Archives par mot-clé : Comité hellénique de Paris

Jean Antoine Caravolas : L’helléniste Jules David, la belle grecque et leurs enfants.

 λύχνος n° 138, juillet 2014, article deux.

 L’helléniste Jules David (1783-1854), la belle grecque et leurs enfants

Le Gymnase de Chio où enseigna Jules David
Le “gymnase” de Chio où enseigna Jules David.

 

Jean Antoine Caravolas,

Université du Québec à Montréal (UQAM)

[J.A. Caravolas est l’auteur d’une étude remarquable : Jules David et les études grecques (1783-1854), L’Harmattan, Paris, 2009. Il offre au lecteur de Connaissance hellénique ce passionnant portrait de l’helléniste, mais aussi de sa famille qui s’est illustrée au XIXe siècle : on redécouvre ainsi tout un pan oublié de l’hellénisme et du philhellénisme.]  

La famille du peintre Jacques Louis David (1748-1825) joua un rôle de premier plan dans l’histoire culturelle, politique et militaire de la France et cela pendant plus d’un siècle. Les informations sur la contribution du patriarche étant abondantes et facilement accessibles, nous concentrons notre attention principalement sur celles de son fils aîné, Jules David (1783-1854) et de son petit-fils Jérôme David (1823-1882).

Jules David

Jules David reste à ce jour peu connu, non seulement dans son pays, qu’il servit honorablement comme diplomate, philologue et pédagogue mais également en Grèce, à laquelle il rendit des services précieux comme philhellène, professeur de français et helléniste. Son père était Louis David, membre influent de l’Assemblée législative (1791) et de la Convention (1792-1794), ami et collaborateur étroit de Robespierre, avec qui il vota en faveur de l’exécution de Louis XVI (1793), peintre de la Révolution française et de Napoléon Bonaparte. Sa mère, Charlotte Pécoul (1765-1826), était la fille de Charles-Pierre Pécoul, riche entrepreneur de Bâtiments du roi.

Jules naquit et grandit au temps où le mouvement philhellène se répandait dans toute l’Europe et même en Amérique (États-Unis, Haïti) et où la grécomanie atteignait en France son apogée[1]. Il a pour ainsi dire tété l’amour de la Grèce avec le lait maternel. Son père, qui était un grand admirateur de la civilisation grecque, un des principaux initiateurs du néoclassicisme[2]. Il croyait « que l’Antiquité était la source par excellence où il fallait puiser pour réaliser de grandes œuvres […] » et reconnaissait que son style évoluait avec les années « plus décidément dans le goût simple et énergique de l’antique Grèce[3] ». Il fréquentait le salon d’Elizabeth Lomaca, Grecque très instruite, épouse du consul général de France à Constantinople et mère du poète André Chénier[4]. Il avait presque certainement rencontré Adamantios Coray(s) (1748-1833)[5], le père des lumières grecques (voir infra), et certainement d’autres Grecs aussi.

Introduit dans ce milieu philhellène depuis son enfance, Jules était de plus en plus attiré par la Grèce, la langue et la culture grecques. Il apprit l’ancien grec au Prytanée[6] avec (apparemment) Jean-Baptiste Gail, suivit ensuite les cours de grec de l’illustre helléniste Ansse de Villoison (1750-1805)[7], et finalement alla étudier la langue d’Homère à l’université de Göttingen avec l’insigne helléniste du XVIIIe siècle Christian Gottlieb Heyne (1729-1812).

Au retour d’Allemagne, il dut laisser de côté le grec et accepter d’abord le poste d’auditeur au Conseil d’État, puis, en 1805, passer au service diplomatique de Napoléon. Il servit comme vice-consul à Citavecchia (1805) et à Otrante (1808) puis comme sous-préfet à Stade dans les Bouches de l’Elbe (1810). En 1815, l’empereur, en route pour Waterloo, lui offrit une préfecture, mais J. David n’eut pas le temps d’assumer ses nouvelles fonctions, le retour des Bourbons, la Terreur blanche qui s’ensuivit et le bannissement des régicides, mettant fin à sa carrière diplomatique. Il décida alors d’accompagner ses parents dans leur exil à Bruxelles.

 

Jules David et Coray (1748-1833)

Il arriva à Bruxelles le 27 janvier 1816 et se mit immédiatement à chercher, sans succès, un emploi, de préférence dans une université comme professeur de grec. Soudain, un mois plus tard, il retourna à Paris et entra en rapport avec Coray. Coray, était né à Smyrne où son père était un prospère négociant en soieries, toutefois il se considérait comme originaire de Chio, « l’île des vins » (V. Hugo)[8], le lieu de naissance de son père. Lorsqu’il termina le collège grec local, il demanda la permission de poursuivre ses études en Europe, tant par amour des lettres que pour ne plus vivre sous le joug turc, mais son père avait besoin de lui. Il passa ainsi de longues années à travailler dans la firme familiale, d’abord à Smyrne puis à Amsterdam. Dans ses heures libres cependant il apprenait, seul ou avec des professeurs privés, les langues et les sciences.

Ce n’est qu’en 1782 qu’il put venir en France et s’inscrire à la Faculté de médecine de l’université de Montpellier. En 1786, il soutint avec éclat deux thèses, comme le prescrivaient les règlements, et obtint son diplôme avec les éloges du jury. Pourtant il n’exerça jamais la médecine, sa passion étant la philologie et son rêve le plus cher de voir sa patrie politiquement indépendante et culturellement l’égale de la Grèce ancienne et des pays d’Europe les plus avancés.

Déjà comme étudiant ses traductions et ses publications le firent connaître comme philologue aux compétences exceptionnelles. Il attira ainsi l’attention des spécialistes, notamment celle de l’illustre helléniste Ansse de Villoison (1750-1805), qui l’invita à venir à Paris travailler avec lui. Il y arriva en 1788, fut immédiatement ravi par la « nouvelle Athènes » et s’établit au no 5 de la rue Madame, près du Jardin de Luxembourg. Il ne retourna plus à Smyrne et ne visita jamais la Grèce, même après l’indépendance (1830) à laquelle il avait tant contribué.

Sa collaboration avec Villoison fut brève, leurs caractères étant incompatibles et le savant français s’étant exprimé publiquement avec mépris à propos des Grecs modernes. Privé de revenu stable, Coray apprit à vivre modestement de ses traductions littéraires et scientifiques (Longus, Strabon, Beccaria, Selle, etc.). En 1805, il fonda la fameuse Bibliothèque grecque où il publiait ses traductions commentées des auteurs classiques de l’Antiquité grecque pour instruire ses compatriotes, éveiller leur fierté nationale et stimuler leur patriotisme. Ces éditions lui valurent une réputation internationale mais pas assez d’honoraires pour vivre quelque peu confortablement. Cela ne l’empêcha pas cependant de continuer son combat pour l’émancipation spirituelle et politique du peuple grec.

Coray pensait que le premier pas dans cette direction devait être la transformation du gymnase de l’île de Chio en un collège de type européen où enseigneraient des professeurs grecs, formés dans les grandes universités de l’Europe occidentale.  Il confia la tâche impossible de les trouver à son compatriote, protégé et collaborateur Néophytos Vamvas (1776-1855)[9]. Celui-ci accepta volontiers, réussit à recruter plusieurs spécialistes hautement qualifiés et partit pour Chio préparer l’inauguration de la « petite université » grecque qu’il allait diriger (1815-1821). Peu après Jules David arrivait de Bruxelles à Paris.

 

Coray et la langue française

Coray souhaitait qu’une des leçons principales du programme d’études au Gymnase de Chio soit le français, la langue universelle de l’époque. Il croyait que celui qui ignorait la langue de Molière ne pouvait prétendre avoir reçu une éducation libérale solide[10]. Il affirmait aussi que la langue des Français suffisait en elle-même à semer dans toute l’Europe les graines de la liberté et à abolir le pouvoir absolu de l’Antéchrist[11] (des Turcs). Il lui fallait donc absolument embaucher un maître de français instruit, de préférence natif et, disposé à aller enseigner sa langue dans un pays encore sous domination étrangère. L’expérience pédagogique n’était pas une condition. Au contraire[12].

La chance lui sourit. Jules David venait d’être dispensé de ses fonctions par le gouvernement des Bourbons et cherchait du travail. Coray l’apprit, trouva le moyen de se mettre en rapport avec lui et l’invita à venir le rencontrer à Paris. Le « fils du peintre » présentait beaucoup d’atouts : il était Français, baron, appartenait à l’une des plus célèbres familles de France, était ancien élève du Prytanée et avait étudié la philologie grecque avec le grand Heine. Surtout, il « était poussé par la volonté enthousiaste de se rendre utile à ceux qui l’invitaient » (Coray, 1979, t. 3, p. 494). Sa présence au gymnase de Chio augmenterait le prestige de l’école dans tous les Balkans, sinon dans toute l’Europe.

La rencontre eut lieu chez Coray, en juillet 1816, et dura plusieurs jours. Les négociations furent ardues et se tinrent dans le plus grand secret, la France étant l’alliée traditionnelle du sultan et le gouvernement de la Restauration l’ennemi juré de tout mouvement révolutionnaire, patriotique ou autre. Finalement les deux hommes se mirent d’accord sur tous les points et le 24 août ils signèrent le contrat. J. David se mit alors en route pour la Grèce, via Vienne et Constantinople,  avec de fréquents arrêts, parfois assez longs. Entre-temps, un événement imprévu faillit annuler le contrat à peine signé entre J. David et Coray et forcer le premier à rebrousser chemin, ruinant ainsi les plans du second pour le gymnase de Chio. En effet, le 14 septembre, un messager apportait de Bruxelles au 5, rue Madame une lettre de Charlotte David, adressée à Coray[13]. La mère de Jules David priait l’éminent philologue grec de lui écrire un certificat confirmant la compétence de son fils en langue grecque, afin qu’il obtienne un poste de professeur en Belgique. Comment sortir de cet imbroglio ? Après réflexion, Coray décida de ne pas en informer Jules, de ne pas répondre à Madame David par écrit ni lui envoyer le certificat demandé mais de simplement lui annoncer par le même messager, que son fils était déjà parti pour la Grèce où il allait « jouir d’honneurs et de moyens de subsistance » (Δημαράς, Coray, 1979, t. 3, p. 494)

 

Jules David à Chio

J. David débarqua à Chio tard le soir du 10 décembre 1816. Sur le quai l’attendaient le directeur Vamvas, les notables et une foule de curieux. Profondément touché par l’accueil que les Grecs lui réservèrent et leur empressement à rendre son séjour agréable, il commença ses cours tout de suite après les fêtes de la fin d’année. La classe comptait trente élèves d’âge différent, tous débutants absolus. Grâce à leur assiduité et au talent pédagogique de J. David, les progrès furent rapides. Déjà le 23 février 1817, il informait Coray à Paris qu’il ouvrait une nouvelle classe de débutants. C’était, ajoutait-il, sa façon de contribuer à la renaissance de la « Grèce sacrée ».

Parallèlement à l’enseignement du français, Jules David consacrait tout son temps libre à l’étude du grec moderne et préparait pour publication trois livres savants : un essai sur la parenté du grec ancien avec le grec moderne, pour l’information des philologues classiques ; un manuel de la langue grecque moderne, pour les besoins des francophones sans instruction supérieure ; et un dictionnaire complet de la langue grecque pour les besoins des Grecs et des étrangers cultivés. Ainsi passa un an et demi sans qu’il s’en aperçoive trop. Soudain, l’été 1818, J. David abandonna, pour des raisons non dévoilées, son poste au gymnase de Chio, prit le bateau, traversa le détroit de Tsesmé (six milles nautiques) et passa à Smyrne.

 

Jules David à Smyrne

Smyrne était alors une ville portuaire cosmopolite, grouillante d’activité, avec une population de 100 000 habitants   (Grecs, Juifs, Arméniens, Français, Anglais, Américains, Turcs et autres). À peine débarqué   il trouva un poste de professeur de français au gymnase grec de la ville et déjà fin octobre il se mariait. Il avait 35 ans et son épouse Maria (Marigo) dix-sept ! Elle était la fille de Michel Capinakis (ou Kapinakis), marchand prospère de Smyrne, et de Theodora Ma(nt)zourani. Marigo apportait à son mari, hors sa grande beauté et la fraîcheur de sa jeunesse, une dot considérable en espèces et en objets utiles pour le domicile. En échange, elle devenait baronne[14] et faisait dorénavant partie de la haute aristocratie française.

Il s’agissait sans doute d’un mariage arrangé, comme le voulait à cette époque la tradition, non seulement au Levant mais dans toute l’Europe[15].  L’implication de Coray dans cette union ne serait pas, nous semble-t-il à exclure. Nous savons que le sage Grec (comme l’appelait J. David) encourageait le mariage des femmes grecques avec des Français et qu’il rêvait de l’avènement prochain d’une « nation franco-grecque » :

IX (dernier chant)

Nation généreuse & digne d’admiration,                   Θαυμαστοί Γενναίοι Γάλλοι,

ô François ! les Grecs seuls                                      Κατ’ εσάς δεν είναι άλλοι

peuvent vous égaler en courage ;                              Πλην Γραικών, ανδρειωμένοι

Supporter, comme vous, les fatigues                        Κ’εις τους κόπους γυμνασμένοι.

et les privations de toute espèce.                             Φίλους της ελευθερίας

Les Grecs réunis aux amis,                                       Των Γραικών της Σωτηρίας

aux défenseurs de leur liberté,                                   Όταν έχωμεν τους Γάλλους

aux intrépides François,                                            Τις η χρεία από άλλους ;

N’ont besoin d’aucun autre secours

Liés par une amitié indissoluble,                              Γάλλοι και Γραικοί δεμένοι

Les deux peuples n’en font plus qu’un ;                  Με φιλίαν ενωμένοι,

Ce ne sont plus des Grecs ou des François              Δεν είναι Γραικοί η Γάλλοι,

qui combattent pour la cause de la liberté ;

c’est la nation Gallo-grecque                                 ΑλλενέθνοςΓραικογάλλοι,         

Tous ensemble ils s’écrient :                                    Κράζοντες, « Αφανισθήτω

« que l’horrible servitude disparoisse de la terre !              Κεκτης γης εξαλειφθήτω

Que son nom même soit à jamais anéanti !              Η κατάρατος δουλεία!

VIVE LA LIBERTÉ! »                                                           ΖΗΤΩ Η ΕΛΕΥΘΕΡΙΑ! »

A. Coray, Άσμα πολεμιστήριον (Chant de guerre des Grecs), Aθήνα : ΕΛΙΑ 1982. p 16 (souligné par J.C.).

 Il comprenait également qu’un professeur étranger marié avec une Grecque serait moins tenté de quitter la Grèce et retourner dans son pays d’origine[16]. Dans le cas de Marigo, il pouvait avoir aussi des raisons plus personnelles de souhaiter ce mariage. Son cousin Joseph à Smyrne s’appelait Man[nt]zouranis. Était-il parent de la mère de Marigo ? Quoiqu’il en soit, le mariage religieux eut lieu en octobre (?) 1818, en présence de nombreux parents et amis de la famille Capinaki et de quelques aristocrates français, amis de la famille David qui se trouvaient alors à Smyrne[17] qui ne manquèrent pas de transmettre leurs impressions à Paris et à Bruxelles.

La cérémonie de mariage. 

Bien informé sur la mariée et sa famille, Louis David envoya, le 1er janvier 1819, à son fils aîné à Smyrne une longue lettre dans laquelle il bénissait, en son nom et au nom de Mme David, le mariage, en ajoutant, quelques mots aimables pour sa belle-fille[18] et quelques phrases de circonstance pour les parents de celle-ci[19]. Il terminait sa missive par cette vague promesse :

«Tu peux toujours compter sur les quinze cents francs par an, sauf quand je rentrerai en France et qu’on m’aura payé le prix que je demande pour mes deux grands tableaux d’histoire des Sabines et des Thermopyles, sauf à moi dis-je à vous en faire tous participer ».

Pas de cadeau de mariage. Jules David fut profondément déçu. Il arrivait difficilement à joindre les deux bouts, surtout depuis la naissance de son fils Eugène, le 27 juillet 1819.

 

Jules David helléniste 

A Smyrne Jules David partageait son temps libre entre ses recherches sur la langue grecque, la rédaction de ses livres et ses activités politiques. Totalement immergé dans le milieu hellénique, il apprit le grec moderne parfaitement, ce qui lui facilitait considérablement la rédaction de trois ouvrages envisagés. Le premier, intitulé Συνοπτικός Παραλληλισμός της ελληνικής και γραικικής η απλοελληνικής γλώσσης (Le parallèle des langues grecques ancienne et moderne)[20] fut publié à Paris, en 1820. Le second, Méthode pour étudier la langue Grecque Moderne[21], parut en 1821, également à Paris. Il s’agissait de deux ouvrages remarquables, réédités la même décennie et traduits en anglais et en allemand. En France toutefois, ils n’attirèrent pas, au temps de la Restauration, l’attention qu’ils méritaient, principalement pour des raisons politiques. J. David était non seulement « fils du peintre régicide » mais aussi bonapartiste, libéral et démocrate impénitent.

 

Charles Nodier et Jules David

Néanmoins, il se trouva un membre de l’Académie française, Charles Nodier (1780-1844), écrivain et poète prolifique, un des fondateurs du mouvement romantique, qui en pleine Restauration, eut le courage de saluer la contribution de Jules David à l’avancement des études grecques et en même temps de rappeler les mérites de son illustre père, le peintre proscrit. Dans un article paru en 1823 dans les Annales de la littérature et des Arts, publiées par la Société des bonnes lettres, il caractérise Συνοπτικός Παραλληλισμός […] comme « un ouvrage remarquable » et ajoute :

 

Je ne sais rien de plus clair, de plus fort de logique grammaticale, de plus riche d’érudition classique, que ces recherches si simples en apparence sur la voix, les modes et les temps, dont la stérilité a souvent rebuté et souvent découragé nos premières veilles, mais auxquelles une élocution brillante et animée a communiqué beaucoup de charmes à l’ouvrage de M. David.

Il définit l’auteur du livre, qui doit résider contrairement à sa volonté à l’étranger, comme : « un homme supérieur et tout à fait maître de la matière », qui avec son père, le peintre Louis David, représente deux grands talents qui élèvent sur deux points très éloignés de l’Europe deux monuments immortels à la Grèce : le père qui consacre dans un chef d’œuvre le dévouement de Léonidas, et le fils qui va sur la terre de Léonidas relever par un travail utile et mémorable l’ancienne réputation des Francs.

L’académicien achève son article en recommandant aux autorités françaises de fonder une chaire de grec ancien et moderne comparés et d’en confier la direction à Jules David, « un talent que l’Asie envie à l’Europe » car c’est une honte « qu’un François qui a honoré le nom de François chez les Grecs,  n’est pas respectée ; il faudrait solliciter une chaire à Smyrne ou compiler un dictionnaire[22] à Bucharest ? ».

 

Jules David, bonapartiste et philhellène

            À Smyrne, J. David maintenait de bons rapports avec la communauté française. Naturellement, il se sentait plus proche des émigrés bonapartistes. Il en connaissait plusieurs personnellement, du temps qu’il vivait en Europe. Certains d’entre eux complotaient contre les Bourbons et préparaient le retour au trône de l’Empereur ou du moins d’un de ses frères. Il était aussi ami avec le consul de France et dans la Méthode pour étudier la langue grecque moderne, il lui consacre toute une page (109) du Dialogue III. Le consul s’appelait aussi Jules David, était écrivain, poète et grand philhellène et pour cela on le confond très souvent avec le mari de Marigo Capinaki. À tort, car le consul venait d’une famille de diplomates, sans aucun lien de parenté avec le peintre David.

Philhellène ardent, le fils du peintre suivait l’évolution des affaires grecques attentivement. Il était très bien informé sur tout ce qui se passait dans les Balkans et au Levant[23]. Il parlait le grec moderne mieux que la majorité des Grecs de l’époque et il avait beaucoup d’amis et de collègues qui le tenaient au courant de derniers événements. Plusieurs d’entre eux étaient initiés aux secrets de la Filiki Etaireia (Société amicale), l’organisation patriotique qui préparait la révolution nationale qui devait éclater d’un moment à l’autre.

 

Départ pour Trieste

En effet, le 26 février 1821, le prince Alexandre Ypsilantis déclarait à Jassy, en Roumanie, le début de la Révolution. La réaction turque ne se fit pas attendre : massacres à Smyrne et en d’autres villes de l’Asie Mineure, pendaison publique du patriarche œcuménique Grégoire E’ à Constantinople et des centaines de religieux et de laïcs assassinés un peu partout en Turquie. J. David comprit alors que le temps était venu de quitter le Levant. Sa sûreté personnelle et celle de sa famille étaient en grand danger, surtout après la publication à Paris, en 1821, de son Appel en faveur des Grecs, un des premiers et des plus éloquents témoignages de solidarité avec le peuple grec révolté.

La crainte de représailles turques n’était pas l’unique raison qui poussa J. David à vouloir quitter Smyrne. Il avait certainement la nostalgie de l’Europe. De plus sa situation économique demeurait aléatoire. La poursuite de ses recherches sur les rapports de la langue néo-hellénique avec le grec ancien devenait, avec le soulèvement, impossible. Le travail sur le dictionnaire grec de même. Enfin, le tour des événements politique en France, en Italie, en Espagne et ailleurs en Europe, ne laissaient pas indifférent l’ancien diplomate de Napoléon Bonaparte. Michel Capinakis pensait aussi partir. Il craignait certainement pour la sécurité de sa famille et l’avenir de son fils Nicolas. Ses affaires aussi allaient plutôt mal.

Les deux hommes décidèrent de chercher refuge à Trieste. « La perle de l’Adriatique » les attirait pour des raisons différentes. Le beau-père savait que dans cette importante ville portuaire s’était développée, après 1782, une colonie hellénique très dynamique, qui évolua vite en un des principaux centres économiques, politiques, culturels et sociaux de la diaspora grecque. Trieste tentait Jules David aussi. La ville n’est pas si loin des frontières françaises ; de nombreux bonapartistes s’y étaient établis ; surtout, à Trieste vivait en exil depuis 1816 le prince Jérôme Bonaparte. Le frère cadet de l’empereur et le fils aîné du peintre avaient le même âge, se connaissaient bien du temps du règne de Napoléon et partageaient beaucoup de souvenirs heureux de cette époque.

 

Le péché de Marigo

            Jules David avec Marigo et leur fils Eugène arrivèrent à Trieste, fin 1821. À peine installé, il courut chez le Prince lui présenter ses respects et son épouse grecque. La rencontre fut cordiale. D’autres visites suivirent. Ils ne s’étaient pas vus depuis des années et avaient beaucoup à se raconter, après tout ce qui s’était passé depuis la bataille de Waterloo. Le sujet principal de leurs discussions était naturellement l’actualité politique en France. Un autre sujet les intéressait au plus haut point : le sort de la Grèce qui venait de se révolter.

J. David avait dressé un plan pour faire de l’ambitieux Jérôme Bonaparte le futur roi de Grèce. L’ex-roi de Westphalie écoutait son ami lui expliquer de quelle manière il pourrait ceindre la couronne de la Grèce ressuscitée. Simultanément, pendant toute la visite, il ne quitta pas Marigo des yeux. Il était ébloui par sa beauté. Jeune, beau, élégant, aucune femme ne lui résistait longtemps. Le nombre de ses enfants illégitimes ne se comptait plus. Tout indique que la fille de Michel Capinakis succomba aussi à son charme (voir infra).

 

Les David à Rome

Le plan de Jules David de faire monter le Prince Jérôme sur le trône de Grèce n’avait, comme tout lecteur sérieux le comprend, absolument aucune chance de se matérialiser. Trieste était un port autrichien. Metternich ne permettrait jamais à un Bonaparte de devenir roi de Grèce ou de n’importe quel autre pays en Europe. D’ailleurs les services secrets du chancelier autrichien surveillaient tous les mouvements du Prince et de tous ceux qui le fréquentaient. En ce qui concerne J. David les autorités autrichiennes ne perdirent pas de temps : elles lui interdirent l’entrée en Autriche.

Le prince souhaitait s’établir avec sa famille à Rome. Il dut attendre très longtemps. Il n’obtint la permission qu’en 1823. Il arriva dans la ville éternelle le 23 avril 1823, acheta un palais délabré près de la Piazza di Spagna et reprit la même vie insouciante. À sa suite débarquait J. David avec Marigo. Elle était enceinte. Le 30 juin elle donnait naissance à un second fils. Le prince offrit de le baptiser et de le nommer … Jérôme (parrain de son fils ?). Le mari de Marigo   n’y vit pas d’inconvénient. Il était sans emploi, sans économies ni espoir aucun d’améliorer bientôt son niveau de vie. L’aide qu’il recevait de Bruxelles était modeste et arrivait irrégulièrement, et la contribution de son beau-père maigre, ses affaires à Trieste ne prospérant pas.

Comme si tout cela ne suffisait pas, le couple David vivait une tragédie : leur fils ainé Eugène souffrait d’une maladie très grave (voir infra). Alors, lorsque le Prince proposa à Jules de le prendre à son service et de lui louer un appartement dans son palais, il accepta sans trop hésiter, même si le salaire était absolument risible (1 500 francs par an). Il semble que le prince volage ne s’intéressait plus aux appâts de Marigo.         En outre, la situation politique en Europe évoluait différemment de ce que Jules avait espéré : à Paris, le gouvernement de la Restauration restait fort, en dépit de tous les efforts de l’opposition libérale de le renverser. Les nouvelles qui arrivaient de Grèce étaient encore plus affligeantes. La révolution qu’il avait accueillie avec tant d’enthousiasme était en danger mortel. La guerre civile (1823-1825) entre les chefs de l’armée de terre, de la marine et des dirigeants politiques faisait rage. Le rêve d’une Grèce libre, indépendante et démocratique s’évanouissait. Heureusement, le séjour des David à Rome dura peu de temps.

 

Les David en France

La santé du père de Jules demeurait chancelante et après son accident[24] elle ne cessa de se détériorer. Il mourut le 29 décembre 1825, entouré des membres de sa famille et il fut enterré à Bruxelles, le gouvernement de la Restauration ayant refusé le transport de sa dépouille en France. La mère était gravement malade et paralytique. Comme elle avait besoin de soins continus, Eugène, son fils cadet, l’amena chez lui à Paris. C’est alors que J. David prit la décision de retourner avec sa famille à Paris également. Charlotte David avait ainsi la possibilité de   mieux connaître sa bru Marigo et ses deux petits-fils : le malade Eugène et l’illégitime (?) Jérôme. Il semble qu’elle n’exprima jamais le désir de les voir. D’ailleurs, elle mourut à peine quelques mois après son mari, le 9 mai 1826.

            À son retour à Paris, J. David loua un appartement au 12, rue Mabillon, près de l’église Saint-Sulpice, pas loin de la rue Madame où habitait Coray[25]. Avec la mort de ses riches parents, ses problèmes d’argent disparurent. Lui, qui au service de Jérôme Bonaparte à Rome, ne gagnait que 1 500 francs par an, héritait, comme son frère et ses deux sœurs, 234 660 frs. Aussitôt les formalités de succession réglées, il s’empressa d’acheter une maison à Montmartre, qu’il louait au prix de douze mille francs par an. Puis il s’occupa de légaliser le statut de ses deux fils et le 12 décembre 1827 de signer, avec Marigo, leur contrat de mariage par lequel ils acceptaient qu’il y aurait entre eux une simple communauté d’acquêts.

 

Jules David reprend ses travaux sur la langue grecque.

Ce n’est qu’alors que J. David put reprendre la rédaction de son Dictionnaire de la langue grecque qu’il avait dernièrement tellement négligée. Parallèlement, il entreprenait des démarches pour retourner à la fonction publique. Il croyait qu’après la Révolution de 1830 et la prise du pouvoir par un gouvernement libéral, cela ne serait pas difficile. Nombre de nouveaux dirigeants étaient des amis de son père ou des personnes qu’il connaissait personnellement. Il postula donc un poste au Conseil de l’Éducation publique. Sa candidature fut cependant poliment rejetée de même que sa demande d’un poste de professeur de grec à l’université. Il ne fut pas réintégré dans le corps diplomatique, comme l’avait espéré son père ; n’obtint pas le poste de préfet que lui avait offert l’empereur quelques semaines avant sa chute, en 1815 et il ne fut pas nommé professeur à l’Université de Paris comme il présumait.

 

Les dernières années de Jules David

             Les gouvernements de la Restauration n’oubliaient pas qu’il était le fils du « peintre régicide » et le gouvernement libéral qui prit le pouvoir après la révolution de juillet 1830, se trouvait dans l’impossibilité de satisfaire ses demandes, soit parce que le nombre des candidats aux postes visés était très grand, soit parce que J. David ne répondait pas aux critères de sélection. Il dut donc se contenter du poste de « suppléant » du professeur Jean François Boissonade (1774-1857), un des hellénistes les plus respectés de son temps et ami étroit de Coray.

Après sa nomination, J. David, pour être plus près de l’Université, déménagea de la rue Mabillon dans un appartement plutôt modeste, à la Place Saint André des Arts. Mais son contrat de suppléant était annuel et non pas permanent. Pendant dix ans (1830-1840), il fut renouvelé, plus ou moins automatiquement. Où la Sorbonne aurait-elle trouvé un autre helléniste qui possédât aussi parfaitement que lui non seulement le grec ancien mais le grec moderne aussi ?

Tout changea en 1840 avec l’introduction de nouveaux règlements proposés par le ministre libéral de l’Instruction publique, Victor Cousin. Dorénavant, pour être nommé suppléant à l’Université, il fallait passer le concours d’agrégation. J. David refusa de participer au concours. Son contrat ne fut donc pas renouvelé et son poste fut attribué au jeune Émile Egger (1813-1885), brillant philologue et un des premiers agrégés.

J. David n’avait que 57 ans et était encore en bonne santé, sauf pour ses yeux qui s’étaient affaiblis, de sorte qu’il ne pouvait plus travailler le soir à la lumière de la lampe à huile. Il savait qu’il avait encore beaucoup à offrir. Il souhaitait qu’on lui permette de continuer à enseigner, sinon à l’Université au moins à l’École des langues orientales vivantes ou dans une autre institution d’éducation supérieure. Il s’adressa au ministre qu’il connaissait personnellement, approcha des amis influents, pria des personnalités haut placées d’intervenir en sa faveur. En vain. Il devait partir. Sa carrière universitaire était terminée.

Il continua toutefois à participer activement aux travaux du Comité hellénique de Paris,à encourager tout effort visant à la renaissance spirituelle de la Grèce et à peaufiner son Dictionnaire français et grec ancien[26]. Il le considérait comme sa principale contribution à la philologie grecque et ne cessa jusqu’à sa mort de se battre pour le faire imprimer. Sans succès. Il mourut le 25 janvier 1854 à l’âge de 71 ans et fut enterré au cimetière du Père-Lachaise dans la tombe familiale des David, à côté de ses parents[27], de son frère et de ses deux sœurs … mais pas à côté de Marigo, son épouse !

 

La vie de Marigo à Paris

En France, une vie nouvelle commença pour Marigo, pleine de soucis et de chagrins. Elle devait s’adapter à sa nouvelle patrie, où elle allait passer le reste de sa vie au milieu d’étrangers ; apprendre la langue et s’habituer à côtoyer, ne serait-ce qu’occasionnellement, une société distinguée dont les intérêts et les préoccupations la laissaient complètement indifférente. Surtout, elle devait s’occuper de ses deux garçons, Eugène et Jérôme, une tâche épuisante. Ceux qui ont écrit sur J. David et sa famille ne parlent d’habitude que du fils cadet, Jérôme. Pourtant, l’existence d’Eugène est indéniable. Nous possédons non seulement son certificat de naissance mais aussi bien d’autres documents le concernant. Alors, pourquoi ce silence ?

 

Eugène David, le fils aîné de Marigo

             Le petit Eugène était né avec de sérieux problèmes de santé et avait besoin de la présence permanente de sa mère ou de sa nourrice. Tout indique que les parents tardèrent à s’en rendre compte. Quand ils apprirent la vérité, ils la gardèrent longtemps secrète. Finalement, ils placèrent le malheureux Eugène dans la maison de Santé du Docteur Brière de Dorimont[28], « espérant que les médicaments et les soins dont il était entouré pourraient amener sa guérison, mais […] aucune amélioration n’était survenue […]. Le père,  ayant « perdu tout espoir de voir cesser le pénible état de son fils  […], proposa alors au Tribunal de convoquer un conseil familial en présence du juge de paix et de déclarer Eugène interdit. Le 19 décembre 1843, le Tribunal approuva la proposition du père unanimement et nomma, « conformément à la loi […] pour administrateur provisoire Mons. Le Baron, David, son père […]. Il n’y a pas eu d’opposition à ce jugement ni appel ».

Eugène entra donc à l’asile de Charenton[29], l’établissement psychiatrique le plus moderne d’Europe. Il souffrait d’imbécillité et d’idiotisme complet. Selon E. Esquirol (1772-1840), fondateur de l’école psychiatrique française, souffre d’imbécillité celui qui n’est capable que de quelques pensées, a une capacité limitée de parler, de se souvenir et de faire quelques actes logiques ; d’idiotie souffre celui qui est totalement ou presque totalement incapable de penser. Tant l’imbécillité que l’idiotie se présentent sous des formes multiples. Les causes de ces maladies sont presque toujours physiologiques. D’habitude le mal se manifeste dès la naissance de l’enfant.

Eugène passera donc à Charenton plus de trente ans de sa vie. À la mort de sa mère en 1879, il se trouvait toujours à l’asile. Son état était resté pendant tout ce temps «absolument stationnaire». Dans les registres de l’asile de l’année 1873, dans la colonne Remarques médicales on continue à répéter : « Démence absolue, aucune manifestation intellectuelle. Existence végétative ». Dans le rapport daté du 11 janvier 1873 y est ajouté : « malpropreté : même état » et en janvier 1874 : « dément complet, malpropre, végète. Pension 142 frs.[30] ».

 

Jérôme David (1823-1882), fils cadet de Marigo

Avec leur fils cadet, les David avaient des problèmes d’un ordre différent. Dès sa naissance, dans les salons de Trieste et de Paris, les commères chuchotaient que le père de l’enfant n’était autre que Jérôme Bonaparte, le frère cadet de feu l’empereur Napoléon. C’est aussi ce qu’affirment la plupart des historiens[31]. De toute évidence les rumeurs atteignirent les oreilles du frère et des sœurs jumelles de J. David à Paris qui, vraisemblablement, en informèrent leurs parents à Bruxelles. À partir de ce moment, les relations de Louis et de Charlotte David avec leur fils aîné se refroidirent[32] et leur intérêt pour Marigo et le nouveau-né disparut complètement.

Marigo devait être, comme la plupart des femmes grecques et orientales de cette époque, docile, effacée, soumise à son mari. À Smyrne, à Trieste, à Rome et à Paris, elle restait à l’ombre. Les décisions étaient prises par les hommes de la famille : son père, son frère et plus tard par son époux. Elle ne parlait pas beaucoup. Elle se taisait sur ce qui s’était passé à Trieste entre elle et le Prince. Était-elle innocente ? Cachait-elle son secret ? Lui avait-on commandé de garder le silence ? Probablement on ne saura jamais la vérité. De même, personne ne sait ce que son époux pensait de tout cela. Les rapports de J. David avec Marigo et le petit Jérôme en avaient-ils été affectés ? Rien ne le prouve. Il a toujours maintenu être le père légitime de deux garçons, d’Eugène et de Jérôme.

Sur la petite enfance de Jérôme, on est aussi très peu informés. Il devait être un enfant difficile à élever. À treize ans, ses parents l’embarquèrent à Bordeaux sur un cargo qui se dirigeait vers l’Amérique du Sud. On ne sait pas pourquoi exactement. On dit que les conditions de vie sur le bateau étaient particulièrement rudes et la discipline très dure et que pour cela quand le navire fit escale à Montevideo, en Uruguay, l’adolescent en profita pour s’enfuir. Pour survivre, il exerça toutes sortes de métiers[33] jusqu’au jour où un émigré français eut pitié de lui et l’aida à retourner chez ses parents, en France. Marigo devait être heureuse de l’avoir de nouveau près d’elle.

 

La carrière prodigieuse de Jérôme David

À Paris, Jérôme reprit ses études secondaires et, en 1842, il entra à Saint-Cyr d’où il sortit en 1844 avec le grade de sous-lieutenant. Il servit pendant plusieurs années en Afrique, à l’époque des conquêtes coloniales, retourna par la suite en France et s’établit à Paris au n° 30, rue Saint Guillaume, non loin de l’appartement de ses parents. À l’âge de trente ans, il épousa Larissa Merle, une très belle femme de vingt-sept ans, fille d’une famille riche et honorable de Langon qui lui donnera deux enfants : Jérôme Napoléon (!), en 1853 et Marie-Joséphine, en 1855. Ils mourront jeunes, le fils à vingt ans, la fille à seize ans. Ainsi s’éteignit la descendance directe de Jules David et de Marigo Capinaki[34] .

Contrairement à son père, Jérôme fit une carrière spectaculaire, en grande partie grâce à l’aide de son parrain (de son père ?) le prince Jérôme Bonaparte.  Elle commença après le coup d’État du 2 décembre 1851 et l’accession de Louis Napoléon Bonaparte au trône impérial (1852-1870). Jérôme Bonaparte, oncle du nouvel empereur, fut alors nommé Président du Sénat et prit son « filleul » (son fils illégitime ?), le sous-lieutenant Jérôme David pour aide de camp. Peu après, il le plaça au service de son fils légitime Napoléon Joseph Charles Paul Bonaparte (1822-1891), dit Plon-Plon. Les deux demi-frères (?) partirent ensemble faire la Guerre de Crimée (1854-1856). Au retour de Crimée cependant, le fils de Marigo décida de quitter l’armée pour se consacrer à la politique.

La carrière politique de Jérôme David débuta en 1857, quand il fut élu maire de Langon, petite ville pas loin de Bordeaux, d’où venait sa riche épouse. En 1859, il fut élu aussi député de la Gironde et réélu plusieurs fois jusqu’à 1870, Pendant ces années, il siégeait avec les députés de l’extrême droite bonapartiste, dont il était un des chefs. Homme de confiance de Napoléon III et protégé de l’impératrice Eugénie, il fut généreusement récompensé pour sa fidélité absolue à la Maison Bonaparte : en 1860, il obtint le titre héréditaire de baron, en 1867; il fut nommé vice-président du Corps législatif ; en 1869, il entra au Conseil privé et en 1870, il fut nommé ministre des Travaux publics. Après la chute de l’Empire (1852-1870), il suivit l’impératrice en son exil en Angleterre et quand il revint en France, il se fit réélire député de la Gironde (1876-1881)[35]. Bien que gravement malade, il resta à son poste jusqu’à la veille de sa mort (27 janvier 1882).

 

Jérôme David auteur

Jérôme David ne se contenta pas de ses réussites politiques, il aspirait aussi à la gloire littéraire. Il est l’auteur du Bien d’autrui (1857), une comédie en un acte et de La Revanche du mari (1858), une comédie en deux actes, deux pièces aujourd’hui complètement oubliées. Il publia également une brochure intitulée Actualités et souvenirs politiques (1874), où il donne sa version de la guerre de 1870, et de nombreux discours, dont l’un, prononcé lors de la discussion « du projet de loi sur le recrutement de l’armée, a été tiré à 100 000 exemplaires sur ordre de l’Empereur » (Sapaly, 1978, p.11)[36] ! Il s’intéressait également au pays et à la langue de sa mère, pour l’étude et la diffusion de laquelle son père avait tant contribué[37]. Il était un des membres fondateurs de l’Association pour l’encouragement des études grecques en France, créée à Paris en 1867 mais nous ignorons le rôle qu’il y joua.

Toutefois, ce ne sont pas ses publications qui le rendirent millionnaire. Sa fortune provenait, en partie, de la dot de sa riche épouse et, en partie, selon les dires de l’opposition, des sommes accumulées pendant les vingt années que lui et les autres budgétivores dévorèrent impunément.

 

 Marigo veuve

            Marigo, comme épouse de Jules David et mère du baron Jérôme David, appartenait à l’une des plus éminentes familles de France. Elle avait nécessairement des rapports directs, mais surtout indirects, avec l’élite sociale française (le palais impérial, la haute noblesse, les ministres, les politiciens, les académiciens, les écrivains, les artistes et les journalistes) mais elle n’en profita guère. Elle resta une simple femme grecque de Smyrne, sans ambitions ni intérêts spirituels supérieurs. Elle continuait à écrire son nom avec difficulté en grec comme en français et pas toujours sans faute. Le niveau de son instruction ne s’améliora pas substantiellement, ni pendant le temps qu’elle vivait avec son mari J. David ni ensuite quand elle resta veuve.

En cela Marigo ne différait pas beaucoup de la plupart des femmes françaises, italiennes ou grecques de l’époque. L’éducation n’était pas encore dans ces pays obligatoire ni pour les garçons ni pour les filles. Ce qui la distinguait des autres femmes, c’était sa beauté. De l’aveu de tous ceux qui ont parlé de Marigo, elle était très jolie. Son neveu, Louis David-Chassagnoles, qui dut la connaître personnellement, la décrit comme une « femme d’une beauté remarquable »[38] Mais elle n’exploita pas ce cadeau précieux que lui offrit la nature. Elle n’était point coquette. Sa garde-robe et les bijoux trouvés après sa mort montrent qu’elle n’était point attirée par la mode et les frivolités. La vie mondaine de Paris ne l’intéressait pas du tout. Les salons, les réceptions, les bals la laissaient indifférente. Elle ne se sentait pas à l’aise dans ces milieux mondains et les évitait.

À la mort de son mari, « la belle grecque » avait 53-54 ans. Avait-elle été heureuse avec lui ? Ce n’est pas sûr. Jules et Marigo appartenaient à deux mondes très différents. Pourtant, elle ne se remaria pas. Elle passa le reste de sa vie à Paris seule. Elle changea seulement d’appartement. Elle déménagea du carré Saint André au 17, rue de Grenelle. Revit-elle ses parents ou son frère Nicolas ? Est-elle jamais retournée à Smyrne, la ville où elle était née et où elle avait grandi ?  Ce n’était pas en ces années si facile, pour une femme, surtout pour une femme comme Marigo de voyager seule, si loin. On ignore aussi si elle avait à Paris un(e) ami(e), un compatriote avec qui échanger quelques mots, raconter ses peines, partager ses souvenirs.

Eugène, son fils ainé, était toujours enfermé à Charenton. Jérôme, son fils cadet avait sa famille et occupait des fonctions très élevées qui ne lui permettaient pas de passer beaucoup de temps avec sa mère, même s’il le souhaitait. D’ailleurs, ils n’avaient pas beaucoup à se dire : lui, était un homme du monde, intellectuel, grande personnalité politique du pays ; elle, une émigrante peu instruite, sans intérêts particuliers. Mais qui sait ? Quant à Jérôme, il semble qu’en dépit de ses hautes fonctions et de ses nombreuses obligations sociales, il maintenait des relations correctes avec ses parents, surtout avec sa mère. En effet, on le rencontre aux côtés de Marigo dans tous les moments difficiles de sa vie : c’est lui qui s’occupa des funérailles de Jules David et des formalités légales concernant l’héritage, lui qui remplaça son père dans le rôle de tuteur du malheureux Eugène, etc.

 

Les dernières années de la baronne Marie David-Capinaki

En tous les cas, la vie de Marigo, après le trépas de son mari, devait être bien terne. Vingt-cinq ans veuve, seule dans un pays étranger, dans un environnement qu’elle ne comprenait pas. Elle mourut en son domicile, très probablement seule, le 4 mars 1879 à six heures du matin, à l’âge de 79 ans. C’est son fils Jérôme qui s’occupa des funérailles. Étrangement, il ne l’enterra pas dans le tombeau familial des David au Père-Lachaise, à côté de Jules David, son mari, ni dans le colossal caveau de sa famille à Langon.

Où repose-t-elle ? Impossible de le savoir. Le cimetière du Père-Lachaise garde l’information secrète. Elle ne peut, semble-t-il, être divulguée qu’aux membres de la famille ! Est également tenu secret le contenu de son testament.   Ses héritiers devaient être ses deux enfants. Nous ignorons ce qu’elle leur a laissé. Eugène n’avait besoin que de 142 frs pour payer sa pension à Charenton. Il ne s’est jamais marié et n’avait pas de progéniture. Jérôme était très riche. Ses enfants étaient morts jeunes et lui-même décéda trois ans après sa mère, la belle Grecque de Smyrne, l’épouse de l’helléniste Jules David, la baronne Marie Capinaki-David ✷

 


[1].  Par philhellénisme nous entendons ici, le mouvement idéologique qui se développe en Europe à la fin du XVIIIe siècle, en faveur de la lutte du peuple grec pour son émancipation politique et culturelle. Par grécomanie nous entendons l’engouement des Européens pour la culture de la Grèce ancienne et moderne (architecture, mode, mobilier, cuisine, langue, littérature, etc.) qui se développe à la veille de et pendant la guerre d’indépendance (1821-1830).

[2]. Le néoclassicisme prônait le retour aux valeurs de l’Antiquité, surtout grecque.

[3] Lettre de L. David à son fils Jules du 1er janvier 1819 – Voir J.A. Caravolas, 2009, annexe 4.

[4]. Au début de la Révolution ils étaient amis. Le tableau de David Jeu de Paume inspira à Chénier un poème qui porte le même titre.

[5].  Coray admirait Louis David et l’appelait « premier des Apellés contemporains » (Ibid. p.177)

[6]. À l’origine l’établissement s’appelait Collège de Clermont (1563) ; en1682 il fut renommé Collège Louis le Grand et en 1802 Prytanée. La mission de cette école vénérable était toujours la formation des fils de l’élite sociale française.

[7]. En 1799, Villoison ouvrit un cours de grec ancien et moderne et en 1800 un cours de grec moderne. Nous ne savons pas lequel des deux J. David suivit.

[8]. V. Hugo L’enfant de Chio, Les Orientales, Paris, Gosselin, 1829.

[9].Vamvas, était un des Grecs les plus instruits de son époque : prêtre, pédagogue, philosophe, universitaire, auteur prolifique, nommé « διδάσκαλος του γένους » (précepteurs de la nation).

[10]. Α. Κοραή, Άτακτα, t. Β. Paris.1829, p.90.

[11]. Cité in Teissonnière, Γραμματική της γαλλικής γλώσσης […], Ermoupolis, 1837.

[12]. Coray exigeait que le candidat qui obtiendrait le poste applique la méthode mutuelle (lancastrienne). Il offrait de la lui enseigner, au cas où il n’en serait pas familier.

[13]. Très probablement ils se connaissaient personnellement de Paris.

[14]. Jules David avait hérité le titre de baron de son père, qui le reçut directement de l’empereur. Notons que ni le peintre David, ni son fils aîné, ni Marigo ne s’en servirent jamais.

[15]. Le mariage du peintre Louis David et de Charlotte Pécoul, par exemple, était arrangé aussi.

[16]. Voir sa lettre aux notables de Chio, Valetas, 1982 T.4 :107.

[17]. Le mariage de J. David, citoyen français, pour être valable devait nécessairement être complété d’un mariage civil au consulat de France. Il fut célébré le 23 avril 1919 à Smyrne, par le consul J. David et une deuxième fois, le14 septembre 1827 à la mairie du onzième arrondissement de Paris.

[18]. « J’espère d’avoir un jour le bonheur d’embrasser ma belle-fille, elle verra en moi un partisan du pays qui lui a donné le jour et que si son nouveau père ne parle pas sa langue, il a celle de cette sensibilité qu’il a puisée dans la lecture des auteurs de cette terre classique et passionnée […] ».

[19]. « Présentez mon estime à la maison avec laquelle vous venez de faire alliance. Assurez bien les père et mère de votre épouse que si le sort veut que leur fille habite le même pays que moi, elle retrouvera en nous, ma femme et moi, une nouvelle famille. Nous ne pouvons et ne devons nous flatter de lui faire oublier la première mais nous ferons nos efforts pour l’en dédommager ».

[20]. Jules DAVID, Συνοπτικός Παραλληλισμός της ελληνικής και γραικικής η απλοελληνικής γλώσσης. Paris, M. Eberart, 1820.

[21] Jules DAVID, Jules, Méthode pour étudier la langue grecque moderne. Paris, Lequien, libraire, 1821.

[22]. Dès son arrivée à Chio, J. David accumulait de la matière pour la composition d’un dictionnaire général et complet de la langue grecque, principalement du grec moderne.

[23]. Voir le dialogue III dans la Méthode pour étudier la langue grecque moderne, 1821, p. 107-110.

[24]. Le 24 février 1824, en sortant du théâtre, il fut sérieusement blessé par un cocher ivre.

[25]. On ne sait s’ils se sont jamais revus, dans la rue ou aux réunions de la Société (ou Comité) hellénique de Paris.  C’est très possible et même probable.

[26]. Le Dictionnaire français et grec ancien consiste en 143 cahiers de dimensions inégales, d’environ 70 pages chacun, reliés en quinze volumes. Le manuscrit se trouve depuis 150 ans maintenant aux dépôts de la Bibliothèque Nationale d’Athènes et attend toujours que quelqu’un subventionne son édition.

[27]. Seul le cœur de Louis David repose au Père-Lachaise. Le corps du peintre régicide est enterré au cimetière d’Evere à Bruxelles.

[28]. Voir : l’Acte après décès de Charles Louis Jules David, établi le18 février 1854 par Me Dreux, ET/CVIII/1186 pages 26-28).

[29]. E. Esquirol (1838) Des maladies mentales considérées sous les rapports médical, hygiénique et médico-légal, médecin en chef de la Maison royale d’aliénés de Charenton, ancien inspecteur-général de l’Université, membre de l’Académie impériale de médecine, etc. ; chez Albert Baillière, Paris, Albert Lehalle (1972) Contribution à l’histoire de lα médecine « La maison de Charenton ». Thèse pour le doctorat en médecine, Paris.

[30]. La date exacte de sa mort n’est pas signalée ni le lieu où il fut enterré.

[31]. Voir J. A. Caravolas, 2009, p. 56

[32]. Louis David a laissé plusieurs portraits de son épouse, de son fils Eugène, de ses filles Émilie et Pauline et de leurs époux. De Jules, son fils aîné, et de Marigo Capinaki, même pas une esquisse, sauf peut-être un médaillon de Jules quand il avait quatre ans.

[33]. Il travailla dans une menuiserie, chez un cordonnier, comme comptable, etc.

[34]. J’ignore si elle fut invitée au mariage de Jérôme, et si elle eut le plaisir d’embrasser au moins une fois ses petits-enfants. Langon est loin de Paris. De plus, la fille du commerçant grec de Smyrne Michel Capinakis appartenait à un autre univers.

[35]. Il est enterré à Langon, dans un immense caveau familial, à côté de son épouse et de ses enfants.

[36]. Sapaly, A., Le Baron Jérôme David, maire de Langon (1860-1861. Les Cahiers du Bazadais, No no 42/3, p.3-11)

[37]. Ainsi, quand en 1867 fut créée à Paris l’Association pour l’encouragement des études grecques en France, Jérôme David devint un de ses membres fondateurs.

[38]. Le peintre Louis David 148-1825. Souvenirs et documents inédits par son petit-fils. Paris, V. Havard, 1880, p.82).