Archives par mot-clé : crapules marseillaises

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas ! (n°26)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 136, novembre 2013, article un)

 

Mme Joyssans, mairesse d’Aix et les « crapules marseillaises »

(où il sera question de l’étymologie de crapule)

 

scène de banquet du peintre Nicias (Wikicommons)

 

EN SEPTEMBRE DERNIER de cette grande année de la culture 2013, la mairesse d’Aix-en-Provence, Madame Maryse Joissains, a prouvé l’étendue de son vocabulaire en qualifiant de “crapules marseillaises” les braqueurs cagoulés du parking Pasteur qui étaient repartis avec 90 000 euros. Je voudrais faire deux remarques. D’abord, il faut saluer le féminisme de Mme Joissains ; on se plaint souvent qu’il  n’existe pas de mot féminin pour parler des femmes qui exercent telle ou telle fonction. J’ai moi-même hésité avant d’oser employer le terme de mairesse. Hé bien, Madame le maire n’hésite pas à qualifier le quarteron de malfrats du terme féminin de “crapules marseillaises”. C’est un grand progrès vers l’égalité des sexes, en attendant les gangs véritablement féminins… Deuxièmement, je salue l’hommage qui est fait ici à la fine fleur des Marseillais et à leurs lointains ancêtres phocéens (et donc grecs), puisque la mairesse d’Aix-en-Provence fait usage d’un antique vocable grec en les qualifiant de crapules.

 

Le chou et la « gueule de bois »

Cela me donne l’occasion de revenir sur ce mot qui se disait en grec κραιπάλη [kraïpálê]. Le mot désigne ce qu’on appelle en français trivial la « gueule de bois ». Le chou a, paraît-il, de certaines vertus pour soigner ce mal. Aristote s’est même emparé de la question dans ses Problèmes (873a). Est-ce de là que vient l’expression amoureuse « mon chou », je ne sais. Toujours est-il qu’un auteur de comédie, un certain Eubule, au IVe siècle avant J.-C., nous met en scène un personnage, sans doute un amant, qui soudain s’écrie :

γύναι,

ῥάφανόν με νομίσασ’ εἰς ἐμέ σου τὴν κραιπάλην

μέλλεις ἀφεῖναι πᾶσαν, ὡς ἐμοὶ δοκεῖς.

« Femme, tu me prends pour un chou, et tu vas me passer toute ta gueule de bois, à ce qu’il semble. » (Athénée, Deipnosophistes, I, 62)

Je laisse à l’imagination de mes lecteurs toute licence pour se représenter dans quelle action théâtrale devait se trouver le personnage en question…

 

La tête qui lance…

Visiblement le mot grec κραιπάλη [kraïpálê] était aussi obscur aux Grecs que l’expression gueule de bois l’est aux Français. Galien, le célèbre médecin du second siècle après J.-C., rappelle la définition du mot et son étymologie  dans son Commentaire des aphorismes d’Hippocrate (éd. Kühn, vol. XVII-2, p. 788-789):

κραιπάλας δ’ ὅτι πάντες οἱ Ἕλληνες ὀνομάζουσι τὰς ἐξ οἴνου βλάβας τῆς κεφαλῆς εὔδηλον. Οὕτως γοῦν ἔνιοι καὶ τὴν ἐτυμολογίαν ἐποιήσαντο τῆς προσηγορίας ἀπὸ τοῦ κάρηνον πάλλεσθαι γεγονέναι φάσκοντες.

« Que tous les Grecs appellent kraïpálê les maux de tête qui viennent du vin, c’est une chose évidente. C’est ainsi en tout cas que certains ont fait également l’étymologie du mot qu’ils tiraient, disaient-ils, du fait que la tête les lançait. »

Bref, pour les Grecs κραιπάλη [kraïpálê] serait un mot composé fait de κραι- (tête) et –πάλη (élancement). Le premier élément du mot : κραι- [kraï-], renvoie à la «tête» en grec : κάρα ou κρα, avec un a final long dans ces deux formes [karā] ou [krā]. De là vient le latin crapula. Car Frédérique Biville, Les emprunts du latin au grec, vol. II p. 321-323, a montré que le mot a été emprunté par les Romains aux Grecs sous la forme crāpula, tout comme le nom de peuple Θρᾷξ [Thrāix] qui donne en latin Thrāx « le Thrace ». Pour ce qui est du traitement en latin du deuxième élément du mot -πάλη [–palê] en –pula, il est tout à fait traditionnel avec fermeture ou apophonie de la voyelle brève intérieure du mot. Ainsi le a se ferma en u ; que l’on songe à catapulta qui vient du grec καταπάλτης [katapaltês] (où l’on retrouve d’ailleurs la même racine grecque –pal- au sens de « lancer »).

 

Les Romains ne connaissaient-ils pas la gueule de bois avant les Grecs ?

J’avoue que je suis bien surpris de cet emprunt… Les Romains ne connaissaient-ils pas la gueule de bois avant les Grecs ? Ou bien n’avaient-ils pas de mots pour la dire ? Ou bien alors avaient-ils un autre mot et cela faisait plus chic de le dire en grec ? Le terme, en tout cas, est attesté dès le début de la littérature latine, avec Plaute (env. 254-184 av. J.-C.). Deux siècles plus tard, le grand Cicéron ne manque pas d’accuser Antoine d’ivrognerie dans les Philippiques (II, 30) et lui demande de cuver son vin avant de venir lui faire des reproches : edormi crapulam et exhala (littéralement, « fais dormir ta gueule de bois et exhale-la »). De fait, Antoine avait une drôle de manière de cuver son vin puisque Cicéron (II, 62) nous raconte qu’après une nuit très arrosée au mariage d’un acteur de mime, Antoine s’était rendu au forum et avait eu la bonne idée de vomir devant tout le peuple romain … O tempora, o mores !

 

« Gloire aux hallebardiers, ils n’ont pas de scrupule… »

Le mot a disparu dans le passage au roman et au français. Il ne réapparaît qu’au milieu du XIVe siècle dans le Roman des déduits de Gace de la Buigne (v. 1991-1992) qui conseille aux maîtres fauconniers de pratiquer  « contre luxure / Continence et contre crapule /Abstinence », car « Le mestier de fauconnerie / Requiert homme de honneste vie ». Eh bien oui, si vous ne vous occupez pas de votre faucon, si vous ne le nourrissez pas, à la première occasion, il s’en ira… Ici à la gloutonnerie répond l’ivrognerie, ou plutôt luxure rime avec crapule. Cet emprunt du français au latin appartient à la littérature morale. En désignant ainsi d’un mot savant (latin) l’ivrognerie, on en faisait une sorte de monstre moral ! Evidemment, avec le vin vinrent les filles, le mot désigna toute débauche et selon l’expression habituelle, on se livra à la crapule [1]… Peut-être que le mot ne fut pas bien compris et que l’on crut que la crapule désignait les compagnons de débauche vus comme un tout peu recommandable (bien sûr !), la canaille, la fripouille et la racaille réunies. Ce dernier mot de racaille a été naguère mis à la mode par un homme célèbre,  un « lettré » de la même farine que Mme Joissains, qui aurait je crois pu citer ces vers de Victor Hugo (La légende des siècles, Le régiment du baron Madruce I, 22-23) :

Gloire aux hallebardiers, ils n’ont pas de scrupule

Contre la populace et contre la crapule…

A partir de ces mêmes termes de canaille ou de racaille, on passe facilement du collectif au singulier : ainsi on peut dire à quelqu’un « ma petite canaille ! », voire, « mon canaillou !», et même : « ma petite racaille ! ». Ainsi en Afrique, on parle d’un enfant qui fait « le crapule ». A ce propos il me vient une idée… peut-être n’avais-je rien compris quand Mme la mairesse parlait de « crapules marseillaises »  — c’était une marque de complicité affective ?… Non, non, que nenni : il n’y a rien, il ne saurait rien y avoir, il n’y aura jamais rien de commun entre Madame le maire et la « crapule marseillaise »✮

Christian Boudignon,

Université d’Aix-Marseille, CNRS, TDMAM UMR 7297, 13094 Aix-en-Provence, France.


[1] A ce propos, Janine Kaminski me signale amicalement que le mot κραιπάλη signifie «débauche» aussi en grec moderne.