Archives par mot-clé : Charybde

VASSILI KAPNISTE : Qu’Ulysse ne navigua pas dans la mer Méditerranée mais dans les mers Noire et d’Azov

► ὁ λύχνος n° 152, mars 2019, article un.

Portrait de Vassili Kapniste, auteur inconnu (Портретная галерея русских деятелей : 1864-1865) Wikicommons.

 

[Mme Natalia Gamalova, professeur de langue et littérature russe à l’Université de Lyon 3, nous fait l’honneur de nous proposer une petite perle de la littérature érudite russe. C’est un bref écrit de Vassili Kapniste qui en 1819 défend, non sans beaucoup d’intelligence, que Charybde et Scylla identifiées par Homère aux îles Symplégades et Planètes du Bosphore obligent à situer la navigation postérieure d’Ulysse en mer Noire et non en Méditerranée. Cette traduction française inédite est précédée d’une petite introduction de la main de Mme Gamalova sur l’auteur.]

Introduction

L’article de Vassili Kapniste (1758-1823), De l’opinion qui veut qu’Ulysse ne navigua pas dans la mer Méditerranée mais dans les mers Noire et d’Azov, fut publié pour la première fois en 1819, dans la revue Le fils de la patrie, et re-publié en 1960, dans ses œuvres en deux volumes[1].

Vassili Vassilievitch Kapniste naquit en Ukraine, dans la région de Poltava, aux environs de Mirgorod. Le grand-père paternel de l’écrivain (qui semble-t-il répondait au nom de Πέτρος Καπνίσης) quitta la Grèce en 1711. Fils d’un courageux officier, descendant d’une famille grecque de l’île de Zante, Vassili Kapniste a été le représentant d’un classicisme russe, jeune et intrépide.

En 1771 Vassili Kapniste devint caporal au régiment Izmaïlovski, l’année suivante sergent au régiment de la Transfiguration, unités prestigieuses de la garde impériale. En 1775 il reçut son premier grade d’officier, mais démissionna de l’armée peu après[2]. Dans les années 1780-1790 Vassili Kapniste fréquentait les poètes qui éprouvaient de l’intérêt pour la poésie anacréontique, par exemple Nikolaï Lvov, Gavriil Derjavine, Mikhaïl Mouraviev.

Le premier recueil poétique de Vassili Kapniste vit le jour à Saint-Pétersbourg en 1796[3]. Sa première ode datait de 1774-1775. En 1809-1811, en s’inspirant de la tragédie de Vladislav Ozerov (1769-1816) Œdipe à Athènes montée à Saint-Pétersbourg en 1804, il écrivit sa propre tragédie en cinq actes, Antigone, mise en scène en 1814. Mais son œuvre la plus connue et aimée est une comédie qui n’a rien de classique, La Chicane (Ябеда, 1798).

Kapniste connaissait le latin, mais malheureusement pas le grec. Dans le texte que nous nous proposons de traduire, les citations d’Homère renvoient à L’Odyssée, précédée de réflexions sur Homère et suivie de remarques par M. Bitaubé dont la première édition datait de 1785. Ces traductions de L’Odyssée faites à partir de la version française de l’œuvre sont globalement fidèles, mais contiennent plusieurs arrangements d’ordre syntaxique et lexical. L’élégance stylistique et la conformité aux règles de la langue russe semblent justifier ces écarts. Là où Kapniste fournit un exemple tiré d’Homère, nous citerons directement L’Odyssée traduite par Paul-Jérémie Bitaubé.

De l’opinion qui veut qu’Ulysse ne navigua pas dans la mer Méditerranée mais dans les mers Noire et d’Azov a suivi deux autres essais de Vassili Kapniste : Brève étude sur les Hyperboréens. Sur la versification russe originale (1815) et Sur la reconstruction de l’ordre initial des six premiers chants de l’Odyssée[4] (1817).

Les hypothèses de Vassili Kapniste ne sont pas devenues objet de discussions savantes. Nikolaï Gneditch, poète et traducteur de L’Iliade, les contestait dans sa correspondance privée[5]. Il n’en reste pas moins emblématique pour cette époque-là que Kapniste, poète russe d’origine grecque, fasse naviguer Ulysse dans la mer Noire, près de la Tauride annexée à l’Empire russe à la fin du XVIIIe siècle. Dans le premier quart du XIXe siècle, s’épanouit l’intérêt des artistes russes pour la Grèce classique : à partir de 1808, on édite des Hymnes homériques ; Nikolaï Greditch affronte l’Iliade, traductionterminée en 1829 et devenue la première traduction d’Homère à avoir attiré l’attention de la société russe. Les traductions fragmentaires de l’Odyssée s’accumulent précisément dans les années 1810-1820. La première version complète de L’Odyssée d’Homère, en prose anonyme, parue à Moscou en 1788, fut rééditée en 1815.[6]

Nous verrons donc que, selon Vassili Kapniste, Scylla et Charybde, dont l’emplacement habituel est à côté de la Sicile, et Symplégades et Planètes étaient les mêmes et uniques rochers se trouvant dans le détroit de Constantinople. Aussi Kapniste démontre-t-il que l’île de Circé ne pouvait se situer dans la Méditerranée, tout comme les contrées des Cimmériens et des Phéaciens qui étaient plus à leur place au nord de la Pontide que dans la Méditerranée, à proximité d’Ithaque.

Traduction

L’opinion qui veut qu’Ulysse ne navigua pas dans la mer Méditerranée mais dans les mers Noire et d’Azov

Vassili KAPNISTE

Je crains que de nombreuses personnes, même de très instruites, après avoir lu ce titre, ne tirent d’emblée une conclusion fort désavantageuse à mon égard. En effet, sans avoir pris du temps pour découvrir leur jugement sur ma proposition, récemment publiée, de mettre le cinquième chant d’Odyssée à la place du premier[7], comment puis-je oser, en dépit de toutes les légendes anciennes et communément admises, transférer le théâtre même des pérégrinations du héros de ce poème de l’ouest de l’Italie vers les côtes méridionales de notre chère patrie ? J’avoue qu’une pareille impertinence m’effraie moi-même, car je prévois que certains de mes lecteurs méfiants s’empresseront, par compassion, de me prescrire de consigner mes plumes, papier et encre dans un hospice d’aliénés en attendant ma parfaite guérison. Que faire alors ? Me taire ? Pourtant la véritable estime que j’éprouve pour le père de l’art poétique m’interdit d’adopter cette lâche attitude ; cette vénération me murmure à l’oreille : « Si tu t’es décidé à le disculper dans telle fausse accusation[8], tâche de l’innocenter dans telle autre, infiniment plus grave que la première ». Prouve qu’il ne déplaça pas les roches errantes des îles Cyanées de la mer Noire au détroit de Messine, qu’il ne transféra pas Circé, fille du soleil, du palais d’Aurore à l’Est aux environs de la Colchide, vers la côte occidentale de l’Italie, qu’il ne dépêcha pas à ce même endroit le peuple cimmérien vivant dans la perpétuelle obscurité, et, qu’enfin, il ne fit pas s’installer les Phéaciens, lointains et inconnus d’Homère, sur l’île de Corfou qui se trouvait seulement à cent milles de sa chère Ithaque. Tes remords te tueront, si la lâcheté t’empêche de te décider à ce nouveau pas pour protéger l’immortel Homère des attaques d’hommes aveuglés par leurs préjugés ». Qu’ai-je à répondre ? Je dois obéir à ces convaincantes recommandations et soumettre mes investigations au jugement des lecteurs éclairés et impartiaux. Persuadé de leur perspicacité et de leur intelligence, je partage mes idées avec eux.

La circonstance principale qui prouve qu’Ulysse naviguait dans la mer Noire se trouve là où Homère le fait passer deux fois entre les rochers errants des Cyanées sur son trajet de retour de chez Circé[9] habitant à l’Est[10]. Tout le monde sait que ces rochers, sous le nom de Symplégades et Planètes[11], se situaient à l’entrée de la mer Noire du côté du Bosphore de Thrace ; au même emplacement se trouvaient Scylla et Charybde[12] ; car chez Homère Circé en avertit Ulysse en ces termes[13] :

« …Voici les objets qui frapperont tes regards. Sur la mer inclinent leurs fronts deux rocs terribles et fort élevés, contre lesquels les flots noirs d’Amphitrite[14] roulent avec le bruit du tonnerre. Les dieux fortunés les appellent les roches errantes[15]. Jamais ne les franchissent d’un vol heureux les oiseaux les plus agiles, ni même les rapides colombes qui apportent vers l’Olympe l’ambroisie à Jupiter[16]. Sur leur cime lisse, toujours quelqu’une d’entr’elles tombe expirante : mais Jupiter aussitôt la remplace. Aucun vaisseau n’approche de ces lieux sans y trouver la perte ; il est d’abord fracassé ; hommes et débris, tout est emporté au même instant par les vagues et par les tempêtes mêlées de tourbillons de flammes, sans qu’il surnage rien de cette ruine. Une seule Argo, l’objet de tous les chants, Argo, qui traçant un sillon si hardi, vola, remplie de demi-dieux, vers l’empire d’Aëte, d’un effort heureux devant ces rocs ; et toutefois elle se fût brisée contre ces écueil, si Junon, à qui Jason était cher, ne l’eût conduite elle-même, et mise à l’abri de ces dangers. De ces rochers l’un cache dans la profondeur des cieux sa tête pyramidale, toujours environnée de sombres nuages ; jamais ni dans l’automne, ni dans le printemps, il n’y régna sa sérénité. Aucun mortel, fût-il un monstrueux géant armé de vingt bras et de vingt pieds, ne peut gravir jusqu’au faîte ni en descendre, tant ce rocher est lisse dans tout son contour, semblable à une colonne polie et luisante. Au centre du roc s’ouvre une caverne profonde et ténébreuse, gouffre qui s’étend vers l’occident, et qui conduit au séjour de l’Érèbe. Prudent Ulysse ! passe devant ce roc d’un vol impétueux : vainement fendrait les airs la flèche lancée par le guerrier le plus adroit et le plus vigoureux vers cette caverne si haute et si profonde. Là habite Scylla, qui remplit les airs d’horribles hurlements, pareils aux cris lugubres que pousse, en sa jeunesse, une meute aboyante. Il n’est point de monstre si difforme et si funeste ; son aspect bannit la joie du cœur des humains et même des Immortels. Douze pieds, armés de griffes terribles, traînent son corps immense ; six cols d’une longueur démesurée, portent des têtes épouvantables, qui ont des gueules toujours béantes, hérissées d’un rang triple et serré de dents voraces, antre de la noire mort. Le monstre, à demi plongé dans la caverne, lance hors de cet abîme ses têtes hideuses ; une faim insatiable le dévore, les cols rampent autour de la roche, en sondent tous les recoins, et de cette hauteur il pêche les dauphins, les loups marins, les baleines même, peuple innombrable de la gémissante Amphitrite. Aucun pilote ne s’est encore glorifié d’avoir, sans infortune, passé devant ce roc ; le monstre, de ses six gueules toujours ouvertes, ne manque point de ravir à la fois six hommes du vaisseau fuyant à toutes voiles. L’autre rocher, voisin du rocher de Scylla, est moins élevé ; ta flèche, Ulysse, en atteindrait la cime. Là, sous un figuier sauvage, qui chargé d’un feuillage épais, étend au loin sur la mer une ombre ténébreuse, demeure la redoutable Charybde ; là, elle ouvre la gueule dévorante : trois fois, chaque jour, elle engloutit les noires vagues, et trois fois elle les vomit avec d’horribles mugissements. Malheur à toi si ton navire approchait d’elle, lorsque les torrents se perdent dans ce gouffre ; quand Neptune voudrait t’en retirer, Neptune même échouerait. Ah ! plutôt, rase d’un vol hardi et rapide le rocher de Scylla, il vaut mieux encore avoir à regretter six de tes compagnons que d’être tous entraînés dans un même abîme » (Chant XII).

Il ressort indubitablement de ce récit que les rochers errants Symplégades et Planètes se trouvaient au même endroit que Scylla et Charybde, et même si ce n’était pas une seule et même chose, comment ne pas s’étonner que les écrivains postérieurs, en laissant les premiers à l’entrée du Pont-Euxin du côté du Bosphore de Thrace[17], aient déplacé ces derniers dans le détroit de Messine ?[18]

Mais les lecteurs prévenus m’objecteront que le fait que les géographes antiques situent unanimement Scylla et Charybde dans ce détroit-ci doit être respecté et demande, du moins, une très solide réfutation. Je partage leur avis, et comme l’immortel Homère me prête son secours, cette réfutation ne sera nullement difficile ; car il n’y a presque aucun doute que c’est lui-même ou, il vaut mieux dire, la vénération générale qui fut la raison du déplacement de ces illustres lieux. Après le retour de Jason de Colchide, le détroit de Thrace devint plus familier aux Grecs, et ils acquirent la certitude que ces roches se trouvaient bien à cet endroit ; la rapace Scylla quitta sa caverne, et les eaux profondes de Charybde n’effrayaient plus les marins expérimentés ; enfin, leur mémoire ne subsista que dans les chants de l’Odyssée. De longues années plus tard, les Grecs commencèrent à implanter leurs colonies sur les rivages occidentaux de l’Italie et furent contraints pour y aller par mer, de passer par le détroit de Messine, où ils rencontraient non seulement les difficultés mais aussi les dangers dont sont sujets même de nos jours les petits navires[19] ; les premiers navigateurs qui y avaient fait naufrage, décidèrent que certains endroits les plus dangereux étaient bel et bien Scylla et Charybde d’Homère ; la rumeur se propagea et se transforma petit à petit en vérité aux yeux des Grecs, crédules et contents de découvrir les fabuleux monstres du Bosphore ; enfin, le temps ainsi que les chants d’Homère attribuèrent à ces lieux des noms anciens qui, si on les considère d’une manière superficielle, semblaient bien leur convenir, et les transmirent aux générations suivantes.

C’est, à mon avis, la seule raison qui ait provoqué le transfert de Scylla et Charybde au détroit de Messine ; visuellement la largeur de celui-ci ne permettait pourtant pas d’y situer Symplégades et Planètes, qui se heurtent et s’entrechoquent, ce qui obligea les Grecs insouciants et amoureux des contes à les laisser à leur place d’origine, à l’entrée de la mer Noire du côté du détroit de Thrace, sinueux et bien exigu, en fournissant ainsi le prétexte pour séparer ces endroits réunis, comme nous l’avons montré plus haut grâce au père de la poésie.[20]

Après avoir prouvé un désaccord frappant entre la légende d’Homère et les écrivains postérieurs, et affecté à Scylla et Charybde leur véritable place, originelle, j’estime que j’ai le droit d’en déduire ceci : Ulysse, en revenant à Ithaque de chez Circé, dépassa d’abord les rochers mouvants du Bosphore, fit ensuite naufrage, et emporté par la tempête se retrouva de nouveau à côté d’eux, c’est-à-dire inévitablement dans la mer Noire ; et sans aucun doute, c’est quelque part par là qu’il fut jeté sur les rivages de l’île d’Ogygie habitée par la nymphe Calypso.

Le séjour d’Ulysse chez Circé, sœur d’Ætès, roi de la Colchide, est une deuxième circonstance qui confirme cette même vérité ; à cette époque-là, lorsque les voyages étaient bien difficiles les membres de la même famille devaient vivre à proximité les uns des autres ; de plus, Homère lui aussi définit l’emplacement de son île là où se trouve le palais d’Aurore et le lever de soleil[21]. Cette indication à elle seule ne permet pas de dire que l’habitation de Circé se trouve sur le rivage occidental de l’Italie, aussi bien que celle des Cyclopes de l’île d’Éolie et des Lestrygons qu’Ulysse a quittés pour se rendre chez Circé.

La troisième circonstance relative au même objectif devient évidente si nous lisons la description du célèbre peuple cimmérien[22] plongée dans une éternelle obscurité ; en quittant Circé, Ulysse dirigea sa nef vers leur contrée afin de faire appel aux ombres du royaume de Pluton pour converser avec elles. Les critiques les plus sérieux voyaient que le tableau de ce pays, bien qu’il fût dépeint avec des couleurs exagérées, figurait un pays septentrional s’étendant plus haut que la mer Noire, ce qui ne peut nullement correspondre à l’ouest de l’Italie[23]. Homère décrit la contrée en ces termes[24] :

« Durant le jour entier sont tendues les voiles de la nef qui franchit l’empire des ondes ; et lorsqu’enfin le soleil disparaît, et que les ténèbres de la nuit se répandent, nous touchons à l’extrémité du profond océan. Là sont les habitations des Cimmériens, toujours couvertes d’épais nuages et d’une noire obscurité. Jamais le dieu brillant du jour ne les regarde, soit qu’il gravisse avec effort vers le haut sommet de la voûte étoilée, soit que descendant des cieux, son char roule précipitamment vers la terre ; une éternelle nuit enveloppe de ses voiles funèbres les malheureux habitants de ces contrées. »

Un chercheur lucide verra au premier coup d’œil à quel point cette description est incompatible avec la côte occidentale de l’Italie, ni avec le pays de Campanie où on trouve le lac Averne séparé de moins de cent miles du cap Circello. Tout homme sans préjugé doit certainement s’étonner de l’inconsistance des écrivains convaincus que c’est à côté de ce lac que se trouvent les portes du royaume des ombres avec lesquelles conversa Ulysse : cela semble d’autant plus vrai si nous rappelons que Homère connaissait la Sicile sous son nom actuel[25] et que, par conséquent, il ne pouvait fixer la demeure du peuple plongé dans une éternelle nuit sur les rivages orientaux, à l’opposé de la Sicile.

Enfin, la quatrième circonstance, la plus importante, celle qui prouve la vraisemblance des diverses navigations d’Ulysse à proximité de la mer Noire, se déduit de la situation de la Phéacie, où une tempête poussa sa nef sans la faire passer à côté de Charybde et Scylla. Plusieurs passages de l’Odyssée montrent que ce pays est très éloigné de l’Ithaque et de la Grèce[26] et ne peut nullement être pris pour l’île de Corcyre, l’actuelle Corfou, comme le disent unanimement ou presque, tous les interprètes de l’épopée d’Homère.

Afin de démentir leur opinion, je citerai les paroles de Nausicaa, fille d’Alcinoos, le roi phéacien. À la première apparition d’Ulysse, elle dit à ses servantes effrayées[27] :

« Arrêtez ! […] où fuyez-vous à l’aspect de ce mortel ? Est-il donc à vos yeux un ennemi ? Le téméraire qui apporterait la guerre aux Phéaciens n’est point encore né, ni ne verra le jour ; nous sommes chéris des Immortels ; entourée de nombreuses vagues notre île s’élève à l’extrémité de l’océan, et nous sommes séparés du commerce des autres hommes. »

Ces propos peuvent-ils se rapporter ne serait-ce qu’un peu à l’île de Corfou séparée de la terre ferme et de la Thesprotie[28] par un détroit des plus exigus ?

Mes critiques m’objecteront cependant que c’est en une nuit qu’Ulysse passa de la Phéacie à Ithaque. Je répondrai qu’à bord de nefs aussi rapides que celles de Phéacie, représentées par Alcinoos, il n’était nullement difficile de couvrir en une heure un immense espace.

« Apprends-nous quel est ton pays, ta cité, et nos vaisseaux y dirigeront leur effort, et t’y déposeront. Sache que les vaisseaux des Phéaciens, fort différents de ceux des autres nations, peuvent se passer de pilote et de gouvernail, chacun dit (telle est leur course assurée) qu’ils ont quelque intelligence des desseins des nautoniers, que les routes des villes et de toutes les contrées habitables leur sont familières ; toujours couverts d’un nuage qui les rend invisibles, et n’ayant à redouter ni tempêtes, ni naufrages, ni écueils… »[29]

« …demain même, car tu le désires, je préparerai ton départ. Ta route sera si heureuse, que tu pourras t’abandonner au sommeil, tandis que les miens fendront la paisible mer de leur proue, jusqu’à ce que tu aies atteint ta patrie, ou quelque autre contrée où tu désires d’arriver, fût-elle au-delà même de l’Eubée, si distante, au rapport de nos Phéaciens qui la visitèrent. Ils y conduisirent jadis le blond Rhadamanthe, lorsqu’il alla voir Titye, ce fils de la terre ; et cependant il ne leur fallut qu’un jour pour s’y rendre et le ramener dans sa demeure. Tu verras par toi-même combien est merveilleux le vol de mes vaisseaux, ainsi que l’agile vigueur de mes jeunes gens, dont l’aviron bouleverse et dompte les vagues. »[30]

À bord de nefs si merveilleuses Ulysse pouvait sans se mettre en danger dépasser Scylla et Charybde et en une nuit gagner sa terre natale. Cette invention fut même nécessaire au poète afin d’éviter la description répétitive de la même chose et de parvenir plus rapidement à son but et au dénouement du récit.

Persuadé que tout cela est vrai et tenant compte des légendes d’Homère tirées de l’Odyssée et citées ci-dessus, j’ai acquis une conviction plus forte que le voyage d’Ulysse s’était déroulé aux alentours de la mer Noire. En conséquence, je déterminais l’emplacement de Charybde et Scylla dans le détroit de Constantinople, là où on accède à la mer Noire du côté du Bosphore de Thrace, à proximité des rochers Cyanées ou des Symplégades et Planètes. La demeure de Circé se trouvait, à mon avis, au bord du Palus Meotis (la mer d’Azov), à l’embouchure du fleuve Éïa dont le nom avait été transplanté par Circé de chez elle lorsqu’elle avait épousé un roi sarmate[31]. Quant au peuple cimmérien, en partie fabuleux, je fixais sa résidence au Nord de la mer Noire, à côté du golfe dénommé dans l’Antiquité Nécropyle ou Grande porte de la mort ; en ce qui concerne la capitale des Phéaciens, avec ses deux débarcadères et aussi sa nef pétrifiée, je les trouvais sur les rivages méridionaux de la Tauride, près de notre vallée d’Otuz. Sans rien dire d’autres endroits peu importants qu’Homère ne décrit pas avec précision, j’attends les jugements des lecteurs instruits s’ils veulent bien avoir l’amabilité de les émettre à propos de mes principales conclusions concernant un sujet aussi curieux. Je sais à quel point sont nombreuses les objections que mes critiques peuvent soulever en se fondant non seulement sur les légendes de célèbres écrivains antiques mais aussi sur des témoignages puisés dans l’Odyssée elle-même ; c’est pourquoi je dois anticiper en rappelant à ces penseurs et à ces chercheurs de vérité, qu’il y a, dans cet excellent poème, maints passages falsifiés à l’époque où Scylla et Charybde se déplacèrent dans le détroit de Messine. Ce déplacement servit de prétexte à plusieurs autres ; pour coordonner entre elles les légendes du père de la poésie, des hommes avisés se mirent à attribuer des noms empruntés à l’immortelle Odyssée aux endroits qui côtoyaient les nouvelles Scylla et Charybde, et le temps tout puissant les y imposa pour toujours. C’était alors que la Sicile connue d’Homère sous son propre nom[32] se transforma en Thrinacrie[33] et en patrie des Cyclopes ressemblant aux Arimaspes du Nord[34] ; les Cimmériens septentrionaux furent déplacés à la frontière ouest de l’Italie[35], et, bien entendu, Circé, sœur du roi de la Colchide, les suivit elle aussi jusqu’à l’actuel cap Circello. Les vents se mirent à souffler de là où le voulaient les correcteurs de l’Odyssée, et même la marche des astres célestes obéissait à leur toute puissante volonté ; en un mot, tout le malheur venait du transfert du célèbre emplacement de Charybde et Scylla, voilà pourquoi je demande instamment à mes lecteurs et critiques éclairés de prêter attention à cet important sujet, de l’étudier minutieusement, et prononcer leur sentence péremptoire seulement quand il sera prouvé que Homère n’a pas réuni les régions de Planètes ou Symplégades avec le perfide antre de Scylla et le périlleux tourbillon de Charybde.

Je conclus en souhaitant sincèrement que les lecteurs avisés accueillent avec bienveillance mes audacieuses recherches et qu’avant de les vérifier, ils ne prennent pas l’originalité de mes suppositions pour la séditieuse témérité d’un homme qui tente de se distinguer par un récalcitrant ergotage. J’ose affirmer que la découverte de la vérité était l’unique désir qui m’encourageait dans mon entreprise si audacieuse ; en sentant la nature tout à fait bornée de mes connaissances et la possibilité de faillir dans mes déductions, j’accepterai avec respect et reconnaissance toute objection bien intentionnée contre mon opinion. Les amateurs des sciences et des lettres doivent former une seule famille et se prêter un secours fraternel dans leur quête de vérité ou dans leur recherche du Beau. C’est ma profession de foi, et j’ai toujours pris et prendrai toujours pour règle sacrée et immuable de ma vie d’en démontrer la sincérité.

Ulysse endura tant de peines,

Errant dans les terres lointaines ;

Il atteignit les rocs de Gibraltar,

Pourchassé par Neptune dès Ismare.

Mais sans égard pour notre héros,

Kapniste augmente son fardeau :

Après tant de périples endurés

Il l’envoie encore en Crimée.

Traduit du russe par Natalia Gamalova


[1] Василий Капнист, « Мнение, что Улисс странствовал не в Средиземном, но в Черном и Азовском морях », В. В. Капнист, Собрание сочинений в двух томах. T. II. AH CCCP, Mосква-Ленинград, 1960, р. 238-245. La première publication : Сын Отечества, 1817, ч. lvi, n° 38, p. 193-215.

[2] « Капнист». Русский биографический словарь. Изд. А. А. Половцова. Т. 8. Санкт-Петербург, тип. Гл. управления уделов, 1897, р. 476.

[3] Словарь русских писателей XVIII века. T. 2. СПб., 1999.

[4] В. Капнист, « О восстановлении первых шести песней Одиссеи в первобытный их порядок ». В: В. В. Kaпнист, Cобрание сочинений в двух томах. Ред., вст. статья и примечания Д. С. Бабкина. Том второй: Переводы, статьи, письма. Москва-Ленинград, изд. АН СССР, 1960, p. 225-235. Cette publication reprend le tiré à part paru à Saint-Pétersbours en 1819, mais sans la traduction française ; la première version, abrégée, était sortie dans le Fils de la partie (Сын Отечества, 1817, ч. xxxxi, n° 40).

[5] Николай Гнедич, Письмо И. М. Муравьеву-Апостолу от 4 декабря 1814. / Русская литература, 1978, n° 2, p. 116.

[6] La version la plus connue de L’Odyssée, celle de Vassili Joukovski, poète et précepteur de l’empereur Nicolas I, sera publiée beaucoup plus tard, en 1849-1851.

[7] À partir de cette note, sauf mention contraire, toutes les notes appartiennent à Vassili Kapniste : Voir mon travail sur l’ordre des chants de l’Odyssée, Sur la reconstruction de l’ordre initial des six premiers chants de l’Odyssée.

[8] Voir la note 7.

[9] L’Odyssée d’Homère. Traduction nouvelle par M. Bitaubé. Paris, chez Lamy. T. II, 1885, p. 193. « Après que notre vaisseau ait surmonté les courants de l’Océan, et gagné la plage étendue des flots, il revole dans l’île d’Ætæa ; là s’élève le palais de l’Aurore ; là font les chants et les danses des Heures, et renaît le Soleil. »

[10] Hérodote, livre IV, § 85. L’Odyssée, chant XII, vers 61, 234, 428, 430. Op. cit., p. 198, 211, 225-230.

[11] Pline, livre VI, chapitre XII. Συμπληγάδες, qui s’entrechoquent, qui se heurtent, πλανήτης, qui errent.

[12] Au XVIIIe siècle, chez les traducteurs français d’Homère, les roches mouvantes de Scylla et de Charybde sont énumérées dans cet ordre-ci ; en russe, les expressions « de Scylla en Charybde » ou « entre Scylla et Charybde » (между Сцилой и Харибдой) maintiennent toujours cet ordre de mots (N. G.).

[13] L’Odyssée. Op. cit., p. 198-202.

[14] Kapniste met l’épithète après les noms de dieux, par exemple ici « Amphitrite aux yeux bleus » (N. G).

[15] L’Odyssée, chant XXIII, vers 326. Op. cit. T. III, 1785, p. 300.

[16] Chez Kapniste, « au père des dieux Zeus » (N. G).

[17] Hérodote, livre IV, § 85.Apollonios de Rhodes, Les Argonautiques, livre I, vers 20, 59, 786. Valerius Flaccus, Les Argonautiques, chant IV, vers 561.

[18] Voir L’Éneide, chant III, vers 420.

[19] Voir Adolphe Dureau de la Malle, La Géographie physique de la mer Noire, de l’intérieur de l’Afrique et de la Méditerranée. P. Dentu, 1807, p. 322-323, 336, 338.

[20] L’Odyssée, chant XII, vers 61, 78-85, 10-40, 235 ; chant XXII, vers 326, 327. Op. cit., T. II, p. 198, 199, 201, 211. T. III, p. 300.

[21] L’Odyssée, chant XII, vers 3, 4. Op. cit., T. II, p. 193.

[22] Voir Hérodote, livre IV, § 12.

[23] L’Odyssée, Op. cit., T. II, p. 123-124.

[24] L’Odyssée, chant XI, vers 11-19. Op. cit., T. II, p. 127.

[25] L’Odyssée, chant XX, vers 383 ; chant XXIV, vers 211, 366, 389. Op. cit., T. III, p. 185, 328, 338, 340.

[26] L’Odyssée, chant IX, vers 16. Op. cit., T. II, p. 3.

[27] L’Odyssée, chant VI, vers 199-205. Op. cit., T. I, p. 281.

[28] L’Odyssée, chant XIV, vers 315 ; chant XIX, vers 271, 287, 292. Op. cit., T. II, p. 308 ; T. III, p. 118-120.

[29] L’Odyssée, chant VIII, vers 555-563. Op. cit., T. I, p. 383-384.

[30] L’Odyssée, chant VII, vers 317-326. Op. cit., T. I, p. 327-328.

[31] Note de la Rédaction : L’auteur veut-il dire ici que le fleuve russe Éïa qui se jette dans la mer d’Azov est en fait dérivé d’Aïaïé, nom de l’île de Circé ? Circé avait épousé le roi des Sarmates qu’elle avait empoisonné.

[32] L’Odyssée, chant XX, vers 383 ; chant XXIV, vers 211, 366, 389. Op. cit., T. III, p. 185, 328, 338, 340.

[33] L’Odyssée, chant XI, vers 106 ; chant XII, vers 127 ; chant XIX, vers 275. Op. cit., T. II, p. 133-203 ; T. III, p. 119.

[34] Hérodote, livre III, § 96 ; livre IV, § 13, 27.

[35] Hérodote, livre IV, § 12.