Archives par mot-clé : chômage

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°27)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 137, mars 2014, article un)

 

« Il fait trop chaud pour travailler »

(où il sera question de l’étymologie de chômage)

 

La célèbre réclame des années 80 pour une citronnade(La célèbre réclame des années 80 pour une citronnade)

 

 

On trouve sur la Toile des choses extraordinaires. Tenez, par exemple, savez-vous que les “Brebis gueuleuses” (j’ignore qui se cache derrière ce nom) tiennent une gazette, un blog, où, ma foi ! elles proposent une solution originale pour le chômage : revenir à la préhistoire ! Mais oui, comme il n’y avait pas de chômage chez les hommes de Néanderthal, hé bien, écrivent-elles, sélectionnons une cinquantaine de chômeurs, installons-les au fin fond de l’Auvergne avec quelques outils, et hop là, on aura une unité productive efficace ! (http://www.brebisgueuleuses.fr/2013/07/le-mystere-du-chomage)

Ce qui est beau avec l’utopie, c’est qu’elle nous fait rêver… Mais est-ce bien la solution ? Avant même l’avènement de notre économie industrialisée, n’y avait-il pas de chômeurs ?

 

Le chômage dans l’Antiquité

On lit dans l’évangile selon saint Matthieu (20, 1-16), la fameuse parabole des ouvriers de la onzième heure : un grand propriétaire cherche des vignerons pour les vendanges. Il trouve le matin des ouvriers qu’il embauche,

καὶ ἐξελθὼν περὶ τρίτην ὥραν εἶδεν ἄλλους ἑστῶτας ἐν τῇ ἀγορᾷ ἀργούς·

“et il sortit à la troisième heure et vit d’autres debout, sur l’agora, désoeuvrés.”

Vous connaissez la suite, le propriétaire paie tout le monde pareil, un denier, qu’on ait travaillé toute la journée et supporté “le poids du jour et la chaleur” ou juste une heure. L’histoire ne dit pas si les ouvriers de la première heure se sont mis en grève, ont sequestré le propriétaire, l’ont assigné aux prud’hommes ou pas… La seule chose qu’on sache c’est que le grand propriétaire trouva à chaque sortie des chômeurs sur la place publique et  qu’il les engagea. Donc le chômage existait déjà. Rien de nouveau sous le soleil…

 

Une ancienne réclame pour une citronnade

Ou plutôt si, du nouveau il y en a, car le français a une façon en fait très spéciale d’exprimer le chômage, très différente de celle qu’on trouve en grec ancien. Le chômeur, dans l’évangile se disait : ἀργός [argos] c’est-à-dire ἀ-εργός [a-ergos], le «désoeuvré», l’  «inactif». En grec moderne, αργία [arghia] signifie bien : «désoeuvrement», «chômage». En français, chômage, c’est le fait de chômer, ou selon une graphie archaïque chommer  voire chaumer. Ainsi Montaigne dans ses Essais III, IX (éd. Villey, p. 946) rappelle « que la justice a cognoissance et animadvertion aussi sur ceux qui chaument », c’est-à-dire qu’il y a des lois qui dénoncent et contraignent les vagabonds et les fainéants au travail.  Déjà les arrêté anti-mendicité existaient-ils ? En tout cas Montaigne proposait, non sans humour, des arrêtés anti-scribouillards puisqu’il voulait étendre ces lois aux écrivains « ineptes et inutiles ». Vaste programme !

En tout cas ce mot n’a aucun rapport avec le chaume, la paille dont on fait les chaumières. Le verbe vient probablement du provençal caumare en provençal signifie à la fois : «suffoquer de chaleur» et «se reposer, chômer». Car en provençal, pour parler d’une grande chaleur, on dit : fai un bel caumo, «il fait une sacré chaleur». Et dans le Rouergue, éstre de-caumo, littéralement :  «être de chaleur», signifie : «ne rien faire, chômer». Pour être plus précis, la forme française semble venir  de la forme provençale chaumare, variante palatalisée (avec la langue contre le palais) de caumare. Le mot désigne le fait que les brebis (encore elles !) quand vient une forte chaleur, arrêtent de manger et cherchent de l’ombre pour leur tête, comme le dit le Trésor du félibrige de Mistral.   Cela me fait penser à une ancienne réclame pour une citronnade. Elle mettait en scène un homme avachi sous son chapeau mexicain qui lançait : «il fait trop chaud pour travailler». C’est tout à fait ça.

De là vient notre chômage.  Mais ce verbe  chaumare/ caumare, d’où venait-il ?

 

«et les hommes furent brûlés d’une grande chaleur »

Du grec bien sûr, car vous parlez grec, mais vous ne le saviez pas ! De καῦμα [kauma] qui signifie «chaleur», «brûlure» et qui a donné le provençal caumo.

On a même un verbe dérivé καυματίζω [kaumatizô] «brûler (de chaleur)». Ainsi dans l’Apocalypse (16,8-9), parmi les fléaux de la fin des temps,

«un quatrième ange versa sa coupe sur le soleil et il fut donné au soleil de brûler les hommes par le feu, et les hommes furent brûlés d’une grande chaleur»

καὶ ὁ τέταρτος ἄγγελος ἐξέχεεν τὴν φιάλην αὐτοῦ ἐπὶ τὸν ἥλιον, καὶ ἐδόθη αὐτῷ  καυματίσαι τοὺς ἀνθρώπους ἐν πυρί, καὶ ἐκαυματίσθησαν οἱ ἄνθρωποι καῦμα μέγα.

Eruption solaire avec panache en anneau, NASA, Wikimedia commons(Eruption solaire avec panache en anneau, NASA, Wikimedia commons)

Voilà exactement la plaie qui arrive à notre société qui, hélas, bat tous les records de chômage de masse. Comme on le sait, l’Apocalypse parlait de façon figurée de la grande crise actuelle…

Trêve de bavardage. Le mot a été emprunté au grec par le latin sous la forme cauma à partir du IVe siècle après J.-C. dans un sens médical. Ainsi saint Jérôme traduit-il dans la Bible ce verset du livre de Job (30,30) :

cutis mea denigrata est super me et ossa mea aruerunt prae caumate

«ma peau a noirci sur moi et mes os ont séché en raison de leur inflammation»

Le traducteur latin d’un traité du médecin grec Oribase du IVe siècle, la Synopse à Eustathe (6, 26) écrit dans sa traduction :

 In pestilentia cauma est in thorax et lingua combusta

“En cas de peste, il y a une inflammation du thorax et la langue brûle”.

On doit donc comprendre le terme médical cauma comme désignant la chaleur que l’on ressent en cas d’inflammation, et donc l’inflammation elle-même. Le même traducteur aurait forgé le verbe caumare.

 

« Ça cogne »

C’est sans doute cet emploi savant qui explique l’usage métaphorique du mot dans le sud de la Gaule. Il faut avoir connu le soleil de Provence, celui qui fit mourir d’insolation la belle Mireille, pour savoir combien il est terrible et rigoureux. L’Apocalypse ne s’y est pas trompé qui considère ce soleil brûlant comme une plaie. Parfois, l’été, on ne peut plus dire seulement « il fait chaud ! », on doit dire « il brûle », caumat  en latin. Si l’on dit aujourd’hui l’été en plein midi, avec une belle métaphore : « ça cogne », pourquoi ne dirait-on pas : « ça brûle » ? Car ce n’est plus de la chaleur, c’est un incendie, une inflammation, tellement il fait chaud. Par ce biais on désigne non seulement la chaleur extérieure, mais surtout la chaleur ressentie, celle qui oblige, sous peine de mort ou presque, à se tenir coi.

Imaginons notre Mexicain de tout à l’heure ; quand il dit : « il fait trop chaud », il ne signifie pas seulement qu’il fait quarante degrés à l’ombre, il signifie également la conséquence de cet état de fait : « il fait trop chaud pour travailler : je m’arrête ». Dans le nord de la France, en pays d’oil, il ne faisait peut-être pas assez chaud pour qu’on garde l’usage de ce verbe chômer au sens provençal de « suffoquer de chaleur » : on n’en a gardé que le sens secondaire…

Le calme plat

Puisqu’on parle d’un Mexicain, signalons qu’en espagnol, le sentiment d’une chaleur qui vous fait suffoquer se dit justement calma. Dans le langage maritime, cette grande chaleur est en général accompagnée d’une absence de vent : c’est le calme plat. Le mot a été emprunté à l’espagnol ( ou au catalan) en français dans ce sens d’ « absence de vent », mais on lui a fait subir une étrange opération, puisque la calma est devenu le calme. Peut-on supposer que les marins français ont emprunté ce mot dans une expression comme en calma, « dans un calme plat » et qu’ils ont choisi par ignorance du genre, le genre non marqué en français, le masculin ?

Or calma dérive bien du grec καῦμα [kauma] via le latin cauma sauf qu’un étrange phénomène linguistique s’est produit. En général, le son –alm– devient –aum comme justement le « roseau » κάλαμος [kálamos] devient en latin calamus puis *calmus, forme en –alm- qui aboutit en français à chaume, forme en –aum-. Ce phénomène du passage d’un l que les latins appellent «gras», articulé en arrière près de la racine de la langue, à u se retrouve en Gaule et en Italie ; mais dans la pénisule ibérique il y a eu une hésitation entre les formes en l et celles en u. Ainsi saltum «saut» a donné la forme espagnole soto mais devant une consonne sonore, caldum «chaude» est resté caldo autrefois «chaud» aujourd’hui «liquide chaud, plat chaud», et a évolué plus tard en calido. Il y a eu donc hésitation entre les formes en o et les formes en al. Dans ce climat d’incertitude, sans doute aussi sous l’influence justement de caldo «chaud», proche du point de vue du sens, la forme latine cauma, prononcé déjà en latin d’Espagne : [coma], est devenue calma dans la pénisule ibérique et de là s’est répandue grâce aux marins espagnols ou catalans en France et en Italie.

La boucle est bouclée, le chômage est bien dû au «calme plat» que connaît le navire de notre économie, en ce temps de crise qui dure depuis quarante ans !

J’arrête ici cet article, parce que je crains, si je continue sur cette lancée, que la gazette des « Brebis Gueuleuses » n’aille réclamer pour les chômeurs qu’ils soient envoyés travailler en Sibérie, où assurément, ils n’auront pas trop chaud ! ✮

Christian Boudignon,

Université d’Aix-Marseille, CNRS, TDMAM UMR 7297, 13094 Aix-en-Provence, France.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts