Archives par mot-clé : Caligula et les juifs

Jean-Victor Vernhes présente Philon d’Alexandrie

► LITTERATURE JUDEO-GRECQUE, ὁ λύχνος, numéro 147, juillet 2017,  quarantième année, article sept.

Philon d’Alexandrie

et le judaïsme alexandrin

 

Buste de Caligula, musée de la villa Getty, Malibu, Clifornie (Wikicommons)

 

  1. Les Juifs en Egypte

La présence de Juifs en Égypte remonte à une très haute antiquité. L’archéologie révèle que dès le 14e siècle av. J.-C., des Juifs y ont séjourné. Mais après l’exode vers la Terre promise, rien ne semble avoir subsisté de cette ancienne communauté.

Après la chute de Jérusalem, en – 681, il y eut une nouvelle émigration juive vers l’Égypte (installation dans l’île d’Éléphantine). Mais le phénomène ne devint important qu’après la fondation d’Alexandrie : nous le savons par Flavius Josèphe et par des documents archéologiques. Les Ptolémée favorisaient les Juifs, et il en venait de toute la diaspora. Leur nombre : un million dans l’ensemble de l’Égypte ; cent mille à Alexandrie, où ils habitaient, à l’Est de la ville, un quartier à eux, qui n’était pas un ghetto (ils avaient des habitations, et même des synagogues, en dehors de ce quartier). Leurs métiers : tisserands, argentiers, orfèvres, métallurgistes, artisans divers de bonne réputation, commerçants, marins, changeurs, prêteurs, propriétaires fonciers… Tout cela a été étudié en détail dans les travaux de l’historien israélien Tcherikover, entre 1945 et 1960.

Ils n’avaient pas le droit de vote alexandrin, mais ils constituaient une communauté autonome dont la juridiction était reconnue, avec son Conseil des Anciens, ses archives, son ethnarque (ou archonte).

Du fait même de la faveur dont ils bénéficiaient auprès des autorités romaines, ils étaient souvent l’objet d’une certaine jalousie, qui parfois donnait lieu à un certain antisémitisme. Nous en reparlerons.

Ils vivaient dans une ambiance d’intense confrontation entre culture juive et culture grecque. Cette dernière était particulièrement florissante à Alexandrie, et il y était impossible de l’ignorer comme l’ignoraient délibérément certains savants juifs de Palestine.

Sous l’impulsion des Ptolémée, la Bibliothèque d’Alexandrie avait pris une extension considérable. Leurs agents parcouraient le monde pour acheter des livres, et tous les courtiers en bibliothèque affluaient vers Alexandrie. En – 235, elle comportait 490 000 rouleaux. Nous savons par Strabon que ceux-ci étaient rangés dans des armoires placées devant les murs, comme dans la bibliothèque d’Aristote.

Le Musée d’Alexandrie comportait également, outre ses jardins botaniques, zoologiques, etc., une bibliothèque : 12 000 volumes (qui étaient, eux, rangés dans des niches).

Fascinés par la culture grecque, les Juifs en venaient à oublier l’hébreu. Ils fréquentaient les gymnases, et souvent s’y trouvaient gênés d’être circoncis ; certains chirurgiens étaient spécialisés dans la réparation de cet “inconvénient”. Ils fréquentaient aussi les établissements d’enseignement, et y recevaient l’“éducation encyclopédique”, qui comprenait la grammaire, la rhétorique, la dialectique, la musique, l’astronomie, l’arithmétique, la géométrie. Comme l’a montré Tcherikover,  jusqu’en 30, les Juifs n’ont eu aucune difficulté pour participer à cette culture (c’est seulement en 42 que l’empereur Claude décidera de les en exclure). Des Juifs cultivés écrivaient en grec. À la fin du IIIe siècle av. J.–C., Ézéchiel le Tragique met en vers grecs la sortie d’Égypte (il nous reste 270 vers).

La Septante. Selon la lettre d’Aristée (début du IIe siècle av. J.-C.), le roi Ptolémée Philadelphe (IIIe siècle) demanda à 72 savants de traduire le Pentateuque. Miracle : ils s’en acquittèrent en 72 jours ! Autres preuves du caractère surnaturel de cette traduction : Théopompe, au IVe siècle av. J.-C., avait voulu insérer dans un de ses ouvrages un passage traduit de la Loi. Or il fut pris d’un trouble mental qui dura trente jours ! à la même époque, le tragique Théodecte allait emprunter pour une de ses pièces des passages bibliques : il fut soudain saisi de cataracte !

Cette traduction de la Bible hébraïque servait de base à l’exégèse allégorique. Déjà la lettre d’Aristée explique en termes symboliques les interdits alimentaires de la Bible. La méthode était également pratiquée par Aristobule (Ier siècle av. J.-C.), dont nous avons quelques fragments.

 

2. Philon d’Alexandrie

Mais elle est surtout illustrée par Philon d’Alexandrie (né vers 20 av. J.-C), qui est le plus illustre représentant du judaïsme hellénistique de son époque, et dont nous avons maintenant à parler abondamment.

Philon appartenait à un milieu de grande bourgeoisie. Son frère Caïus Julius Alexander était alabarque d’Alexandrie, c’est-à-dire chargé de percevoir les taxes pour le compte du gouvernement romain, et possédait une immense fortune : il avait fourni, nous dit Josèphe, l’or et l’argent qui couvraient les portes du nouveau Temple de Jérusalem. Il était un des banquiers de la cour de Rome, et l’intendant d’Antonia, mère du futur empereur Claude. Le prince juif Hérode Agrippa Ier (dont l’oncle Hérode Antipas était tétrarque de Galilée) lui emprunta des sommes d’argent importantes pour les besoins de sa vie fastueuse.

Philon fut très tôt attiré par l’étude de l’Écriture Sainte, et par celle de la philosophie grecque.

L’Écriture sainte, c’est pour lui, bien entendu, la Septante, et on trouve chez lui, dans sa Vie de Moïse, des compléments d’information légendaire sur la célèbre traduction : “En face d’Alexandrie s’étend l’île de Pharos, dont l’étroite bande de terre s’allonge en languette en direction de la cité ; elle est entourée par une mer non pas profonde dès le bord, mais présentant quantité de bas-fonds, en sorte que le vacarme retentissant des vagues en mouvement est amorti par la longue distance avant d’atteindre l’île. Ayant estimé que de tous les lieux environnants celui-ci était le plus propice au calme, à la solitude, et à la communion de l’âme seule à seule avec la Loi, ils y fixèrent leur résidence, et, ayant pris les Livres Saints, ils les tendirent en même temps que leurs mains vers le ciel, en demandant à Dieu de ne pas être inférieurs dans leur entreprise. Et Dieu exauça leurs prières pour donner à la majorité et même à la totalité des hommes l’avantage de se servir de ses ordonnances sages et sublimes, en vue de l’amélioration de leur conduite. S’étant donc établis dans cette retraite, et sans autre présence que celle des éléments naturels : terre, eau, air, ciel, sur la genèse desquels ils s’apprêtaient à faire les hiérophantes — car la Loi commence par la création du monde — ils prophétisèrent, comme si Dieu avait pris possession de leur esprit, non pas chacun avec des mots différents, mais tous avec les mêmes mots et les mêmes tournures, chacun comme sous la dictée d’un invisible souffleur.” C’est pourquoi, lorsque des lecteurs connaissant à la fois le grec et l’hébreu “se trouvent devant les deux versions simultanément, le texte hébreu et sa traduction, ils les regardent avec admiration et respect comme deux sœurs, ou mieux comme une seule et même œuvre, tant pour le fond que pour la forme, et ils appellent leurs auteurs non pas des traducteurs, mais des hiérophantes et des prophètes.” Ce sentiment de vénération pour la traduction grecque s’est perpétué dans l’Église orthodoxe.

 

3. L’attrait de Philon pour la philosophie

En ce qui concerne l’attrait de Philon pour la philosophie, il faut prendre le mot avec le sens qu’il avait en ce temps-là : il comportait une idée d’ascèse, de détachement et de contemplation. “Il y eut un temps, nous dit-il, où, vaquant à la philosophie et à la contemplation de l’univers et de ce qu’il contient, je jouissais en esprit de ce qui est vraiment beau, désirable et bienheureux, dans le commerce constant de pensées et de doctrines divines où je trouvais un bonheur inépuisable et insatiable”.

Quelles écoles philosophiques avaient sa préférence ? La réponse détaillée à cette question demanderait de longs développements, et serait d’autant plus complexe qu’à l’époque de Philon les écoles philosophiques s’interpénétraient en donnant de multiples variétés d’éclectisme. Disons qu’il fut fortement influencé par la métaphysique platonicienne, avec son monde des idées. On reconnaît aussi chez lui le stoïcisme de son temps, celui de Sénèque, volontiers moralisateur. Il faut faire une place à part à tous les philosophes anciens qui ont développé l’interprétation symbolique de la mythologie traditionnelle. C’est en effet l’interprétation symbolique de l’Écriture qui ouvre la voie la plus commode à la conciliation de la tradition biblique et de la pensée grecque. Il n’est d’ailleurs pas le premier à s’être engagé dans cette voie. Outre Aristobule, cité précédemment, les Thérapeutes pratiquaient cette méthode.

Les Thérapeutes étaient des Juifs contemplatifs qui s’étaient groupés en communautés près du lac Maréotis, au Nord-Ouest d’Alexandrie. Philon nous en a laissé une description vivante et détaillée dans son traité De la vie contemplative.

« Les maisons de ceux qui se sont ainsi groupés sont extrêmement simples. Elles offrent les deux protections les plus indispensables : contre la brûlure du soleil et contre la froidure de l’air… Dans chacune se trouve une pièce sacrée, nommée sanctuaire ou ermitage, où ils s’isolent pour accomplir les mystères de la vie religieuse… Ils ont coutume de prier deux fois par jour, matin et soir ; au lever du soleil, ils demandent une heureuse journée, véritablement heureuse, c’est-à-dire que la lumière céleste emplisse leur intelligence ; à son coucher, ils prient pour que leur âme, complètement soulagée du tumulte des sens et des objets sensibles, retranchée dans son conseil et son for intérieur, suive les pistes de la vérité. Le temps qui s’écoule du matin au soir est entièrement consacré aux exercices que voici : ils lisent les Saintes Écritures et se livrent à la philosophie allégorique traditionnelle, car ils croient que le sens littéral est le symbole d’une réalité cachée, indiquée à mots couverts…

Le septième jour, ils se rassemblent pour une réunion commune, et s’assoient par rang d’âge… Celui qui est le plus âgé et le plus versé dans la doctrine s’avance et parle ; le regard tranquille, la voix tranquille, avec réflexion et sagesse… Tous les autres l’écoutent posément, ne manifestant leur approbation que par des signes des yeux ou de la tête. Ce sanctuaire commun qui les rassemble toutes les semaines comporte deux travées, dont l’une est attribuée aux hommes, l’autre aux femmes. Habituellement, en effet, des femmes, qui ont la même ferveur et les mêmes principes, écoutent avec eux. Le mur de séparation a trois ou quatre coudées de hauteur à partir du bas et il est construit à la manière d’une barrière, la partie supérieure étant laissée ouverte jusqu’au toit. La raison en est double : respecter la pudeur qui convient à la nature féminine, et permettre d’entendre commodément, les auditrices étant assises à un endroit où le son porte bien, et où aucun obstacle n’intercepte la voix de l’orateur…

Aucun d’eux ne prendrait de nourriture ou de boisson avant le coucher du soleil, car ils jugent la philosophie digne de la lumière et les nécessités corporelles dignes des ténèbres. C’est pourquoi ils ont attribué à la première le jour, aux secondes une courte portion de la nuit… Leur nourriture n’a rien de luxueux, mais c’est du pain ordinaire. Pour condiment ils ont du sel, que les plus délicats agrémentent d’hysope, comme boisson de l’eau de source…

Une très grande fête a lieu tous les cinquante jours, car c’est le plus saint de tous les nombres et le plus important dans la nature : il est obtenu en faisant la somme des carrés des côtés du triangle rectangle, somme qui est le principe de la génération universelle… Après les prières, les anciens, d’après leur date d’admission dans la communauté, prennent place… Des femmes aussi participent au repas : la plupart sont des vierges âgées, qui n’ont pas observé par contrainte la chasteté, comme un certain nombre de prêtresses grecques, mais par une libre résolution, par un désir passionné de la sagesse… On répartit les places en mettant séparément les hommes à droite, les femmes à gauche… Ils ne sont pas servis par des esclaves, car ils estiment que posséder des serviteurs est absolument contraire à la nature : celle-ci, en effet, a fait naître tous les hommes libres… La table est pure de tout mets où il y a du sang : on y trouve du pain comme nourriture et pour en relever le goût, du sel que parfois les gourmets agrémentent d’hysope comme épice… Le président commente quelque point des Saintes Écritures ou éclaircit une difficulté qu’un autre lui soumet… Les explications se font d’après la méthode allégorique. L’ensemble de la Loi est pour ces hommes analogue à un être vivant : le corps, c’est la prescription littérale ; l’âme, c’est l’esprit invisible déposé dans les mots. »

Cette dernière phrase pourrait être mise en exergue à l’œuvre abondante de Philon, qui est presque entièrement consacrée à l’étude allégorique de la Bible.

Ces préoccupations philosophiques et mystiques n’empêchaient nullement Philon d’être engagé dans la vie concrète de la société hellénistique. Il lui arrive de parler avec compétence des contestations qu’il avait vu s’élever au stade entre les spectateurs quand le vainqueur proclamé n’était pas à coup sûr le plus habile pugiliste. Il fait allusion à l’excitation du public lors des courses de char, lorsque certains “supporters” se précipitent sur la piste et se font tuer, ou à l’enthousiasme de tous lors d’une représentation d’Euripide. Il connaît la joie des banquets entre gens de bonne compagnie, où chacun sait garder le contrôle de soi.

4. L’ambassade de Philon auprès de l’empereur Caligula

Il a certainement assumé de hautes responsabilités dans la vie de la communauté juive d’Alexandrie. Mais nous n’avons pas de détails sur sa vie publique, sauf en ce qui concerne un épisode important : l’ambassade dont il fut chargé en 39 auprès de l’empereur Caligula pour protester contre une vague de violences antisémites que le légat Flaccus suscitait à Alexandrie, et dont nous allons voir le mécanisme.

En 37, l’empereur Tibère meurt et Caligula lui succède. Flaccus, qui faisait partie des familiers de Tibère, voit sa position s’affaiblir. Car, avec Caligula, c’est l’avènement d’un nouveau clan. Hérode Agrippa faisait partie de ce nouveau clan. Il était compagnon de plaisir de Caligula. Celui-ci lui donna le royaume d’Abilène (au nord de la Transjordanie du côté de Damas).

En route pour rejoindre son royaume, Hérode Agrippa fit escale à Alexandrie et descendit chez son ami Alexandre l’alabarque, le frère de Philon. La population païenne d’Alexandrie fut irritée par le luxe d’Agrippa, et ses relations avec le richissime Alexandre, qui n’était pas populaire.

« Le roi (Agrippa), nous dit Philon, devint tout le jour, l’objet de sarcasmes dans le gymnase ; on se servit de compositeurs de pantomimes et de farceurs qui lançaient contre lui des traits satiriques ». Car, ne l’oublions pas, Alexandrie est le pays des mimes (cf. les Mimes d’Hérondas). La foule s’empara même d’un simple d’esprit nommé Carabas, lui mit sur la tête une couronne de papier, un roseau à la main, et le salua du titre de roi. Voilà, soit dit en passant, qui fait penser à la scène de dérision dont Jésus fut l’objet.

L’empereur Caligula risquait d’être indisposé par l’accueil hostile fait à son ami juif Agrippa et cela pouvait desservir les intérêts de Flaccus, mais celui-ci sut manœuvrer habilement. Pensant n’avoir pas grand-chose à attendre du clan d’Agrippa, il préféra faire alliance avec les éléments les plus hostiles aux Juifs de la population païenne, et eut une idée diaboliquement astucieuse. Il proposa que soient dressées dans les synagogues des statues de Caligula. La proposition fut naturellement approuvée avec enthousiasme par Caligula, mais elle ne pouvait qu’être odieuse aux Juifs : c’était un abominable sacrilège. Heurtés au point le plus sensible, leur haine de l’idolâtrie, ils refusèrent, et leur refus entraîna la fermeture des synagogues.

Prenant fermement position pour l’empereur, Flaccus promulgua un édit déclarant les Juifs étrangers. Ce fut le signal d’un véritable pogrom, en août 38. Les Juifs, bloqués dans le quartier du delta, mouraient de faim. Ceux qui sortaient étaient massacrés, brûlés vifs, crucifiés. Les femmes étaient traînées au théâtre, et on les obligeait, sous peine de mort, à manger de la viande de porc. Flaccus ordonnait des perquisitions chez les Juifs, pour voir si on y trouverait des armes.

Il espérait discréditer les Juifs (et du même coup Agrippa) dans l’esprit de Caligula. Mais Agrippa avait beaucoup de crédit. Et Flaccus fut arrêté, en plein banquet, par un centurion envoyé de Rome. Après une nuit de prières, les Juifs se rendirent au bord de la mer pour glorifier Dieu. Nous connaissons ces événements par le Contre Flaccus de Philon.

Les Juifs connaissaient donc un moment de répit. Mais la question de l’érection des statues impériales dans les synagogues, due à l’initiative de Flaccus, restait en suspens.

Une délégation, dirigée par Philon, fut désignée et prit la mer pour l’Italie en janvier 40. L’attitude de Caligula devenait préoccupante. En proie à la folie des grandeurs, il exigeait des honneurs divins, et considérait les Juifs comme la principale source de résistance à ses prétentions, encouragé sue ce point par la délégation que les païens d’Alexandrie lui avaient envoyée de leur côté. L’empereur vivait dans une ambiance de plaisanteries anti-juives.

La délégation juive arriva au printemps 40. Il fallut attendre le retour de Caligula, qui était en Gaule, et n’en revint qu’en septembre. Mais l’audience se faisait toujours attendre. Et soudain la nouvelle éclata de la décision prise par Caligula de se faire dresser une statue dans le Temple de Jérusalem ! Le crédit d’Agrippa obtint que l’exécution de cette décision fût provisoirement différée.

Enfin l’audience eut lieu. Philon nous en a laissé le récit. Elle eut lieu dans les jardins de Mécène, aux environs de Rome. L’empereur circulait dans la villa, discutant sur les lames de sel gemme à mettre aux fenêtres, poursuivi par les malheureux Juifs qu’il écoutait à peine, et que les courtisans hilares harcelaient de plaisanteries. Il termina en disant : “Ces imbéciles sont moins à plaindre qu’à blâmer”. C’était donc un échec. Les Juifs voyaient se détourner d’eux leurs derniers amis. Alexandre, le frère de Philon, ami intime d’Agrippa, fut emprisonné. Le pire était à craindre.

Là-dessus, coup de théâtre : Caligula est assassiné en janvier 41 ! Le Sénat proclame le rétablissement de la république, mais l’armée salue l’empereur Claude. Dans ce moment de flottement, Agrippa, par son habileté, joue un rôle décisif dans l’avènement de Claude, et devient, après le nouvel empereur, le principal personnage du régime. Un décret ajoute la Samarie et la Judée à son royaume, et il rentre à Jérusalem en triomphateur. “C’est là, nous dit Jean Daniélou, qu’il rencontrera un nouveau problème, celui du christianisme naissant. Son grand-père avait fait massacrer les Saints Innocents. Son oncle Antipas avait fait décapiter Jean-Baptiste et avait tourné Jésus en dérision. En 44, il allait faire arrêter Pierre et décapiter Jacques. Le récit de sa mort, survenu peu après à Césarée, nous est rapporté par les Actes des Apôtres.”

Mais revenons en janvier 41. Agrippa fait libérer Alexandre, et donne en mariage sa fille Bérénice à Marc, fils aîné d’Alexandre. Cette Bérénice qui, plus tard, rencontrera Titus…

À Alexandrie, les Juifs redressaient la tête, et prenaient leur revanche sur les païens. Claude prit des mesures pour rétablir la paix.

Nous savons, par des indices sûrs, que Philon profita de son séjour romain pour avoir des contacts avec les milieux intellectuels de la capitale. Vers la fin de 41, il rentra à Alexandrie. Nous ne savons rien du reste de sa vie.

Jean-Victor Vernhes

Maître de Conférences

hantant encore l’Université de Provence

 

 

 

Bibliographie sommaire

 

  1. Daniélou. Philon d’Alexandrie (Paris 1958).

É. Bréhier Les idées philosophiques et religieuses de Philon d’Alexandrie (Paris 1908).

H.-A. Wolfson. Philo. Foundations of religious philosophy in judaism, christianity, and Islam (Cambridge, Massachusetts, 1948).

Les œuvres de Philon d’Alexandrie (texte grec et traduction française) ont été publiées en 35 volumes aux Éditions du Cerf.