Archives par mot-clé : confinement

Un dialogue inconnu de Glaucon frère de Platon découvert à Patmos !

► ὁ λύχνος n° 158, mars 2021, article treize (1er avril 2021)

L’âme ailée, deuxième  siècle. avant J.-C., Musée d’Antalya (Turquie)

Un dialogue du frère de Platon retrouvé : Κέφαλος ἢ περὶ κατακλείσεως Céphale ou Sur le confinement (ou Sur l’enfermement).

 

Gilles Dorival, de retour il y a quelques jours de la Bibliothèque de Patmos nous a livré un renseignement très confidentiel qui lui a été communiqué par le moine bibliothécaire du monastère Saint Jean le Théologien, le Père Dimitri Pseudopoulos. Un nouveau dialogue de Glaucon, le frère de Platon, a été retrouvé dans le manuscrit Patmiacus 637. Il porte le titre de Céphale ou Sur le confinement. Il met en scène Céphale de Syracuse, un métèque, le père de Lysias qui apparaît dans la République de Platon dans un dialogue nocturne avec Socrate. Céphale et quelques amis se sont introduits de nuit dans la prison de Socrate et veulent l’en délivrer. Socrate refuse en arguant que de même que l’âme est prisonnière du corps, de même il est prisonnier de sa geôle : en en sortant, il ne connaîtrait pas la véritable libération. Ce n’est que par les ailes de l’amour que l’âme peut s’élever hors du corps ; avec beaucoup d’humour Socrate refuse donc de quitter sa prison, sinon par les airs. Il explique que la mort est la vraie libération de l’âme emprisonnée et qu’il ne faut donc pas se lamenter de le voir ainsi enfermé et condamné. C’est au contraire un temps béni qui lui permet de méditer et de se ressouvenir de la beauté première en regardant sa geôlière qui lui apporte sa nourriture chaque jour et en exerçant son âme à la continence même dans le confinement (ou l’enfermement).

« Un jour, est-il écrit, voulant le tenter, cette dernière feignit d’être poursuivie par des hommes et se réfugia dans sa cellule. Emu par sa supplique, Socrate la fit entrer et comme elle lui demandait le seul lit qu’il y avait, il lui octroya d’être enfermée avec lui » (d’où le nom du dialogue). « A la fin, malgré plusieurs supplications, elle se leva sans avoir obtenu ce qu’elle voulait de lui et elle déclarait à ceux qui s’en informaient qu’elle avait quitté non pas un homme mais une statue d’homme. »

Καί ποτε ἐθέλησε πειρᾶσαι αὐτὸν καὶ δῆθεν διωκομένη ὑπό τινων κατέφυγε εἰς τὸ οἰκίδιον.  Ὁ δὲ ἕνεκα τῆς δεήσεως εἰσεδέξατο καὶ ἑνὸς ὄντος κλινιδίου δεομένῃ, μετέδωκε τῆς κατακλείσεως μεθ᾽ἑαυτοῦ. Καὶ τέλος πολλὰ ἐκλιπαροῦσα ἄπρακτος ἀνέστη τε καὶ ἔλεγε πρὸς τοὺς πυνθανομένους ὡς οὐκ ἀπ᾽ἀνδρὸς ἀλλ᾽ἀπ᾽ἀνδριάντος ἀνασταίη.

C’est sur ces mots que se termine le dialogue sans que l’on sache s’il s’agit là de sa fin ou bien si Glaucon l’a laissé inachevé. On sait par Diogène Laërce, Vie et doctrine des philosophes illustres, I, 2, que Glaucon avait écrit neuf dialogues : Phidyle, Euripide, Amynthicos, Euthias, Lysithède, Aristophane, Céphale, Anaxiphème et Ménexène. On les croyait tous perdus, il n’en est plus ainsi. Cette découverte nous permettra de mieux cerner le style de la famille de Platon et l’art du dialogue. C’est une découverte majeure qui fera date dans l’histoire de la littérature grecque.

[Poisson d’avril !]

Christian Boudignon

 

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts