Archives par mot-clé : commentaire

Louis Hauseux : Nouvelles notes sur les Thesmophories d’Aristophane

► ὁ λύχνος n° 158, mars 2021, article six.

Enlèvement de Perséphone. Face A du « cratère de Perséphone », un cratère à volutes apulien à figures rouges, v. 340 av. J.-C., Altes Museum, Berlin (wikicommons)

 

Nouvelles notes sur les Thesmophories d’Aristophane

Vers 291 ; 455-458 ; 558-559 ; 894 ; 910.

 

Profitant de l’accueil très chaleureux reçu chez λύχνος au mois de novembre – et puisqu’il m’est permis de renouveler l’expérience –, c’est avec grand plaisir que je soumets quelques nouvelles notes sur la pièce des Thesmophories d’Aristophane à la sagacité des lecteurs.

Pour une introduction aux Thesmophories, je renvoie à celle précédemment écrite pour le numéro de novembre 2020 de λύχνος : https://ch.hypotheses.org/4122 ; nous conseillons vivement au lecteur non encore aguerri à la philologie de commencer par cet article-là avant de se lancer dans la lecture de celui-ci : outre l’introduction au sujet de la pièce d’Aristophane et à son contexte historique, on y trouvera aussi la présentation succincte d’anciens lexiques auxquels je recours souvent, quelques éditions critiques des Thesmophories ainsi que les divers témoins archéologiques (manuscrits, papyrus, citations) des passages concernés par les notes.

Quand les noms de Ravennas, Hésychius, Suidas, Fritzsche ou encore Austin seront devenus familiers au lecteur, il pourra alors sereinement se lancer dans la lecture des notes qui suivent.

Ces nouvelles notes me seront aussi l’occasion d’apposer quelques addenda… voire plutôt des corrigenda sur la précédente quarte note (vers 288 à 291) : les très pertinentes objections communiquées par Jean-Victor Vernhes me poussèrent à reconsidérer intégralement l’interprétation de ce passage.

  • 1 Vers 291 (corrigenda de la précédente quarte note)

Thesmophories, vers 279 à 294 :

Μνησίλοχος –                           δεῦρό νυν ὦ Θρᾷτθ᾽ ἕπου.

ὦ Θρᾷττα θέασαι, καομένων τῶν λαμπάδων

ὅσον τὸ χρῆμ᾽ ἀνέρχεθ᾽ ὑπὸ τῆς λιγνύος.

ἀλλ᾽, ὦ περικαλλεῖ Θεσμοφόρω, δέξασθέ με

ἀγαθῇ τύχῃ καὶ δεῦρο <καὶ> πάλιν οἴκαδε.

ὦ Θρᾷττα τὴν κίστην κάθελε, κᾆτ᾽ ἔξελε

τὰ πόπαν’, ὅπως λαβοῦσα θύσω ταῖν θεαῖν.

δέσποινα πολυτίμητε Δήμητερ φίλη

καὶ Φερρέφαττα, πολλὰ πολλάκις μέ σοι

θύειν ἔχουσαν, εἰ δὲ μή, ἀλλὰ νῦν λαθεῖν

καὶ τὴν θυγατέρα χοιρίον ἀνδρός μοι τυχεῖν

πλουτοῦντος, ἄλλως τ᾽ ἠλιθίου κἀβελτέρου,

καὶ πρὸς θάληκον νοῦν ἔχειν μοι καὶ φρένας.

ποῦ ποῦ καθίζωμ᾽ ἐν καλῷ, τῶν ῥητόρων

ἵν᾽ ἐξακούω ; σὺ δ᾽ ἄπιθ᾽ ὦ Θρᾷττ᾽ ἐκποδών.

δούλοις γὰρ οὐκ ἔξεστ᾽ ἀκούειν τῶν λόγων.

282 περὶ καλλῆ R : περικαλλεῖ Kaibel || Θεσμοφόρῳ R : Θεσμοφόρω Photius α 1386 283 <καὶ> suppl. Bentley 285 τὰ πόπανʹ Π, Porson : τὸ πόπανον R 287 Φερρέφαττα Π, Thiersch : Φερσέφαττα R 289 καὶ τὴν θυγατέρα R : del. Willems || χοῖρον R : χοιρίον Fritzsche ap. schol. 290 τʹ R : δ’ Hermann 291 πρὸς θάληκον R : Ποσθαλίσκον Dindorf : πρὸς θάλικα Bibi

Mnésiloque – Par ici, Thratta, suis-moi. Vois, Thratta,

sous la lueur fumeuse des torches ardentes, vois la foule qui monte.

— Thesmophores, merveilles de beauté, accueillez-moi

sous d’heureux auspices, ici et à mon retour au logis.

— Thratta, dépose la ciste, et tires-en

les gâteaux, pour que je les offre aux deux déesses.

— Maîtresse très honorée, chère Déméter,

et toi Perséphone, puissé-je mainte et mainte fois

être à même de te sacrifier et, à tout le moins…

[ … ]

— Où donc, où m’asseoir en bonne place pour entendre les orateurs ?

— Toi, Thratta, retire-toi à l’écart,

car il n’est pas permis aux esclaves d’ouïr ce qui se dit ici.

 

Euripide a dévoilé ses plans : envoyer quelqu’un aux Thesmophories déguisé en femme chargé de le défendre ; car les femmes ont prévu de le faire périr, dans leur assemblée à huis-clos, pour les saletés qu’il répand sur elles.

C’est Mnésiloque, le beau-père d’Euripide, qui se dévoue pour faire le sale boulot : il est rasé, épilé, flambé et vêtu d’habits de femmes. Il peut maintenant rejoindre à temps la fête féminine des Thesmophories.

Il arrive devant le temple où il a juste le temps de faire une prière (v. 279-294) avant que les femmes ne tiennent assemblée.

Les vers 288 à 291 ont fait l’objet de nombreux débats ; et pour cause : le mot θάληκον (v. 291) est inconnu au bataillon des lexiques !…

J’avais proposé dans le précédent numéro de λύχνος une interprétation de la scène qui s’inscrivait en faux avec la tradition qui comprend unanimement la prière de Mnésiloque comme une prière pour ses enfants : sa fille (vers 289-290) et son garçon (vers 291). Je proposais au contraire d’y voir une prière de Mnésiloque pour lui-même, se souhaitant la richesse et le succès.

J’avais pourtant appris à l’école de Willems à être très respectueux du texte transmis d’Aristophane ; or, dans ce passage des Thesmophories, je me suis laissé aller aux conjectures à outrance : j’y changeais λαθεῖν en λαβεῖν ; je biffais καὶ τὴν θυγατέρα après Willems qui n’y voyait qu’une glose explicative de χοιρίον ; et, après avoir encore corrigé θάληκον en θυλάκιον, je me voyais aussi obligé de changer l’ordre des mots καὶ πρὸς θάληκον → πρὸς θυλάκιον καὶ pour respecter la métrique (gratia metri, comme on dit). Cela faisait beaucoup trop de changements pour rester honnête vis-à-vis du texte… ὕβρις, ὕβρις, quand tu nous tiens !

Le châtiment ne tarda pas à tomber ; ce fut par le bras armé de science et de bon sens de Jean-Victor Vernhes : l’objection la plus importante était que, de quelque façon qu’on torde la phrase grecque, ἀνδρός μοι τυχεῖν πλουτοῦντος ne peut en aucun cas signifier « m’obtenir d’être un homme riche ». Un point restait : si donc Mnésiloque fait effectivement une prière à haute voix afin de berner l’assemblée des femmes en train d’arriver, comment se fait-il qu’il se trahisse : ἀλλὰ νῦν λαθεῖν, « mais pour aujourd’hui rester caché » ? Jean-Victor Vernhes y a très simplement répondu : Mnésiloque prononce ces trois mots en aparté, à voix basse pour ne pas être entendu des autres femmes[1].

Reprenons notre texte (vers 286-290) :

δέσποινα πολυτίμητε Δήμητερ φίλη

καὶ Φερρέφαττα, πολλὰ πολλάκις μέ σοι

θύειν ἔχουσαν, εἰ δὲ μή, ἀλλὰ νῦν λαθεῖν

καὶ τὴν θυγατέρα χοιρίον ἀνδρός μοι τυχεῖν

πλουτοῦντος, ἄλλως τ᾽ ἠλιθίου κἀβελτέρου,

(haut :)— Maîtresse très honorée, chère Déméter,

et toi Perséphone, puissé-je maintes et maintes fois

être à même de te sacrifier (à voix basse 🙂 et à tout le moins rester caché aujourd’hui.

(haut 🙂 Et que ma petite chatte de fille me trouve un mari

riche, d’ailleurs benêt et stupide …

Nous arrivons au vers 291 :

καὶ πρὸς θάληκον νοῦν ἔχειν μοι καὶ φρένας.

Que signifie ce ‘ θάληκον’, inconnu autrement ?

Une scholie en marge du manuscrit de Ravenne se référant probablement au 291e vers indique : τὸν παιδαρίσκον[2]. ἴσως δὲ παρὰ τὴν πόσθην αὐτὸ συνέθηκεν, « Le jeune garçon. Peut-être à rapprocher du pénis (πόσθη). » À l’unanimité, les commentateurs s’en sont remis à cette scholie pour en induire que πρὸς θάληκον était une transmission fautive d’un surnom de garçon, forgé sur le mot πόσθη, le membre[3]. La reconstruction encore la plus en vogue (et la plus proche du texte transmis) est celle de Dindorf : πρὸς θάληκον → Ποσθαλίσκον, où Ποσθαλίσκον désignerait le fils (fictif) de Mnésiloque.

À ce ποσθαλίσκον, Willems a opposé deux raisons[4], que je crois fortes et fondées : « il est plus que douteux que ce dernier mot [Ποσθαλίσκον] soit grec, les diminutifs se faisant en -ισκος et non en -αλισκος. (On cite, il est vrai, κωραλίσκος, παιδαρίσκος et μειρακίσκος. Ce serait concluant s’il n’y avait pas l’intermédiaire de κωράλιον, παιδάριον et μειράκιον[5]. Si des diminutifs comme ποσθάλιον et ποσθαλίσκος avaient existé, ils n’auraient pu manquer d’être relevés par d’anciens lexicographes[6].) »

À l’école de Willems, j’ai aussi appris à me méfier du scholiaste[7], cet « ignare byzantin », et faire bien davantage confiance à l’« alexandrin » Hésychius. Autres lieux, autres temps et autres sciences !

Comme l’a déjà fait remarquer Alphonse Willems, Hésychius n’a jamais mentionné de ποσθαλίσκον ou autre composé de πόσθη pouvant expliquer notre πρὸς θάληκον. En revanche, l’on trouve chez Hésychius (θ 50) :

θάλλικα· σάκκου εἶδος

Thallika : sorte de sac.

Substituer θάλικα à θάληκον semble à peine être une correction par rapport à ce qui était proposé jusqu’ici[8].

La glose d’Hésychius sur θαλλικοποιοί laisse à penser que le sac en question était fait de cuir et qu’il ressemblait à un petit coffret.

Pour le sens, Jean-Victor Vernhes « estime qu’il s’agit du sac où cette femme met des bijoux, la clef de sa maison, ses emplettes, sa carte de crédit (et bientôt, vous allez voir, celle de son mari), et qu’il symbolise d’une façon générale, ses affaires, ses intérêts, au profit desquels elle exploite son nigaud de conjoint. Elle finira par tout fourrer dans son sac ! »

Comprendre ce θάλλικα comme une métonymie du portefeuille du ménage (ou, pour rester plus proche de ce à quoi devait ressembler un véritable θάλιξ, une cassette), portefeuille que la fille devra gérer avec économie et esprit contrairement à ces idiots d’hommes, me paraît être tout à fait dans le ton d’Aristophane ! (Thème qui lui est cher : confier les clefs de la cité tout autant que celles du ménage à des femmes, femmes qui réussissent autrement mieux que les hommes à cette tâche ! Il y a de nombreux passages de l’Assemblée des Femmes ou de discours de Lysistrata qui pourraient faire écho à ce genre de prière !)

Un point reste à élucider : comment expliquer la scholie : τὸν παιδαρίσκον. ἴσως δὲ παρὰ τὴν πόσθην αὐτὸ συνέθηκεν ? Si l’on admet que le scholiaste avait devant lui θάλικα ou θάλικον, et qu’il l’analysait non comme un dérivé de θάλιξ, qu’il ignorait, mais comme un mot formé sur τὸ θάλος, la jeune pousse et, dans un sens métaphorique, rejeton, enfant suivi d’un suffixe en -ικος, l’on peut comprendre le quiproquo, facilité par l’évocation deux vers plus haut de la fille de Mnésiloque.

Lisons donc le vers 291 ainsi :

καὶ πρὸς θάλικα νοῦν ἔχειν μοι καὶ φρένας.

291 πρὸς θάληκον R : Ποσθαλίσκον Dindorf : πρὸς θάλικα Bibi

et m’avoir l’esprit et l’intelligence appliqués à la cassette.

Je voudrais à présent aborder une question en rapport avec ce passage, celle de notre anti-héros : Mnésiloque. Dans le manuscrit de Ravenne, le protagoniste des Thesmophories est indifféremment évoqué par les termes Μνησίλοχος ou κηδεστής, le parent par alliance. Parent par alliance, il l’est assurément[9] !… mais est-il vraiment ce Mnésiloque que les Vies d’Euripide présentent comme le père de la première femme d’Euripide, Χοιρίνη ou Χοιρίλη ? Si tel est le cas, alors il est certain qu’Aristophane ne pouvait se priver de cette prière factice de Mnésiloque à sa fille pour tacler Euripide ! Faut-il supposer que l’acteur mâchait au vers 289 son χοιρίον pour faire entendre Χοιρίν’ ? Ou, au contraire, faut-il arguer de l’absence d’allusion à Euripide dans ce passage pour aller dans le même sens que la majorité des éditeurs modernes, pour qui la précision de l’identité du κηδεστής est un ajout postérieur à Aristophane ? La question, pour moi, n’est toujours pas tranchée ; qu’un lecteur éclairé m’éclaire !

  • 2 Vers 455-456

Thesmophories, vers 443 à 458 :

Στεφανόπωλις – ὀλίγων ἕνεκα καὐτὴ παρῆλθον ῥημάτων.

τὰ μὲν γὰρ ἄλλ ̓ αὕτη κατηγόρηκεν εὖ·

ἃ δ ̓ ἐγὼ πέπονθα, ταῦτα λέξαι βούλομαι.

ἐμοὶ γὰρ ἁνὴρ ἀπέθανεν μὲν ἐν Κύπρῳ

παιδάρια πέντε καταλιπών, ἁγὼ μόλις

στεφανηπλοκοῦσ ̓ ἔβοσκον ἐν ταῖς μυρρίναις.

τέως μὲν οὖν ἀλλ ̓ ἡμικάκως ἐβοσκόμην·

νῦν δ ̓ οὗτος ἐν ταῖσιν τραγῳδίαις ποιῶν

τοὺς ἄνδρας ἀναπέπεικεν οὐκ εἶναι θεούς·

ὥστ ̓ οὐκέτ ̓ ἐμπολῶμεν οὐδ ̓ εἰς ἥμισυ.

νῦν οὖν ἁπάσαισιν παραινῶ καὶ λέγω

τοῦτον κολάσαι τὸν ἄνδρα πολλῶν οὕνεκα·

ἄγρια γὰρ ἡμᾶς ὦ γυναῖκες δρᾷ κακά,

ἅτ ̓ ἐν ἀγρίοισι τοῖς λαχάνοις αὐτὸς τραφείς.

ἀλλ ̓ εἰς ἀγορὰν ἄπειμι· δεῖ γὰρ ἀνδράσιν

πλέξαι στεφάνους συνθηματιαίους εἴκοσιν.

443 γυνὴ ἑτέρα R : Κρίτυλλα Sommerstein || ἕνεκ ̓ αὐτὴ R : ἕνεκα καὐτὴ Porson 446 ἀνὴρ R : ἁνὴρ Brunck 450 ταῖσι R : ταῖσιν Brunck 453 ἁπάσαισι R : ἁπάσαισιν Gellius Ν.Α. 15.20 456 τοῖς Plut., Mor., 853C, Gellius N.15.20 : om. R

 

Tresseuse de couronnes – Ce n’est que pour ajouter quelques mots que je m’avance à mon tour.

Les autres chefs d’accusation ont été traités à souhait.

Mais ce que j’ai souffert personnellement, je tiens à le dire.

Mon mari mourut à Chypre,

me laissant cinq petits enfants, que je nourrissais à grand’peine

en tressant des couronnes sur le marché aux myrtes.

En attendant, je gagnais ma vie vaille que vaille.

Mais aujourd’hui cet homme, avec ses tragédies,

a persuadé aux gens qu’il n’y a pas de dieux ;

de sorte que notre commerce est réduit environ de moitié.

C’est pourquoi je vous recommande à toutes et vous requiers

de le punir, cet homme, pour quantité de raisons.

Car il nous agresse, ô femmes, de ses agraires aigreurs,

nourri qu’il fut d’agrestes herbes.

Mais je m’en vas à l’agora.

Car j’ai vingt couronnes à tresser à prix convenu.

 

Le procès d’Euripide a été ouvert et la parole est à l’accusation. Après un premier réquisitoire-fleuve, une seconde oratrice s’avance et prend la parole (vers 443-458).

Le reproche apparent de l’oratrice est que l’impiété d’Euripide a entraîné… la chute des ventes de couronnes ; accusation on-ne-peut-plus frivole ! et qui déchaînera pourtant l’enthousiasme du chœur quelques vers plus loin (κομψότερον ἔτ᾽ ἢ τὸ πρότερον, « plus intelligent encore que le premier [discours] » […] οἷα κατεστωμύλατο, « comme elle a bien parlé » […] φρένας ἔχουσα, « elle a de l’esprit » etc.

Cette crise coronéconomique, terrible pour elle – comme nous pouvons nous en douter – n’est cependant peut-être pas à prendre au pied de la lettre. En outre, la fin de sa tirade semble en contradiction avec sa plainte : elle dit devoir s’en aller car elle a quantité de commandes à honorer.

Les allusions, doubles sens et sous-entendus, sont donc certainement au rendez-vous et nous allons tenter de défricher un peu tout cela !

Je laisse à d’autres commentateurs le soin d’expliquer que la vendeuse de couronnes avoue à mi-mot être une petite vertu rentrant de travailler ; songez donc ! évoquer à la fois Chypre, le marché aux myrtes, la tresse de couronnes ! c’en était bien assez pour que nos fouines dégainent mécaniquement leur lecture sensu obsceno ! On repassera par contre pour obtenir de leur part un embryon d’explication :    1° en quoi l’impiété d’Euripide nuirait-elle effectivement à la prostitution ?    2° comment une mère de cinq enfants pourrait-elle se permettre de faire le tapin sans provoquer l’hilarité générale[10] ?

S’il y a quelques sous-entendus salaces, ils ne sont certainement pas là pour que l’oratrice se décrédibilise elle-même ; faut-il le rappeler : la cible est Euripide !

Le point culminant de l’attaque se trouve aux vers 455-456 :

ἄγρια γὰρ ἡμᾶς ὦ γυναῖκες δρᾷ κακά,

ἅτ ̓ ἐν ἀγρίοισι τοῖς λαχάνοις αὐτὸς τραφείς.

Aristophane joue sur la répétition d’ἄγριος, qualifiant les mauvais comportements qu’Euripide impute à l’engeance féminine dans ses pièces[11] et, au vers suivant, les λάχανα, les légumes qui, lorsqu’ils sont ἄγρια, « sauvages », désignent des herbes sauvages, de celles qui poussent sans qu’on les cultive.

L’allusion porte sur le métier (supposé) de la mère d’Euripide, vendeuse d’herbes[12] (ou de légumes) dont les poètes comiques firent leurs choux gras.

Mais ce jeu de mots à lui tout seul ne justifie pas – loin s’en faut – les éloges du chœur qui s’ensuivent[13]. Il faut chercher davantage !

En consultant différents recueils de proverbes[14], je suis tombé sur cette citation du poète Dikaïogène[15], que Stobée recueillit dans son Anthologie[16] pour son chapitre consacré au respect filial.

Αὐτὸς τραφεὶς δὲ τῶν φυτευσάντων ὕπο

καλῶς τὸν αὐτὸν ἔρανον αὐτοῖσιν νέμεις

Toi-même élevé [litt. : nourri] par tes parents [litt. : ceux qui t’ont semé],

tu leur partages comme de juste ton propre repas.

Dikaïogène est postérieur de peu à Aristophane, mais le tour paraît effectivement proverbial et donc antérieur à Dikaïogène, qui ne fit que reprendre un fonds populaire. Si tel est le cas – au moins pour la première partie : αὐτὸς τραφεὶς ὑπὸ τῶν φυτευσάντων –, alors nul doute que le spectateur pouvait instinctivement compléter la fin du discours de la vendeuse de couronnes, où αὐτὸς τραφεὶς avait sciemment été rejeté à la fin : ἅτ ̓ ἐν ἀγρίοισι τοῖς λαχάνοις αὐτὸς τραφείς … ὑπὸ τῶν φυτευσάντων… et comprendre que les parents d’Euripide ayant semé de la mauvaise graine – un comble pour sa mère, la λαχανοπωλήτρια ! –, il n’est guère étonnant, d’après le proverbe, que le rejeton sème la zizanie en retour[17]. L’arbre se jugeant à ses fruits, et les fruits d’Euripide étant infestés de petits vers féminassassins, il est naturel que les femmes les aient en travers de la gorge et cherchent en retour à lui faire rendre gorge !

Je ne prétends pas avoir littéralement rendu les images suggérées par l’oratrice, ni que ces jeux sur les expressions françaises soient aussi bons que l’original ; néanmoins, j’espère simplement que par cette méthode le lecteur appréhendera mieux le texte d’Aristophane qu’en recourant à une longue et pédantesque analyse des divers sens et interprétations possibles des mots ‘ἄγρια’, ‘αὐτὸς τραφεὶς’, ‘φυτευσάντων’ et ‘τὸν αὐτὸν ἔρανον’.

Profitons d’ailleurs de cette note sur les λάχανα pour élargir notre champ botanique de recherche à percer le véritable sens des différentes attaques d’Aristophane lancées contre Euripide, ce fils de la λαχανόπωλις. Comprendre ce qu’il lui reproche exactement à travers ces attaques nous prémunira du même coup de bien des hypothèses fantaisistes[18].

Nous allons voir que les multiples attaques contre Euripide, le fils de la vendeuse d’herbes (et notamment de σκάνδιξ, identifié à notre scandix peigne de Vénus[19]), portent contre son style, tout en finasseries, qui essaye vainement d’enrober de jolies phrases ses saletés, ce que l’on peut déjà soupçonner de notre passage des Thesmophories.

Rappelons pour mémoire qu’au vers 387 des Thesmophories, la précédente oratrice, plus prolixe, avait commencé son discours en désignant Euripide du sobriquet d’Εὐριπίδου τοῦ τῆς λαχανοπωλητρίας, fils de la marchande de légumes.

Au vers 478 des Acharniens, alors que Dikaïopolis emprunte à Euripide tout un fatras de matériel puisé dans ses propres drames, voilà qu’il déclenche le courroux d’Euripide en lui demandant :

Δικαιόπολις – σκάνδικά μοι δὸς μητρόθεν δεδεγμένος.

Εὐριπίδης – ἁνὴρ ὑβρίζει· κλῇε πηκτὰ δωμάτων.

Dikaïopolis – Donne-moi de ce scandix que tu tiens de ta mère.

Euripide – Il m’insulte. « Ferme sur lui les ais solides de la porte. »

Qu’est-ce que Dikaïopolis veut sous-entendre avec ce scandix, qu’Euripide posséderait par héritage maternel ? Le début des Cavaliers aidera à éclaircir cette affaire : les deux personnages présents sur scène sont les généraux Nicias et Démosthène, généraux qui avaient préparé la victoire de Sphactérie (victoire éclatante par la capture de la garnison spartiate). Mais ces deux généraux s’étaient fait voler la vedette par le braillard Cléon débarqué avec un contingent sur place au dernier moment et qui – coup du sort – l’avait emporté[20]. Ils ressassent leur amertume au début de la pièce en se renvoyant la balle pour trouver une idée de salut : que faire ? — Dis-le ! — Non, toi dis-le[21]… Nicias s’interroge : comment tourner cela précieusement à la manière d’Euripide (κομψευριπικῶς). Démosthène rétorque alors (vers 19-20) :

Δημοσθένης – μὴ ‘μοί γε, μὴ ‘μοί, μὴ διασκανδικίσῃς·

ἀλλ᾽ εὑρέ τιν᾽ ἀπόκινον ἀπὸ τοῦ δεσπότου.

Démosthène – Non pas, non pas, ne diascandise pas !

mais imagine quelque branle de sortie qui le décroche du maître[22].

Les dictionnaires traduisent le verbe διασκανδικίζω par « mâcher du cerfeuil »[23] avec un sens imagé de « parler comme Euripide », sens directement tiré du vers 19 des Cavaliers… nous tournons en rond et n’en sommes guère avancés !

Le verbe διασκανδικίζω n’est pas un hapax d’Aristophane ; il se trouve aussi dans un fragment de Téléclide, un autre poète comique contemporain d’Euripide. Ce fragment[24] nous a été conservé par Athénée[25] :

Ξυγγενέσθαι διὰ χρόνου †λιπαρείτω† με

δρυπεπέσι, μάζαις καὶ διασκανδικίσαι.

Tout ce que l’on peut inférer du contexte chez Athénée, c’est que δρυπεπής, bien mûr, lorsqu’il ne se rapporte pas à un nom comme c’est le cas ici, désigne une olive.

Il me semble bien avoir trouvé un sens possible à διασκανδικίζω qui rendrait compte des deux passages : non pas comme il est indiqué dans les dictionnaires « se nourrir de σκάνδιξ » mais plutôt : « assaisonner à l’aide de σκάνδιξ » et, dans un sens imagé, « agrémenter », « enjoliver » ; le σκάνδιξ jouant un rôle analogue à notre piment, et les multiples sens du verbe « pimenter ».

Je construis donc : λιπαρείτω (?) με διὰ χρόνου συγγενέσθαι δρυπεπέσι καὶ διασκανδικίσαι μάζαις, « Qu’il m’importune depuis longtemps pour ajouter des olives ainsi qu’agrémenter de scandix des galettes ».

Ce sens pour διασκανδικίζω d’ « agrémenter », « épicer [un discours de circonlocutions] » avec une nuance péjorative comme cela paraît être le cas chez Téléclide convient aussi au passage des Cavaliers.

On peut ainsi proposer la traduction pour le vers 19 des Cavaliers :

Δημοσθένης – μὴ ‘μοί γε, μὴ ‘μοί, μὴ διασκανδικίσῃς·

Démosthène – Arrête-moi ça : ne me saupoudre pas ça de scandix !

Le vers suivant : « ἀλλ᾽ εὑρέ τιν᾽ ἀπόκινον ἀπὸ τοῦ δεσπότου » laisse cependant circonspect : on ne comprend pas bien le rapport entre le scandix et l’ἀπόκινος, défini par le scholiaste comme une danse licencieuse et qui fait entendre par son étymologie le verbe ἀπο-κινέω, se retirer[26]. Certes tout ce passage des Cavaliers est porté à la licence… Certes Cléon est raillé ailleurs pour ses mœurs infâmes ! Mais l’on ne perçoit pas pour autant la transition entre les vers 19 et 20, pourtant soulignée par le « ἀλλ᾽ » au début du vers 20[27]. Comme toujours devant les difficultés, nous savons que nous pouvons compter sur notre bon vieil et fidèle ami : Hésychius ! Voici ce que ce grand érudit a répondu à nos questions :

ἀπόκυνον: μάζα μεμαγμένη φαρμάκῳ, πρὸς ἀναίρεσιν κυνῶν. ἢ εἶδος βοτάνης

apokynon : galette préparée avec du poison, pour la destruction des chiens. Item : sorte d’herbe.

Et la lumière fut : l’ἀπόκυνον, comme le σκάνδιξ, est une herbe sauvage… à cette différence que celui-ci sert de condiment aux pauvres[28] quand celui-là nous débarrasse des nuisibles : chiens selon Hésychius, Cléon pour Aristophane. Ce poison n’est d’ailleurs pas choisi par hasard : tout au long des Cavaliers, Cléon est moqué – sûrement par reprise ironique de quelque propos du véritable Cléon – comme le chien de Dêmos, animal flatteur et cajoleur.

Je propose donc la lecture suivante pour les vers 19-20 des Cavaliers :

Δημοσθένης – μὴ ‘μοί γε, μὴ ‘μοί, μὴ διασκανδικίσῃς·

ἀλλ᾽ εὑρέ τιν᾽ ἀπόκυνον ἀπὸ τοῦ δεσπότου.

20 ἀπόκινον codices omnes : ἀπόκυνον Bibi ap. Hesych.

Démosthène – Arrête-moi ça : cesse de condimentir !

mais trouve-moi plutôt quelque mort-aux-chiens qui en débarrasse son maître.

En conclusion, il semblerait que les lazzis visant Euripide, le fils de la vendeuse d’herbe, soient davantage des métaphores stylistiques que basés sur des faits réels[29] ; la vendeuse d’herbe ayant sûrement la réputation de parler de façon détournée, d’être une embobineuse, comparable en cela à la réputation chez nous des harengères dont le franc-parler est devenu proverbial.

De la même façon, certaines Vies d’Euripide en font le fils d’un κάπηλος[30], d’un boutiquier dirait-on en français ; là encore, le détail est certainement à prendre de façon imagée[31].

Intéressons-nous maintenant plus particulièrement au σκάνδιξ : parmi tout l’étal que pouvaient proposer ces vendeuses de verdure, seul le σκάνδιξ est raillé par les Comiques[32] (je tiens pour rien la pseudo-reconnaissance de Ménélas par Hélène au vers 910 ‘ἐκ τῶν ἰφύων’, d’après les herbes qu’il arborerait ; lecture inepte et que nous balaierons le moment venu).

Quelle est donc la particularité de ce scandix ?

Dans un article fort intéressant[33], Suzanne Saïd, à la suite de P. Fornaro et G. Arrighetti, opte elle aussi pour une interprétation stylistique de la généalogie d’Euripide : « Un auteur qui a un style « vulgaire »[34] et représente le genus tenue (ou subtile) ou, pour parler grec, le Χαρακτὴρ ἰσχνός[35], ne peut qu’être le fils d’un κάπηλος et d’une marchande de σκάνδιξ, surtout quand on sait, par Dioscoride, que cette plante avait des effets laxatifs (εὐκοίλιον). De fait, dans les Acharniens, cette fameuse σκάνδιξ qu’Euripide tient de sa mère est étroitement associée aux « plantes amaigrissantes » (ἰσχνὰ φυλλεῖα)[36]. Dans les Grenouilles, le poète se vante d’ailleurs d’avoir joué les diététiciens et d’avoir « fait maigrir » (ἰσχναίνειν) « au moyen de versiculets, de marches et de bettes blanches »[37] (c’est-à-dire d’une plante qui a exactement les mêmes propriétés que la σκάνδιξ)[38] une tragédie qu’Eschyle avait rendue obèse. Aristophane fait peut-être même ici d’une pierre deux coups : grâce à cette généalogie qui fait de lui le fils d’une « marchande » (-πωλις), il associe Euripide, le « nouveau » poète tragique, aux nouveaux politiciens qui appartiennent tous à la catégorie des « marchands » (-πώλης). »

L’hypothèse d’un Euripide raillé pour son σκάνδιξ en raison des vertus amaigrissantes de cette plante méritait qu’on s’y arrêtât longuement et justifiait la copieuse citation. Elle nous semble néanmoins insuffisante : pourquoi Euripide prendrait-il la mouche quand on lui parle de son scandix alors qu’il se vante de recourir lui-même aux plantes amaigrissantes ? De plus, cela ne nous explique pas davantage la redondance du thème du seul scandix alors qu’en consultant les seuls Théophraste, Pline et Dioscoride, on pourrait établir une liste à n’en plus finir des plantes réputées amaigrissantes ou laxatives.

Je crois avoir établi dans cette note – note qui tend à l’obésité, mais si c’est à la manière d’Eschyle, cela me convient ! – que si Aristophane parle si souvent du σκάνδιξ d’Euripide, c’est parce que le Grec usait lui-même d’un verbe correspondant peu ou prou à notre « enfariner » : διασκανδικίζειν.

Cette trop longue note touchant enfin à sa fin, nous nous permettrons quelque aventureuse conjecture sur l’origine de cette utilisation imagée du σκάνδιξ : il nous semble que si le grec a choisi cette plante, c’est non pas pour ses vertus (réelles ou supposées), mais bien plutôt pour des raisons de sonorité. Cette intuition m’est venue de la consultation de l’Etymologicum Genuium[39] à l’entrée σκάνδαλον, la chausse-trappe, pris ici en un sens imagé : σκάνδαλον: τὸ σκάζειν περὶ τὴν ἀλήθειαν. Image saisissante et évocatrice s’il en est ! « boîter autour de la vérité », « tourner autour du pot-aux-roses ». Elle s’appuie sur un rapprochement pseudo-étymologique[40] entre le mot σκάνδ-αλον et le verbe σκάζειν, boîter… le σκάνδ-ιξ ne pouvait-il pas suggérer la même image : celle de tordre, rendre boiteuse ou de camoufler la vérité en la saupoudrant d’une herbe de vil prix ?

  • 3 Vers 558-559

Thesmophories, vers 558 à 559 :

Μνησίλοχος –              ὥς τ᾽ αὐτὰ κρέ᾽ ἐξ Ἀπατουρίων ταῖς μαστροποῖς διδοῦσαι

ἔπειτα τὴν γαλῆν φαμεν…

558 ὥς τ᾽ αὐτὰ R : ὥς τ᾽ αὖ τὰ Zanetti : ὥς ταῦτα Mun

Mnésiloque –                 Que les viandes des Apaturies, nous les distribuons à nos entremetteuses,

puis que nous accusons la belette…

Alors que Mnésiloque est parvenu à infiltrer la thesmophorienne assemblée et que les femmes ont pu déverser tout leur fiel sur Euripide, Mnésiloque prend à son tour la parole et tente de remplir vaillamment sa périlleuse mission : défendre Euripide !…

S’il commence un discours tout en nuances, il perd bien vite de sa prudence et se met à surpasser le maître Euripide dans la diffamation du genre féminin. Le ton monte rapidement et Mnésiloque en est maintenant à dénoncer les pratiques les plus honteuses des Athéniennes les plus dissolues. (Nous avions déjà analysé dans de précédentes notes les vers 500 et 556-557.) Nous voici à présent au vers 558.

Nous ne nous attarderons pas sur ce que pouvaient bien procurer les procureuses en échange de ces détournements de viandes[41].

Plus intéressante est l’excuse alléguée pour expliquer cette soudaine disparition de viandes. La team 1er degré des commentateurs d’Aristophane n’a pas manqué de faire remarquer que la belette était un animal chapardeur[42]. Certes ! mais ce pauvre animal a surtout bon dos : on l’accuse bien facilement ; ainsi aux vers 1150-1152 de la Paix :

ἦν δὲ καὶ πυός τις ἔνδον καὶ λαγῷα τέτταρα,

εἴ τι μὴ ‘ξήνεγκεν αὐτῶν ἡ γαλῆ τῆς ἑσπέρας·

ἐψόφει γοῦν ἔνδον οὐκ οἶδ᾽ ἅττα κἀκυδοιδόπα

Il y avait aussi au logis de l’amouille et quatre morceaux de lièvre ;

à moins que la belette n’en ait volé hier soir ;

car il se passait là-dedans je ne sais quel bruit et quel remuement.

L’allusion au remue-ménage n’est pas limpide mais il est clair que le sens ne peut être pris littéralement : qui, entendant une belette le dévaliser, ne s’armerait aussitôt d’un bâton pour châtier la voleuse ? (Noter d’ailleurs ici aussi la présence de l’article : γαλῆ.)

Aristophane joue certainement sur un détournement d’une locution proverbiale : la belette attique étant notre bouc-émissaire à qui l’on fait porter le chapeau.

Conformité du grec et du français : la belette joue le même rôle que notre chat, animal qui n’a pas encore été introduit dans l’Athènes du Ve siècle : il chasse les rongeurs ; or, que lit-on chez La Fontaine[43] ?

Le sommeil quitta son logis,

Il eut pour hôte les soucis,

Les soupçons, les alarmes vaines.

Tout le jour il avait l’œil au guet ; et la nuit,

Si quelque chat faisait du bruit,

Le chat prenait l’argent

Ce n’est pas moi qui m’abuse : remplacez l’argent par la nourriture et les deux passages disent exactement la même chose.

Voici ce que l’on trouve dans le Dictionnaire de la langue verte d’Alfred Delvau :

« C’est le chat ! » : Expression de l’argot du peuple, qui souligne ironiquement un doute, une dénégation. Ainsi, quelqu’un disant : Ce n’est pas moi qui ai fait cela. – Non ! c’est le chat, lui répondra-t-on.

Un autre passage de la Paix montre encore mieux ce sens imagé : aux vers 793-795 :

καὶ γὰρ ἔφασχ᾽ ὁ πατὴρ ὃ παρ᾽ ἐλπίδας

εἶχε τὸ δρᾶμα γαλῆν τῆς

ἑσπέρας ἀπάγξαι.

Aussi bien leur père prétend-il qu’un drame qu’il pensait tenir contre toute attente fut étranglé le soir par une belette.

Juste avant ce passage, Aristophane faisait un honnête résumé des bienfaits qu’il a apportés à la Comédie, il en vient ensuite à étriller les nullités de ses poétereaux de contemporains.

Nous en sommes à Carcinos et ses fils qui font des pieds et des mains pour pouvoir danser – c’est-à-dire obtenir la subvention d’un chœur.

Mais une fois le chœur accordé – à rebours de ce qui était attendu ! (παρ᾽ ἐλπίδας) [du bon goût ?] – Carcinos-père fait volte-face et prétend que son drame « fut étranglé le soir par une belette » (c’est encore le soir que la belette commet son forfait). Le scholiaste nous est ici précieux puisqu’il précise que Carcinos voulait représenter une pièce intitulée les Souris (Μῦες[44]) ; encore que la chronique du temps ne nous ait pas conservé l’affaire, il paraît aisé de reconstituer peu ou prou ce qui s’est passé. Les poètes devaient présenter à l’archonte éponyme leur projet. Pour les Dionysies, l’archonte sélectionnait trois tétralogies qui recevaient chacune le soutien financier d’un riche Athénien : le chorège. Ce n’est qu’alors que le poète se mettait à écrire. Et c’est à cette étape que les forces auront probablement manqué à notre Carcinos… ce dernier croyant s’en tirer avec un trait d’esprit : s’il ne peut pas présenter ses Souris, c’est que la belette les a étranglées. Le mot ne peut être bon que s’il existait effectivement une expression pour faire endosser la responsabilité d’un méfait à cette belette proverbiale.

  • 4 Vers 894

Thesmophories, vers 889 à 894 :

Εὐριπίδης – τί δὴ σὺ θάσσεις τάσδε τυμβήρεις ἕδρας

φάρει καλυπτὸς ὦ ξένη;

Μνησίλοχος –              βιάζομαι

γάμοισι Πρωτέως παιδὶ συμμεῖξαι λέχος.

Κρίτυλλα – τί ὦ κακόδαιμον ἐξαπατᾷς αὖ τὸν ξένον;

οὗτος πανουργῶν δεῦρ᾽ ἀνῆλθεν ὦ ξένε

ὡς τὰς γυναῖκας ἐπὶ κλοπῇ τοῦ χρυσίου.

889 τί δὲ σὺ R : τί δαὶ σὺ Faber : τί δὴ σὺ Scaliger 891 συμμῖξαι R : συμμεῖξαι van Leeuwen

Euripide (jouant le rôle de Ménélas 🙂 D’où vient qu’assise sur ce siège sépulcral,

tu dérobes tes traits sous un voile, étrangère ?

Mnésiloque (jouant le rôle d’Hélène 🙂                On prétend

sans mon vœu que le fils de Protée me reçoive en son lit.

Kritylla – Pourquoi, misérable, tromper encore cet étranger ?

Il est entré en fraude, ô étranger,

auprès des femmes afin de toucher subrepticement à leur bijou.

Mnésiloque est découvert. Il est mis sous bonne garde. C’est alors que lui vient l’idée de contrefaire quelques pièces d’Euripide pour tromper ses cerbères.

Le détournement du Palamède ayant échoué (après celui du Télèphe), Mnésiloque songe désormais à recourir à la récente Hélène d’Euripide (τὴν καινὴν Ἑλένην) pour se tirer des griffes de sa geôlière.

Récente parce qu’Euripide l’avait présentée au dernier concours (printemps 412, un an avant les Thesmophories). Mais l’adjectif καινή est aussi à prendre au sens d’innovante, imprévue, étrange. Voici ce que dit Victor-Henry Debidour de cette « Hélène nouveau style »[45]:

« Dans la tradition légendaire, Hélène de Sparte, femme de Ménélas, était le parangon de la beauté. Mais aussi le plus scandaleux exemple d’infidélité féminine, cause, par son inconduite, des malheurs sans nombre de la guerre de Troie. Le personnage s’était stéréotypé en « femme fatale », d’autant plus haïssable qu’elle était plus prestigieuse ; et Euripide lui-même ne la traite pas autrement – sauf justement dans la tragédie très peu tragique qui porte son nom. Certes, elle y reste, bien sûr, la belle Hélène, et si charmeuse que le fils du sage Protée l’aime comme un fou, et comme un sot. Mais la voici transformée en épouse sans tache, victime innocente de la longue perfidie des deux déesses, dont l’une l’a prostituée et l’autre séquestrée : elles l’ont engagée dans une rocambolesque histoire où elle mérite toute notre sympathie. Pour se faire désigner par Pâris comme « la plus belle », Cypris avait promis au prince-berger troyen de lui donner Hélène ; Héra, furieuse, contre sa rivale et son juge, fit en sorte que Pâris n’emmenât à Troie qu’un fantôme d’Hélène, une « nuée » toute semblable à la vraie et suffisamment consistante pour leurrer le ravisseur pendant les dix ans qu’il la garda, et le légitime époux après ce qu’il crut être sa reconquête. La vraie Hélène, elle, miraculeusement transportée en Égypte, y était tenue cachée durant toutes ces années, confiée à la vertueuse protection de Protée. Ainsi, c’est pour un « crime sans criminelle » que des milliers de preux se sont entre-tués et que Troie a été anéantie.

« Telle est l’étonnante variante que recueille Euripide sur la plus célèbre entreprise guerrière de la légende grecque. Car il ne l’a pas inventée : Hérodote en fait état bien avant lui[46]. De ce point de départ, Euripide a tiré un canevas sur lequel il a brodé une aventure romanesque et humoristique qui souvent ferait croire qu’avant d’être parodiée elle-même par Aristophane, l’Hélène donnait dans la parodie. »

Euripide arrive donc affublé en Ménélas, naufragé sur les côtes égyptiennes ; il connaît son rôle. Mnésiloque aussi qui fait preuve de beaucoup de bonne volonté et reste pourtant une Hélène bien peu crédible (mais celle d’Euripide l’était-elle ?). Ses efforts, hélas, sont vains : sa geôlière, Kritylla, est tout à fait insensible à l’art qu’il déploie. Croyant encore Euripide de bonne foi, elle lui explique les raisons du supplice de Mnésiloque (vers 892-894) en prétendant au vers 894, que Mnésiloque était venu :

ὡς τὰς γυναῖκας ἐπὶ κλοπῇ τοῦ χρυσίου

Pour subtiliser les bijoux des femmes.

Voilà un chef d’accusation nouveau contre Mnésiloque, d’autant plus étonnant que rien jusqu’ici ne l’a laissé présager.

Le fait que Kritylla porte un flambeau[47] indique pourtant qu’elle est présente depuis l’arrivée de la procession. Ment-elle pour éviter d’avoir à raconter la trop longue affaire ? il pourrait y avoir une autre explication…

D’abord, l’on dispose de lois du Ve siècle av. J.-C. interdisant tout habillement luxueux et aux couleurs vives lors des cultes à Déméter[48] :

Lorsqu’une femme met un vêtement de couleur[49], celui-ci doit être dédié à Déméter Thesmophore. Mais si elle ne le consacre pas, en étant hostile à la cérémonie, elle périra, et celui qui sera alors le fonctionnaire civil aura trente drachmes. Mais si ce dernier n’a pas l’autorité pour empêcher l’indignité, il sera souillé par elle pendant dix ans.

Seules donc les femmes tenant un rôle actif (prêtresses, canéphores, etc.) lors de ces cérémonies devaient porter des bijoux[50].

En fait, le terme χρυσίον, bijou, ornement, semble avoir parfois un sens imagé chez Aristophane et désigner les appâts féminins.

Ainsi, lorsque Pisthétaire s’exclame à propos de la belle et court vêtue joueuse de flûte Procné[51] :

ὅσον δ᾽ ἔχει τὸν χρυσόν, ὥσπερ παρθένος

Comme elle est couverte d’or ! On dirait une jeune vierge

il est bien évident qu’il fait l’éloge de sa beauté, son galbe, ou que sais-je encore[52] et pas seulement de sa verroterie. Ce blason sera d’ailleurs continué quelques vers plus loin par le chœur[53].

Autre exemple : lorsque Dicéopolis fait venir la jeune canéphore en lui prodiguant ce conseil[54] :

πρόβαινε, κἀν τὤχλῳ φυλάττεσθαι σφόδρα

μή τις λαθών σου περιτράγῃ τὰ χρυσία.

Avance, et surtout prends garde que dans la foule

on ne te grignote tes bijoux.

Certes ! les canéphores portaient des bijoux – nous venons de le voir ; mais on devine aisément avec Aristophane qu’en voyant cette jeune beauté dont Dicéopolis vient de dire : « Heureux celui qui t’épousera et te procréera des belettes », la foule va ressentir quelque pulsion ne relevant pas uniquement de la cleptomanie.

Le verbe περιτρώγειν paraît d’ailleurs bien impropre pour une image de vol à la tire[55].

Quant à κλοπῇ, Mnésiloque nous a déjà fait remarquer au vers 205 que le verbe κλέπτειν pouvait désigner une activité qui n’a de commun avec le vol que de se passer au plus noir de la nuit.

Terminons en indiquant que cette accusation de tentative de viol lors d’une réunion exclusivement féminine se retrouve ailleurs ; ces assemblées féminines à huis-clos et que la rumeur publique voyait comme des séances de débauche sexuelle avaient tout pour attiser la curiosité de quelque luxurieux.

C’est à une telle tentative d’un certain Critias qu’un fragment d’Hipponax[56] fait allusion :

οὔ μοι δικαίως μοιχὸς ἁλῶναι δοκέει

Κριτίης ὁ Χῖος ἐν   ∪ — × — δούμῳ

Ce n’est pas selon moi par justice[57] qu’en tant que débauché fût saisi

Critias de Khios dans [ … ] une assemblée féminine.

  • 5 Vers 910

Thesmophories, vers 899 à 910 :

Μνησίλοχος –              ὁπόσα τοι βούλει λέγε.

οὐ γὰρ γαμοῦμαι σῷ κασιγνήτῳ ποτὲ

προδοῦσα Μενέλεων τὸν ἐμὸν ἐν Τροίᾳ πόσιν.

Εὐριπίδης – γύναι τί εἶπας ; στρέψον ἀνταυγεῖς κόρας.

Μνησίλοχος – αἰσχύνομαί σε τὰς γνάθους ὑβρισμένη.

Εὐριπίδης – τουτὶ τί ἔστιν ; ἀφασία τίς τοί μ᾽ ἔχει.

ὦ θεοὶ τίν᾽ ὄψιν εἰσορῶ ; τίς εἶ γύναι ;

Μνησίλοχος – σὺ δ᾽ εἶ τίς ; αὑτὸς γὰρ σὲ κἄμ᾽ ἔχει λόγος.

Εὐριπίδης – Ἑλληνὶς εἶ τις ἢ ‘πιχωρία γυνή ;

Μνησίλοχος Ἑλληνίς. ἀλλὰ καὶ τὸ σὸν θέλω μαθεῖν.

Εὐριπίδης – Ἑλένῃ σ᾽ ὁμοίαν δὴ μάλιστ᾽ εἶδον γύναι.

Μνησίλοχος – ἐγὼ δὲ Μενελέῳ σ᾽ ὅσα γ᾽ ἐκ τῶν λαιφίων.

Εὐριπίδης – ἔγνως ἄρ᾽ ὀρθῶς ἄνδρα δυστυχέστατον.

901 Μενέλαον R : Μενέλεων grat. metr. Scaliger 906 αὐτὸς R : αὑτὸς Boissonade 909 Ἐλένης R : Ἑλένῃ σ᾽ Eur. Hel. 563 || μάλισθ’ ἴδον R : μάλιστ᾽ εἶδον Hel. 563 910 Μενέλαον R : Μενέλεων Suid. ι 778 : Μενελέῳ σ᾽ Thiersch (cf. Eur. Hel. 564) || ὅσα γ᾽ R : ὄσον Suid. || ἀφύων R : ἰφύων schol., Suid. : ἀμφίων Grégoire : φυκίων Austin & Olson : λαιφίων Bibi

Mnésiloque –                 Dis ce que tu voudras.

En épousant ton frère, je ne trahirai point Ménélas,

mon époux, qui reste à Troie.

Euripide – Qu’as-tu dit ? Femme, tourne vers moi ta brillante prunelle.

Mnésiloque (se dévoilant) J’ai honte, après l’outrage imprimé sur mes joues[58].

Euripide – Qu’est-ce là ? Une stupeur me prend.

Ô dieux, que vois-je ? Femme, qui donc es-tu ?

Mnésiloque – Qui donc es-tu toi-même ? « C’est une question qui m’appartient aussi ».

Euripide – « Es-tu Hellène, ou bien es-tu de ce pays ? »

Mnésiloque – « Hellène. Et à mon tour je veux savoir ta race. »

Euripide – « Ô femme, je te vois tout pareille à Hélène. »

Mnésiloque – « Toi-même à Ménélas, si j’en juge par ces [… ] »

Euripide – « Oui, tu l’as reconnu, ce grand infortuné. »

 

Avançons un peu dans la parodie de la Nouvelle Hélène d’Euripide.

L’objet de cette note est le vers 910 : il s’agit du moment où Ménélas-Euripide et Mnésiloque-Hélène se reconnaissent. La véritable Hélène d’Euripide s’était exclamée lorsqu’elle avait reconnu son vieux mari face à elle (v. 564) :

Ἐγὼ δὲ Μενέλεῴ γε σέ· οὐδ’ ἔχω τί φῶ.

Nul ne fut plus pareil à Ménélas. Que dire ?

(Traduction de Henri Grégoire.)

Chez Aristophane, à quoi Hélène reconnaît-elle son naufragé de mari ? « Οὐδ’ ἔχω τί φῶ » devient dans le manuscrit de Ravenne, le seul manuscrit comportant intégralement nos Thesmophories : ὅσα γ᾽ ἐκ τῶν ἀφύων, « d’après ton menu fretin ». On lit dans le lexique de la Souda, qui comporte de nombreuses citations d’Aristophane et dont la rédaction est à peu près contemporaine de celle du manuscrit de Ravenne (IXe ou Xe siècle) : ὄσον ἐκ τῶν ἰφύων, « à tes lavandes ». C’est ce texte que commente le scholiaste, recopié en marge du manuscrit de Ravenne. Qu’il s’agisse de menu fretin ou de lavandes, de telles leçons sont ineptes[59] ! Colin Austin[60] a bien résumé la situation[61] : « L’alpha d’ἀφύη étant bref, cette leçon est métriquement impossible. Quant à la ‘‘lavande’’ de la Souda, le scholiaste y voit une allusion aux herbes de la mère d’Euripide, ce qui semble bien tiré par les cheveux ! Comme le note H. Grégoire[62] « les herbes sont ici plus ridicules encore que les anchois », moins ridicules cependant que les oignons marins de Gag***[63] (τιφύων, « your squills… here a metaphor for male genitals ») : cette saloperie-là[64] se réfute d’elle-même.

« En fait la solution du problème se trouve au v. 935. Là, Euripide est accusé d’être un ἱστιορράφος, un ravaudeur de voiles. Fritzsche (p. 363)[65] avait bien vu qu’Aristophane se moque ici de l’accoutrement de Ménélas dans l’Hélène d’Euripide : tout au long de cette pièce il est fait mention des haillons, des lambeaux de voile dont le roi de Sparte est pitoyablement affublé, comme un gueux, après son naufrage en Égypte (v. 416 τὰς ἐμὰς δυσχλαινίας, 422 ναὸς ἐκβόλοις ἃ ἀμπίσχομαι, 544 sq. ἄγριος δέ τις / μορφὴν ὅδ᾽ ἐστίν, 554 στολήν γ᾽ ἄμορφον, 790 ὥσπερ πτωχὸς, 1204 ὡς ἐσθῆτι δυσμόρφῳ πρέπει, 1282 τῆς ἀχλαινίας, 1297 ἐσθῆτά τ᾽ ἐξάλλαξον).

« En particulier au ν. 423 il s’écrie : « Mes vêtements d’antan, mes habits somptueux, mes anciennes splendeurs, la vague m’a tout pris », πέπλους δὲ τοὺς πρὶν λαμπρά τ᾽ ἀμφιβλήματα / χλιδάς τε πόντος ἥρπασ᾽, et au ν. 1079 « les haillons qui m’affublent d’eux-mêmes parleront, en témoins du naufrage », καὶ μὴν τάδ᾽ ἀμφίβληστρα σώματος ῥάκη / ξυμμαρτυρήσει ναυτικῶν ἐρειπίων.

« Dans les Grenouilles (ν. 842), Eschyle a bien raison d’appeler Euripide un faiseur de mendiants, un ravaudeur de guenille, καὶ πτωχοποιὲ καὶ ῥακιοσυρραπτάδη.

« Pour en revenir au v. 910 des « Thesmo », on est bien tenté de croire que c’est à ses hardes que le pauvre naufragé est reconnu par sa femme. »

Grégoire[66] propose de lire : ‘ἐκ τῶν ἀμφίων’ ; τὸ ἄμφιον étant une abréviation de ἀμφίεσμα, le vêtement. Cette proposition expliquerait la présence des ἀφύων, par simple chute d’une lettre suivie d’iotacisme. En revanche, elle passe à l’as la leçon ‘ἰφύων’ conservée par le scholiaste du manuscrit de Ravenne et par Suidas[67], témoins tout aussi dignes de confiance.

Creusons l’idée de H. Grégoire ; il nous suffit de trouver un synonyme de ‘vêtement’ (avec, de préférence, une connotation péjorative) qui puisse rendre compte des deux leçons[68]. Ce bon vieil Hésychius ne nous ayant jamais trahi, c’est encore à lui que nous avons posé la question. Cet affable vieillard n’a pas tardé à répondre à notre requête (λ 171) :

λαίφια· ῥάκη.

Laiphia : hardes.

Hésychius nous confirme l’existence d’un diminutif de λαῖφος, vêtement en lambeaux, tissu, voile, ainsi que son sens.

Tentons à présent une explication paléographique aux ἀφύων et autres ἰφύων : si l’on fait la simple hypothèse de la disparition de la première lettre du mot λαιφίων[69], le lambda, le scribe se retrouvait alors devant l’inconnu αιφιων, qu’il lisait indifféremment – iotacisme oblige ! – αιφυων. En butte à ce mot qui n’existe pas, il pouvait alors raisonnablement écrire, selon l’inspiration du moment, ἀφύων (changeant d’un iota le texte) ou ἰφύων (en supprimant l’alpha).

 

Louis Hauseux,

louis.hauseux@gmail.com,

Saint-Chély d’Apcher,

Février 2021.

 

[1]       Il n’y a pas, à de très rares exceptions près, de didascalies ; c’est donc à nous de scruter scrupuleusement le texte à la recherche d’hypothétiques jeux de scène.

[2]       Le manuscrit de Ravenne, qu’on abrège ‘R’, comporte en fait : πεδαρίσκον.

[3]       Comme le terme de caresse pour la jeune fille, χοιρίον, peut désigner – dans un autre contexte – le sexe féminin.

[4]       Tome II de son édition posthume d’Aristophane (1919), pp. 548-549. Édition malheureusement désormais introuvable mais en accès libre sur le site des grandes bibliothèques américaines – à condition de se faire passer pour américain : https://catalog.hathitrust.org/Record/000855959

[5]       Chantraine, dans sa Formation des noms en grec ancien pages 406 et suivantes, parle longuement du suffixe en -ισκος sans même évoquer un possible -αλισκος ou -αρισκος ; Chantraine cite bien παιδαρίσκος et μειρακίσκος en expliquant que le Grec recourait à ce dernier diminutif parce que l’autre diminutif, μειράκιον, était devenu d’usage banal.

[6]       Willems pense notamment à Hésychius, qui semble avoir fait un dépouillement complet d’Aristophane, à une époque où le texte transmis était bien meilleur que le nôtre, Hésychius étant lui-même un érudit comme il ne peut plus en exister ; il avait probablement lu davantage de grec que nous n’en avons conservé. Willems pense peut-être aussi au lexique, plus tardif, de l’hypothétique Suidas : la Souda ; lexique qui fait la part belle à Aristophane et qui est une mine précieuse de renseignements car s’appuyant sur des leçons du texte parfois meilleures, notamment pour notre pièce des Thesmophories qui n’est transmise intégralement que par un unicodex, le manuscrit de Ravenne. Suidas & Hésychius n’ont effectivement pas manqué de relever le surnom πόσθων, ωνος qui apparaît dans la Paix (vers 1300). Ce surnom a aussi été relevé par le lexicographe Photius. De ποσθαλίσκον, par contre, point !

[7]       Je parle toujours, par abus de langage et conformément à un usage trop bien établi, du scholiaste. Il est bien évident qu’en réalité les commentaires en marge des manuscrits sont de différentes mains, et ont été ajoutés les uns à la suite des autres postérieurement. Certaines scholies font preuve d’une grande érudition et apportent parfois des leçons meilleures que celle du texte transmis, d’autres, par contre, – la plupart, hélas ! – ne sont, au mieux, d’aucun intérêt voire souvent sources d’erreurs pour qui y attacherait trop d’importance.

[8]       Le remplacement du double lambda ‘λλ’ par un simple ‘λ’ est commandé par les lois de scansion. Aristophane prenant souvent des libertés avec le doublement des consonnes, et Hésychius n’étant pas bien sûr sur ce point (Hésychius, lui aussi, est conservé par un unique manuscrit bien postérieur, qu’on estime du XIVe siècle), on ne peut même pas appeler ça une correction. Idem pour le iota et le êta qui se prononçaient de la même façon et sont allègrement permutés sans scrupules dans les manuscrits tardifs. Seule la confusion de la terminaison de l’accusatif ‘α’ en ‘ον’ est réellement conjecturale, mais la faute est compréhensible pour un mot rare et certainement inconnu du scribe qui aura vu un suffixe en ικος. Ajoutons qu’une confusion analogue, entre un neutre, singulier en ‘ ον’, et pluriel en ‘ α’, avait déjà eu lieu au vers 285 : le manuscrit de Ravenne comporte τὸ πόπανον ; le sens poussait Porson en son temps à réclamer la correction τὰ πόπανʹ ; cette émendation a ensuite été confirmée par la découverte d’un papyrus.

[9]       Les vers 74 et 210 l’attestent.

[10]     Pour ce genre de situation, le rire du soldat allemand dans la Traversée de Paris est, ce me semble, la réaction la plus saine qui soit.

[11]     Aristophane, au vers 349 des Nuées, qualifie ainsi d’ ἄγριος le chevelu Hiéronyme, un poète dithyrambique, fils de Xénophane qui passait pour pédéraste ; et le scholiaste de noter qu’on appelait ἀγρίους (et débauchés) les pédérastes : ἀγρίους (καὶ κολλοποδιώκτας) ἐκάλουν τοὺς παιδεραστάς. De même, à l’entrée Ἀγρίους de la Souda, on peut lire : Αἰσχίνης ἐν τῷ κατὰ Τιμάρχου τοὺς σφόδρα ἐπτοημένους περὶ τὰ παιδικὰ οὕτως ὠνόμασε. καὶ Μένανδρος δὲ ἄγριον εἶπε κυβευτὴν τὸν λίαν περὶ τὸ κυβεύειν ἐσπουδακότα, « Eschine dans son Contre Timarque nomme ainsi les hommes en proie à une excessive attirance pour les enfants. Et Ménandre dit qu’un joueur est ἄγριον, celui qui est trop porté au jeu ». L’on voit que le terme ἄγριος, au sens moral, désigne un intempérant.

[12]     L’oratrice précédente, au vers 387, avait déjà traité Euripide de fils de la λαχανοπωλήτρια.

[13]     En rester là donnerait raison au grave Plutarque qui citait ces deux vers comme exemple d’un jeu de mots qu’il goûtait fort peu (voir ses Œuvres morales, 853C, Abrégé de la comparaison d’Aristophane et de Ménandre). Je ne suis pas sûr que cet inénarrable raseur ait bien saisi intégralement le détournement d’Aristophane que nous allons voir.

[14]     Corpus paroemiographorum graecorum, II, ed. E. L. a Leutsch, Apostolii centuria V 30a, p. 341.

[15]     L’on ne possède pas grand-chose sur ce poète grec, auteur de tragédies et dithyrambes, qui vécut probablement au IVe siècle av. J.-C. Tout ce que l’on sait de lui est regroupé dans les Tragicorum Graecorum Fragmenta, vol. I, ed. Snell & Kannicht. Il y est classé en tant que « poète mineur » n° 52.

[16]     Stobée, livre IV, chapitre 25, 6.

[17]     L’on trouve chez Démosthène dans son Contre Neæra, 8, l’expression ironique τὸν αὐτὸν ἔρανον ἀποδοῦναι, payer quelqu’un de la même monnaie.

[18]     Voir la note 5 sur le vers 910 et ces étranges plantes ἰφύων, les lavandes qui ont envahi bien mal à propos jusqu’aux sources les plus fiables.

[19]     Pour un article passionnant sur quelques plantes apparaissant chez Aristophane, passionnant car il mêle avec un rare bonheur de savantes études de textes et des connaissances botaniques fort appréciables, le lecteur se reportera à l’article de Suzanne Amigues : « Quelques légumes de disette chez Aristophane et Plutarque » paru en 1988 dans le Journal des Savants (pp. 157-171). Passionnant quand bien-même je suis obligé de m’inscrire en faux contre l’interprétation qu’elle donne du vers 910 des Thesmophories (nous en reparlerons à la note 5).

[20]     Pour plus de détails, le lecteur pourra utilement se reporter au quart livre de Thucydide, chapitres 28 et suivants ainsi qu’à la longue tirade du Démosthène des Cavaliers, à partir du vers 40.

[21]     Aristophane fait-il allusion à un complot qui aurait été tramé contre Cléon ? contre ce va-t-en-guerre de Cléon qui empêchait toute négociation de paix au moment-même où Athènes était en position de force pour se sortir favorablement de cette guerre fratricide qui n’avait que trop duré.

[22]     Le maître, c’est Δῆμος Πυκνίτης, le Populo-citoyen-roi-de-l’Assemblée, mené par le bout du nez par la pire espèce rustique d’embabouineur qui soit : le Marchand-de-saucisses Cléon.

[23]     Bailly. Idem pour le Liddell-Scott : « feed on chervil (σκάνδιξ) ». Quant au Diccionario Griego-Español, il donne : « dar de comer perifollo ».

[24]     Fragment 40(38) dans l’édition de Kassel-Austin, Poetae comici Graeci, vol. VII.

[25]     Deipnosophistes, VI, 56d.

[26]     Je dois au grand Alphonse Willems cette jolie trouvaille qui évoque tout en un : le « branle de sortie »… trouvaille qui porte malheureusement sur une transmission fautive du texte comme nous l’allons voir tout à l’heure.

[27]     Et je n’ai encore jamais trouvé chez Aristophane d’analogue à notre éculée « sans transition ».

[28]     Le scandix semble être une épice peu appréciée : Andocide parle ainsi des privations des premières années de la guerre du Péloponnèse : μηδὲ ἄγρια λάχανα καὶ σκάνδικας ἔτι φάγοιμεν, « puissions-nous ne plus manger des herbes sauvages ni de scandix »… ce qui paraît tout-de-même avoir été des conditions plus enviables que celle des Parisiens lors de la Commune, réduits à manger des chats et des rats.

[29]     J’accorderais ainsi plus de crédit aux biographies d’Euripide qui le présentent comme ayant eu des parents riches que celles qui en font – peut-être d’après des interprétations trop littérales des Comiques – un self-made-man né dans l’indigence.

[30]     Voir les Testimonia sur les Vitae Euripidis réunis par Kannicht au cinquième volume, consacré à Euripide, des Tragicorum Graecorum Fragmenta.

[31]     Pour le sens imagé de κάπηλος, voir par exemple ce qu’en dit Hésychius : κίβδης· κακοῦργος, κάπηλος, « frelateur : malfaiteur, boutiquier » ; on trouve encore ceci : Φοινικελίκτην καὶ λόγων ἀλαζόνα: ἀπατηλὸν καὶ κάπηλον, « Phénichien et fort en gueule : un fourbe et un boutiquier » ; les Phéniciens étant un peuple qui se livrait au trafic, la langue populaire leur rendait justice. Ainsi pour le français ; en ouvrant par exemple Le livre des proverbes français, proverbes compulsés par Le Roux de Lincy, et allant visiter la ville chère à Rousseau & Calvin, croquée comme il se doit par le blason populaire, on trouve : « Trois Juifs font un Bâlois, trois Bâlois font un Genevois » ou encore : « Les Genevois ont vertu de cent lieues de loing ». Chez Aristophane, ce sont plus particulièrement les débitants de vin qui sont accusés de gruger les mesures légales.

[32]     Nous n’avons pas encore parlé d’une citation non identifiée à l’entrée Σκάνδιξ de la Souda : καὶ μή μοι τὰ τοῦ σκανδικοπώλου παρατραγῴδει, σεμνὸν τὸ τῆς Πειρήνης ὕδωρ ἀποκαλοῦντος, « et ne m’use pas de l’emphase du vendeur de scandix qui appelle ‘sacrée’ la fontaine de Pirène ». La cible est clairement Euripide : la citation peut faire allusion au vers 69 de sa Médée ou aux vers 205-206 des Troyennes. Il est toujours délicat de proposer des hypothèses sur des fragments aussi brefs… proposons tout de même notre hypothèse qui vaut ce qu’elle vaut – c’est-à-dire pas grand-chose : cette fontaine située sur l’Acrocorinthe délivrait effectivement une eau pure et abondante (cf. ce qu’en disent Pausanias, Strabon et Suidas à l’entrée Πειρήνη ainsi que cette citation d’Antipater prise dans l’Anthologie grecque : Λαί̈δ’ ἔχω πολιῆτιν ἐϋζώνοιο Κορίνθου, Πειρήνης λευκῶν φαιδροτέρην λιβάδων, « Je tiens Laïs, citoyenne de Corinthe bien ceinturée, plus brillante que les gouttes blanches de Pirène ») ; ce n’est donc pas sur la qualité de l’eau qu’Euripide enrobe de scandix la vérité… peut-être sur ce qu’on y pratiquait ? La fontaine de Pirène se trouvait juste en contrebas du temple d’Aphrodite dont certaines de ses préposées se livraient à une prostitution « sacrée » (la réputation des Corinthiennes était telle que les Grecs en ont inventé le verbe κορινθιάζειν).

[33]     « Entre l’artisan et le politique », in : Dieux, héros et médecins grecs, 2001, pp. 65-96.

[34]     Tzetzes (dans une scholie citée par Fornaro) parle, à propos d’Euripide, de κάπηλα γράμματα et oppose ce poète κάπηλον et ἀγοραῖον à Eschyle. De même Lucien (De Historia conscribenda, 44) emploie ces deux adjectifs pour caractériser un vocabulaire vulgaire (ὀνόματα ἀγοραῖα καὶ καπηλικά).

[35]     Quintilien Inst. orat. XII, 10, 58.

[36]     Acharniens, vers 469.

[37]     Grenouilles, vers 941-942.

[38]     Voir Dioscoride, De Materia medica Libri V, ed. M. Wellmann, Berlin 1907, vol. I, livre II 123, 138.

[39]     Lexique du IXe siècle souvent associé à d’autres, postérieurs mais plus complets : l’Etymologicum magnum et l’Etymologicum Symeonis.

[40]     Je me vois forcé de préciser pseudo-étymologique, car mes velléités de rapprocher étymologiquement σκάνδαλον de σκάζειν furent foudroyées par Alexandre Perret, dont j’eus la chance d’assister à des cours de linguistique, cours qui ressemblaient davantage à d’enivrants voyages à travers les contrées et les parlers d’Europe (et ce jusqu’aux confins de l’Asie). Voici ce que m’a très aimablement répondu M. Perret : « Après recherches fructueuses, je pense avoir trouvé une réponse dans le Lexikon der Indogermanischen Verben (LIV) mais il ne semble pas que les deux racines soient liées. Σκανδάλον semble en effet rattaché à un thème *skend- qui signifierait « bondir » (on a skándati en sanskrit pour « sauter »), mais le suffixe -αλον me dérange dans la mesure où ça semble pré-grec. Aucune étymologie n’est assez bien solide pour ce mot qui peut être un emprunt. Quelle motivation pour passer de « bondir » à « faire tomber » ? À la limite, un autre thème *sk’end- (avec un k- palatal donc invisible en grec mais pas en sanskrit) avec le sens parfois de « faire tomber » (skr. Chándayati: « tomber »), est en soit beaucoup plus plausible !! Mais pour σκάζω, on rapproche ça d’une racine *skeng- avec effectivement le sens de « boiteux, tors » (All. Hinken). Ce qui m’étonne est qu’Hesychius recense à la fois σκάνδαλον: piège à souris et σκάνδαλος: obstacle, mais est-ce que les pièges à souris étaient des trappes où tomber, ou bien des claquoirs comme à notre époque ? Ça mérite investigation. En soi, passer de *skend- à σκάζω avec un suffixe -yo de présent n’est pas choquant. »

[41]     Contentons-nous de renvoyer à la magistrale note d’Alphonse Willems sur la fête des Apaturies, t. II, pp. 118-120 ; le lecteur y découvrira l’importance démocratique de la κρεανομία, l’institution de la distribution de viande. Sur les débordements que de telles orgies pouvaient entraîner, l’on pourra – un exemple parmi tant d’autres – essayer de comprendre le jeu de mots d’Aristophane sur l’ἀνάρρυσις (au vers 890 de la Paix), le second jour des Apaturies.

[42]     Voir par exemple les vers 363-364 des Guêpes.

[43]     Il s’agit – vous l’aurez bien sûr reconnue ; sinon, cessez immédiatement votre lecture et ne revenez que lorsque vous connaîtrez par cœur cette fable ! – de la seconde fable du huitième livre : Le Savetier et le Financier.

[44]     Μῦς étant probablement un nom propre, comme chez Hérodote (VIII, 133), dans la Souda (ο 680) ou chez Athénée (XI, 782b), les Μῦες désignant les enfants de ce Μῦς.

[45]     Dans l’introduction à sa traduction de l’Hélène. Oui ! car Debidour, le grand traducteur d’Aristophane, qui a su rendre un peu de la verve de notre poète dans la langue de Rabelais, Debidour ne s’est pas limité à la Comédie Ancienne ; il est aussi l’auteur d’une traduction des pièces conservées des trois grands Tragiques : Les Tragiques – Eschyle, Sophocle, Euripide, théâtre complet, La Pochothèque (1999). Traduction à laquelle s’ajoutent l’excellent dossier et les index fort utiles de Paul Demont et Anne Lebeau.

Victor-Henry Debidour vérifie ainsi le paradoxe de Socrate dont Platon n’a pas cru utile de nous donner la démonstration à la fin de son Banquet.

[46]     Hérodote II, 112-120. Par la suite, du reste, le thème de la réhabilitation d’Hélène fut maintes fois repris en exercice d’école : le paradoxe devint à son tour lieu commun.

[47]     Voir ma précédente note sur le vers 853.

[48]     R. Koerner, Inschriftliche Gesetztexte der Früher Grieschischen Polis (1993), 35 = Lois sacrées des cités grecques. Supplément 32 = Supplementum Epigraphicum Graecum XI, 1112. Je reprends le texte établi par Koerner.

[49]     Et pourtant Mnésiloque rejoint les Thesmophories avec sa crocote couleur safran !… au milieu d’une féminine assemblée sobrement vêtue ? mais une telle arrivée, cocasse par le contraste entre cette robe chatoyante et la pâleur du reste de l’assemblée, serait du meilleur comique de situation !

[50]     Ce que semble confirmer un passage de Lysistrata (v. 1189-1193) : c’est le chœur des femmes qui parle :

στρωμάτων δὲ ποικίλων καὶ

χλανιδίων καὶ ξυστίδων καὶ

χρυσίων, ὅσ᾽ ἐστί μοι,

οὐ φθόνος ἔνεστί μοι πᾶσι παρέχειν φέρειν

τοῖς παισίν, ὁπόταν τε θυγάτηρ τινὶ κανηφορῇ.

« Et de surtouts brodés, petites chlamides, xystides, bijoux, tout ce que je possède, il ne me coûte pas d’offrir à chacun de l’emporter, pour ses enfants et pour sa fille, si elle devenait canéphore. »

[51]     Au vers 669 des Oiseaux.

[52]     Hésychius χ 792 : χρυσίον· τὸ τῶν παιδίων αἰδοῖον. Henderson dans son Maculate Muse, p. 131, flaire dans ce passage un jeu de mots entre τὸν χρυσόν et τὸν κυσόν.

[53]     Aux vers 676-684.

[54]     Ce sont les vers 257-258 des Cavaliers.

[55]     Si impropre que l’on en serait tenté de comprendre λαβών à la place de λαθών.

[56]     Fragment 30 de l’édition au fort utile commentaire d’Olivier Masson (= fragment 42 de l’édition Degani). Je reprends la correction proposée par Masson : δούμῳ à la place de δούλῳ, qui s’appuie sur une correction identique chez Hésychius δ 2256 : δοῦμος· ἡ οἰκία, ἢ τὴν ἐπὶ τὸ αὐτὸ συνέλευσιν τῶν γυναικῶν, « doumos : la maison. Item : une réunion en commun de femmes.

[57]     Je lis : οὔ μοι δίκᾳ ὡς μοιχὸς ἁλῶναι δοκέει etc.

[58]     Rappelons que lors de la séance de travestissement, le pauvre et anciennement barbu Mnésiloque s’était fait flamber et raser la barbe. Sur un fameux cratère (le « cratère de Würzburg », Martin-von-Wagner-Museum der Universitàt Wurzburg, H 5697 ) représentant la scène d’égorgement de la ‘petite’ de Mika, on le voit en porter de très visibles stigmates. Et le scholiaste de commenter ce vers : ἐπειδὴ ξυρηθεὶς ἦν, « puisqu’il a été rasé ».

[59]     Il se trouve néanmoins de nombreux défenseurs de la leçon « ἐκ τῶν ἰφύων », leçon qui fait beaucoup rire de savants hellénistes (?!) – décidément très bon public ! Nous avons expliqué, à la note 5, les λάχανα ἄγρια, le σκάνδιξ et le verbe διασκανδικίζειν ; la présence de ces ἴφυα, elle, ne s’explique que par une mauvaise compréhension des quolibets des Comiques visant la mère d’Euripide.

[60]     Voir nos précédentes notes pour une présentation de C. Austin ; il a consacré de nombreuses années universitaires sur les premiers vers des Thesmophories. Il est aussi le co-auteur d’une édition à l’abondante et appréciable bibliographie.

[61]     « Observations critiques sur les Thesmophories d’Aristophane » in Dodone 19.2 (1990), p. 27.

[62]     Tome V de l’édition d’Euripide aux Belles Lettres (1950), p. 65 n. 1.

[63]     « Une telle saloperie ?… ou plutôt un Gag, non ? » C’est ce mot d’ordre que je reprends à Austin, modifiant au passage le nom – nomen omen ! – du farceur qui va recevoir sa fessée, conformément à ce que réclame la justice !

[64]     Pour réussir à faire perdre son sang-froid au pourtant toujours modéré Colin Austin, il fallait effectivement que ce fut une belle salauderie… Nous aurions volontiers laissé la misérable hypo-foutaise « qui se réfute d’elle-même » de Gag*** dans un oubli bien mérité, malheureusement, il nous a été infligé de la voir exhumée et prise au sérieux dans plusieurs articles récents… je crois donc de santé publique de l’autopsier une bonne fois pour toutes et d’enterrer – définitivement, espérons-le ! – cette charogne ! Ne nous attardons pas dans cette opération et allons droit au but : la saloperie de Gag*** présente à la fois le quadruple exploit : 1° de ne pas rendre compte de la leçon ‘ἀφύων’ du témoin principal de la pièce : le manuscrit de Ravenne ; 2° d’élucubrer sur un soi-disant sens obscène de τίφυον qui n’est attesté nulle part ; 3° d’être intrinsèquement absurde : si Ménélas est réputé avoir bien peu d’ardeur (raison du départ de l’insatisfaite madame ?) ; comment se fait-il qu’il soit en pleine érection et que ce soit à cela qu’Hélène le reconnaisse ? 4° last but not least, d’être anti-comique à souhait : un cocu impuissant n’est drôle que parce qu’il est impuissant : représentez-le en pleine érection et vous gâterez à coup sûr la farce !

Reconnaissons au moins à Gag*** le mérite (pédagogique pour l’édification du lecteur) d’avoir réussi à concentrer en un seul passage les quatre vices cardinaux du misthophore de la recherche, savant homme qui se paye – littéralement ! – de mots. Qu’y a-t-il d’étonnant à ce qu’un individu salarié pour palabrer palabre ? Rien à priori, mais on leur saurait tout-de-même gré d’occuper leur jactance à autre chose que salir Aristophane.

[65]     L’on a déjà présenté dans l’article du mois de novembre l’édition de Fritzsche des Thesmophories à l’impressionnant commentaire en latin. Voir aussi G. Lange, Quaest. in Ar. Thesm., Diss. Gott. 1891, p. 8.

[66]     Au tome V de son édition d’Euripide aux Belles Lettres, déjà mentionnée. Mais son hypothèse est de douze ans plus ancienne : il l’avait présentée en anglais dans l’article « Modern Greek in Aristophanes » paru dans le premier numéro de The Link, A Review of Mediaeval and Modern Greek (1938), pp. 16-20. Ajoutons une anecdote qui montre comme le monde grec est petit : Henri Grégoire n’est autre que celui qui reprit la suite du grand Alphonse Willems à la chaire de philologie grecque de l’Université libre de Bruxelles en 1909, lorsque ce dernier dut prendre sa retraite.

[67]     À l’entrée Ἰφύη.

[68]     Il y avait une autre possibilité de recherche : trouver un mot dont les multiples sens auraient pu être glosés à la fois par espace en trop ἴφυον et espace en trop ἀφύη ; les gloses explicatives ayant fini par prendre la place de la leçon originale (le cas s’est déjà vu). Creusant dans cette voie, Austin & Olson avaient suggéré une émendation très ingénieuse : ‘φυκίων’. Émendation ingénieuse sur le plan paléographique, beaucoup moins sur le plan comique…

[69]     Erreur courante dans notre manuscrit de Ravenne. Citons pour exemple le vers 834 où le manuscrit comporte « δίδοσθαι Τηνίοισι » à la place de « δίδοσθαι Στηνίοισι ». Cette erreur est d’autant plus fréquente lorsqu’il y a deux lettres identiques consécutives, ainsi au vers 555 du manuscrit de Ravenne : « ὡς τλεγγίδας λαβοῦσαι » en place de « ὡς στλεγγίδας λαβοῦσαι ». Une telle faute s’explique aisément si l’on imagine le manuscrit copié en onciales et où les mots n’étaient pas même espacés. Dans le mot «  λαιφίων », les deux premières lettres, le ‘λ’ et le ‘α’ sont de formes presque identiques en onciales. La ‘chute’ du ‘λ’ ne me paraît donc pas une hypothèse invraisemblable.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts