fortune, s’emparent des armes qu’ils peuvent prendre : on se rue hors du camp. On se lance à l’attaque mais la pluie de flèches et de projectiles qui vient du rempart empêche de poursuivre les ennemis qui s’enfuient. 4. Ceux-ci se replient au pied du rempart et là, ils ont tout loisir de mettre le feu à la tour de briques et à la galerie. C’est ainsi qu’en un éclair la perfidie des ennemis liguée à la force des éléments a pu réduire à néant des mois de labeur. 5. Les Marseillais tentèrent de refaire le même coup le lendemain. Profitant du vent qui se maintenait, ils attaquèrent plus en confiance et se ruèrent sur l’autre tour et l’autre terrasse[28], où ils firent plusieurs départs de feu. 6. Mais autant, juste avant, les nôtres avaient complètement relâché leur attention habituelle, autant cette fois, alertés par le mauvais coup de la veille, ils mettaient tout en œuvre pour organiser la défense. Le bilan est lourd du côté des ennemis dont les survivants, mis en échec, furent refoulés dans la place.

 

Les Marseillais sont à nouveau en difficulté

2.15. 1. Trebonius pouvait compter sur des troupes remotivées pour organiser la réparation des ouvrages détruits et la gestion des chantiers. De fait, les soldats se rendirent compte que les travaux de préparation du siège qui leur avaient tant coûté n’avaient rien donné et ils vivaient mal le fait que la perfide rupture de la trêve risque de ridiculiser le courage dont ils avaient fait preuve. Or il ne restait aucun matériau à réunir pour reconstituer la moindre terrasse (tous les arbres du territoire entier de Marseille avaient déjà été coupés et acheminés[29]). Du coup, ils se lancèrent dans la construction d’une terrasse d’un genre nouveau et sans précédent à partir de deux murs en briques d’1,80 m d’épaisseur, réunis par un plancher : la terrasse avait presque la même largeur que l’ancienne, composée d’un amoncellement de bois. 2. Lorsqu’on sentait que la distance entre les murs ou la fragilité des matériaux le réclamait, on fixait des poteaux, on positionnait des poutres transversales pour consolider le tout et la structure en bois était habillée de planches qu’on recouvrait de boue. 3. Ainsi, un soldat peut apporter n’importe quel matériau nécessaire sans courir de danger puisqu’il est protégé à gauche et à droite par l’abri du toit et en face par un panneau de protection. 4. Le chantier est géré rapidement. L’habileté et la vaillance des soldats font rapidement oublier le long travail perdu. On ménage des portes là où cela paraît opportun pour permettre des raids.

  1. 1. L’ennemi n’en croit pas ses yeux : il avait cru qu’ils en auraient pour longtemps à reconstruire le dispositif, et voilà que nos hommes avaient mis si peu de temps à le refaire et avec une telle énergie qu’ils ne donnaient plus prise à aucune manœuvre perfide ni à aucune sortie ; il ne restait pas un seul secteur où des projectiles pourraient causer des dommages à nos troupes ou des incendies à nos ouvrages. 2. De même, l’ennemi comprend que toute la ville, du côté des terres, pouvait être encerclée par un rempart et des tours, l’empêchant de tenir dans ses propres fortifications. Il voyait bien que notre armée avait construit des murs quasiment au contact des remparts, ce qui le mettait à portée de projectiles lancés à la main. 3. Dans le même temps, l’usage de ses propres machines de guerre sur lesquelles il avait fondé de grands espoirs était devenu impossible à cause du manque de place. On combattait dans des conditions à présent équivalentes, mais l’ennemi comprenait qu’il ne pourrait pas égaler la valeur des nôtres : il se résigne à capituler aux mêmes conditions que précédemment[30].

 

(…)

[1] Cf. 1.36.5. Le siège débuta en mai 49. Ses prémices ont été racontées plus haut (1.34-36), ainsi que le premier combat naval (1.56-58).

[2] Rampe (agger), baraques d’approche (uineae) et tours (turres) sont les trois éléments habituels de la technique de siège pratiquée par César. On les trouve dans le récit du siège d’Avaricum, en Gaule, en 52 (BG 7.17-28), qui présente de nombreux points communs avec celui du siège de Marseille, en particulier la rampe, aussi élevée (cf. BG 7.24.1). Cette rampe devait permettre d’amener les troupes à la hauteur du rempart en enjambant le fossé. Lucain en décrit également la construction, avec des indications topographiques plus précises (Phars. 3.375-398).

[3] Sur la topographie de Marseille antique, dont Strabon donne une rapide description (4.1.4), nous sommes beaucoup mieux renseignés depuis les fouilles de la seconde moitié du siècle dernier, notamment pour la partie sud des remparts (fouilles de la Bourse commencées en 1968) et pour le port (fouilles de la place Jules Verne en 1994) : voir la mise au point de Trézigny 1995. Le tracé des remparts, qui fermaient l’accès du côté de la terre ferme et englobaient depuis le IIIe siècle une surface de 50 ha environ, plus vaste qu’on ne l’a longtemps pensé, ainsi que leur aspect à l’époque du siège, sont maintenant relativement bien connus, et la présence du fossé dont parle César est avérée. Le port se trouvait à l’emplacement du Vieux Port actuel, sur le côté sud du promontoire occupé par la ville, le long de la calanque du Lacydon, mais les chantiers navals dont parle César se situaient sans doute plus à l’est, au fond de celle-ci. L’autre point d’attaque de Trebonius se place certainement au nord-ouest du rempart, non loin de l’actuel port de La Joliette.

[4] Vitruve, qui donne dans la dernière partie de son traité De l’architecture une brève description du siège de Marseille, parmi d’autres sièges célèbres, évoque aussi l’énergie mise par les Marseillais à repousser les assauts des assiégeants avec des moyens sophistiqués (10.16.11-12). Mais sa description du siège est assez différente de celle de César.

[5] On voit qu’il s’agit d’un engin de siège, et non de la formation d’infanterie bien connue qui permet à des soldats d’avancer groupés à l’abri de leurs boucliers, et que Lucain évoque dans sa description du siège, peut-être parce qu’il a mal lu le récit de César (Phars. 3.474-480). Vitruve fournit une description très précise du mode de construction de ces engins de siège (10.14.1-2).

 

[6] Ce personnage n’est pas autrement connu. Pompée l’avait probablement chargé de cette mission à l’annonce de la défaite navale de Domitius et des Marseillais.

[7] Naues aeratae : leur éperon (rostrum) était en bronze.

[8] César l’avait envoyé en Sicile après que l’armée de Pompée eut quitté Brindes (1.30.3).

[9] Après leur précédente défaite (1.58.4-5).

[10] Neuf bateaux (cf. 1.58.5).

[11] Lucain décrit de façon plus sobre l’enthousiasme des Marseillais (Phars. 3.516-520).

[12] Strabon mentionne cette place parmi celles que Marseille avait installées pour surveiller les populations établies près de la côte, vers l’est (4.1.5). Elle se trouve très certainement au Brusc, sur la presqu’île du cap Sicié, en face de l’île des Embiez, à une cinquantaine de km de Marseille.

[13] Cf. 1.36.4 : douze bateaux.

[14] Lors de la première bataille navale (1.58.5).

[15] Le camp romain était certainement installé sur la colline St-Charles. Strabon décrit le site de Marseille comme un amphithéâtre rocheux dominant la mer (4.1.4).

[16] Cette évocation des sentiments des Marseillais restés dans la ville et, au chapitre suivant, de ceux qui prennent part au combat, de même que la description de la bataille navale, rappellent beaucoup la manière dont Thucydide rend compte de celle qui mit fin à la fameuse expédition de Syracuse pendant la guerre du Péloponnèse, en 413 (7.70-71).

[17] Lucain donne de cette bataille une description très différente, accumulant les scènes de mêlée sans vue d’ensemble (Phars. 3.540-762).

[18] Cf. leur rôle dans la précédente bataille navale (1.57.3 ; 58.4).

[19] On sait que L. Nasidius continua la lutte contre les césariens : on le retrouve à la tête d’une flotte en Afrique et en Sardaigne en 47. La flotte marseillaise comprenait, au début du combat, neuf navires de guerre et un nombre non précisé de bateaux de pêche transformés pour l’occasion (2.4.1-2).

[20] C’est-à-dire le secteur nord du rempart (cf. 2.1.2).

[21] Ici commence un long développement (chap. 8-9-10), très technique, qui décrit par le menu la construction de deux ouvrages de siège originaux, une tour en briques et une galerie couverte (musculus). La précision des détails et le style de l’exposé ont fait soupçonner que César, qui n’était pas sur place, se soit appuyé sur un rapport de Trebonius ou d’un de ses officiers (cf. Carter 1991, p. 218 ; Damon 2015, p. 182-183). Mais le procédé qui consiste à insérer un développement technique dans un récit de siège ou de campagne a déjà été utilisé ailleurs par César (pont sur le Rhin en BG 4.17.3-10 ; mur gaulois en BG 7.23 ; navires des Vénètes en BG 3.13). Par ailleurs, il existait dans la littérature grecque et romaine une tradition d’écrits techniques concernant la poliorcétique (l’art d’assiéger et de défendre les villes), illustrée à Rome par Vitruve (cf. la note à 2.2.2), et à laquelle ce passage se rattache. Plusieurs des développements que Vitruve consacre à des engins de siège sont, par leur organisation et leur vocabulaire, très proches de ces trois chapitres césariens (10.14 et 10.15.2-7).

[22] Cette notation, qui met l’accent sur l’ingéniosité qui permet de résoudre un problème pratique, est caractéristique des écrits de mécanique dont relève la poliorcétique grecque et romaine. L’ingéniosité consiste ici à mettre au point un système de protection des ouvriers, comme on le voit au chapitre suivant.

[23] César utilisa ce type d’engins en d’autres occasions (par exemple le siège de Gomphi en Thessalie en 48 : BC 8.80.5), mais ce passage est le seul qui en donne une description aussi détaillée.

[24] Il s’agissait de briques crues, peu résistantes à l’eau.

[25] C’était l’usage, quand une ville était prise d’assaut (per uim : cf. plus loin 2.23.3) parce que ses habitants n’avaient pas négocié leur reddition, de la livrer au pillage.

[26] Ce sont des bandeaux de laine portés habituellement par les prêtres ou les animaux sacrifiés, mais on les utilise aussi en contexte de guerre comme signe de capitulation (cf. par exemple les envoyés de Carthage après la défaite de Zama : Liv. 30.36.4).

[27] Cette allusion à la réputation de Marseille comme haut lieu de l’éloquence de tradition grecque, bien connue grâce notamment à Strabon (4.1.5), est manifestement ironique : la suite du récit montre combien les paroles des Marseillais sont trompeuses (2.14.1). La formulation de César, évoquant la façon dont l’orateur fait appel aux émotions, traduit l’influence des traités de rhétorique.

[28] Celle qui se trouvait au sud, près du port, du côté gauche du point de vue des Romains (cf. 2.1.1-2).

[29] Lucain décrit en termes pathétiques la destruction d’un bois sacré des environs de Marseille (Phars. 3.399-452).

[30] Plus loin, César indique d’autres raisons qui poussèrent les Marseillais à capituler : famine, épidémie et annonce de la défaite des armées pompéiennes à Ilerda (2.22.1-2). Ici il reste dans le registre de la poliorcétique.