Archives par mot-clé : Casterman

Laurent Force a lu pour vous la BD : Alix senator

LU POUR VOUS (ὁ λύχνος n° 134, article un)

Alix senator

Laurent Force

Ingénieur.

couverture de la bande dessinée

Valérie Mangin (scénario) & Thierry Démarez (dessin et couleur), Alix senator, t. 1, Les aigles de sang, Casterman, 2012, 48 p. ISBN 978-203604566-8, prix : 18, 95 €

 La vie est plutôt agréable pour les Gaulois qui se sont ralliés aux Romains.

Nous sommes en 12 avant Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par les Romains. Toute ? Oui, toute et nous n’entendrons pas parler de nos irréductibles amis qui résistent encore et toujours à l’envahisseur. Les événements importants se passent à Rome et en Campanie. La vie est plutôt agréable pour les Gaulois qui se sont ralliés aux Romains. Prenez le jeune Alix, que nous avions déjà connu proche du pouvoir et de César. Maintenant qu’il a une petite cinquantaine, il est devenu un intime d’Auguste et d’Agrippa. Désormais sénateur, il arbore fièrement sa toge laticlave dans les rues de Rome. Enak a disparu depuis longtemps et Alix élève son fils Kephren avec son propre fils Titus : deux adolescents qui manifestent un goût un peu trop prononcé pour les plaisirs d’une Rome déjà portée vers la décadence.

 

Un complot contre Auguste ?

Nous sommes en 12 avant Jésus-Christ et coup sur coup viennent de mourir deux géants de la vie politique : Lépide et Agrippa. Morts dans leur lit selon la version officielle ; en fait assassinés par un aigle aux serres d’or. Alors, vengeance de Jupiter mécontent de ne plus avoir de prêtre dans Rome depuis la mort du dernier flamen dialis dans les circonstances sacrilèges que l’on sait ? Complot contre Auguste ? Mais qui aurait intérêt à voir disparaître ses deux rivaux potentiels, sinon Auguste ? Il n’en faut pas plus pour lancer Alix sur une nouvelle enquête, accompagné de Titus et de Kephren : bon chien chasse de race.

 

Un coup de vieux qui rajeunit 

En donnant un coup de vieux à Alix, Valérie Mangin et Thierry Démarez redonnent un coup de jeune à une série qui en avait bien besoin. Le nouvel Alix est, comme l’ancien, épris de justice, mais il est devenu plus courageux qu’intrépide, moins naïf  et plus subtil : il se rend compte que son ami Auguste est peut-être en train de le manipuler. Il vit dans un univers peu conforme à la loi de 1949 sur la protection de la jeunesse, où l’on boit, où l’on couche (et pas forcément avec son ou sa légitime), où l’on peut avoir des sentiments ambivalents… Il n’y a pas qu’Alix qui vieillisse, Alix senator est visiblement destiné à un public plus mûr.

 

Le style du dessin est également en rupture avec la ligne claire d’Hergé dont Jacques Martin était le disciple. Le dessin et sa mise en couleur, agréables au premier coup d’œil, sont franchement réalistes, accentuant l’impression de regarder un reportage sur la vie à Rome au temps d’Auguste. Cela ne nous empêchera pas de nous livrer à notre jeu favori avec tous les albums d’Alix et de chercher à identifier les anachronismes et incohérences. Alix ayant embauché une chartiste comme scénariste, le jeu promet d’être plus difficile… Marcus Aemilius Lepidus est-il bien mort en 12 av. J.-C. ? Ou plutôt en 13 ? Pouvait-on, comme le premier augure, dire à Auguste que César était sont grand-oncle sans attaquer sa légitimité de fils du divin César ? Y avait-il à Rome un Premier augure ? Le pontifex maximus pouvait-il être inauguré par un augure ?   Par un flamine majeur (alors que c’est lui qui les nommait)? Ou alors par ses collègues pontifes ?

 

Ce premier album est une réussite, qui renouvelle la série sans la trahir. Nous attendons avec impatience le prochain opus.

Laurent Force

 

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts